Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesDémotique

Résumés des conférences

Démotique

Sandra Lippert
p. 14-24

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Le droit égyptien aux époques tardive et gréco-romaine (3). — Lecture de textes démotiques.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Démotique
Haut de page

Texte intégral

1Les conférences de la troisième année de notre cours de lecture démotique ont débuté le 4 novembre 2020 et se sont achevées le 17 mars 2021 ; le cours a entièrement eu lieu en visio-conférence. Les participants étaient Brigitte Bakech, Marie-Pierre Chaufray, Marion Claude, Wei Gao, Marie-Apolline Maïtam, Michel Rondenet, Lorenzo Uggetti et Matthieu Wattrelot.

2Le sujet de ce troisième cycle de cours était la juridiction égyptienne. Nous avons commencé avec un rappel des grandes étapes de l’histoire des instances juridiques égyptiennes : la fonction du vizir comme juge suprême ; la composition des tribunaux, appelés d’abord ḏȝḏȝ.t et à partir de la Ire Période intermédiaire aussi qnb.t, puis parfois mʿbȝy.t (littéralement « trentaine »), comme collèges de fonctionnaires (sr.w) accomplissant aussi d’autres tâches administratives ; l’attestation, au moins à partir de la fin de l’Ancien Empire, d’une législation archivée dans la capitale avec pour conséquence que les tribunaux régionaux devaient parfois envoyer des enquêtes juridiques au bureau du vizir en cours de procès ; puis, au Nouvel Empire, l’introduction d’un système plus clairement structuré à deux niveaux, avec deux, voire trois grands tribunaux (qnb.t ʿȝ.t/wr.t) compétents en cas de crimes lourds, ceux impliquant des fonctionnaires et les disputes concernant des biens fonciers, localisés dans les capitales de Thèbes et de Memphis (et éventuellement Héliopolis), et des tribunaux locaux dans toutes les villes, voire même dans certains villages, avec des compétences plus limitées pour lesquels des fonctionnaires civils et religieux étaient sélectionnés ; ensuite, sans doute sous la XXVIe ou au plus tard la XXVIIe dynastie, la professionnalisation du système judiciaire dans lequel les tribunaux locaux consistaient désormais de trois juges issus du clergé qui avaient reçu une formation spécifique et avaient à leur disposition des copies du recueil de lois égyptiennes ; et enfin, à l’époque ptolémaïque, l’abolition des « grands tribunaux » et le transfert de leurs compétences à la juridiction royale et l’intégration des tribunaux locaux, sous l’appellation grecque de laocritai, dans un système agréé, mais en même temps aussi contrôlé par l’administration ptolémaïque.

  • 1 S. Lippert, « Abschrift eines Prozessprotokolls vor den Laokriten von Theben (P. Köln XVII 675) », (...)
  • 2 H. J. Thissen, « Demotische Texte der Kölner Sammlung », Enchoria, 8 (1978), p. 38-40.
  • 3 H. J. Thissen, « Zwei demotische Prozeßprotokolle », dans Acta Demotica. Acts of the Fifth Internat (...)
  • 4 https://www.trismegistos.org.

3Une grande partie du cours a été consacrée à la lecture et à l’analyse d’un compte rendu de procès aujourd’hui conservé dans la collection de l’université de Cologne sous le numéro d’inventaire 7676 que je venais d’éditer1. Ce papyrus de 58,5 cm sur 31,5 cm, inscrit avec deux colonnes sur le recto et une note de deux lignes sur le verso, est exceptionnellement bien conservé. Il avait été brièvement décrit par Heinz Josef Thissen lors du 1er colloque international d’études démotiques à Wurtzbourg en 19772, et avec quelques détails de plus, lors du 5e colloque d’études démotiques à Pise en 19933, mais il était toujours inédit au moment du décès de Thissen en 2014. Dans la base de données Trismegistos4, il est répertorié sous le numéro TM#51047.

  • 5 En égyptien wȝḥ-mw « verse-eau » : il s’agit de prêtres funéraires s’occupant de l’entretien des to (...)
  • 6 Voir fig. 1 pour l’arbre généalogique qui peut être dressé avec les informations données par les de (...)
  • 7 Ainsi encore récemment C. Hue-Arcé, « “This oath is a true oath”: Family involvement in the Demotic (...)

