Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesÉpigraphie grecque et géographie ...

Résumés des conférences

Épigraphie grecque et géographie historique du monde hellénistique

Denis Rousset
p. 133-143

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. La Kibyratide, la Carie orientale et Rome à l’époque hellénistique. — II. Inscriptions de Grèce centrale nouvelles ou révisées.

Haut de page

Texte intégral

1Résultant de l’épidémie de coronavirus et des mesures de confinement des établissements universitaires, les conditions de déroulement de l’enseignement, durant toute l’année en visioconférence, ont, sans dissuader l’auditoire constitué des habitués, amené également un public élargi et renouvelé, qui a suivi le cours non seulement depuis la région parisienne, mais depuis Caen, Bordeaux, Lyon, Hambourg, Rome et Athènes, et à l’occasion Venise et Delphes.

2Après la présentation des thèmes de l’enseignement pour les nouveaux auditeurs, on a dressé un bref panorama des corpus d’inscriptions grecques parus en 2019, en insistant sur la richesse de l’Asie Mineure, jamais démentie.

I. La Kibyratide, la Carie orientale, Rhodes et Rome à l’époque hellénistique

3Le riche dossier d’inscriptions de Kibyra, récemment publié par L. Meier, Kibyra in hellenistischer Zeit. Neue Staatsverträge und Ehreninschriften (2019), a fourni la matière d’une bonne partie des séances de l’année. On a présenté les principaux instruments bibliographiques et cartographiques sur l’Asie Mineure, et la situation de la Kibyratide et de la Lycie, dans la géographie antique et dans la géographie contemporaine, en étudiant en particulier la localisation et les limites de la Milyade et de la Cabalide. On a entre autres commenté les derniers paragraphes du livre XIII (4, 15-17 C 630-631) de Strabon, relatifs à l’histoire de la tétrapole de Kibyratide et au rattachement du conventus de Kibyra à la province d’Asie. Puis on a retracé l’histoire de ces régions depuis l’époque classique, soulignant qu’on ignore dans quelle mesure et à quelle époque la forme politique de la cité s’y est installée. À la suite de F. Kolb, Lykien. Geschichte einer antiken Landschaft (2018), p. 497-504, on s’est demandé si les traits culturels (tombes) de la Milyade et de la Cabalide indiquent ou non un rattachement politique de ces régions dès l’époque classique aux communautés lyciennes de la côte. On a continué le tableau géographique et géopolitique à l’époque hellénistique, tâchant entre autres de définir les limites de la présence et de l’influence lagides vers l’hinterland. La situation de la Kibyratide et de la plaine d’Acıpayam vers la fin de la guerre contre Antiochos III nous échappait jusqu’ici largement, et on en était réduit à des déductions à partir de Polybe XXI 34, décrivant de rudes contacts et négociations entre Cn. Manlius Vulso et Moagetès de Kibyra en l’année 189.

4C’est cette période qu’éclaire le traité entre Rome et la cité de Kibyra, acte dont on avait jusqu’à présent seulement la fin de la version grecque, copiée par R. Heberdey et publiée par W. Dittenberger, OGIS 762 (I. Kibyra 1), et qui est désormais presque complètement connu grâce aux deux versions, latine et grecque, découvertes sur place en 2006 et publiées par L. Meier, Kibyra in hellenistischer Zeit, no 1. On y a consacré plusieurs séances, dédiées à la mémoire de notre regretté collègue et ami J.-L. Ferrary, décédé le 9 août 2020, éminent spécialiste des relations entre Rome et le monde grec. On a ainsi étudié le texte maintenant plus complètement connu, en mettant en évidence les latinismes de la version grecque et les rares disparités entre les deux versions, et en les comparant sur le fond aux autres traités conclus par Rome avec des communautés grecques. Kibyra livre ainsi un nouvel exemple de foedus aequum, assez proche e.g. du traité passé entre Rome et Maronée. Le traité fut conclu en plein été ou au début de l’automne 174, date assurée par la mention des consuls romains et par la combinaison des mois romain et grec. C’était aussi l’année dix-septième pour les Kibyrates, ce qui nous apprend que ceux-ci comptaient alors suivant une ère commençant en 191-190. On a discuté l’hypothèse de L. Meier sur le point de départ de cette ère, peut-être une hypothétique libération de Kibyra par rapport à Antiochos III.

5Ce que nous apprend également le traité de 174 maintenant complètement connu, c’est qu’il renouvelait une « amitié et alliance réciproques » entre Kibyra et Rome remontant aux consuls de 188, M. Valerius Messala et C. Livius Salinator, c’est-à-dire l’année même du règlement de la guerre antiochique à Apamée. On découvre ainsi que Rome, en dépit du rude accueil de Moagétès à Cn. Manlius Vulso en 189, réussit sans grand délai à se ménager l’alliance de Kibyra, qui dut constituer un État tampon entre l’hégémonie attalide s’étendant alors sur l’Asie Mineure et le protectorat rhodien sur la Carie et la Lycie. Quant au renouvellement de 174, il fut décidé sur la demande de quatre ambassadeurs kibyrates venus à Rome, et il doit être lié à la dégradation, avérée entre 178 et 174, des relations entre Rome et Rhodes, notamment en relation avec le contrôle de la Lycie. De toute évidence, Rome avait à nouveau et toujours besoin d’un État constituant un stable contrepoids dans la région.

