Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire culturelle des technique...

Résumés des conférences

Histoire culturelle des techniques à partir du Moyen Âge

Émilie d’Orgeix
p. 358-362

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Démolir, construire et « raccommoder » la ville : travaux et chantiers des directeurs de fortifications dans la fabrique urbaine d’Ancien Régime (XVIIe-XVIIIe siècles).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dossiers exhaustifs sur les carrières des directeurs des fortifications, Archives départementales d (...)

1Dernier volet de l’enquête triennale engagée sur les savoirs et pratiques de l’ingénieur militaire dans la Cité à l’époque moderne, le programme de l’année 2020-2021 a été consacré à l’exploration de dossiers documentaires liés aux travaux d’urbanisme et d’architecture menés dans les places fortes du royaume aux xviie et xviiie siècles. L’étude des carrières des directeurs des fortifications, praticiens chevronnés en charge des travaux dans les 23 directions créées par Vauban à la mort de Louvois en 1691 y a été privilégiée. Poursuivant ainsi le travail fondateur de prosopographie engagé par Anne Blanchard dans les années 19801, il s’est agi d’approfondir le rôle et les fonctions de ces administrateurs militaires dont les travaux et le rayonnement, tant local que national, sont encore aujourd’hui peu documentés. Œuvrant tout d’abord sous la tutelle de Le Peletier de Sousy puis sous celle du marquis d’Asfeld à partir de 1715 (brevet officiel daté de 1718), les directeurs des fortifications, supervisant des équipes d’ingénieurs subalternes (ingénieurs en chef, ordinaires, aspirants…) et de dessinateurs, se sont partagés la gestion d’immenses territoires couvrant toutes les places fortes de terre et de mer.

2Figures pivots de la fabrication et du partage des savoirs techniques et constructifs, ils ont été à la fois concepteurs, superviseurs, collaborateurs, interlocuteurs tout autant que rivaux de l’ensemble des corps d’aménageurs et de bâtisseurs, des grands-voyers aux architectes en passant par tous les acteurs intermédiaires : entrepreneurs, conducteurs de travaux, corps ouvriers et artisans. Malgré cette position centrale, force est de constater que la matérialité de leur métier, quotidiennement rythmée par les tâtonnements, les expérimentations tout autant que les échanges et les partages, reste une tache aveugle de l’historiographie. De manière un peu paradoxale, il y a toujours eu une difficulté à faire reconnaître les apports des ingénieurs dans des villes cependant reconnues pour avoir été construites ou modernisées par et pour la guerre. Dans la plupart des travaux, la ville militaire « à la moderne » se résume généralement à une trame urbaine régulière et à une enceinte dont le tracé géométrique constitue le principal marqueur. Il existe pourtant un immense gisement de sources primaires qui permet de s’atteler à la réécriture d’une histoire globale de la ville moderne envisagée au prisme de la culture technique des ingénieurs. Cartes, plans, mémoires, correspondances, atlas, portefeuilles, carnet de chantiers… mais également maquettes, plans-reliefs, instruments, matériaux, formes, gabarits, outils…, aujourd’hui dispersés dans les fonds et les collections publiques et privées permettent tant de délimiter le terrain, sériel et contrôlé, de l’ingénieur que d’étudier la matière concrète, dont les traces sont encore présentes, de ses pratiques. Cette perspective est d’autant plus stimulante qu’elle illustre combien l’apport de l’histoire culturelle des techniques permet, in fine, de bousculer des hiérarchies urbaines traditionnelles d’Ancien Régime encore trop roidement construites sur les oppositions entre capitales et villes de province, villes intérieures et villes maritimes.

3Le programme de l’année a été subdivisé en trois thématiques fondées sur l’approfondissement de dossiers documentaires (manuscrits et publiés, textuels, iconographiques…) susceptibles d’éclairer la transversalité des cultures technique et savante à l’époque moderne. L’année s’étant déroulée principalement en visio-conférence, nous avons substitué deux séances par l’organisation de visites de sites au printemps, moments tant nécessaires que féconds, pour nous rencontrer et échanger de visu. La première a eu lieu à l’église Saint-Sulpice où, grâce à Léonore Losserand (maître de conférences associée, ENSA Val-de-Seine), chargée de conférences de l’année, nous avons pu arpenter l’église, depuis les sous-sols jusqu’aux combles. La seconde a consisté en une visite de la rive droite, depuis l’église paroissiale Saint-Laurent jusqu’aux portes Saint-Denis et Saint-Martin.

