Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesLittérature philosophique à Byzan...

Résumés des conférences

Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne

Michel Cacouros
p. 99-106

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Histoire de la philosophie et de l’exégèse d’Aristote, du Trivium, du Quadrivium et de l’enseignement à Byzance et dans l’après-Byzance : A. Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition (suite) ; B. Illustration schématique des Premiers et des Seconds Analytiques dans les manuscrits byzantins et post-byzantins, étude et édition ; C. Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques d’Aristote à Byzance, dans l’après-Byzance et le monde arabe au Moyen Âge, étude, avec édition de textes exégétiques (suite).

Haut de page

Texte intégral

A. Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition

  • 1 Voir mes résumés d’enseignement « Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean (...)
  • 2 Voir, par exemple, mon résumé d’enseignement et des programmes de recherche, dans Livret-Annuaire d (...)
  • 3 Voir références ibid., p. 50 et n. 7.

1À partir de 2017-2018, la première partie de mon séminaire porte sur le Corpus logicum chortasmenianum (CLC)1. Ce corpus, qui a retenu mon attention à plusieurs reprises à partir de 19962, comprend l’ensemble de la production logique de l’érudit byzantin Jean Chortasménos (ca 1370-1431). La présentation, commencée en 2017, visait, après plus de vingt ans consacrées à l’étude et l’édition de cette œuvre, à en donner une synthèse finale, mettant l’accent sur ses spécificités et son importance comme témoignage de ce que j’appelle depuis 2009-2010 « la mentalité du recueil » à Byzance3.

  • 4 « Chortasménos » 1.
  • 5 Voir, en dernier lieu, « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique (...)
  • 6 Sur ce sujet, voir les nouveaux éléments mis en lumière et présentés ibid., p. 69-72.

2Le séminaire de 2017-20184 a porté sur les raisons de l’intérêt de Chortasménos pour la logique, sur ses préférences en la matière et les différents aspects que revêt son activité exégétique dans ce domaine. Cet intérêt doit être placé dans le cadre de l’enseignement de la logique que Chortasménos a assuré au sein de l’école patriarcale de Constantinople ; de plus, il a montré une prédilection pour les Seconds Analytiques, qu’il a remis en valeur dans le cadre de son enseignement, alors que cette œuvre de l’Organon était alors peu représentée dans le cursus byzantin ordinaire. Les grands axes de la production de Chortasménos en matière de logique ne cadrent pas entièrement, eux non plus, avec ceux qu’on rencontre auprès des autres exégètes byzantins5 ; en effet, sa production exégétique comporte : une dizaine d’opuscules ; des corpus exégétiques qu’il a composés ou remaniés ; plusieurs scholies (personnelles) qu’il a notées dans les marges, ou entre les lignes, des manuscrits de logique qu’il a consulté. Ces manuscrits proviennent pour la plupart du monastère de Saint-Jean-le-Précurseur (Τοῦ Ἰωάννου τοῦ Προδρόμου) de Pétra (τῆς Πέτρας), qui a abrité sous les Paléologues l’école patriarcale, où Chortasménos a enseigné6. En 2018-2019, j’ai présenté les trois concepts qui, à mon avis, étaient de mise dans l’organisation du CLP :

  • 7 Voir « Chortasménos » 2, p. 79-84 ; citation ibid., p. 79. Voir aussi le bilan pour 2018-2019 dans (...)

1. la reprise littérale, ou presque, de textes plus anciens (question liée à l’usage direct ou indirect des sources utilisées) ; 2. la création d’œuvres-citations ; 3a-b. la production de nouveaux corpus scholiastiques basée sur le « mixage » du contenu entre les corpus disponibles (3a) ; sur celle-ci se greffent (3b) les nouveaux corpus scholiastiques de constitution codicologique mixte. Si le premier concept (1) est systématique auprès des auteurs byzantins, de même que (3a) celui du « mixage » du contenu des anciens corpus dans l’objectif d’en produire de nouveaux, en revanche, les deux autres, sur lesquels nous avons depuis plusieurs années attiré l’attention, semblent plus particuliers à Chortasménos7.

