Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesLe Livre de Boece de Consolation ...

Résumés des conférences

Le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye (Bruges, Colard Mansion, 28 juin 1477, 20)

Éditer un incunable
Franz Lebsanft
p. 243-244

Texte intégral

1M. Franz Lebsanft, professeur de philologie romane à l’université de Bonn, directeur d’études invité, a tenu quatre conférences dans le cadre des séminaires de M. F. Zinelli et de Mme Joëlle Ducos (janvier-février 2020, titre : « Le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye [Bruges, Colard Mansion, 28 juin 1477, 20] : éditer un incunable »). F. Lebsanft a exposé son projet d’édition de l’incunable brugeois d’une traduction anonyme de la Consolatio Philosophiae de Boèce (Livre de Boece de Consolation de Phylosophye). Le livre, conservé par huit exemplaires complets et par un fragment, est l’œuvre du célèbre copiste-calligraphe et typographe d’origine flamande Colard Mansion. La traduction de la Consolation de Philosophie (qui pour les parties en vers présente une variété métrique notable), est complétée par la traduction partielle du commentaire de Renier de Saint-Trond (1381), commentaire dont l’original, conservé par six manuscrits (la fermeture des bibliothèques imposée par la pandémie a empêché pour l’heure de confirmer l’existence probable d’un septième témoin), est encore inédit.

2Les conférences ont notamment abordé les aspects philologiques et linguistiques du projet qui prévoit une édition de la traduction de la Consolation et du commentaire ainsi qu’un glossaire complet.

3La première conférence permis de situer le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye dans la tradition des traductions françaises médiévales de l’œuvre du philosophe romain. Elles sont au nombre de douze. L’incunable brugeois fait partie des quatre traductions prosimétriques ayant vu le jour tout au long des xive et xve siècles. Lors de la deuxième conférence, F. Lebsanft a présenté une analyse codicologique et typographique de l’ambitieux incunable de Colard Mansion (20, 281 f.). Le livre revêt une place de choix dans la protohistoire de l’imprimerie. Dans le dernier quart du xve siècle, face aux forces montantes des Habsbourg, le comté de Flandre (qui, à ce moment-là, fait partie de la principauté bourguignonne) se sépare progressivement du royaume de France. La ville de Bruges, située à la frontière nord-est du royaume et en terres germanophones, est un lieu de rencontre plurilingue où le français fait figure de langue dominante (« high variety », selon la terminologie sociolinguistique de Charles Ferguson). Dans ce contexte, l’introduction précoce de l’imprimerie en 1474 – quatre ans après Paris, un an après Lyon – revêt une importance capitale. Si le premier texte imprimé à Bruges est attribué à William Caxton (Jacobus de Cessolis, De ludo scachorum), Colard Mansion devient successivement l’imprimeur le plus important pour la période allant de 1475 à 1484 avec une production tant en latin qu’en français.

4Dans la troisième conférence, à partir d’une analyse du prologue, tout particulièrement élaboré, F. Lebsanft s’est penché sur les stratégies d’énonciation du texte en distinguant quatre niveaux dans l’œuvre comprenant : (i) le texte de Boèce, (ii) le commentaire/compilation de Renier de Saint Trond, (iii) la traduction, œuvre d’un « honneste clerc desolé », (iv) les interventions de l’imprimeur Colard Mansion. L’enjeu était d’évaluer les conséquences d’une telle complexité pour le travail de l’éditeur. Lors de la dernière conférence, F. Lebsanft a analysé la structure du commentaire latin de Renier de Saint Trond (encore inédit) comprenant les deux volets d’explication de la « constructio in legendo » et de l’« expositio » (ou « enarratio »). Le traducteur supprime la partie correspondant à la « construction » et traduit, tout en la remaniant, l’« exposition ». La traduction garde toutefois encore des traces de la « construction » mises à profit pour restituer le sens du texte boécien. L’édition du texte français ne peut se faire sans le recours constant au commentaire latin. La question, cruciale, qui en découle est de savoir si la traduction n’est qu’une « interpretatio » ou si elle est une « recréation » du texte latin en langue vulgaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franz Lebsanft, « Le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye (Bruges, Colard Mansion, 28 juin 1477, 20) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 243-244.

Référence électronique

Franz Lebsanft, « Le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye (Bruges, Colard Mansion, 28 juin 1477, 20) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4384 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4384

Haut de page

Auteur

Franz Lebsanft

Directeur d'études invité, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques, université de Bonn (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search