Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesÉgyptien

Résumés des conférences

Égyptien

Andréas Stauder
p. 1-13

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Poésie narrative moyen égyptienne : Sinouhé (fin). — II. Naissance de l’écriture égyptienne (début). — III. Égyptien de l’Ancien Empire : l’inscription d’Ouni (fin). — IV. Séminaire d’introduction aux recherches égyptologiques : sources, outils, méthodes (avec Ivan Guermeur).

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Égyptien
Haut de page

Texte intégral

1I. La première heure a été consacrée à la poursuite de l’étude philologique, linguistique et poétique de Sinouhé (B 223-311). Bien que célébrissime, le texte reste difficile tant ses formulations, sa rhétorique et sa grammaire peuvent être denses ou différer des attentes modernes. L’étude s’inscrit dans le cadre d’un projet plus général portant sur la poésie narrative moyen égyptienne entendue comme art expressif. Le projet vise à en reconstituer les dimensions formelles et rythmiques (prosodie et calibration à tous les niveaux d’échelle) ainsi que, dans la mesure du possible, des aspects des intentionnalités et expériences anciennes. Dans ce qui suit, deux éléments particuliers étudiés durant l’année seront brièvement présentés : les « infinitifs annalistiques », les harmoniques que ceux-ci font résonner et leur disposition structurante à travers la composition textuelle ; et les échos, parfois subliminaux, qui peuvent lier entre elles des strophes à grande distance l’une de l’autre, voire dans les parties opposées du texte.

  • 1 P. ex., étiquette d’Aha, Penn Museum E9396 (https://www.penn.museum/collections/object/122418) ; re (...)
  • 2 Publication : P. Tallet, Les Papyrus de la mer Rouge, I. Le « Journal de Merer » (Papyrus Jarf A et (...)
  • 3 CM 152, CM 110 et CM 191, citées par E. Doret, The Narrative Verbal System of Old and Middle Egypti (...)
  • 4 Un emploi ancien est dans l’autobiographie de Khousobek, env. 1850 av. n.è., où l’infinitif pour l’ (...)

2En plusieurs lieux, Sinouhé présente des infinitifs dénotant des procès dans la chaîne narrative d’avant-plan. La chose est frappante, puisque l’infinitif, une forme non finie et non prédicative, ne saurait être, en soi, une construction narrative. Dans la littérature narrative moyen égyptienne, cet emploi de l’infinitif est, de fait, limité à Sinouhé. Pour en appréhender la raison d’être, il convient de considérer certains emplois partiellement comparables et de retracer la généalogie de ceux-ci. Dès les débuts de l’écriture (env. 3100 av. n.è.), l’infinitif sert à dénoter des actions rituelles, principalement en relation à une image, mais aussi dans un segment écrit autonome1. Dans la continuité de cet emploi, l’infinitif figure dans les annales royales, où chaque case correspondant à une entité autonome. Avec un format tabulaire partiellement similaire, les « journaux de bord » présentent des entrées quotidiennes qui commencent par un infinitif, ainsi que le montre à présent directement le « Journal de Merer » (env. 2650 av. n.è.)2. Dans des textes continus (définis comme consistant en un enchaînement de propositions prédicatives intégrées entre elles), l’infinitif dénote des actions de l’avant-plan narratif dans les inscriptions des expéditions, dès env. 2150 av. n.è.3. Également dans les textes continus, l’infinitif peut aussi être employé comme un indice de l’action royale. Ce dernier emploi, qui deviendra plus courant au Nouvel Empire4, dérive historiquement de l’emploi annalistique. Par abréviation, on désignera donc l’ensemble des emplois évoqués ci-dessus comme « infinitif annalistique », que ce soit en contexte tabulaire ou dans le texte continu.

3Les occurrences de l’« infinitif annalistique » dans Sinouhé sont réunies ci-dessous. (Les indications en tête des citations se réfèrent à la structure des Sinouhé : en cinq grande sections [en petites capitales], chacune comprenant 8 ou 10 strophes [en chiffres romains]. Ces strophes ne correspondent pas aux rubriques des manuscrits du texte, mais sont le fruit d’une reconstruction interne, encore inédite.)

Un.II (= R 5-11)
rnpt-sp 30 ȝbd 3 ȝḫt sw 7 ||R.6ʿr nṯr r ȝḫt=f nsw-bỉty sḥtp-ỉb-rʿ …
An 30, mois 3 de la saison d’Akhet, jour 7 : Ascension du dieu vers son horizon, le roi de Haute et Basse Égypte Sehetepibré …

Un.V (= B 5-15)
ỉrt=ỉ
6šmt m-ḫntyt || n kȝ(=ỉ) spr r ẖnw 7pn 
Faire route vers le sud. Je ne pensai pas arriver à cette Résidence …

  • 5 Peut-être encore, à l’initiale de la deuxième demi-strophe de VI, ỉr<t>?=ỉ šmt 20tr n–ḫȝw, « Faire (...)

