Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesManuscrits hébreux et judéo-arabe...

Résumés des conférences

Manuscrits hébreux et judéo-arabes médiévaux

Judith Olszowy-Schlanger
p. 31-34

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Le Talmud du Caire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Y. Sussman, « Talmud fragments in the Cairo Geniza » (hébreu), Te’uda, 1 (1980), p. 23 ; Id., Thesa (...)
  • 2 M. Katz, A. Shmeltzer, H. Gershuni et S. Prais, « The complete manuscripts of the Babylonian Talmud (...)

1Les conférences cette année ont eu lieu en partie en ligne et en partie en format hybride. Elles ont porté sur deux sujets : les fragments de la Geniza du Caire et les manuscrits de la France du Nord. En particulier, nous nous sommes penchés sur une copie du Talmud de Babylonie produit au xiiie siècle, dont des parties différentes sont éparpillées aujourd’hui dans six villes : Paris, Londres, Cambridge, Moscou, Saint-Pétersbourg, New York et Philadelphie. Deux parties substantielles : 150 folios à Paris, Alliance israélite universelle et 102 folios à la British Library, sont complétées par des fragments dont certains se trouvent dans les collections provenant en large partie de la Geniza du Caire. En tout, 277 folios conservés du même codex d’origine contiennent la plus grande partie de l’ordre Qodashim. L’appartenance de ces membra disiecta au même codex ne fait pas de doute : l’ensemble est l’œuvre d’un seul copiste, les fragments ont les mêmes dimensions internes et le texte des parties conservées dans les quatre coins du monde s’enchaîne parfois au milieu de la même page. Les différentes parties ont été mises en relation par Tamar Leiter (Paris, Londres et fragments ENA 2097) et puis par Yakov Sussman1 et Menachem Katz2.

Traité Texte Manuscrit Cat. Sussman
Zevahim 12b-20b Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, Yevr. II A 293.3 8531
22a-120b Paris, AIU, H 147 A 8055
Menahot 2a-11a Paris, AIU, H 147 A 8055
13a-19a New York, ENA 2097/1-6 + Philadelphie, Halper 91-94 6454 + 7006
20a New York, ENA 1488/6.[B] 6267
21a, l. 3-40 New York, ENA 1488/6.[B] 6267
21a, l. 52-28b, l. 35 Moscou, Bibliothèque nationale de Russie, 1342-1343 8502
28b, l. 44 – 29b, l. 15 Cambridge University Library, T-S F 2(1).132 2293
29b, l. 15 – 30b Paris, AIU, H 147 A 8055
38b-109b Paris, AIU, H 147 A 8055
Hullin 85b-103b Paris, AIU, H 147 A 8055
Me'ila 1b-10a, l. 10 Moscou, Bibliothèque nationale de Russie, 1342-1343 8502
10a, l. 11-14a Paris, AIU, H 147 A 8055
Temura 2a – 15a, l. 24 Paris, AIU, H 147 A 8055
15a, l. 24 – 16a, l. 36 Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, Yevr. II A 293.3 8531
16a, l. 36 – 22b Paris, AIU, H 147 A 8055
Bekhorot 8b, l. 7-61a, l. 36 Londres, British Library, Add. 25,717 (402) 1061
Arakhin 2a-11b Londres, British Library, Add. 25,717 (402) 1061
12b, l. 4 – 26b, l. 38 Londres, British Library, Add. 25,717 (402) 1061
28b, l. 5 – 34a, l. 23 Londres, British Library, Add. 25,717 (402) 1061
Keritot complet Londres, British Library, Add. 25,717 (402) 1061
  • 3 B. Halper, Descriptive Catalogue of Geniza Fragments in Philadelphia, Philadelphie, The Dropsie Col (...)
  • 4 Z. Elkin et M. Ben-Sasson, « Abraham Firkovich and the Cairo Genizas in the light of his personal a (...)
  • 5 R. N. N. Rabbinovicz, Sefer Diqduqei soferim. Variae lectiones in Mischnam et in Talmud Babylonicum (...)