  • 8 Ibid., p. 101-107 ; les techniques en question sont présentées en détail dans ma contribution : « P (...)

3En 2019-2020, je me suis penché davantage sur le corpus exégétique conservé dans un manuscrit que j’avais été invité à examiner en 1992, tout de suite après son achat par le De Wulf-Mansion Centrum (Louvain, Belgique), l’actuel Lovaniensis (KU Leuven Libraries, Special Collections, FDWM 1 ; diktyon 74406). Ainsi, j’ai présenté les techniques mises en application par Chortasménos pour l’enrichir exégétiquement, mais, aussi, pour en combiner le contenu avec celui des corpus conservés dans d’autres manuscrits qu’il avait consultés, ceux-ci faisant probablement partie de la bibliothèque du monastère de Prodrome, ou lui appartenant8. Dans ce cadre, j’ai présenté en premier lieu les procédés de formation d’un nouveau corpus à partir d’un (ou de plusieurs) corpus existant(s), de même que les procédés de renouvellement des corpus déjà formés. Ces éléments m’ont permis de présenter les modes de composition et de renouvellement adoptés par Chortasménos, son objectif à long terme étant de tisser un réseau de références entre plusieurs manuscrits exégétiques, lui permettant de disposer en parallèle de plusieurs interprétations pour le passage de l’Organon chaque fois examiné ; pour des raisons de commodité, Chortasménos a ajouté au Lovaniensis des folios provenant de deux manuscrits de logique que j’ai localisés, le Princet. 173 et le Paris. gr. 1843, en établissant un système d’appels de note et de renvois de ces manuscrits vers le Lovaniensis et l’inverse.

  • 9 Citation ibid., p. 107.

Ainsi, ce qui est unique pour Byzance, le Lovaniensis montre la façon dont, en dépassant la simple conception d’enrichissement d’un seul corpus, Chortasménos a cherché à mixer simultanément entre eux les deux corpus grâce à un système de renvois et d’appels de note, et d’élargir de la sorte la liaison inter-exégétique vers une liaison de codex à codex. Ce système particulièrement sophistiqué de connexion exégétique et codicologique lui permettait d’établir une sorte de base de données en logique entre plusieurs corpus, contenus dans plusieurs manuscrits, d’autres manuscrits faisant sans doute aussi partie de ce réseau exégétique9.

4En 2020-2021, dans le cadre de l’étude des sources utilisées au sein du corpus du Lovaniensis, je me suis penché davantage sur la façon dont les corpus exégétiques étaient conçus, envisagés et réalisés à Byzance, en commençant par la première étape, celle du façonnage initial d’un corpus (qu’on peut qualifier de « prôto-corpus »), voire celle où l’excerpteur réunissait pour la première fois les extraits dont il avait besoin pour les juxtaposer avec adresse et en faire un corpus complet. En réalité, les corpus exégétiques byzantins conservés témoignent rarement de cette première étape, car, dans la plupart des cas, les corpus originaux ont été systématiquement remaniés après leur confection par d’autres exégètes. Ainsi, l’histoire de la transmission d’un corpus peut – et doit être reconstituée par le chercheur – de la même à peu près manière qu’on retrace l’histoire de la genèse et de la tradition manuscrite d’un texte antique ou médiéval.

5(a) En effet, l’histoire d’un corpus exégétique commence avec sa formation initiale, sa genèse : cette étape est assurée grâce à la juxtaposition des extraits qui ont été pour la première fois choisis et réunis par l’excerpteur ; dans les manuscrits byzantins, les extraits juxtaposés sont souvent disposés suivant une mise en page encadrante, au sein de laquelle ils entourent le texte commenté d’Aristote ; de plus, ils sont en principe marqués suivant le système signalétique ou numérotés d’après le système alphanumérique.

