Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesArchéologie grecque

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. La sculpture à Athènes à l’époque classique. — II. Documents récemment publiés.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La première conférence a été consacrée aux monuments de l’Acropole. Une présentation des anciens récits de voyage a permis de retracer les grandes étapes de leur découverte. L’Itinéraire de Paris à Jérusalem témoigne du travail d’élaboration de ses notes qu’a fait Chateaubriand avec l’aide de l’helléniste Boissonade. Son voyage date de 1806-1807 et la rédaction des pages sur Athènes de l’automne 1809. Il utilise des récits plus anciens, comme le Voyage du Levant, fait par le commandement du roi en 1621 (Paris, 1624) de Louis Deshayes, baron de Courmenin, aussi bien que les Voyages dans l’Asie Mineure et en Grèce, faits aux dépens de la société des Dilettanti, dans les années 1764, 1765 et 1766, de Richard Chandler (traduit de l’anglais, Paris, 1806 ; édition en anglais de 1776).

2On a utilisé l’étude récente et bien documentée de J. Z. van Rookhuijzen, « The Parthenon Treasury on the Acropolis of Athens », AJA, 124 (2020), p. 3-35, pour vérifier la validité des identifications proposées à partir des inventaires annuels des trésors d’Athéna entreposés dans les bâtiments de l’Acropole faits par les trésoriers entre 434/3 et 304/3. Les deux décrets de l’inscription de Kallias, conservés au musée du Louvre (IG I3 52), qui créent un trésor des dieux autres qu’Athéna, doivent dater de 434/3 et nomment aussi des bâtiments de l’Acropole où étaient entreposés ces trésors.

  • 1 Voir C. L. Lawton, Attic Document Reliefs. Art and Politics in Ancient Athens, Oxford, 1995, p. 86.

3Sur le relief en en-tête du marbre Choiseul, au-dessus des textes inscrits sur les deux faces (IG, I2 304 a, b, c ; IG, I3 375, 377), deux figures se font face de part et d’autre de l’olivier sacré, qui poussait sur l’Acropole près de l’Érechtheion : Athéna qui tient la lance est en face d’un personnage drapé appuyé sur un bâton calé sous l’aisselle ; ce n’est pas Démos, qui est représenté sans le bâton sur les reliefs en en-tête de décret, mais un héros éponyme. Son pied droit enfoncé dans le sol ainsi que ses pieds nus sont autant de signes de son autochtonie : le personnage est donc Érechthée, le roi légendaire d’Athènes éponyme de la tribu Érechthéis1. L’étude des héros éponymes sur la section est de la frise continue du Parthénon a mis en valeur la composition qui suggère l’existence d’une assemblée athénienne dans le groupe nord et la diversité des rapports entre citoyens dans le groupe sud.

4L’organisation du décor des frontons du Parthénon met en rapport les figures avec la topographie. Les divinités du fronton est, de la naissance d’Athéna, y sont situées par rapport à l’implantation de leurs sanctuaires. Sur le fronton ouest, de la dispute entre Athéna et Poséidon pour la possession d’Athènes, le nœud de l’action est situé dans l’Érechtheion et à ses abords. Des divinités fluviales inscrivent la scène dans la géographie de l’Attique, avec le Céphise dans la kerkis nord qui était voisin d’une figure disparue, absente du dessins fait en 1674 avant l’explosion du Parthénon : on restitue à côté, plus près de l’action, l’Éridan, son affluent qui traverse la ville d’Athènes au nord de l’Acropole, ou, comme l’a proposé Guy Meyer, Clepsydre, la source qui alimentait l’Acropole, jaillie du flanc nord de l’Acropole. Dans la kerkis sud, on trouve l’Ilissos, le fleuve d’Athènes dont la rive verdoyante voit la rencontre de Phèdre et de Socrate (Platon, Phèdre, 227a-230e) ; Callirhoé touche l’Ilissos, ce qui répond à la situation de cette source, qui se jette dans le fleuve au niveau d’une barre rocheuse où l’eau bouillonne en cascade.

5Cette inscription des figures tympanales dans la topographie du lieu trouve un antécédent dans le fronton est du temple de Zeus à Olympie, qui illustre, avec 21 statues, les préparatifs de la course de char entre Pélops et Œnomaos. Comme sur le fronton ouest du Parthénon, l’enjeu est constitué par la possession du pays.