6Enfin, on a examiné ce que le traité, désormais sûrement daté de 174, indique sur la place de Rome à Kibyra : la gravure du texte sur la base de Rome implique-t-elle qu’il existait non seulement une statue, mais aussi un culte même de Rome divinisée dans la cité kibyrate dès cette époque ? Peut-être faudrait-il distinguer entre représentation d’une effigie et instauration d’un culte. Rien en tout cas ne montre que la décision en faveur de ce culte ou de cette représentation remonte à 188, comme l’a de son côté indiqué M. Errington dans sa réédition commentée du traité dans Die Staatsverträge des Altertums, IV. Die Verträge der griechisch-römischen Welt von ca. 200 v. Chr. bis zum Beginn der Kaiserzeit (2020), no 632 p. 127 : en effet, ce que le texte indique devoir être transcrit ἐπὶ τῆς βάσεως τῆς Ῥώμης ἣν ἐψηφίσαντο χρυσ̣[ῆν], c’est, non pas l’amitié et l’alliance remontant à 188, mais précisément et uniquement le traité de 174. D’autre part, l’expression même ἣν ἐψηφίσαντο χρυσ̣[ῆν] implique, notons-le, sans doute une décision collective, et non celle d’un tyran à la façon du Moagetès de 189 ; elle montre d’autre part que la statue fut votée par les Kibyrates, non pas dès 188, mais sans doute très peu avant le traité de 174, peut-être pour se concilier la faveur de Rome à la veille de l’ambassade auprès du Sénat, et enfin que la statue n’avait pas encore été réalisée au moment même de la conclusion du traité. Voir Bulletin épigraphique 2020, 423 et 2021, 6.

7On a ensuite étudié le traité entre Kibyra et Apollonia, publié par L. Meier, no 2 (Die Staatsverträge des Altertums, IV no 668b). On a attiré l’attention (cf. déjà BE 2020, 424) sur les l. 12-15, dont les suppléments initiaux doivent être discutés. Quant à la disposition du texte sur la pierre, fort variable suivant les lignes comme l’a remarqué l’éditeur, on a signalé que la gravure est particulièrement resserrée à partir de la l. 15, soit le début même de la citation des clauses du traité : se pourrait-il que l’on n’ait pas d’emblée songé à en inscrire une partie, et que la décision finale de graver tout le traité ait contraint le lapicide à en faire tenir les clauses dans le peu qui restait au bas de la stèle ? On a d’autre part examiné la clause mutilée des l. 19-20, [τ]ὴ̣ν συμμαχίαν εἶναι πρὸς ἀλλήλους βεβαίως, et on a repoussé le complément proposé par l’éditeur (« Vielleicht ist etwas wie [τ]ὴ̣ν συμμαχίαν εἶναι πρὸς ἀλλήλους βεβαίως [καὶ ἀσφαλέως διαφυλαγμένην (sic) εἰς τὸν ἀεὶ χρόνον] zu lesen »). En effet, comme l’a signalé G. Genevrois, l’adverbe βεβαίως se trouve construit avec un verbe d’état, en l’occurrence μένειν, dans des clauses confirmant des privilèges des textes I. Ilion 3 et SEG 46, 940 (Gorgippia), et il n’y a donc pas de « syntaktische Schwierigkeiten » ici.

8On a commenté l’onomastique des représentants des deux parties, qui montre que la seconde était l’Apollonia de Carie, dite de la Salbakè, dont on a donné une présentation générale. On a d’autre part examiné la composition des deux délégations traitantes et le rapport entre la délégation venue de l’étranger et celle qui est constituée sur place pour traiter avec elle, en comparant le traité entre Kibyra et Apollonia à d’autres traités contemporains. On a analysé la nature des liens diplomatiques et les thèmes de prédilection dans la phraséologie du texte, en comparant avec la symmachie entre Arykanda et Tragalassos (Staatsverträge no 615), et d’autre part en analysant les sources relatives aux parentés mythiques de Kibyra : la notice d’Étienne de Byzance sur les différentes Tabai (avec la distinction maintenant nécessaire entre la grande Tabai et une Tabai de la pérée rhodienne, cf. infra) a fait l’objet d’une présentation détaillée, puis on a examiné le document de Puteoli IG XIV 829, qui fait état, dans le contexte de la création à l’époque d’Hadrien du Panhellénion, des parentés avec Lacédémone et Athènes. Quant au nouveau traité entre Kibyra et Apollonia, il se distingue, dans la langue diplomatique de l’époque, par l’évocation, sans parallèle, des deux peuples comme συνθύται.

9On a analysé et comparé la situation politique et institutionnelle des deux cités prenant part au traité, en essayant d’estimer l’état politique de Kibyra après la tyrannie de Moagétès, encore attestée peu auparavant, et en lien avec la datation de ce nouveau traité. Cette datation repose d’une part sur le recoupement prosopographique avec la dédicace no 9 du recueil de L. Meier (voir infra), d’autre part sur la situation géopolitique des deux parties prenantes. On a ainsi examiné à quelle période il serait vraisemblable que les deux cités, Apollonia de la Salbakè et Kibyra, aient conclu dans une relative indépendance et sur un pied d’égalité un traité qui ne paraît les engager qu’elles deux, ne faisant aucune mention – du moins dans ses minces parties conservées – ni d’aucun des rois possiblement actifs dans la région, ni de Rhodes, ni de Rome.