6(b) Par respect pour leur patrimoine, les Byzantins avaient plus l’habitude de refaire un corpus que d’en produire des nouveaux ; en même temps, ils subissaient, eux aussi, les règles du changement et témoignaient un certain goût pour les nouveautés. En effet, les nouveaux besoins exégétiques et les nouvelles règles qui étaient de mise en la matière rendaient nécessaire la réfection des corpus plus anciens ; les modifications apportées portaient sur le fond aussi bien que sur la forme ; ainsi, ils étaient soucieux (b1) de modifier le contenu des corpus, notamment en l’enrichissant avec de nouvelles unités exégétiques, plus pertinentes et moins connues, tout en en élaguant celles qui étaient désormais jugées comme obsolètes ou inintéressantes, et, aussi, (b2) d’en perfectionner la présentation, notamment en passant du système plus archaïque, et jugé primitif, des renvois et appels de note signalétiques au système plus moderne des renvois et appels de note alphanumériques.

7Pour l’ensemble de ces raisons, qui reflétaient le souci des Byzantins de préserver la tradition et, en même temps, leur désir d’innover, ils reprenaient systématiquement les corpus originaux pour en produire des nouveaux. Les modifications, de nombre et d’étendue variables, comportaient en principe : la suppression des unités exégétiques jugées obsolètes ou inintéressantes ; l’ajout de nouvelles unités, jugées intéressantes et novatrices, qu’on empruntait à un corpus, ou à plusieurs ; le remplacement de certaines unités exégétiques par d’autres, qui constituaient parfois des blocs exégétiques, avec, comme résultat, la modification de la numérotation existante des extraits utilisés. La composition du corpus originel en était de la sorte relativement modifiée, mais les liens unissant les corpus refaits aux corpus originaux sont en principe identifiables. Dans le cadre de l’étude de l’histoire de la tradition d’un corpus, il est nécessaire de localiser les sources ajoutées sur le tard, à peu près comme cela se passe lorsque, dans la tradition directe d’un texte, on identifie des leçons témoignant d’une contamination modérée, dont on peut localiser l’origine.

  • 10 Citation de « Chortasménos » 3, p. 102.
  • 11 Ibid., p. 101.

8(c) Enfin, dans d’autres cas, on se servait à la fois de plusieurs corpus, en apportant davantage de modifications au corpus d’origine, qui n’est plus identifiable avec certitude, comme il se passe dans le cas de contaminations plurielles au sein d’une tradition textuelle. Si, dans le cas (b), on applique surtout le procédé que j’avais qualifié d’« enrichissement (ou appauvrissement) exégétique », dans le cas (c), on pratique celui que j’avais désigné comme « mixage » exégétique. Ceux-ci « permettaient aux excerpteurs byzantins de modifier les corpus scholiastiques existants pour en obtenir des nouveaux. Ils étaient appliqués lorsqu’un excerpteur constituait en entier un nouveau corpus en se fondant sur ceux qui existaient déjà, mais, aussi, quand il intervenait sur un corpus déjà formé pour le modifier de manière ponctuelle en lui ajoutant les éléments qu’il jugeait nécessaires »10. Les deux types d’intervention exégétique, par enrichissement ou par mixage, pouvaient se faire de chaîne exégétique à chaîne exégétique ou de chaîne à codex11.

9Ainsi, il est clair que les corpus exégétiques constituaient à Byzance une « base de données », une sorte de « fonds commun » auquel puisaient abondamment les exégètes byzantins pour s’en instruire, pour s’en inspirer dans le cadre de la composition de leurs exégèses (commentaires, paraphrases ou autres), mais, aussi, dans le cadre de la composition de nouveaux corpus, proposant une révision partielle ou une restructuration plus globale des anciens corpus.

B. Illustration schématique des Premiers et des Seconds Analytiques dans les manuscrits byzantins et post-byzantins, étude et édition

  • 12 Voir mon résumé d’enseignement dans Livret-Annuaire, 19 (2003-2004), Paris, EPHE, SHP, 2005, p. 105 (...)
  • 13 Sur les schémas dans le De l’interprétation, voir : Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 1 (...)
  • 14 Sur les schémas de logique, que j’ai inventoriés et classifiés, et la typologie proposée, voir : Id (...)
  • 15 Voir mon résumé dans Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 143e année, 2010-2011 [cité n. 1 (...)

