Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesPratiques médiévales de l’écrit d...

Résumés des conférences

Pratiques médiévales de l’écrit documentaire

Laurent Morelle
p. 244-251

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Donner vigueur à l’acte et entretenir son efficacité (VIIe-XIIIe siècle. — II. Études de diplomatique pontificale. — III. Travaux récents et études en cours. — IV. Atelier de diplomatique (en quinzaine) : dossiers et cas apportés par les étudiants et auditeurs.

Haut de page

Texte intégral

1Cette année comme la précédente, les circonstances défavorables ont imprimé leur marque sur l’enseignement, qui a été dispensé presque exclusivement à distance, hormis deux conférences en début d’année et une séance d’atelier diplomatique en sa toute fin. Compte tenu des difficultés survenues en 2019-2020, il avait été prévu de reconduire le programme de l’année précédente, en privilégiant cette fois les études de diplomatique pontificale qui n’avaient été qu’effleurées. De fait, celles-ci ont occupé la très grande majorité des séances de l’année. Peut-être en raison des modalités particulières de l’enseignement, elles ont parfois pris plus nettement la tournure de « cours » de diplomatique, axés sur l’état des connaissances plus que sur des recherches neuves qui auraient nécessité des enquêtes impossibles à mener. Néanmoins, l’illustration a été largement faite à partir de sources de première main éclairées par des travaux récents.

  • 1 Andrea Birnstiel et Diana Schweitzer, « Nicht nur Seide oder Hanf! Die Entwicklung der aüßeren Merk (...)
  • 2 Les lettres concernant l’exemption accordée puis retirée à la collégiale séculière Saint-Étienne de (...)

2Les séances de diplomatique pontificale ont d’abord porté sur les caractères propres aux deux grands types documentaires issus de la chancellerie romaine jusqu’au xiiie siècle, les privilèges et les lettres. On a mis à profit (et décanté) une bibliographie abondante, et qui s’est trouvée enrichie, voire renouvelée, en tout sens ces dernières années, et notamment sur les caractères aussi bien externes qu’internes des actes. L’accent a été mis sur la période 1049-1198, où se succèdent bouleversements, tâtonnements et maturation progressive des catégories, autant d’évolutions qui affectent aussi bien les éléments textuels ou formels pris isolément que les dispositifs résultant de leur agencement. S’agissant des lettres pontificales, on a insisté sur les « formes mixtes » qui nuancent les Idealtypen – ainsi les lettres bullées sur soie (cum serico) et celles bullées sur chanvre (cum filo canapis) – en ajoutant une touche de dynamisme à une approche catégorielle qui confère une allure un peu fixiste à la production diplomatique1. Qu’il s’agisse des lettres ou des privilèges, les exemples étudiés pour illustrer le propos ont été empruntés à plusieurs fonds, notamment ceux de Corbie, Notre-Dame de Mantes, Marchiennes, Saint-Bertin et Saint-Étienne de Troyes2.

  • 3 Rudolf Schieffer, « Die päpstlichen Register vor 1198 », dans Das Papsttum und das vielgestaltige I (...)
  • 4 Bruno Judic, « Le registre des lettres de Grégoire le Grand : une création carolingienne ? », dans (...)
  • 5 Dominic Moreau, « Deux notes sur l’utilisation du terme rege(/i)str(u)m pour désigner les recueils (...)
  • 6 D. Lohrmann, Das Register Papst Johannes’ VIII. (872-882). Neue Studien zur Abschrift Reg. Vat. 1, (...)
  • 7 Veronika Unger, « Boten und ihre Briefe – Ordnungskategorien in Archiven und Briefsammlungen », dan (...)
  • 8 H. Hoffmann, « Zum Register und zu den Briefen Papst Gregors VII. », Deutsches Archiv für Erforschu (...)
  • 9 Sur cette lettre, voir Jean-Charles Bédague, « Grégoire VII contre les évêques de Thérouanne. Les c (...)
  • 10 Sur l’interprétation des références de Deusdedit : L. Santifaller, Beiträge zur Geschichte der Besc (...)
  • 11 F. Délivré, « Les registres pontificaux du xiie siècle : l’apport des Libri de primatu Toletanae ec (...)