10On a d’autre part scruté la position géopolitique du plateau de Tabai par rapport à la domination des Rhodiens, en exposant les différentes phases et les cercles croissants de la constitution du territoire puis de l’empire régional de Rhodes : la réunion des trois villes de l’île en une cité en 408, l’annexion d’îles voisines et de la pérée intégrée, la possession de la pérée sujette et enfin le bref protectorat sur la Lycie et la Carie entre 188 et 167. Pour éclairer la situation du plateau de Tabai au iie s. par rapport aux Rhodiens, L. Meier (p. 49-50) invoque l’inscription de Mobolla, republiée par J. et L. Robert, La Carie, II no 2, y voyant le témoignage de la dépendance de la grande Tabai par rapport aux Rhodiens à partir de 167. Mais comme le montre la meilleure édition de ce texte, par A. Bresson dans P. Debord, E. Varinlioğlu (éd.), Les hautes terres de Carie (2001), no 62, c’est d’une part seulement dans la première moitié du ier s. av. J.-C. qu’il faut placer ce texte, lequel cite d’autre part les Tabènoi, c’est-à-dire non pas les ressortissants de « la grande » Tabai du plateau intérieur au contact de la Kibyratide, mais ceux d’une petite Tabai, qui est une communauté dépendante des Mobolleis dans la pérée sujette de Rhodes, comme nous l’avait rappelé per litteras R. van Bremen (voir à ce sujet son article dans Chiron 2004). Cette même collègue nous a signalé d’autre part qu’il faudrait prendre en considération une inscription d’Aphrodisias mentionnée par A. Chaniotis, dans R. van Bremen et J.-M. Carbon (éd.), Hellenistic Karia (2010), p. 455-466 : « New Evidence from Aphrodisias concerning the Rhodian occupation of Karia and the early history of Aphrodisias » (BE 2011, 547 ; SEG 60, 1075), qui montre la présence d’un hégémôn envoyé par Rhodes à Aphrodisias.

11L’étude de cette nouvelle inscription de Kibyra a conduit à réexaminer les rapports entre la Kibyratide et le plateau de Tabai à la lumière du « serment » prêté entre Plarasa / Aphrodisias, Tabai et Kibyra, J. Reynolds, Aphrodisias and Rome (1982), no 1. On s’est interrogé sur la nature même de ce texte, qui d’un point de vue formel se présente d’abord comme une dédicace. S’il passe pour avoir été inscrit sur un « autel », pourtant le bloc inscrit, d’après la photographie publiée, a la forme et les apparences d’une base honorifique ou votive. Cependant, on ne dispose pas d’une description ou d’une photographie du lit d’attente qui permette de juger si celui-ci avait porté un ex-voto ou une représentation, comme pourrait l’indiquer le début du texte. La suite du texte montre un formulaire composite et atypique, mêlant dédicace, clauses d’un traité et serment, et on soulignera également que les lignes 16 à 26, qui finissent par dépasser sur la moulure inférieure, sont plus serrées en hauteur, si bien que la base ne semble pas avoir été conçue et préparée dès l’origine pour le texte qui y fut en définitive gravé. On a d’autre part étudié les liens entre Aphrodisias, les cités du plateau de Tabai et Kibyra jusqu’au milieu du iiie s. à la lumière de la série de bases plus tardives publiées par C. Roueché, Performers and Partisans at Aphrodisias (Londres, 1993), nos 58-63, notamment les nos 60-61. Enfin, on a essayé de dater le « serment » prêté entre Plarasa / Aphrodisias, Tabai et Kibyra par rapport aux bornes chronologiques qui avaient été avancées, 129 av. J.-C. (J. Reynolds) et 167 av. J.-C. (M. Errington dans Chiron 1987), et de voir dans quelle mesure la datation de ce texte pourrait éclairer également les relations entre Kibyra et Apollonia de Salbakè et la datation du nouveau traité découvert à Kibyra. Même si M. Errington dans sa récente réédition du texte dans Staatsverträge 668b avance la date « ca. Mitte 2. Jh. v. Chr. », on ne peut cependant exclure une datation avant 167, comme l’a prudemment évoqué L. Meier dans l’édition princeps.

12Le troisième acte international publié par L. Meier est l’accord entre Moagétès, Kibyra, Boubôn et Balboura, no 3 de son recueil, dont la partie la moins incomplète est le serment (face B), que l’on a étudié à la lumière entre autres de l’analyse de S. Scharff, Eid und Außenpolitik. Studien zur religiösen Fundierung der Akzeptanz zwischenstaatlicher Vereinbarungen im vorrömischen Griechenland (2016). On a ainsi commenté la liste des divinités invoquées, en s’arrêtant notamment sur le texte de Termessos près d’Oinoanda, parallèle pour la mention d’Artémis Ephésia et Artémis Pergaia, publié par A. S. Hall, AS 1977, p. 194 n. 2 et qualifié dans SEG 27, 930 comme « Temple regulation ». Il faut cependant s’interroger sur la résolution des lettres de la dernière ligne, ΨΙ, comme ψ(ήφισμα) ἱ(ερόν). Un tel titre serait singulier et certes fort intéressant, mais est-il bien certain ? À examiner la photographie d’estampage publiée, ne pourrait-on lire ΨΒ̣, et ne s’agirait-il pas simplement de ψ(ηφίσματι) β(ουλῆς) ?

