Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesDialectologie grecque

Résumés des conférences

Dialectologie grecque

Sophie Minon
p. 111-133

Résumé

Programme de l’année 2019-2020 : I. Nouveautés dialectologiques : inscriptions béotiennes, thessaliennes et d’Aigai en Éolide ; de Sicile, d’Apollonia d’Illyrie, du Péloponnèse et d’Athènes. — II. Histoire des mots et noms de personnes : projet ANR Paris, Oxford LGPN-Ling, en préparation du nouveau-Bechtel (Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit, 1917) : analyse étymologique et sémantique des anthroponymes grecs antiques en ligne, dictionnaire numérique et imprimé.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La première séance est consacrée à la présentation de deux recherches de la directrice d’études qui ont donné lieu à communications au congrès coorganisé en juin 2019 par A. C. Cassio et S. Kaczko à l’université de la Sapienza à Rome sur le thème Multilingualism and Minority Languages in Ancient Europe, congrès final du projet ERC HERA coordonné par le même A. C. Cassio et par E. Crespo de l’université autonome de Madrid. La première présentation concerne l’onomastique anthroponymique : « Acculturation onomastique en Méditerranée antique : le nom d’assonance Zώπυρος ». La seconde, qui prenait place dans le cadre d’une table ronde sur Multiculturalism and Multilingualism in South Italy porte le titre : « Prose des Tables d’Héraclée et prose philosophique de l’École de Tarente : une koina supradialectale en contexte multilingue ». Elle confronte l’analyse de la langue des écrits philosophiques de l’École de Tarente donnée dans la REG 131 (2018), sous le titre : « Dialectalisation et pseudépigraphie philosophique : la dorisation de la koinè littéraire comme marque d’école dans les fragments transmis par Stobée du traité pseudo-archytéen Περὶ νόμου καὶ δικαιοσύνης », et celle qui avait été faite dans ce séminaire en 2017 de la langue des Tables d’Héraclée. Elle confirme notamment l’authenticité dialectale de cette dernière (retour sur la question des futurs doriens) et met en lumière les deux motivations essentielles de la constitution de ces koinai, l’une de type doris severior, autour de Tarente et d’Héraclée, l’autre, sicilienne, de type doris mitior, chez des Grecs vivant en contexte colonial multilingue : se doter, en faisant converger les dialectes, d’une variété aréale supradialectale de registre élevé, susceptible de constituer une nouvelle langue de culture, devait permettre à la fois de rivaliser avec la variété de prestige qu’était la koinè ionienne-attique et d’ériger la grécité en rempart face aux langues minoritaires environnantes (voir déjà la notice du Bulletin épigraphique 2018, no 549).

2Deux conférences invitées ont été données sur l’onomastique anthroponymique de langues fragmentaires. Le Dr Florian Réveilhac (CNRS, Orient et Méditerranée, Paris), chercheur associé au projet LGPN-Ling, a présenté, le 21 janvier 2020, le modèle anthroponymique d’une langue anatolienne, le lycien auquel il a consacré la thèse soutenue fin 2018, dont il prépare la publication. Dans cette langue, essentiellement connue par les noms de personnes, il s’est attaché à nous montrer leurs différents types et les éléments lexicaux employés pour les former, notamment dans le cadre de la composition nominale. La plupart des catégories représentées trouvent des parallèles dans d’autres langues indo-européennes, mais d’autres, comme les Satznamen (noms-phrases), reflètent des contacts antérieurs entre l’Anatolie et le Proche-Orient, tandis que d’autres encore sont le fruit d’innovations récentes, directement influencées par les noms grecs. Pour former ces anthroponymes, outre les théonymes, constitutifs de noms assez nombreux dits « théophores », est employée une grande variété de lexèmes : vocabulaire de la parenté, zoonymes, abstraits ou encore noms de fonctions.

3Le 10 mars, le Dr Dan Dana (CNRS, Hisoma, Lyon), auteur de l’Onomasticon Thracicum (2014) ou Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine orientale, Mésies, Dacie et Bithynie, annuellement supplémenté en ligne (OnomThracSuppl, version 6, novembre 2019, cf. https://www.hisoma.mom.fr/​annuaire/​dana-dan) a, de son côté, présenté la question de la morphologie des noms des Thraces, en s’intéressant en particulier au phénomène des contacts et aux conséquences qu’ils avaient sur la morphologie des anthroponymes. Le sous-titre de son ouvrage met en évidence la problématique centrale des études thraces : peut-on parler de noms « indigènes » dans une aire aussi étendue, le lieu par conséquent de contacts et d’échanges linguistiques multiples, et cela alors même que les sources dont nous disposons sont essentiellement d’époque impériale ? Qu’appréhende-t-on de cette onomastique qui puisse être caractérisé avec certitude comme « thrace » ? Nous sommes au confluent d’influences interlinguistiques (illyrien, latin, balte, indo-iranien, celtique, anatolien, grec), dans des régions de passage notamment tournées vers la mer Noire. Il semble qu’il faille compter plutôt sur une onomastique mêlée, à l’image sans doute de la langue « thrace » elle-même, si tant est qu’il soit pertinent de la poser comme singulière plutôt que plurielle. Vu la domination et le prestige notamment du voisin grec, il est clair par exemple que, dans la partie la plus méridionale, nombre de noms répertoriés comme « thraces » en tant que portés par des hommes et des femmes ainsi désignés par leur ethnique, se partagent en fait, d’un point de vue linguistique, entre : a) noms peut-être authentiquement thraces (Μοκαπορις, Mucapor) ; b) nom thraces hellénisés (par le suffixe : peut-être Διζασσκος, cf. Dana dans SAGA, p. 205) ; c) noms grecs thracisés (phonétiquement : peut-être les composés en -ζενις, type Εβρυ-ζενις si tant est que celui-ci corresponde à gr. Εὐρυ-γένης) ; d) noms gréco-thraces (le type théophorique Βενδί-δωρος) ; e) noms grecs authentiques (Πύρ(ρ)ος, Δουλαρίων, fils du Thrace Διζαλας). Dans les inscriptions thraces de Zônè, sur la côte septentrionale de l’Égée, à la même longitude que Samothrace, nous avons eu ainsi l’occasion d’observer à quel point l’influence du grec était décelable et combien les particularités phonétiques de cette variété aréale de thrace étaient proches de celles des variétés macédonienne et thessaliennne du grec, commodément regroupées sous l’étiquette de « grec septentrional ».

4Une troisième conférence donnée le 3 mars par le Dr Enrique Nieto Izquierdo (CNRS, Anhima, Paris) a été consacrée à un autre domaine de l’onomastique grecque, à savoir la toponymie, pour nous présenter un projet qu’il commence à développer en collaboration avec A. Alonso Déniz (CNRS, Hisoma, Lyon), dans l’esprit de notre dictionnaire LGPN-Ling. Présentation de la typologie formelle et sémantique de cette branche de l’onomastique longtemps délaissée pour sa difficulté (noms de substrats pré-helléniques et rétention d’archaïsmes plus importante que pour les anthroponymes vu la plus importante stabilité des noms de lieux). Les motivations sémantiques sont assez comparables à celles des anthroponymes : comme eux, les noms de lieux peuvent être descriptifs (f. pl. Πηγαί « Les sources », en face duquel est attesté l’anthroponyme f. Πήγη, porté en ce lieu-même, l’individu pouvant être souvent nommé d’après le lieu où il vit ; Ἀστυπάλαια « Vieille ville ») ou commémoratifs (Νικόπολις, également populaire dans l’anthroponymie, en particulier autour des cités homonymes). Il faudra bien sûr affiner la nomenclature proposée, par exemple, pour les noms donnés d’après celui d’un roi, par simple conversion, dont la valeur peut être tout autant commémorative que programmatique : ainsi, le toponyme Φίλιπποι (distinct du nom du roi par sa marque de pluriel) témoigne, comme les innombrables porteurs du nom Φίλιππος, de l’allégeance à la dynastie macédonienne. Les échanges constants entre anthroponymie (et héronymie) et toponymie rendent nécessaires de concevoir l’analyse de cette onomastique en corrélation avec celle de l’anthroponymie.

5Du fait de la pandémie, le séminaire a eu lieu en visioconférence pendant la période de confinement (mi-mars à mi-mai).

Nouveautés dialectologiques : Sicile

6Le premier texte que nous étudions est une defixio sicilienne sur plomb de la collection Schøyen Oslo, Londres, publiée par G. Rocca. L’editio princeps a été copubliée avec D. Jordan et L. Threatte, ZPE 188 (2014), p. 231-236. L’interprétation pragmatique du même texte a été publiée par son éditrice dans les actes du colloque Genres épigraphiques et langues d’attestation fragmentaire dans l’espace méditerranéen, coédités par E. Dupraz et W. Sowa en 2015, p. 305-313. Curieusement, l’inscription n’a été recensée ni par le SEG 64 (publications de 2014), ni par le BE 2015. Une femme du nom d’Oltis (cf. probablement Fόλτεσ𝈉ος Dubois, IGDS II, no 96), qui a été déboutée en justice, voue ses adversaires au même sort qu’elle. Le même schéma énonciatif (« de même que + indicatif passé descriptif… de même… + modalité jussive ou optative), à quelques variations près, est répété à trois reprises, avec pour sujet de la protase toujours la même Oltis, mais trois ou quatre hommes différents comme sujets des apodoses successives : l. 1 : hōς Ὄλτις ἐς τέλος ἰάσα ἀπόλετο, ⎟ τṓς Ῥάτο̄ν ἀτέλεστ’ ἀγορεύεν τὸν ΚΑΙΚΕΛΟΝ ⎟ καὶ ἐς ἔπεα καὶ ⎟ ἔργα ἐν τᾶι δίκαι. Le participe ἰάσα est sans nul doute celui du verbe εἶμι « aller », comme l’indique notamment le complément présitionnel ἐς τέλος qui l’accompagne. Le texte ne présente aucun exemple de yodisation de /e/ en hiatus (ἔπεα, l. 3 et 7, avec maintien de l’hiatus) : nous avons donc une forme nouvelle de participe athématique, comparable à celui de εἰμί « être » déjà connu en mycénien au féminin sous la forme a-pe-a-sa. L’éditrice mentionne deux gloses d’Hésychius qui confortent cette interprétation : ἴεσσα· βαδίζουσα, et une épithète de Déméter de forme : Ἐπίασσα· Δήμητρος ἐπώνυμον. On comprendra donc : « de même qu’Oltis a perdu après avoir été jusqu’au bout, que de même Rhatôn plaide infructueusement (…) à la fois en parole et en action au cours du procès ». La syntaxe est un peu contournée : on attend un simple accusatif de relation (καὶ) ἔπεα καὶ ἔργα et non un syntagme prépositionnel introduit par ἐς, et la place à l’extérieur du premier καί fait échouer le parallélisme (καὶ ἐς ἔπεα καὶ ἔργα).

