Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesPhilologie romane

Résumés des conférences

Philologie romane

Fabio Zinelli
p. 239-242

Résumé

Programme de l’année 2019-2020 : Occitan et français en contact, la Bible d’Acre et sa traduction occitane (ms. Paris, BNF, fr. 2426).

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Philologie romane
Haut de page

Texte intégral

1Les conférences de l’année ont commencé traitant – en alternance toutes les semaines – deux sujets liés à deux domaines de recherche distincts. Dans le cadre du premier sujet, l’attention a été portée sur le ms. Paris, BNF 2426 (xve s.) contenant une traduction de la Bible en occitan. Le deuxième sujet portait sur la diffusion du Roman de Tristan en prose en Italie aux xiiie et xive siècles. Les séances consacrées à la partie occitane du séminaire ont été précédées par une heure d’initiation à la lecture de la langue des troubadours (en passant par l’analyse et le commentaire grammatical de la chanson Aissi m’es pres com celui qe cerqan, BdT 213.1a attribuée à Guillem de Cabestanh).

2Le confinement suivant l’éclosion de la pandémie de la Covid a aussi bouleversé le fonctionnement du séminaire (quelques séances avaient déjà été perdues en décembre pour cause des grèves contre le projet de réforme du régime des retraites). Les conférences ont repris à la mi-mars par visioconférence (par le biais du système Zoom d’abord, par Gotomeeting par la suite). On se retrouva ainsi, directeur d’étude et auditeurs, à apprendre à se servir de ce nouvel outil. Pour garder la concentration nécessaire à la réussite des conférences, la décision fut alors prise de renoncer au principe de l’alternance des sujets et de se recentrer, toutes les semaines, sur un seul des arguments proposés. Le choix tomba sur la Bible occitane du ms. fr. 2426. Ce dernier dossier présentait un avantage notable : celui de pouvoir être traité aussi bien sous l’angle de la philologie occitane que de la langue d’oïl, de la sorte à ne pas faire regretter l’interruption des conférences tristaniennes. En effet, la traduction des livres bibliques conservée par le manuscrit fr. 2426 n’est pas une traduction directe de la Vulgate latine mais une traduction faite du français. Le modèle nous est connu. Il s’agit de la traduction connue sous le nom de Bible d’Acre conservée pour l’essentiel par deux manuscrits copiés en Terre sainte, Paris, Arsenal 5221 (3e quart du xiiie s.) et Paris, BNF, NAF 1404 (ca 1280-1291).

3Il existe désormais deux éditions du texte occitan : celle de Cyril P. Hershon (publiée dans la Revue d’études d’Oc, 2016) et celle de P. Wunderli (Éléments de l’Ancien Testament en occitan. Rédaction du XVe siècle, ms. BN fr. 2426, Tübingen, Francke, 2019, 2 vol.). Les deux éditions présentent un certain nombre de problèmes. Elles contiennent des fautes de transcription (plus nombreuses dans la deuxième au sujet de laquelle il faut cependant souligner qu’il s’agit d’un travail paru posthume). De plus, aucune des deux éditions ne tient compte du texte source en ancien français (les renvois au texte latin par Wunderli présentent néanmoins l’avantage de guider le lecteur à travers les passages où la traduction, au lieu d’être littérale, résume et remanie le texte).

4Le premier point à élucider concerne la localisation sinon de la langue même de la traduction occitane, de la scripta du ms. fr. 2426, qualifié de provençal par C. Brunel dans son répertoire des manuscrits littéraires occitans (1935). P. Wunderli, fidèle à une thèse soutenue dans d’autres de ses publications, parle d’une langue mélangeant de traits dialectaux différents. La scripta du manuscrit refléterait une koiné spécifique des traductions bibliques en occitan. Le but de la mise en place d’une telle koiné était celui d’assurer aux traductions une large diffusion. La thèse, attribuant à la Bible occitane le même souffle ayant animé la traduction de la Bible par Luther, est intéressante. L’analyse de la scripta semble pourtant donner raison (au moins pour la localisation du manuscrit) à C. Brunel. Le manuscrit appartient à la zone causa / fach, correspondant à une aire assez large incluant la Provence et on y repère régulièrement la présence du -n mobile, trait habituel des dialectes provençaux à l’est du Rhône. On recense aussi plusieurs autres spécificités provençales telles que l’adjectif redier « dernier », les formes avec dissimilation -m- / -m- en -n- / -m- renembransa, renembrar, la métathèse bezenir pour benezir et le substantif fruc « fruit ». La forme clerdat pour clardat est, elle aussi, bien conservée par les textes provençaux. Il en est de même pour l’article sa < IPSA si c’est bien de cette forme spécifiqe qu’il s’agit en 5.3 (« Digas mi qui es aquest pobol e aquestas gents que pausan e habitan en sas montanhas ») et en 5.5 (« yeu vos ho diray cuy es aquest pobol que habitan en sas montanhas »).