2La reconstruction du volume à partir de ces pièces détachées ainsi que leur localisation présente laissent deviner les pérégrinations lointaines du manuscrit. En effet, un folio très abîmé conservé aujourd’hui à la bibliothèque universitaire de Cambridge (T-S F 2(1).132) fait partie de la collection Taylor-Schechter et tout indique qu’il fut transporté de Fustat en Angleterre en 1896 par Solomon Schechter, rabbin et universitaire orientaliste, avec un trésor de plus de 190 000 fragments orientaux provenant de la Geniza du Caire. C’était aussi le cas des fragments de New York qui appartenaient à la collection constituée en Égypte par Elkan Nathan Adler. Les fragments du Katz Centre for Judaic Studies de l’université de Pennsylvanie sont également arrivés à Philadelphie en provenance d’Égypte, parmi quelques 600 fragments acquis par Cyrus Adler3. Les fragments aujourd’hui en Russie ont pu également être acquis en Égypte. Le savant et antiquaire caraïte Abraham Firkovicz s’est procuré une partie de sa fabuleuse collection, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, lors de son voyage en Égypte en mai 1864. La correspondance de Firkovitcz nous informe qu’en plus de la synagogue caraïte Dār Simḥah du Caire, il a passé quelques jours en scrutant la synagogue Ben Ezra de la communauté Rabbanite4. C’est lors d’une visite dans la bibliothèque de Firkovicz à Chufut-Kale, en Crimée, que le talmudiste, bibliographe et savant lithuanien Raphael Nathan Nata Rabbinovicz (1835-1888) a remarqué pour la première fois ces anciens fragments du Talmud originaire de France (il a probablement vu le fragment Yevr. II A 293.3). Il est possible que la portion du manuscrit acquise par la British Library en juillet 1864 de Joseph Leves, provienne également d’Égypte. La date de la vente coïncide avec la visite de Firkovicz au Caire, mais précède de quelque mois sa recherche dans la synagogue de Ben Ezra. La plus grande portion du manuscrit était restée en Égypte pendant encore deux ou trois ans, pour rejoindre la collection de Raphael Nathan Nata Rabbinovicz à Munich5.

3Cette grande portion du volume, de 150 folios, est conservée aujourd’hui à la bibliothèque de l’Alliance israélite universelle à Paris qui l’avait achetée à Rabbinovicz. Rabbinovicz est devenu célèbre pour son entreprise monumentale de l’édition critique du TB à partir de plusieurs manuscrits. Le xixe siècle est la période de l’essor des études juives en Europe centrale. La bibliographie juive développée par des savants tels que Moritz Steinschneider, la prise de conscience par les juifs de l’importance de leurs manuscrits suite à l’appel de Leopold Zunz à récolter les sources historiques, et les entreprises d’éditions des textes marquent ce mouvement historique. Simultanément à la « fouille » dans des bibliothèques et archives, l’approche aux textes juifs suit celle des textes de l’Antiquité classique marquée par l’école du philologue prussien Karl Lachmann (1792-1851). Lachmann propose de classer les manuscrits d’un texte spécifique en familles selon les variantes et erreurs laissées par des scribes étourdis et recopiées sans corrections par les générations suivantes. Le but fut de suivre à rebours les branches de l’arbre généalogique établi par la filiation entre les manuscrits pour reconstruire au plus près possible l’œuvre dans sa forme originelle, à peine sortie de la plume de son auteur. Largement contestée aujourd’hui, à l’époque l’approche lachmanienne a bouleversé les humanités. L’entreprise de Rabbinovicz montre l’impact de la critique textuelle sur les savants juifs. La page du titre bilingue, en latin et en hébreu, de son édition du TB, qui contient les variae lectiones – les variantes textuelles annonce cette perspective textuelle. Éduqué de manière traditionnelle en Lituanie où les milieux orthodoxes ont pourtant embrassé la Haskalah, les « lumières juives », avec enthousiasme, Rabbinovicz a entrepris l’énorme travail d’appliquer la méthode critique à l’édition du TB. Imprimé pour la première fois en entier par Daniel Bomberg à Venise en 1519-1523, il l’était bien entendu à partir des manuscrits, mais sans leur comparaison ou évaluation scientifique. Rabbinovicz fondera sa propre édition sur les manuscrits bien définis qu’il a pu étudier. Averti par un autre « fouilleur d’archives et de manuscrits », le viennois Adolph Jellinek, de l’existence à la bibliothèque de Munich d’un manuscrit de Talmud exceptionnel, Rabbinovicz s’installe dans la capitale bavaroise. Soutenu financièrement par le rabbin, banquier, antiquaire et érudit Abraham Merzbacher, il achète des manuscrits et se dédie à l’édition du Talmud. Il réunit une précieuse collection de 156 manuscrits et 43 incunables, décrite dans le catalogue Ohel Avraham, publié en 1888, peu de temps avant la mort de Rabbinovicz lors d’un voyage d’affaires à Kiev. De 1867 à 1886, Rabbinivicz publie quinze volumes de Dikduke Soferim, couvrant les ordres Zera‘im, Mo‘ed et Neziqin, et des traités Zevahim et Menahot de l’ordre Qodashim. Son projet monumental déborde du cercle des savants de Mitteleuropa, et retentit jusqu’en Égypte. Dans les préfaces aux trois volumes des Dikduke Soferim, Rabbinovicz mentionne un manuscrit « fort ancien », MS no 13 dans son édition, qu’il a reçu comme cadeau du chef du tribunal rabbinique du Caire, « le hakham, notre maître et rav Yom Tov Israël ». Il s’agit de Yomtov Israël Cherezli (1821-1891), nommé grand rabbin du Caire par un firman du Sultan, en 1866, qui prit connaissance du projet munichois et apprécia son importance.