7῾Ράτōν, attesté par ailleurs CIG I, p. 727 (fun. hell.) doit être le plus vraisemblablement rattaché à DELG *ῥατάνη qui désigne la cuillère en dorien : βρατάναν τορύνην Ἠλεῖοι (Hsch.), cf. aussi βρατάνει· ῥαίζει ἀπὸ νόσου = « sortir de maladie, s’en tirer ». Même étymologie que lat. vertō « tourner, se tourner ». La séquence qui suit, à l’accusatif, est en revanche moins facile à interpréter. Est-elle en apposition à ce nom d’homme au nominatif, comme le suppose l’éditrice ? N’aurait-on pas plutôt, pour justifier ce changement de cas, plutôt qu’une anacoluthe, qui serait unique dans l’inscription, le complément de ἀτέλεστ’ ἀγορεύεν (« que Rh. plaide infructueusement contre Κ. ») ? L’éditrice hésitait à segmenter : τὸν καὶ Κέλν (qui est en réalité, tel quel, impossible puisque l’anthroponyme doit être, comme son déterminant, à l’accusatif) et τὸν Καίκελον.

8Si c’était de ce dernier nom qu’il s’agissait, ce serait un dérivé de Κáϊ𝈉ος, forme attestée à Camarine au 5a : il s’agit de tessères présentées par Dubois, IGDS II, nos 46, 105 (documents publics qui enregistrent des citoyens à la suite d’une redistribution de terres lors d’un synoecisme), qui y voit un anthroponyme formé sur le nom de l’hydronyme anatolien, cf. Bechtel, HPN 555. Le nom se rencontre dans toute l’Égée, mais bien loin de la Sicile. N’aurait-on alors pas plutôt à rapprocher ce nom, dans notre contexte, du Caeculus, connu comme fils de Vulcain chez Virgile et fondateur de Préneste, dont le nom vient de caecus « aveugle » ? La suffixation rappelle régionalement précisément celle de Σικελίς, en face de lat. Siculi.

9Mais si καί était adverbial (« aussi contre Κ. »), c’est en ce cas l’accusatif d’un nominatif soit Κέλος, soit Κλος que nous aurions. Κέλων est, certes, connu dès le 5a en Achaïe (voire en Eubée : 2× ΚΕΛΟΝ), mais aussi en Thessalie et en Asie Mineure, et serait à mettre en rapport avec le verbe κέλλω « faire aborder, aborder », κέλομαι « presser, pousser, d’où donner des ordres » (verbe surtout ancien, pas nécessairement dialectal, pace Chantraine), avec aussi le nom du cheval de course, κέλης, -ητος, avec sa variante κέληξ à Sparte, dans la fameuse inscription de Damônôn du 5a, que nous étudierons l’an prochain en rendant compte de la réédition de P. Christesen (Histos, Suppl. 10, Newcastle, Tyne, 2019, 231 p.) ; cet appellatif peut désigner aussi le conducteur ou le pilote d’un navire chez Homère. Un sens obscène n’est pas exclu. Signalons aussi que ce nom a donné lieu à un seul composé à second élément sigmatique : αὐτο-κελής « qui se meut de lui-même », hapax (Hdt.), avec un élément verbal, issu directement de κέλομαι, cf. Blanc, Adjectifs sigmatiques, 406. Bechtel (HPN 235) cite Κέλων à côté d’un Spartiate Κελέης (Hdt.), au nom en -έας ainsi ionisé par l’historien. Il est vrai qu’aucune forme thématique n’est attestée sur ce radical. Il pourrait être alors plus logique de partir d’un radical κηλ-, connu à travers des appellatifs comme le neutre κῆλον « flèche » ou le féminin κηλίς « bosse, enflure ». Le nom serait alors un sobriquet comme « La Flèche » chez Molière. Cependant, l’étymologie mal assurée de ces appellatifs orienterait plutôt vers un /a:/ radical, y compris pour l’appellatif κήλων, désignation de l’animal non castré, étalon ou âne (Archil., Pl., désignation aussi de Pan), voire d’un système de levier pour les puits (à Délos, 3a) ; il est vrai que pour ce dernier, le rapprochement avec κάλων à Épidaure (J. et L. Robert,  1953, no 72) repose sur une pétition de principe : l’éditeur princeps, Papadimitriou, avait proposé, quant à lui, un rapprochement avec κάλος de même sens, ou plutôt κᾶλον « bois », qui pourrait avoir désigné aussi bien la rigole qui aurait servi éventuellement de conduit pour amener de l’eau. Au total, c’est en définitive l’hypothèse du nom d’allure latine τὸν Καίκελον qui paraît la moins difficile. L’accusatif ferait fonction de complément d’objet de ἀγορεύεν : « plaider contre K. »

10Μύσκελος, qui est d’après Strabon (VI 262) le nom du mythique fondateur de Crotone, est documenté trois fois en Sicile. Masson (OGS III, p. 55-59) y ajoutait deux exemples de Thessalie, un autre d’Halicarnasse, et faisait une proposition étymologique, qui repose sur deux rapprochements : l’un, avec la glose d’Hésychius : μύσκλοι. σκολιοί « tordus » ; l’autre avec une glose de Cyrille qui parle de Mύσκελος ὁ στραβόπους « Myskelos au pied tordu » (cf. LSJ, Suppl., mais à tort s. v. μύσκιλος).

11Λέπτν « Menu, délicat », est le plus anciennement connu par les lamelles de l’eubéenne Styra et par ailleurs attesté à Argos, à Athènes, en Béotie, en Thessalie et en Troade.

12L. 6-7 : τὸς Μύσκελος ἀτέλεστ’ ἀ<γορεύεν> δ<ί>και ⎟ καὶ ἐς ἔπεα καὶ ⎟ ἔργα ἐν τᾶι δίκαι. Faut-il nécessairement restituer le même verbe à l’infinitif que l. 2 ? Ne pourrait-on proposer d’en faire l’économie, en éditant plutôt, l. 6 : τὸς Μύσκελος ἀτέλεστα δ<ι>καῖ « que M. juge infructueusement, sans effet ? » Il faudrait alors, certes, postuler une forme δικάω de δικάζω, qui est attestée en domaine ionien, à l’infinitif δικᾶν, notamment Syll.3 134, b23, arbitrage du 4a entre citoyens de Milet et de Myonte. En dehors de l’attique, des formes de futurs en -άω correspondent aux présents en -άζω, cf. Buck, GD, § 159 (ᾱ < ᾱο, ᾱε). Aurait-on là une forme de subjonctif δ<ι>καῖ < *δικᾱ-ε̄ι à valeur prescriptive, ou même une forme d’optatif δ<ί>και, comme hανύοι, l. 10 ? En éléen, Inscriptions éléennes dialectales no 34, l. 32 et 36, fin 3a, des subjonctifs aoristes sans particule sont employés à la 3e sg. dans l’expression de prescriptions (ἀνατεθᾶι, ποιήαται). Il serait possible que le même dialecte garde la trace d’un optatif κυαῖ, IED 3, 5, voir mon commentaire à ces formes d’optatifs, p. 405 et n. 204 : on pourrait avoir eu, en postulant un échange préalable κυέω → κυάω, banal (συλέω à Delphes, Cyr. παρβεῶντας, Buck, GD, § 161.2) : *κυάοι > κυοῖ → κυαῖ → κυαίε̄, cf. éléen συλαίε̄, IED 12, 6. Ou une solution plus économique serait d’y voir un optatif (a)sigmatique de κύω, forme post-hom. de κυέω, de forme κύ(h)αι (seule forme d’optatif connue en dorien du Nord-Ouest) non encore refaite en -ειε / éléen -αιε, cf. ἀδεαλτώhαιε̆. Pour en revenir à la forme ici attestée, la présence de l’optatif, l. 10, ferait plutôt pencher en faveur de ce mode dès cette ligne, d’où : δ>ί>και.

13Une dernière remarque s’impose, concernant la syntaxe des l. 9-10 : hōς Λέπτōν ἀτέλεστ’ ἀγορεύōν. με̄δὲ- ⎟ ν hανύοι ἐν τᾶι δίκαι. Dès l’editio princeps, il avait été mentionné dans l’apparat critique, la proposition de L. Threatte d’ôter la ponctuation forte puisque le participe ἀγορεύο̄ν ne peut qu’être apposé au sujet du verbe à l’optatif : cette correction nécessaire n’a malencontreusement pas davantage été apportée à la seconde édition.

Olympie

14Est ensuite étudié un nouveau fragment d’inscription éléenne sur bronze dont l’editio princeps a été donnée par P. Siewert, Tyche 33 (2018), p. 177-183. La datation est de ca 550, comme le texte no 1 des IED : c’est donc l’un des documents les plus anciens du corpus éléen. Le sujet en est la consultation de l’oracle de Zeus, qui n’est connue que par les inscriptions et par de rares témoignages littéraires, comme les premiers vers de la huitième Olympique de Pindare, qui mentionnent le recours local à l’empyromancie. Sont associés, dans une procédure que les lacunes ne permettent pas même d’entrevoir, le μάντις et très probablement le πρ[όξενος] (l. 5-6) ; le parallèle offert cependant par un autre texte éléen, IED 14, 4-5 (ἀπὸ τ βμ ἀποϝλέοιαν κα τοὶ πρόξενοι καὶ τοὶ μάντιερ « les proxènes et les devins l’excluraient de l’autel »), dans lequel l’exclusion de l’autel est la sanction prévue pour celle des deux communautés contractant alliance qui ne s’y tiendrait pas, permet de déduire que le contexte devait être ici aussi la consultation oraculaire des étrangers ; le nom du devin au singulier pourrait éventuellement laisser penser qu’était plutôt ici envisagé le cas d’une consultation individuelle. Les lignes précédentes, 3-4, permettent de lire de façon continue : [- - -]οι τν Fαλείν | τἀπὸ καυ θο[- - -]. S. laissait la séquence de la l. 4, qu’il considérait comme énigmatique, en majuscules, sans faire de proposition de lecture. À la l. 3, en revanche, le génitif partitif de l’ethnique accompagné du déterminant paraît assuré (l’accusatif singulier, à écarter) : il s’appuie sur de nombreux parallèles locaux contemporains, notamment dans des dédicaces de proxènes éléens, cf. e. g. Jeffery, LSAG, p. 190, no 15, ca 600-550 (Gorgos le Lacédémonien, proxène des Éléens). N’est conservé de la l. 3 que la fin : [- - -]οι τν Fαλείν, mais le parallèle fourni par IED 6, 6 (ὄρτιρ τόκα θεοκολ[έοι]), ferait bien retrouver de même, à cette ligne, un verbe à l’optatif référant à une fonction exercée par un membre recruté au sein de la communauté éléenne, dans un cadre où interviennent par ailleurs des étrangers. Il ne serait pas impossible que puisse être ensuite identifiée une variante thématique nouvelle du nom du prêtre lydien καύης attesté chez Hipponax (O. Masson, Les fragments du poète Hipponax [1962], p. 107-108) et en domaine iono-lydien (cf. LSJ Suppl.). À rapprocher du mycénien pu-ka-wo (*πυρ-κάϝος) qui a comme correspondant alphabétique pl. πυρί-καοι à Delphes (Plutarque, Moralia 406e), refait en sg. πυρ-καεύς (dans le titre d’une pièce de Sophocle) et, plus tardivement, sous la forme sigmatique πυρι-καής : autant de confirmations de l’étymologie grecque de ce nom de fonction en rapport avec l’empyromancie pratiquée à Olympie (Pind. Ol. VIII 1-7). Pour le même type de nom d’agent anciennement en -ός attesté localement, cf. IED, p. 369. Cependant, le syntagme reste d’interprétation délicate car τἀπὸ καυ « la part qui vient d’un préposé au feu » (l’absence de déterminant est aussi gênante) n’évoque rien de connu dans les règlements cultuels : pourrait-on alors songer à y voir plutôt le nom d’action correspondant, ὁ καῦος, qui serait tout aussi nouveau, et la référence à « ce qui reste de la combustion » (l’emploi, sans déterminant, d’un abstrait se justifierait mieux) ? Les deux lettres qui suivent pourraient être le début d’un verbe à l’infinitif ou à l’optatif prescriptif accompagné de la particule modale κα. On songe à θο̄[άδοι κα] « mettre à l’amende », à propos de l’étranger profanateur (IED, 4, 1 : αἰ δὲ βενέοι ἐν τἰαρι, βοὶ κα θοάδοι καὶ κοθάρσι τελείαι, καὶ τὸν θεαρὸν ἐν τα<ὐ>τᾶι « s’il avait des relations sexuelles dans le sanctuaire, on le soumettrait à l’amende /la taxe(?) d’un bœuf et à une purification parfaite, et que le théare [soit soumis] à la même peine) » ou encore à θο[ινάδεν] « festoyer », qui est apparu dans l’arbitrage des juges de Pellana rendu aux Éléens de Lédrinoi (Hallof et Minon, à paraître dans Chiron, 2021). Mais il est vrai qu’aucun de ces deux verbes ne paraît tout à fait compatible sémantiquement avec le syntagme qui précède. À moins de faire de καῦος non seulement le nom d’action mais aussi le lieu de la combustion, i. e. le « foyer », avec le même regroupement d’acceptions que pour l’adjectif verbal au neutre substantivé du verbe κα(ϝ)ίω que fait connaître une glose d’Hésychius : καυτόν· θυσία τις, οὕτω καλουμένη. καὶ ἐσχάρα, καὶ ἑστία, ἔνθα καίουσιν. L’ensemble pourrait en ce cas se comprendre : « que l’on festoie avec (consomme) ce qui vient du foyer ». Il est vrai que le cadre de la consultation oraculaire n’évoque pas directement les réjouissances festives qui sont l’occasion de banquets publics. S’il s’agissait en définitive plutôt de l’autre verbe, la question pourrait être alors de la possibilité de comprendre le substantif θωή sur lequel a été bâti ce verbe dénominatif comme référent non seulement au sens strict à l’« amende », mais plus largement à toute forme d’imposition, de taxe, comme le laisse du moins attendre l’étymologie, en relation avec τίθημι « (im)poser ». La désignation de la peine financière ou amende, en éléen même, est en principe, ζ/δίκαιον (IED 20, 2 : Αἰ ζὲ μἐπιθεῖαν τὰ ζίκαια… « s’ils n’infligeaient pas les peines » ; et au sens concret, IED 13, 1 : ζί[φυιόν κα τὸ ζίκ]αιον ἀποτίνοι « il paierait l’amende du double »), et non θά. Une taxe permettant la consultation oraculaire conviendrait assez bien : on songe au pelanos à Delphes, cf. Rougemont, CID I, p. 9 (taxe non nécessairement limitée à la consultation oraculaire). S’agirait-il en définitive, pour « celui des Éléens qui exercerait (la fonction de iaromaos, comme derechef IED 14, l. 6, ou de théokolos) » de « taxer » « ce qui sort du foyer » ?

