Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesCulture et vulgarisation dans la ...

Résumés des conférences

Culture et vulgarisation dans la France médiévale

Joëlle Ducos
p. 262-266

Résumé

Programme de l’année 2018-2019 : I. Nombre et figure au Moyen Âge. — II. Mémoire et encyclopédisme.

Programme de l’année 2019-2020 : I. Une œuvre, des manuscrits : les traductions d’Aristote par Nicole Oresme. — II. Mémoire et encyclopédisme dans les textes en français médiéval.

Haut de page

Texte intégral

[2018-2019]

I. Nombre et figure dans la France médiévale

1À la suite d’une première enquête en 2017-2018, la conférence a poursuivi cette recherche sur les usages du nombre, ses définitions, ses usages et l’évolution des concepts avec la collaboration de M. Stéphane Lamassé, maître de conférences à l’université Paris I, spécialiste des mathématiques marchandes à la fin du Moyen Âge. Après avoir envisagé les théories et usages du nombre dans la pensée savante en 2017-2018, cette seconde année a été centrée sur l’utilisation médiévale. La première séance a permis d’aborder un aspect des nombres qui est souvent un peu mis à l’écart ou encore traité de manière anachronique, celui de la symbolique des nombres. Elle s’est centrée sur les successeurs d’Isidore de Séville et un milieu cistercien du xiie siècle, étudiée par Hanne Lange, autour d’Odon de Morimond. Parmi les questions posées par cette symbolique, il y a celle de la possibilité du calcul. L’héritage de ce rapport aux nombres se poursuit tout le long du Moyen Âge notamment dans les textes encyclopédiques en latin ou en français : c’est ainsi que le livre 19 de Barthélemy l’Anglais consacré aux nombres contribue à la continuité de cet héritage dans la diffusion manuscrite. La traduction de Jean Corbechon réduit d’ailleurs à cette conception du nombre les développements du De proprietatibus rerum, et démontre ainsi la permanence de cette conception, alors même que la pensée mathématique se déploie dans d’autres perspectives en cette fin du xive siècle. Dans la continuité de cette perspective, la deuxième séance invitait à envisager l’usage du nombre dans la Bible et surtout dans l’exégèse, quand le nombre dit une autre réalité qu’une approche strictement numérique. L’examen s’est fait à partir de documents latins et français. Deux séances ont été consacrées ensuite aux nombres dans les manuscrits français, pour mettre en évidence la relation qu’ont les nombres avec l’écriture, avant que ne se mettent en place les méthodes d’expression symbolique au xvie siècle. La première a été consacrée à Nicolas Chuquet par Stéphane Lamassé. Comment mettre par écrit tous les nombres dont on fait usage ? Représenter, figurer les chiffres est en soi un choix parfois complexe. Mais l’extension du domaine des nombres sur toute la période médiévale accentue l’enjeu de l’écriture avec des nouvelles notions. On a pu prendre l’exemple des fractions chez Léonard de Pise, des difficultés rencontrées par Nicolas Chuquet pour exprimer les racines, proposer des méthodes de mise par écrit favorisant la lecture et une compréhension correcte du nombre à manipuler. Cela concerne aussi les choix de plusieurs manuscrits, comme le BNF français 1339 pour écrire ce que nous considérons aujourd’hui comme de l’algèbre. La seconde séance s’est concentrée sur le manuscrit autographe d’Évrart de Conty pour sa traduction des Problèmes d’Aristote, sur la graphie des nombres et leur emploi dans les questions consacrées aux problèmes de mathématiques et de musique. De la définition à la graphie pour arriver à l’usage des nombres, telle était l’organisation du séminaire. Trois séances ont permis de s’intéresser à trois usages. Le premier est lié à la mesure, qui permet de couvrir un éventail large, de la mesure du monde dans l’acte créateur de la Genèse jusqu’à l’arpentage, avec une définition étymologique de la géométrie, « mesure du monde », et représentée en tant que telle dans les allégories des arts. C’est ainsi que les nombreux discours encyclopédiques français sur la grandeur des objets naturels, ou leur nombre ont amené à situer plus clairement ces développements, cosmologiques selon une définition contemporaine mais relevant de fait de la géométrie, au sens médiéval du terme. Un deuxième usage est celui, très spécifique, de l’astronomie et des tables, où le nombre est à la fois information et outil pour d’autres calculs. Matthieu Husson, chercheur CNRS (UMR Syrte, Observatoire de Paris), a pu ainsi faire plusieurs études de cas. Enfin Stéphane Lamassé s’est fondé sur les textes des changeurs car les nombres qui y sont présents conduisent à affronter les difficultés des conversions liées aux unités de mesures. Comment faire des calculs avec des nombres qui sont constitués par des subdivisions (livres, sous, deniers) ? Il faut rappeler que cette perspective est au centre de la pratiques vernaculaires des mathématiques : outre le livre des monnaies de Nicole Oresme, un siècle avant, la traduction de l’Artis cuiuslibet consummatio en français intitulée Pratike de geometrie, substitue aux considérations théoriques latines, un développement sur le change de monnaie, outre la mesure des tonneaux et l’arpentage. L’usage écrit du nombre en français est donc à la frontière d’une théorie numérique savante et d’usages très concrets, liés en particulier à la vie économique.