  • 2 René Faille, Nelly Lacrocq, Les ingénieurs géographes Claude, François et Claude-Félix Masse, La Ro (...)
  • 3 Marie-Claire Robic, « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géogra (...)
  • 4 Recueil des édits et déclarations du Roy, arrests et règlemens du Parlement de Besançon, publiés & (...)
  • 5 Aline Lemonnier-Mercier, Les Embellissements du Havre au XVIIIsiècle : projets, réalisations, 171 (...)
  • 6 Grégoire Binois, Émilie d’Orgeix, « Entre terrain et dépôt : envisager les milieux de production de (...)

4La première série de conférences de l’automne a porté sur la place de l’ingénieur dans la ville forte. L’enquête a tout d’abord été centrée sur « les lieux » de travail des directeurs des fortifications, dont on connaît encore peu les conditions concrètes d’exercice du métier. En effet, par opposition au terrain, lieu de relevé cartographique par excellente, d’observation et d’exercice de la guerre2 et au dépôt central de cartes et plans, qui ont suscité une abondante bibliographie3, les spatialités, dynamiques et mécanismes des cabinets de travail d’ingénieurs ont été peu documentés. Il s’est donc agi, en premier lieu, de tenter de restituer, grâce à des sources rarement convoquées (correspondances, manuscrits, mémoires, inventaires…), les conditions d’établissement et les spécificités de ces bureaux, souvent collectifs et faisant office de lieux d’enseignement pour les ingénieurs subalternes, à l’articulation des sphères privée et professionnelle et des pratiques individuelle et collective. Nous avons tenté, d’autre part, de retracer, à partir de l’étude matérielle des collections, un ensemble d’objets, de gestes, de pratiques et d’ordonnancement des savoirs qui « faisaient système », avant le démantèlement de ces bureaux-logements. Ici, nous nous sommes appuyé, cette année encore, sur l’étude des séries de saisies militaires après décès qui constituent une source documentaire exceptionnelle. Ces inventaires encore largement inédits, conservés au Service historique de la Défense, complètent efficacement les archives notariales permettant de dresser, de 1707 à 1850, l’état des collections de cartes, plans, livres et instruments mathématiques des ingénieurs, au lendemain de leur décès4. Ces séances d’introduction nous ont également servi à approfondir quelques trajectoires d’ingénieurs, dont celle d’Amédée Frézier (1682-1773), directeur des fortifications de Bretagne, dont l’inventaire militaire après-décès illustre une logique de classement très personnelle tout autant qu’un fort intérêt pour l’architecture civile et religieuse, réaffirmant ainsi la place de l’ingénieur dans la sphère civile. Ces premières conférences nous ont également permis de procéder à des essais cartographiques de localisation des bureaux d’ingénieurs dans les villes. Contrairement à l’idée reçue, si le logement des ingénieurs – ou son indemnisation – devait officiellement incomber aux communautés de villes, les faisant ainsi bénéficier du même statut privilégié que les autres membres de l’État-major, nous avons pu voir qu’ils étaient rarement hébergés à même enseigne que les gouverneurs ou les majors des places. Ils étaient généralement installés dans des logis privés proches des remparts mais rarement dépendants du domaine militaire. Ainsi, au Havre, le logement des ingénieurs en chef, situé entre la porte du Perrey et la corderie du roi, était, jusqu’à sa reconstruction en 1751, une modeste maison d’une douzaine de mètres de long sur sept de large et cinq de hauteur, surmontée d’un comble5. En définitive, nous avons pu nous rendre compte de toute l’intérêt qu’il y aurait à poursuivre les travaux sur ces lieux de travail méconnus, qui fonctionnaient comme de véritables petites agences souvent établies au domicile même des ingénieurs et où étaient formés les jeunes ingénieurs avant la création de l’École du génie de Mézières au milieu du xviiie siècle. Ces recherches ont permis la publication d’un article en 2021 écrit à deux mains avec Grégoire Binois6.

  • 7 Isabelle Warmoes, « Une vie au service des chantiers royaux. Portrait de Jacques Tarade (1640-1722) (...)
  • 8 Louis de Cormontaigne, Metz. Mémoire sur les galleries de contremines pour la guerre souterraine so (...)