Un.VI (= B 15-23)
rḏt=ỉ 16wȝt n rdwy m-ḫd || dmỉ.n=ỉ 17ỉnbw-ḥḳȝ
Donner du chemin à mes pieds vers le nord. Je touchai les Murs du Monarque5 …

Un.VII (= B 23-28)
ṯst=ỉ
ỉb=ỉ 24ḳ=ỉ ḥʿw=ỉ || sḏm.n=ỉ ḫrw nmỉ n mn25mnt 
Relever mon cœur, rassembler mes membres. J’entendis le son du mugissement d’un troupeau …

Trois.I (= B 109-117)
ỉwt nḫt n tnw mṯȝ=f w110ỉ m ỉmȝ=ỉ 
Venue d’un fort du (Re)tenu, qui me défiait dans ma tente …

Cinq.I (= B 238-243)
rḏt ỉry=ỉ hrw m ỉȝȝ 239ḥr swḏt ḫwt=ỉ n msw=ỉ 
Permettre que je passe un jour à Iaa à transmettre mes biens à mes enfants …

Cinq.VIII (= B 283-295)
prt=ỉ rf m ẖnw ʿ-284ẖnwtỉ msw-nsw ḥr rḏt n(=ỉ) ʿw=sn …
Émerger de l’intérieur de la salle d’audience, les enfants royaux me donnant la main …

4On observe d’abord comment le texte joue avec l’indexicalité de la construction, sa capacité à pointer vers d’autres types de textes et les ensembles de significations associées à ceux-ci. En Un.II, l’infinitif initial décrit ainsi l’apothéose royale, conférant au début du récit une monumentalité quasi annalistique. L’ensemble des occurrences suivantes peuvent être vues en relation à l’emploi de l’infinitif dans les « journaux de bord » et les inscriptions des expéditions : comme si Sinouhé participait à une expédition. Une expédition est une entreprise collective, par laquelle on quitte la vallée en bon ordre et sur l’ordre royal. La fuite de Sinouhé est tout le contre-pied de ce modèle culturel : panique, solitaire, nocturne, s’éloignant du roi. Sinouhé décrit cette fuite précisément avec l’« infinitif annalistique » (particulièrement Un.V, Un.VI, Un.VII) : l’écart intertextuel est maximal.

  • 6 Une exception possible est seulement B 19-20 ; voir la note précédente.

5L’« infinitif annalistique » est, on l’a dit, une construction exogène dans la poésie narrative. Par là même, son emploi y est immédiatement saillant. Cette saillance fonde la capacité de la construction à fonctionner comme un marqueur formel dans le texte. Dans tous les cas, la construction figure à l’initiale de la strophe (le premier vers), contribuant à délimiter celle-ci6. En Un.II, la construction marque le début du récit proprement dit, après l’énoncé, par Sinouhé, de ses titres. En Un.V, Un.VI, Un.VII, la construction marque trois strophes successives ; au niveau de la structure poétique, la construction en Un.V marque le début de la deuxième partie de la section Un (Un.I-IV ; Un.V-VIII). En Trois.I, l’« infinitif annalistique » marque le début de la section Trois. En Cinq.I et Cinq.VIII, il marque les deux parties, fortement inégales, de la section Cinq (Cinq.I-VII ; Cinq.VIII-X).

  • 7 Sur ce point, E. Morris, « Machiavellian Masculinities: Historicizing and Contextualizing the “Civi (...)

6Cette fonction de marquage macro-formel s’accompagne de dimensions sémantiques. En Un.V, VI, VII, l’emploi de l’« infinitif annalistique » contribue, on l’a vu, à faire résonner l’univers des expéditions dans la fuite de Sinouhé, appuyant sur la dissonance. En Trois.I, la construction ouvre la section où Sinouhé se trouve à son point d’éloignement maximal du roi, tout à la fois géographique et idéologique : Sinouhé, en effet, s’apprête à affronter un combattant local en un combat singulier qui évoque un idéal héroïque précisément opposé à l’idéal de l’homme de cour7. En Cinq.I et Cinq.VIII, l’« infinitif annalistique » marque le retour de Sinouhé et sa réintégration dans la cour, inversant ainsi la fuite initiale ; on note le parallélisme macro-formel avec Un.V-VII, également marquées par l’« infinitif annalistique ». Un autre élément de parallélisme, celui-ci à l’interne de Cinq, concerne les « enfants » (msw) : en Cinq.I, Sinouhé transmet ses biens à ses enfants, qu’il laisse derrière lui. Devenu ainsi orphelin de ses propres enfants, Sinouhé est réintégré dans la sphère royale, conduit par la main par les « enfants royaux » (msw-nsw, Cinq.VIII). Dans une expression loyaliste extrême, la sphère royale se substitue comme point de référence et objet d’affection à la propre famille de Sinouhé.

7Le second point que l’on aimerait brièvement esquisser ici concerne les échos macro-formels, volontiers subliminaux, qui lient les parties de la composition textuelle entre elles. Un exemple remarquable est la présence sous-jacente d’une strophe de la section Un dans plusieurs strophes successives de la section Cinq, jusque dans les sonorités mêmes du texte. La strophe en question, Un.VI, citée ci-dessous, voit Sinouhé atteindre la frontière, connaître une expérience liminale de presque-mort lorsqu’il passe celle-ci, puis se ressaisir à la rencontre, d’abord sensorielle, d’un monde non égyptien où il se trouve désormais (début de Un.VII).

Un.VI (= B 15-23)

1 rt=ỉ 16wȝt n–rdwy m-d
2 dmỉ.n=ỉ17ỉnbw-ḥḳȝ ỉry r–sfsttỉw
3 šsp.n=ỉ18ksw=ỉ m–bȝt m–snmȝȝ wr19šy tp–wtỉmỉt–hrw=s
4 ỉr<t>?=ỉ šmt20trn–ȝw
5 ḥḏ.n tȝ p.n=ỉ ptn 21n.kw r–ỉw n–km-wr
6 r n–ỉbt22ȝs.n=f–w(ỉ) ntb.kw ḫḫ=ỉ mw 23d.n=ỉ dpt–mt nn

Un.VII (= B 23-28)

1 st=ỉ ỉb=ỉ sȝ24=ỉ ʿw=ỉ
2 sm.n=ỉ rw–nmỉ n–mn25mnt …

Donner du chemin à mes pieds vers le nord.
Je touchai les Murs du Monarque
  faits pour barrer la route aux Asiatiques.
J’adoptai une position courbée dans un buisson
  de peur que ne me voie le garde
    sur la tour qui est dans son heure de service.

