Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesPhilologie arabe

Résumés des conférences

Philologie arabe

Jean-Charles Ducène
p. 68-72

Résumé

Programme de l’année 2019-2020 : I. Question de lexicographie arabe médiévale. — II. Nature, environnement et représentation du monde.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Philologie arabe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Al-Šayzarī, Nihāyat al-rutba fī ṭalab al-ḥisba, Freiberg, 2014, p. 48-58.

1La première partie de la conférence a abordé la lexicographie en mettant en perspective les instruments de travail à notre disposition, anciens et modernes, ainsi que leurs limites. Pour illustrer leur emploi, nous avons repris la lecture des chapitres III et IV du manuel de ḥisba d’al-Šayzārī1 qui portaient sur les poids, les mesures et les types de balances.

2La partie ecdotique a été consacrée à une édition partielle de la description du poivre d’al-Idrīsī (m. ca 1165) à partir de deux manuscrits de son Kitāb al-ǧāmi‘ li-ṣifat aštāt al-nabāt wa-ḍurūb anwā‘ al-mufradāt, le manuscrit de Téhéran (Maǧlis-i Sanā 18420) et le manuscrit d’Istanbul (Süleymaniye Fatih 3610). Les deux manuscrits ne donnent pas une rédaction identique. Le ms. Maǧlis-i Sanā 18420 a été copié à Marāgha en 682/1283, dans une ville qui était alors un centre savant et la capitale des Ilkhans de Perse. Les deux manuscrits ont été reproduits en fac-similé par Fuat Sezgin, édition à partir de laquelle le texte a été établi.

1. Poivre long (dārfulful)2

Texte arabe

  • 3 Ms. : الغزي.
  • 4 Ms. : شبيه.
  • 5 Ms. : التوث.
  • 6 Ms. : التوث.
  • 7 Ms. : النضح.

دارفلفل ذكره د ع الفلفل في واحد اذ شجرتهما واحدة وتسمى بالهندية بنبلى وبالسريانية [blanc] وباليونانية [blanc] وبالفارسية [blanc] وبالإغريقية [blanc] والباللطينيّة فيفافاري والدارفلفل منه هندي وزنجي والهندي أجلّ وأبلغ قوة والعربي3 دونه وهو شجر ذو اغصان مُدوحة شبيهة4 شجر التوت5 ورقه كورقه إلا أنه أصغر من ورق التوت6 لونها الى البياض ما هو وله نوّار مثل نوّار اللوز صغير وله ثمر في غلف يشبه باللوُبياء في جوفه حبّ يكون خمسة او ستّة ملتزقة بعضها ببعض وهو حبّ صغير يشبه بالجاورس فإذا استحكم صار فلفلاً لكنه أصغر منه والدارفلفل قوّته حارة في الثانية والرطوبة في الأولى وخاصّيتها عَون النضج7 وتجويد الهضم والزيادة في شهوة الجماع وطرد الرياح وإذا شوي كبد ماعز ونثر عليه سحيق الدارفلفل كان نافعًا في عشاء البصر بخاصّية فيه مشهورة بدله مثله فلفلًا أبيض وقيل بدله الزنجبيل ويقوي المعدة ويمرئ ويحلل الامراض الباردة.

Traduction

  • 8 Le terme ǧāwars, provenant du pehlevi, désigne le mil ou le millet (A. Rolland, Étymologie arabe, P (...)

Le poivre long (dārfulful) : D[ioscoride] en parle avec le poivre noir (al-fulful) puisque leurs arbres n’en font qu’un. En langue indienne, on l’appelle b.n.b.l.ī, en syriaque [lacune], en grec ancien [lacune], en persan [lacune], en grec [lacune] et en latin fīfāfārī. Il existe un poivre long indien et un provenant d’Afrique de l’Est (zanǧī), mais l’indien est bien supérieur et plus puissant. L’arabe lui est inférieur. C’est un arbre dont les branches sont grandes comme celles du mûrier et ses feuilles ressemblent aux siennes quoiqu’elles soient plus petites. Leur couleur tire vers un blanc net. Il a des fleurs comme celles de l’amandier. Il est petit. Ses fruits apparaissent dans une gousse qui ressemble à celle du haricot (lūbyā’). Elle renferme cinq ou six grains collés les uns aux autres. Le grain est petit comme celui du mil (ǧāwars)8. Quand il devient dur, c’est du poivre mais il est plus petit. La force du poivre long est la chaleur qui est au deuxième [degré] et l’humidité qui est au premier. Sa caractéristique principale est d’aider à la coction et d’améliorer la digestion, d’augmenter le désir du coït, de chasser les vents. Quand on cuit du foie de chèvre et que l’on y saupoudre du poivre long râpé, cela est bon pour la vue faible. On y trouve une propriété célèbre interchangeable avec le poivre blanc. On dit que le gingembre le remplace. Il renforce l’estomac, il permet de mieux profiter des aliments. Il dissout les maladies froides.

