Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire et conscience historique...

Résumés des conférences

Histoire et conscience historique des pays russes

Pierre Gonneau
p. 310-313

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Le genre du Paterikon dans l’hagiographie slave orientale (XIIe-XVIe s.). — II. Histoire et iconographie de Novgorod (XIe-XVe s.). — III. Questions diverses.

Haut de page

Texte intégral

1Cette année universitaire a été de nouveau perturbée par la crise sanitaire du covid. Le directeur d’études a maintenu un contact hebdomadaire à distance avec ses auditeurs et étudiants par le biais de visioconférences. Les étudiants ont pu présenter à distance leurs exposés de préparation au mémoire de master.

I. Le genre du Paterikon dans l’hagiographie slave orientale (XIIe-XVIe s.)

  • 1 Pierre Gonneau, « Vasilij III et Charles Quint face à la mort ou le prince et l’habit des anges : e (...)

2La traduction du Paterikon des Grottes de Kiev s’est poursuivie. Le chapitre 34 (De Spiridon qui cuisait le pain eucharistique et d’Alype, le peintre d’icône) avait déjà été lu et traduit, avec les quatre premiers chapitres du Paterikon, portant sur la construction de l’abbatiale de la Dormition et sa décoration picturale. Le chapitre 36 (De saint Isaac le Troglodyte) avait aussi été lu en rapport avec la question de la folie en Christ. Le chapitre 35 (Du vénérable et très-souffrant père Pimen et de ceux qui veulent revêtir l’habit avant la mort) porte sur les soins aux malades, une des activités charitables importantes des Grottes, et la tonsure in extremis. Les exempla qui sont rapportés montrent que les frères négligeant le service des malades grabataires, par dégoût, peuvent perdre la récompense céleste que leur vocation leur promet en principe. Il s’agit de convaincre la confrérie et les fidèles que ce ministère ne souffre aucune négligence. L’autre point est délicat. Un certain nombre de laïcs sont tentés de se tourner vers le couvent pour assurer leur salut, mais aussi de différer le plus possible la prise d’habit, afin de ne pas être astreints à la rude discipline cénobitique. Le chapitre se conclut donc sur un avertissement solennel : un malade doit recevoir la tonsure avec foi, et demander à Dieu la vie, afin de pouvoir le servir dans le monachisme. Si toutefois « le Seigneur, maître de la vie et de la mort, l’emporte, Il fera de lui l’égal des justes, en compagnie de ceux qui sont arrivés à la onzième heure » (Мt.20 : 1-16). Par contre, « celui qui dit : “Si vous me voyez mourant, alors tonsurez-moi”, sa foi et sa tonsure sont vaines ». Cette morale est cohérente avec celle du chapitre 20, consacré au prince Svjatoslav Davidovič (Svjatoša), de la dynastie de Černigov, qui, pour sa part, a rompu avec le monde dans sa jeunesse et passé de longues années sous l’habit. À ses proches qui tentaient de le dissuader, il avait répondu : « Si aucun prince n’a accompli cela avant moi, eh bien que je sois le premier parmi eux ». Il est frappant de constater que le dilemme reste actuel en 1533, quand le grand-prince de Moscou Vasilij III livre une véritable épreuve de force avec ses propres frères et sa cour, afin d’obtenir le droit de prendre l’habit alors qu’il est à l’agonie. En effet, que faudrait-il faire en cas de guérison ? Le souverain, ayant prononcé ses vœux, aurait renoncé à son pouvoir temporel, mais qui pourrait prétendre légitimement l’exercer à sa place tant qu’il serait vivant ? Dans le récit sur la mort de Vasilij III, son frère Andrej lui oppose que le prince de Kiev Vladimir, ordonnateur du baptême de ses sujets (en 988), et ancêtre direct de la dynastie, est mort sans prendre l’habit, « en a-t-il été jugé indigne du repos du juste ? ». Significativement, ni les partisans, ni les adversaires de la tonsure ne citent le Paterikon qui condamne sans appel l’entrée en religion in extremis. Pourtant, ce texte était bien connu à l’époque à Moscou, puisqu’Ivan le Terrible, fils de Vasilij III, évoque l’histoire de Svjatoša dans sa fameuse épître aux moines de Beloozero1.