13Après avoir présenté les deux autres cités engagées par le traité no 3, Boubôn et Balboura, et les sources et phases connues de leur histoire hellénistique, on a examiné les bribes de l’accord (face A). On a d’une part réuni les sources disponibles sur les Συμβρεῖς, mentionnés à plusieurs reprises dans l’accord, mais qui ne prennent pas part en leur nom propre au serment du nouvel accord, si bien qu’ils devaient alors être dans la dépendance de l’un des quatre prestataires du serment. On a ainsi commenté la mention de Σύμβρα dans la Géographie de Ptolémée V 3, 5, en s’arrêtant sur l’utilisation de cette source pour la géographie historique, puis les sources épigraphiques progressivement apparues qui ont attesté l’ethnique ou la ville : donations d’Opramoas de Rhodiapolis TAM II 905 ; liste rhodienne de bienfaiteurs d’une association IG XII 1, 127, source non mentionnée par L. Meier, alors qu’elle est désormais datée de la 1re moitié du iie s. av. J.-C. (cf. B. Boyxen, Fremde in der hellenistischen Polis Rhodos. Zwischen Nähe und Distanz, Berlin, 2018, app. I 7) ; liste de souscripteurs à Kaunos SEG 12, 473 (I. Kaunos 39) ; et enfin le stadiasme de Patara. La reconstitution de l’histoire des Symbreis par L. Meier est fragile, tout comme le rapprochement que ce savant a esquissé entre son possible sort dans la 1re moitié du iie s. av. J.-C., entre Kaunos, Kibyra, les Lyciens et Rhodes, et le sort de Kalynda, qui est lui expressément attesté par Polybe (XXXI 4-5) à propos de l’année 164/163. Il n’est donc pas certain que cette année constitue un date-charnière dans l’histoire de Symbra ni un terminus post quem pour dater le traité entre Moagétès, Kibyra, Boubôn et Balboura, malgré L. Meier.

14Si les relations entre Boubôn, Balboura et Kibyra sont rendues peu claires par le délabrement du nouveau texte, on doit en revanche en rapprocher d’une part un traité fragmentaire trouvé à Boubôn (iie s. av. J.-C.), dont la réédition dans Staatsverträge 668 doit être discutée (voir BE 2021, 6), et d’autre part le décret d’Araxa pour Orthagoras, G. E. Bean, JHS, 68 (1948), p. 46-56 (SEG 18, 570), montrant qu’il y eut maints conflits aux confins de la Lycie et de la Kibyratide, qui opposèrent Araxa à Moagétès et Boubôn, puis Araxa à Kibyra, et ensuite la confédération lycienne à Termessos près d’Oinoanda. En dépit de ces rapprochements, on ne peut pas serrer la chronologie des événements militaires et des vicissitudes diplomatiques dans la région et placer les deux traités fragmentaires de Boubôn et Kibyra de façon certaine dans la période 167-milieu du iie s. (ainsi M. Errington), ni les mettre sûrement en relation avec la formation de la tétrapole de Kibyratide, dont l’existence n’est en fait attestée que plus tard, grâce à sa dissolution à l’issue de la première guerre mithridatique.

15On a examiné trois des inscriptions honorifiques publiées par L. Meier dans le même volume, d’abord l’inscription no 4 où un mari honore son épouse qui n’est autre que sa cousine, puis l’inscription no 6, par laquelle ὁ δῆμος ὁ τῶν Κιβυρατῶν ἐτίμησεν Μοαγέτην Παγκράτου Μοαγέτου Σιλβου. Cette formule est d’autant plus frappante que, tout en émanant du peuple, le texte cite deux noms, Moagetès et Pankratès, qui sont ceux de tyrans successifs de Kibyra connus par Polybe (XXI 34 et XXX 9). Mais on ne peut préciser un éventuel lien entre tel de ces tyrans et le personnage honoré par la nouvelle dédicace.

