Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Chroniques de la section des Scie...Jehan Desanges (1929-2021)

Chroniques de la section des Sciences historiques et philologiques – année 2020-2021

Jehan Desanges (1929-2021)

Michel Reddé
p. XVII-XXI

Entrées d’index

Thèmes :

Nécrologies
Haut de page

Texte intégral

Jehan Desanges, chez lui, en 2008 (cliché : collection particulière).

1Notre collègue et ami Jehan Desanges, qui fut directeur d’études à la IVe section de 1983 à 1997, nous a quittés le 25 mars 2021. Ceux qui l’ont connu dans notre École se souviennent d’un homme élégant, affable, spirituel, à l’humour souvent ravageur mais jamais médisant, très attentif à ses étudiants et ses auditeurs. J’avais fait sa connaissance dans la bibliothèque du palais Farnese, au tournant des années quatre-vingt et il m’a fait par la suite l’honneur d’appuyer ma candidature comme professeur à l’université de Nantes, puis à la direction d’études que j’ai occupée jusqu’en 2018.

2Né à Nantes en 1929, Jehan Desanges avait d’abord suivi des études d’ethnologie et d’histoire des religions au Musée de l’Homme avant de passer une licence de lettres classiques à la Sorbonne, puis une agrégation de grammaire, obtenue en 1953. Ses goûts personnels ne le portaient pas, à cette époque, sur l’Afrique antique, qui allait devenir sa spécialité académique, mais bien plutôt sur la littérature de langue allemande, notamment la poésie de Hölderlin. C’est par un concours de circonstances diverses, de hasards, de rencontres personnelles que sa carrière scientifique s’est ensuite dessinée peu à peu, sans suivre une voie tracée d’avance et sans qu’un maître en particulier l’inspire directement. Il est vrai que les africanistes de l’époque, essentiellement des romanistes, s’intéressaient assez peu aux mondes indigènes, situés à la périphérie du monde méditerranéen, qui devaient être au cœur des recherches menées par Desanges. Si l’on doit citer ceux qui l’ont encouragé et soutenu, on nommera le préhistorien Lionel Balout, l’helléniste André Aymard, l’égyptologue Jean Leclant, plus tard Louis Robert. Sa formation initiale en ethnologie, croisée à une maîtrise parfaite des sources gréco-latines, allaient déterminer les lignes de force de sa recherche et lui assurer une place singulière dans le monde académique.

3Jehan Desanges a mis bien sûr à profit les années passées en Afrique au fil de ses premières affectations : après un service militaire en Algérie, dans les transmissions (1953-1955), il devint professeur au lycée Émile-Félix-Gautier d’Alger, de 1955 à 1957, une époque troublée pendant laquelle il fut menacé physiquement par les ultras, en raison de ses positions libérales. Il fut alors muté au lycée Carnot de Tunis, tout en étant chargé de cours à l’Institut des Hautes Études de cette même ville, de 1957 à 1959 ; il y rencontra Philippe Gauthier, un autre grand ancien de notre section. Puis ce fut une nomination comme maître-assistant à l’université de Dakar, pour y enseigner l’histoire ancienne de 1959 à 1963, des années décisives marquées par la découverte enthousiaste de l’Afrique noire mais aussi par celle du monde nilotique et érythréen de l’Antiquité, sous l’influence de Jean Leclant. Il revint à Alger en 1963-1964, après l’indépendance, comme chargé d’enseignement d’histoire ancienne à l’université.

4Ces « Lehr- und Wanderjahre » prirent fin à la rentrée suivante avec sa nomination comme chargé d’enseignement dans la toute nouvelle université de Nantes, puis, en 1976, comme professeur, une fois la thèse d’État soutenue. Jehan Desanges fut en même temps, à partir de 1978, chargé de conférences dans notre section. C’est en 1983 que celle-ci le choisit pour une direction d’études intitulée « Histoire de l’Afrique dans le monde gréco-romain », qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1997, continuant toutefois d’assurer ses conférences jusqu’en 2003. L’Académie des inscriptions et belles lettres en fit son correspondant en 2000, avant de l’élire en 2012 dans sa compagnie, au fauteuil de Claude Nicolet.

