Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesLangue et littérature latines du ...

Résumés des conférences

Langue et littérature latines du Moyen Âge

Anne-Marie Turcan-Verkerk
p. 235-237

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Le Liber miraculorum sancti Maximini et l’œuvre de Létald de Micy : édition, traduction, analyse et publication collectives (suite).

Haut de page

Texte intégral

1Cette année 2020-2021 a été marquée par la disparition, le 13 mai 2021, de Charles Vulliez. Il nourrissait pour Micy un très vif intérêt, et souhaitait depuis des années que le séminaire se penchât sur l’œuvre hagiographique du grand écrivain de cette abbaye, Létald. C’est en grande partie pour lui, pour nourrir cette passion de la recherche qui le faisait vivre, que les membres du séminaire, au premier rang desquels Gisèle Besson, se sont mis à travailler sur Létald. Charles Vulliez en a été vraiment heureux. C’est désormais à sa mémoire que nous dédions nos travaux collectifs, reconnaissants envers ce grand savant modeste et charmant de nous avoir transmis un sujet d’étude aussi fécond.

2Au cours de cette année a été achevée la traduction, aussi précise que possible et commentée, des Miracula de Mesmin : ce résultat, énoncé en quelques mots, est en réalité le fruit d’un travail long et minutieux, et de discussions très riches.

3Nous avons commencé en outre la traduction d’un miracle additionnel de Mesmin, transmis par le manuscrit Vaticano, BAV, Reg. lat. 621, plus tardif, mais qui nous semble devoir être livré au public avec le dossier de l’œuvre de Létald. Le manuscrit Reg. lat. 621, du xie siècle et certainement originaire de Micy, est le témoin le plus intéressant des textes étudiés par Flavia Petitti pour sa tesi di laurea, consacrée à deux ensembles textuels qu’elle a présentés aux membres du groupe de travail en février 2021 : le dossier de saint Eusice (BHL 2754 et 2756) et le Sermo de inventione corporum patris Maximini et discipulorum eius Theodemiri et alterius Maximini (BHL 5821). Elle a pu montrer de façon convaincante que ces textes n’étaient pas de Létald, mais certainement postérieurs, datables des années 1020-1030, et à mettre en relation avec le Martyrologe de Wandalbert de Prüm augmenté à Micy vers la même époque. Grâce à ces travaux, on voit renaître une « école hagiographique », apparemment sollicitée par des établissements voisins. Riche de textes inédits, pour plusieurs d’entre eux transmis par le Reg. lat. 621, ce dossier est entièrement à étudier.

4Nous avons également examiné en détail des textes qui nous ont semblé importants pour préciser le cadre chronologique de la vie et de l’activité de Létald, en particulier l’acte synodal assurant à l’abbaye de saint Étienne et saint Mesmin la propriété de plusieurs églises, et l’exemptant de toute redevance à l’égard de l’évêque d’Orléans, qui comporte des éléments de datation renvoyant pour l’un à 973, pour l’autre à 974. L’exercice de traduction de cet acte, « écrit » par Létald (Letaldus scripsit ad vicem Rotberti Presbyteri capellani Episcopi1), semble bien confirmer que la rédaction a été l’œuvre de l’auteur des Miracula, toujours précis et recherché. Nous remercions Laurent Morelle de nous avoir fait bénéficier de ses compétences pour la compréhension et la traduction de plusieurs formulations techniques. Cet acte remarquable a d’ailleurs été marquant localement, car on en retrouve des formules dans des actes transmis par le cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans : un acte d’Hugues, archevêque de Bourges, de mai 9782, et surtout un acte de Thierry, évêque d’Orléans, de janvier 10213. Létald fait référence à cet acte au paragraphe 41 des Miracula, qui, si Létald est bien le rédacteur de l’acte de 973/974, ne peuvent plus guère être considérés comme une œuvre de jeunesse de Létald, mais peut-être au contraire comme une œuvre de sa maturité. Dans les Miracula, l’allusion de Létald à la liberté des moines dans le choix de leur abbé donne à penser que les Miracula pourraient dater de l’époque tendue où Robert de Blois a été placé à la tête de l’abbaye, alors que Létald n’en voulait pas.

  • 4 Éd. Jean Dufour, Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle – vers 1536). Volume premier (VIIIe s (...)
  • 5 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Note sur un titulus composé à Micy sous (et par ?) l’abbé Constantin » (...)

5Un autre texte nous a intriguée au cours de ces recherches sur Micy et sa production littéraire : un titulus transmis par une copie du xie siècle, mais donnant en acrostiche le nom de l’abbé Constantin de Micy ; il est suivi, dans cette copie, d’un titulus de Saint-Laumer de Blois4. Les dates de Constantin varient beaucoup dans la bibliographie, mais il semble avoir été abbé de Micy entre 994 et 997. En tout cas, quand Robert de Blois fut imposé à la tête de l’abbaye, en 997, ce fut au détriment de Constantin, ami de Gerbert et ami de Létald. Nous nous sommes attachée à comprendre ce texte extrêmement obscur et à le rééditer. Il est en fait également télestiche, et donne une date précise à l’aide d’allusions astronomiques : le porteur de rouleau est en fait arrivé à Micy le 21 janvier vers 15 h, probablement entre 994 et 997. Il venait certainement de Saint-Laumer, où il était passé le 18 janvier, et où régnait un abbé Teudo ou Dodo, comme nous l’indique le titulus copié en même temps que le nôtre. L’étude des corruptions et de la mise en page de la copie défectueuse que nous possédons amène à penser que l’original était copié en capitale, peut-être dans la tradition des carmina figurata d’Abbon de Fleury, et avant lui de Théodulf et tant d’autres poètes carolingiens. Quant à la critique d’attribution, le plus simple est finalement de penser que le Constantinus abba qui signe l’acrostiche et le télestiche était l’auteur du texte. L’œuvre poétique de Constantin de Micy est une terre vierge. Petit à petit, nous « récoltons » les pièces en vers liées à l’époque de Létald et de Constantin, en vue du tome III des opera omnia, aidée en particulier par la numérisation progressive des manuscrits de Berne5. Nous sommes certainement loin d’avoir de cette production poétique une idée juste.