3Plusieurs séances ont porté sur la question épineuse des « registres » de la chancellerie pontificale avant Innocent III (1198-1216), ceux conservés et ceux attestés par des traces indirectes3. Au sein d’une bibliographie dense et foisonnante, ce fut l’occasion de mêler le fruit des travaux de référence à des mises au point et révisions récentes. L’accent a été mis sur les méthodes d’analyse et les questionnements, par exemple le moment de l’enregistrement dans le processus d’élaboration de l’acte, la valeur de la copie, l’étendue et les limites de la pratique. S’agissant des registres du pape Grégoire le Grand (590-604), l’exposé a donné lieu à quelques mises au point lexicales sur des termes clefs, mais diversement traduits et compris, par exemple la locution charticii libri (« livres en papyrus ») qu’utilise Jean Diacre vers 880 pour décrire le corpus grégorien4, ou bien le terme registrum et ses variantes, qu’il serait imprudent de traduire par « registre » avec toutes les implications habituelles du terme (archivage chronologique et régulier) dès lors qu’il s’agit de mentions indirectes et tardives5. On doit cependant éviter toute hypercritique : certes le terme n’a pas été employé pour le corpus grégorien avant que soit réalisée sous le pape Hadrien Ier (772-795) l’importante collection de lettres désignée sous la lettre « R », mais cela n’implique pas qu’il faille considérer la compilation initiale dont parle Jean Diacre comme une masse informe : le passage de la Vie de Grégoire le Grand où Jean Diacre évoque à la fois les livres de base et la collection qu’on en a extraite suggère une homologie des deux corpus : bref, le terme de registrum n’a peut-être jamais été utilisé pour qualifier les « livres de papyrus » légués par le pontificat de Grégoire le Grand, mais il semble quand même raisonnable de penser que la matière de ces livres était organisée comme nous la donne à voir l’image réduite et sans doute déformée de la collection R qui fait état, pour se désigner elle-même ou pour désigner sa source, de registra. On a évidemment parlé du registre de Jean VIII (872-882), auquel Dietrich Lohrmann a consacré naguère une étude magistrale6, ou plutôt des registres, puisque celui qu’on conserve, une copie partielle, ne commence qu’en septembre 876. Une tradition historiographique tenace voudrait que ce registre antérieur soit la source de plusieurs dizaines de lettres non datées de Jean VIII connues par la compilation « fourre-tout » connue sous le nom de Collectio Britannica (fin xie s.). Mais des recherches récentes, celles de Veronika Unger notamment, ont installé le doute, tant sur l’origine « pontificale » (archives ou registre) des pièces de ladite collection que sur l’ordre chronologique comme seul critère de classement du registre, même si la chronologie y domine contrairement à ce que laissent voir d’autres collections épistolaires carolingiennes, où la marque des porteurs de lettres est notable dans l’agencement du matériel réuni7. Enfin, on s’est naturellement attardé sur le fameux registre de Grégoire VII (1073-1085), en suivant pas à pas, mais d’un œil vigilant, l’étude approfondie du fougueux Hartmut Hoffmann8. Ce qui nous a permis de reprendre la plupart des grandes questions dont il a été l’objet : s’agit-il d’un registre original de la chancellerie ? quelle est sa structure interne et son mode d’enrichissement ? par qui était-il tenu ? quelle est la part de la production pontificale enregistrée, et en son sein la part « personnelle » du pape (dictatus papae) ? Grâce à l’obligeance de Jean-Charles Bédague, on a pu vérifier que la main qui a écrit la lettre originale de Grégoire VII (JL 5088) du 27 novembre 1078 (Saint-Omer, Bibl. de l’agglomération, arch. dép., 2G 7), adressée au clergé et au comte de Saint-Pol, est très probablement, comme opinait Hoffmann, celle qui en a inscrit sa copie dans le registre (f. 155r)9. On a repris une question de vocabulaire qui a fait couler de l’encre, à savoir le sens de l’expression tomus charticius employée par le cardinal Deusdedit († av. 1100) dans sa collection canonique comme référence à un acte de Grégoire VII ; le mot tomus ne renverrait ni à un « livre », ni à un acte, mais plutôt, comme l’avait montré Rudolf Schieffer, à une prise de notes isolée, un écrit de gestion établi sur papyrus (charticius)10. Une autre séance a été consacrée aux traces et mentions concernant les registres, aujourd’hui perdus, confectionnés sous divers pontificats entre Grégoire VII et Innocent III. Ce faisant, on a insisté sur l’étude fouillée de Fabrice Délivré et ses observations touchant les aspects matériels des registres et le vocabulaire en usage chez les témoins du xiie et surtout xiiie siècle pour en rendre compte : regestum ou registrum (entité intellectuelle), volumen ou pars (regestorum) (volume au sens matériel), etc.11.