Faire route le soir.
Lorsque la terre se fut éclairée, j’atteignis Peten,
  je me posai sur une île du Grand-Noir.
Une attaque de soif m’assaillit,
  j’étouffais, la gorge desséchée ;
    je me dis : c’est le goût de la mort.

Relever mon cœur, rassembler mes membres.
J’entendis le son du mugissement d’un troupeau
  …

8Dans la section finale de la composition, en Cinq.II, Sinouhé passe la frontière en sens inverse, réintégrant l’espace (géographique et idéologique) égyptien :

Cinq.II (= B 243–247)

3 n–sttỉw ỉw m-sȝ=ỉ r–sbt=ỉ r–wȝwt-r
4 246dm.n=ỉ wʿ–ỉm–nb m–rn=f ỉw–wdpw–nb r–ỉrt=f
5 šsp.n=ỉ fȝ.n=ỉ 247ȝw šbb ʿt tp-mȝʿ=ỉ r–pt=ỉ dmỉ n–ỉtw


pour les Asiatiques qui, venus m’accompagner,
  me conduisaient sur les Chemins d’Horus.

J’annonçai chacun d’entre eux par son nom,
  et chaque serviteur était à sa tâche.
J’entrepris de faire voile,
  on pétrissait et filtrait devant moi,
    jusqu’à ce que j’aie atteint le port d’Itou.

9Le lien avec Un.VI est immédiatement donné par l’évocation de la puissance du roi : à travers les ỉnbw-ḥḳȝ, « Murs du Monarque », un ouvrage défensif « barr(ant) le chemin » (ḫsf) aux « Asiatiques » (sttỉw) (Un.VI.2 = B 17) ; puis, en écho à ceux-ci, les wȝwt-ḥr « chemins d’Horus (= le roi) », une voie sur laquelle les « Asiatiques » (sttỉw) sont libre de « venir » (ỉw), accompagnant et guidant Sinouhé (Cinq.II.3 = B 245). Or, le lien entre les deux strophes va bien au-delà.

  • 8 Dans Un.VI.1, l’élément rḏt=ỉ 16wȝt n–rdwy m-ḫd, avec un « infinitif annalistique », fonctionne à l (...)

10À un niveau rythmique, d’abord, la demi-strophe Cinq.II.B (= II.4-5 ; B 246-247) présente la même calibration que la demi-strophe Un.VI.A (= VI.2-38 ; B 16-19) : un vers bipartite, puis un vers tripartite. Dans les deux demi-strophes, le premier vers, bipartite, commence par les mêmes sonorités : dmỉ.n=ỉ … « J’atteignis … » (Un.VI.2) → dm.n=ỉ … « Je nommai … » (Cinq.II.4). Le second vers, tripartite, de même : šsp.n=ỉ … « J’adoptai (une position courbée en avant …) » (Un.VI.3) → šsp.n=ỉ … « J’entrepris (de faire voile …) » (Cinq.II.5). L’écho est par trop convergent pour être fortuit. De manière significative, ces deux mêmes éléments précisément font, au sein de Cinq.II.5, l’objet d’une modulation ultérieure : šsp.n=ỉ … « J’entrepris … » šbb « pétrir » ; dm.n=ỉ … « Je nommai … » → dmỉ n … « le port de … » :

Un.VI.A (= VI.2-3)

2 dmỉ.n=ỉ 17ỉnbw-ḥḳȝ ỉry r–sf sttỉw
3 šsp.n=ỉ 18ksw=ỉ m–bȝt m–sn mȝȝ wr19šy tp–wtỉmỉt–hrw=s

Cinq.II.B (= II.4-5)

4 246dm.n=ỉ wʿ–ỉm–nb m–rn=f ỉw–wdpw–nb r–ỉrt=f
5 šsp.n=ỉ fȝ.n=ỉ 247ȝw šbbʿt tp-mȝʿ=ỉ r–pt=ỉ dmỉ n–ỉtw

11Dans la strophe suivante, Cinq.III, l’une des plus longues de la composition, Sinouhé est introduit devant le roi et perd connaissance dès que confronté à la présence de celui-ci. Comme Cinq.II, la strophe comporte des échos significatifs avec la strophe Un.VI. Ainsi, en commençant par sa première partie :

Cinq, III.A (= III.1-5 ; B 248-252)

1 248ḥḏ.n–rf tȝ dwȝ sp-2 ỉw–ỉw ỉȝš–n=ỉ
2 s–10m–ỉwts–10m–249šmt r–sȝ=ỉ r–ʿ
3 dh(n).n=ỉ tȝ ỉmỉtw–šspw 250msw-nswʿʿm–wmtw r–ỉrt sfw=ỉ
4 smrw 251stȝw r–wȝ r–rt=ỉ r–wȝt–ʿ-nwtỉ
5 252gm.n=ỉm=fr–st-wrt m–wmtw nt–ʿm

À l’aube, très tôt,
  on vint et m’appela ;
— 10 hommes venant, 10 hommes allant
  m’introduisaient au palais.
Je touchai la terre du front entre les statues,
  les enfants royaux debout dans le passage
    à me faire accueil.
Les Amis qui avaient été introduits vers la salle hypostyle
  me mettaient sur le chemin de la Salle d’Audience
Je trouvai Sa Personne (scil. le roi) sur le grand trône
  dans la niche d’électrum.