15Un détour par les graffites sur vases à figures noires de Zônè rédigés en thrace, mais en alphabet grec (P. Tsatsopoúlou-Kaloúdī, C. Brixhe, C. Pardalídou, Αρχαία Ζώνη, I. Το Ιερό του Απόλλωνα, B. Selected texts, Thracian, Komotini, 2015, p. 155-170 ; cf. Brixhe, CRAI 2006, p. 121-146 et Fred C. Woudhuizen, Indo-europeanization in the Mediterranean, with particular attention to the fragmentary languages, Hoofddorp, 2018 (Papers in Intercultural Philosophy and Transcontinental Comparative Studies, 16) permet de mettre en évidence la forme καε / καιε qui doit être le verbe de dédicace, sans augment, dans ces graffites, à rapprocher certainement de gr. καίω, avec l’absence attendue de notation de l’ancien *w, dans un alphabet sans ϝ comme dans la variété ionienne cycladique introduite aréalement depuis Thasos. L’emploi au sens générique de « faire offrande, dédier » de ce verbe au sens originel de « brûler une offrande sacrificielle » a des parallèles précisément en éléen, où κα(τα)θύω est employé au sens de « consacrer », mais non d’« accomplir un sacrifice », et en arcadien, où c’est, avec le même sens, ἀναθύω qui est attesté, alors que les autres dialectes emploient καθιερόω.

Apollonia d’Illyrie

16Notre parcours se poursuit à Apollonia d’Illyrie, où nous nous intéressons aux lamelles de plomb inédites publiés par P. Cabanes dans Le voyage des légendes. Hommages à Pierre Chuvin, édité par D. Lauritzen et M. Tardieu, à Paris, en 2013, p. 43-55, à commencer par la plus ancienne version épigraphique connue, datable par la forme des lettres de ca 400a, de l’hymne à Asclépios (qui détrône ainsi l’hymne d’Érythrées publié par H. Engelmann, R. Merkelbach IK 2, II, no 205, daté entre 380 et 360). Le caractère fixe du texte de l’hymne, dont témoignent ses quatre versions épigraphiques rassemblées par Cabanes, est imputable principalement à sa structure métrique, qui fait alterner rythmes dactyliques vs rythmes créto-péoniques dans les invocations aux dieux et dans le péan même, récurrent comme refrain entre chaque strophe, comme j’ai pu le mettre en évidence à partir de l’hymne d’Érythrées. Cela nous permet ainsi d’apporter les derniers amendements à cette édition en comblant de façon assurée les lacunes : ainsi, au début de la l. 4, la lacune restituée par Lhôte [ἰὲ̄  Πα]ιάν (Cabanes [ἰὲ ὦ Παι]άν]) doit être corrigée en [ἰὲ Πα]ιάν, conformément au schéma du péon 4e ( ̆ ̆ ̆  ̄) assuré à cette place par les autres versions ; l. 4-5, ἁ│[μὲ χα]ίροντας doit être corrigé en ἁ│μὲς χα]ίροντας, de façon à ménager la seconde longue du spondée avant le dactyle suivant (autres attestations doriennes de l’extension de la forme de nominatif à l’accusatif accessibles sur le site du Packard Humanities Institute) ; le crétique nécessaire sur δαίμο│[να, l. 10-11, impose de substituer à [σεμν]ότατον proposé par Lhôte à la suite de Cabanes, δαίμο│[να, κλειν]ότατον comme dans les autres versions. L. 12 : le [ἰὲ̄ Παιάν] final doit se voir substituer la forme légère du cri (ἰά, ion. ἰή abrégé non étymologiquement en ἰέ) comme l’avait édité Cabanes, et conformément au schéma des autres versions, qui fait s’achever le péan sur le péon 4e de rythme ascendant (accent sur la longue finale). É. Lhôte avait réédité le texte de l’hymne en ligne en 2019, et sa présence au séminaire a été l’occasion d’y retravailler communément, lui permettant ainsi de mettre à jour sa réédition en y intégrant les résultats de nos travaux (https://dodonaonline.files.wordpress.com/​2020/​07/​ciod_seg_2013_408.pdf) : c’est à présent l’édition qu’il convient de consulter ; on y trouvera la totalité de l’interprétation métrique que j’ai donnée de la dernière strophe.

17La plaque opisthographe des deux autres fragments sur plomb a été reprise dans Collection of Greek Ritual Norms (CGRN, dir. V. Pirenne-Delforge) par J.-M. Carbon et S. Peels, au no 40, et a donné lieu à une notice de A. Chaniotis dans le SEG 63, 408, qui fait elle-même écho à sa publication dans Epigraphic Bulletin for Greek Religion (EBGR) in Kernos (2014) [2017], no 28. Pour l’éditeur princeps, le règlement concernerait le culte d’Asclépios et les offrandes à différentes divinités ; Carbon identifie la face A comme le texte d’un décret δ[εδόχθ]αι résultant d’une consultation oraculaire. Et Chaniotis y voit un oracle de Dodone qui dicterait les modalités de l’introduction du culte d’Asclépios à Apollonia. Le texte, datable de la charnière entre le 5 et le 4a, est en partie amendé dans le SEG, à la fois par rapport à l’editio princeps et à celle du CGRN. C’est derechef sur la nouvelle édition de Lhôte, l. c., nettement améliorée par rapport aux précédentes, qu’il convient à présent de se fonder, ou sur la dernière mise à jour du CGRN puisque l’interprétation a été menée en collaboration avec J.-M. Carbon.

18Il paraît nécessaire de reproduire le texte, tel qu’édité dans le SEG, sauf pour : Α5 δέκh<ε>σθαι, que nous gardons tel que sur la pierre (hésitation dans l’emploi de H caractéristique de la période de transition alphabétique) ; et B3 τ̣[ρε]ῖς, auquel nous substituons [τρ]ῖς.

19face A

201 θεός. τ[ύ]χα ἀγαθά. δ[....]-

212 ᾶι τοῖς Ἀπολλνιά̣[ταις]

223 α µ̣[άν]τις τν κλά[ρν] ·

234 ἀπαγόρσε τὸν Ἀσ[κλα]-

245 πιὸν δέκησθαι (sic) κα[λαΐδα]

256 καὶ Η[µι]ολίαν̣ καὶ [. . . .]

267 ΝΕΣΑΥ[. . .] κα[ὶ . . . . . . . .]

278 . . .]Π[. . . . . . . . . . . . . .]

28face B

291 . . . .]ΛΑΝ ἀρχαία[ν] · τᾶι Δι-

302 ναι] ἐσθᾶτα, ζναν, πόρ〈π〉α

313 ν · Δὶ Ν]αίι βν̣, οἶας [τρ]ῖς (vac.) ·

324 Δὶ Τυ]ρρανί[ι] βν · Θέµιτι [.]

335 . . . .] · Ἐνυαλίι οἶ[α]ς ἐνόρχα

346 ς τρῖς] · ḥρεσσ[ι]ν ξένια

357 . . . . . . . .] αἶγα̣ · [Ἀ]θάναι

368 . . . . . . . . . . . . . .] ἀ̣µ̣[ν]ά̣ς

379 . . . . . . . . . . . . . . .]Θ[. . .]

38Face A, l. 1 : nous avions hésité à l’origine, avec Cabanes, entre διαγραφαί « réponse, recommandation », qu’il proposait, et δεδόχθαι, auquel Cabanes avait renoncé, dans la mesure où la réponse de la prophétesse paraissait peu compatible avec la formule de résolution d’un décret ; j’avais proposé pour cette raison δ[ιαιτ]ᾶι « rend l’arbitrage suivant pour les Apolloniates », retenu par Cabanes, mais il me semble à présent que nous n’avons en rien affaire à un arbitrage, qui en principe règle un conflit entre deux communautés en présence. En définitive, δεδόχθαι (choix du CGRN) pourrait mieux convenir : car la formule liminaire de mise sous protection de la divinité et de la providence est caractéristique d’un intitulé de décret, et il serait logique que les Apolloniates aient validé par décret l’oracle rendu. Il faudrait alors mettre une ponctuation forte à la fin de la l. 2.