5Cette première série de conférences nous a, par la suite, permis d’aborder la question des interactions entre ingénieurs et corps municipaux aux xviie et xviiie siècles. Si l’année précédente, nous avions travaillé sur la notion d’« espaces partagés » dans la ville forte en nous positionnant depuis l’extérieur vers l’intérieur de la ville (voir résumé des conférences de l’année précédente), cette année nous a fourni l’occasion de travailler sur différentes typologies de travaux qui ont été successivement passées en revue. La première séance a ainsi été consacrée au récents travaux publiés sur les chantiers de l’époque moderne qui profitent actuellement du renouveau des méthodes en archéologie du bâti. Nous avons ensuite poursuivi l’enquête par l’étude de quelques dossiers documentaires consacrés à l’organisation de grands chantiers de fortification septentrionaux établis à la fin du xviie siècle en Flandre. Ici, la figure de Jacques Tarade (1640-1722) qui, de simple entrepreneur à Ath en 1668, devient directeur des fortifications d’Alsace avant d’être anobli par Louis XIV, a été une figure marquante de nos séances7. L’espace du chantier a ainsi été envisagé comme un « objet de dialogue », favorisant la circulations d’experts, de troupes et de corporations ouvrières. Les directeurs de fortifications, comme nous l’avons vu, y occupent une place prédominante, par leur rôle de gestionnaires de transferts, par « vase communiquant » d’ingénieurs subalternes, d’ouvriers et de soldats employés aux travaux. Dans cette chaîne opératoire verticale qui se met en place depuis le pouvoir central jusqu’aux ingénieurs de places, les directeurs des fortifications font circuler les praticiens considérés comme les plus habiles en leur art entre les différents chantiers en fonction du calendrier d’avancement des travaux et des urgences. Les réseaux d’expertise se déploient à grande échelle, dans des espaces élargis qui permettent de saisir les processus de structuration qui les conduisent à se muer progressivement en gestionnaires « dotés d’expérience ». Des relations fortes s’établissent aussi avec les corps municipaux et les habitants qui ploient tout en profitant du grand nombre d’officiers, de troupes et d’ouvriers postés dans les villes qu’il convient de loger et de nourrir. Nous avons, par la suite, poursuivi notre travail en abordant l’œuvre de Louis de Cormontaigne (1695-1752), directeur des fortifications de Metz et des Trois-Évêchés à partir de 1743, dont les atlas renseignent très précisément sur la manière dont il a utilisé la ville comme terrain d’entraînement et de construction pour et par ses équipes d’ingénieurs. Une séance intitulée, le « chantier dans le chantier » a notamment permis d’approfondir la question du parc à outils, dont l’exemple de celui établi par Cormontaigne à Metz, est particulièrement bien documenté. Dans son manuscrit intitulé Construction de la guerre souterraine des places8), Cormontaigne détaille, en effet, le « travail qui a duré sept ans à Metz et qui représente ce qu'il y a au monde de plus considérable pour la guerre souterraine de la fortification des places ». On y voit comment, s’emparant de la ville et utilisant soldats, population et ouvriers locaux, Cormontaigne a investi le domaine militaire tout autant que l’espace public à des fins d’éducation et de devisage des travaux de terrassement. Le parc à outils qu’il crée, alimente et qu’il gère, se révèle ainsi être un espace collectif de réflexion sur la modernisation de l’outillage, sur sa qualification (noms, matériaux utilisés, poids, dimensions, technicité…), auxquels participent tant les militaires que la population civile. Les registres de prêts ainsi que de nombreuses correspondances attestent les relations qui s’instaurent entre ingénieurs, corporations et corps municipal à l’occasion de ces grands travaux militaires. La tenue du colloque international, Patrimoines militaires habités : espaces intérieurs, mobilier et mémoire des hommes (XVIe-XXIe siècle) les 22 et 26 mars (en visio-conférence) a permis aux étudiants désireux d’approfondir ces questions d’espaces et d’expertise partagées entre sphère militaire et civile.

  • 9 Bernard Forest de Bélidor, La Science des Ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification (...)
  • 10 Depuis l’année dernière, il faut cependant citer la publication [sous presse] de l’article de Stéph (...)

6Le troisième thème de l’année consacré aux traités d’architecture et d’urbanisme publiés par les directeurs des fortifications n’a été que peu abordé, faute de temps, car le format en visio-conférence a étonnamment suscité de très nombreuses interventions lors de chaque séance. Nous avons ainsi terminé l’année en consacrant les deux dernières séances à l’œuvre magistrale de Bernard Forest de Bélidor, La Science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortifications et d’architecture civile, publiée en 17299. Bélidor, bien que reconnu comme l’un des ingénieurs les plus importants de la première moitié du xviiie siècle, n’a fait l’objet d’aucune monographie10. Les quelques séances que nous lui avons accordé ont ainsi été l’occasion de revenir sur l’immense fortune d’un ouvrage encore aujourd’hui considéré comme l’un des manuels d’ingénieurs et d’architectes les plus utilisés alors qu’il faut bien admettre que les modèles qu’il propose (places, bâtiments, portes de ville…) sont convenus et déjà vieillis et que sa vision gestionnaire de la ville reprend, en grande partie, les travaux fondateurs de Vauban dans les années 1680. Ce dernier exemple nous a permis de conclure l’année par une séance historiographique consacrée aux mécanismes de diffusion et à la fortune des ouvrages d’architecture et d’ingénierie à l’époque moderne.