3Le chapitre 37 (Questions du pieux prince Izjaslav sur les Latins) a été ajouté au corpus du Paterikon dans les années soixante du xve siècle. Il s’agit d’une épître que l’abbé Théodose († 1074) avait composée probablement en 1069, à l’occasion de la restauration du prince Izjaslav Jaroslavič. Ainé des fils survivants de Jaroslav le Sage, ce prince avait régné sur Kiev de 1054 à 1068, mais avait été renversé à la suite d’une défaite contre les Polovtses. Il s’était réfugié quelques mois en Pologne, patrie de son épouse Gertrude et revenait appuyé par les Polonais, de rite latin. Renversé une seconde fois par son frère Svjatoslav en 1073, Izjaslav repart en Pologne et retrouve son trône pour ses dernières années (1076-1078). L’épître pourrait aussi dater de ce second retour. Théodose use de toute son autorité morale pour exhorter le prince à se préserver de « l’hérésie latine », et notamment à refuser l’eucharistie de rite romain, ainsi que les intermariages, pourtant largement pratiqués dans la dynastie régnante. Le texte énumère toute une série de pratiques prêtées aux Latins dont certaines sont exactes, mais il présente aussi une version très largement folklorisée :

ils mangent en compagnie de chiens et de chats, boivent leur propre urine – chose mauvaise et maudite – mangent des tortues, du cheval sauvage, de l’âne, de la viande étouffée, de l’ours et du castor (…), leurs évêques entretiennent des concubines et vont à la guerre et portent un anneau à leur doigt.

4Théodose conclut par une violente diatribe contre ceux qui seraient tentés de se détourner de l’orthodoxie et exhorte Izjaslav à la défendre, en bon pasteur. Cette épître était sans doute jugée nécessaire vers 1069, ou 1076, mais elle l’était tout autant en 1460-1462, époque à laquelle une nouvelle rédaction du Paterikon est produite à Kiev. En effet, la cité, quoique peuplée majoritairement d’orthodoxes, est alors sous la tutelle temporelle du roi de Pologne qui penche en faveur de l’Union de Florence, proclamée en 1439.

5Le court 38e chapitre (Du trépas de notre vénérable père Polycarpe, archimandrite des Grottes, et du prêtre Vasilij) évoque un épisode daté de juillet 1182. Le 24, l’archimandrite Polycarpe trépasse et sitôt après ses funérailles, une « violente émeute » éclate entre les frères à propos de sa succession. L’épisode atteste que c’était la communauté elle-même qui élisait librement son supérieur. Comme il est dit au chapitre 7 du Paterikon : « beaucoup de monastères ont été fondés par un empereur, des boyards, et par la richesse, mais ils ne sont pas semblables à ceux qui ont été fondés sur les larmes et le jeûne, la prière et la veille ». Le dénouement rapide montre qu’il faut préserver cette tradition : les frères se réunissent quelques jours après s’être querellés et c’est alors que se produit le miracle : ils sont unanimes à décider d’élire un simple prêtre du voisinage. Surpris de cet honneur, le prêtre Vasilij accepte cette élection inspirée d’en haut, reçoit la tonsure et devient abbé. Les colophons de 1462 et de 1554 ont été lus. Le moine Cassien est identifié comme le commanditaire de la version de 1462 (après une autre en 1460) et le diacre Nesterec comme le copiste de la version de 1554. Les supérieurs des Grottes et les autorités gouvernant Kiev aux deux époques sont aussi mentionnés. Il est intéressant de noter que « le noble prince Feodor Glebovič Pronskij », voïévode de Kiev, est cité avec déférence, alors même que cet orthodoxe de naissance se fait catholique la même année, 1554, sous le nom de Fryderyk.