39La l. 3 est interprétée par Lhôte comme un syntagme nominal qu’il traduit « la prêtresse affectée au tirage au sort ». C’est ici que se joue l’interprétation de toute la suite du texte. Pour éviter ce tour sans parallèle, il serait possible de faire dépendre ce génitif du verbe préverbé en ἀπο- qui suit : ἀπαγόρε̄σε. On comprendrait alors : « elle a proclamé à partir du tirage au sort ». Mais ce n’est pas la seule interprétation possible. En effet, le génitif pluriel, plus vraisemblable qu’un accusatif singulier, pourrait être un génitif partitif renvoyant, non au tirage au sort, mais à des lots (de terres) susceptibles d’être partagés entre le domaine public, le domaine privé et le domaine du dieu, comme dans les Tables d’Héraclée. La prêtresse aurait alors proclamé que « parmi les lots, Asclépios reçoive… ». Le génitif aurait été ainsi mis en avant, en prolepse en tant que focus, i. e. le sujet même qui avait fait se déplacer à Dodone pour consulter l’oracle. Le contexte pourrait être celui de la construction d’un sanctuaire pour le dieu ; dans tous les cas, prend place au verso un règlement sacrificiel qui peut être un autre indice d’une réorganisation cultuelle locale, peut-être due à la plus grande place que l’on souhaitait accorder à ce dieu, à l’intérieur de la cité de son père Apollon.

40L. 5-6 : dans le prolongement de l’hypothèse qui vient d’être esquissée, ces lignes, dans lesquelles seul l’accusatif féminin singulier ἡ[μι]ολίαν « un et demi » est assuré, renverraient, non aux offrandes destinées au dieu, mais bien plutôt aux terrains qui lui revenaient. L’hypothèse de Lhôte de l’emploi de cet adjectif pour rendre un « animal bistourné », est en effet non seulement sans parallèle, mais sémantiquement injustifiable. Vu le nombre de lettres à restituer dans les lacunes, on pourrait alors proposer la séquence triple suivante : κα[ὶ μίαν] καὶ ἡ[μι]ολίαν καὶ [τρίτα]ν, s. e. μοῖραν ou γᾶν ou χῶραν. Mais il faut reconnaître que, faute de parallèle, cela reste pour le moins spéculatif.

41L. 7 : ΕΣΑΥ[...] κα[ὶ + 8] et L. 8 : [. . .]Π[14] pourraient faire sens en lisant tout d’abord ἐς αὑ[τὸν] ‛pour lui-même’ et en le faisant suivre des noms des deux fils : κα[ὶ Μαχαόνα] / [καὶ] Π[οδαλείριον].

42Face B : une seule suggestion à apporter pour restituer le début de la l. 1 : on a pu hésiter (CGRN) entre [βο̄]λὰν ἀρχαῖαν, un peu court, et [γνό]μᾱν (en ce cas, pourquoi l’accusatif seul, sans préposition du type κατά ?), mais je suggérerais bien [ἐκ τι]μᾶν ἀρχαιᾶν « en partant des offrandes anciennes », en conjecturant que le renouvellement du règlement sacrificiel à l’occasion peut-être de la promotion d’Asclépios au rang de divinité de premier rang aux côtés d’Apollon aurait pu entraîner certains remaniements dans le culte et les offrandes dédiées aux autres divinités. Pour le commentaire du contenu religieux des deux faces de la lamelle, nonobstant ces propositions de révision, le lecteur se reportera commodément au CGRN.

Copie colophonienne du décret d’Aigai en l’honneur des juges que Colophon lui avait envoyés

43Nous poursuivons l’étude des nouveautés par celle d’une stèle érigée à Claros, dont P. Gauthier avait publié la partie inférieure, REG 112 (1999), p. 2-17 (SEG 49, p. 1502 ; Bull. 2000, p. 527), qui portait 52 lignes de la fin d’un décret d’Aigai et du décret-réponse de Colophon-sur-Mer relatifs à l’envoi par cette dernière cité de juges étrangers dans la cité d’Éolide. La partie supérieure de la stèle fut exhumée à Claros en 2011, et a été récemment publiée par P. Debord (?) et P. Fröhlich, REA 120 (2018), p. 339-365. Après un rappel concernant l’histoire des deux Colophon, celle de l’intérieur et Colophon-sur-Mer (l’ancienne Notion), emprunté à D. Rousset, Journal des Savants 2014, p. 51-57, nous commençons l’étude du début du décret d’Aigai, qui correspond au début du nouveau fragment. La datation du décret a pu progresser grâce à cette découverte, puisque la ligne 7 mentionne une lettre d’Attale Ier, intervenu dans les affaires d’Aigai en enjoignant que la cité fasse appel aux juges de Colophon pour régler des affaires judiciaires paralysées. Les éditeurs postulent par conséquent une datation entre ca 227 et 223 ou entre 218 et 197a.

44La datation du décret d’Aigai est celle de Colophon, puisque c’est à Claros qu’a été retrouvée la copie colophonienne du décret en l’honneur des juges que cette dernière y avait envoyés. L’éponymie actuellement éditée : Ἐπὶ Δι̣ο̣ν̣ύ̣[σ]ου (?) τοῦ δευτέρου ne peut être celle du dieu, point sur lequel les éditeurs hésitent : le nom du dieu est en principe accompagné de l’article (cf. e. g. les exemples lesbiens rassemblés par Hodot, Le dialecte éolien d’Asie Mineure, 43 et 217) et le génitif qui suit serait, dans cette hypothèse, injustifiable. Tel quel, et à la différence de ἐκ τοῦ δευτέρου ou du neutre adverbial τὸ δεύτερον, il fait référence, non à l’itération de l’éponymie, mais, en apposition au nom, au fait d’être le deuxième du nom, cf. I. Oropos 175 : ἄρχοντος ἐν κοινῶι Βοιωτῶν Διονυσίου, ἐπὶ δὲ πό[λεως Νικο]κλ̣έ̣ους, ἱερέως δὲ τοῦ Ἀμφιαράου Δημοκράτου τοῦ δε[υτέρου], où le nom du prêtre est à comprendre : Δημοκράτης Δημοκράτου(ς). Reste à savoir quel était ici ce nom, de lecture très délicate. Il est très rare de porter le nom d’un dieu : la forme dérivée Διονύσιος se comprendrait mieux que Διόνυσος, mais l’ionien de Colophon ne permet pas de supposer une palatalisation qui justifie l’absence de notation de iota. P. Debord avait proposé de lire Διόνυ[τ]ου pour retrouver ici le nom Διονυτᾶς, qui se trouve être le patronyme de Πύθεος, mentionné l. 32, mais il s’agit en ce cas de l’ambassadeur élu à Aigai pour ramener les juges colophoniens chez eux et veiller à ce que les honneurs votés dans cette cité soient bien décernés à Colophon aussi, alors que l’éponyme ici mentionné est un Colophonien ; en outre, le génitif attendu de ce nom en -ᾶς, presque exclusivement attesté en Ionie d’Asie Mineure, est soit -ᾶ (voire hypercorrect -ᾶι), soit -ᾶδος. D. Rousset a proposé dans le Bulletin épigraphique 2019, no 421, de reconnaître plutôt Διόδοτος, qui serait en effet moins difficile à justifier.

45Après l’intitulé, commence le corps du décret d’Aigai, qui est principalement en dialecte éolien d’Asie Mineure, comme on s’y attend. Explication des traits :

  • phonétiques (apocope κατ τὰν, l. 6 ; absence de notation du /i/ radical à l’intervocalique dans ποήσασθαι, l. 17, alors qu’il est généralement noté lorsque la voyelle qui le suit est de même timbre /o/ que la voyelle radicale : le trait est pangrec) ;
  • morpho-phonétiques (géminée sifflante à l’aoriste σπουδάσσαντος, l. 3-4, ménageant la même syllabe longue que pour les uerba uocalia, les dénominatifs en -εύω et les thèmes à liquide ; géminée liquide phonétique à l’aoriste ἀπέστελλαν, l. 7 ; géminée nasale issue de l’évolution du groupe *sm ancien, dans ἄμμι, l. 24, quand les autres dialectes connaissent le premier allongement compensatoire ; absence de contraction aux 3e pl. du futur εἰσαγγελέοισι, l. 18, et du subjonctif ἀναγ[ο]ρευθέωσιν, l. 23 ; subjonctif 3e pl. λάβοισι, l. 4, homophone et homographe de l’indicatif ; traitement -/is/- de *-ns- intérieur, notamment dans le participe au dat. fém. sg. συνεστάκοισαι, l. 4, ou à la 3e pl. primaire active en -οισι ; acc. pl. alphathématiques et thématiques, δικάσταις, l. 5, καλοίς, l. 7 [*-ns final] ; géminée dentale ou labiale dans les subordonnants issus du thème du relatif dans ὄττι [<*yodkwi], l. 16, et ὄππως, l. 17 : origine étymologique mais extension analogique, dans un dialecte où la géminée est très représentée) ;
  • morphologiques (participe parfait à caractéristique participiale des autres temps / aspects : συνεστάκοισαι, l. 4 ; désinence -εσσι d’origine éolienne dans l’épopée, mais non propre à ce dialecte, dans πάντεσσι, l. 11 ; δέαται, l. 31 : verbe défectif, attesté dès l’Odyssée à l’imparfait δέατο, au sens de « paraître », étymologiquement lié à δῆλος < δέαλος, racine*dey-h2-, cf. éléen IED 30, ἀδεαλτώhαιε̆ « rendre invisible » ; ce verbe n’est par ailleurs connu qu’épigraphiquement, notamment à Tégée, sous la forme du subj. 3e sg. δέατοι : εἰ κὰν δέατοι σφεις πόλεμος ἦναι ὁ κωλύων τὰ ἔργα « s’il apparaît que la guerre fasse obstacle aux travaux » [observations sur les pages consacrées par D. Petit – *swe en grec ancien : la famille du pronom réfléchi…, 1999, p. 265-267 – à l’anaphorique au datif pl. représenté par σφεις, seulement attesté dans ce texte, mais à deux reprises]).