7Cette année a également été l’occasion d’organiser une séance commune avec Emmanuelle Chapron (directrice d’études en histoire du livre) sur les pratiques du prêt et de copie à l’époque moderne. Enfin, nous avons également accueilli trois intervenants. Le 26 janvier 2021, Nathalie Dereymaeker (université de Lille) nous a présenté sa thèse récemment soutenue, intitulée Le Plan Relief de Lille. Fiabilité et contexte d'une représentation miniature de la ville. Le 9 mars 2021, nous avons reçu Frédérik Guérin ; doctorant en troisième année à l’EPHE, qui nous a présenté l’avancement de sa thèse en cours, intitulée L’architecture résidentielle disciplinée par les ingénieurs militaires à Québec sous le Régime français. Enfin, le 11 mai 2021, Catherine Isaac, post-doctorante à l’EPHE, nous a présenté son projet de recherche intitulé Engins et machines et l’époque moderne.

Haut de page

Notes

1 Dossiers exhaustifs sur les carrières des directeurs des fortifications, Archives départementales de l’Hérault, Archives Anne Blanchard, 104J62.

2 René Faille, Nelly Lacrocq, Les ingénieurs géographes Claude, François et Claude-Félix Masse, La Rochelle, Éditions Rupella, 1979.

3 Marie-Claire Robic, « Interroger le paysage ? L’enquête de terrain, sa signification dans la géographie humaine moderne (1900-1950) », dans Claude Blanckaert (dir.), Le terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes (XVIIIe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 57-404. Dorothée Rusque, Le dialogue des objets. Fabrique et circulation des savoirs naturalistes : le cas des collections de Jean Hermann (1738-1800), thèse de doctorat, université de Strasbourg, 2018.

4 Recueil des édits et déclarations du Roy, arrests et règlemens du Parlement de Besançon, publiés & enregistrés depuis l’année mil six cens soixante & quatorze, Besançon, F.-L. Rigoine, 1701-1739, Tome VI, p. 97-98. « Il sera procédé aux appositions & levées des scellés et à la confection de l’inventaire des effets de leurs successions par les juges ordinaires du lieu de la résidence ».

5 Aline Lemonnier-Mercier, Les Embellissements du Havre au XVIIIsiècle : projets, réalisations, 1719-1830, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, note 52.

6 Grégoire Binois, Émilie d’Orgeix, « Entre terrain et dépôt : envisager les milieux de production des ingénieurs militaires géographes (xviie-xviiie siècle) », Lieux et milieux de savoirs, S. Dumas Primbault, P. A. Tortosa, M. Vailly (dir.), Carnets François Viète, série III, 10 (2021), p. 87-112.

7 Isabelle Warmoes, « Une vie au service des chantiers royaux. Portrait de Jacques Tarade (1640-1722), architecte des bâtiments du roi devenu directeur des fortifications d’Alsace », A. Camara Muñoz, M. A. Vasquez Manassero (dir.), « Ser hechura de »: ingenieria, fidelidades y redes de poder en los siglos XVI y XVII, Madrid, Fundacion Juanelo Turriano, 2019, p. 225-239.

8 Louis de Cormontaigne, Metz. Mémoire sur les galleries de contremines pour la guerre souterraine sous le glacis des places de guerre, 1745. SHD, bibl. Génie, Ms. in-fol. 71 et Metz. Dessins de la double couronne [de] Mozelle, SHD, bibl. Génie, atlas 123.

9 Bernard Forest de Bélidor, La Science des Ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d'architecture, Paris, C.-A. Jombert, 1729.

10 Depuis l’année dernière, il faut cependant citer la publication [sous presse] de l’article de Stéphane Blond, « Un manuel pratique à l’usage des militaires et des civils La science des ingénieurs (1729) de Forest de Bélidor », que son auteur a eu l’amabilité de me communiquer, ce dont je le remercie vivement. Il paraîtra dans le prochain numéro de la Revue historique des armées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie d’Orgeix, « Histoire culturelle des techniques à partir du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 358-362.

Référence électronique

Émilie d’Orgeix, « Histoire culturelle des techniques à partir du Moyen Âge »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5595

Haut de page

Auteur

Émilie d’Orgeix

Directrice d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search