  • 9 Pour le motif, comparer Ipouer 5.11.

12La scène se passe « à l’aube … » (ḥḏ.n tȝ ; Cinq, III.1 ; comparer Un.VI.5 = B 20). Pendant sa fuite, Sinouhé « donn(ait) du chemin » (rḏỉ wȝt) à ses pieds (Un.VI.1 = B 15-16). Introduit au palais, il est à présent « mis sur le chemin » (rḏỉ ḥr wȝt) de la Salle d’Audience (Cinq, III.4 = B 251) : le chemin de la fuite loin du roi est désormais celui qui conduit au roi. Sur le point de passer la frontière, Sinouhé courbait le dos (m ksw), ainsi qu’on le fait devant le roi, mais, fuyant le roi, dans un buisson (m bȝt), effectivement à la manière d’un voleur9 (Un.VI.3 = B 17-18). Introduit devant le roi, Sinouhé touche à présent la terre du front, « entre des statues » (ỉmỉtw šspw ; Cinq.III.3 = B 249). Déjà à l’entame de sa fuite, au moment de perdre tout contrôle de soi, Sinouhé s’était placé « entre deux buissons » (ỉmỉt bȝtỉ ; Un.IV.5 = B 5) ; l’emploi de la préposition ỉmỉt(w), seulement en ces deux passages dans Sinouhé, renforce le parallélisme à distance : celui qui, comme un voleur, se terrait entre les buissons, est à présent prosterné entre les statues qui conduisent à la personne du roi. Ces mêmes « statues » (šspw), incidemment, font localement une modulation ultérieure de la chaîne šsp « entreprendre » šbb « pétrir », faisant un lien avec la demi-strophe immédiatement précédente (Cinq.II.B).

  • 10 Voir l’analyse lexicale du terme dans P. Vernus, « Euphémisme métonymique ou euphémisme par antiphr (...)

13S’approchant de la frontière, le fuyard Sinouhé avait rejoint les « Murs du Monarque », « fait pour barrer la route aux Asiatiques » (ỉry r ḫsf sttỉw ; Un, VI.2 = B 17). Introduisant à présent Sinouhé auprès du roi, les enfants royaux « (lui) font accueil » (ḥr ỉrt ḫsfw=ỉ ; Cinq.III.3 = B 250). Le parallélisme à distance joue sur deux acceptions de ḫsf, fondamentalement « venir à la rencontre d’une trajectoire »10 : d’où « repousser, barrer la route », mais également « accueillir ». Or, Sinouhé, à ce stade, n’a pas encore été rituellement transformé pour redevenir un Égyptien ; c’est donc bien un Asiatique auquel les enfants royaux « font accueil » (B 250), plutôt que de lui « barrer la route » (B 17).

  • 11 Pour une strophe présentant une forme analogue, centrée sur le roi, comparer Trois.VII = B 214-218, (...)

14Riche des résonances que l’on vient de décrire, l’expression ḥr ỉrt ḫsfw=ỉ constitue la partie finale de la seule ligne tripartite de la demi-strophe Cinq.III.A. Cette ligne tripartite est aussi la ligne médiane d’une demi-strophe dont la forme est elle-même concentrique. Les éléments principaux sont notés dans le schéma ci-dessous (1re colonne : unités accentuelles ; 2e et 3e colonne : aspect verbal ; 4e et 5e colonne : éléments lexicaux). Les « enfants royaux » (msw-nsw) et leur « accueil » (ḫsfw) sont ainsi mis en avant11 :

Cinq.III.A

1 4. ö2 accompli
2 4.2 ø SN … | progressif sȝ « introduire »
3 3.3.2 ← accompli SN … | progressif msw-nsw ỉrt sfw=ỉ
4 3.2 ö SN … | progressif sȝ « introduire »
5 3.2 ø accompli

15Le jeu sur ḫsf continuera dans la strophe suivante, Cinq.IV, où le terme sera pris dans une troisième acception encore, celle de « punir ». Le roi s’adresse à Sinouhé, qui est incapable de dire un mot :

Cinq.IV.A (= IV.2-6)

5 m–ỉr r=k sp–2 gr n–mdw=k
6 260dm.t rn=k sn–ȝ n–sf

N’agis pas contre toi-même, n’agis pas contre toi-même !
  Homme silencieux, tu n’as pas parlé
alors que ton nom était prononcé
  — toi qui devrais précisément craindre une punition !

16La structure calibrée des demi-strophes définit des positions hiérarchiques, que le poète exploite. En Cinq.III.3, ḫsf « accueil » était focalisé par la forme de la demi-strophe, comme dernier mot du vers tripartite médian d’une demi-strophe entièrement concentrique. En Cinq.IV.6, ḫsf « punition » est également saillant, en tant que dernier mot de la demi-strophe Cinq.IV.A. Le jeu phonétique avec mdw=k et dm.t fait écho au jeu, décrit ci-dessous, en Cinq.II.B (II.4-5 = B 246-247) : dm.n=ỉ wʿ ỉm nb … r pḥt=ỉ dmỉ n ỉtw. Au-delà, il fait écho, une fois encore, au vers dmỉ.n=ỉ ỉnbw-ḥḳȝ | ỉry r ḫsf sttỉw « Je touchai les Murs du Monarque faits pour barrer la route aux Asiatiques », à l’extrême opposé de la composition textuelle (Un.VI.2 = B 16-17).