46Deux incohérences : l. 20, ἰερέως, forme d’allure ionienne-attique, en face de ἶρον, l. 31, forme lesbienne régulière ; et l. 11, ποιώμενος, qui n’est ni la forme de la koinè (ποιούμενος) ni la forme lesbienne (πο(ι)ήμενος), et s’explique par une dialectalisation secondaire superficielle de la forme ποιούμενος, au -ου- caractéristique de l’ionien-attique remplacé par le ω qui lui correspond en lesbien, où la graphème note tout /o:/. Ce dernier trait est caractéristique de la situation de communication, à savoir la gravure à Claros ou à Colophon du décret rédigé par les Aigéens et apporté sur place par l’ambassadeur d’Aigai : le graveur ionien a oublié qu’il avait lu sur la copie de décret πο(ι)ήμενος, lui a substitué mentalement la forme de son dialecte, et au moment où il arrivait à /o:/ s’est auto-censuré en substituant, sans plus se reporter à la version aigéenne, la graphie typique ω de l’éolien au digraphe de son dialecte. Le premier trait s’explique de même par la situation diglossique. Un troisième trait est plus surprenant : l. 24, l’infinitif aoriste passif ἐπιμεληθῆμεν, à côté de ἐπιμεληθῆναι, l. 22 : l’infinitif attendu en lesbien devait être en -θην ; la forme en -θῆναι est la forme de la koinè imputable au graveur de Colophon. Mais -θῆμεν est la forme du thessalien et du dorien : elle est par conséquent injustifiable dans le texte d’Aigai. Il est vraisemblable que le voisinage de παρ’ ἄμμι et la présence à la ligne suivante de συντελέωμεν, à la 1re personne du pl., a suscité la substitution, à l’infinitif syntaxiquement nécessaire, d’une forme de 1re personne du pl. à cette ligne aussi, peut-être par un saut du même au même imputable à la distraction du graveur. Signalons aussi que, l. 18, εἰσαγγελέοισι n’est pas, comme le voulaient les éditeurs, un subjonctif, mais bien un futur (Hodot, p. 199, cite le futur ἐμμενέοισι). Le subjonctif eût été, au présent comme à l’aoriste : εἰσαγγέλλοισι. L’hypothèse subsidiaire d’un subjonctif aoriste passif, dont la forme eût été aussi εἰσαγγελέοισι (indicatif εἰσηγγέλην) n’est pas pertinente : l’introduction de la proposition de tous les éloges énoncés dans les lignes précédentes aurait supposé un sujet neutre pluriel, et par conséquent, un passif à la 3e personne du sg., comme pour le verbe συντελέσθηι avec lequel celui-ci est coordonné. On notera, pour ce dernier, que sa caractéristique de subjonctif, qui se présente sous sa forme ionienne-attique, indique que le graveur s’est écarté cette fois encore de la lettre de la version manuscrite sur laquelle il se fondait ; cela pourrait expliquer aussi la coordination d’un subjonctif à un futur.

47Commentaire stylistique de la version colophonienne en koinè ionienne-attique. Étonnant μετὰ παντὸς τοῦ βελτίστου, l. 55, unique : c’est ἀπό que l’on rencontre d’ordinaire dans ce tour, lourd, par rapport au classique ὡς βέλτιστον. Usage tout hellénistique de la nasale dite euphonique, non nécessairement anti-hiatique, l. 43 : ἐψηφισμένοι δέ εἰσιν καί ὅπως…, où du reste l’absence d’élision de la particule indique que l’hiatus n’est pas évité, mais recherché, le ligateur venant ponctuer chaque verbe de la longue énumération des attendus du décret ; dans ce type de contexte, la nasale « euphonique » paraît plutôt avoir servi indirectement d’indicateur de pause dans la diction – elle marque en fait la fin d’un membre ou unité syntaxico-sémantique –, car καὶ est ici adverbial et modifie ὅπως. Ce sont donc autant d’indices de de la composition orale de la proposition que le proposant (en l’occurrence, les proèdres : προέδρων γνώμη) avait à faire voter par l’assemblée, et qui se trouve in fine incluse en l’état dans la forme écrite du décret.

Deux épigrammes : l’une attique, l’autre argienne

48Intermède poétique : étude tout d’abord d’une épigramme empruntée au volume de S. Kaczko, Archaic and classical attic dedicatory epigrams. An epigraphic, literary, and linguistic commentary, Berlin, Boston, 2016, no 89. Commandée par l’Ionien Hègelochos pour accompagner une statue de bronze commémorant sa participation aux guerres médiques aux côtés des Athéniens, elle est constituée de deux distiques élégiaques suivis de la signature des deux sculpteurs, Kritios et Nèsiôtès, rendus célèbres pour avoir refait le monument des Tyrannicides, Harmodios et Aristogitôn, œuvre originale d’Anténor qui avait été emportée par Xerxès. L’inscription est datée d’entre 470 et 460 par la forme des lettres. Comme le plus souvent, la coupe des lignes ne respecte pas le découpage en vers. La seule licence métrique est l’abrègement en hiatus au temps faible du dactyle initial du premier hexamètre, qui indique que la diphtongue à premier élément long avait son premier élément abrégé et son second élément sonantisé pour servir de glide avec le /e/ initial de l’anthroponyme qui suit, d’où [ŏjĕ] :

[Παρ]θένο̄ι Ἐκφάντο̄ με πατὲ̄ρ ἀνέθε̄κε καὶ hυιὸς

49Est rendu visible ainsi comment la coexistence de variantes combinatoires d’un même phonème en synchronie (la diphtongue de la désinence de datif thématique en -/o:i/), comme celle qui est ici suscitée dans la diction métrique par une prononciation legato (-/o:i/ > [ŏj]) plutôt que staccato comme dans l’harmonie austère (αὐστηρὰ ἁρμονία D. H.) de la prose classique, thucydidéenne, par exemple, prélude à l’évolution diachronique, qui résulte du triomphe de l’une des variantes évoluées sur une plus ancienne.

50Voici les vers suivants :

ἐνθαδ‛ Ἀθε̄ναίε̄ι μνμα πόνο̄ν Ἄρεος
Ἐγέλοχος, μεγάλε̄<ς> τε φιλοχσενίε̄ς ἀρετς τε
πάσε̄ς μοῖραν ἔχο̄ν τνδε πόλιν νέμεται.
Signature : Κρίτιος καὶ Νε̄σιότε̄ς ἐποιε̄σάτε̄ν.

51Traduction, rendue difficile par l’ordre des mots, poétique mais aussi emphatique (positions focales de tête occupées par l’épiclèse d’Athéna, v. 1, et le nom du commanditaire lui-même, v. 3, précédé, dès le v. 1, par la référence au nom identique porté à la fois par son père et son fils) :

c’est à la Vierge Athéna que m’a ici consacré Hègelochos, fils et père d’Ekphantos, comme mémorial des épreuves infligées par Arès ; c’est en cette ville qu’il réside, lui qui a en partage grand sens de l’hospitalité et mérites de toutes sortes.

52La forme φιλοχσενίε̄ς ne témoigne pas d’une assimilation d’aspiration, comme il s’en observe dans différents dialectes, mais est une graphie ancienne décomposée, attestée tant à Athènes qu’en Béotie, à Paros ou à Rhodes sous cette forme Χ qui sera ensuite relayée par la notation synthétique Ξ. Le nom d’Athéna, connu en mycénien sous la forme a-ta-na, se présente ici sous la forme fréquente dans l’épigraphie ancienne du dérivé en -αίᾱ/-αίη, non encore contractée en -ᾶ. L’absence de notation de l’aspiration à l’initiale de Ἡγέλοχος est d’une certaine manière attendue. Threatte signale en effet que /h/ initial est rare dans ἡγέομαι comme dans les noms en Ἑγέ- dans les inscriptions attiques pré-euclidiennes. C’est comme si la conscience de la valeur ionienne /ε:/ du graphème avait entraîné une répugnance à employer Η avec sa valeur /h/ devant un /ε:/. On connaît des attestations de flottements en cette position au moment de la réforme alphabétique ailleurs qu’à Athènes, notamment en Argolide, dans le nom d’Héra, graphié ΕΡΑ ΗΡΑ ΗΕΡΑ à la même époque, cf. Minon, « Mutations des alphabets péloponnésiens », dans Ead. (éd.), Diffusion de l’attique et expansion des Koinai dans le Péloponnèse et en Grèce centrale, p. 39, n. 3. En Attique, les mêmes flottements ont pu se produire bien plus tôt, à la faveur des contacts permanents avec l’ionien dans le cadre de la ligue de Délos. L’absence de flottement en attique prouverait une forme d’affirmation des pratiques graphiques locales en face des pratiques ioniennes : on aurait maintenu ΕΓΕ quand l’ionien avait ΗΓΕ, et l’on n’aurait pas introduit ΗΕΓΕ, par une forme de réaction identitaire. Origine littéraire des différentes collocations poétiques employées. Remarques sur l’emploi de la désinence de duel verbal, dans la seule signature, et sur la valeur aspectuelle de l’emploi de l’aoriste par rapport à l’imparfait, que l’on rencontre beaucoup moins et qui doit être employé par une forme d’afféterie stylistique, voir les articles de J. Lallot et de S. Minon consacrés à l’emploi de l’imparfait (respectivement, « Deux regards sur la victoire : l’Imparfait et l’Aoriste de νικᾶν chez Thucydide » Syntaktika 21 (2001), p. 1-22, et « L’aspect dans les signatures de sculpteurs et de peintres », Syntaktika 24 (2002), p. 1-13).

53Rapide étude d’une épigramme argienne funéraire en hexamètres, de ca 600, trouvée à Méthana, cf. E. Nieto Izquierdo L’Argolide, Nancy, 2019, p. 38-39. Écriture d’abord serpentine puis boustrophédon. L’intérêt du texte réside, outre quelques argismes, dans la « faute » du second vers :

Εὐμάρς με πατρ Ἀνδροκλέος ἐντάδε σᾶμα Eumarès, fils de A. m’a fait ici comme signe
ποιϝσανς καταέθκε φίλ μνᾶμα hυιέος μεν et m’a consacré comme monument de son fils chéri.

54Comment l’interpréter ? Soit c’est l’hypercorrection d’un graveur zélé, désireux de montrer sa science, en l’occurrence erronée, qui se souvient de la tmèse homérique et croit faire de l’Homère. Cf. Il. 19, 12 :

 Ὡς ἄρα φωνήσασα θεὰ κατὰ τεύχε’ ἔθηκε
πρόσθεν Ἀχιλλῆος· τὰ δ’ ἀνέβραχε δαίδαλα πάντα.

55Soit, faute explicable par la diction à voix haute : en épelant les lettres, le graveur aurait prononcé kappa : [ka] ; et tau : [ta] ; epsilon [e] et aurait ainsi gravé ΚΑΤΑΕ, sans se corriger en effaçant le A de trop.

Inscription en thessalien de Scotoussa

56Étude de l’inscription de Scotoussa en Thessalie Pélasgiotide. Editio princeps V. Missailidou-Despotidou ABSA 88 (1993), p. 188-217, reprise avec abondant commentaire et corrigenda dans SEG 43 (1993), no 311. Longue inscription opisthographe de ca 150 lignes, presque complètes, hormis une lacune importante, face A, l. 14-68. Il s’agit d’un décret qui établit, après arpentage, les parcelles qui doivent rester vacantes à l’intérieur et à l’extérieur des remparts de la cité, dans un contexte de réorganisation de la défense. Il paraît clair que l’autonomie dont jouit alors la cité pour organiser sa propre défense, indique une période où elle n’était plus sujette des Macédoniens. Philippe V fut vaincu par les Romains en 197a à Cynoscéphales : il s’agit donc du terminus post quem. « A date between the declaration of the liberation of Greece in 196 and the Antiochian war in 191 BC is probably the most suitable time for Skotoussa to have rebuilt part of its walls and redefined the free zone along the fortification walls » (207).