16Enfin, on a étudié l’inscription honorifique no 9 (voir déjà BE 2020, 427), comptant sept lignes incomplètes, pour un athlète, Σωκράτην Μορκιδ<α> Δαιττιος, dont le palmarès a été commenté notamment pour la question des classes d’âge et surtout pour ses participations à plusieurs concours désignés, de façon originale, à la fois par des toponymes et par des noms de souverains régnants. La date même du texte doit aussi être examinée à la lumière de ces mentions, notamment celle des Ἐρωτίδεια dits παρὰ βασιλεῖ Φιλίππωι. En effet, le seul concours de ce nom jusqu’ici connu est celui qu’organisaient les Thespiens, et il est généralement réputé avoir été créé postérieurement à 86 a.C., du moins comme un concours « où venaient lutter les athlètes les plus en vue », comme l’avait écrit D. Knoepfler, dans Nomen Latinum. Mélanges de langue, de littérature et de civilisation latines offerts au professeur André Schneider à l’occasion de son départ à la retraite (1997), p. 17-39, à la p. 35. Le même spécialiste de la Béotie y était revenu dans le Bulletin épigraphique 2007, 314, puis 2010, 332, insistant pour placer toutes les mentions des Érôtideia au ier s. a.C., et même à partir de 86-85, la probable création à cette date du concours étant une conséquence de l’engagement des Thespiens aux côtés des Romains lors de la première guerre mithridatique. Or, la nouvelle inscription de Kibyra a justement conduit L. Meier à poser l’alternative suivante : soit les Érotideia où Sokratès concourut au début du iie s. a.C. étaient un autre concours, homonyme, se déroulant dans l’aire antigonide, mais totalement inconnu – ce que l’on a peine à croire – ; soit les Erôtideia de Thespies existaient déjà bien plus tôt comme concours, les lendemains de la guerre mithridatique ne marquant alors que sa « promotion ». Il faut ajouter que, puisque l’expression παρὰ βασιλεῖ Φιλίππωι Ἐρωτίδεια indiquerait suivant cette dernière hypothèse la présence de l’Antigonide en Béotie, laquelle ne dura pas au-delà de ca 200-197 (2e guerre de Macédoine), c’est cette date qui constituerait le terminus ante quem pour l’existence du concours thespien et pour l’une des premières victoires du Kibyrate Sokratès, qui était alors pais. Si cela ne nous livre pas de façon certaine la date de la dédicace, cette inscription est certainement une des plus anciennes de Kibyra, où l’existence même d’un palmarès gravé à date aussi haute est également remarquable, constituant la preuve de l’hellénisation de Kibyra dès ca 200, et indiquant l’existence d’un gymnase et d’un éducation à la grecque.

II. Inscriptions de Grèce centrale nouvelles ou révisées

17Quatre séances ont été consacrées aux marques sur tuiles, textes en général négligés, et publiés quelquefois de façon incomplète ou insatisfaisante à la fois par les archéologues et les épigraphistes, quelles que soient les régions, nombreuses, où ils ont été produits et découverts en Grèce péninsulaire – tandis que, soulignons-le, les tuiles estampillées semblent bien plus rares dans la Grèce insulaire et micrasiatique. On a passé en revue, parmi les exemplaires publiés, déjà nombreux mais très dispersés, un échantillon significatif, depuis les tuiles portant δαμόσιος jusqu’à quelques estampilles plus développées du Péloponnèse.

18On a entre autres commenté les timbres de l’Héraion d’Argos IG IV 541-542, en s’arrêtant sur la marque δαμόἱοι Ἥρας, et en discutant le commentaire de S. Miller, « Sosikles and the Fourth-Century Building Program in the Sanctuary of Zeus at Nemea », Hesperia Suppl. 27 (1994), p. 93. Quel que soit le substantif masculin pluriel à sous-entendre avec l’adjectif, il faut remarquer la marque d’appartenance à la fois « publique et d’Héra ». Dans le même sens on peut invoquer à Sparte le timbre IG V 1, 850, δαμόσιος Ἀθάνας. Ne sont-ce donc pas des attestations d’un bien à la fois public et divin, et de fait réservé à l’intérieur du domaine public à une divinité ? Ces textes devront être versés à la discussion sur les relations entre propriété publique et propriété sacrée (cf. D. Rousset dans JHS 2013 et Topoi 2015).

19On a examiné la variété des interprétations qui ont été avancées sur l’estampillage des tuiles, en soulignant qu’il en va de même que pour les timbres amphoriques : il est impossible de retenir une interprétation unique ou univoque, et on ne peut se contenter de parler ni de marque d’origine ou d’atelier, ni de marque de propriété. Certains timbrages indiqueraient-ils, pendant la fabrication au sein d’un atelier, la destination spécifique d’un lot de tuile ? Quant à l’idée que les timbres apposés sur les tuiles auraient pour fonction d’en dissuader le vol, on a exprimé quelque scepticisme, en rappelant la difficulté à dérober et à transporter en grand nombre des tuiles de terre cuite, dont chacune pesait plusieurs kilogrammes et souvent bien davantage. À ce sujet, on a également passé en revue les mentions de tuile dans les actes de vente et dans les actes de location des domaines fonciers, pour souligner que, pour le locataire quittant le bâtiment à l’échéance du bail, la possibilité d’emporter le κέραμος fait figure d’exception (IG II2 2499 ; SEG 24, 203), et non pas certainement d’usage régulier ; le κέραμος devait le plus souvent rester en place, comme cela résulte aussi des actes de vente. Il faut donc sans doute nuancer sur ce point l’affirmation de M.-C. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque (1992), p. 201. On a enfin discuté l’hypothèse que les tuiles recevaient un timbre à des fins fiscales, comme l’a proposé Y. Garlan, « Le timbrage des tuiles à Thasos », dans Mélanges Ducrey (2000), p. 191-198, sur le modèle des timbres amphoriques.