10En 2021-2022, j’ai également abordé la question des représentations schématiques de contenu logique systématiquement utilisées dans les manuscrits byzantins du texte et de l’exégèse des Premiers et des Seconds Analytiques d’Aristote. Ce type d’approche, qui porte sur l’illustration figurative d’un ouvrage de l’Organon aristotélicien, est relativement fréquent dans le séminaire que je dirige ou dans mes recherches ; ainsi, la première partie du séminaire de 2003-2004 a été consacrée à la représentation schématique de l’Eisagôgè de Porphyre, ouvrage qui introduit l’Organon d’Aristote12 ; de plus, dans l’examen de la tradition antique et byzantine du De l’interprétation et des Analytiques, il a aussi été question de l’illustration figurative accompagnant ses œuvres et leurs exégèses dans les manuscrits byzantins de l’Organon13. Ces approches reposent sur la classification détaillée des schémas de logique utilisés dans les manuscrits byzantins, que j’avais pour la première fois présentée en 200114. De plus, elles rentrent dans le cadre de l’inventaire systématique des schémas utilisés pour les cinq premiers ouvrages de l’Organon (Eisagôgè, Catégories, De l’interprétation et Analytiques, Premiers et Seconds), un programme dont la réalisation, entamée en 1990, est très avancée. La partie consacrée aux Analytiques est d’un intérêt particulier, d’une part à cause de l’ampleur de la représentation schématique qu’on trouve dans les manuscrits des Premiers Analytiques, d’autre part à cause de l’importance de ces ouvrages dans l’histoire de la logique et des sciences, étant donné qu’ils comprennent respectivement la théorie aristotélicienne du syllogisme formel et celle du syllogisme démonstratif et scientifique15. En 2021-2022, en me fondant sur la classification proposée, j’ai présenté un spécimen relativement large des différents types de schémas qu’on rencontre dans les Premiers et les Seconds Analytiques. Cette présentation sera ultérieurement complétée par l’exposé détaillé de cette représentation schématique livre par livre et chapitre par chapitre.

C. Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques d’Aristote à Byzance, dans l’après-Byzance et le monde arabe au Moyen Âge, étude, avec édition de textes exégétiques

  • 16 Voir mon résumé d’enseignement « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques d’Aristote (...)
  • 17 Développement, démonstration et description du mode opératoire de Blemmyde dans « Tradition, exégès (...)

11Le séminaire de 2019-2020 a porté sur les aspects majeurs de l’exégèse byzantine des Météorologiques ; il a aussi permis d’aborder la question de la source utilisée par Nicéphore Blemmyde (1197 – ca 1269) dans l’interprétation de cet ouvrage d’Aristote et de mettre en relief le mode opératoire que celui-ci a adopté16. Cet érudit représente une période de crise, lors de laquelle les Byzantins se trouvent dessaisis de leur patrimoine culturel ; il naît peu avant la prise de Constantinople en 1204 par les armées de la quatrième croisade, ses parents fuient alors la capitale et se réfugient à Nicée, comme la plupart des habitants de Constantinople, en laissant derrière eux leurs biens, mais, aussi, leurs trésors culturels, qu’ils peineront à récupérer. L’exégèse des Météorologiques de Blemmyde constitue une section de son Épitomè physique. L’étude de cette exégèse a montré qu’elle est majoritairement composée d’extraits empruntés au commentaire d’Alexandre d’Aphrodise (190-250 apr. J.-C.) aux Météorologiques17. Le mode opératoire adopté par Blemmyde est le suivant : il choisit les extraits d’Alexandre à utiliser dans l’Épitomè, il en modifie l’ordre des mots, parfois il enrichit les extraits en question, souvent avec des termes techniques, enfin, il les juxtapose ; il rédige aussi les passages permettant la transition d’un passage à l’autre et ajoute des clichés exégétiques stéréotypes qu’il emprunte à la vulgate byzantine. Parmi les passages de l’Épitomè des Météorologiques choisis en vue de la démonstration, celui qui porte sur les phénomènes ignés (Météor., I, 5-8) est particulièrement évocateur sur le remploi que Blemmyde réserve au commentaire d’Alexandre et sur les modifications qu’il y apporte.