4Le texte relate les étapes d’un procès mené devant les juges de Thèbes en janvier 114 av. n. è. (jours 2 et 3 et du premier mois de la saison péret, an 3 de Cléopâtre III et de son fils Ptolémée IX) : Tathotis fille de Panouphis (I) porte plainte contre Senamounis, fille de Harsièsis à cause d’un terrain constructible dans la ville de Thèbes et des revenus de choachytes5 sur plusieurs tombes dans la nécropole de Thèbes-Ouest ; tout cela appartenait autrefois à une femme nommée Senkhonsis fille de Krouris, mais les services de choachytes avaient été assurés par ses deux fils, Psenentêris et Psemminis, les deux fils de Panouphis (II). La plaignante accuse Senamounis de l’avoir spoliée de ces revenus qu’elle estime d’une valeur de 50 deben et de l’avoir empêchée d’accéder au terrain constructible ; elle, Tathotis, en serait la véritable héritière en tant que fille aînée de la sœur de Panouphis (II), car Psenentêris et Psemminis seraient décédés sans enfants. Dans la déposition de la partie défenderesse, la situation est présentée différemment : les deux fils en question, Psenentêris et Psemminis, seraient décédés avant leur mère Senkhonsis et n’auraient par conséquent jamais hérité d’elle. Mais un autre fils de celle-ci, nommé Aménothès et issu d’un deuxième mariage de Senkhonsis avec un certain Hérieus, aurait survécu à sa mère et ainsi accédé à sa succession. Toutefois, cet Aménothès serait par la suite également décédé sans enfants, et elle, Senamounis, en serait la parente survivante la plus proche en tant que cousine au second degré6. Senamounis souligne aussi qu’elle n’a nullement volé ces revenus, mais qu’elle en est la propriétaire depuis déjà 16 ans. Aucune des deux parties n’invoque un document légal comme justificatif, il s’agit donc dans tous les cas de successions ab intestat. Après avoir résumé les dépositions des deux parties, mis en exergue les points sur lesquels elles sont d’accord (que les biens appartenaient autrefois à Senkhonsis, fille de Krouris) et ceux où elles sont en désaccord (l’ordre dans lequel Senkhonsis et ses deux fils d’un premier mariage sont décédés), et après avoir établi que, théoriquement, toutes les deux pourraient être successibles malgré leur statut de parentes éloignées, les juges prononcent que dans une telle situation, un serment doit éclaircir l’état de fait. Ils demandent à Senamounis de jurer que Senkhonsis est bien décédée après ses deux fils d’un premier mariage, mais avant le fils Aménothès qu’elle a eu avec son deuxième mari ; le compte rendu contient la teneur exacte du serment que les juges lui imposent. La plaignante accepte de reconnaître sa défaite si Senkhonsis prête ce serment, mais uniquement si le frère de celle-ci (qui apparaît à ce point pour la première fois) jure « dans la main » de sa sœur, c’est-à-dire s’il jure que le serment de sa sœur correspond à la réalité. Ce passage donne ainsi un éclairage important sur le rôle et la fonction des co-jureurs (normalement parents, frères ou sœurs, époux ou enfants), attestés dans un bon nombre de serments démotiques : contrairement à ce qui a longtemps été soutenu7, il ne s’agit nullement de personnes qui se proposaient volontairement ou que celui qui devait prêter serment faisait venir de son propre chef pour rendre son serment plus convaincant (comme suggéré par le terme « Eideshelfer » que l’on trouve parfois dans ce contexte), mais d’une obligation imposé au jureur – ici explicitement par la partie adverse, mais peut-être parfois aussi par les juges eux-mêmes – pour diminuer le risque de parjure. En effet, si le co-jureur était choisi par la partie adverse, celle-ci pouvait sélectionner le membre de la famille du jureur jugé le plus honnête et pieux, ou au moins le plus susceptible de perdre son sang-froid devant un mensonge.

Fig. 1. — Arbre généalogique des parties sur la base du papyrus Cologne inv. 7676.

  • 8 Voir J. Quaegebeur, « La justice à la porte des temples et le toponyme Premit », dans C. Cannuyer, (...)
  • 9 Voir P. W. Pestman, J. Quaegebeur, R. L. Vos, Recueil de textes démotiques et bilingues, I. Transcr (...)
  • 10 .E. Boswinkel, P. W. Boswinkel, Les archives privées de Dionysios, fils de Képhalas. Textes grecs e (...)
  • 11 Pestman, Quaegebeur, Vos, Recueil, p. 154-158 ; Pestman, Theban Choachytes, p. 310-311.

5La plaignante avait aussi le droit de sélectionner le temple dans lequel son adversaire devait prêter serment. Dans notre cas, celle-ci a choisi la solution la plus simple en l’envoyant au temple de Khonsou, à quelques pas seulement du siège du tribunal de Thèbes qui se trouvait depuis des siècles à une porte du téménos de Karnak juste en face de ce temple, déjà avant que ce propylone soit complètement reconstruit et agrandi sous Ptolémée III Évergète8. Malgré la courte distance, les juges eux-mêmes ne se déplaçaient manifestement pas, car le compte rendu fait ici un saut dans le temps et ne reprend qu’avec le retour de l’audiencier qui, interrogé par les juges, atteste que le serment a bien été prêté par Senamounis et son frère, ce qui est également confirmé par la plaignante. Avant la conclusion du procès, le compte rendu cite les deux lois que les juges ont utilisées pour arriver à leur décision : la première règle qui doit prêter serment dans le cas d’une dispute par rapport à une personne dont il n’est pas clair si elle est décédée sans laisser d’enfants : c’est la personne qui nie l’absence de descendants qui doit jurer. La seconde établit qu’un parent éloigné peut hériter s’il n’y a pas de descendants, frères ou sœurs survivants. Le compte rendu se termine par le constat que la plaignante a rédigé (ou plutôt fait rédiger) un « document d’être éloigné » (sẖ n wy) pour la partie gagnante le jour même, document qui garantissait à la partie victorieuse que la partie perdante et ses héritiers ne tenteraient jamais plus de disputer la propriété des biens en question. Vient ensuite la signature du greffier, Horos fils de Sminis, que déjà Thissen avait identifié au Horos, fils de Sminis qui avait rédigé quelques neuf mois après le procès en question un document de prêt (papyrus Berlin P. 3103 = TM#8537) en remplaçant son père, Sminis fils de Phabis, notaire pour le compte des prêtres d’Amonrasonther, c’est-à-dire, le notaire associé au temple d’Amon de Karnak. Or, dans le papyrus Cologne inv. 7676, cet Horos agit au nom d’une femme, Ithorôs, fille de Sminis. La situation n’est pas si exceptionnelle : nous connaissons d’autres cas en Égypte ptolémaïque où un office de scribe était de façon nominale détenu par une femme, mais dans la pratique exercé par un homme : ainsi, le notariat de Djême (Thèbes-Ouest), traditionnellement rattaché à la fonction du « prophète (ḥm-nṯr) de Djême », était pendant plusieurs décennies du iie s. av. n.è. l’apanage d’une « prophétesse » – peut-être pas toujours la même, mais deux femmes qui ont porté ce titre de façon successive ? – au nom de laquelle les clercs signaient9. Un autre exemple est celui de la notaire (tȝ sẖ.t-qnb.t) « qui fait offrande devant Thot le trois fois grand, le seigneur d’Hermopolis, le grand dieu » au nom de laquelle un certain Pa-abech, fils de Phibis, a écrit le document de vente pReinach 7 en l’an 106 av. n.è.10. Si dans ces deux cas l’office en question est celui de notaire et la titulaire officielle une prêtresse qui tirait au moins une partie de ses revenues de cette charge, la « cheffe » du greffier de Thèbes, Ithorôs fille de Sminis, ne porte aucun titre. Mais le principe était vraisemblablement le même : une femme profitant des revenus de l’office qui est en réalité exercé par un homme agissant en son nom. Le patronyme Sminis qu’elle partage avec le greffier en fonction invite à voir en elle la fille du notaire Sminis, fils de Phabis susmentionné. Membre d’une famille de scribes qui, pendant près de 100 ans, gérait le notariat de Thèbes associé au temple d’Amon à Karnak11, Sminis fils de Phabis peut très bien aussi avoir eu les droits à la fonction de greffier du tribunal de Thèbes, droits qu’il aurait, au plus tard en l’an 3 de Cléopâtre III et Ptolémée IX, cédés à sa fille pour lui fournir un revenu confortable : il s’agirait alors de l’établissement d’un sʿnḫ (propriété fournissant une rente). Nous savons que Sminis était encore en vie des mois plus tard, quand Horos le remplace en l’an 4 pour rédiger le papyrus Berlin P. 3103 : ce transfert de la fonction de greffier de Thèbes à sa fille n’était par conséquent pas un legs, mais probablement motivé par un évènement dans la vie de sa fille Ithôros, comme, par exemple, son mariage ou son divorce.