  • 12 Le livre de Kriston R. Rennie, Freedom and Protection: Monastic Exemption in France, c. 590–c. 1100(...)
  • 13 On est parti d’une définition commode donnée jadis par J.-F. Lemarignier : « L’exemption monastique (...)
  • 14 Laurent Jégou, « Évêques et moines à l’époque de Lanfranc : l’émancipation monastique en débat », d (...)
  • 15 L. Kéry, « Klosterfreiheit und päpstliche Organisationsgewalt. Exemtion als Herrschaftsinstrument d (...)

4Une autre série de séances a été consacrée au redoutable problème de l’exemption monastique, dont la bibliographie déjà abondante ne cesse de s’enrichir ou du moins d’enfler12. L’« exemption » met principalement en jeu un triangle de protagonistes : la papauté, les évêques diocésains et les communautés privilégiés13. Elle intéresse spécialement : 1) l’histoire de l’action de la papauté en direction des églises locales ; 2) l’histoire au long cours des relations entre les communautés religieuses et les pouvoirs hiérarchiques. C’est à la croisée de ces thématiques que l’historiographie a placé l’exemption au cœur de l’histoire de la réforme ecclésiastique (fin xe – début xiie s.) et de la mise en place du gouvernement centralisé de l’Église (xiie-xiiie s.). On y a vu l’instrument d’une politique pontificale, celle de la réforme de l’Église à l’âge grégorien, un moyen de pression de la papauté sur les évêques, la traduction d’ambitions éventuellement théocratiques (le « supra-épiscopat » du pape), du moins extra-territoriales (exercer des fonctions épiscopales partout dans le monde catholique). Des travaux récents ont repris des dossiers particuliers en offrant de meilleures contextualisations, permettant de nuancer des affirmations brutales, en montrant le jeu complexe des interactions locales, en donnant toute leur place à ces acteurs moins souvent observés que sont les grands laïcs fondateurs d’églises14. Un article important de Lotte Kéry, appuyé sur les travaux fondamentaux de Ludwig Falkenstein, a évalué à la baisse le rôle de l’exemption dans la politique pontificale du xiie siècle, en insistant sur la prudence et la retenue de la papauté à ce propos, sur les motifs pastoraux (lutte contre la simonie) qui ont pu jouer à certains moments en faveur de la limitation de la latitude d’action des évêques, sur l’absence d’initiative pontificale dans les dossiers, partant sur l’absence de plan concerté de la part de Rome15. Au long des séances où les noms de Georg Schreiber, Jean-François Lemarignier et Ludwig Falkenstein ont maintes fois été inscrits et prononcés, on a cherché à conjuguer mises au point générales et études de cas ou points de vue récents. En contre-point de dossiers d’abbayes bénédictines bien documentées (par exemple Corbie et Saint-Corneille de Compiègne), on a traité du cas original de l’exemption cistercienne, étayée et justifiée par une organisation interne qu’on qualifiera de supra- ou paradiocésaine.

  • 16 L. Roach, Forgery and Memory at the End of the First Millenium, Princeton, 2021, chap. 4 : « Forgin (...)
  • 17 M. Mostert, « Die Urkundenfälschungen Abbos von Fleury », dans Fälschungen im Mittelalter, IV: Dipl (...)