  • 18 « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 1 [cité n. 17], p. 86 ; « Tradition, exé (...)
  • 19 « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques» 1 [cité n. 17], p. 86-87, et « Tradition, (...)
  • 20 Pour la biographie de Georges Pachymère, je me contente de renvoyer à : S. Lampakis, Γεώργιος Παχυμ (...)
  • 21 Voir les développements sur ce sujet dans : Scholarios exégète d’Aristote, lecteur de Métochite, tr (...)
  • 22 Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5. Commentary in Aristotle’s Meteorologica, éd. I. Telelis, A (...)

12À partir de 2020-2021, il a été possible d’entamer la présentation de la dernière étape (du xiiie siècle à la chute de Byzance en 1453) dans l’exégèse des Météorologiques. En effet, lors de celle-ci, « les Byzantins interprètent désormais les Météorologiques dans le cadre d’une exégèse portant sur l’ensemble du Corpus, autrement dit sur toutes les œuvres du Stagirite (en tout cas celles qui étaient considérées comme telles à l’époque), chacune d’elles étant disposée suivant l’ordre thématique qu’elle occupait dans l’organisation néoplatonicienne du Corpus »18. Cette activité se situe, à mon avis, dans le prolongement de la ligne exégétique introduite par Michel d’Éphèse (ca 1060 – ca 1130), qui consistait à présenter une exégèse pour chaque ouvrage du Corpus aristotelicum, l’ensemble de ces exégèses constituant un corpus interprétatif de référence19. La présentation de cette année a porté sur deux exégèses des Météorologiques qui prennent place, comme elles le devaient à l’époque paléologue, dans des ensembles exégétiques plus vastes portant sur l’ensemble de l’œuvre d’Aristote, ou sur une section spécifique de celle-ci. La première est due à Georges Pachymère (1242-1310), dikaiophylax et grand hiéromnèmôn20, dont l’activité se situe règne de Michel VIII Paléologue (1261-1282) et de son fils Andronic II (1282-1328) ; elle fait partie d’un ensemble de dix exégèses, correspondant à autant de livres, que cet érudit a rédigées pour l’ensemble du Corpus aristotelicum. La seconde est due à Théodore Métochite (1270-1332), grand logothète d’Andronic II ; elle prend place dans un ensemble exégétique consacré exclusivement à la section physique du Corpus aristotelicum21. L’editio princeps de la première, en 2012, est due à notre collègue I. Telelis22, alors que l’édition princeps de l’autre, celle de Métochite, par moi-même, est en préparation avancée.

  • 23 M. Cacouros, L’Aristotélisme à Byzance [cité n. 14], p. 485-511.
  • 24 Comme dans Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5, éd. I. Telelis [cité n. 22], p. 45*-46*.
  • 25 Voir M. Cacouros, « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 1 [cité n. 17], p. 86  (...)

13Les deux exégèses présentent des caractéristiques significatives en commun. Tout d’abord, ainsi qu’il a précédemment été signalé, elles obéissent au même principe d’une exégèse aristotélicienne embrassant la totalité du Corpus aristotelicum (dans le cas de Pachymère) ou une section spécifique de celui-ci (la section physique, dans le cas de Métochite). De plus, les exégèses, dont l’aspect scolaire n’est pas négligeable, relèvent du même type interprétatif, celui que j’avais qualifié de « paraphrase post-thémistienne »23, se caractérisant par une alternance régulière entre les passages empruntés à l’œuvre commentée (en l’occurrence les Météorologiques) et les développements exégétiques. En dernier lieu, les deux exégèses présentent en commun un point capital dans l’exégèse paléologue, la nouveauté de l’interprétation ; en effet, tout en connaissant la tradition exégétique érudite antérieure, les exégètes devaient s’en dégager et faire preuve d’originalité, en s’écartant, dans la mesure du possible, des chemins interprétatifs battus. À ce titre, l’usage des sources dépasse de loin les simples rapprochements qu’on serait tenté d’effectuer, par exemple, avec le commentaire d’Alexandre ou celui d’Olympiodore24. En revanche, si Pachymère n’a pas recours de manière directe à la tradition exégétique érudite antique, il se sert encore de la vulgate des Météorologiques qui a été diffusée à Byzance à partir du ixe siècle et qui, par la suite, a été établie sur une base plus solide par Michel Psellos25.