II. Mémoire et encyclopédisme

2Si la question de l’encyclopédisme est au cœur de la culture médiévale à partir du xiiisiècle, elle s’accompagne d’une réflexion sur la mémoire et d’un développement des outils facilitant la connaissance. La célèbre formule de Richard de Fournival sur les deux portes de la mémoire et les livres de M. Carruthers sur les arts de mémoire au Moyen Âge ont été à l’origine de cette thématique, pour réfléchir sur la relation entre encyclopédisme et mémoire, non seulement dans les modalités d’écriture et les enjeux des textes qui relèvent de l’encyclopédisme, mais aussi dans la matérialisation de la page et du manuscrit. Après une première séance pour définir les deux notions clés de la thématique, l’encyclopédisme et la mémoire, la deuxième séance s’est intéressée spécifiquement à la citation, dans des textes qui reposent largement sur une compilation choisie. Elle est matérialisée ou non dans les manuscrits. L’examen des folios de manuscrits de Vincent de Beauvais démontre la fonction des marques graphiques pour le repérage des auteurs et des œuvres avec paradoxalement la mise en évidence des passages signalés par auctor, qui en souligne l’originalité. Dans les encyclopédies françaises, la citation est souvent masquée par l’adaptation en français. En revanche les noms d’autorités peuvent être présents mais relèvent plutôt d’une caution auctoriale que de la mention d’une citation authentique. La citation n’a donc pas la même valeur entre les œuvres latines et les œuvres française : aide pour les moines, les clercs ou les étudiants dans de véritables compendia, elle est moins indispensable en français au moins au xiiie siècle, et l’adaptation française la transforme en résumé commode : le nom de l’autorité y devient signe d’une culture. L’un des points qui contribuent à la mémorisation est évidemment l’utilisation de tous les outils de repérage : table des matières, index, table des chapitres, rubriques, mais aussi structuration d’un chapitre avec les lettrines et les pieds de mouche. Une séance a permis de voir les variations selon les manuscrits, les copistes et les lectorats supposés ainsi que les adaptations dans les incunables et les premiers imprimés. Mémoire et encyclopédisme peuvent aussi s’associer dans des objets révélateurs d’un savoir : c’est le cas de la chambre de la comtesse Adèle dans Baudri de Bourgueil, mais aussi dans les nombreux objets reproduisant le cosmos, le monde ou les savoirs (tentes des romans antiques, robe de couronnement d’Erec dans Chrétien de Troyes, échiquiers, horloges…). La vue et la parole s’associent alors dans des constructions souvent complexes, où la globalité d’un monde est saisie dans une construction qui amène des niveaux de lecture différents. L’objet est ainsi en lui-même à contempler et à admirer, mais c’est aussi le monde qu’il donne à voir et à se représenter, dans une figure qui est concrètement et intellectuellement perceptible, et qui est différente de la représentation allégorique : l’objet est monde tout en gardant ses caractéristiques et sa matérialité propre. La conférence de Christopher Lucken, qui a suivi, a présenté une œuvre qui joue de l’encyclopédisme et de la mémoire, en particulier autour de la Biblionomia, à la fois métaphore du savoir et objet réel. La dernière conférence effectuée par M. L. Savoye sur le Rosarius a permis d’en voir l’architecture complexe, où le savoir encyclopédique est inséré dans une structuration d’échos renvoyant au culte marial, et où la matérialité du manuscrit est une synthèse de tous les outils mémoriels pour la prédication.

[2019-2020]