2. Poivre noir (fulful)

Texte arabe9

  • 9 Al-Idrīsī, Compendium of the properties of diverse plants and various kinds of simple drugs/Kitāb a (...)
  • 10 Ms. : ىلىل.
  • 11 Ms. : الهندي.
  • 12 Ms. : اعىاق.
  • 13 Ms. : وطول.
  • 14 Ms. : عقود.
  • 15 Ms. : ىىىحى.
  • 16 Ms. : حادىه.
  • 17 Ms. : حالىه.
  • 18 Ms. : احدر.
  • 19 C. E. Dubler, E. Terés, La “Materia Médica” de Dioscorides, Tetuán, Barcelone, 1952-1957, p. 215, ي (...)
  • 20 Ms. : حىاك.
  • 21 Ms. : اللرح.
  • 22 Ms. : ىحفف.
  • 23 Ms. add. بر.
  • 24 Ms. : الاىصاح, peut-être à lire : الانضاح « exudation ».
  • 25 Ms. : ىالىعه.

فلفل
فلفلذكر دياسقريدس في الاولى وسماه باليونانية بابار وبالفارسية فلفل10 وهو من نبات الهند وهو ثمر شجر يكون بجزيرة ملي من بلاد الهند11 وهو نبات شجر له ساق شبه بساق شجر العريش له اغصان متفرقة وورق مثل [382] ورق اللبلاب وفي ورقه طول لا تشريف له وله أعناق12 مطولة13 وهى السويقة وكلّ عنقود14 لها مع أصله ورق يكنه عن المطر وينتحي15 عنه إذا زال المطر فما جُني منه غضا غير منتاه كان أبيض وما بلغ تناهي كان أسود وهو حار يابس في الرابعة أبيضه صالح للمعدة وأسوده اشدّ حرافة والفلفل الأبيض أضعف منه وقوّة الفلفل مسخنة جاذبة16 للغذاء جالية17 لظلمة البصر مدر البول إذا شرب أو تمسح به في بعض الأدهان وافق النافض ونفع من نهش الهوامّ وأحدر18 الجنين19 وإذا استعمل في اللعوقات والأشربة وافق السعال وسائر أوجاع الصدر وإذا تحنك به مع العسل وافق الخناق20 وإذا خلط مع الزفت وضمد به حلل الخنازير وإذا خلط مع النطرون وعمل على البهق جلاه وإذا شرب مع العسل والماء نفع من المغص والرياح العارضة في المعدة وقطع البلغم اللزج21 المجتمع في الصدر والرئة والأمعاء وإذا احتمل بعد الجماع منع الحبل والفلفل ان اكثر منه آدرّ البول وان قلّل منه أطلق البطن وهو بخاصيته ولطف حرارته يجفف22 المني وإذا شرب الفلفل مع ورق الغار الطري نفع من المغص وحيا وإذا مضغ مع الزبيب قلع البلغم وسكن الوجع وإذا سحق23 و خلط مع يسير حنطة وقليل دهن وحمل على الأورام التي يحتاج الى الإنضاج24 والفتح انضجها وفتحها والدارفلفل ممّا جمع في أوّل ظهوره كما ذكرنا في حرف الدال ويدلّ الفلفل الابيض أقلّ من وزنه اسود. قال بن جلجل في تأليفه25 فلفل أبيض قيل إنه اهرن وهى ثمرة بيضًا مثلثة يأتي من بلاد السودان في طعمها مرارة والفلفل الأبيض عند جالينوس و دياسقورديس الفج الذي لم ينضج وذكر أنه الفلفل .الاملس الموجود بين الفلفل

Traduction

  • 26 La citation qui est faite ici de Dioscoride ne se retrouve pas complètement dans la version arabe c (...)
  • 27 Al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, Le Caire, s.d., p. 183, où l’auteur donne une description très proche (...)
  • 28 Si on accepte l’autre lecture, al-inḍāḥ, que permet aussi le manuscrit, on comprend « à exuder ».
  • 29 Le texte apparaît ici corrompu et incompréhensible.