  • 1 Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962 (Publication (...)
  • 2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 1-46 (L’Afrique du Nord), texte établi, traduit et commenté, Pa (...)
  • 3 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre VI, 4e partie (L’Asie africaine sauf l’Égypte, les dimens (...)
  • 4 (En collaboration avec B. Laudenbach) Strabon, Géographie, t. XV, 2 (livre XVII, 2e partie : L’Afri (...)
  • 5 Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (VIe siècle avant J.-C. – IVe(...)
  • 6 Sur les routes antiques de l’Azanie et de l’Inde. Le fonds Révoil du Musée de l’Homme (Heïs et Damo (...)
  • 7 Les routes millénaires, Paris, Nathan, 1988, 305 p. (en collaboration avec M. Mollat du Jourdin).

5L’œuvre scientifique de Desanges est considérable et on ne peut, ici, que la résumer. L’ouvrage fondamental qui l’a fait connaître, à l’âge de 33 ans, et qui restera longtemps incontournable, est son Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, analyse érudite et critique des peuples indigènes telles que nous les décrivent les sources gréco-latines1. J’y ajouterai son édition commentée, dans la Collection des universités de France, du livre V, 1-46, de Pline l’Ancien, consacré à l’Afrique du Nord, en 19802, ainsi que celle du livre VI, 4e partie, qui concerne l’Asie africaine sauf l’Égypte, publiée en 20083 ; enfin, en 2014, son commentaire du livre XVII de Strabon, qui traite de l’Afrique, de l’Atlantique jusqu’au golfe de Solum, sur un texte établi et traduit par Benoît Laudenbach4. À cela il faut ajouter naturellement la publication de sa thèse, consacrée à l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique5, ainsi qu’un ouvrage écrit en collaboration avec Marianne Stern et Pascale Ballet sur le fonds Révoil du musée de l’Homme6. Il s’agit là d’un lot de céramiques et de verres de la première moitié du ier siècle de notre ère, récoltés dans les années 1877-1882 près du cap Gardafui, dans l’ex-Somaliland, mais qui était resté inédit. Il témoigne matériellement du commerce de l’Empire romain bien au-delà de ses frontières politiques, sur lequel les sources textuelles nous apportent des informations souvent controversées. Ces différentes recherches ont fourni la matière d’un livre destiné à un plus large public et écrit en collaboration avec Michel Mollat du Jourdin sur Les routes millénaires (1988)7.

  • 8 Toujours Afrique apporte fait nouveau. Scripta minora, M. Reddé (éd.), préface de J. Leclant, Paris (...)

6À ces œuvres majeures viennent s’ajouter un grand nombre d’articles (un peu plus de 130), parmi lesquels je ne compte pas les multiples notices parues dans l’Encyclopédie berbère. Une partie d’entre eux a été republiée sous la forme d’un volume de Scripta varia que notre section lui avait offert à l’occasion de sa retraite8. Jehan Desanges avait tenu à les mettre lui-même à jour et à les commenter avant leur réédition. Mais il faut encore mentionner cet outil essentiel qu’a été pour les spécialistes la Bibliographie analytique de l’Afrique antique, publiée chaque année, de 1962-1965 à 1984-1985, en collaboration avec Serge Lancel.

7Voilà pour les données factuelles de cette vie et de cette carrière scientifique ; les titres des principaux ouvrages publiés disent déjà suffisamment les lignes de force d’une recherche consacrée à la géographie historique de l’Afrique antique et de ses marges, de l’Atlantique à l’océan Indien et de la Méditerranée aux franges septentrionales du monde noir. Un continent aux cultures et aux langues contrastées, dont les sources classiques nous offrent une image souvent biaisée ou pour le moins ambiguë et qui ne se réduit nullement à ce que les Anciens appelaient l’Africa Minor, le futur Maghreb. Dans sa thèse de doctorat, Jehan Desanges a su ainsi montrer combien les récits d’exploration de cet espace gigantesque étaient souvent déformés par le souci du fabuleux, par la tradition littéraire qui conduit aisément à l’imitation des prédécesseurs, par la mauvaise connaissance, voire l’ignorance pratique de pays trop lointains pour que leur description soit fiable. Jouaient aussi les conceptions géographiques des Anciens sur la forme et la taille d’un continent qu’on imaginait entouré par la mer mais sans en connaître la forme ni les dimensions réelles. Ainsi en va-t-il, par exemple, du récit de la circumnavigation de l’Afrique par les marins phéniciens à l’époque de Nechao (vers 610-595 av. J.-C.) ou, plus tard, celle des Carthaginois d’Hannon. À rebours de ses nombreux devanciers, le savant historien, au terme d’une critique serrée des sources, nous invite à une salutaire prudence dans le commentaire de ces périples, dont le caractère mythographique vient en quelque sorte polluer une réalité historique possible.