II. Histoire et iconographie de Novgorod (XIe-XVe s.)

6Le directeur d’études a projeté et commenté une série de présentations topographiques de la cité de Novgorod et de ses environs, mêlant extraits de la Première ou de la Quatrième chronique de Novgorod, photographies des monuments et cartes. L’ordre de présentation était le suivant : 1. La forteresse viking de Gorodišče (le Vieux Château), premier site habité en amont de Novgorod. 2. Le Detinec, ou le vieux kremlin de la Ville nouvelle. 3. Les quartiers de la rive gauche, dite de Sainte-Sophie. 4. Les quartiers de la rive droite. 5. Les cinq cinquièmes (pjatiny) de Novgorod. 6. La frontière occidentale et septentrionale du pays de Novgorod. Dans le cadre de cette partie, a été lu le Testament ou Manuscrit de Magnus (Rukopisanie Magnuša), œuvre de fiction moralisatrice rédigée à Novgorod, sans doute au xve siècle et connue seulement dans la tradition russe. Le récit se présente comme la confession du roi de Suède Magnus IV, au terme de ses efforts infructueux pour conquérir et convertir à la foi catholique la terre russe. Il rappelle brièvement les tentatives antérieures de débarquement suédois en terre russe, notamment celle qui avait été repoussée par Alexandre Nevski en 1240. Magnus évoque ensuite ses propres opérations militaires. Dieu le punit de son orgueil par la défaite et un premier naufrage, en affligeant la Suède de diverses calamités. Frappé de folie, le roi passe une année enchaîné dans son château. Il est finalement délivré par son fils Sakun [Håkon V], venu du pays de Murmansk [i.e. de Norvège], mais subit un deuxième naufrage pendant sa fuite. Recueilli par les moines du Saint-Sauveur, après avoir dérivé sur une épave pendant trois jours et trois nuits, il reçoit d’eux la tonsure et finit dévotement sa vie comme moine orthodoxe. Il recommande solennellement aux siens et à tout le pays de Suède de ne plus jamais attaquer la Russie. On reconnaît là une version fortement romancée de la biographie du roi Magnus IV qui a effectivement conduit une « quatrième croisade » aux confins de la Suède et du pays de Novgorod, en territoire essentiellement peuplé par des Finnois, chrétiens ou non (1348-1350). Il s’est heurté à la résistance des populations locales et des Novgorodiens. Suite à des querelles internes qui ont effectivement troublé son royaume, il a été déposé en 1356, puis restauré. Il est mort noyé en 1374. Le texte a d’abord été lu dans sa version la plus ancienne, établie par les éditeurs de la Biblioteka literatury Drevnej Rusi, d’après la plus ancienne copie de la Première Chronique de Sainte-Sophie, antérieure à 1481 (conservée aux Archives des actes anciens de Moscou – RGADA fds 135, fds Obolenskij, otd. 5, rubr. 2, no 3, f. 368-369v)2. Ensuite, a été lue et commentée la deuxième version du texte qui figure notamment dans la Chronique enluminée (Licevoj letopisnyj svod) d’Ivan le Terrible, compilée v. 1568-1576. Parmi les différences notables, on remarque quelques lignes dans lesquelles Magnus décrit lui-même son état lamentable au sortir de sa captivité. M. D. Kagan considère qu’il s’agit d’une « dramatisation » qui rapproche la deuxième version du Manuscrit de Magnus d’une œuvre littéraire, contrairement à la première version qui conservait le style documentaire3. On serait tenté de proposer une autre piste. En effet, si des parallèles avec le Psautier (Ps.22[21] Souffrances du juste ; Ps.88[87] Prière du fond de la détresse) ou l’hagiographie ne sont pas à exclure, car le Manuscrit de Magnus appartient bien à la littérature édifiante, on peut aussi considérer ce passage comme la première description précise des dégradations physiques causées par une prison à régime sévère. Comme la copie est rédigée à Aleksandrova Sloboda, capitale de l’Opričnina, le territoire réservé où Ivan le Terrible s’est retiré à cette époque, et haut lieu de cachots et de tortures, on peut se demander si les détails ne proviennent pas d’une observation directe. L’extrait est le suivant :

Pour mes multiples péchés, Dieu m’ôta la raison, à moi, pécheur, et je demeurai prisonnier dans mon palais toute une année, enchaîné au mur par une chaîne de fer ; je fus enfermé dans mon palais. Puis mon fils vint du pays de Mourmansk à ma rescousse. Il me tira de mon palais et m’examina. Il me vit tout noirci, desséché, les yeux comme tombés dans une fosse, mes mains et mes jambes d’une extrême maigreur, la peau et les veines collant aux os, et je parlais avec peine. Ma voix était comme celle d’une abeille moribonde. Tous, me voyant, pleurèrent de pitié et mon fils, de chagrin, frappait le sol de sa tête, s’affligeant se lamentant et pleurant sur moi.

Haut de page

Notes

1 Pierre Gonneau, « Vasilij III et Charles Quint face à la mort ou le prince et l’habit des anges : essai d’étude comparative », dans Être catholique, être orthodoxe, être protestant : confessions et identités culturelles en Europe médiévale et moderne, M. Derwich, M. Dmitriev (éd.), Wrocław, 2003, p. 235-251 ; Poslanija Ivana Groznogo, éd. D. S. Lixačev, Ja.S. Lur’e, Moscou, Leningrad, 1951, p. 174 ; Marcel Ferrand, « Ivan le Terrible écrivain : l’épître aux moines du lac Blanc (1573) », Slovo, 17 (1995-1996), p. 99-139.

2 http://lib.pushkinskijdom.ru/Default.aspx?tabid=4975.

3 Article de M. D. Kagan dans Slovar’ knižnikov i knižnosti Drevnej Rusi. Vyp.2 Vtoraja polovina XIV-XVI v. Čast’2, Leningrad, 1989, p. 315. Également en ligne, https://azbyka.ru/otechnik/bibliog/slovar-knizhnikov-i-knizhnosti-drevnej-rusi/614.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gonneau, « Histoire et conscience historique des pays russes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 310-313.

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Histoire et conscience historique des pays russes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5450

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search