20On a étudié plus particulièrement une série de tuiles estampillées de Phocide, publiées ou encore inédites, provenant d’Élatée et de Lilaia. On a notamment examiné les marques Λιλαιέων trouvées au sanctuaire de Démétèr sis sur le territoire de la cité d’Érochos (SEG 27, 144 ; prochainement IG IX 12, 2870-2872). J. et L. Robert avaient écrit que « ces timbres assurent qu’alors Érochos était absorbée par Lilaia, la ville toute proche » (BE 1978, 236). Cependant, peut-on exclure l’hypothèse que les Lilaiens aient en évergètes offert tout ou partie de la toiture de tuiles dans un sanctuaire voisin de leur cité, qui restait cependant toujours aux mains du peuple d’Érochos, cité qui serait donc encore vivante ?

21C’est poser la question de la signification des indications de type « topographique » ou « ethnique » sur les tuiles, ainsi que celle de l’usage de l’ethnique à l’intérieur de la cité dans cette catégorie de textes. Tout familier de l’histoire et de l’épigraphie grecques connaît la règle, aujourd’hui largement admise, qui veut que l’on n’utilise pas, du moins aux époques archaïque, classique et hellénistique, dans la cité elle-même l’ethnique, du moins pour désigner un ou plusieurs ressortissants de cette cité, et notamment dans les épitaphes, les dédicaces et les décrets. Or, pour les marques estampillées, l’usage de l’ethnique ou du toponyme était de toute évidence différent. Ainsi, il est certain, grâce aux innombrables timbres amphoriques et grâce aux exemplaires de tuile trouvés à Thasos, Phères de Thessalie (Topoi. Orient-Occident 8 [1998], p. 607-623), Tanagra (SEG 29, 1788 no 7) ainsi qu’à Pella (SEG 19, 437), que ces objets céramiques portant le toponyme ou l’ethnique au génitif pluriel pouvaient aussi bien être utilisés sur place qu’à l’étranger : aussi un ethnique estampillé sur des tuiles ne peut-il sans doute pas être utilisé ni comme le marqueur d’une appartenance territoriale, ni comme l’indice de l’appropriation d’un lieu étranger.

22On a d’autre part analysé une série de tuiles estampillées d’époque archaïque, étudiées d’abord par R. Felsch, « Boiotische Ziegelwerkstätten archaischer Zeit », MDAIA, 94 (1979), p. 1-40, mémoire qui fit alors date. Cependant, l’attribution, soutenue par R. Felsch, d’une série de tuiles portant de courts textes, datant sans doute de ca 500, à la Béotie doit être remise en cause à la suite de la découverte d’assez nombreux exemplaires en Locride orientale, notamment ceux qu’a recueillis à Marmaraki Livanaton non loin d’Atalanti M. P. Kounouklas, archéologue de l’Éphorie de Phthiotide, avec lequel nous en donnerons la publication d’ensemble dans Ἀρχαιολογική Εφημερίς, 161 (2022). En effet, cette nouvelle série d’estampilles identiques trouvée en Locride orientale montre que les découvertes se concentrent aux confins de la Phocide (Kalapodi) et de la Locride orientale (lieux-dits Kyparissi et Marmaraki Livanaton), aucun exemplaire n’ayant été en réalité trouvé en Béotie. En outre, les textes estampillés, loin d’indiquer par leurs lettres ou leurs libellés une quelconque origine béotienne, ont sans doute eu pour scripteurs des personnes originaires de Phocide ou de Locride orientale – quels qu’aient été éventuellement les multiples lieux de production et par conséquent l’éventuel déplacement des artisans tuiliers transportant leurs cachets à imprimer. Quant aux textes estampillés eux-mêmes, si les nouveaux exemplaires de Marmaraki permettent d’établir pour l’ensemble des exemplaires connus (vingt-quatre, y compris ceux d’Égine et de Larissa) le texte complet de trois libellés différents, fort énigmatique demeure cependant leur sens. On doit écarter les interprétations proposées en 1979 par R. Felsch, et notamment l’hypothèse que ces textes indiquent les noms de deux fabricants, qui auraient été dénommés Πρίϙν et *Δάβυχος. Ce dernier mot, enregistré dans le SEG et le LGPN, ne peut pas être considéré comme un anthroponyme certain, dans la mesure où la segmentation des mots dans le libellé complet n’est pas assurée. Quant aux mots qui terminent ces textes, leur élucidation se dérobe. On a notamment fait justice de l’idée que le premier texte, qui fait parler l’objet lui-même, ait dit « ἐμί ἄλιθον », soit, selon R. Felsch, « Ich bin das Steinlose (= feine, ungemagerte Erzeugnis) ». En effet, que ces tuiles se disent « dépourvues de pierre » serait une affirmation inattendue eu égard aux techniques des tuiliers antiques et en outre contredite par la composition effective des argiles utilisées, qui montrent la présence d’éléments lithiques, utilisés comme dégraissant de l’argile et destinés à assurer la solidité de ces grandes pièces d’argile cuite. Ainsi, en l’état actuel de la documentation, l’interprétation d’ensemble de ces marques sur des tuiles archaïques de Grèce centrale nous échappe.

