Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150Résumés des conférencesLatin technique du XIIe au XVIIIe...

Résumés des conférences

Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle

Jean-Marc Mandosio
p. 199-201

Résumé

Programme de l’année 2017-2018 : Les miscellanées latines (XVe-XVIIIe siècle) : de l’érudition au divertissement.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’Annuaire 2016-2017, p. 166-167.
  • 2 Pedro Mexía, Silva de varia lección, éd. Isaías Lerner Zurbano, Madrid, Castalia, 2003, établie d’a (...)
  • 3 Olai Borrichii dissertationum academicarum [tomi duo], Copenhague, 1714.
  • 4 Voir Piyo Rattansi, art. « Borrichius » du Dictionary of Scientific Biography, vol. II, Charles Scr (...)
  • 5 Dissertatio undecima [il s’agit en fait de la 16e dissertation] de specie serpentis qui Evam decepi (...)

1L’histoire de l’antipathie légendaire du lion et du coq, étudiée l’année précédente1, avait permis d’évoquer la fortune de diverses miscellanées à succès du xvie siècle, telles que la Silva de varia lección de Pedro Mexía2 et sa traduction par Claude Gruget (Les Diverses Leçons de Pierre Messie, Lyon, 1552) ; les Hieroglyphica, sive de sacris Ægyptiorum literis commentarii de Pierio Valeriano Bolzani (Bâle, 1556) et leur traduction par Jean de Montlyart (Les Hiéroglyphiques de Jan-Pierre Valerian, Lyon, 1615) ; ou encore les Operæ horarum subcisivarum sive meditationes historicæ de Philipp Kammermeister (Nuremberg, 1591) et leur adaptation par Simon Goulart (Les Méditations historiques de M. Philippe Camerarius, Lyon, 1603). En complément de cette enquête, les dernières séances de l’année avaient été consacrées aux Dissertationes academicæ du médecin et polymathe danois Olaus Borrichius (Ole Borch, 1626-1690)3, recueil posthume de vingt-six discours académiques. Ces « dissertations » sont des leçons prononcées par l’auteur sur toutes sortes de sujets à l’occasion des cérémonies officielles ayant pour cadre l’université de Copenhague, dont il fut deux fois recteur et où il exerçait en tant que professeur « ordinaire » de philologie et « extraordinaire » de botanique et de chimie4. Pour rester dans le domaine de la zoologie conjecturale, nous avons porté une attention particulière au discours de 1684 sur l’identification du serpent qui trompa Ève au jardin d’Éden5. Borrichius y déploie son érudition coutumière, pour aboutir à la conclusion que le serpent en question était une simple couleuvre.

  • 6 Dominici Bandini fons memorabilium universi : libri XII-XIII, éd. Elda Merenda, Rome, Biblioteca Ap (...)
  • 7 Voir Jean-Marc Mandosio, « Follower or Opponent of Aristotle? The Critical Reception of Avicenna’s (...)
  • 8 Fons memorabilium universi, « Generale proœmium », édité (avec des erreurs) par Markus Schürer, Die (...)
  • 9 Consultable en ligne sur le site <archives.balliol.ox.ac.uk>.

2Les conférences de cette année ont tout d’abord porté sur un monumental ouvrage encyclopédique, encore en grande partie inédit : le Fons memorabilium universi de Domenico Bandini, écrit entre les années 1370 et 1418, date de la mort de l’auteur. Les livres XII (De elemento aeris) et XIII (De impressionibus aeris), consacrés à la météorologie au sens antique et médiéval du terme, ont récemment fait l’objet d’une édition critique6. Ce thème faisant écho aux recherches sur les versions latines de la Météorologie d’Avicenne menées au cours des années écoulées7, nous avons détaillé le contenu de ces deux livres. La manière dont Bandini (qui était « professeur de grammaire », c’est-à-dire philologue) traite le sujet a été comparée avec celle de ses principales sources : les Quæstiones naturales de Sénèque et les Meteora d’Albert le Grand. L’élément le plus frappant est l’intérêt marqué de l’auteur pour la divination et les présages, inexplicablement passé sous silence par l’éditrice du texte. La structure d’ensemble de l’œuvre a ensuite été examinée, en s’appuyant sur le « prologue général »8 et sur le manuscrit d’Oxford (Balliol College, ms. 238A)9. Elle est divisée en cinq parties, comprenant trente livres en tout, qui correspondent aux « cinq grandes plaies du Christ » ; elles portent 1o sur la théologie, 2o sur le monde et les astres, 3o sur l’air et l’eau, avec les créatures qui les habitent, 4o sur la terre, avec les créatures qui l’habitent, et 5o sur le genre humain.

  • 10 Voir Jean-Marc Mandosio, « Encyclopédies en latin et encyclopédies en langue vulgaire (xiiie-xviiie(...)
  • 11 Voir Jean-Marc Mandosio, « La miscellanée : histoire d’un genre », dans l’ouvrage collectif Ouvrage (...)