57Le décret est écrit en thessalien koinéisé. Principales caractéristiques phonologiques et graphies correspondantes (<ΟΥ> pour *ō ancien et <EI> pour *ē, traitement labial des labio-vélaires devant e, comme dans πέτ(τ)αρες, A73 et B4 [forme thessalo-koinéisée, car le a médian et la géminée sont ioniennes-attiques] et nombreuses géminations de consonnes, soit par assimilation [Ἀμφιττολεμείοι, A4, ἃτ τοῖ < ἀπὸ τοῖ, A70, ἐκκάτου < ἐπὶ κάτω, A74] soit caractéristiques des contextes susceptibles de donner lieu à palatalisation [CiV] – dernier article en date sur le sujet de E. Nieto Izquierdo, dans Studies in ancient Greek Dialects, éd. G. Giannakis et alii, Berlin, Boston, 2019, p. 375-390, qui argumente pour sa part en faveur de la gémination sans palatalisation) : à ce titre, un adjectif patronymique en -ειος, valant probablement à cette époque [(i)jos], l. 1, arbore la forme, d’un intérêt majeur, Ἐμπεδδιουννε[ίοι], dans laquelle la présence de deux géminées aux deux lieux possibles de palatalisation pose, à mon avis, la question de l’existence éventuelle d’un accent de soutien (qui correspondrait à l’accent du nom sur lequel est formé l’adjectif, au nominatif/vocatif), en l’occurrence probablement sur le /e/ qui précède la géminée /dd/ : Ἐμπεδίων > thess. Ἐμπέδδιουν (avec yodisation du /i/ en hiatus et par conséquent remontée de l’accent ?). La notation de la gémination de la nasale dentale, en revanche, paraît exceptionnelle dans notre texte vs Φοξινείουν, l. 5, Δαιμονίοι (idionyme, quant à lui) et Πλειστοξενείοι, l. 7, Φοξίνειον, l. 11. Il est probable alors que pour *Ἐμπεδδιούννειος (nominatif), la gémination de la nasale palatalisée a été exceptionnellement notée, parce qu’elle l’avait déjà été pour la palatalisation de /d/ au début du même mot.

58Principaux traits morphologiques (gén. thématique en -οι < -οιο, et comme dans d’autres dialectes, acc. pl. en -ο̆ς, flexion sans alternance suffixale pour le type πόλις, dat. pl. athématique en -εσσι comme dans le type également homérique τειχέεσσι, l. 9 : trace d’afféterie stylistique dans ce décret au sujet très technique ?). Emploi attendu de l’adjectif patronymique, cf. Bouchon-Helly, dans La suffixation des anthroponymes grecs antiques, p. 559-569. Mots nouveaux ou rares, comme ἄκαινα « mesure de 10 pieds », μεσαπύργιον « entre-deux-tours, courtine », propre au thessalien sous cette forme (att. μεταπύργιον).

59Forme inédite ὄντοι (A70 : ἂτ τοῖ ὄντοι τόποι et seconde attestation en B36 : ἂτ τοῖ ὄντοι ἐπικαμπίοι) : dans les deux cas, reprise (de) ou allusion à ce qui vient d’être énoncé : « à partir du lieu même, du lieu exact(ement) ». L’éditrice peut donc avoir raison de mettre la forme en relation avec le participe du verbe « être », mais cela ne peut en aucun cas être ce participe, pour la raison surtout que sa flexion est athématique, alors que nous avons ici ce qui ressemble à un génitif thématique en -οι. Il faudrait alors peut-être songer à une forme adverbiale comparable au ὄντως ionien-attique (même forme en ionien d’Hérodote, au sens de « en vérité, vraiment, exactement », à finale thessalienne -οι comme du reste pour l’adverbe relatif οἷ, Α72, équivalant au -ου adverbial de που, ὅπου, οὗ ; en thessalien, les participes de « être » sont de forme fém. ἔνσα, dat. neu. pl. εἴντεσσι (convention des Basaidai de Métropolis, 3a) ou koinaisés en ἐοντ-, de sorte que ὄντοι paraît être ici un koinéisme, à la marque adverbiale cependant thessalisée. Signalons néanmoins que c’est ailleurs l’adjectif αὐτός qui est employé, comme en B26, pour référer à nouveau à un élément qui vient d’être mentionné : ποτ τὸν αὐτὸν χόρτον « en face de la même pâture ». N’aurions-nous pas alors, à deux reprises, la même erreur, d’ordre nécessairement phonétique (pas de confusion graphique possible entre ΟΝ et ΑΥ), soit une confusion entre [awtoi] et [ontoi] ? Cela supposerait que /a/ et /o/ aient pu être assez proches d’articulation (un /a/ donc d’articulation vélaire plutôt que centrale, comme la vocalisation o des sonantes voyelles dans les adjectifs ordinaux ἐνάτοι et δεκότοι, Β43, en fournirait des indices) et que le son [w] tel que prononcé en appui de la dentale ait pu être assimilé et remplacé par la nasale de même lieu articulatoire que celle-ci, i. e. prépalatale plutôt que vélaire. C’est évidemment une hypothèse qui nous informerait plus sur l’idiolecte du rédacteur ou du graveur (éventuellement affecté d’un défaut de prononciation ou d’audition, si un acolyte lui dictait le texte) que sur des lois de phonétique combinatoire observables à l’échelle du dialecte.

60Dans l’hypothèse cependant où il faudrait compter avec ὄντοι, cette forme de code-switching (pour la différence avec le code-mixing, voir Minon, REG 131, 2018, 14) serait illustrée de façon récurrente dans l’inscription : numéral πέτταρες, l. 73, dont seule l’initiale doit au thessalien, cf. πέταρες, B4, ordinal πέτροτον, Β3. Le goût thessalien pour l’adj. en -αῖος, d’où γουνιαῖος, l. 73, ici substantivé pour désigner de façon concrète « le coin », au lieu du substantif plus abstrait γωνία « angle » de la koinè, donne lieu à un effet de variatio dans sa reprise, l. 75, avec une forme de surenchère syntaxique puisque le neutre substantivé au génitif complément de nom est cette fois précédé de la préposition superfétatoire ἒτ (koinè ἐπί) et mis au datif en -ου : ἂτ τοῖ πύργοι τοῖ ἒτ τοῦ γουνιαίου τοῖ ἐκκάτου τοῖ Κερδοίοι « depuis la tour, celle à l’angle en contre-bas du Kerdoion ».

61Les thessalismes restent cependant de loin majoritaires : ainsi les numéraux δεκαέξ, Α70, avec le chiffre des dizaines qui précède celui des unités, à la différence de l’ionien-attique ἑκκαίδεκα ; même observation pour acc. δεκαδύος, B58, en face de class. δυώδεκα. Comparer aussi μὲς πὸτ, A70, avec μὲξ ἐμ, l. 75. Cf. J. L. García Ramón, dans Dialectologica Graeca, éd. E. Crespo et alii, p. 125-146, article notamment consacré à μέσποδι : d’après lui, à segmenter μεσ + ποδί, parallèle à μέχρι < με + χρι (*me-ghsri), arm. mejr, avec le degré zéro du nom de la main, χείρ, adverbialisé au datif/locatif ; le /s/ de μεσ- serait adverbialisant, comme dans ἄχρι-ς, μέχρι-ς. La nouvelle forme antévocalique μέξ, publiée depuis cet article, remet en partie en question l’analyse proposée. La comparaison avec arc. ἐπές < ἐπὶ ἐξ employé de façon récurrente au sens de « en relation avec, en ce qui concerne » (L. Dubois, RDA 1, § 82 et 125c) invite à retrouver ici aussi με + ἐξ > μέξ, et par conséquent à voir dans les formes μὲς et μέσποδι du thessalien les formes assimilées devant consonne de μέξ et *μέξποδι. Si l’on met alors en relation με avec μετά « avec, après », la conjonction des deux particules μ(ε)-εξ pourrait inciter à comprendre « jusqu’à » comme référant à une borne / terminus (après, à partir d’une borne précédente et en s’arrêtant à la suivante – πότ ou ἐμ).

62Autres remarques utiles, au fil du texte. — Face A, l. 71, la proposition à la syntaxe anacoluthique ἐπειδεὶ πλείουν τόπος εἶε δαμόσσος (palatalisation de δαμόσιος), οἷ κεχόρτισται doit être comprise, non : « because there was more public space, there it has been left uncultivated » (Missailidou-Despotidou), mais : (litt.) « puisqu’il y avait de l’espace plus (qu’ailleurs) qu’il soit public là où il a été laissé en pâture ». L’imparfait εἶε fait référence à la temporalité de l’arpentage et non à celle de l’énonciation (B75 ἐκρίνναμεν) ; δαμόσσος ne peut être que prédicatif, comme l’indique sa position non enclavée et après le verbe, de sorte que la virgule doit être avancée de façon à prendre place derrière εἶε. On aurait pu attendre une proposition infinitive à valeur jussive, comme δαμόσσον ἔμμεν, l. 76, mais l’accord s’est fait avec τόπος, au nominatif, dans la structure prédicative qui précéde. La relative à relatif prégnant (Vendryes) peut être considérée du point de vue du sens comme le sujet réel de ce prédicat : elle vaut comme substantif syntaxique, auprès duquel le relatif fait fonction de déterminant, comme l’a montré Benveniste (Problèmes de linguistique générale I, p. 208-222). Les infinitifs sont dans ce thessalien oriental en ἔμμεν, plus proche de l’infinitif dorien ἦμεν, tandis que dans la convention des Basaidai, de Métropolis (Helly, BCH 1970, p. 161-189), ils sont en ἔμμεναι, comme en lesbien.

63L. 76, βύσταν est la retenue d’eau, sans qu’il soit nécessaire d’invoquer un lieu-dit de ce nom. Le canal de dérivation (m. ὄχος) est de statut privé : l’adjectif de forme ἰδδιουστικόν qui l’exprime est un hapax (att. ἰδιωτικός), non tant par la palatalisation dont témoigne la géminée [dd] que par sa suffixation en -στικός, analogique de celle des adjectifs en -ικός construits sur des adjectifs verbaux du type σωστικός « capable de sauver, de préserver », sur σωστός, i. e. correspondant à des verbes en -(ί)ζω comme σῴζω.

64Face B, l. 6, le participe ἐξειόντουν, au gén. pl., correspond à ἐξιόντων en koinè. Nous avons apparemment ici une graphie décomposée de l’hiatus, comme avec diérèse : /io/ > [ijo] noté EIO. Il doit s’agir d’une parade pour éviter la palatalisation, i. e. la prononciation [jo] de /io/, susceptible de palataliser la consonne qui précède, en l’occurrence /s/, d’où une notation phonétique *ΞΣΟΝΤ ou *ΞΞΟΝΤ, qui aurait rendu l’initiale méconnaissable.

65L. 14 : dat. fém. τᾶ ἀλούου du nom de l’aire à battre le blé. Comme l’a indiqué L. Dubois, dans la Chronique d’étymologie 2 (1997) de la RPh, DELG (2009), s. v., nous avons ici la forme thématisée ἄλω(ϝ)ος, parallèle à la forme hom. à dérivation alphathématique ἀλωή, vs att. pseudo-thématique fém. ἅλως (suffixe -*ōw-, cf. πάτρως, acc. πάτρω-ν ou πάτρω-α), Chypr. alawo (neu. ἄλϝον, M. Egetmeyer, Grammaire, p. 390), sicilien d’Halaisa fém. ἄλος (IGDS, no 196). Voir aussi B. Helly, dans G. Rocca (éd.), Dialetti, dialettismi, 2004, p. 265-273. La plupart des formes ont été refaites en -*ō-w- à partir du radical ἀλ-ϝ-. L’arcadien a fait passer, quant à lui, la flexion difficile conservée par l’attique au type plus facile à fléchir en -ων, -ωνος. La variété des formes de ce mot dans les différentes régions du monde grec n’a rien d’étonnant : il renvoie en effet à un élément important de la vie rurale, dont on s’attend à ce que chacun se le soit approprié dans son patois local, en remaniant éventuellement sa flexion pour la simplifier. L’existence de la mythique Ἀλώιον (St. B.), non loin de la vallée de Tempè (sur laquelle donne la cité de Gonnoi, au nord-est de la Thessalie), fondation d’un héros Ἀλωεύς, éponyme du genos des Ἀλώαδες, pourrait inviter à considérer la dérivation thématique comme proprement thessalienne. Dans les sources littéraires, l’orthographe est évidemment koinéisée.

