Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesSources et méthodes de l’histoire...

Résumés des conférences

Sources et méthodes de l’histoire des métiers artistiques en France, XVIe-XVIIe siècles

Audrey Nassieu Maupas
p. 324-326

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. La dorure : métiers et techniques (suite). — II. Les peintres et les arts décoratifs (suite).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Audrey Nassieu Maupas, « Des reliures aux tentures. Julien Lunel et le début des grands décors de c (...)

1I. La production parisienne de cuir doré avait déjà été abordée lors des séminaires de 2017-2018 et avait fait l’objet d’un article1. Il s’agissait alors d’éclairer les débuts à Paris de ces tentures murales luxueuses, réalisées sans doute à l’initiative de Catherine de Médicis d’après des procédés importés d’Italie. Les premiers artisans à maîtriser cette technique furent Jean Fourcault et Julien Lunel qui semblent avoir été actifs dans ce domaine à partir du milieu des années 1550. Depuis, Jean-Pierre Fournet a publié une importante synthèse en 2020 (Cuirs dorés, « cuirs de Cordoue », un art européen) qui porte plus largement sur le développement et la diffusion des cuirs dorés en Europe à l’époque moderne. Malgré cet ouvrage, plusieurs pistes de recherches sur ce phénomène en France au xvie siècle restent encore à explorer.

2Les séminaires de cette année ont d’abord porté sur les « tableaux de cuir doré », dont on commence à trouver des mentions dans les intérieurs parisiens bourgeois à partir de 1550. Ce sont le plus souvent des pièces isolées, peintes de scènes figurées à sujet religieux. Elles contrastent avec les séries plus imposantes recensées chez les princes et les grands seigneurs ecclésiastiques, mais témoignent d’un réel engouement pour ces décors nouveaux. Même s’il est difficile d’en connaître le lieu de fabrication, il s’avère que s’était développée à Paris une production spécialisée dans ce type d’objets : après Fourcault et Lunel, déjà étudiés, émerge la figure de Noël Guérin, qui, comme ses prédécesseurs, exerça d’abord en tant que doreur sur cuir. Ce métier, dont les statuts furent rédigés en janvier 1559, consistait à orner divers meubles et objets recouverts de cuir au moyen de motifs gravés en or ou en argent.

  • 2 Cette étude a fait l’objet d’un article : Audrey Nassieu Maupas, « Le cuir doré à Paris sous les de (...)

3Guérin apparaît comme doreur sur cuir de Catherine de Médicis en 1569. Plusieurs documents donnant ses adresses successives et décrivant sa boutique ont été analysés, notamment l’inventaire après décès de sa première femme daté de mars 1581. On y remarque, parmi la marchandise, des « tapisseries », des parements d’autel, ainsi que quatre corporaliers de cuir doré. Très peu d’éléments donnent des informations concrètes sur le fonctionnement de l’atelier, mais on connaît certaines commandes prestigieuses passées à Noël Guérin. En 1570, il promit au Grand Écuyer Claude Gouffier d’apprêter plusieurs tentures de cuir argenté et doré destinées à l’hôtel parisien de celui-ci. Les parties armoriées et les médaillons figurés sur fond de moresques devaient, eux, être peints dans un second temps par un artiste choisi – mais non nommé malheureusement dans le marché – par le commanditaire. En 1574, c’est à Antoine de Clermont qu’il livra un ensemble de cuir doré, probablement pour la galerie du château d’Ancy-le-Franc. Les dimensions et l’aspect des pièces ne sont pas détaillés dans l’acte, qui stipule seulement que sur certaines devaient figurer des « pilliers »2. Ces motifs d’architecture paraissent avoir été récurrents dans les vastes parures murales documentées pour Paris dans la seconde moitié du xvie siècle, mais le peu de vestiges conservés ne permet pas de se faire une idée précise de ce à quoi ressemblait réellement cette production.

4II. À la suite de la publication du traité attribué à Marin Le Bourgeois, peintre des rois Henri IV et Louis XIII, actif des années 1590 à sa mort en 16343, il a semblé intéressant de se pencher sur d’autres textes de la littérature technique en français, avec l’objectif, à terme, de comparer entre elles les recettes proposées et mises en œuvre par les artistes en France au début de l’époque moderne. Les séminaires ont donc ébauché dans un premier temps un tour d’horizon des différents écrits et réceptaires connus depuis le Moyen Âge, à commencer par le De diversis artibus du moine Théophile (xiie siècle), ou le Liber colorum copié pour Jean Lebègue en 1441. Pour l’Italie, le Libro dell’arte de Cennino Cennini, écrit dans le premier tiers du xve siècle, est le plus célèbre, mais seulement le premier d’une longue série de textes techniques sur la peinture, qui, pour une grande part, avaient été repérés et transcrits dès 1849 par Mary Merrifield dans son ouvrage fondamental Original treatises […]. Plus récemment, la transcription intégrale du manuscrit 640 de la Bibliothèque nationale de France, daté de la fin du xvie siècle, apporte de nombreux renseignements sur les pratiques de l’époque4.

