Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire monétaire du monde romain

Résumés des conférences

Histoire monétaire du monde romain

Antony Hostein
p. 181-185

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. La province d’Asie sous les Antonins et les Sévères : approche numismatique. La Mysie et l’Éolide (2). — II. Le thème de la fides sur les monnayages romains (1). — III. Actualité de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Deux thèmes principaux ont retenu notre attention cette année : un premier consacré à l’histoire monétaire de la province d’Asie sous les Antonins et les Sévères, centré sur les émissions des cités de Mysie et d’Éolide ; un second sur l’iconographie de fides telle qu’elle apparait sur les monnayages tardorépublicains et impériaux. Une place importante a été accordée à l’actualité de la recherche en numismatique – nouvelles parutions, nouvelles découvertes archéologiques.

I. La province d’Asie sous les Antonins et les Sévères : approche numismatique. La Mysie et l’Éolide

2Dans le cadre du travail en cours sur le Roman Provincial Coinage, V-2 (Les ateliers civiques des provinces du Pont-Bithynie et d’Asie, de 193 à 218 apr. J.-C.), le séminaire a permis d’avancer dans l’intégration des données et dans leur analyse. Le tour d’horizon engagé en 2019-2020 avec la Troade s’est poursuivi avec les régions voisines de Mysie et d’Éolide.

3Ce parcours a commencé par une présentation du site internet du Roman Provincial Coinage (https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/​) et des corpus documentaires à disposition des chercheurs. Après avoir brossé un bilan historiographique des recherches conduites dans le secteur depuis le xviiie siècle, les principaux repères événementiels ont été rappelés ainsi que les grands traits de la géographie régionale. Ont ensuite été passées en revue les émissions produites dans les seize cités actives de Mysie et d’Éolide entre Septime Sévère et Macrin. La liste comprend, depuis le Nord vers le Sud : Lampsaque, Parium, Cyzique, Poemanenum, Apollonia du Rhyndacos, Milétopolis, Pionia, Hadriani ad Olympum, Hadrianotherae, Hadrianeia, Pergame, Attaea, Adramyteum, Pitané, Perperene et Germé. La même démarche a été adoptée pour chacun de ces ateliers : on a d’abord insisté sur l’actualité des recherches archéologiques, sur les principales publications et sur les émissions antérieures des périodes classique, hellénistique et romaine. Dans un second temps seulement ont été examinées avec soin les séries émises entre 193 et 218 apr. J.-C. Fondé sur une présentation détaillée des types et dénominations monétaires, ce travail visait à établir un premier classement chronologique et typologique des émissions et à dégager les grandes tendances de l’histoire monétaire régionale.

4Pour donner au lecteur un très bref aperçu du travail accompli, nous avons proposé par exemple de rapporter un type de la cité de Lampsaque à un événement particulier : le passage de Caracalla dans la région en 214-215 apr. J.-C. (fig. 1).

Fig. 1. — AE. 23 mm, 6,16 g. Axe : 6 h. [© Bibliothèque nationale de France, Paris.]

ΑΥ Μ ΑΥ ΑΝΤΩΝΕ ; buste lauré, drapé et cuirassé de Caracalla, à dr., vu de trois quarts en arrière.
ΛΑΜΨΑΚΗΝΩΝ ; l’empereur en habits militaires, à cheval, tourné vers la dr., saluant de la main dr. un personnage masculin drapé, qui présente au prince une statue (de Niké ?), avec à ses pieds un animal allongé, tête tournée en arrière à dr.
Paris (FG 820)* = SNG 1287.

  • 1 Sur les statues de dieux topiques ou de Victoires portées en ambassades, voir L. Robert, « Le serpe (...)
  • 2 A. Hostein, « Un geste de Caracalla sur une monnaie frappée à Pergame », dans N. Holmes (éd.), Proc (...)

5Le revers représente en effet une scène caractéristique d’adventus / epidemia, avec l’empereur en habits militaires, à cheval, marchant vers la droite, main droite levée pour saluer un homme drapé. Incarnation du corps civique (bouleutes, magistrats), ce dernier présente au prince la statue de ce qui semble être une Nikè ailée tenant une couronne plutôt qu’une effigie du dieu topique Priape. Il n’a pas été possible d’identifier précisément l’animal qui se tient à ses pieds – un chien (?), allongé, tête tournée en arrière. Il s’agit d’un motif bien attesté, signalé par Louis Robert à propos de séries d’époque antonine1 et étudié par nos soins dans plusieurs contributions2 consacrées à la visite de Caracalla à Pergame intervenue la même année.

  • 3 Sur ce temple, on lira en français l’article récent de A.-V. Pont, « L’évergétisme impérial en Asie (...)
  • 4 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II. Miletupolis. Inschriften und Denkmäle (...)