17Revenant à la strophe Cinq.III, la seconde partie de celle-ci voit Sinouhé comme pétrifié par la présence du roi :

Cinq.III.B (III.6-9 = B 252-256)

6 wn.k–rf 253dwn.kw r–t=ỉ m.n(=ỉ)–wỉ m–bȝ=f m.
7 nr–pn254r–wšd=ỉ nmw ỉw=ỉ–mỉ–sỉtm–ʿḫḫw .m ḫḫ
8 255bȝ=ỉ sw ʿw=ỉ ȝdw
9 ȝtỉ=ỉ n–ntf m–t=ỉ r=256ỉ ʿn r–mt (mt)

Me trouvant ainsi étendu à plat ventre,
  je perdis connaissance en sa présence ;
ce dieu s’adressait à moi de manière agréable,
  alors que j’étais comme un homme saisi par l’obscurité :
mon ba était parti,
  mes membres palpitaient,
mon cœur, ce n’est pas lui qui était dans mon corps,
  de sorte que je puisse reconnaître la vie de la mort.

18Ici encore, la demi-strophe Un.VI.B, à l’autre extrémité de la composition textuelle, est sous-jacente. Comme Cinq.III.B, Un.VI.B se clôt sur mt « mort » et décrit une expérience liminale. De manière remarquable, les sonorités sont exactement reprises : ḫḫ=ỉ ḫmw « … la gorge desséchée » (Un.VI.6 = B 22) est ainsi recomposé en ḫm.n(=ỉ) wỉ « j’ai perdu connaissance » (lit., j’ai perdu connaissance de moi-même) et … m ʿḫḫw « … dans l’obscurité » (Cinq.III.6-7 = B 253-254) :

5 ḥḏ.n tȝ p.n=ỉ ptn 21n.kw r–ỉw n–km-wr
6 r.n ỉbt22ȝs.n=f–w(ỉ) ntb.kw ḫḫ=ỉ mw … ḫḫm
23d.n=ỉ dpt–mt nn (mt)

Lorsque la terre se fut éclairée, j’atteignis Peten,
  je me posai sur une île du Grand-Noir.
Une attaque de soif m’assaillit,
  j’étouffais, la gorge desséchée ;
    je me dis : c’est le goût de la mort.

19De fait, toute la demi-strophe Cinq.III.B semble composée par développements de ces sonorités, reprises à Un.VI.B. En Cinq.III.7, ḫnmw « de manière agréable » joue phonétiquement ḫm.n(=ỉ) w « j’ai perdu connaissance ». Si ḫm.n(=ỉ) wỉ est la première unité accentuelle de la partie b du vers III.6, juste après la césure, ḫm.n(=ỉ) wỉ est la dernière unité accentuelle de la partie a du vers suivant, III.7, juste avant la césure. La paire formée par les deux vers III.6-7 est ainsi liée par chiasme. En III.9, rḫ « connaître » est l’antonyme de ḫm « ne pas connaître » ; le terme occupe la même position que ḫm en III.6, juste après la césure. Les vers externes de la demi-strophe sont ainsi liés entre eux :

6 … | m.n(=ỉ) wỉ …    | m.n(=ỉ) wỉ r–t=ỉ | m.n(=ỉ)–wỉ
7 … | … m ʿḫḫw … nmw | …
8
9 m–t=ỉ | r=256

20Le parallélisme phonétique à grande distance n’est pas seulement formel. En la présence du roi, Sinouhé revit l’expérience liminale de quasi-mort qu’il avait vécue au moment de passer la frontière. Dans sa fuite, une fois passée la frontière, il s’était ressaisi, dans un vers avec des harmoniques funéraires et autobiographiques complexes (B 23-24), pour entamer une vie à l’écart du roi : ṯst=ỉ ỉb=ỉ 24ḳ=ỉ ḥʿw=ỉ « Relever mon cœur, rassembler mes membres. » (Un.VII.1 = B 23-28) À présent devant le roi, c’est celui-ci qui le ramène parmi les vivants : ṯs–257sw ỉm mdw=f–n=ỉ « (Sa personne dit à l’un de ces Amis :) “Relève-le, qu’il me parle !” » (Cinq.IV.1 = B 256-257). Toute la séquence Cinq.II.B-IV.A apparaît ainsi composée par décalque des sonorités, termes et rythmes de Un.VI(-VII.1). Réintroduit devant le roi, Sinouhé revit littéralement, pour pouvoir le mettre derrière soi, son passage de la frontière fuyant le roi.

21II. La deuxième partie du cours a porté sur la naissance de l’écriture en Égypte ancienne à la fin du IVe millénaire, en considérant plus particulièrement les inscriptions d’U-j (Abydos, Umm el-Qa’ab, env. 3250 av. n.è.). Le déchiffrement linguistique qui a pu être proposé de certaines combinaisons de signes se heurte au fait que ces mêmes combinaisons sont présentes dans la culture visuelle contemporaine avec des significations manifestement différentes des « lectures » proposées. Aucune de ces dernières ne résiste à l’examen critique. Quant à l’hypothèse d’une fonction administrative des inscriptions d’U-j, celle-ci est directement contredite par la matérialité somptueuse des inscriptions. Elle l’est également par la nature même des signes, des formes prestigieuses dont la circulation sociale semble avoir été extrêmement restreinte. Plutôt que comme une première écriture, les inscriptions d’U-j sont dès lors décrites comme consistant en plusieurs systèmes de marquage non-linguistique dont les fonctions restent pour l’heure difficiles à cerner. Afin de progresser sur ces questions, il convient de resituer les inscriptions d’U-j dans le contexte de la culture visuelle contemporaine en interrogeant la distribution et la circulation des signes dans celle-ci. Les questions soulevées seront approfondies dans le cours de l’année 2021-2022 et feront l’objet d’un exposé plus développé dans le Résumé de la conférence relatif à celle-ci.