I. Une œuvre, des manuscrits : les traductions d’Aristote par Nicole Oresme

3S’il existe un auteur associé à la vulgarisation française au xive siècle et plus généralement au Moyen Âge, c’est bien Nicole Oresme. La théorie de la traduction qu’il exprime dans le prologue en tête de la traduction de l’Éthique et de la Politique a été souvent commentée, en particulier par Serge Lusignan, et explique sa place dans l’histoire du français, car le traducteur met en évidence l’importance du français comme langue de culture. Toutefois depuis les éditions de A. D. Menut, les manuscrits sont peu étudiés et les imprimés également fort peu. Il s’agissait d’examiner également comment la traduction et les gloses étaient mises en page dans le manuscrit, ainsi que les schémas particulièrement nombreux dans le Livre du Ciel et du Monde. Après un point sur l’état de la recherche sur Nicole Oresme écrivant en français, on s’est intéressé aux prologues, avec le contraste entre celui de l’Éthique et de la Politique, et ceux des deux autres traductions, en particulier du Livre du Ciel et du Monde, particulièrement bref et bien plus conventionnel que l’œuvre et le commentaire qui suit. Puis on s’est attaché spécialement au manuscrit du Livre du Ciel et du Monde conservé à la bibliothèque de la Sorbonne (manuscrit 571, F de l’édition Menut, qui le considère comme « of little value for the reconstitution of the text »), mais dont la structuration et les choix graphiques sont intéressants. Une séance devait être réservée ultérieurement aux quatre manuscrits conservés à la BNF (fr. 1082 [Menut et Denomy : A], fr. 565 [Menut et Denomy : B], fr. 1083 [Menut et Denomy : C], fr. 1083 [Menut et Denomy : D]), ce qui n’a pu être possible en raison des circonstances compliquées de cette année universitaire dès la fin de l’année 2019 et au début de 2020. L’étude du manuscrit numérisé fr. 565 a permis cependant de voir la différence du traitement par les copistes et en particulier des modes de signalement de la glose variables : lettres en marge, jeux de caractères… ainsi que les enluminures, présentes ou non, dont celle liminaire de la traduction. La question des schémas, nombreux dans le Livre du Ciel, devait aussi être envisagée dans les cinq manuscrits, mais n’a pu qu’être partiellement étudiée, de même que l’écriture du latin et des nombres. Enfin une conférence n’a pu avoir lieu et a été repoussée à l’année suivante, celle de Mme Aurora Panzica, sur les « auto-références dans le Livre du Ciel et du monde ». Ce premier examen n’a pu donc que partiellement aboutir.

II. Conférences de Franz Lebsanft, professeur à l’université de Bonn : « Le Livre de Boece de Consolation de Phylosophye (Bruges, Colard Mansion, 28 juin 1477), projet d’édition »

4Avant la thématique suivante, le professeur F. Lebsanft, invité par M. Fabio Zinelli et J. Ducos, a fait quatre interventions sur l’édition d’une version tardive du Livre de Boece de Consolation de Phylosophye, édité en 1470 par Colard Mansion. Outre le caractère récent de cette traduction, l’intérêt vient d’une part du rôle de l’imprimé par rapport aux traductions manuscrites antérieures, et d’autre part, sur la pratique de l’édition liée à ce support. Dans le cadre de la conférence, deux séances ont été faites (les deux autres étant dans celui de la conférence de M. Zinelli) le 26 février et le 27 février 2019. La première (« Où est Boèce ? Niveau d’énonciation dans le Livre de Boece de Consolation de philosophie »), après une présentation de l’œuvre de Boèce et de l’édition de Colard Mansion, ainsi qu’une étude codicologique de l’imprimé lors des séances précédentes, a été consacrée aux différents niveaux d’énonciation présents dans l’œuvre de Colard Mansion : l’auteur du texte-source (Boèce), le glossateur Rénier de Saint-Trond, le clerc anonyme traducteur, et l’éditeur, les quatre niveaux intervenant dans l’imprimé. La seconde et dernière (4e du cycle total) correspondait directement aux préoccupations de la conférence : « Français et latin dans le Livre de Boece de Consolation de Phylosophie ». Le professeur Lebsanft, après avoir indiqué que le traducteur est un clerc anonyme, mais non Colard Mansion, a montré différents procédés de traduction et la recherche de l’ornatus par plusieurs figures (Hyperbate, allitérations…) mais aussi les erreurs du traducteur et / ou de l’imprimeur par rapport au texte latin.

III. Mémoire et encyclopédisme

5Après cet intermède, la deuxième thématique – mémoire et encyclopédisme – devait continuer le travail commencé l’année dernière. La première séance s’est donc intéressée aux relations entre histoire et encyclopédisme, l’encyclopédisme médiéval étant directement lié à une histoire de la Création et de la chrétienté, avec des chroniques insérées dans des sommes qui veulent présenter le monde dans son intégralité, sous le double angle spatio-temporel. Les séances qui suivaient devaient étudier la relation entre cartographie et encyclopédisme : une seule a pu être faite réellement avec un rappel des travaux menés sur Hugues de Saint-Victor et sur les mappemondes médiévales. Une seconde séance devait être consacrée aux relations entre fiction et représentations du monde, en comparant différentes descriptions du monde. Elle a été annulée en raison de la pandémie, de même que les suivantes. À la place des séminaires, ont été envoyés aux auditrices et auditeurs des documents, des pistes de réflexion et des articles complémentaires sur les thèmes suivants : 1. Outils mémoriels et encyclopédies : table des matières, index, chapitres et rubriques ; 2. Image et encyclopédisme dans les manuscrits ; 3. Du dialogue encyclopédique au théâtre allégorique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Ducos, « Culture et vulgarisation dans la France médiévale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 262-266.

Référence électronique

Joëlle Ducos, « Culture et vulgarisation dans la France médiévale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4429

Haut de page

Auteur

Joëlle Ducos

Directrice d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search