5Plusieurs séances ont été dévolues au réexamen du dossier de l’exemption de l’abbaye de Fleury, notamment aux problèmes multiples que soulève le privilège obtenu par l’abbé Abbon du pape Grégoire V en 996 ou 997, avec, en corollaire, cette question de la responsabilité du célèbre abbé dans la confection d’un faux privilège de Grégoire IV portant la date présumée de 829. Un livre très récemment paru de Levi Roach, dont tout un chapitre est consacré à cette question fleurisienne16, a fourni l’occasion de rouvrir ce dossier, comprenant des actes pontificaux, vrais, faux ou suspects s’échelonnant du ixe au xie siècle, quelques pièces de la correspondance d’Abbon, enfin le récit des voyages de celui-ci en Italie auprès des papes Jean XV puis Grégoire V, que donne Aimoin de Fleury dans sa Vie d’Abbon. Depuis 1988, le scénario qui emporte l’adhésion des historiens est celui de Marco Mostert selon lequel Abbon de Fleury a forgé le faux privilège (JE 2570) prétendument concédé par Grégoire IV en 829, aux fins d’inciter Grégoire V à lui délivrer, lors d’un voyage en Italie qui daterait de 996 ou 997, un vrai privilège d’exemption (JL 3872), moins radical cependant que celui de Grégoire IV puisqu’il n’accorde pas le libre choix de l’évêque procédant à la bénédiction de l’abbé élu17. Suivant Levi Roach en revanche, Abbon n’est pas un faussaire et le faux de Grégoire IV lui est bien postérieur puisque réalisé pour aider à l’obtention du privilège confirmatif d’Alexandre II du 6 novembre 1072 (JL 4708), qu’on a la chance de conserver en original. La plus ancienne copie que l’on connaisse du privilège de Grégoire IV (ms Leyde, Voss. Lat. Q15, f. 57r-v) n’est pas du premier tiers du xie siècle comme l’estimait M. Mostert, mais postérieure au milieu du xie siècle, ce qui s’accorde au nouveau scénario. En outre, le privilège d’Alexandre II donne effectivement le libre choix du prélat bénissant le nouvel abbé. Le grand mérite de L. Roach est assurément d’avoir mis mis le doigt sur certaines fragilités de l’argumentation de M. Mostert et d’avoir proposé un scénario plus satisfaisant. Mais notre collègue anglo-saxon n’a pas vraiment montré à l’aide de quelles bulles le nouveau privilège de 1072 avait été « fabriqué ». Pour mener à bien cette entreprise, on a procédé en séminaire à la collation du texte d’Alexandre II avec ceux des privilèges donnés ou censés avoir été donnés par les papes antérieurs, notamment ceux de Benoît VII de 980 (JL 3803), de Grégoire IV et Grégoire V. On aurait pu s’attendre à ce que les convergences avec le privilège de Grégoire V, privilège le plus récent, fussent manifestes. Or il n’en est rien. Les résultats de l’examen laissent plutôt supposer que le faussaire a utilisé en priorité le faux au nom de Benoît VII, puis l’une des deux bulles au nom d’un pape Grégoire, sans qu’on puisse être assuré que la bulle authentique de Grégoire V ait été vraiment sollicitée. Au reste, il est étrange que le pape Alexandre II fasse silence sur les bulles qui lui ont été présentées, déclarant simplement suivre les statuta de ses prédécesseurs, sans les nommer. Un tel flou, contrastant avec le poids des reprises textuelles, donne l’impression d’un travail rédactionnel très largement préparé à Fleury en amont de la validation pontificale.

6En ce qui concerne maintenant la confection du faux privilège de Grégoire IV, il semble bien difficile d’établir, preuve à l’appui, le rapport de filiation entre les privilèges de Grégoire IV et de Grégoire V. On a en revanche observé, ce que L. Roach n’a pas signalé, que le faussaire a nécessairement consulté le privilège vrai de Jean VIII daté de 878 (JE 3182). Le préambule-exposé du faux (récit faisant état du voyage du pape auprès de l’empereur Louis le Pieux) contient en effet un passage de la bulle de Jean VIII qui n’a pas été repris par Grégoire V. Comment et pourquoi le faussaire, s’il a œuvré plusieurs décennies après la réception à Fleury de la bulle de Grégoire V, a-t-il eu l’idée de revenir à Jean VIII (qui n’est pas cité par Grégoire V), alors qu’il aurait pu se contenter d’ajouter au texte de Grégoire V la clause de libre choix de l’évêque bénissant l’abbé ? On a lancé quelques hypothèses justifiant ce travail qui dénote assurément une belle « culture d’établissement » et le souci de fournir au faux un contexte concret (voyage du pape en France auprès du souverain), gage de crédibilité.

  • 18 W. Wiederhold, Papsturkunden in Frankreich. Reiseberichte zur Gallia Pontificia, I. 1906-1910, p. 3 (...)
  • 19 É. Pellegrin, « Membra disiecta Floriacensia », Bibliothèque de l’École des chartes, 117 (1959), p. (...)