23Enfin, on a présenté, pour illustrer le genre épigrammatique et les relations entre commémoration de faits historiques et composition poétique, le riche et délicat dossier de Xanthippos, libérateur d’Élatée à deux reprises, dans la période qui va de ca 304 à ca 281 av. J.-C. Attesté chez Pausanias, X 4, 10, le Phocidien Xanthippos fut mieux connu grâce à quatre inscriptions de Delphes, qu’on lit souvent dans F. Delphes, III 4 (1954), 218-221 ; cependant, J. Bousquet, BCH, 84 (1960), p. 167-171, a amélioré l’établissement des deux épigrammes, même si subsistent des incertitudes, entre autres pour l’épigramme la plus courte. Ces inscriptions relatives à Xanthippos seront rééditées par le directeur d’études parmi les tituli externi du corpus de Phocide (IG IX 12, fasc. 6 [2023], nos 2908-2911) ; elles y sont assorties de l’apparat critique adéquat et commentées, avec la brevitas qui sied sans doute aux Inscriptiones graecae.

24Les séances consacrées au monument de Xanthippos et à ses inscriptions ont conduit d’abord à s’interroger sur la reconstitution architecturale de la base portant la statue de Xanthippos, base que l’on considère en général comme composée de deux blocs parallélépipédiques identiques (inv. 3683 et 3725), sans que cependant l’existence d’un troisième (déjà évoquée par W. Peek, AM, 67, 1942, p. 270), venant à gauche, puisse être ni exclue ni prouvée, en raison de l’état actuel de la face gauche du bloc inv. 3683 (impossibilité de savoir si cette face présentait un cadre d’anathyrose ou bien un parement visible, orné d’une ciselure périmétrale, tout comme la face symétrique d’inv. 3725). En revanche, J. Bousquet a certainement eu raison (o.c. 174 n. 4) d’écarter l’hypothèse, avancée par W. Peek (o.c. 257-258), que le monument ait dans un second temps seulement été agrandi par allongement latéral, en étant alors doté vers la gauche du bloc inv. 3683. Il est d’ailleurs malencontreux que la réfutation de cette hypothèse n’ait pas été prise en considération par K. Hallof et S. Kansteiner, dans Der Neue Overbeck. Die antiken Schriftquellen zu den bildenden Künsten der Griechen [2014], no 2601, qui tirent de l’idée d’un allongement du monument une inférence erronée sur la portée de l’œuvre de l’artiste Lykos, signataire de la statue de Xanthippos (IG IX 12, 2909).

25Par ailleurs, le lieu d’érection de la stèle de marbre portant les textes inv. 1890 et 1892 (IG IX 12, 2910-2911), demeure inconnu, en dépit de l’ingénieuse proposition de J. Bousquet pour le dernier vers de la brève épigramme : [μ]είζονά τις μαθέτω κ̣αινὸν ἔπος̣ κα[τιδών]. Certes, J. Bousquet a eu raison d’écarter – point ignoré par K. Hallof et S. Kansteiner, l.c. – l’idée, remontant à une lecture désormais caduque de H. Pomtow (γείτονά τις μαθέτω χαλκὸν ἐπόντα [βάθρωι]), d’une stèle de bronze ou même de marbre qui aurait été dressée sur le bloc inv. 3683 ; remarquons d’ailleurs que les traces d’encastrement sur ce bloc ne conviennent pas à l’orientation d’une stèle inscrite qui eût été lisible de pair avec les inscriptions gravées sur les faces antérieures des blocs. Quant à l’hypothèse que J. Bousquet a présentée, certes avec prudence (o.c. 170-171), celle de l’érection de cette stèle de marbre « sur le soubassement des piédestaux » ou « sur la surface de retrait entre deux degrés » du monument, elle permettrait de mieux comprendre, voire de justifier, l’idée que le κ̣αινὸν ἔπος̣ gravé sur la stèle ait été visible en contrebas, κα[τιδών]. Mais cette hypothèse reste fragile, puisqu’on ignore si les blocs parallélépipédiques inv. 3683 et 3725 étaient posés sur une base à degré identique e.g. à celle des trépieds syracusains. On notera d’autre part que G. Biard, dans D’Alexandre à Auguste. Dynamiques de la création dans les arts visuels et la poésie (2015), p. 84-93, à la p. 84, a émis l’hypothèse que le bloc de gauche (inv. 3683) ait porté en réalité un trophée. Enfin, sur l’étude architecturale et l’établissement des textes, signalons que le séminaire a pu bénéficier de la participation compétente de M. J. Faguer, membre de l’EFA, qui constitue le recueil des dédicaces, étudiant en particulier les bases à ciselure périmétrale. Ainsi, J. Faguer a présenté durant le séminaire, tenu en visioconférence avec Delphes, les relevés architecturaux de D. Bartzis et d’autre part la documentation photographique, également inédite, qu’il a lui-même constituée, l’utilisant de pair avec un traitement informatique qui facilite la vérification des textes inscrits.