6H. J. Thissen avait déjà remarqué que la main du scribe de pCologne inv. 7676 ne ressemblait pas tout à fait à celle d’Horos, fils de Sminis dans le papyrus Berlin P. 3103. Si on ajoute à cette observation les nombreuses fautes – inversions de signes dans des noms propres, confusion entre les personnes, omission d’une partie d’une phrase par saut du même au même, etc. – il semble plus probable que le papyrus Cologne inv. 7676 ait été écrit par un clerc junior, voire un apprenti. Et en effet, non seulement la notice sur le verso, mais aussi divers raccourcis dans le texte – l’omission totale de la mention des prêtres éponymes, l’omission de la description détaillée de la situation du terrain constructible et des propriétaires des tombes dont les revenus étaient au centre de la dispute – montrent clairement que le papyrus n’est pas le compte rendu originel provenant des archives du tribunal, mais une copie abrégée que la partie gagnante s’était fait délivrer pour disposer d’un justificatif supplémentaire pour de futures transactions. Par conséquent, ce qui importait dans ce document, était la signature du greffier originel, et non pas celle du scribe copiste qui reste donc anonyme.

7À la lecture de ce compte rendu de procès se sont jointes quelques réflexions sur sa forme (fig. 2) : nous avons d’abord regardé la mise en page qui emploie différents moyens pour structurer le texte en sections et en paragraphes, tels des renvois à la ligne, des espaces plus larges entre des lignes ou des espaces entre des mots à l’intérieur d’une ligne. Ensuite s’est posée la question de la différence de largeur entre les deux colonnes et du large espace resté vide après la deuxième colonne : étant donné que la position de la notice sur le verso montre que la partie gauche du papyrus (vu du recto) se trouvait à l’intérieur quand il était enroulé, il ne peut s’agir d’une feuille de protection. L’explication la plus plausible est que cet espace était censé recevoir une copie du « document d’être éloigné » de Tathotis, mais que celle-ci n’a finalement pas été réalisée, ou au moins pas sur ce même papyrus.

Fig. 2. — Schéma de la mise en page du papyrus Cologne inv. 7676 (vue du recto).

  • 12 W. Spiegelberg, Demotica, I, Munich, 1925 (Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenscha (...)
  • 13 U. Kaplony-Heckel, Demotische Tempeleide, Wiesbaden, 1963 (Ägyptologische Abhandlungen 6) ; texte : (...)

La lecture de ce texte achevée, nous avons enchaîné avec celle d’un autre serment devant un dieu issu d’un procès devant des juges égyptiens (d’où le terme « serment de temple » pour ce genre de textes), pour approfondir l’étude de ce dispositif dont nous venions de voir l’utilisation dans le cadre du procès entre Tathotis et Senamounis. Nous avons choisi pour cela l’ostracon MMA 21.2.122, édité pour la première fois par Wilhelm Spiegelberg12, puis réédité par Ursula Kaplony-Heckel comme no 180 dans son ouvrage Demotische Tempeleide13, mais sous le numéro d’inventaire incorrect 21.2.121. Ce numéro se retrouve aussi, au moins pour le moment, dans la base de données Trismegistos où le texte figure comme TM#471.

  • 14 Comparer son indication : Demotica, I, p. 301, n. 3.
  • 15 https://www.metmuseum.org/art/collection/search/569661.
  • 16 A. A. Den Brinker, B. P. Muhs, S. P. Vleeming, A Berichtigungsliste of Demotic Documents Part B. Os (...)

