Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151Résumés des conférencesÉgyptien

Résumés des conférences

Égyptien

Andréas Stauder
p. 1-3

Résumé

Programme de l’année 2018-2019 : I. Littérature et intertexte : Sinouhé (suite). — II. Le verbe, du moyen égyptien au néo-égyptien (suite) : textes amarniens. — III. La lettre d'Ourmai (fin). — IV. Répétitoire de grammaire égyptienne avancée.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Égyptien
Haut de page

Texte intégral

1Le premier volet de la conférence a été consacré à la poursuite de la lecture de Sinouhé (XIIe dynastie, env. 1900 av. n. è.), depuis l’arrivée de Sinouhé hors d’Égypte (B 23) jusqu’à l’entrée en scène du fort du Retjenou (B 109). L’arrière-plan intertextuel du texte – notamment avec les autobiographies, les inscriptions des expéditions et les inscriptions royales contemporaines – est particulièrement dense précisément dans cette partie. En un contexte particulier – Sinouhé se trouve hors d’Égypte, la présence du roi égyptien comme référent est problématique –, les significations associées avec cet arrière-plan intertextuel sont remises en cause. Jouant sur celui-ci, ainsi que sur les échos intratextuels et sur les homophonies, les mots deviennent des occasions de double entendre, ouvrant autant de perspective non résolues sur le loyalisme problématique d’un dignitaire qui, ayant fui le roi, tente à present de se constituer une autobiographie à l’écart de celui-ci et s’affirme en des termes dont certains sont ceux de l’action royale elle-même. La forme poétique du texte est également signifiante : tout à la fois par les éléments qu’elle met en avant et, plus généralement, comme figuration d’un ordre, alors même que Sinouhé se trouve à l’écart de la source de cet ordre, le roi. L’eulogie du roi égyptien, prononcée par Sinouhé devant un potentat local, présente ainsi une forme qui, en multipliant chiasmes et symétries à tous les niveaux d’échelle, renvoie à l’univers du roi absent. Le dialogue entre Sinouhé et le potentat constitue un autre morceau de bravoure rhétorique où chacune des parties prenantes reprend le discours de l’autre, tant ses termes que le détail de son calibrage métrique, pour le retourner. On propose de reconnaître là le reflet d’une rhétorique de cour qu’un public ancien aurait pu savourer, tout en éprouvant le décalage induit par le lieu de cet affrontement rhétorique, loin de la cour. La variation des témoins manuscrits – avec des réécritures rationalisantes dans les témoins plus récents – illustre, elle, une distance herméneutique croissante par rapport à un horizon de significations anciennes qui recule inexorablement dans le temps.

  • 1 J. Darnell et A. Haddad, « A Stela of the Reign of Tutankhamun from the Region of Kurkur Oasis », S (...)
  • 2 J. Darnell, « The Stela of the Viceroy Usersatet (Boston MFA 25.632), his Shrine at Qasr Ibrim, and (...)

2Le deuxième volet de la conférence a été consacré à la poursuite de l’étude de la transition entre moyen égyptien et néo-égyptien à travers la lecture de textes de l’époque amarnienne (env. 1350-1300 av. n. è.) : des passages choisis des deux Proclamations d’Akhenaton (stèles frontières) ; un texte de la pratique, la lettre du P. Mond 1 ; et deux textes lapidaires présentant des segments de discours direct, non-royal dans la stèle de Kourkour1, royal dans la stèle d’Ousersatet2. Ont ainsi été abordés, notamment : le développement du w circonstanciel à partir de la fonction d’ancrage cotextuel du w moyen égyptien ; le développement du pronom impersonnel sujet .tw à partir du morphème inflectionnel moyen égyptien {t} du passif ; et l’évolution des schèmes de la prédication non-verbale de classification. Au-delà de ces points de grammaire diachronique, les textes ont été envisagés sous l’angle des sélections linguistiques qu’ils font, innovantes et traditionnelles, et de ce dont ces sélections, considérées comme parties intégrantes de la composition des textes, peuvent être les signes. Dans un ordre d’idée analogue, on a cherché à montrer comment, par exemple, les Proclamations d’Akhenaton sont tout à la fois innovantes dans leur forme et expression, et enchâssées dans la tradition des inscriptions royales thoutmosides (progrès royal avec infinitif « annalistique » ; Königsnovelle réinterprétée avec le « Disque » (tn) jouant le rôle royal).

  • 3 J. Quack, « Ein neuer Versuch zum Moskauer literarischen Brief », Zeitschrift für Ägyptische Sprach (...)
  • 4 B. Schad, Die Entdeckung des “Briefes” als literarisches Ausdrucksmittel in der Ramessidenzeit, Ham (...)
  • 5 G. Moers, Fingierte Welten in der ägyptischen Literatur des 2. Jahrtausends v. Chr., Leyde, Boston, (...)
  • 6 H.-W. Fischer-Elfert, Abseits von Ma’at. Fallstudien zu Aussenseitern im Alten Ägypten, Würzburg, E (...)