3Le prologue de Bandini s’inscrit dans la longue tradition littéraire des préfaces aux ouvrages – encyclopédies ou miscellanées – contenant une érudition variée. Bien que l’encyclopédie se distingue de la miscellanée en ce que la première expose différentes disciplines de manière suivie et ordonnée10 tandis que la seconde aborde de nombreuses questions dans un désordre plus ou moins complet11, ces deux types d’ouvrages ont des traits communs, le principal d’entre eux étant la compilation de sujets hétérogènes à partir d’une multiplicité de sources. Dans leurs préfaces, les auteurs ne manquent jamais de se justifier sur ce point, en jouant sur le contraste entre l’ampleur de la tâche et la petitesse de leur génie ; ce qui leur permet de se présenter aussi bien comme de modestes compilateurs que comme des héros qui rendent service à l’humanité en recueillant le fruit de leurs vastes lectures dans un unique ouvrage formant une sorte de bibliothèque portative, tout comme l’abeille industrieuse fabrique un miel délicieux à partir de nombreuses fleurs. La permanence de cette auto-représentation a été illustrée par la lecture des préfaces de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, des Nuits attiques d’Aulu-Gelle, du De proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais, du Speculum majus de Vincent de Beauvais et du Livre du Trésor de Brunetto Latini.

  • 12 Les Quinze Livres des Deipnosophistes d’Athénée, de la ville de Naucratis d’Égypte, écrivain d’une (...)
  • 13 Athénée, Banquet des savants, Paris, 1789-1791.

4En guise d’introduction au thème initialement envisagé – les miscellanées latines du xve au xviiie siècle –, la conférence s’est poursuivie par un survol des matières traitées dans les miscellanées antiques latines et grecques : les Nuits attiques, les Saturnales de Macrobe, les Propos de table de Plutarque et les Deipnosophistes d’Athénée. Pour chacun de ces ouvrages, nous avons examiné la manière dont l’auteur a conçu son projet, ainsi que l’historique des divisions en livres et en chapitres et des autres outils élaborés par les éditeurs, tant anciens que modernes, afin d’en éclairer la structure et d’en faciliter le maniement. Dans le cas des Deipnosophistes, le sommaire établi par le traducteur Michel de Marolles (1600-1681)12 et celui, détaillé mais incomplet, dû à un autre traducteur, Jean-Baptiste Lefebvre de Villebrune (1732-1809)13, ont été étudiés. Ces paratextes indiquent quels étaient les thèmes qui leur paraissaient le plus dignes d’être mis en lumière dans cet « ouvrage délicieux, agréablement diversifié et rempli de narrations savantes sur toutes sortes de matières et de sujets ».

Haut de page

Notes

1 Voir l’Annuaire 2016-2017, p. 166-167.

2 Pedro Mexía, Silva de varia lección, éd. Isaías Lerner Zurbano, Madrid, Castalia, 2003, établie d’après l’édition de 1550-1551 (la dernière revue par l’auteur).

3 Olai Borrichii dissertationum academicarum [tomi duo], Copenhague, 1714.

4 Voir Piyo Rattansi, art. « Borrichius » du Dictionary of Scientific Biography, vol. II, Charles Scribner’s Sons, 1970, p. 317-318, et la notice anonyme très détaillée, en danois : « Oluf Borch », dans Wikipedia, den frie encyklopædi, avec bibliographie.

5 Dissertatio undecima [il s’agit en fait de la 16e dissertation] de specie serpentis qui Evam decepit, habita in promotione baccalaureorum die 9 Junii 1684.

6 Dominici Bandini fons memorabilium universi : libri XII-XIII, éd. Elda Merenda, Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, 2015. Sur les qualités et les défauts de cette édition, voir mon compte rendu dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXXX, 2018, p. 208-216.

7 Voir Jean-Marc Mandosio, « Follower or Opponent of Aristotle? The Critical Reception of Avicenna’s Meteorology in the Latin World and the Legacy of Alfred the Englishman », dans l’ouvrage collectif The Arabic, Hebrew and Latin Reception of Avicenna’s Physics and Cosmology, Berlin, De Gruyter, 2018, p. 459-534.

8 Fons memorabilium universi, « Generale proœmium », édité (avec des erreurs) par Markus Schürer, Die Enzyklopädie der berühmten Männer und Frauen: Domenico Bandini, sein “Fons memorabilium universi” und die kompilatorische Biographik der Renaissance, Tübingen, Mohr Siebeck, 2017, p. 294-301.

9 Consultable en ligne sur le site <archives.balliol.ox.ac.uk>.

10 Voir Jean-Marc Mandosio, « Encyclopédies en latin et encyclopédies en langue vulgaire (xiiie-xviiie siècle) », dans l’ouvrage collectif « Tous vos gens à latin » : le latin, langue savante, langue mondaine (XIVe-XVIIe siècles), Genève, Droz, 2005, p. 113-136 (« Considérations liminaires sur la notion d’“encyclopédie” », p. 113-117).

11 Voir Jean-Marc Mandosio, « La miscellanée : histoire d’un genre », dans l’ouvrage collectif Ouvrages miscellanées [sic] et théories de la connaissance à la Renaissance, Paris, École nationale des chartes, 2003, p. 7-36.

12 Les Quinze Livres des Deipnosophistes d’Athénée, de la ville de Naucratis d’Égypte, écrivain d’une érudition consommée, et presque le plus savant des Grecs. Ouvrage délicieux, agréablement diversifié et rempli de narrations savantes sur toutes sortes de matières et de sujets. Traduit pour la première fois en français…, Paris, 1680.

13 Athénée, Banquet des savants, Paris, 1789-1791.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019, 199-201.

Référence électronique

Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 150 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/3009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3009

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Mandosio

Maître de conférences, M., École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search