22III. La troisième heure a été consacrée à la poursuite de l’étude linguistique, philologique et rhétorique de l’inscription d’Ouni, à Abydos (env. 2275 av. n.è.). Ce qui suit donne quelques aperçus du travail accompli sur les parties II et III de l’inscription, en attente d’une publication détaillée.

  • 12 Voir déjà A. Stauder, « Égyptien. Résumé de la conférence 2019-2020 », Annuaire. Résumés des confér (...)

23L’inscription, la plus longue de l’Ancien Empire, est basée sur dix réalisations, variées et amplifiées, d’un module génératif liant l’action du roi à celle du dignitaire. Ces dix modules sont distribués en trois parties (modules I.A-D = col. 1-13, règne de Pépi Ier12 ; modules II.A-B = col. 13-32, règne de Pépi Ier, grandes expéditions militaires ; modules III.A-D, règne de Merenré = col. 32-49). La forme d’ensemble est symétrique avec divers échos entres les parties I et III. Ainsi, les deux formulations suivantes se font écho à distance pour exprimer une réciprocité de l’action : celle du roi qui fournit à Ouni un sarcophage (I.B) ; et celle d’Ouni qui organise le transport des éléments architecturaux pour le complexe funéraire royal (III.B-D) :

I.B (col. 6)
ỉỉ.n=f m-ʿ=f m sȝṯ ʿȝ n ẖnw
Il (scil. le sarcophage) vient sous son autorité (scil. celle de l’agent royal) dans une grande barge de la Résidence.

III.B (col. 40-41)
ḫd.n (41)m-ʿ(=ỉ) r ḫʿ-nfr-mrnrʿ 
Cela (scil. les éléments architecturaux pour le complexe funéraire royal) descendit le fleuve sous mon autorité vers Khanefermerenré (scil. la pyramide du roi) …

24Dans la partie médiane, l’action d’Ouni porte principalement sur l’organisation logistique des expéditions militaires. La forme, rythmée et itérative, comporte une forte dimension de célébration, suggérant également que l’ensemble de l’inscription aurait pu faire l’objet de récitations en des occasions que l’on ne peut malheureusement saisir concrètement. La célébration du retour de l’expédition victorieuse constitue formellement un écho des deux passages cités ci-dessus :

II.A (col. 22-24)
ỉỉ.nʿ pn (23)m tp bȝ.n=f tȝ [rw-šʿ]
ỉỉ.nʿ pn m tp pds.n=f tȝ rw-šʿ
(24)ỉỉ.n ʿ pn m tp


Cette armée est revenue en paix après avoir taillé en pièces le pays de ceux qui sont sur le sable ;
cette armée est revenue en paix après avoir écrasé le pays de ceux qui sont sur le sable ;
cette armée est revenue en paix …

  • 13 D’autres inscriptions sont pareillement centrées, ainsi, une décennie plus tard, la lettre de Nefer (...)

25Dans tous les cas, le mouvement – du sarcophage d’Ouni (I.B), de l’expédition victorieuse (II) et des éléments architecturaux destinés au complexe funéraire royal (III.B-D) – est centripète : vers la vallée et la Résidence royale. Les trois grandes parties de l’inscriptions sont ainsi liées entre elles. De manière remarquable, la célébration du retour de l’expédition victorieuse occupe sur le monolithe inscrit la partie exactement centrale13 :

  • 14 La colonne 0, avec une orientation opposée, comprend les titres et le nom d’Ouni ; la colonne 50 co (...)

col. 0 + 1-22
col. 22-27
col. 28-49 + 5014

26Dans la partie finale de l’inscription, les trois modules III.B (= col. 37-42), III.C (= col. 42-45) et III.D (= col. 45-49) présentent chacun la même structure tripartite :

hȝb w ḥm=fr … « Sa Personne m’a envoyé vers / pour … » ;
— action d’Ouni pour le roi — « J’ai … » ;
— expression de ce que tout s’est bien réalisé conformément à l’ordre royal.

  • 15 III.B, col. 41, 42 n mšʿ wʿ « en une seule expédition » – III.C, col. 43, 44, n hrw 17 « en 17 jour (...)

27D’autres éléments sont itérés d’un module au suivant, liant les trois modules entre eux : des indications de durée, impliquant la diligence d’Ouni15 ; et ḫʿ-nfr-mrnrʿ, le nom de la pyramide de Merenré vers laquelle Ouni achemine les éléments architecturaux. L’élément final de chaque module est remarquable en ce qu’il occupe la position généralement dévolue, dans l’autobiographie événementielle de l’époque, à l’expression de la louange et / ou de la largesse royale récompensant l’action du dignitaire. En lieu et place de celle-ci, figure par trois fois une expression que ce que le roi a décrété (wḏ) s’est bien réalisé (ḫpr) :

III.B, fin (col. 42)

wn ḫt nb wḏt.n ḥm=f
wn ḫpr.n mr-ḳd
  mr wḏt.n nb ḥm=f ỉm


Toute chose que Sa Personne avait décrétée,
cela s’était produit entièrement
  comme tout ce que Sa Personne avait décrété à ce sujet.

III.C, fin (= col. 45)

ḫpr.n m-ʿ(=ỉ) mr-ḳd
  ḫft ḥw wḏ.n ḥm n nb(=ỉ)


Cela s’est produit sous mon autorités entièrement
  conformément à la parole-hou que la Personne de mon maître a décrétée.