3Le troisième volet de la conférence a été consacré à la poursuite de la lecture de la Lettre d’Ourmai (fin col. 3-5). Œuvre littéraire majeure du début de la Troisième Période intermédiaire (datation possible : env. 1050-900 av. n. è.), celle-ci présente des difficultés philologiques considérables conditionnées par le système graphique original du manuscrit et les nombreux mots rares ou rarissimes du texte3. La difficulté est augmentée encore par l’ambiguïté récurrente portant sur le référents des pronoms anaphoriques dans des contextes où le changement d’interlocuteur n’est pas formellement marqué. Force est de constater que de nombreux passages continuent de résister à l’élucidation. Dans la suite des interprètes antérieurs, on a insisté sur comment la lettre littéraire, format ramesside4, permet le récit subjectif d’une expérience d’aliénation sous forme d’un voyage centrifuge5. Le contraste de la partie B, narrative, avec la partie A, addressive et eulogique, met en scène un renversement de la situation du locuteur et exprime sa perte de tout ancrage social, avec les vivants comme avec les morts, en des termes qui trouvent des échos dans les formules de menace comme celles, particulièrement développées, de la stèle de l’Apanage6. Le sentiment d’injustice associé à cette perte du lien social est également exprimé en des tropes relatifs au grain (dont certains que l’on retrouve dans le Paysan éloquent) et des types de formulations que l’on retrouve dans les lamentations et les hymnes à la crue du Nil, témoignant de l’enchâssement profond de la Lettre d’Ourmai, malgré son originalité singulière, dans la tradition littéraire.

  • 7 J. Stauder-Porchet, « Hezi’s Autobiographical Inscription: Philological study and interpretation », (...)
  • 8 J. Stauder-Porchet, Les autobiographies de l’Ancien Empire. Étude sur la naissance d’un genre, Pari (...)
  • 9 P. ex., J. C. Moreno García, « J’ai rempli les pâturages de vaches tachetées… Bétail, économie roya (...)

4La troisième heure a été consacrée à un répétitoire de la grammaire à travers la lecture de textes choisis du Moyen Empire, puis de l’Ancien Empire. Pendant le premier semestre, ont été lus l’Enseignement de Sehetepibre et la stèle de Semna (XIIe dynastie), tous deux par ailleurs expressions d’une idéologie loyaliste et royale formant un arrière-plan intertextuel important pour Sinouhé. Pendant le second semestre, ont été lues trois autobiographies d’Ancien Empire, en insistant sur l’importance du genre dans la facture linguistique et plus générale des textes : celle d’Hezi (début VIe dynastie), à la forme poétique originale7 ; celle de Nekhebou, illustration de l’autobiographie événementielle classique du milieu de la VIe dynastie, mais combinant celle-ci avec des éléments de l’autobiographie idéale en une forme originale qui met l’accent, non seulement sur la loyauté au roi, mais également sur la relation spécifique au frère ainé, définissant ainsi un double faisceau relationnel8 ; et l’autobiographie d’Henqou (fin VIe dynastie ou plus tard), qui présente quantité de formulations innovantes, une forme originale, et une mise en inscription (layout) elle-même unique9.

Haut de page

Notes

1 J. Darnell et A. Haddad, « A Stela of the Reign of Tutankhamun from the Region of Kurkur Oasis », Studien zur Altägyptischen Kultur, 31 (2003), p. 73-91.

2 J. Darnell, « The Stela of the Viceroy Usersatet (Boston MFA 25.632), his Shrine at Qasr Ibrim, and the Festival of Nubian Tribute under Amenhotep II », Égypte nilotique et méditerranéenne, 7 (2014), p. 239-276.

3 J. Quack, « Ein neuer Versuch zum Moskauer literarischen Brief », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, 128 (2001), p. 168-181.

4 B. Schad, Die Entdeckung des “Briefes” als literarisches Ausdrucksmittel in der Ramessidenzeit, Hambourg, Kovac, 2006 (Antiquitates 34), p. 63-150.

5 G. Moers, Fingierte Welten in der ägyptischen Literatur des 2. Jahrtausends v. Chr., Leyde, Boston, Brill, 2001 (Probleme der Ägyptologie 19), p. 263-279.

6 H.-W. Fischer-Elfert, Abseits von Ma’at. Fallstudien zu Aussenseitern im Alten Ägypten, Würzburg, Ergon, 2005 (Wahrnehmungen und Spuren Altägyptens 1), p. 215-232.

7 J. Stauder-Porchet, « Hezi’s Autobiographical Inscription: Philological study and interpretation », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, 142.2 (2015), p. 191-204.

8 J. Stauder-Porchet, Les autobiographies de l’Ancien Empire. Étude sur la naissance d’un genre, Paris, Louvain, Peeters, 2017 (Orientalia Lovaniensia Analecta 255), p. 247-255.

9 P. ex., J. C. Moreno García, « J’ai rempli les pâturages de vaches tachetées… Bétail, économie royale et idéologie en Égypte, de l’Ancien au Moyen Empire », Revue d’égyptologie, 50 (1999), p. 241–257 ; B. Mathieu, « Chacals et milans, pâturages et marécages, ou le monde selon Henqou », dans M. Massiera, B. Mathieu et F. Rouffet (éd.), Apprivoiser le sauvage – Taming the Wild (Cahiers « Égypte nilotique et méditerranéenne », 11), Montpellier, 2015, p. 263-274.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andréas Stauder, « Égyptien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020, 1-3.

Référence électronique

Andréas Stauder, « Égyptien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/3428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3428

Haut de page

Auteur

Andréas Stauder

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search