8Contrairement au serment inclus dans le papyrus Cologne inv. 7676, le support est ici un grand tesson de céramique (17 cm × 19,2 cm), inscrit perpendiculairement aux traces de tournage : il s’agit donc ici, comme dans la plupart des serments de temples conservés, de la copie emportée à l’endroit où le serment devait être prêté. Si dans son édition Kaplony-Heckel a livré une translittération presque complète de cet ostracon sur la base du dessin publié en 1925 par Spiegelberg, le dessin de l’objet qu’elle a réalisé elle-même sur la base d’une photographie prise en 195914 ne permet pas d’en vérifier l’exactitude, car les fins des lignes 4 à 6, la quasi-totalité de la ligne 10 et l’ensemble des lignes 12 à 17 y sont remplacées par des hachures. Pour notre lecture, nous pouvions toutefois utiliser une photographie récente en couleur et de bonne résolution qui est librement accessible sur le site du Metropolitan Museum of Art15, ce qui nous a permis de corriger plusieurs lectures au-delà de ce que la DBL16 a déjà répertorié, et d’améliorer ainsi la compréhension du contexte :

9O.MMA 21.2.122

10Translittération

(1) ẖ(.t) pȝ ʿnḫ nty ỉ.ỉr Pa-tȝ-s.t-ʿȝ.t sȝ Pȝ-hb r ỉr=f n (2) ȝrtȝysa n ḥw.t-nṯr n Pr-Ḥw.t-Ḥr n ḥȝ.t-sp 44(.t) (3) ỉbd-3 ȝḫ.t sw-14b
ʿnḫ Ḥw.t-Ḥr nty ḥtp dy ỉrm nṯr nb (4) nty ḥtp ỉrm=s
nȝy=k ḥbs.w r.tw=y n nȝy=k rmṯ.w ỉw=w
c h̭l=wd n-ḏr.ṱ=we
(5) pȝ ḥmt (n) pȝf ḥbs ỉ.ỉr ỉr ỉwg r-ḏr.ṱ=yh ḥnʿ rmṯ mtw=yiẖn=w wȝḥj=y mḥ=k (6) n-ỉm=w
ỉw mn pȝy-ṯȝyk=y ẖn=w
mn pȝy-ṯȝyk rmṯ mtw=yi
r bn-pw ḥw (7) nfr pḥ{.ṱ} ‹r-ḥr=y›l n-ỉm=w ḥnʿ rmṯ mtw=yi
bw-ỉr rḫ=y rmṯ n tmy ỉw ṯȝym=f (8) n-ỉm=w n-m-sȝm Wrš pȝ šr n Nȝ.w-nḫt.ṱ=f sȝ Pa-nȝ-bḫn(.t)n r.tw=y (9) ḥnyn r-r=f ẖr ḥbs.w
wȝḥ
j=y dỉ.t ỉr=f ʿnḫ r-r=f
wȝḥj=y dỉ.t ḥyw=w (10) h̭yṱo ⌈n-ỉm=w⌉ pẖn pȝ tmy ʿn r-r=w
bw-ỉr rḫ=y
(11) šmʿ ỉw ṯȝy=f `n-ỉm=wq´ n-m-sȝm nȝy=k rmṯ(.w) r.tw=y (12) ḥnyn r-r=w
ỉr=y ʿ.wy-n-ḏr
⌈.ṱ=y⌉ rẖr-r-r=w
(13) sẖ (n)sPa-tȝ-s.t-ʿȝ.t r-ḫrw=f
(14) sẖ Sbk-ḥtp sȝ Ḥp-mnt ỉw=f ḏdu
(15) ỉr=w pȝ ʿnḫ nty ḥry n (16) ḥȝ.t-sp 44(.t) ⌈ỉbd-3⌉ ȝḫ.t (17) sw-14b

11Traduction

Libellé du serment que Patséous, fils de Phibis, est censé prêter pour Arridaiosa (?) dans le temple de Pathyris en l’an 44, 3e mois de la saison akhet, jour 14b :
« (Aussi vrai) que vive Hathor qui repose ici, et tout dieu qui repose avec elle :
tes vêtements / textiles que j’ai donnés à tes gens, c’estc de leure main qu’ond les a volés.
L’(argent en) cuivre duf textile / vêtement parmi eux qui a été payég àh moi et (à) un de mes gensi, je te l’ai déjàj payé complètement,
il n’y a rien que j’en ai pris,
il n’y a rien qu’un de mes gensi a pris,
et aucun profit n’en est arrivé à moi ou à un de mes gensi.
Je ne connais aucun homme de la ville qui les aurait pris, exceptém Orsès, le fils de Nekhouthès, fils de Panobkhounis, auquel j’avais donné commission concernant (les) vêtements/textiles,
(et) je lui ai déjàj fait prêter serment à ce propos.
J’ai aussi déjàj fait que l’on lance une invocation du pouvoir divin dans la ville contre eux (scil. les voleurs inconnus) à cause d’euxp (scil. les objets volés).
Je ne connais aucun étranger qui `lesq´ aurait pris, exceptém tes gens auxquels j’avais donné commission par rapport à eux.
J’ai fait de mon mieuxr par rapport à eux. »
Écrit pour Patséous, selon sa déclaration.
A écrit Sokhôtès, fils de Phimênis, disant :
« Le serment ci-dessus a été prêté en l’an 44, 3e mois de la saison akhet, jour 14 ».

12Commentaire

  • 17 W. Clarysse, The Petrie Papyri second edition (P.Petrie2), I. The wills, Bruxelles, 1991 (Collectan (...)

13a) Kaplony-Heckel a lu ȝrtmjs, lecture que Spiegelberg avait considéré, puis rejeté en faveur d’ȝrtȝjs « Aretaios (?) » ; Clarysse17 a proposé une correspondance avec le nom grec Arridaios. La nouvelle photographie confirme la lecture ȝrtȝys, mais suggère également que le quatrième signe, ȝ, constitue une correction couvrant une autre lettre qui était probablement en effet un m.

14b) Kaplony-Heckel avait lu « jour 15 », mais comme le souligne la DBL, la lecture correcte sw-14 avait déjà été donnée dans l’editio princeps de Spiegelberg. La date correspond au 6 décembre 127 av. n.è. (an 44 de Ptolémée VIII).

  • 18 B. Bakech, « 148. Rapport d’un paysan royal », dans M.-P. Chaufray, S. Wackenier (dir.), Papyrus de (...)
  • 19 Kaplony-Heckel, Demotische Tempeleide, p. 295-296, no 177.
  • 20 Littéralement « jeté dehors ».

