Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire et philologie de l’Inde ...

Résumés des conférences

Histoire et philologie de l’Inde médiévale et moghole (XIIIe-XVIIIe siècles)

Françoise Delvoye
p. 388-398

Résumé

Programme de l’année 2016-2017 : I. Littératures indiennes des cours indo-persanes : théories et pratiques artistiques dans l’Inde des Sultanats (Delhi, Jaunpur, Gujarat, XIVe-XVIe siècles). — II. Les poèmes chantés dans la musique savante de l’Inde du Nord (constitution et transmission des répertoires) [suite].

Programme de l’année 2017-2018 : I. Littératures indiennes des cours indo-persanes : théories et pratiques artistiques dans l’Inde des Sultanats (Delhi, Jaunpur, Gujarat, Deccan) et dans l’Empire moghol, XVe-XVIIIe siècles. — II. Les poèmes chantés dans la musique savante de l’Inde du Nord (constitution et transmission des répertoires) [suite].

Haut de page

Texte intégral

[2016-2017]

I. Littératures indiennes des cours indo-persanes : théories et pratiques artistiques dans l’Inde des Sultanats (Delhi, Jaunpur, Gujarat, XIVe-XVIe siècles)

1Les six premières conférences du premier semestre ont été consacrées à l’étude de la vie culturelle à la cour des sultans de Delhi des dynasties Sayyid (1414-1451) et Lodi (1451-1526), à partir des sources littéraires, musicologiques, historiques et hagiographiques en sanskrit, persan et langues vernaculaires, les plus significatives sur les arts performatifs.

2Comme chaque année, en introduction aux conférences de 2016-2017, nous avons présenté les publications récentes sur la culture et la littérature indo-persanes de la période des Sultanats et de l’Empire moghol, ainsi qu’un bref compte rendu de mission en Inde du 16 septembre au 15 octobre 2016.

3Parmi les publications recensées, nous avons examiné deux ouvrages collectifs : After Timur Left: Culture and Circulation in Fifteenth Century North India, dirigé par Francesca Orsini et Samira Sheikh (New Delhi, 2014) et Tellings and Texts: Music, Literature and Performance in North India, dirigé par Francesca Orsini et Katherine Butler Schofield (Cambridge, GB, 2015). Plusieurs contributions soulignent l’émergence de littératures vernaculaires documentant la vie cultuelle dans l’Inde du Nord, dont des récits narratifs d’inspiration soufie.

4Dans le cadre de notre étude sur l’émergence de ces littératures documentant les pratiques artistiques ayant bénéficié du patronage des sultans de Delhi et de Jaunpur, nous avons présenté les travaux scientifiques les plus notoires sur les « récits d’amour » (premākhyān) en hindavi et avadhi écrits à partir de la fin du xive siècle : éditions critiques, traductions et études publiées à partir des années 1950. En introduction à l’analyse d’un choix de textes évoquant la vie artistique à la cours des sultans, nous nous sommes référés aux traités musicologiques en sanskrit et à leurs traductions et adaptations indo-persanes étudiés au cours des années précédentes, (voir par exemple l’Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 149e année, 2016-2017, Paris, EPHE, PSL, Sciences historiques et philologiques, 2018, p. 329-335) comme sources des « définitions » (lakṣaṇa) théoriques essentielles, toujours basées sur l’observation des pratiques artistiques.

5Une introduction socio-culturelle s’est imposée avant l’étude plus précise d’une œuvre méconnue, choisie à titre d’exemple représentatif des sources littéraires contribuant à l’histoire des arts performatifs à l’époque des Sultanats. Nous avons présenté le contexte historique de la composition (1480-1520 ?) à Sarangpur au Madhyadesh, du récit d’amour intitulé Chitāī-caritra ou Chitāī-vārtā, « La geste de [l’héroïne] Chitāī », attribué à Nārāyaṇ Dās et complété par Ratanrang et Devacandra, étudié à partir des éditions critiques de Mata Prasad Gupta (Allahabad, 1954) et de Harihar Nivas Dvivedi & Agarcand Mehta (Gwalior, 1960). Nous avons aussi commenté un article de Ramya Sreenivasan : « Warrior-Tales at Hinterland Courts in North India, c. 1370-1550 », publié dans After Timur Left: Culture and Circulation in Fifteenth-Century North India, dirigé par Francesca Orsini et Samira Sheikh (New Delhi, 2014), cité ci-dessus, p. 242-272. Nous avons ensuite étudié une sélection de passages décrivant les talents artistiques de plusieurs personnages clefs de ce récit narratif et les assemblée musicales auxquelles ils participaient, à partir de sa deuxième édition critique par H. N. Dvivedi et Agarcand Mehta (1960).

