Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesPhilologie italique

Résumés des conférences

Philologie italique

Emmanuel Dupraz
p. 160-162

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Le messapien et les langues voisines : étude de formulaires. — II. Les textes prescriptifs de l’Italie républicaine : la loi de Bantia (fin), le cippe de Pérouse.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 2020-2021, la conférence a dû se tenir en grande partie en distanciel, une fois encore. Le premier thème abordé a été celui de l’épigraphie messapienne. Deux séries d’inscriptions ont été discutées. Tout d’abord, nous avons examiné les textes messapiens les plus anciens, ceux qui sont communément datés d’entre le milieu du vie et le milieu du ve siècle avant notre ère. Il est apparu plusieurs fois nécessaire de corriger les datations admises par le corpus de référence, les MLM (Carlo de Simone et Simona Marchesini, Monumenta linguae Messapicae, Wiesbaden, Reichert, 2002). Parmi les inscriptions qui, selon toute vraisemblance, datent bel et bien de la phase la plus ancienne de l’écriture du messapien, la plupart semblent liées à des cultes funéraires dont le détail est difficile à établir. Ce ne sont pas à proprement parler des épitaphes, parce que les supports des inscriptions n’appartiennent pas à des tombes : les aires cultuelles où l’on pratique un culte qui se rapporte aux défunts ne sont pas des lieux de déposition des corps ou des cendres. Nous nous sommes attachés à définir les traits caractéristiques de ces inscriptions et de leurs supports, notamment la présence de plusieurs textes écrits successivement et renvoyant à plusieurs défunts sur un même objet, et l’emploi bien attesté de stèles de forme prismatique avec champ épigraphique vertical.

2Ensuite ont été examinées des inscriptions plus récentes, d’époque classique ou hellénistique, qui sont des épitaphes au sens propre du terme dans la mesure où le support est matériellement lié à un lieu de déposition. Les épitaphes étudiées sont celles qui mentionnent des prêtresses. Une spécificité du corpus messapien, identifiée depuis les années 1930, est la présence très conséquente de femmes qui mentionnent un titre de prêtresse dans les épitaphes de cette culture ; parfois ce titre devient un nom (hiéronymie). Nous avons fait une étude d’ensemble de toutes les inscriptions concernées et sommes aboutis à une conclusion encore plus surprenante : les épitaphes de prêtresses sont concentrées dans un petit nombre de sites ; dans plusieurs d’entre eux il n’existe pas d’autres épitaphes que celles des prêtresses, ou un tout petit nombre. Il semble donc que dans les sites concernés, par exemple Mesagne et Oria, le genre épigraphique des épitaphes lui-même dans son entièreté soit lié aux épitaphes de prêtresses : le simple fait d’écrire une épitaphe, prototypiquement, est lié au statut de la défunte, femme et prêtresse. Cette analyse a des conséquences qui devront encore être développées sur le statut des femmes et de l’écriture en pays messapien aux ive et iiie siècles avant notre ère.

3Pour commencer d’approfondir cette analyse, nous avons entrepris d’étudier un autre genre épigraphique où les femmes ont une importance inattendue, celui des commémorations de dédicaces à des dieux. Il ne s’agit pas là des marques d’appartenance sur autels, indiquant à quels dieux ceux-ci sont consacrés, mais des commémorations de dédicaces d’offrandes. Le plus souvent les dédicants sont des dédicantes. Dans le centre urbain de Ceglie Messapica, par exemple, il existe un véritable genre épigraphique de commémorations de dédicaces cultuelles faites par des femmes, en l’occurrence à la divinité féminine qu’est Aphrodite. Un point significatif est qu’utilisant des formules onomastiques inhabituelles en messapien les dames concernées mettent en évidence leur filiation paternelle, c’est-à-dire leur appartenance à une gens patrilinéaire. Ce qui est souligné par l’écriture, c’est la solidarité de femmes aristocratiques avec leur père.