15c) Kaplony-Heckel avait compris la phrase commençant avec ỉw=w comme un circonstantiel du passé servant comme phrase relative virtuelle, en parallèle avec r.tw=y n nȝy=k rmṯ.w : « (les vêtements) que j’ai donné à tes gens et qui ont été volé de [leur] main ». Or, comme B. Bakech nous l’a fait remarquer, il s’agit ici d’une phrase au temps second du passé écrit de manière inhabituelle avec ỉw= au lieu de ỉ.ỉr= / r.ỉr=, usage que M. Chauveau a également constaté dans le rapport P.Sorb. IV 14818 où l’on lit, aux lignes 9-10 : ỉw=y dỉ.t n=k pȝy ʿn-smy (10) r dỉ.t rḫ=k-s « C’est pour t’en informer que je t’ai donné ce rapport. », et que l’on trouve aussi, dans un contexte très comparable à celui de l’ostracon MMA 21.2.122, dans le serment de temple BM EA 2007019, l. 6-7 : pȝy hlg r.dỉ.t=k md(.t) ỉrm=y m-ḏbȝ.ṱ=f (7) ỉw=y gm.ṱ=f ỉw=f ḥwy r-bnr « Cet anneau à cause duquel tu as causé une dispute avec moi, c’est dans les déchets20 que je l’ai trouvé ». Vue la rareté des attestations d’un temps second du passé avec ỉw=, on serait tenté de les considérer comme des fautes de scribes, mais il est également possible qu’il s’agisse d’un usage plus proche de la langue parlée.

16d) Le suffixe =w après h̭l, déjà transcrit par Spiegelberg, mais omis par Kaplony-Heckel, ni corrigé par la DBL, a été rajouté après coup, en plus petit, entre le déterminatif du guerrier mourant de h̭l et n-ḏr.t. h̭l n’est donc pas un qualitatif dont les vêtements seraient le sujet, mais un infinitif : la phrase a un sujet =w impersonnel (« ils » dans le sens de « on ») et un objet direct =w (« eux », scil. les vêtements).

17e) Le suffixe =w après n-ḏr.ṱ a été restitué entre crochets par Kaplony-Heckel, tandis que Spiegelberg a proposé =j(?). Sur la photographie, le trait vertical long de =w est assez clair, même s’il est un peu déformé par la rugosité de la surface du tesson à cet endroit.

18f) L’article devant ḥbs, clairement visible sur la photographie, n’a pas été lu par Kaplony-Heckel qui l’omet également sur son dessin, mais avait déjà été tracé et transcrit correctement par Spiegelberg.

19g) Spiegelberg et après lui Kaplony-Heckel ont donné la lecture désormais obsolète ỉsw « paiement ». Or, ce mot aujourd’hui lu ỉw désigne littéralement « l’arrivée, l’entrée (scil. d’un paiement) », et peut, de manière dérivée, aussi dénoter la confirmation de l’encaissement, c’est-à-dire, le reçu ou la quittance.

  • 21 Cf. Chicago Demotic Dictionary (https://oi.uchicago.edu/research/publications/demotic-dictionary-or (...)
  • 22 Voir p. ex. le billet oraculaire papyrus pCarlsberg 19 (éd. K.-T. Zauzich, « Die demotischen Orakel (...)
  • 23 Par exemple dans le papyrus Berlin P. 13535+23677 (éd. K.-T. Zauzich, Papyri von der Insel Elephant (...)

20h) U. Kaplony-Heckel a traduit r-ḏr.ṱ= comme « à la charge de », mais ce sens n’est pas attesté ; ce serait r-ʿ.wy= ou ỉ.ỉr-n=. L’expression ỉr ỉw r-ḏr.ṱ= est bien attestée21, mais peut être construit de deux manières : comme ici avec les biens / l’argent dans la position du sujet, et on doit alors traduire « constituer un paiement dans la main de », c’est-à-dire « être encaissé/réceptionné par »22, ou avec le payeur en position du sujet et les biens / l’argent comme objet, à traduire « faire paiement (de…) dans la main de » ; dans certains cas23, les deux solutions sont possibles.

21i) Littéralement « une personne appartenant à moi », ce qui peut aussi désigner les membres de la famille (élargie) ; ici le terme fait sans doute référence aux employés de Patséous.

22j) Traduit comme un passé sḏm=f normal par Kaplony-Heckel, la forme wȝḥ=f sḏm a pourtant une connotation de parfait, voire d’insistance sur le caractère passé de l’action et se traduit alors mieux par « avoir déjà fait ».

23k) pȝy est ici la contraction habituelle de l’article défini avec le début de la forme relative du passé, ici r.ṯȝy.

24l) Spiegelberg avait lu pḥ n=j (?) et Kaplony-Heckel pḥ-j, mais la photographie montre qu’il s’agit d’un petit , rajouté probablement par une confusion avec le verbe pḥ.ṱ « être fort ». Le verbe pḥ « atteindre » est régulièrement construit avec la préposition r le scribe semble avoir mal copié son modèle et omis r-ḥr=y.

25m) Le double sens de ṯȝy, « prendre » et « voler », a pour conséquence qu’il faut explicitement exclure les personnes qui ont manipulé les vêtements en question de manière tout à fait licite, dans le cadre d’une commission.

  • 24 E. Lüddeckens (dir.), Demotisches Namenbuch, Wiesbaden, 2000, p. 368.
  • 25 F. Preisigke, Namenbuch, Heidelberg, 1922, col. 266 ; 271.

26n) Kaplony-Heckel avait lu Pa-tȝ-bḫn(.t), mais le DemotNb24 répertorie ce nom comme Pa-nȝ-bḫn(.w) et le considère comme une variante phonétique de Pa-nb-bḫn(.t), ce qui est en effet plus probable en vue des nombreuses attestations de la transcription grecque de ce dernier nom (cf. Πανεβχοινις, Πανοβχουνις, etc.25), tandis qu’un équivalent grec pour *Pa-tȝ-bḫn(.t) ne semble jusqu’ici pas connu.

