Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151Résumés des conférencesHistoire de l’architecture occide...

Résumés des conférences

Histoire de l’architecture occidentale aux XIXe et XXe siècles

Jean-Michel Leniaud
p. 306-307

Résumé

Programme de l’année 2018-2019 : Recherches nouvelles sur la construction du théâtre du Châtelet.

Haut de page

Texte intégral

1La conférence a été consacrée à la présentation de recherches nouvelles sur la construction du théâtre du Châtelet par Gabriel Davioud à l’instigation d’Haussmann entre 1858 et 1862. Elle a mis en évidence le contexte administratif et politique : ayant tout fait pour écarter le ministre d’État Achille Fould, Haussmann se trouve lui-même éloigné du concours de l’Opéra, ce qui facilitera l’éviction de son architecte, Charles Rohault de Fleury et contribuera à susciter une certaine animosité provisoire avec Charles Garnier, vainqueur du concours. Viollet-le-Duc, ennemi de ce dernier, en tirera parti en soutenant Davioud jusques et y compris lors du concours du Trocadéro (1876-1878).

2L’étude met aussi en évidence l’extraordinaire capacité décisionnelle du préfet de la Seine qui conçoit, comme dans un « jeu de taquin », une cascade de réalisations qui part du percement du boulevard du Prince-Eugène, conduit à la destruction des théâtres du boulevard du crime, à la reconstruction de deux d’entre eux place du Châtelet, au réaménagement de la Place et du pont. Pour éviter des demandes d’indemnités aux entrepreneurs des théâtres détruits, il faut construire très vite : les chantier seront livrés en 1862, au bout de deux ans.

3Pour faciliter une construction rapide, Haussmann a choisi la procédure de l’entreprise générale. L’entreprise Bellu est désignée : elle a beaucoup travaillé à Saint-Denis, érigé la flèche de la Sainte-Chapelle et construit alors celles de Notre-Dame de Paris et de la cathédrale d’Orléans. Ancienne de soixante-quinze ans, elle a commencé à Saint-Sulpice et se trouve la plus habile des entreprises de charpente du pays. Comment expliquer que le choix d’Haussmann soit tombé sur Bellu ? Le mystère reste entier. C’est en tout cas le charpentier qui a assuré la coordination des différents lots et facilité l’achèvement des travaux dans les délais prescrits. Il en résulte pour le chercheur l’inconvénient de ne pas pouvoir connaître le nom des sous-traitants : la presse n’en parle pas et les archives de l’Hôtel de Ville ont brûlé lors de la Commune. En 1862, Bellu décède : l’entreprise est reprise par l’un de ses collaborateur, Georges, qui n’a pas laissé d’archives.

4On ajoutera qu’Haussmann a prévu un dispositif d’autofinancement de l’entretien du bâtiment qui incombe à la Ville : cafés, boutiques, appartements garantissent un revenu régulier qui s’ajoute au loyer que doit payer l’entrepreneur des spectacles.

5Enfin, en plaçant sous l’autorité préfectorale les deux théâtres, Haussmann règle autoritairement la question de la police des spectacles : de contrôleur préalable, l’État se fait protecteur par le fait qu’il loue le bâtiment.

6Contrairement au théâtre de la Ville, le théâtre impérial du Châtelet n’a pas été incendié par la Commune mais a souffert de nombreuses restaurations malencontreuses. L’auteur a participé à l’écriture d’un livre (éd. Bruxelles AAM) avec Philippe Pumain, architecte chargé de réhabiliter le bâtiment, en particulier de restaurer les décors dégradés, mutilés ou disparus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Leniaud, « Histoire de l’architecture occidentale aux XIXe et XXe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020, 306-307.

Référence électronique

Jean-Michel Leniaud, « Histoire de l’architecture occidentale aux XIXe et XXe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 151 | 2020, mis en ligne le 09 juillet 2020, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/3922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.3922

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Leniaud

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search