III.D, fin (= col. 48–49)

n špss n ṯtȝȝ n wȝš bȝw
— nsw-bỉt mr.n-rʿ ʿnḫ ḏt —
      r nṯrw nb

n wnn ḫpr ḫt nb
(49)ḫft ḥw wḏ kȝ=f


car auguste, car … (?, hapax), car exaltée est la manifestation de puissance du
 — roi de Haute et Basse Égypte Merenré, vivant éternellement —
      plus que tous les dieux,
car il est un fait que tout chose se produit
  conformément à la parole d’autorité-hou que decrète son ka.

  • 16 Pour des attestations au IIIe et IIe millénaires, voir A. Stauder, « La Königsnovelle : indices gén (...)

28Par la collocation des deux éléments ḫpr et wḏ, l’inscription fait une expression typique de la performativité de la parole royale16. Les deux éléments sont constamment variés d’un module au suivant. Le premier élément l’est dans sa réalisation linguistique, notamment : III.B, wn … wn ḫpr.n … ; III.C, ḫpr.n … ; III.D, n wnn ḫpr … Le second l’est par un processus d’augmentation :

III.B, w
III.C, w - w (avec w un principe de parole efficace)
III.D, w - w - kȝ=f (avec un principe de l’action royale efficace).
  • 17 J. Stauder-Porchet, « Harkhuf’s Inscriptions. Part I. Texts, genres, forms », Zeitschrift fur ägypt (...)
  • 18 D. Wengrow, The archaeology of Early Egypt. Social Transformations in North-East Africa, 10,000 to (...)

29La troisième itération, en III.D, est directement associée avec la célébration du nom royal, précédé d’une construction avec triple prédicat dont on connaît des parallèles contemporains17. Graphiquement, le nom royal est mis en évidence par son inscription dans un rectangle, probablement la schématisation du cosmogramme qui entoure le même nom royal dans la col. 32, au tout début de la partie III. Cette dernière est ainsi encadrée dans son ensemble par le nom royal. Selon une conception déjà manifeste à la fin du IVe millénaire dans les tous premiers artefacts porteurs d’écriture18, le nom royal est source d’agentivité dans l’inscription d’Ouni.

30À un niveau directement visuel, l’inscription d’Ouni pointe vers le format du décret royal (wḏ). Elle ne fait qu’évoquer celui-ci, puisque les contenus de l’inscription ne sont pas ceux d’un décret royal et que des éléments importants du format de celui-ci sont absents (ainsi, le nom d’Horus du roi, qui, à l’Ancien Empire, est réservé aux monuments proprement royaux). Mais la référence n’est en pas moins clairement présente au niveau du format général, consistant en une ligne au-dessus d’une colonne affrontée à une série d’autres colonnes. À un niveau visuel toujours, le nom du roi est immédiatement saillant dans la troisième partie, délimitée par un trait séparateur : en plus des deux noms royaux inscrits dans un cosmogramme, le nom royal est présent cinq fois comme composante du nom de la pyramide de Merenré. L’itération finale du nom royal, qui correspond au point culminant dans le texte décrit ci-dessus, est placée juste devant l’image d’Ouni à la fin de l’inscription. L’adjacence directe de l’image d’Ouni, les bras dans une position de respect, avec le nom royal illustre visuellement une dimension centrale du texte, la soumission et la loyauté du dignitaire au roi.

  • 19 J. Richards, « Spatial and Verbal Rhetorics of Power: Constructing late Old Kingdom history », Jour (...)

31L’inscription d’Ouni est une autobiographie événementielle qui mobilise les conventions du genre telle que celui-ci se développe à l’époque ; mais non seulement. Car l’inscription est tout à la fois une célébration de l’agentivité du roi, de sa parole performative et de son nom. À Abydos en un emplacement précédemment réservé et en lien visuel avec des haut-lieux mémoriaux de la monarchie19, l’inscription, la plus longue du IIIe millénaire, célèbre la présence et l’action du roi contemporain autant que son meilleur serviteur, Ouni.

32IV. Le séminaire mensuel d’« introduction aux recherches égyptologiques : sources, outils, méthodes » (avec Ivan Guermeur) a été limité à quatre séances sur une journée chacune en raison de la covid-19. Les séances suivantes ont pu être maintenues : « Sources documentaires » (11.II.2020), intervenants : S. Polis (FNRS, université de Liège), S. Lippert (CNRS), A. Boud’hors (CNRS), N. Vanthieghem (CNRS). — « Les rituels dans le temple » (17.III.2020), intervenants : I. Guermeur, C. Thiers (CNRS), R. Preys (université de Namur). — « Histoire et sciences sociales en égyptologie » (1.IV.2020), intervenants : J. C. Moreno García (CNRS), D. Agut (CNRS). — « Hiéroglyphes égyptiens » (20.V.2020), intervenants : A. Stauder, P. Vernus (EPHE) et P. Collombert (université de Genève).

Haut de page

Notes

1 P. ex., étiquette d’Aha, Penn Museum E9396 (https://www.penn.museum/collections/object/122418) ; respectivement, vase de diorite porphyritique d’Aha, coll. G. Michailidis (W. Simpson, « A Running of Apis in the reign of Aha and passages in Manetho and Aelian », Orientalia, 26, 2 [1957], p. 140, fig. 2).

2 Publication : P. Tallet, Les Papyrus de la mer Rouge, I. Le « Journal de Merer » (Papyrus Jarf A et B), Le Caire, 2017 (MIFAO 136).