Le poivre : Dioscoride26 rapporte dans le premier [livre] que le poivre s’appelle en grec bābār et en persan fulful, et qu’il s’agit d’une plante de l’Inde. C’est le fruit d’arbres qui sont dans l’île de Mulay en Inde. C’est une plante27 dont l’arbre a une tige qui ressemble celle de la vigne (al-‘arīš) et ses branches sont distinctes. Ses feuilles sont comme [382] celles du muguet (lablāb). Elles sont longues, sans avoir les bords relevés et elles ont des pétioles (a‘nāq) allongées, c’est une petite tige (suwayqa). Toutes les baies (‘uqūd) ont à la base des feuilles qui les protègent de la pluie et s’ouvrent quand la pluie cesse. Ce qui en est récolté jeune (ġaḍḍ) sans arriver à son terme constitue le poivre blanc et ce qui atteint sa maturité est le noir. Il est chaud et sec au quatrième [degré]. Le blanc est bon pour l’estomac, le noir est plus piquant. Le poivre blanc est plus léger que lui. La force du poivre est qu’il réchauffe, il ouvre [l’appétit] pour l’aliment, il emporte l’obscurité de la vue, il provoque une longue (mudirr) miction. Lorsque l’on boit ou en frotte dans un peu d’huile, il convient pour la fièvre (nāfiḍ) et il est utile pour la piqûre des reptiles malfaisants (al-hawāmm) et il provoque la descente du fœtus. Quand il est utilisé dans des médicaments à lécher et en boisson, il est bon pour la toux et tous des maux de la poitrine. Quand il est écrasé et mâché avec du miel, il est bon pour la gorge. Lorsqu’il est mêlé avec de la poix et appliqué comme emplâtre, il solutionne les écrouelles. Lorsqu’il est mélangé avec du natron et mis sur la dartre, il la fait apparaître. Quand il est bu avec du miel et de l’eau, il est profitable pour les entrailles et les vents qui apparaissent dans l’estomac. Il arrête le flegme visqueux accumulé dans la poitrine, les poumons, et les intestins. Lorsqu’il est appliqué après le coït, il empêche la conception. Le poivre en trop grande quantité fait durer la miction, et moins, il fait lâcher le ventre. Par sa caractéristique propre et sa chaleur légère, il assèche le sperme. Quand il est bu avec des feuilles de lauriers fraîches, il est immédiatement profitable contre les coliques. Quand il est mâché avec des raisins secs, il arrête le flegme et calme les douleurs. On en fait brûler un mélange avec un peu de froment et un peu d’huile, et on le met sur les enflures qui nécessitent d’arriver à maturité28 et d’être ouverte. Il les fait mûrir et s’ouvrir. Le poivre long (dārfulful) est ce qui est ramassé au début de son apparition, comme nous l’avons dit à la lettre dāl. Il remplace le poivre blanc, qui est moins pesant que le noir. Ibn Ǧulǧul rapporte dans son ouvrage : quant au poivre blanc, on dit qu’il est29 ah.r.n. C’est un fruit blanc triangulaire qui provient du pays des Noirs. Son goût est amer. Chez Galien et Dioscoride, le poivre blanc est le non-mûr, celui qui n’a pas atteint sa maturité. On dit que c’est le poivre lisse que l’on trouve entre [les baies] de poivre.

  • 30 Y. Bīk Bābāpūr, Dastnevis-i juġrāfiyā dowre islāmī, Téhéran, 1393 h. š., p. 493.
  • 31 J. E. Montgomery, « Serendipity, Resistance, and Multivalency: Ibn Khurradādhbih and his Kitāb al-m (...)
  • 32 Ibn Ḫurradāḏbih, K. al-masālik, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1889, p. 121, ligne 8.