26On a poursuivi l’examen des documents relatifs à Xanthippos en retraçant l’histoire de la Phocide à la charnière entre le ive s. et le iiie s. et en scrutant les vicissitudes d’Élatée, entre Cassandre, les Étoliens, Antigone Gonatas et Lysimaque, et le rôle militaire et institutionnel de Xanthippos au service des Phocidiens pendant un quart de siècle : il y fut un adversaire de la présence macédonienne à deux reprises à Élatée, et sans doute également dans les cités avoisinantes : ἄ[στ]εα καὶ τὰ πατρῶια (…) [Ὀ]ρ̣νυτιδᾶν (…) δάπεδα. Si, dans la plus longue épigramme, l’expression [ἐν] ἀρχ[ᾶι] ne doit assurément pas être rapportée à un éventuel « archontat » de Xanthippos (ainsi G. Zachos, Ελάτεια. Ελληνιστική και ρωμαική περίοδος [2013], p. 87-88), puisqu’il s’agit en réalité de la première libération d’Élatée « au début » même de sa carrière (sans doute en 304), en revanche c’est bien une fonction officielle qu’indique le terme ταγός, fonction à laquelle les Phocidiens nommèrent Xanthippos à dix reprises, en raison de ses exploits militaires (τοὔνεκα καὶ Φωκεῖς δεκάκις, ξένε, ταγὸν ἔθεντο). Xanthippos exerça donc chez les Phocidiens, de façon réitérée, une magistrature suprême qui, désignée sous le terme ταγός, doit être celle de stratège, comme l’a supposé J. Bousquet, qui ajoutait : « l’expression (…) semble indiquer que les dix années, sans doute ininterrompues, de la stratégie de Xanthippos sont postérieures à la seconde libération d’Élatée, entre 284 et 281, ce qui nous conduirait pour la date de l’érection du monument au plus tôt vers 273-270 » (o.c., 174 ; même chronologie chez A. Jacquemin, Offrandes monumentales à Delphes [1999], p. 52). Si en effet ce fut de façon consécutive (τοὔνεκα) à la deuxième libération d’Élatée ca 285-281 (contrôle par Lysimaque du trône de Macédoine) que se plaça la fonction réitérée de Xanthippos à la tête des Phocidiens, il faudrait en déduire qu’il exerça cette fonction notamment en l’année 279, lorsque les Phocidiens combattirent l’invasion galate. Or, Pausanias (X 20, 3) nomme comme στρατηγοί de l’armée phocidienne face aux Galates seulement Kritoboulos et Antiochos. Xanthippos était-il par conséquent le primus inter pares d’un collège qui en réalité comptait trois stratèges, selon un nombre déjà attesté antérieurement pour cette fonction dans les institutions fédérales phocidiennes ? On ne pourrait écarter cette nécessaire combinaison des sources que si l’on considérait – ce que l’expression de l’épigramme n’interdit pas – que sa fonction réitérée à la tête des Phocidiens précéda, en totalité ou pour la plus grande partie, la seconde libération d’Élatée datée de 285-281 – interprétation qui aurait également pour effet de remonter le terminus post quem du monument de Delphes qui honora Xanthippos.

27L’incertitude sur la datation de ce monument n’est pas sans conséquence sur l’identification de l’artiste auteur de sa statue, Lykos fils de Satyros (nommé sans ethnique dans la signature IG IX 12, 2909). En effet, si l’on a souvent considéré (encore K. Hallof et S. Kansteiner, l.c.) que ce Lykos n’était autre que le fils de l’artiste parien Satyros fils d’Isotimos, signataire des statues des Hécatomnides offertes par les Milésiens à Delphes et datées vers 350-340 av. J.-C. (Choix d’inscriptions de Delphes no 47 ; DNO no 2336), de son côté J. Bousquet, abaissant la date du monument de Xanthippos « au plus tôt vers 273-270 », en était venu, en raison de la distance chronologique entre les deux signatures et les deux monuments, à juger « non indispensable » un lien de fils à père entre les deux artistes. S’il est certes exact qu’un lien établi sur le seul nom Satyros est fragile, peut-être cependant la question devrait-elle être reconsidérée en raison de la non moins grande fragilité du terminus post quem « vers 273-270 » avancé par J. Bousquet. Sur la datation, il est en tout cas douteux que la forme des lettres permette d’établir une solide chronologie relative, et a fortiori absolue, entre les différentes inscriptions et pour le monument de Xanthippos.

28On a enfin touché à la question de la possible attribution de ces deux épigrammes à Posidippe de Pella, en passant en revue les arguments et les avis nuancés de W. Peek, J. Bousquet, E. Fernández-Galiano, F. Angiò, Par. Pass., 65 (2010), p. 294-298 et V. Garulli, L’épigramme dans tous ses états : épigraphiques, littéraires, historiques (2016), p. 75-80. On a relevé avec intérêt que l’expression κ̣αινὸν ἔπος̣ éditée par J. Bousquet a été mise en relation par F. Angiò avec κ̣α̣ι̣ν̣οτεχνέων de l’épigramme de Posidippe no 62 Austin-Bastianini, et commentée avec nuance par V. Garulli, qui en définitive ne se prononce pas nettement sur l’identité de l’auteur des deux épigrammes gravées à Delphes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Rousset, « Épigraphie grecque et géographie historique du monde hellénistique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 133-143.

Référence électronique

Denis Rousset, « Épigraphie grecque et géographie historique du monde hellénistique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5184

Haut de page

Auteur

Denis Rousset

Directeur d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques, correspondant de l'Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search