7Le manuscrit de Leyde cité plus haut, un fragment fleurisien qui a transité dans la collection des Petau au xvie siècle, renferme au f. 57v, à la suite du faux de Grégoire IV, la copie d’une très curieuse lettre du pape Urbain II (1085-1099) à un certain Veranus, qualifié d’invasor. Cette lettre a été publiée deux fois, d’abord par Wilhelm Wiederhold, d’après une copie d’érudit du xviie siècle aujourd’hui conservée à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (ms. 756 [414])18, ensuite par Élisabeth Pellegrin, d’après le manuscrit de Leyde, mais dans l’ignorance de l’édition Wiederhold et de la copie d’Aix19. Cette lettre accuse ledit Veranus d’avoir envahi une abbaye aux dépens d’un élu nommé Johannes et le somme de se soumettre au jugement de l’abbé de Cluny et de l’archevêque de Lyon, ou bien de se présenter devant le pape. On s’est efforcé en séminaire d’établir le texte correct de la lettre, de lever le mystère touchant l’identité de Veranus (probablement un abbé de Fleury des années 1080) et d’élucider un peu l’affaire.

  • 20 Éd. dom Jean Mabillon, De re diplomatica, Appendix nova [par Thierry Ruinart], Paris, 1709, p. 640.
  • 21 P. Gasnault, Étude sur les chartes de Saint-Martin de Tours des origines au milieu du XIIe siècle, (...)

8Un autre dossier indirectement lié à l’exemption fleurisienne est celui du privilège (falsifié) de Grégoire V pour Saint-Martin de Tours (29 sept. 996 ; JL 3870), mentionné en passant par Levi Roach. En 1076, ce document se serait trouvé entre les mains de l’archevêque de Tours Raoul, qui l’aurait alors confié à l’abbé de Marmoutier Barthélemy pour déchiffrement, car ses chanoines étaient incapables de le lire. L’affaire est connue par un document étonnant20, à savoir une transcription suivie d’une notice de certification dans laquelle l’abbé Barthélemy déclare avoir transcrit la bulle, qui était en « écriture romaine » (c’est-à-dire en écriture curiale) ; Bartélemy décrit et reproduit le sigillum apostolicum dont il précise que la légende était écrite à l’envers. Ce dossier est passablement épineux car la falsification du privilège daterait, selon Pierre Gasnault, de 1083 et serait donc postérieure à l’expertise qui pourtant a été faite sur la version falsifiée21. Selon cet éminent spécialiste des sources diplomatiques de Saint-Martin de Tours, la certification serait elle-même un faux destiné à authentifier le privilège falsifié. On a fait état de cette hypothèse ingénieuse, sans méconnaître les problèmes qu’elle laisse dans l’ombre, et en ajoutant des observations ponctuelles ou plus générales sur la question de la lisibilité problématique de l’écriture curiale pour les bénéficiaires, et sur les avantages qu’une transcription falsifiée mais prétendument « autorisée » pouvait apporter à des faussaires réticents à se lancer dans la confection de pseudo-originaux.

  • 22 Madame Marion Bernard, directrice des archives départementales de la Charente, nous a transmis géné (...)
  • 23 J. de La Martinière, « Une falsification de document au commencement du xiie siècle : les démêlés d (...)