3Cet exercice fut suivi par l’édition d’un manuscrit fragmentaire inédit d’Ibn Ḫurradāḏbih conservé en Iran, à Meshhed30 (Astan Quds 15189), constitué de 8 folios. Ce manuscrit donne une description de l’Azerbaïdjan suivie d’une notice descriptive sur les Alains, qui viennent compléter la version de l’édition de De Goeje de 1889 et relancent la problématique31 de la rédaction de l’ouvrage par Ibn Ḫurradāḏbih. La comparaison avec le texte édité32 montre l’apparition d’un matériau géographique nouveau :

Thématique dans le ms. Astan Quds 15189 Thématique dans l’édition De Goeje
Route de Marāġa à Salmās Sans titre, p. 121
Route de Muḥammad ibn Ḥumayd Route de Dīnawar à Barzand, p. 120-121
Route al-Dīnawar – Azerbaïdjan selon Abū Malik Description de Marāġa Absent
Route Barzand – Ardabīl Absent
Route Barzand – Maymaḏ Absent
Route Ardabīl – Zanǧān Absent
Route Marāġa – Nirīz Absent
Route Azerbaïjan – Arménie Route vers l’Azerbaïdjan et l’Arménie, p. 119
Villes et cantons d’Azerbaïdjan Villes et cantons d’Azerbaïdjan, p. 119-120
Villes d’Azerbaïdjan Absent
Distances entre les provinces d’Azerbaïdjan Absent
Distances entre les provinces d’Arménie Route d’Arménie, p. 122 [matériau proche moins détaillé]
Arménie première Arménie première, p. 122
Arménie deuxième Arménie deuxième, p. 122
Arménie troisième Arménie troisième, p. 122
Arménie quatrième Arménie quatrième, p. 122-123
Villes d’Arménie [Sans titre], p. 123
Al-Lān [Sans titre], quelques élémens en commun, p. 124

4L’ordre d’énumération des deux textes est identique mais le manuscrit iranien inclut des informations nouvelles à des endroits opportuns pour une énumération ordonnée par une logique géographique, que l’édition ignore, l’inverse n’étant pas vrai. Nous sommes bien en présence d’une version fragmentaire mais plus complète du Kitāb al-masālik d’Ibn Ḫurradāḏbih.

  • 33 Ibn Rusteh, Al-A‘lāq al-nafīsa, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1892, p. 148 ; A. Alemany, Sources on the (...)

5Quant à la description des Alains (Al-Lān), elle est proche de celle d’Ibn Rusteh33, mais plus détaillée :

Les Alains sont constitués de quatre tribus, la plus noble et la royale est celle appelée Duḏsās, vient après celle des Ḥ.f.r.?ās (حفرىاس), vient ensuite celle des Kānās et finalement celle des Sārās. Le roi des Alāns s’appelle Baġāyar, qui est le titre de chacun de leurs souverains. La ville de Bāb al-Abwāb s’étend depuis le sommet du Caucase jusqu’à la mer des Ḫazars et entre dans la mer sur trois milles. Les royaumes touchent au Bāb Širwān Šāh, et il en est séparé par vingt parasanges. Il a une citadelle appelée Ḥ.d.s. (حدس). On prétend que c’est le rocher où Moïse rencontra al-Ḫaḍir, il est à l’intérieur d’al-Bāb. Puis, il y a *Layzān Šāh, c’est un village connu sous le nom de Niyāl (ms : نينال), séparé de Barḏa‘a par trente parasanges, puis Ḥurāsān Šāh qui est puissant et fortifié, puis Ṭabarsarān Šāh, qui est le souverain qui fut de l’avant-garde des musulmans lors de leur campagne contre les Ḫazars et qui fut leur arrière-garde à leur départ. Il y a ensuite le Fīlān Šāh à l’extérieur d’al-Bāb, son pays avoisine avec un population de polythéistes (ahl al-širk) connues sous le nom de Ḥ.lūl (حلول), S.rā‘ (سراع), Ḥ.rā (حرى) et Ġurmīq. On trouve ensuite Ahrārūrān Šāh (à lire Ahrārān Šāh ?), ḫāqan de la montagne et Souverain du trône (Ṣāḥib al-sarīr), qui possède douze mille hommes, puis le souverain de Sindān, celui de Ḥ.mwīn, celui de Ḫaydāq, celui des Kurǧ, celui de Daryūš et celui de. [Le manuscrit s’interrompt ici].

6On peut conclure que les deux auteurs ont eu à leur disposition une source commune qu’Ibn Ḫurrādaḏbih, dans cette version, a mieux conservée.