8Mais au-delà de ces récits d’exploration maritimes ou transsahariennes qui forment une partie non négligeable de ses travaux de recherche, Jehan Desanges a aussi tenté de mettre en évidence, selon son expression même, « la concurrence entre les structures administratives et les structures traditionnelles » de l’Africa minor à l’époque romaine, son organisation tribale, sa toponymie. Sur ces sujets, les innombrables commentaires adossés aux éditions des textes de Pline et de Strabon fourmillent de précisions érudites qui resteront longtemps d’indispensables jalons de la recherche.

  • 9 Repris en partie et mis à jour dans les Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II, 10-1, p. 3-4 (...)

9Ce faisant Jehan Desanges a abordé une histoire millénaire, depuis celle des expéditions phénico-puniques jusqu’à l’époque byzantine, décloisonnant en même temps la distinction fictive entre des études académiques trop souvent séparés dans notre tradition universitaire. Mais il a aussi, d’une autre manière, réuni l’Afrique, divisée entre le monde latin du Maghreb antique et la sphère érythréenne et nilotique, qui est généralement l’apanage d’autres domaines de recherche. Une contribution majeure, qui nous a offert au passage une vision renouvelée du carrefour de contacts politiques, économiques et culturels que sont la mer Rouge et l’océan Indien. Ce fut l’occasion pour Jehan Desanges de s’intéresser à des sujets aussi divers que la monarchie méroïtique, la géographie des peuples troglodytiques, le commerce de l’Empire romain avec l’Arabie et l’Inde. Ces travaux ont fourni la matière d’une remarquable synthèse historique sur l’Égypte romaine – un chapitre essentiel de sa thèse d’État9 – qui reste incontournable près d’un demi-siècle après sa rédaction, malgré les progrès des recherches archéologiques récentes de part et d’autre de la mer Rouge.

  • 10 « L’hellénisme dans le royaume protégé de Maurétanie », B.C.T.H., n.s. 20-21 (1984-1985), Afrique d (...)
  • 11 « Quelques considérations sur l’usage du grec dans les ports de l’Afrique romaine », dans Graeco-Ar (...)
  • 12 « L’iconographie du Noir dans l’Afrique du Nord antique », dans L’image du Noir dans l’art occident (...)

10Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, Jehan Desanges a su, dans une série d’articles, s’intéresser à l’histoire culturelle de l’Afrique. Je cite, au hasard, l’histoire de l’hellénisme dans le royaume protégé de Maurétanie10, l’usage du grec dans les ports de l’Afrique romaine11, ou encore l’image du Noir dans l’art ou la littérature classiques12.