9En cours d’année, quelques dossiers étrangers à la thématique pontificale ont alimenté le volet « études en cours ». Durant deux séances, on a revisité le petit corpus documentaire relatif au conflit qui mit au prises, dans la décennie 1120 l’abbesse de Fontevraud Pétronille de Chemillé et Lambert de La Palud, ancien compagnon de Robert d’Arbrissel, fondateur et abbé de la Couronne (chanoines réguliers, dioc. Angoulême), au sujet du prieuré d’Agudelle (dioc. Saintes) et de ses larges possessions forestières. Ce dossier comporte plusieurs pièces originales, conservées aux archives départementales de la Chartente (2H 186)22, qui avaient été étudiées il y a plus d’un siècle par Jules de La Martinière23. Une de ces pièces, une long récit écrit par Lambert, narre par le menu les premiers temps du prieuré, sa fondation et les premières acquisitions faites soit « au nom de » Lambert, soit « au nom de » Robert d’Arbrissel, puis relate comment, après un acte de transfert en faveur de Fontevraud préparé par Lambert mais refusé par Péronille, un acte inverse (en faveur de Lambert et de sa fondation) fut préparé à nouveau par Lambert et validé en chapitre par l’abbesse et ses moniales. De façon très symptomatique du climat de défiance qui a entouré la réalisation de ce document à valeur de mémorandum, Lambert, à chaque étape où il est question de carta ou cartula, se montre très attentif aux signes qui confèrent autorité à l’écrit (signes autographes ou non, témoins, indications chronologiques). On a lu et commenté cette pièce remarquable, et tenté de surmonter les obstacles syntaxiques qui parsèment le parchemin et rendent difficile une traduction assurée. Une autre pièce du dossier d’Agudelle, un original là aussi, présente un intérêt qui ne laisse pas indifférent le diplomatiste. Il s’agit d’une charte de Pierre, évêque de Saintes, donnée entre 1122 et 1127, confirmant à Lambert les terres et bois qui entourent le prieuré d’Agudelle. Or quelques mots, dans un passage où l’on précise l’origine des droits de Lambert, ont été grattés et remplacés par d’autres (sub nomine domni Rotberti) qui font écho aux informations données par la notice précitée, comme s’il s’agissait de mettre les deux documents en accord. On a discuté des propositions faites par La Martinière concernant les mots grattés. On reviendra sans doute ailleurs sur ce dossier.

10Au printemps, Jérôme Limorté a présenté un exposé intitulé « Réflexions autour du “cartulaire du comte de Blois” et des archives comtales (fin du xiiie siècle) » ; après avoir évoqué les multiples entreprises de cartularisation engagées sous les comtes de Blois-Châtillon entre le milieu du xiiie siècle et les années 1320, il a retracé l’histoire de la composition et de la réception du plus ancien d’entre eux, le ms. BNF, lat. 10108, élaboré vers 1255. De son côté, Clément Turpin a traité des « Sauf-conduits dans le royaume latin de Jérusalem, 1099-1291 » ; ces écrits garantissant la sécurité des biens et des personnes étaient souvent délivrés par les autorités franques à des marchands ou à des pèlerins ; ils sont surtout connus par des mentions de chroniqueurs arabes, difficiles à interpréter du point de vue de la diplomatique.

  • 24 Acte de Raoul : éd. J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936 (...)
  • 25 La teneur de cette communication a nourri un article cosigné par Claire Lamy et Teddy Véron, à para (...)

11En fin d’année (7 juillet), une séance d’atelier diplomatique s’est tenue hors les murs de la Sorbonne grâce à l’hospitalité d’une fidèle auditrice, Annie Dufour. Quatre exposés suivis de discussions composèrent le menu du jour : celui de Sébastien Barret, « Raoul, Robert II et les autres : les avatars d’un acte royal en milieu clunisien », a pris pour point de départ un diplôme du roi Raoul de 932 dont la rédaction a imprégné celle de deux actes de 999, l’un de Robert II le Pieux et l’autre du comte-évêque Hugues24. — Paul Chaffenet a présenté un exposé en deux volets, intitulé « Les actes des évêques d’Orléans : deux cas atypiques. 1) Une charte en faveur de l’abbaye de Marmoutier : problèmes de tradition manuscrite et de datation ; 2) Un acte à destination du chapitre cathédral Sainte-Croix d’Orléans : une copie grattée dans une bible de Théodulphe. » ; le premier volet de la communication a traité d’un acte épiscopal connu en deux versions au statut incertain, le second s’est attaché à un acte du début du début du xie siècle copié sur une page de la bible BNF, lat. 9380, copie dont quelques passages ont subi un grattage délicat à expliquer. — Claire Lamy, « Splendeurs et misères des Angevins au début du xiie siècle, d’après une notice de Saint-Serge d’Angers », a étudié quelques aspects d’une notice très riche de détails insolites (arch. dép. Maine-et-Loire, H 1214, no 1) relatant les aléas de l’acquisition de la terre de l’Aleu par les moines d’Angers25. — Catherine Marchal, « Cartularisation et classement des actes à l’abbaye de Porrois au xiiie siècle », a ouvert pour nous les deux cartulaires élaborés par l’abbaye de Porrois (= Port-Royal) au cours du xiiie siècle (BNF, lat. 10997 et 10998), dont la physionomie et l’ampleur en font des objets très dissemblables, bien que réalisés tous deux dans le troisième quart du siècle ; le chartrier de cette abbaye de moniales conservant encore 97 actes passés entre 1208 et 1311, elle a analysé les différences de classement entre le chartrier et les cartulaires, et envisagé les passerelles entre l’un et les autres.