5Un problème majeur concerne la place qui revient à la traduction dans le cadre de la transmission textuelle de la Bible d’Acre. On dispose à ce jour d’une édition de la Genèse et de l’Exode par Pierre Nobel (Presses universitaire de la Franche-Comté, 2006 ; l’édition des livres historiques est actuellement en préparation par le même chercheur). Le problème est complexe. P. Nobel après l’examen d’indices contradictoires finit par dessiner provisoirement un stemma où à une branche représentée par le ms. NAF 1404 (= N) et par la traduction occitane (= N2) s’oppose une branche représentée par le seul manuscrit de l’Arsenal (= A). Afin de récolter des données entièrement nouvelles, il a été choisi d’analyser dans le détail un texte ne rentrant pas dans les chantiers ouverts par P. Nobel. Le Livre d’Esther, de longueur limitée, a semblé le plus approprié y compris sur le plan pédagogique. Le directeur d’études et quelques étudiants en master devant valider leur participation au séminaire ont ainsi préparé, chapitre par chapitre, l’édition du texte français. En suivant le protocole fixé par P. Nobel, N a été pris comme manuscrit de base. Son texte étant toutefois assez fautif, il a fallu le corriger à plusieurs reprises à l’aide d’A (à son tour loin d’être impeccable) et de la même traduction occitane.

6L’examen du texte a mis en évidence un certain nombre de lieux critiques susceptibles de valider la reconstruction de P. Nobel ; d’autres passages semblent en revanche situer la traduction occitane dans la deuxième branche de la tradition, à côté du manuscrit A. Parmi ces derniers, on compte des omissions limitées à quelques mots ou même à une partie de la phrase. En II 10, « Or et a[r]gent a refus prist Olofernes por sodoyer<s> toz ceaus qui sodees vodroient prendre », seul N a conservé la locution a refus, traduisant le latin multum nimis. Le syntagme correspond à une tournure rare (« tellement qu’on en refuse, surabondamment », un exemple est cité par Godefroy, repris ensuite par le FEW, X 199b ; ou faut-il construire « prist a refus or et argent, etc., il dédaigna or et argent pour payer les soldats » c’est-à-dire « il dépensa sans compter » ?). Sa rareté pourrait suggerer qu’il ait été omis independamment par A N2. En III 11, manque dans A N2 une partie du texte original, « por apaisier la grant fierté de son cuer » (= N) traduisant « ferocitatem ejus pectoris mitigare potuerunt » de la Vulgata. De plus, en V 10, en correspondance du latin IV 10 in aedificationibus urbium suarum, seul N est susceptible d’avoir conservé le texte original : « [les rois de Egypte] fermerent viles et cités », contre por faire viles et cités de A et per fayre ciutats de N2. Or, la leçon de N a son pendant dans l’Exode 15, 17 [= éd. Nobel chap. XIX] « le tien saintuaire, lequel fermerent tes mains » traduisant ici littéralement le latin « sanctuarium tuum, Domine, quod firmaverunt manus tuæ ». Il est remarquable que le verbe fermer avait ici déjà suscité une réaction de la part d’A et de N2 – ou plutôt dans un modèle qu’ils avaient en commun – puisque il y est remplacé par le doublet « faire et créer » (« el tuen saint saintuaire que tu feis et creas » A, « el tieu sant santuari que tu fezist e creyest » N2).

7Cependant, toujours en 5.10, juste avant le passage cité, on remarque qu’il est au tour de N d’accompagner la traduction occitane dans une leçon (« les rois de Egypte les gueroiassent » N, los guerregues fortment N2) les éloignant du texte biblique (« Cumque gravaret eos rex Ægypti »), texte traduit au pied de la lettre par A (« que le rei d’Egypte les grevast »). La seule manière pour préserver l’hypothèse d’une source commune à A et à N2 serait de penser qu’une leçon abrégée gruast (= grevast) présente dans l’archétype aurait été perçue, indépendamment par A et par le traducteur occitan, comme équivalente au verbe guerroyer. Sinon, la seule hypothèse à même de concilier les deux figures stemmatiques proposées serait celle qui surgit automatiquement dans ce genre de situations : celle d’une contamination. Le texte de N2 serait ainsi le fruit d’une contamination entre N et A.