  • 26 Pour le terme complexe h̭yṱ, voir G. Vittmann, Der demotische Papyrus Rylands 9, II. Kommentar und (...)

27o) La photographie confirme la lecture initiale de Spiegelberg (h̭jtj « Verwünschung ») contre la proposition de E. Bresciani, SDHI, 30 (1964) p. 463, reprise par la DBL, de lire ḥyṱ « frayeur ». Comme Spiegelberg l’a déjà proposé, l’invocation publique (« dans la ville ») du pouvoir divin26 contre les voleurs inconnus avait certainement pour but de les effrayer et ainsi de se dénoncer d’eux-mêmes.

28p) Spiegelberg a lu r-r=f (?), suivi par Kaplony-Heckel (r(?)-f « gegen (?) ihn »), ce qui aurait impliqué un étrange dédoublement de la préposition r dans cette phrase. Toutefois, sur la photographie, n-ỉm=w est clair : il s’agit alors d’un renvoi aux objets volés, tandis que la cible de la malédiction, les voleurs anonymes, est en effet introduit par la préposition r qui, un peu maladroitement, est repoussée jusqu’à la fin de la phrase.

29q) n-ỉm=w a été rajouté au-dessus de la ligne, ce qui n’est pas indiqué dans l’édition de Kaplony-Heckel.

  • 27 W. Erichsen, Demotisches Glossar, Copenhague, 1954, p. 57. Cf. aussi CDD ȝ, p. 6, où ʿ est compris (...)

30r) Spiegelberg avait correctement lu ʿ-d.tj (ce qui correspond à ʿ-ḏr.ṱ= en translittération moderne), mais voulait traduire cela par « porter plainte », tandis que Kaplony-Heckel n’a pas lu la partie précédant ḏr.ṱ=y et traduit par conséquent « Ich ... meine Hand ihretwegen ». Pour l’expression ỉr ʿ-ḏr.ṱ=, littéralement « faire l’étendue (scil. maximale) de (sa) main », voir déjà le DemGl27.

31s) Spiegelberg et Kaplony-Heckel ont interprété cette ligne comme signature du scribe, mais dans ce cas, le manque d’une filiation ou au moins d’un titre serait étonnant. Cette omission invite plutôt à voir dans Patséous la même personne qui est déjà mentionné plus haut, à savoir le jureur Patséous fils de Phibis, et de comprendre sẖ (n) comme « écrit (pour) » au lieu d’« écrit (par) » ; cette solution est par ailleurs confortée par r-ḫrw=f, littéralement « conformément à sa voix », car dans un contexte juridique, ḫrw désigne généralement la déposition écrite d’une partie, et la formulation du serment par les juges devait évidemment être basée sur ce que Pa-tȝ-s.t-ʿȝ.t avait déclaré.

32t) Kaplony-Heckel avait lu Ḥʿpy-mn « Le Nil est durable », mais il s’agit manifestement d’une forme un peu négligée du nom Ḥp-mn « Apis est durable », rendu en grec par Φιμηνις, bien attesté à Pathyris (voir aussi note u).

  • 28 P. W. Pestman dans E. Boswinkel, P. W. Pestman (dir.), Textes grecs, démotiques et bilingues, Leyde (...)
  • 29 P.Lond. Inv. n° 640 + P.Sorb. Inv. Bour. n° 46, voir maintenant P.Dryton 3 ; TM#468.
  • 30 St. V. Wångstedt, « Demotische Urkunden aus der ägyptischen Sammlung der Universität zu Heidelberg  (...)
  • 31 Pestman, Textes grecs, démotiques et bilingues, p. 213.
  • 32 W. Spiegelberg, Die demotischen Denkmäler 30601-31270. 50001-50022, II. Die Demotischen Papyrus, St (...)
  • 33 Wångstedt, « Demotische Urkunden », p. 296-302.

33u) Spiegelberg a lu pȝ mr(?) […], Kaplony-Heckel pȝ […]. Pestman28 voulait ici lire pȝ mr-[šn] et avait proposé, sur cette base, de reconstruire le nom Sochôtès, fils de Phimênis, pour le premier témoin du testament de Dryton de la même année 44 de Ptolémée VIII29, dont seul le titre « prêtre d’Aphrodite et de Souchos, des premiers stolistes et ptérophoroi » est conservé. Or, même si ce titre grec correspondait à celui d’un lésônis (ce qui n’est toutefois pas évident), la photographie de l’ostracon MMA 21.2.122 montre qu’il faut complètement abandonner la lecture du titre pȝ mr-[šn] après le nom de Sochôtès, fils de Phimênis : il s’agit simplement de l’introduction du propos direct de Sokhôtès, ỉw=f ḏd, avec une petite « queue » incurvée autour d’un trou dans la surface qui servait probablement à remplir la ligne jusqu’au bord du tesson pour montrer que rien n’avait été enlevé ni pouvait être rajouté ici, comme on fait sur un chèque. Il n’y a donc plus aucune raison pour présumer que ce Sokhôtès, fils de Phimênis serait identique au premier témoin du testament grec de Dryton et dont le nom et le patronyme sont complètement en lacune. Il reste toutefois possible, comme l’ont déjà proposé Wångstedt30 et Pestman31, que le Sokhôtès, fils de Phimênis de l’ostracon MMA 21.2.122 soit le même que le prêtre Sokhôtès, fils de Phimênis qui a signé trente ans plus tôt comme témoin, juste au-dessous de son père Phimênis, fils de Tothoes, le papyrus Caire CG 30704 (TM#415, 157 av. n.è.)32, qui a rédigé l’acte de vente démotique sur tablette de bois Heidelberg T. dem. 12 (TM#302)33 en 120 av. n.è. et pour la famille duquel on peut reconstruire l’arbre généalogique sur plusieurs générations. Si les tâches au sein du tribunal de Pathyris étaient distribuées de la même façon qu’à Thèbes, la personne qui affirme que le serment a bien été juré devrait être l’audiencier (šmsw) qui avait accompagné le jureur, mais il pourrait aussi s’agir du greffier lui-même – ce poste plus prestigieux conviendrait sans doute mieux à quelqu’un qui avait à l’époque déjà plus de quarante ans.