  • 6 Ioannes Molanus, Vsuardi Martyrologium..., Louvain, 1573, f. 25v (Anvers, 1583, f. 20v), que citent (...)

6Dans la première partie de l’introduction, fouillée et mise au point au cours de l’année 2020-2021, nous avons enfin tenté de dater la réapparition de Létald de Micy dans la littérature secondaire. Il semble que la première mention de Létald chez les bio-bibliographes ne remonte qu’à l’édition de 1573 du Martyrologe d’Usuard de Molanus6. Cependant, Létald avait déjà reparu sous la plume d’un abréviateur de sa Vita Iuliani. En effet, l’un des volumes du recueil hagiographique en cinq volumes constitué par Sweder van Boescholt, le manuscrit 391-I de la bibliothèque universitaire d’Utrecht, datable de 1423, ne transmet pas comme on l’a cru la Vita Iuliani de Létald, mais un abrégé non répertorié :

Inc. : Temporibus Decii imperatoris, sanctus Iulianus romana generositate clarissimus, sicut quidam frater Letaldus nomine refert, qui eius vitam et actus [f. 23v] plenius scripsit, primus apostolus cenomannice urbi a Deo destinatus est. Qui etiamsi aliis apostolus non est, cenomannensibus tamen est. Hic inter alias virtutes et multas et magnas, quas per eum dominus facere dignatus est, tres mortuos suscitavit. Et in loco duro et arido, ubi magna erat aque penuria (…) [f. 24] … In quo loco ceci visum recipiunt, effugantur demonia, donantur cum fide petentibus congrua vota. Prestante domino Ihesu Christo, cui gloria in secula seculorum amen.

  • 7 Patrizia Stoppacci, Il secolo senza nome. Cultura, scuola e letteratura latina dell’anno mille e di (...)

7Connu d’abord pour cette Vita Iuliani, publiée pour la première fois en 1636, puis pour les Miracula de Mesmin, Létald n’a été considéré par la bibliographie que comme un hagiographe jusqu’à la découverte, en 1849, du Within Piscator qui fait aujourd’hui sa célébrité. Cette découverte est passée d’ailleurs quasiment inaperçue : en 1923, Max Manitius n’a pas encore pris conscience des dons de poète de Létald. Le profil littéraire de Létald reste aujourd’hui morcelé, incomplet, et sujet à des suppositions et datations mal assurées, dont se font l’écho les publications les plus récentes7. Un travail sur les copies des œuvres de Létald aux xviie et xviiie siècles, que Charles Vulliez s’était attaché à collecter, a été repris par Gisèle Besson et Flavia Petitti, et précisera cette histoire de la redécouverte de Létald à l’époque moderne, que nous complèterons progressivement avec l’histoire des œuvres en vers, encore à écrire.

8Nous avions formé le projet de publier une miscellanée létaldienne dans la revue ALMA. Finalement, au vu de l’ampleur et de l’intérêt des recherches qu’ont menées les membres du groupe (Gisèle Besson, Paul Chaffenet, Jérémy Delmulle, Annie Dufour, Marie-Céline Isaïa, Flavia Petitti, Claire Tignolet), il sera plus intéressant de composer un ouvrage collectif consacré à la place et au rôle de Micy dans les réseaux intellectuels du ixe au xie siècle, peut-être sur la base d’un colloque qui permettrait de mobiliser d’autres compétences que les nôtres, par exemple en histoire de l’art ou en musicologie.

Haut de page

Notes

1 Paris, BNF, Baluze 78, f. 91v ; éd. Marie-Marguerite Lemarignier, Études sur les anciennes chartes de l’abbaye Saint-Mesmin de Micy et essai de restitution des cartulaires, thèse de l’École des chartes (dactyl.), 1937, t. Ibis, p. 67.

2 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/Orleans-S-Croix/0062.

3 http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/Orleans-S-Croix/0065.

4 Éd. Jean Dufour, Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle – vers 1536). Volume premier (VIIIe siècle – 1180), Paris, 2005 (Académie des inscriptions et belles-lettres, Recueil des historiens de la France), n° 56, 1 et 2 (avec une numérotation continue des vers), 56.1, p. 67-68. Les tituli avaient été édités précédemment par Fernand Combaluzier mais non identifiés comme tels : « Deux lettres de confraternité en faveur des défunts », Ephemerides liturgicae, 73 (1959), p. 49-50.

5 Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Note sur un titulus composé à Micy sous (et par ?) l’abbé Constantin », à paraître dans Scriptorium, 2 (2021).

6 Ioannes Molanus, Vsuardi Martyrologium..., Louvain, 1573, f. 25v (Anvers, 1583, f. 20v), que citent les Acta Sanctorum, Ian. II, 1643, p. 761.

7 Patrizia Stoppacci, Il secolo senza nome. Cultura, scuola e letteratura latina dell’anno mille e dintorni, Florence, 2020, p. 299-303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Langue et littérature latines du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 235-237.

Référence électronique

Anne-Marie Turcan-Verkerk, « Langue et littérature latines du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5343 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5343

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Turcan-Verkerk

Directrice d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search