Haut de page

Notes

1 Andrea Birnstiel et Diana Schweitzer, « Nicht nur Seide oder Hanf! Die Entwicklung der aüßeren Merkmale der Gattung Litterae im 12. Jahrhundert », dans Papsturkunden des frühen und hohen Mittelalters. Aüßere Merkmale, Konservierung, Restaurierung, éd. I. Fees, A. Hedwig, F. Roberg, Leipzig, 2011, p. 305-334. Ludwig Falkenstein, « Beispiele für Mischformen päpstlicher “litterae” in der Kanzlei Alexanders III. Mit einer Liste bislang datierter Briefe und Mandate », Francia, 41 (2014), p. 335-380.

2 Les lettres concernant l’exemption accordée puis retirée à la collégiale séculière Saint-Étienne de Troyes par Alexandre III ont été mises en contexte lors d’un exposé de Thomas Lacomme, doctorant de l’EPHE, qui achève une thèse sur Saint-Étienne de Troyes, fondation comtale, et ses rapports avec les comtes de Champagne.

3 Rudolf Schieffer, « Die päpstlichen Register vor 1198 », dans Das Papsttum und das vielgestaltige Italien. Hundert Jahre Italia Pontificia, K. Herbers, J. Johrendt (éd.), Berlin, New York, 2009 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen. Philologisch-Historische Klasse, NF, 5), p. 261-274 ; Werner Maleczek, « Les registres pontificaux du xiiie siècle », dans L’art médiéval du registre. Chancelleries royales et princières, O. Guyotjeannin (éd.), Paris, 2018, p. 37-54, aux p. 37-39.

4 Bruno Judic, « Le registre des lettres de Grégoire le Grand : une création carolingienne ? », dans L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations, J. Desmulliez, C. Hoët-van Cauwenberghe et J.-C. Jolivet (éd.), [Villeneuve- d’Ascq], 2010, p. 507-528, à la p. 523 (locution traduite cependant « livres reliés »).

5 Dominic Moreau, « Deux notes sur l’utilisation du terme rege(/i)str(u)m pour désigner les recueils d’actes pontificaux antiques », dans La corrispondenza epistolare in Italia 2. Forme, stili et funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV) – Les correspondances en Italie 2. Formes, styles et fonctions de l’écriture épistolaire dans les chancelleries italiennes (Ve-XVe siècle), S. Gioanni et P. Cammarosano (éd.), Trieste, Rome, 2013, p. 85-103.

6 D. Lohrmann, Das Register Papst Johannes’ VIII. (872-882). Neue Studien zur Abschrift Reg. Vat. 1, zum verlorenen Originalregister und zum Diktat der Briefe, Tübingen, 1968.

7 Veronika Unger, « Boten und ihre Briefe – Ordnungskategorien in Archiven und Briefsammlungen », dans Frühmittelalterliche Briefe – La lettre au haut Moyen Âge : Übermittlung und Überlieferung (4.-11. Jahrhundert) – Transmission et tradition épistolaires (IVe-XIe siècles), T. Deswarte, K. Herbers, C. Scherer (éd.), Cologne, Weimar, Vienne, 2018, p. 155-168.

8 H. Hoffmann, « Zum Register und zu den Briefen Papst Gregors VII. », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 32 (1976), p. 86-130.

9 Sur cette lettre, voir Jean-Charles Bédague, « Grégoire VII contre les évêques de Thérouanne. Les chanoines séculiers de Saint-Omer au secours de la papauté », dans Schismes, dissidences, oppositions. La France et le Saint-Siège avant Boniface VIII, B. Barbiche et R. Grosse (éd.), Paris, 2012, p. 59-93.

10 Sur l’interprétation des références de Deusdedit : L. Santifaller, Beiträge zur Geschichte der Beschreibstoffe im Mittelalter, mit besonderer Berücksichtigung der päpstlichen Kanzlei, Graz, 1953, p. 38-40 (p. 39, cap. 201, à propos de l’acte pontifical de Grégoire VII JL 5284) ; R. Schieffer, « Tomus Gregorii papae. Bemerkungen zur Diskussion um das Register Gregors VII. », Archiv für Diplomatik, 17 (1971), p. 169-184.