34Pour conclure, nous avons essayé de comprendre les relations entre Arridaios (?) et Patséous. Kaplony-Heckel pensait qu’il s’agissait d’un vendeur et son client, qui toutefois lui aurait rendu la marchandise, peut-être à cause d’une réclamation. Dans notre interprétation du cas, le rapport commercial serait celui d’un marchand ou fabricant de textile grec, basé hors de Pathyris, et d’un vendeur local qui prend ses marchandises en commission. Quand Patséous a retourné une charge de vêtements non vendus à Arridaios (?), par le biais de personnes que celui-ci lui a envoyées, ce dernier a constaté que la quantité ne correspondait pas à ce qu’il attendait. Il a alors accusé Patséous d’avoir escamoté une partie des vêtements ou de ne pas avoir transmis la somme complète pour les vêtements qu’il a en effet vendus. Patséous s’est défendu et les juges lui ont fait jurer que, s’il y a eu vol, il doit avoir eu lieu après qu’il a transmis les vêtements/textiles aux agents d’Arridaios (?), car ni lui-même, ni aucun de ses employés n’en a pris et car il a payé à Arridaios (?) la totalité de la somme qu’il a encaissée pour la partie vendue. Il a également juré qu’il n’a en aucune manière profité de la marchandise disparue, qu’il ne sait pas qui en est responsable et qu’il a déjà pris toutes les mesures qui étaient en son pouvoir pour trouver les voleurs, mais sans succès.

  • 34 S. Lippert, « Die sogenannte Zivilprozeßordnung: Weitere Fragmente der ägyptischen Gesetzessammlung (...)

35Nous retrouvons donc ici le même souci d’une formulation exhaustive qui ne laisse au jureur aucune possibilité de mentir par omission qui se rencontre dans de nombreux autres serments de temple ainsi que dans le modèle d’un serment concernant la disparition d’un document conservé dans le manuscrit démotique du recueil de lois connu sous le nom de « Zivilprozessordnung »34.

Haut de page

Notes

1 S. Lippert, « Abschrift eines Prozessprotokolls vor den Laokriten von Theben (P. Köln XVII 675) », dans C. Armoni, T. Backhuys, S. Lippert, E. Love, G. Schenke, E. Skarsouli, N. Vega Navarrete, R. Vecchiatto, Kölner Papyri (P.Köln), Band 17, Paderborn et al., 2021 (Abhandlungen der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften und der Künste. Papyrologica Coloniensia VII/17), p. 130-193.

2 H. J. Thissen, « Demotische Texte der Kölner Sammlung », Enchoria, 8 (1978), p. 38-40.

3 H. J. Thissen, « Zwei demotische Prozeßprotokolle », dans Acta Demotica. Acts of the Fifth International Conference for Demotists, Pisa 1993, Pise, 1994 (Egitto e Vicino Oriente 17), p. 283-288.

4 https://www.trismegistos.org.

5 En égyptien wȝḥ-mw « verse-eau » : il s’agit de prêtres funéraires s’occupant de l’entretien des tombes et de la réalisation de libations, d’offrandes et de prières au bénéfice des défunts.

6 Voir fig. 1 pour l’arbre généalogique qui peut être dressé avec les informations données par les deux parties.

7 Ainsi encore récemment C. Hue-Arcé, « “This oath is a true oath”: Family involvement in the Demotic temple oaths », dans F. Naether (dir.), New Approaches in Demotic Studies. Acts of the 13th International Conference of Demotic Studies, Berlin, Boston, 2019 (ZÄS Beihefte 10), p. 129-132.

8 Voir J. Quaegebeur, « La justice à la porte des temples et le toponyme Premit », dans C. Cannuyer, J.-M. Kruchten (dir.), Individu, société et spiritualité. Mélanges égyptologiques offerts au professeur Aristide Théodoridès, Athènes, Bruxelles, Mons 1993, p. 204 avec n. 19 et 20 ; p. 219-220, pl. 3-4 ; C. Cannuyer, « La justice à la porte des temples d’Égypte. Quelques témoignages non pharaoniques », dans W. Clarysse, A. Schoors, H. Willems (dir.), Egyptian Religion. The Last Thousand Years. Studies Dedicated to Jan Quaegebeur, II, Louvain, 1998 (Orientalia Lovaniensia Analecta 85), p. 782. Plus largement aussi S. Sauneron, « La justice à la porte des temples (à propos du nom égyptien des propylées) », BIFAO, 54 (1954), p. 117-127.

9 Voir P. W. Pestman, J. Quaegebeur, R. L. Vos, Recueil de textes démotiques et bilingues, I. Transcriptions, Leyde, 1977, p. 141, 143 ; P. W. Pestman, The Archive of the Theban Choachytes (Second Century B.C.). A Survey of the Demotic and Greek Papyri contained in the Archive, Louvain, 1993 (Studia Demotica 2), p. 318 n. a ; R. Mairs, C. J. Martin, « A Bilingual “Sale” of Liturgies », Enchoria, 31 (2008-2009), p. 36 n. 62.

10 .E. Boswinkel, P. W. Boswinkel, Les archives privées de Dionysios, fils de Képhalas. Textes grecs et démotiques. P.L.Bat. 22, Leyde, 1982, p. 119-123 ; 144-146 (no 7) ; corrections par M. Smith, « Lexicographical notes on Demotic Texts II », Enchoria, 13 (1985), p. 109-111.