66Apparaît aux l. 16 et 22 le nom de lieu Σκότεσσα formellement distinct de celui de la cité de Σκοτοῦσσα dont émane notre texte. L’Inventory no 415, p. 706, fait connaître comme formes du nom de la cité : Σκοτοῦσσα (Simon.), Σκοτοῦσα (Ps.-Skylax), Σκοτοῦσαι (Arist.), Σκοτόεσσα (Paus.) ; et comme ethniques : Σκοτο̄σσαῖος (IG II2, 4a), Σκοτουσσαῖος (X.), Σκοτουσαῖος (St. Β.) et Σκοτοεσσαῖος (SEG 43 310, ca 300, décret de Scotoussa antérieur de 100 ans au nôtre).

67La forme de l’ethnique épichorique Σκοτοεσσαῖος et la forme du nom de la cité chez Pausanias permettent de poser Σκοτό(ϝ)εσσα, forme d’adjectif à suffixe possessif thématisé en -owent-, fém. -οwessa, avec l’extension du degré e du masculin au féminin, où l’on attend un degré zéro originel, donc -ϝασσᾰ. Beaucoup de ces adjectifs sont homériques. Nous avons donc ici la substantivation de l’adjectif féminin, comme si πόλις était sous-entendu ; alors que d’autres noms de cités sont faits de même, mais sur l’adjectif au masculin (Φλειοῦς « lieu des roseaux ou Roselière » < φλέως, Σελινοῦς « lieu du persil », Σκιλλοῦς « lieu des scilles, ou oignons de mer »).

68Il faut partir ici de σκότος « obscurité, ténèbres », d’où : « La ténébreuse ». L’adjectif est attesté dans le lexique, à partir d’Hésiode. Le nom est donc de tonalité assez élevée, à visée poétique. Chantraine indique qu’il existe une Aphrodite Σκοτιά (Hsch.) : secrète, cachée, cf. l’adj. σκότιος, qui peut qualifier l’adultère et a été employé substantivé au sens de « bâtard » (Hsch.). Il existe aussi un Zeus Σκοτίτας en Laconie (Paus. 3.10.6), peut-être ainsi dénommé, écrit Chantraine (s. v. σκότος), parce qu’il rassemble des nuages sombres ou que son sanctuaire est entouré de sombres forêts.

69Comment comprendre Σκότεσσα en face de cette forme ? Il faut très vraisemblablement partir du même étymon Σκοτό(ϝ)εσσα et postuler, non tant une syncope ([skotowessa] > [skotwessa] > [skotessa]), qu’une évolution survenue au stade où /w/ intervocalique n’était plus prononcé et où l’hiatus /oe/ a pu être résolu par une prononciation sonantisée de /o/ : [skoto(w)essa] > [skotoessa] > [skotwessa] > [skotessa], sans plus trace de [w].

70Du point de vue phonétique, cette seconde hypothèse est plus attendue, puisque la langue tend toujours à se débarrasser des hiatus. Il y a en tout cas resyllabation : le nom, initialement quadrisyllabe, tend à devenir trisyllabique. Σκότεσσα apparaît donc comme une forme plus évoluée phonétiquement que Σκοτόεσσα. Une autre réduction possible de l’hiatus est la contraction, qui paraît plus extérieure au thessalien, de sorte que la forme Σκοτοῦσσα du nom de la cité supposerait comme langue cible la koinè, tandis que Σκότεσσα reflète de toute évidence une prononciation locale. D’un point de vue historique, nous dit l’éditrice, nous pourrions avoir la trace d’un synoecisme qui aurait donné lieu à la cité, à laquelle aurait été rattachée l’autre bourgade. Comme ἐπί indique une proximité avec contact, Skotessa devait être directement attenante, un faubourg de Skotoussa. Ιl pourrait aussi être envisagé que le faubourg soit désigné des différentes variantes de ce nom, tantôt Σκότεσσα, tantôt Σκοτόεσσα, voire Σκοτοῦσσα, et que la partie fortifiée de la ville dont le texte fait l’arpentage ait été plutôt désignée comme ἀκρόπολις.

71L. 20-21 : le nom du « pied » au nominatif sg. figure sous la forme πός, ici et à plusieurs reprises dans le texte. L’ionien-attique a πούς, ποδός, et les dialectes à une seule série de voyelles moyennes, πώς, ainsi en dorien (πῶς· πὸς ὑπὸ Δωριέων Hsch.) ; mais ce dialecte a aussi πός, rhotacisé : πόρ· πούς. Λάκωνες (Hsch.). La langue homérique a des composés en -πος, d’après acc. sg. πόδα ou dat. pl. ποσί, comme τρίπος, acc. τρίπον, en face d’Hdt. τρίπους. Pour Chantraine (DELG, s. v.), ion.-att. πούς serait analogique de δούς, participe de δίδωμι : mais comment aurait pu jouer l’analogie, entre cette forme verbale de participe et le nom d’une partie du corps ? Il faut avoir présent à l’esprit que la forme ancienne, celle de l’époque des alphabets épichoriques, est ΠΟΣ, avec un <O> qui n’indique rien de la quantité vocalique. Les locuteurs prononçaient cette voyelle comme une longue. À date ancienne, ils disposaient d’une seule longue, dont l’aperture exacte était sans importance. Se sont créées progressivement de nouvelles longues, issues d’allongement compensatoires ou de contractions. Elles étaient caractérisées comme un peu plus fermées que les /o:/ hérités. Cette création de nouveaux /o:/ plus fermés a eu pour effet, dans un premier temps, et dans certaines régions, de rouvrir davantage, pour bien les distinguer, les /o:/ hérités. Des tentatives ont alors été faites pour améliorer l’orthographe, en distinguant /o/ bref de ces deux catégories de /o:/. Même en éléen, dialecte à voyelle moyenne vélaire longue unique après la réforme alphabétique, nous avons quelques traces isolées d’emploi du digraphe OY pour noter les nouveaux /o:/ fermés, comme dans la désinence de génitif sg. thématique et dans l’anthroponyme Ἀριουντίας (Minon, Glotta [2017], p. 110-113). Puis, certains dialectes ont adopté une notation unique pour tous les /o:/ : par exemple, <ω>, en dorien sévère de Sparte, et <ου> en thessalien. Et l’ionien-attique, et plus tard les koinai douces, comme celle du Nord-Ouest, adoptent le système plus complexe qui continue à distinguer graphiquement les deux types de voyelles moyennes vélaires longues : coexistent donc les graphies <ω> et <ου>.

72Comment comprendre la notation de la longue héritée au nominatif singulier du nom du pied, dans ce cadre ? En ionien-attique, on aurait attendu πώς, comme en dorien, et non πούς, qui est la seule forme attestée ; en thessalien, à l’inverse, on attendait πούς. La meilleure explication qui vaille, car il est difficile d’invoquer une analogie morphologique qu’on serait bien en peine de prouver, c’est que l’attique a répugné à utiliser πώς, précisément parce que la seule voyelle, ici constitutive du radical, aurait eu ainsi une allure trop dorienne ou insuffisamment ionienne-attique. Ce serait donc par une forme de revendication identitaire que l’attique aurait substitué ce <ου> typique de sa famille dialectale au <ω> attendu. Il n’est pas impossible, du reste, que la même motivation ait présidé, à la substitution de nom. masc. sg. δούς, à *δώς que l’on aurait étymologiquement attendu. Avant l’existence de la koina douce du Nord-Ouest, c’est vraiment le groupe ionien-attique, par excellence, qui est caractérisé par l’emploi de ce digraphe pour noter /o:/ fermé. Celui-ci a, certes, pris son origine à Corinthe, dans une ambiance cultivée où l’on réfléchissait au moyen de noter les longues en poésie (cf. R. Wachter, Non Attic Greek Vases Inscriptions, § 219-220), et il se trouve employé pour cette raison en dorien doux corinthien, y compris colonial. Mais cette notation est d’origine poétique, et s’est créée pour noter de la poésie épique : nous sommes là devant un marqueur quasi culturel, celui de la véritable culture d’origine ionienne, étendue à l’attique et à Corinthe à l’époque archaïque, par opposition au monde dorien, stigmatisé comme d’une culture inférieure. Revenons pour finir à notre forme πός thessalienne. Nous sommes ici au début du 2a. Nous avons rencontré un exemple de graphie qui pourrait traduire le nivellement des oppositions de quantité vocalique : πρότοι, Α77, vs προῦτον, Β7 ; mais l’analogie du reste du paradigme pourrait être surtout invoquée, puisque le mot est ici récurrent, principalement employé au pluriel.

73L. 29-30 : δειξόας est à corriger en δ<ιε>ξόα, comme ligne 44. Sur ce substantif surcomposé δι-εκ-σόα (< σεύομαι « mettre en mouvement »), voir ma notice du BE de la REG 2017, no 27, à propos de l’article de L. Dubois, « Le nom d’une taxe portuaire en grec ionien », REG 127 (2014), p. 603-608, où sont rassemblés les composés à même second élément, véhiculant tous la notion de « passage, passe ». Le nom Μιρούνδας, l. 33 et 61, est ensuite l’occasion de revenir sur la question de l’origine du suffixe Béot. -ώνδας, Thess. -ούνδας. Rappel des deux thèses en présence, qui ont encore fait l’objet récemment de l’article de M. del Barrio Vega, dans La suffixation des anthroponymes grecs antiques, 2017, p. 579-590 (et cf. G. Vottéro, dans le même volume, p. 614-616 ) : construction analogique de -ώνδας en boétien, d’où le phénomène semble s’être diffusé dans les autres régions (cf. F. Marchand, dans Philologos Dionysios, 355, table fréquentielle des noms ainsi suffixés dans l’ensemble du monde grec), par agrégation de -δας à -ων- : Ἄλκ-ι-ς, -ί-δης → Κλέων, Κλεών-δας (Rau, Harvard Working Papers in Linguistics 12 [2007], p. 137-173 et Vottéro). Ou syncope de la voyelle i bref (la plus propice au phénomène) dans la concaténation -ων-ίδας (Szemerényi, Syncope in Greek and Indo-European and the nature of Indo-European Accent, Naples, 1964, p. 41) : voc. -ώνῐδᾰ- > -ώνδᾰ. Selon ce dernier auteur, un élément important qui contribue à la syncope est l’entourage consonantique (dentales ou prépalatales très proches du lieu d’articulation de la voyelle, dont l’une au moins doit être une sonante, au statut très proche de /i/, facette vocalique de la sonante yod). La syncope de i est bien attestée en thessalien justement, où nous venons de rencontrer ἀστερᾶς < ἀριστερᾶς ; on postule la nature intensive de l’accent (sans que soit nécessairement exclue pour autant l’élévation concomitante de la voix) pour justifier que le phénomène paraisse presque limité à ce dialecte (le béotien pourrait en apporter quelques exemples aussi). Est attesté par ailleurs à Copai le nom d’homme au génitif de forme Ποιμένδαο, que Vottéro tend cette fois à expliquer par la syncope. En faveur de cette explication des noms en -ώνδας, outre le fait que -δας n’est par ailleurs pas attesté comme suffixe, il faut remarquer que si l’analogie postulée avait joué, il serait difficile d’expliquer qu’elle soit restée limitée à quelques régions. La question de la nature de l’accent et de la syncope qu’il rendait possible a pu être le facteur discriminant.