6Plus à l’est, une fois passée la célèbre cité de Cyzique et son temple dédié à Hadrien3, on atteint un secteur de la Mysie Propontique qui abrite plusieurs ateliers ayant émis des bronzes sous Septime Sévère, Caracalla puis Macrin. La production monétaire de Milétopolis a retenu en particulier notre attention, cité dont les émissions ont été sommairement cataloguées par Elmar Schwertheim dans le vingt-sixième volume des Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien4. Les commentaires géo-graphiques et historiques ont permis de rappeler le riche passé ainsi que la forte identité de cette communauté. L’examen des spécimens à notre disposition a permis de corriger et d’améliorer le travail de l’épigraphiste allemand.

  • 5 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, p. 134, avec commentaires p. 87.
  • 6 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, nos 31 et 33, p. 82 = RPC IV.2, 887 e (...)

7Dans son index5, l’auteur confond deux individus homonymes appelés Δίφιλος, dont les noms et fonctions apparaissent sur des revers monétaires à cinquante ans d’intervalle. Le premier est attesté sur des séries du début du principat d’Antonin6. Qualifié de stratège, ses tria nomina ne sont donnés que sur un revers (ϹΕΞ ΚΛ ΦΛ pour Sextus Claudius Flavius), tandis qu’ailleurs seul est indiqué son cognomen. Le second est connu par des séries émises entre 195 et 198 sous Septime Sévère, avec des frappes pour Caracalla César et Julia Domna (nos 51 et 56). La légende du revers indique que ce Diphilos est archonte. L’écart entre les deux émissions et la mention de deux magistratures différentes constituent deux arguments pour envisager que nous avons affaire à des parents. Si cette hypothèse est juste, le premier est probablement l’aïeul du second, la pratique onomastique consistant à donner au fils le surnom du grand-père étant fréquente. Cet aïeul était certainement décédé au moment de la frappe, sinon figurerait la mention Δίφιλος β’ pour Diphilos II – le second du nom. Ces deux séries offrent un bel exemple de continuité familiale dans l’exercice des magistratures au sein d’une cité, phénomène bien connu par ailleurs. Elles témoignent aussi de pratiques d’autocélébration des élites en vertu desquelles il n’était pas nécessaire pour le magistrat « monétaire » d’afficher nécessairement son statut de citoyen dans les légendes.

  • 7 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, n° 60, p. 85. La même erreur de lectu (...)

8Pour finir, toujours au sujet de Milétopolis, dans le RPC V.2, on compte 19 entrées contre 11 dans le catalogue d’Elmar Schwertheim. Il n’est pas permis de passer ici en revue toutes ces nouveautés. On se contentera de présenter la situation du principat de Macrin (217-218 apr. J.-C.). Pour ce prince, on dispose désormais de trois entrées dont deux nouvelles. Il y a d’abord la pièce signalée par E. Schwertheim repérée dans les collections parisiennes de la BNF. Émise au nom de Macrin, son revers représente Hermès assis (fig. 2)7. La monnaie au nom de Diaduménien mérite une attention particulière dans la mesure où elle permet de corriger la lecture du nom du stratège, appelé Κλαύδιος Νυμφέρως et pas Κλαύδιος Νικόστρατος comme proposé par le savant allemand. Sur le revers apparaît la figure banale d’une tychè (fig. 3). La seconde monnaie inédite, qui avait échappé à la vigilance de l’auteur, au nom de Macrin et avec Sarapis au revers, est conservée à Londres ; elle est issue de la collection de Hans von Aulock dispersée au cours des années 1970 (fig. 4). Ces pièces ne sont connues pour l’heure qu’à un seul exemplaire et illustrent chacune un type différent du RPC V.2.

Fig. 2. — AE. 34 mm, 24,3 g. Axe  : 3 h. [© Bibliothèque nationale de France, Paris.]

ΑΥ ΚΑΙ Μ ΟΠƐΛ CƐΟΥΗ ΜΑΚΡΙΝ ; buste lauré, drapé et cuirassé de Macrin, à dr., vu de trois quarts en arrière.
ƐΠΙ CΤΡ ΚΛΑΥ[ΔΙΟΥ] ΝΥΝΦ[ƐΡΩΤΟC] ΜƐΙΛΗΤΟΠΟΛΙΤΩΝ ; Hermès tourné vers la g., assis sur un rocher, tenant un caducée.
Paris FG 852 (= SNG 1324).

Fig. 3. — AE. 27 mm, 12,1 g. Axe  : 10 h.

Μ ΟΠƐ ΔΙΑΔΟΥΜƐΝΙΑΝΟC Κ ; buste drapé et cuirassé de Diaduménien, à dr., vu de trois quarts en arrière.
[ƐΠΙ C]ΤΡ ΝΥΝΦƐΡΩΤΟC ΜƐΙΛΗΤΟΠΟΛΙΤΩΝ ; tychè tournée vers la g., debout, tenant une rame-gouvernail et une corne d’abondance.
Waddell 1, 9 déc. 1982, lot 149.