11 Pestman, Quaegebeur, Vos, Recueil, p. 154-158 ; Pestman, Theban Choachytes, p. 310-311.

12 W. Spiegelberg, Demotica, I, Munich, 1925 (Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-philologische und historische Klasse, Jahrgang 1925, 6. Abhandlung), p. 44-48 ; pl. III (no 18).

13 U. Kaplony-Heckel, Demotische Tempeleide, Wiesbaden, 1963 (Ägyptologische Abhandlungen 6) ; texte : vol. I, p. 299-302 ; planche : vol. II, p. 166.

14 Comparer son indication : Demotica, I, p. 301, n. 3.

15 https://www.metmuseum.org/art/collection/search/569661.

16 A. A. Den Brinker, B. P. Muhs, S. P. Vleeming, A Berichtigungsliste of Demotic Documents Part B. Ostrakon Editions and Various Publications, Louvain, Paris, Dudley (MA), 2005 (Studia Demotica VII-B), p. 474.

17 W. Clarysse, The Petrie Papyri second edition (P.Petrie2), I. The wills, Bruxelles, 1991 (Collectanea hellenistica 2), p. 80 n. 103.

18 B. Bakech, « 148. Rapport d’un paysan royal », dans M.-P. Chaufray, S. Wackenier (dir.), Papyrus de la Sorbonne (P.Sorb.) nos 145-160, Paris, 2016 (Papyrologica Parisiana IV), p. 43-45.

19 Kaplony-Heckel, Demotische Tempeleide, p. 295-296, no 177.

20 Littéralement « jeté dehors ».

21 Cf. Chicago Demotic Dictionary (https://oi.uchicago.edu/research/publications/demotic-dictionary-oriental-institute-university-chicago) , p. 49-50.

22 Voir p. ex. le billet oraculaire papyrus pCarlsberg 19 (éd. K.-T. Zauzich, « Die demotischen Orakelfragen – eine Zwischenbilanz », P. J. Frandsen, K. Ryholt (dir.), A Miscellany of Demotic Texts and Studies, Copenhague, 2000 (The Carlsberg Papyri 3), p. 5 ; pl. 1), l. 2-3 : ỉw=f ḫpr r ỉr Tȝ-ʿȝ(.t) md(.t)-(n-)ʿḏ n (3) nȝ ỉrp.w ỉ.ỉr ỉr ỉw r-ḏr.ṱ=y n Pȝ-ʿ-(4)brnygȝ my ỉn=w n=y pȝy bȝk « Si Ta-aa(t) a commis une fraude avec les (quantités de) vin que j’ai réceptionnées à Bérénice, que l’on m’apporte ce document ! » (traduction Lippert).

23 Par exemple dans le papyrus Berlin P. 13535+23677 (éd. K.-T. Zauzich, Papyri von der Insel Elephantine., Berlin, Demotische Papyri Berlin, 1993 [Lieferung III] ; trad. C. Martin, dans B. Porten, The Elephantine Papyri in English, Leyde, 1996, p. 363-365 ; 2e éd. 2011, p. 362-364, no C 32), l. 9-10 : mtw=n sẖ nȝ ḥḏ.w nty ỉw=w (r) ỉr ỉw (10) r-ḏr.ṱ=n n pȝ s 3 `ỉrm´ n pȝ he nty ỉw=f (r) ḫpr n-ỉm=w `r pȝ ḏmʿ´ « et nous allons inscrire les (montants d’)argent que nous allons encaisser (ou « qu’ils nous payeront ») à nous trois `et´ la dépense qui en résultera dans le livre » (traduction Lippert).

24 E. Lüddeckens (dir.), Demotisches Namenbuch, Wiesbaden, 2000, p. 368.

25 F. Preisigke, Namenbuch, Heidelberg, 1922, col. 266 ; 271.

26 Pour le terme complexe h̭yṱ, voir G. Vittmann, Der demotische Papyrus Rylands 9, II. Kommentar und Indizes, Wiesbaden, 1998 (Ägypten und Altes Testament 38), p. 539-540.

27 W. Erichsen, Demotisches Glossar, Copenhague, 1954, p. 57. Cf. aussi CDD ȝ, p. 6, où ʿ est compris comme variante graphique de ȝw « largeur ».

28 P. W. Pestman dans E. Boswinkel, P. W. Pestman (dir.), Textes grecs, démotiques et bilingues, Leyde, 1978 (P. L. Bat. 19), p. 35, note à la colonne 2, l. 1.

29 P.Lond. Inv. n° 640 + P.Sorb. Inv. Bour. n° 46, voir maintenant P.Dryton 3 ; TM#468.

30 St. V. Wångstedt, « Demotische Urkunden aus der ägyptischen Sammlung der Universität zu Heidelberg », Acta Orientalia, 25 (1960), p. 299–301 ; l’ostracon MMA 21.2.122 y apparaît comme « O D Newberry ».

31 Pestman, Textes grecs, démotiques et bilingues, p. 213.

32 W. Spiegelberg, Die demotischen Denkmäler 30601-31270. 50001-50022, II. Die Demotischen Papyrus, Strasbourg, 1908 (Catalogue général des antiquités égyptiennes du musée du Caire), p. 123-125.

33 Wångstedt, « Demotische Urkunden », p. 296-302.

34 S. Lippert, « Die sogenannte Zivilprozeßordnung: Weitere Fragmente der ägyptischen Gesetzessammlung », JJP, 33 (2003), p. 99-100.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Arbre généalogique des parties sur la base du papyrus Cologne inv. 7676.
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 2. — Schéma de la mise en page du papyrus Cologne inv. 7676 (vue du recto).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5018/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Lippert, « Démotique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 14-24.

Référence électronique

Sandra Lippert, « Démotique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5018

Haut de page

Auteur

Sandra Lippert

Chargée de conférences, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Démotique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Démotique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search