4L’étude a englobé aussi l’examen de questions plus proprement linguistiques, ainsi celle des formules de prohibition en messapien : il existe dans les épitaphes messapiennes, notamment dans celles des prêtresses, des formules qui à notre avis peuvent être interprétées comme des formules de défense, ce qui permet d’identifier différents lexèmes verbaux encore non repérés dans cette langue où les formes verbales sont très rares. Un article est en préparation sur ce point.

5Le deuxième thème abordé dans le séminaire a été celui des formulaires des textes prescriptifs de l’Italie médio-républicaine. Il a été nécessaire d’examiner un texte qui n’appartient pas à une langue italique : l’inscription étrusque du cippe de Pérouse, qui a été découverte dès 1822, mais dont l’interprétation a été renouvelée par des études récentes, notamment celles qui sont parues dans le fascicule 1 du tome 133 des Mélanges de l’École française de Rome, daté de 2021. Ce texte du début du iie siècle avant notre ère, tel qu’il est à présent possible de l’interpréter, présente des points communs intéressants et importants avec des textes italiques. Le cippe de Pérouse commence par un préambule qui définit dans quelles circonstances a été conclu l’accord (?) commémoré par l’inscription. Ce préambule apparaît largement comparable, y compris pour sa syntaxe, avec les praescriptiones par lesquelles commencent les textes officiels prescriptifs des langues italiques à la même époque. Au début de ces textes, on définit soigneusement, en employant des formes verbales non modales qui peuvent être considérées comme des indicatifs, qui a sanctionné le texte normatif gravé et dans quel contexte, avant de donner le contenu prescriptif de celui-ci. Le cippe de Pérouse, comme diverses inscriptions italiques, relie ces deux parties au moyen d’une corrélation syntaxique.

6Par ailleurs, le cippe de Pérouse fait usage de conventions d’ordinatio qui sont partagées par les Tables eugubines, la longue série d’inscriptions ombriennes retrouvée à Gubbio qui constitue le document le plus long des langues italiques autres que le latin. L’usage de graver des textes prescriptifs longs sur des matériaux durables et de les afficher est une spécificité partagée par les Étrusques et les Ombriens de l’aire tibérine aux iiie et iie siècles avant notre ère, comme le démontre aussi le bronze étrusque de Cortone, publié en l’an 2000. Après l’étude du cippe de Pérouse, nous avons brièvement analysé un apport majeur de l’inscription de Cortone, à savoir les références qui y sont faites à une copie antérieure, probablement sur matériau périssable : les textes prescriptifs qui sont gravés et affichés sur matériau durable dans l’aire tibérine à l’époque qui nous intéresse sont des copies de documents destinés à archivage, et il est possible d’étudier leur histoire complexe tant dans le cas des Tables eugubines où l’existence de versions antérieures sur matériau périssable est admise depuis longtemps que dans le cas du bronze de Cortone qui paraît en faire explicitement mention.

7L’étude que nous avons faite du cippe de Pérouse et, plus brièvement, du bronze de Cortone est donc le moyen d’intégrer nos analyses plus anciennes relatives aux Tables eugubines et autres textes prescriptifs italiques dans un cadre plus vaste : la prise en compte de la documentation étrusque, de plus en plus abondante et de mieux en mieux comprise, permet de sortir des modèles théoriques du passé où la comparaison avec Rome, rendue indispensable par l’isolement des données italiques en face des corpus romains, aboutissait inévitablement à la problématique simpliste imitation / résistance, pour pouvoir construire sur des données sûres des modèles reposant plutôt sur la notion de koinè, où l’existence d’un centre unique n’apparaît plus comme une certitude, encore au iie siècle avant notre ère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Dupraz, « Philologie italique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 160-162.

Référence électronique

Emmanuel Dupraz, « Philologie italique »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5268

Haut de page

Auteur

Emmanuel Dupraz

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Philologie italique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Philologie italique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Philologie italique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Philologie italique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 149 | 2018
  • Philologie italique [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 148 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search