11 F. Délivré, « Les registres pontificaux du xiie siècle : l’apport des Libri de primatu Toletanae ecclesie », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 120-1 (2008), p. 105-138.

12 Le livre de Kriston R. Rennie, Freedom and Protection: Monastic Exemption in France, c. 590–c. 1100, Manchester, 2018, est ambitieux et stimulant, mais trop souvent fragile quant au socle érudit. Il nous a semblé aussi que l’ouvrage absorbait dans la notion d’exemption celle de protection pontificale, ce qui n’aide pas à y voir clair.

13 On est parti d’une définition commode donnée jadis par J.-F. Lemarignier : « L’exemption monastique soustrait plus ou moins complètement un monastère à la juridiction de l’évêque diocésain et, en principe du moins, le rattache directement à Rome. » (« Les institutions ecclésiastiques en France de la fin du xe siècle au milieu du xiiie siècle », dans Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, F. Lot et R. Fawtier (dir.), t. III. Institutions ecclésiastiques, Paris, 1962, p. 1-139, à la p. 55).

14 Laurent Jégou, « Évêques et moines à l’époque de Lanfranc : l’émancipation monastique en débat », dans Autour de Lanfranc (1010-2010) : réforme et réformateurs dans l’Europe du Nord-Ouest (XIe-XIIe siècles), J. Barrow, F. Délivré et V. Gazeau (éd.), Caen, 2015, p. 263-278. Jean-Hervé Foulon, « Stratégies politiques, fondation monastique et recours à Rome vers l’an Mil : le cas de Beaulieu-lès-Loches », Revue historique, 307 (2005), p. 321-355.

15 L. Kéry, « Klosterfreiheit und päpstliche Organisationsgewalt. Exemtion als Herrschaftsinstrument des Papsttums ? », dans Rom und die Regionen. Studien zur Homogenisierung der lateinischen Kirche im Hochmittelalter, J. Johrendt et H. Müller (éd.), Berlin, Boston, 2012, p. 83-144.

16 L. Roach, Forgery and Memory at the End of the First Millenium, Princeton, 2021, chap. 4 : « Forging Exemption: Fleury from Abbo to William ». Sébastien Fray nous a aidé à accéder à cet ouvrage : qu’il en soit bien vivement remercié.

17 M. Mostert, « Die Urkundenfälschungen Abbos von Fleury », dans Fälschungen im Mittelalter, IV: Diplomatische Fälschungen (II), Hanovre, 1988, p. 287-318.

18 W. Wiederhold, Papsturkunden in Frankreich. Reiseberichte zur Gallia Pontificia, I. 1906-1910, p. 305, no 4.

19 É. Pellegrin, « Membra disiecta Floriacensia », Bibliothèque de l’École des chartes, 117 (1959), p. 5-56, à la p. 23, n. 6.

20 Éd. dom Jean Mabillon, De re diplomatica, Appendix nova [par Thierry Ruinart], Paris, 1709, p. 640.

21 P. Gasnault, Étude sur les chartes de Saint-Martin de Tours des origines au milieu du XIIe siècle, thèse manuscrite de l’École des chartes, 1953, p. 172-179. Je remercie chaleureusement Claire Lamy de m’avoir facilité l’accès à l’ouvrage.

22 Madame Marion Bernard, directrice des archives départementales de la Charente, nous a transmis généreusement et du jour au lendemain les clichés numérisés des pièces de ce dossier. Qu’elle trouve ici l’expression de notre vive gratitude.

23 J. de La Martinière, « Une falsification de document au commencement du xiie siècle : les démêlés de Lambert, abbé de La Couronne avec Pétronille, abbesse de Fontevraud, au sujet d’Agudelle (1115-1129) », Le Moyen Âge, 24 (1911), p. 1-45.

24 Acte de Raoul : éd. J. Dufour, Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936), Paris, 1978, no 18, p. 77-81. Actes de Hugues et de Robert II : éd. A. Bernard et A. Bruel, Recueil des chartes de Cluny, Paris, 1876-1903, t. 3, nos 2484 et 2485, p. 562-568.

25 La teneur de cette communication a nourri un article cosigné par Claire Lamy et Teddy Véron, à paraître dans un volume de mélanges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 244-251.

Référence électronique

Laurent Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5359

Haut de page

Auteur

Laurent Morelle

Directeur d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search