  • 26 Point justement relevé dans Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5, éd. I. Telelis [cité n. 22], p (...)

14Pour le reste, les deux exégèses diffèrent considérablement du point de vue de la longueur des développements exégétiques et du traitement des citations aristotéliciennes. En effet, les développements exégétiques sont particulièrement sommaires dans l’exégèse de Pachymère, alors qu’ils sont fournis dans celle de Métochite ; pour cette raison, la première se rapproche davantage d’un abrégé, voire d’un recueil d’extraits, dans lequel certaines parties des Météorologiques sont passées sous silence26 (ce qui est dû à notre avis, une fois de plus, à l’usage de la vulgate byzantine, qui est, elle aussi, sélective), alors que la seconde exégèse prend davantage la forme d’un commentaire. Quant aux citations aristotéliciennes, elles servent pratiquement de lemmes dans le cas de l’exégèse de Pachymère, alors qu’elles sont pleinement intégrées dans celle de Métochite. En effet, dans le cas de Pachymère, les interprétations accompagnent les citations, qui restent, elles, inchangées, à l’exception bien entendu de quelques simplifications linguistiques mineures. Contrairement à la plupart des exégètes antiques ou byzantins (voir le cas de Blemmyde, supra, p. 103-104), Pachymère ne change pas l’ordre des mots au sein d’une citation. Ainsi, les extraits d’Aristote cités par cet érudit témoignent d’une typologie et d’une fonctionnalité qui, contrairement aux apparences, ne correspondent pas à celles des citations utilisées au sein d’une exégèse. Elles correspondent, à mon avis, à des lemmes introduisant les unités exégétiques fournies par Pachymère, et non pas à des citations à proprement parler.

15Qui plus est, les explications concernées de Pachymère équivalent dans la plupart des cas, du point de vue du contenu et de l’étendue, à des gloses ou à des scholies d’ordre exégétique. Étant donné le statut qui est le leur, et qui semble avoir échappé à l’attention de la recherche, on aurait pu, à la limite, les avoir éditées en tant que gloses autonomes, sans avoir repris le texte d’Aristote. Ces remarques amènent inévitablement à s’interroger sur l’origine de l’exégèse pachymériennet et sur la façon dont elle devait se présenter au départ. Elles permettent de déduire que l’exégèse pachymérienne constitue en réalité, en tout cas qu’elle constituait à l’origine, un ensemble d’annotations explicatives – que nous pourrions qualifier de gloses ou de scholies – composées par Pachymère ou relevant de la vulgate byzantine. Elles encadraient probablement le texte d’Aristote dans le manuscrit qu’il consultait, les deux ensembles n’étant pas mélangés à l’origine, mais se lisant de manière parallèle ; certaines d’entre elles, notamment les plus concises, pouvaient même être à l’origine des notes supralinéaires, marquées au-dessus des lignes correspondantes du texte aristotélicien utilisé, lu et annoté par Pachymère.

Haut de page

Notes

1 Voir mes résumés d’enseignement « Les opuscules, scholies, corpus et schémas de logique dus à Jean Chortasménos (ca 1370-1431), étude et édition », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 150e année, 2017-2018, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2019, p. 88-96 ; ibid., 151e année, 2018-2019, Paris, 2020, p. 79-84 ; ibid., 152e année, 2019-2020, Paris, 2021, p. 98-107 [dans la suite abrégés à : « Chortasménos » 1-3]. J’emploie à partir de 1996 le terme Corpus logicum chortasmenianum pour désigner l’ensemble de la production logique de Chortasménos, voir mon résumé d’enseignement et des programmes de recherche, dans Livret-Annuaire, 12, 129e année (1996-1997), Paris, EPHE, SHP, 1998, p. 68-69 ; cf. autres références au CLC réunies, ibid., « Chortasménos » 1, p. 88 et n. 1-2, et Id., « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique de Chortasménos : de l’œuvre-citation aux unités mobiles ou mixtes du corpus exégétique du Lovaniensis. Contribution à l’histoire de l’Organon à Byzance», dans M. Cacouros et J.-H. Sautel (éd.), Des cahiers à l’histoire de la culture à Byzance. Hommage à Paul Canart, codicologue (1927-2017), Peeters, Louvain, Paris, Bristol (CT), 2021 (Orientalia Lovaniensia Analecta 306, Bibliothèque de Byzantion 27), p. 49-80, et, en particulier, p. 49-50.

