Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Résumés des conférencesÀ la recherche du « temps mantra ...

Résumés des conférences

À la recherche du « temps mantra » perdu

Caley Charles Smith
p. 382-383

Texte intégral

1La série de quatre conférences se rapporte à une période peu comprise d’un grand changement religieux et social dans l’Inde ancienne. La période « mantra » est ainsi nommée parce que c’est la période de composition des mantras, « énoncés sacrés », du Yajurveda. C’est aussi la période où le Rigveda a plus ou moins trouvé la forme sous laquelle nous le connaissons. Cette période est postérieure à la composition des poèmes individuels du Rigveda, mais antérieure à la fixation du Yajur-, Sāma- et Atharvaveda.

I. Mythe et métaphysique : vers une théorie de narration dans les Vedas

2Cette discussion traite de l’utilisation de la narration par les textes védiques comme argumentation. Malgré le temps considérable qui s’est écoulé entre les textes védiques les plus anciens et les plus récents, il existe un certain modèle de « référence simultanée » qui relie les niveaux narratifs dans lesquels se produisent les événements cosmiques et les événements socio-politiques. En effet, ceci n’est que le reflet de la métaphysique du sacrifice qui crée un changement social dans le présent par la recréation de relations propres qui sont tirées du mythe. En exploitant ce mécanisme, les textes védiques peuvent élaborer des arguments théologiques entièrement en diégèse.

II. L’émulation comme dévotion dans l’hindouisme védique et classique

3Dans les études de dévotion dans l’hindouisme classique, on a généralement supposé que l’adorateur soit inférieur et séparé de la divinité. Cela contraste avec, par exemple, la conceptualisation du rituel par la Mīmāṃsā comme étant un mécanisme impersonnel et avec la conceptualisation de l’Advaita Vedānta de la non-différence absolue entre le soi-adorateur et le principe ultime, le Brahma. Pourtant, les textes de plusieurs traditions suggèrent que l’imitation d’un dieu constituait un acte de dévotion dans la période classique, adoucissant les frontières entre une théologie de l’identification du soi et un principe ultime. En mettant le déguisement poétique du Rigveda dans son propre contexte rituel, je montre que l’émulation du divin remonte à la période védique.

III. L’homme primordial et son rôle dans la préhistoire du système śrauta

4Aucun hymne du Rigveda n’a été aussi influent sur l’hindouisme que le puruṣasūkta. Son affirmation que le sacrifice d’un géant primordial a produit les classes sociales aussi bien que le monde naturel, est l’autorité sur laquelle repose le varṇāśramadharma, qui présuppose la croyance que les devoirs (et privilèges) de chacun sont déterminés par la naissance et l’âge. Dans le système śrauta, le poème est principalement associé à la performance du puruṣamedha « sacrifice humain ». Mais le puruṣasūkta nous vient de beaucoup plus de sources que le Rigveda. Chaque Veda contient sa propre variation du poème. Cette conférence les traite de manière synoptique et soutient que ces différences nous en disent beaucoup sur le développement du système śrauta.

IV. En corps encore : la corporéité du texte dans le rituel védique

5La dernière oraison de cette série intègre les résultats des discussions précédentes. Je synthétise ces nouvelles approches de la narration, de la performance et de l’émulation, afin de mieux comprendre les hypothèses théologiques et rituelles des rédacteurs du Rigveda. Je soutiens que le texte était organisé selon un principe de textualité animée dans lequel le discours poétique était une partie du soi. Lorsque les textes ont été transmis par la mémoire orale, ces parties du soi ont également été transférées. Les rédacteurs du texte ont créé les sept maṇḍala familiaux, ce qui rend possible l’incarnation de sept prêtres comme les sept Aṅgiras pendant le rituel Soma de la nouvelle année. Chaque prêtre transformé à travers la chanson accompagnait Indra, dont l’homologue terrestre est le patron du sacrifice, à la caverne de Vala reconstituant, en effet, l’événement principal de la cosmogonie védique. Par conséquent, une lignée comprenant des émulations successives sur une longue période est devenue biologisée comme le système de gotra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caley Charles Smith, « À la recherche du « temps mantra » perdu »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021, 382-383.

Référence électronique

Caley Charles Smith, « À la recherche du « temps mantra » perdu »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 152 | 2021, mis en ligne le 14 juin 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4718

Haut de page

Auteur

Caley Charles Smith

Directeur d'études invité (2018-2019), École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques, Young Harris College (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search