3 CM 152, CM 110 et CM 191, citées par E. Doret, The Narrative Verbal System of Old and Middle Egyptian, Genève, 1986 (Cahiers d’Orientalisme 12), p. 170-171. Pendant la XIIe dynastie, Antef (CM 199), 10 pḥ ; Ameny (ME 3042), 12, 16, 18 wḏ. Hors du Ouadi Hammamat, p. ex. à Serabit el-Khadim, Horourre (IS 90), 1 mȝʿ, 2 spr, 5 ỉwt=ỉ (pour cette inscription, à présent A. Stauder, « Verbal Art in the Heat of the Sinai: Harwerre’s inscription [IS 90] », à paraître) ; à Gebel el-Asr, Sabastet, 3 ỉyt, 9 prt, 12 rḏt r tp-nfr (pour cette inscription, J. Darnell et C. Manassa, « A Trustworthy Sealbearer on a Mission: The Monuments of Sabastet from the Khephren Diorite Quarries », dans R. Parkinson et H.-W. Fischer-Elfert [éd.], Studies on the Middle Kingdom. In memory of Detlef Franke, Wiesbaden, 2013 (Philippika 41), p. 55-92).

4 Un emploi ancien est dans l’autobiographie de Khousobek, env. 1850 av. n.è., où l’infinitif pour l’action royale est en contraste strict avec la construction narrative régulièreʿḥʿ.n sḏm.n=f pour l’action du dignitaire.

5 Peut-être encore, à l’initiale de la deuxième demi-strophe de VI, ỉr<t>?=ỉ šmt 20tr n–ḫȝw, « Faire route le soir », en corrigeant le manuscrit B d’après R. Voir ci-dessous, la citation complète de la strophe.

6 Une exception possible est seulement B 19-20 ; voir la note précédente.

7 Sur ce point, E. Morris, « Machiavellian Masculinities: Historicizing and Contextualizing the “Civilizing Process” in Ancient Egypt », Journal of Egyptian History, 12 (2020), p. 127-168.

8 Dans Un.VI.1, l’élément rḏt=ỉ 16wȝt n–rdwy m-ḫd, avec un « infinitif annalistique », fonctionne à la manière d’un titre.

9 Pour le motif, comparer Ipouer 5.11.

10 Voir l’analyse lexicale du terme dans P. Vernus, « Euphémisme métonymique ou euphémisme par antiphrase dans l’inscription de Ourrê (/ Rêour) : le verbe ḫsf et l’ambiguïté vectorielle – ablatif ou allatif – de la préparation r », Göttinger Miszellen, 259 (2019), p. 129-150.

11 Pour une strophe présentant une forme analogue, centrée sur le roi, comparer Trois.VII = B 214-218, décrite dans A. Stauder, « Égyptien. Résumé de la conférence 2019-2020 », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 152e année, 2019-2020, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2021, p. 4-5. Autres exemples de formes analogues, également centrées sur le roi : dans Sinouhé, Trois.III = B 185-189 ; dans le Naufragé, un texte qui se situe dans la réception de Sinouhé : strophe II = Naufr. 12-20.

12 Voir déjà A. Stauder, « Égyptien. Résumé de la conférence 2019-2020 », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 152e année, 2019-2020, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2021, p. 6-8.

13 D’autres inscriptions sont pareillement centrées, ainsi, une décennie plus tard, la lettre de Neferkare à Harkhouf, (col. 13-14 : J. Stauder-Porchet, « Harkhuf’s Inscriptions. Part II. The inscribed facade », Zeitschrift fur ägyptische Sprache und Altertumskunde, 147, 2 [2020], p. 206-208). Le phénomène est plus généralement récurrent dans des inscriptions particulièrement élaborées, ainsi, un siècle et demi plus tôt, dans Ourré (col. 5-6 ; J. Stauder-Porchet, « Werre’s Inscription », à paraître dans Studien zur altägyptischen Kultur, 50 [2020]) ou, presqu’un millénaire plus tard, dans l’inscription de Qenamon (TT 93, col. 18-19 : A. Stauder, « Qenamun’s Appointment inscription », à paraître dans Études en l’honneur d’un collègue distingué).

14 La colonne 0, avec une orientation opposée, comprend les titres et le nom d’Ouni ; la colonne 50 comprend des formulations idéal-autobiographiques, puis le nom d’Ouni. Le corps de l’inscription correspond ainsi aux colonnes 1-49.

15 III.B, col. 41, 42 n mšʿ wʿ « en une seule expédition » – III.C, col. 43, 44, n hrw 17 « en 17 jours (seulement) » – III.D, col. 47, n rnpt wʿt « en une seule année ».

16 Pour des attestations au IIIe et IIe millénaires, voir A. Stauder, « La Königsnovelle : indices génériques, significations, écarts intertextuels », dans P. Collombert et al. (éd.), Questionner le sphinx. Mélanges offerts à Christiane Zivie-Coche, Le Caire, 2021 (Bibliothèque d’étude 178), vol. I, p. 106-110.

17 J. Stauder-Porchet, « Harkhuf’s Inscriptions. Part I. Texts, genres, forms », Zeitschrift fur ägyptische Sprache und Altertumskunde, 147, 1 (2020), p. 83-84.

18 D. Wengrow, The archaeology of Early Egypt. Social Transformations in North-East Africa, 10,000 to 2650 BC Cambridge, p. 207-213. A. Stauder, « Paths to Early Phoneticism: Egyptian Writing in the Late Fourth Millennium BCE », dans L. Morenz, A. Stauder (éd.), Niltal und Zweistromland. Wege zur frühen Schrift, Berlin (Thot 3), à paraître, § 7.

19 J. Richards, « Spatial and Verbal Rhetorics of Power: Constructing late Old Kingdom history », Journal of Egyptian History, 3 (2010), p. 339-366.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andréas Stauder, « Égyptien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 1-13.

Référence électronique

Andréas Stauder, « Égyptien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5009

Haut de page

Auteur

Andréas Stauder

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
  • Égyptien [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search