2 Voir, par exemple, mon résumé d’enseignement et des programmes de recherche, dans Livret-Annuaire de l’EPHE, SHP, 12, 129e année (1996-1997) [cité n. 1]. Voir mes contributions sur l’œuvre logique de cet érudit dans « Chortasménos » 1, p. 89 n. 6 ; Id., « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique de Chortasménos » [cité n. 1], p. 49 n. 2, p. 50 n. 6 et p. 61 n. 35.

3 Voir références ibid., p. 50 et n. 7.

4 « Chortasménos » 1.

5 Voir, en dernier lieu, « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique de Chortasménos » [cité n. 1], p. 51-56.

6 Sur ce sujet, voir les nouveaux éléments mis en lumière et présentés ibid., p. 69-72.

7 Voir « Chortasménos » 2, p. 79-84 ; citation ibid., p. 79. Voir aussi le bilan pour 2018-2019 dans « Chortasménos » 3, p. 101-102.

8 Ibid., p. 101-107 ; les techniques en question sont présentées en détail dans ma contribution : « Pratiques de la citation et techniques codicologiques dans l’œuvre logique de Chortasménos » [cité n. 1], p. 63-76.

9 Citation ibid., p. 107.

10 Citation de « Chortasménos » 3, p. 102.

11 Ibid., p. 101.

12 Voir mon résumé d’enseignement dans Livret-Annuaire, 19 (2003-2004), Paris, EPHE, SHP, 2005, p. 105-111.

13 Sur les schémas dans le De l’interprétation, voir : Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 141e année, 2008-2009, Paris, EPHE, SHP, 2010, p. 56-59, et, en particulier, p. 58 ; ibid., 142e année, 2009-2010, Paris, 2011, p. 63-65, et, en particulier p. 64. Sur les schémas dans les Analytiques, voir ibid., 143e année, 2010-2011, Paris, 2012, p. 56-58, et, en particulier, p. 58 ; ibid., 144e année (2011-2012), Paris, 2013, p. 34-37, et, en particulier, p. 35.

14 Sur les schémas de logique, que j’ai inventoriés et classifiés, et la typologie proposée, voir : Id., « Les schémas dans les manuscrits grecs de contenu logique : raisons d’être, fonctions et typologie », Gazette du livre médiéval, 38 (2001), p. 21-33 ; L’Aristotélisme à Byzance. Tradition, exégèse et enseignement du Corpus aristotelicum. En Annexe : Michel d’Éphèse, auteur du premier corpus exégétique byzantin, thèse d’habilitation à l’EPHE, Paris, 2014, p. 661-711.

15 Voir mon résumé dans Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 143e année, 2010-2011 [cité n. 13], p. 56-57.

16 Voir mon résumé d’enseignement « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques d’Aristote à Byzance et dans l’après-Byzance, étude, avec édition de textes exégétiques », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 152e année, 2019-2020, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2021, p. 107-110 [dans la suite abrégé à : « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2].

17 Développement, démonstration et description du mode opératoire de Blemmyde dans « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2 [cité n. 16], p. 108-110. Dernière édition du commentaire d’Alexandre dans Alexandri Aphrodisiensis In Aristotelis Μeteorologicorum libros commentaria, éd. M. Hayduck, Commentaria in Aristotelem graeca, IIΙ, 2, Berlin, 1899. Sur ce commentaire, voir l’aperçu donné par P. Moraux, Der Aristotelismus bei den Griechen von Andronikos bis Alexander von Aphrodisias, III. Alexander von Aphrodisias, J. Wiesner, W. De Gruyter, Berlin, New York, 2001 (Peripatoi 7/1), p. 264-314. Sur Alexandre, son commentaire et l’utilisation de ce dernier dans les corpus d’extraits exégétiques, voir aussi mon résumé d’enseignement « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques d’Aristote à Byzance et dans l’après-Byzance, étude, avec édition de textes exégétiques », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 151e année, 2018-2019, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2020, p. 84-87 [dans la suite abrégé à : « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques» 1], et, en particulier p. 84 et n. 20 ; « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2 [cité n. 16], p. 107 et n. 17.