4Comme c’est souvent le cas dans les manuscrits du Talmud français et allemands, le « Talmud du Caire » est écrit en deux colonnes par page, avec les chapitres de la Mishna copiés en entier au début de chaque partie, et suivis par leur Gemara. L’écriture carrée, d’une très grande qualité calligraphique, contient des éléments typiques de l’écriture de Talmud dans la zone ashkénaze, tels que la fusion de la lettre aleph avec les lettres suivantes. L’origine française est suggérée par son style gothique prononcé. Les traits additionnels élaborés, et parmi eux les sérifs qui pointent vers le haut ou vers le bas, les pieds et toits des traits verticaux, « la goutte » ou l’épaississement harmonieux au milieux de traits verticaux, la bifurcation des traits horizontaux en « queue de poisson », y compris des traits courts tels que les pieds et les toits, les descendants courts et ondulants, et enfin une différence d’épaisseur des pleins et déliés indiquent le xiiie siècle, probablement vers la fin.

5Le manuscrit fut annoté par plusieurs mains différentes, ashkénazes du xive siècle ainsi que provençales (l’écriture provençale apparaît dans les fragments de Philadelphie, Halper 91 et 93). Ces gloses semblent refléter le voyage du manuscrit avec ses propriétaires, probablement expulsés du royaume de France vers une région limitrophe méridionale plus accueillante (le Dauphiné ou la Provence ?). La paléographie des gloses nous informe que le « Talmud du Caire » a poursuivi son chemin vers l’Allemagne, où il continuait à être étudié aux xve et xvie siècles, comme l’indiquent les gloses en écriture de type allemand. Il est difficile à ce stade d’affirmer quand le manuscrit fut transporté en Égypte et même si le volume est parti entier, ou bien si la partie vendue à la British Library a jamais quitté l’Europe. Notre travail cette année a permis d’étudier l’histoire et les caractéristiques paléographiques de ce Talmud qui, rescapé des expulsions de France du Nord, a voyagé en Europe et à l’autre bout de la Méditerranée et puis est retourné en France, du moins pour une partie.

Haut de page

Notes

1 Y. Sussman, « Talmud fragments in the Cairo Geniza » (hébreu), Te’uda, 1 (1980), p. 23 ; Id., Thesaurus of Talmudic Manuscripts (hébreu), 2 vol., Jérusalem, 2015 (voir tableau).

2 M. Katz, A. Shmeltzer, H. Gershuni et S. Prais, « The complete manuscripts of the Babylonian Talmud », dans Introduction: The Friedberg Project for Talmud Bavli variants – “Hachi Garsinan”, version en ligne, 2019 (https://fjms.genizah.org/).

3 B. Halper, Descriptive Catalogue of Geniza Fragments in Philadelphia, Philadelphie, The Dropsie College for Hebrew and Cognate Learning, 1924.

4 Z. Elkin et M. Ben-Sasson, « Abraham Firkovich and the Cairo Genizas in the light of his personal archive » (hébreu), Pe‘amim, 90 (2002), p. 51-95, p. 75.

5 R. N. N. Rabbinovicz, Sefer Diqduqei soferim. Variae lectiones in Mischnam et in Talmud Babylonicum quum ex aliis libris antiquissimis et scriptis et impressis tum e codice Monacensi praestantissimo collectae, annotationibus instructae, 15 vol., Munich, Ex officina Aulae Regiae E. Huber, 1867-1888, introduction à Zevaḥim (il s’agit probablement de Yevr. II A 293.3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Olszowy-Schlanger, « Manuscrits hébreux et judéo-arabes médiévaux »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 31-34.

Référence électronique

Judith Olszowy-Schlanger, « Manuscrits hébreux et judéo-arabes médiévaux »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5033

Haut de page

Auteur

Judith Olszowy-Schlanger

Directrice d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search