7Quant au travail de composition de celui-ci, il appert qu’Ibn Ḫurradāḏbih a essentiellement compilé un matériau géographique disparate provenant de sources historiques, des poètes et des documents de chancellerie contenant des routes postales, tout cela relié par des itinéraires, selon un ordre géographique.

Haut de page

Notes

1 Al-Šayzarī, Nihāyat al-rutba fī ṭalab al-ḥisba, Freiberg, 2014, p. 48-58.

2 Al-Idrīsī, Kitāb al-ǧāmi‘ li-ṣifat aštāt al-nabāt wa-ḍurūb anwā‘ al-mufradāt, éd. fac-similé F. Sezgin, M. Amawi et E. Neubauer, Francfort-sur-le-Main, 1995, I, p. 99 (ms. Süleymaniye Fatih 3610). Je remercie Joaquin Bustamante Costa de m’avoir fait connaître son édition de ces textes.

3 Ms. : الغزي.

4 Ms. : شبيه.

5 Ms. : التوث.

6 Ms. : التوث.

7 Ms. : النضح.

8 Le terme ǧāwars, provenant du pehlevi, désigne le mil ou le millet (A. Rolland, Étymologie arabe, Paris, 2015, p. 72). Le terme ǧawāriš, qui lui est proche, a un sens général désignant un type de plante donnant des graines dans des gousses (R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, 1881, I, p. 186).

9 Al-Idrīsī, Compendium of the properties of diverse plants and various kinds of simple drugs/Kitāb al-jāmi‘ li-ṣifat ashtāt al-nabāt wa-ḍurūb anwā‘ al-mufradāt, Vol. II: Second Part of the Teheran redaction, éd. F. Sezgin, M. Amawi et E. Neubauer, Francfort-sur-le-Main, 1995, p. 381-382. C’est le ms. de Téhéran (Majlis-i sanā 18420), qui donne le texte.

10 Ms. : ىلىل.

11 Ms. : الهندي.

12 Ms. : اعىاق.

13 Ms. : وطول.

14 Ms. : عقود.

15 Ms. : ىىىحى.

16 Ms. : حادىه.

17 Ms. : حالىه.

18 Ms. : احدر.

19 C. E. Dubler, E. Terés, La “Materia Médica” de Dioscorides, Tetuán, Barcelone, 1952-1957, p. 215, يحذر الحس.

20 Ms. : حىاك.

21 Ms. : اللرح.

22 Ms. : ىحفف.

23 Ms. add. بر.

24 Ms. : الاىصاح, peut-être à lire : الانضاح « exudation ».

25 Ms. : ىالىعه.

26 La citation qui est faite ici de Dioscoride ne se retrouve pas complètement dans la version arabe conservée du De materia medica.

27 Al-Idrīsī, Nuzhat al-muštāq, Le Caire, s.d., p. 183, où l’auteur donne une description très proche du poivrier.

28 Si on accepte l’autre lecture, al-inḍāḥ, que permet aussi le manuscrit, on comprend « à exuder ».

29 Le texte apparaît ici corrompu et incompréhensible.

30 Y. Bīk Bābāpūr, Dastnevis-i juġrāfiyā dowre islāmī, Téhéran, 1393 h. š., p. 493.

31 J. E. Montgomery, « Serendipity, Resistance, and Multivalency: Ibn Khurradādhbih and his Kitāb al-masālik wa-l-mamālik », dans P. F. Kennedy (éd.)., On Fiction and Adab in Medieval Arabic Literature, Wiesbaden, 2005, p. 177-232 ; T. Zadeh, « Of Mummies, Poets, and Water Nymphes. Tracing the Codicological Limits of Ibn Khurradādhbih's Geography », dans Monique Bernards (éd.), ‘Abbasid Studies, IV. Occasional Papers of the School Abbasid Studies, July 5 – July 9, 2010, Exeter, 2013, p. 8-75.

32 Ibn Ḫurradāḏbih, K. al-masālik, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1889, p. 121, ligne 8.

33 Ibn Rusteh, Al-A‘lāq al-nafīsa, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1892, p. 148 ; A. Alemany, Sources on the Alans, Leyde, 2000, p. 244-276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Ducène, « Philologie arabe »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 68-72.

Référence électronique

Jean-Charles Ducène, « Philologie arabe »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4164

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Ducène

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Philologie arabe [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2013-2014
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 146 | 2015
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search