5Mais tous ces écrits n’ont existé que sous forme manuscrite pendant plusieurs siècles ; ils n’étaient par conséquent pas lus par les artistes français au xvie siècle. Même les Vite […] de Giorgio Vasari, publiées en 1550 puis 1568, dont l’introduction est consacrée tour à tour aux aspects techniques de l’architecture, de la sculpture et de la peinture, ne semblent pas avoir été très diffusées en France avant Félibien au siècle suivant. Le Trattato dell’arte della pittura, scultura et architettura de Giovanni Paolo Lomazzo, paru en 1584, a fait l’objet d’une traduction par le peintre toulousain Hilaire Pader en 1649, mais seulement pour le chapitre consacré aux proportions. Marin Le Bourgeois lui-même cite principalement comme références des ouvrages de proportion et de perspective, tels ceux d’Albert Dürer, le Livre de perspective de Jean Cousin, édité en 1560, ou les livres d’architecture de Sebastiano Serlio publiés à partir de 1545. Pour des recettes précises, il mentionne plusieurs fois les Secrets d’Alexis Piémontois, ouvrage publié à Venise en 1555, traduit en français deux ans plus tard et réédité à de nombreuses reprises par la suite.

6C’est donc plutôt vers la littérature dite « des secrets » que l’on peut se tourner pour compléter notre connaissance des procédés utilisés dans les ateliers. Ce genre, qui connaît un fort développement à la Renaissance, tient davantage de la compilation de méthodes éparses de diverses natures que de véritables traités organisés. Il témoigne néanmoins d’un réel intérêt des auteurs de ces recueils pour les savoir-faire et les sciences de leur époque et montre leur volonté de les mettre à la disposition d’un large public. On trouve ainsi, outre Alexis Piémontois, plusieurs ouvrages qui ont circulé dans toute l’Europe, comme le Dello specchio di scientia universale de Leonardo Fioravanti, publié en 1564, puis traduit en français vingt ans plus tard par Gabriel Chappuys, ou La piazza universale di tutte le professioni del mondo de Tommaso Garzoni, publié en 1585 et traduit en allemand au xviie siècle. En France, l’ouvrage du jésuite Étienne Binet, Essay des merveilles de nature et des plus nobles artifices, publié en 1621, est une vraie mine d’informations sur toutes sortes de métiers et de techniques.

7Outre la collecte systématique des recettes liées à la peinture dans ces ouvrages, il conviendrait de passer en revue plusieurs manuscrits encore non exploités, conservés notamment à la Bibliothèque nationale de France ; en effet, certains contiennent, parmi des recettes d’alchimie ou de médecine, des indications concernant la fabrication de pigments, la polychromie ou la dorure.

Haut de page

Notes

1 Audrey Nassieu Maupas, « Des reliures aux tentures. Julien Lunel et le début des grands décors de cuir doré à Paris sous le règne de Henri II », Documents d’histoire parisienne, 19 (2017), p. 5-12.

2 Cette étude a fait l’objet d’un article : Audrey Nassieu Maupas, « Le cuir doré à Paris sous les derniers Valois : à propos d’une commande d’Antoine de Clermont à Noël Guérin en 1574 », Documents d’histoire parisienne, 22 (2020), p. 27-32.

3 Guy-Michel Leproux, Audrey Nassieu Maupas et Élisabeth Pillet, Les Cinq Livres de Marin Le Bourgeois, Paris, Institut d’histoire de Paris, 2020 (Sources de Paris, 2).

4 Voir l’édition en ligne sous la direction de Pamela H. Smith (https://edition640.makingandknowing.org).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Nassieu Maupas, « Sources et méthodes de l’histoire des métiers artistiques en France, XVIe-XVIIe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 324-326.

Référence électronique

Audrey Nassieu Maupas, « Sources et méthodes de l’histoire des métiers artistiques en France, XVIe-XVIIe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5475

Haut de page

Auteur

Audrey Nassieu Maupas

Maître de conférences, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search