74L. 36 : οὑς τὸ προπάπβα[σ]σόν ἐστι ; le même terme est repris, l. 38, cette fois sous la forme προπβάσσοι, au génitif. Ce sont deux hapax, comme l’indique l’éditrice. Elle considère qu’il y a eu une erreur, vraisemblablement lors de la reprise du même mot, qui aurait été raccourci d’une syllabe. Elle suppose aussi, à juste titre, que la géminée sifflante traduit la palatalisation dialectale et que la séquence vient donc de -σιον. Elle rappelle que le thessalien a d’autres exemples de la séquence -πβ- dans Κοπβιδαῖος, Καπβολαία, ce dernier venant de *καταβολ-, avec apocope du préfixe, puis assimilation. Mais le premier est très vraisemblablement pour *Κομβιδαῖος, < κόμβος, désignation du « nœud, boucle, bourgeon » et du « petit-fils ». Elle songe alors à y retrouver *προκαταβάσιον, de προκαταβαίνω, cf. L. Dubois, BE 1994, nos 259-260. L’auteur de la notice du SEG 1993, no 311, p. 97, songe, quant à lui, soit à *προσβάσιον « accès », soit à πρόβασις « lieu des πρόβατα » (Hom.+), i. e. la désignation d’une propriété d’éleveur ou d’un élevage. Mais à mon avis, il s’agit plus vraisemblablement de : προ + παν + βάσιον. Une fois la palatalisation produite et l’assimilation de la nasale en [p], on attend sans doute προπαπβά[σ]σον ἐστί. Le bégaiement sonore (ici souligné) rend ce mot redoutable à prononcer. Le graveur a donc soigneusement adopté l’orthographe assez étymologique, la première fois, mais la seconde, il a noté ce qu’il prononçait. πρόπας signifie : « tout du long », ainsi Hom. πρόπαν ἦμαρ « au long du jour, le jour tout entier » (Il. 1, 601, etc.). Il existe par ailleurs πρόσβασις au sens d’« accès » (Hdt.+) notamment en contexte militaire, un accès à des tours, par l’escalade. Nous aurions alors ici la désignation d’un « accès tout du long », une sorte de coursive laissée libre, et la seconde mention du mot, l. 38, indique qu’elle n’était pas parallèle à la muraille, mais plutôt perpendiculaire puisqu’elle servait de point de repère, au même titre que les tours.

75J. Méndez Dosuna a montré dans A. C. Cassio (éd.), Κατὰ διάλεκτον, Naples, 1999, p. 407-451, que la prétendue valeur locative de la conjonction ὡς (ici οὑς), que les dictionnaires indiquent comme valant « où » dans certains dialectes, notamment chez Théocrite, au même titre que le relatif adverbial οὗ de l’ionien-attique, alors que par sa forme même, elle apparaît comme un instrumental, était une chimère syntaxique. Le contexte est toujours celui d’indications de directions ou de mouvements, et non de localisations immobiles sans mouvement, même avec un verbe « être » comme ici. Le détour par la linguistique cognitive et une réflexion sur la façon dont se créent les catégories grammaticales lui fait considérer que la manière qu’indique le plus souvent le ὡς comparatif doit son origine à une perception plus concrète qu’abstraite. Il montre ainsi que le sens de cette préposition est « par où » et que ce sens spatial concret a pu donner lieu au sens abstrait « de quelle manière, comment, comme ».

76Quelques micro-toponymes méritent un commentaire : Ἐννεα-πέλεθρον, l. 59 : noter ici la forme Hom. neu. πέλεθρον, également attestée notamment à Corcyre et à Delphes, en face de πλέθρον (Hdt.+) ; le béotien de Thespies emploie la variante βλέθρον (Roesch, IThesp 46, ca 250 a. C., etc.), sonorisée par assimilation régressive. C’est une mesure de 100 pieds, éventuellement au carré, soit environ 10 ares. Notre toponyme ou micro-toponyme désigne 9 fois cette mesure : nous ne sommes pas loin de l’équivalent d’un hectare. L’étymologie n’est pas claire : Chantraine postule un rapport avec πέλομαι ; Βeekes y voit, comme trop souvent, un mot pré-grec, mais rappelle le rapport postulé aussi avec πίμπλημι. Une racine i.-e. *pleh1- pourrait expliquer en effet la double syllabation πελε- et πλε-, même s’il est vrai que l’on attendrait plutôt le degré plein -πλη-. Il est surtout intéressant de noter l’emploi de la forme ancienne, homérique, poétique pour désigner cet emplacement. Archaïsme ou imprégnation de la culture homérique ? L’influence épique est bien vivante dans l’onomastique anthroponymique et a toute chance de pouvoir l’être aussi dans la toponymie. Ἀντιλάεια, l. 56, a toute chance, en revanche, de désigner la propriété d’un dénommé Ἀντίλαος, avec l’adjectif de possession formé sur le nom, de façon attendue, en -ειος.

77L’hapax Αὐροσχαδό-φορος, l. 57 (τᾶς πύλας τᾶς Αὐροσχαδοφόροι) et 58, n’est pas sans intérêt. Son premier élément est αὐροσχάς, -άδος. On apprend par des fragments de l’Alexandrin Ératosthène (Fr. 37), et surtout par le commentaire qu’en donne L’Etym. Genuinum (époque byzantine) que c’est la tige qui porte la grappe de raisin : Ἐρατοσθένης δὲ ἐν Ἐπιθαλαμίῳ τὸ κατὰ βότρυν κλῆμα. Il doit donc être question ici d’une porte qualifiée de « porte-grappes », peut-être en référence à la façon dont elle était décorée de feuilles de vignes et de grappes au moment des vendanges, à moins qu’elle n’ait mené à un sanctuaire de Dionysos hors les murs. Comment αὐροσχάς est-il formé ? Chantraine invite à rapprocher le mot, pour la formation, de : ἀρασχάδες· τὰ περυσινὰ κλήματα « les dernières branches ». Le DGEsp propose ἔχω précédé d’un 1er élément et le met en rapport avec ἄρεσχαι, ὀρεσχάς. Le premier est glosé par Hésychius : ἄρεσχαι· κλήματα, βότρυες. Le second est présenté par Harpocration comme l’équivalent de ὄσχη « scrotum », qui lui-même pourrait être fait sur ἔχω préfixé en ὀ-, l’équivalent de ἐπί, comme dans ὄ-βριμος : cela signifierait « qui tient contre, est accolé » ; une glose d’Hésychius, surtout, est éclairante : ὀρεσχάς· τὸ σὺν τοῖς βότρυσιν ἀφαιρεθὲν κλῆμα. Il s’agit bien, chaque fois, des petites tiges qui relient les grappes à la branche, et que l’on décroche en même temps qu’elles. La confrontation de ἀρα-σχάδες et de αὐρο-σχάς ou αὐρ-ο-σχάς invite à se demander si le premier élément ne serait pas à mettre en relation avec le nom de la brise, αὔρα, cf. CEG 14, RPh 2015, s. v. (ἀϝήρ, dérivé en αὔρα, mis en rapport plutôt qu’avec ἄημι, avec *aus-er- de même étymon que le nom de l’aurore, ἕως. Cf. e. g. Od. 5, 469 : αὔρη δ’ ἐκ ποτάμου ψυχρὴ πνέει ἠῶθι πρό « une brume matinale glaciale souffle du fleuve à l’approche de l’aurore »). Le o présent dans la forme que nous avons ici pourrait être le préfixe ὀ- devant -σχ- : la tige serait donc désignée comme « ce qui (sou)tient (contre, face à) la brise » ; le premier élément de ἀρα-σχάς (ἀρασχάδες) serait une variante sans vocalisation de *w : on notera alors que αὔρα et ici αὐρο- évoquent la vocalisation de *w avec diphtongaison typiquement éolienne : cf. Hodot, Le dialecte éolien d’Asie, Paris, 1990, p. 67 : ναῦος < *naswos > *nawwos), Bechtel GD 1, § 25 (Sapph. αὔως vs ion., hom. ἠώς, att. ἕως).

78L. 62-63, après un vacat et avant l’énumération des κατὰ + acc. : κὰτ τὸς τόπος, τὸς κεῖνθαι χόρτοι est à traduire probablement « en ces lieux, là se trouvent les pâturages » (ou « voici les lieux de pâture »), avec un tour corrélatif, et reprise du déterminant à valeur cataphorique devant τόπος par l’anaphorique τὸς devant κεῖνθαι, dont le maintien à l’accusatif s’expliquerait par cet effet de reprise même. Il faut ensuite comprendre ce qui a été laissé en lettres majuscules, comme le propose du reste l’éditrice elle-même : τᾶν ἐντὸς οὐιᾶν gén. pl. correspondant à att. τῶν ἐντὸς ᾠῶν. ᾦα est le bord d’un vêtement, plus généralement, la lisière. Il s’agit à l’évidence des zones en marge, mais à l’intérieur des murailles, loin du centre de la ville. Le mot est bien connu par l’épigraphie. La ponctuation qui sépare ce syntagme du tour précédent est à supprimer, pour comprendre en définitive : « Voici les lieux de pâture des marges de l’intérieur de la ville ».

79L. 68 : la forme πύλιδδα avec la géminée dentale, pour ce nom de la poterne, fait se demander s’il faut bien postuler une remontée de l’accent lesbo-thessalienne. On pourrait se demander au contraire si l’accent ne serait pas en fait à la place qu’il occupe dans la forme correspondante de la koinè, à savoir πυλίς, -ίδος. Ce serait en ce cas la forme thessalienne de l’accent (d’intensité), et non sa position, supposée récessive, qui justifierait la gémination, dans un contexte qui, cette fois, n’impose pas de palatalisation (pas de voyelles en hiatus).

80Les lignes 64-76 qui constituent la fin du texte énumèrent ainsi les zones de pacage (sous la forme de syntagmes tous introduits par la préposition κατὰ + accusatif, qui réfèrent à autant d’emplacements définis chaque fois par rapport à un point de repère qui permet de les distinguer), distinctes de celles qui ont été définies explicitement comme publiques (δαμόσσον) et qui sont de plus grande taille. Faudrait-il comprendre que dans celles-ci, tout particulier pouvait mener ses bêtes ? Et que dans les recoins des marges, la pâture revenait de fait aux propriétaires des parcelles attenantes, pour lesquels il était commode d’y mener leurs bêtes, sans avoir besoin de les faire sortir par la poterne en direction de la pâture hors-les-murs (A71-72) ou de les mener vers la pâture plus vaste mais plus éloignée (B59-60). Sur la question du statut public ou privé des ἐσχατιαί, dont il peut s’agir ici, cf. C. Chandezon, L’élevage en Grèce (fin Ve-fin Ier a.C.), Bordeaux, 2003, p. 75-79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 111-133.

Référence électronique

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4213 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4213

Haut de page

Auteur

Sophie Minon

Directrice d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search