8Un autre aspect majeur du dossier étudié concerne l’emploi de la scripta française d’Outremer dans les manuscrits N et A, copiés, les deux, en Terre sainte. Il est intéressant de noter que la présence de traits marqués est nettement plus forte dans N où on trouve les formes leuc « lieu », feuc « feu », les ziaus « les yeux », le verbe amermer « amoindrir » et les prépositions fine(s) a et soute. Dans A, ces traits sont absents et on trouve à leur place les formes « neutres » l(i)eu, feu, oils, jusques a, dejoste. La richesse des enluminures de A renvoie à un destinataire important (le nom de Saint Louis, présent à Acre entre 1250 et 1254 a aussi été suggéré) et on pourrait même penser que l’absence des traits mentionnés serait le résultat de la neutralisation consciente d’un état originaire (dont le cas isolés de luec A 12 va serait une trace) : il s’agirait de rendre le manuscrit exportable au-delà même de la Terre sainte ou, en tout cas, plus proche des attentes linguistiques d’un lectorat d’origine « continentale ». Il ne faut pourtant pas oublier que A présente d’autres traits marqués – très faiblement représentés dans – tels le passage de s + cons. à h (mahle) ou l’emploi de la diphtongue ei (voir sa réduction à e) pour oi dans des mots tels veie, rei, aleit, aveir / aver, etc.

9Le dossier de la Bible d’Acre offre d’ailleurs une opportunité ultérieure pour étudier la démarche de neutralisation auquel peut être soumise la scripta d’Outremer lors du processus de copie d’un manuscrit. Le ms. Chantilly, musée Condé, 3, compte comme une copie directe de N exécutée en France au xive s. En tant que copie, son témoignage n’a aucun poids pour la reconstruction du texte critique. Cependant, le ms. permet d’observer le comportement d’un scribe continental vis-à-vis d’un manuscrit provenant de Terre sainte. Au lieu de transposer entièrement la scripta du modèle dans son propre système linguistique, le copiste a procédé à une sorte de démarquage progressif qui porte à la suppression de certaines formes spécifiques (leuc, mal compris, devient au f. 2vb leue = l’eve ? « eau » et leu / lieu par la suite ; on trouve toujours la forme feu). Le manuscrit conserve toutefois une forme lexicalisée telle que zeaus (3ra, 6ra, 8ra, 14rb, 27vb). Certains lexèmes d’origine non romane (les arabismes daies « sages-femmes », jarre « grande cruche de terre cuite », barde « bât, selle de bêtes de some ») ont résisté aussi bien que les occitanismes amermer « amoindrir », cremer « craindre », espremer « presser les raisins ». D’autres lexèmes qu’on pouvait rendre « plus français » au moyen d’une simple retouche, ont été transformés jusqu’à en perdre leur caractère marqué. C’est le cas des occitanismes servecial « serf » et de cuisinat / cuisenat de lentilles, « plat cuisiné », devenus respectivement service et cuisiné.

10Au-delà de l’étude de la langue, une bonne connaissance de la scripta d’Outremer peut se révéler utile pour la reconstruction du texte. En I 7 (où il n’y a pas de correspondance exacte avec le texte latin), on lit dans N que Nabugodonosor « pensa que les autres regnes et regions metroit soz soy et toute la seignorie ». La leçon ne semble pas offrir un sens clair (il faudrait supposer que toute la seignorie constitue une troisième entité, quoique plutôt vague, à côté de regnes et regions). La bonne solution est indiquée par A « soz soy et sa seignorie » et par N2 « sots si e desots sa senhoria ». Elle peut s’appuyer sur un passage qui se trouve un peu plus loin dans le texte, en II 3 : « et metroit toutes les regnes et regions estranges sous sa seignorie » (= N ; desoz sa s. A, sots sa senhoria N2) correspondant parfaitement au latin (« ut omnem terram suo subjugaret imperio »). Pour ramener la leçon de N toute la seignorie au sens qui convient au passage, il suffirait alors de corriger le texte en soute la seignorie. Ce faisant, on récupérerait une forme de la préposition « sous » de très grande diffusion dans la scripta d’Outremer (et présente ailleurs dans N) où on trouve à la fois soute et sout (Minervini, Chronique du Templier de Tyr, gloss. ; F. Zinelli, Medioevo romanzo, 2007, p. 58).

11La recherche, on le voit, mérite d’être poursuivie et pourra encore faire l’objet des conférences pour les années à venir. Plusieurs points restent à élucider. Les hypothèses stemmatiques évoquées devront être testées sur d’autres livres bibliques. Le cas du livre de Daniel, présent dans la traduction occitane mais absent de N et de A, devra aussi faire l’objet d’un examen stratigraphique afin de déterminer s’il a été traduit directement du latin ou s’il correspond à la traduction d’un modèle français appartenant peut-être au même noyau que la Bible d’Acre mais qui, pour une raison à déterminer, n’aurait pas été inclus dans les manuscrits N et A.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Zinelli, « Philologie romane »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 239-242.

Référence électronique

Fabio Zinelli, « Philologie romane »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4375

Haut de page

Auteur

Fabio Zinelli

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2012-2013
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 145 | 2014
  • Philologie romane [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2011-2012
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 144 | 2013
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search