18 « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 1 [cité n. 17], p. 86 ; « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2 [cité n. 16], p. 108.

19 « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques» 1 [cité n. 17], p. 86-87, et « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2 [cité n. 16], p. 108 et n. 41, d’après mes travaux suivants : « Naissance et évolution du commentaire aristotélicien à Byzance : des prôto-commentaires aux commentaires de Michel d’Éphèse, d’Eustrate de Nicée et de Théodore Prodrome », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 140e année, 2007-2008, Paris, EPHE, SHP, 2009, p. 92-101, et, en particulier, p. 96-98 ; L’Aristotélisme à Byzance [cité n. 14], p. 755-758 et 993-1059 ; « Théodore Prodrome (xiie siècle) », dans R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques, t. VI (de Sabinillus à Tyrsénos), CNRS Éditions, Paris, 2016, p. 960-985, et, en particulier, p. 963, 967, 975-977, 983-985. Il faut signaler le rôle pionnier de K. Prächter, dans la reconstitution de l’œuvre de Michel d’Éphèse, notamment dans sa « [recension des] Commentaria in Aristotelem graeca », Göttingische gelehrte Anzeigen der Königl. Gesellschaft der Wissenschaften, 168 (1906), p. 861-907.

20 Pour la biographie de Georges Pachymère, je me contente de renvoyer à : S. Lampakis, Γεώργιος Παχυμέρης πρωτέκδικος καὶ δικαιοϕύλαξ. Εἰσαγωγικὸ δοκίμιο, Athènes, 2004 (Μονογραϕίες 5) ; voir aussi l’aperçu biographique et bibliographie donnés dans M. Cacouros, « La philosophie et les sciences du Trivium et du Quadrivium à Byzance de 1204 à 1453 entre tradition et innovation : les textes et l’enseignement, le cas de l’école du Prodrome (Pétra) », dans M. Cacouros et M.-H. Congourdeau (éd.), Philosophie et sciences à Byzance de 1204 à 1453. Les textes, les doctrines et leur transmission, Peeters, Louvain, Paris, Dudley, 2006 (Orientalia Lovaniensia Analecta 146), p. 1-51, et, en particulier, p. 13 et n. 35-37.

21 Voir les développements sur ce sujet dans : Scholarios exégète d’Aristote, lecteur de Métochite, traducteur d’ouvrages latins sur le Corpus aristotelicum. Première approche, 2e éd. (en grec, résumé en français aux p. 323-336), Athènes, Centre d’éditions patristiques, 2015 (Aristoteles byzantinus atque postbyzantinus 1), p. 87-101, 120-276, 299-300, 331-335 ; « Georges (Gennadios) Scholarios (ca 1390 – ca 1470) exégète d’Aristote et traducteur de traités philosophiques latins », dans Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 148e année, 2015-2016, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2017, p. 72-76, et, en particulier, p. 76 et n. 34.

22 Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5. Commentary in Aristotle’s Meteorologica, éd. I. Telelis, Athènes, Académie d’Athènes, 2012 (Corpus philosoph. medii aevi, Arist. byz. 6).

23 M. Cacouros, L’Aristotélisme à Byzance [cité n. 14], p. 485-511.

24 Comme dans Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5, éd. I. Telelis [cité n. 22], p. 45*-46*.

25 Voir M. Cacouros, « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 1 [cité n. 17], p. 86 ; « Tradition, exégèse et enseignement des Météorologiques » 2 [cité n. 16], p. 107-108 et n. 38.

26 Point justement relevé dans Georgios Pachymeres, Philosophia Book 5, éd. I. Telelis [cité n. 22], p. 42*-43*.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cacouros, « Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 99-106.

Référence électronique

Michel Cacouros, « Littérature philosophique à Byzance et sa postérité à l’époque moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5159

Haut de page

Auteur

Michel Cacouros

Maître de conférences HDR, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search