6Comme l’indique Ismene Trianti dans le catalogue d’exposition Mythos Olympia, Kult und Spiele (2012), de part et d’autre de Zeus au centre, Œnomaos barbu est à droite (pour le spectateur), Pélops à gauche, avec, près de lui (figure K), Hippodamie, qui fait le geste de l’épousée ; en regard Stéropé (F), épouse d’Œnomaos, fait un geste de déploration ; puis viennent les attelages et des personnages ; dans les angles sont figurés deux dieux fleuves d’Olympie, l’Alphée et le Cladéos. Le fronton est regarde vers l’hippodrome, où avaient lieu les courses de char : l’Alphée est situé au sud, le Cladéos au nord-ouest. Olga Palagia (LIMC I, 1981, p. 577, no 8, pl. 433, s.v. « Alpheios »), identifie comme Alphée la figure de l’angle sud du fronton en notant justement qu’elle correspond à la position géographique du fleuve. Une statue représentait à Olympie Alphée dans un groupe avec Zeus et Pélops, dédié par les Cnidiens de la Chersonèse (Pausanias, V, 24, 7), qui n’est pas antérieur au milieu du ive siècle. Sur le même fronton oriental, Œnomaos, le roi de Pise, est aussi du côté nord, où se trouvait sa cité.

  • 2 É. Naville, « À propos du fronton oriental du temple de Zeus à Olympie. Une hypothèse », CRAI, 1903 (...)
  • 3 Contrairement à H. A. Cahn, LIMC II, 1984, p. 901, s.v. « Asopos I », qui reconnaît ici l’Asopos de (...)

7Près du Cladéos un vieillard éploré assis à terre a été identifié comme Tirésias2. Je propose à titre d’hypothèse son identification comme le dieu-fleuve Asopos, le grand-père d’Œnomaos, figuré ici près de sa fille Stéropé, épouse d’ Œnomaos. Ce fleuve coule au nord-ouest du Péloponnèse dans le territoire de Phliasia, à l’ouest de Sicyone. Asopos était représenté dans un groupe statuaire en bronze daté du ve siècle et offert par les Phliasiens à Olympie, qui figurait Zeus enlevant Égine en présence de son père Asopos et de ses sœurs Némée, Harpina, Corcyre et Thèbe (Pausanias, V, 22, 6). il s’agit bien, dans ce groupe offert par les Phliasiens, de l’Asopos qui coule dans leur région, non pas du fleuve homonyme de Béotie3.

  • 4 F. Herbin, Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, II. Les monuments votifs et honorifiques (sans toit), A (...)

8Dans la seconde conférence, M. Guy Meyer, docteur, a présenté, le 11 décembre 2020, « L’entrée du marquis de Nointel dans Jérusalem (15 mars 1674) : ses tableaux, ses dessins et ses peintres ». Mme Émilie d’Orgeix, directrice d’études, est intervenue, le 22 janvier 2021, sur les voyageurs et des ingénieurs du roi au xviie siècle en Orient, ce qui a permis de mettre en perspective certains témoignages contemporains sur Athènes. M. Guillaume Biard, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille, a présenté, le 12 février 2021, ses recherches en cours sur les portraits de Thasos. M. Frédéric Herbin, archéologue à Lyon, a présenté le 26 mars 2021 ses recherches sur les monuments votifs et honorifiques déliens à l’occasion de la publication récente de son ouvrage4.

  • 5 Par exemple Simon Cherner, « La police grecque sauve du marché noir un exceptionnel fragment de sta (...)

9La saisie d’une statue par la police grecque, dont la presse s’est fait l’écho5, a offert l’occasion de vérifier l’hypothèse qui l’attribue à l’extrémité d’un fronton de l’Acropole, ce qui est à exclure au vu de la petitesse du torse. S’il y a un rapport avec le Parthénon, on pensera aux réductions des statues ouest B, C, L, Q et peut-être W trouvées à Éleusis, qui ont été copiées et adaptées pour orner un des frontons, plus petit que celui du Parthénon, du temple d'Éleusis réalisé au iie siècle et représentant le rapt de Perséphone.

Haut de page

Notes

1 Voir C. L. Lawton, Attic Document Reliefs. Art and Politics in Ancient Athens, Oxford, 1995, p. 86.

2 É. Naville, « À propos du fronton oriental du temple de Zeus à Olympie. Une hypothèse », CRAI, 1903. p. 350-356.

3 Contrairement à H. A. Cahn, LIMC II, 1984, p. 901, s.v. « Asopos I », qui reconnaît ici l’Asopos de Béotie car il est le père d’Égine (Aigina) ; de même S. Kaempf-Dimitriadou, LIMC, 1 (1981), p. 369, no 28, s.v. « Aigina ».

4 F. Herbin, Le Sanctuaire d’Apollon à Délos, II. Les monuments votifs et honorifiques (sans toit), Athènes, 2019 (EAD, XLV).

5 Par exemple Simon Cherner, « La police grecque sauve du marché noir un exceptionnel fragment de statue classique », Le Figaro, 22.03.2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Queyrel, « Archéologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 144-146.

Référence électronique

François Queyrel, « Archéologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5195

Haut de page

Auteur

François Queyrel

Directeur d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search