11Cette œuvre considérable est essentiellement d’ordre philologique, marquée par un souci extrême de précision et une maîtrise impressionnante des sources gréco-latines. Desanges n’a en effet consacré qu’une très petite partie de son activité aux travaux de terrain, essentiellement à la recherche de Berenikè epi Deirès, un comptoir hellénistique et romain mal localisé de la côte Africaine à l’approche du Bab el-Mandeb ; il m’avait invité à y participer en 1987. Cette mission, qui n’était pas, stricto sensu, destinée à engager des fouilles, s’apparentait plutôt à un voyage d’exploration sur une côte désertique ponctuée seulement d’amas coquilliers ; il faut bien avouer qu’elle se solda par un semi-échec, le site le plus probable de l’antique Bérénice se situant juste à la frontière entre l’Érythrée alors en guerre et la République de Djibouti. Il nous fut impossible d’y prospecter sérieusement. Mais cette expérience illustre assez bien, au fond, ce qui fut au cœur de l’activité scientifique de Jehan Desanges : d’abord une quête passionnée et inlassable, mais aussi la critique serrée des textes, car le passage de Strabon sur lequel reposait cette mission est évidemment imprécis, fondé sur des témoignages approximatifs. Cela rend hasardeuse toute localisation précise de cette Berenikè à partir des sources écrites seules, si elle n’est confirmée par la recherche au sol. Mais on pourrait aussi affirmer l’inverse à propos des pistes de ce même commerce de l’Empire romain avec l’Arabie et l’Inde, que j’ai explorées dans le désert oriental d’Égypte dans le cadre d’autres missions : sans le livre VI de Pline l’Ancien, souvent commenté par Desanges, nous ignorerions à peu près les termes de ce trafic qui passait là, sous nos tentes. Il n’a laissé, en effet, aucune trace matérielle, aucun témoignage écrit, alors que nos fouilles ont mis au jour d’innombrables ostraca grecs, dont aucun ne dit mot sur les produits précieux véhiculés par les caravanes venues d’Inde, d’Aden, de la Corne de l’Afrique. J’en ai tiré pour mes propres auditeurs de l’EPHE quelques salutaires leçons sur l’apport respectif de nos sources écrites et archéologiques, tant il est vrai que la difficile vérité que traquent les antiquisants est fragmentée. Du moins avais-je aussi appris, lors de cette mission à Djibouti, à découvrir, au delà du savant que je connaissais déjà, un joyeux compagnon et un ami.

12Jehan Desanges était chevalier de la légion d’honneur, officier dans l’ordre national du Mérite, commandeur des palmes académiques.

13Michel Reddé

Haut de page

Notes

1 Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962 (Publications de la section d’histoire de l’université de Dakar, 4), 296 p., 10 cartes.

2 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 1-46 (L’Afrique du Nord), texte établi, traduit et commenté, Paris, Les Belles Lettres, 1980, 521 p., 5 cartes.

3 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre VI, 4e partie (L’Asie africaine sauf l’Égypte, les dimensions et les climats du monde habité), texte établi, traduit et commenté, Paris, Les Belles Lettres, 2008, xlii-356 p., 1 carte dépl. h. t.

4 (En collaboration avec B. Laudenbach) Strabon, Géographie, t. XV, 2 (livre XVII, 2e partie : L’Afrique, de l’Atlantique au golfe de Soloum), Paris, Les Belles Lettres, 2014, xxviii-299 p.

5 Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (VIe siècle avant J.-C. – IVe siècle après J.-C.), Rome, 1978 (École française de Rome, 38), 486 p., 10 cartes.

6 Sur les routes antiques de l’Azanie et de l’Inde. Le fonds Révoil du Musée de l’Homme (Heïs et Damo, en Somalie), Paris, 1993 (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, nouvelle série, XIII), 80 p. (en collaboration avec E. M. Stern et P. Ballet).

7 Les routes millénaires, Paris, Nathan, 1988, 305 p. (en collaboration avec M. Mollat du Jourdin).

8 Toujours Afrique apporte fait nouveau. Scripta minora, M. Reddé (éd.), préface de J. Leclant, Paris, De Boccard, 1999, 406 p.

9 Repris en partie et mis à jour dans les Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II, 10-1, p. 3-43 sous le titre « Les relations de l’Empire romain avec l’Afrique nilotique et érythréenne, d’Auguste à Probus ».

10 « L’hellénisme dans le royaume protégé de Maurétanie », B.C.T.H., n.s. 20-21 (1984-1985), Afrique du Nord, p. 53-61.

11 « Quelques considérations sur l’usage du grec dans les ports de l’Afrique romaine », dans Graeco-Arabica, VI, Athènes, 1995, p. 27-36.

12 « L’iconographie du Noir dans l’Afrique du Nord antique », dans L’image du Noir dans l’art occidental, I, Fribourg (Suisse), 1976, p. 246-268 et 308-312 ; « Libyens noirs ou Libyens noircis ? », dans L’Homme méditerranéen. Mélanges offerts à Gabriel Camps, Aix-en-Provence, 1995, p. 209-214.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jehan Desanges, chez lui, en 2008 (cliché : collection particulière).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/4998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Reddé, « Jehan Desanges (1929-2021) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, XVII-XXI.

Référence électronique

Michel Reddé, « Jehan Desanges (1929-2021) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 06 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/ashp/4998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.4998

Haut de page

Auteur

Michel Reddé

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search