Fig. 4. — AE. 33 mm, 21,5 g. Axe  : 6 h. [© British Museum, Londres.]

ΑΥ ΚΑΙ Μ ΟΠƐΛ CƐΟΥΗΡ ΜΑΚΡƐΙΝΟC ΑΥΓ ; buste lauré et cuirassé de Macrin, à dr., vu de trois quarts en avant.
ƐΠΙ CΤΡ ΚΛΑΥΔΙΟΥ Ν[ΥΝΦƐ]ΡΩΤΟC ΜƐΙΛΗΤΟΠΟΛΙΤΩΝ ; Sarapis tourné vers la g., assis sur un trône, tenant un sceptre long et une phiale ? ; à ses pieds, Cerbère.
Londres 1979, 0101.1578 (ancienne coll. von Aulock).

II. Le thème de la fides sur les monnayages romains

9En 2020, un nouveau thème a été abordé. Il visait à traiter d’une part l’histoire de l’atelier de Rome sous la République et le premier siècle du Principat, et d’autre part des questions sur l’iconographie et la spécificité de la communication politique qui se manifeste sur les revers des monnaies. La notion de fides a constitué le fil rouge de l’enquête, d’abord parce qu’elle s’y prête particulièrement en l’absence de travaux numismatiques récents sur le sujet, ensuite parce que nous avons abordé la question en 2019 quand nous étions lauréat de la fondation des Sciences sociales (voir C. Senik, éd., Crises de confiance ?, Paris, La Découverte, 2020).

10Une partie du contenu de la conférence a fait l’objet de premières publications auxquelles nous renvoyons le lecteur, l’une dans une revue spécialisée (« Le thème de la confiance [fides] dans le discours monétaire des empereurs romains. Naissance et premiers développements, de Galba à Hadrien », Revue belge de numismatique, 166, 2021, p. 63-115), l’autre dans le cadre du catalogue d’une exposition lyonnaise consacrée aux usurpations dans l’Empire romain (« Le langage monétaire en contexte de crises et de rivalités pour le pouvoir, des Julio-Claudiens aux Sévères », dans P. Faure, F. Hurlet (éd.), En quête de pouvoir. De Rome à Lugdunum, Lyon, 2021, p. 108-111).

11De nouvelles pistes sur le sujet seront explorées au cours de l’année académique 2021-2022.

Haut de page

Notes

1 Sur les statues de dieux topiques ou de Victoires portées en ambassades, voir L. Robert, « Le serpent Glycon d’Abonouteichos à Athènes et Artémis d’Éphèse à Rome », CRAI, 125, 3 (1981), p. 513-535, part. p. 530-535 (= Opera minora selecta, V, Amsterdam, 1989, p. 747-769, part. 764-769).

2 A. Hostein, « Un geste de Caracalla sur une monnaie frappée à Pergame », dans N. Holmes (éd.), Proceedings of the XIVth International Numismatic Congress, Glasgow, 2012, p. 749-756, et « La visite de Caracalla à Pergame et à Laodicée du Lykos : l’apport des monnaies », dans A. Hostein, S. Lalanne (éd.), Les voyages des empereurs dans l’Orient romain (époques antonine et sévérienne), Paris, 2012, p. 205-227.

3 Sur ce temple, on lira en français l’article récent de A.-V. Pont, « L’évergétisme impérial en Asie Mineure d’après les sources byzantines : le cas du temple d’Hadrien à Cyzique », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 2008 [2015], p. 178-185.

4 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II. Miletupolis. Inschriften und Denkmäler, Bonn, 1983 (Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien [IK] 26). Le catalogue des monnaies, qui se résume à une liste détaillée sans illustration, se trouve aux pages 77-88.

5 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, p. 134, avec commentaires p. 87.

6 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, nos 31 et 33, p. 82 = RPC IV.2, 887 et 886. Mais il convient d’ajouter deux types supplémentaires, absents de la liste d’Elmar Schwertheim, recensés dans le RPC IV.2, 888 et 889 prov.

7 E. Schwertheim, Die Inschriften von Kyzikos und Umgebung, II, n° 60, p. 85. La même erreur de lecture est reproduite dans l’index, p. 135.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — AE. 23 mm, 6,16 g. Axe : 6 h. [© Bibliothèque nationale de France, Paris.]
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 2. — AE. 34 mm, 24,3 g. Axe  : 3 h. [© Bibliothèque nationale de France, Paris.]
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. — AE. 27 mm, 12,1 g. Axe  : 10 h.
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 4. — AE. 33 mm, 21,5 g. Axe  : 6 h. [© British Museum, Londres.]
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/5284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antony Hostein, « Histoire monétaire du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 181-185.

Référence électronique

Antony Hostein, « Histoire monétaire du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5284

Haut de page

Auteur

Antony Hostein

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search