6En continuation de l’étude de ce « récit d’amour », nous avons repris les travaux du regretté Aditya Behl (1966-2009), en particulier son ouvrage posthume Love’s Subtle Magic: An Indian Islamic Literary Tradition, 1379-1545, édité par Wendy Doniger, New York, 2012. L’auteur consacre un chapitre au premier « récit d’amour » connu en avadhi, le poème narratif intitulé Candāyan composé en 1379 par Mullā Dā’ūd, à Dalmau sous le règne du sultan Firūz Shāh Tughlūq (1351-1388). Cette œuvre majeure s’inscrit dans une longue tradition poétique en langues vernaculaires et annonce les « récits d’amour » d’inspiration soufie du xvie siècle. Elle a fait l’objet de travaux d’éminents spécialistes indiens tels que Mata Prasad Gupta et Shyam Manohar Pandey. Nous avons engagé l’étude de l’œuvre de Mullā Dā’ūd en évoquant les différentes versions orales en avadhi et bhojpuri recueillies et éditées par S. M. Pandey dans huit volumineux ouvrages publiés de 1979 à 2006 à Allahabad. Nous avons conclu provisoirement l’étude des « sous-genres » littéraires présents dans les « récits d’amour » : chansons des douze mois, envois de messages, etc., à la lumière des travaux de Charlotte Vaudeville (Pondichéry, 1962 et 1963).

II. Les poèmes chantés dans la musique savante de l’Inde du Nord (constitution et transmission des répertoires)

7L’intérêt scientifique et le goût des doctorants, des étudiants et des auditeurs participant à la conférence ont inspiré le choix des formes et des genres poétiques et musicaux constituant les « répertoires traditionnels » de la musique hindustani. Ils sont recueillis et conservés dans divers contextes de performance, à partir d’anthologies manuscrites, lithographiées ou imprimées, et d’enregistrements audio et audio-visuels inédits et commerciaux.

8Nous avons commencé l’année avec l’étude du répertoire du talentueux et versatile poète-compositeur et chanteur de qawwali, Hamsar Hayat Nizami, fils du regretté Mohd. Hayat Khan Nizami et neveu du regretté Meraj Ahmed Nizami “Bulbul-i Chisht”. Son premier CD Apnī Mastī est très populaire. Il a été produit par le cinéaste et chercheur indépendant indien Yousuf Saeed pour Ektara India en 2002, réédité en 2007, est commercialisé aujourd’hui par Navras Records.

9Hamsar Hayat a reçu une bonne formation à la musique hindustani par son père et hérité d’un vaste répertoire de poèmes lyriques en persan, ourdou, hindavi, hindi, braj, etc., de son oncle. Il est également connu pour ses performances de chants dévotionnels dédiés à Sai Baba de Shirdi, Vaishno Devi, etc., dans des temples hindous. (Voir ses nombreux enregistrements vidéo disponibles en ligne). Nous nous sommes intéressés plus particulièrement au répertoire de son DVD intitulé Allah hū al-Habībī, produit par les Sufi Hayat Brothers en 2013, dont la pochette sophistiquée indique les noms des autres chanteurs, des auteurs des poèmes, des arrangeurs, etc. Après la projection commentée du DVD, nous avons étudié un choix de poèmes lyriques de facture « traditionnelle » réunis dans son premier CD Apnī Mastī cité ci-dessus. Nous avons conclu l’étude du répertoire d’Hamsar Hayat Nizami avec trois poèmes lyriques représentatifs de sa bonne formation musicale dite « classique » (rāgadārī, littéralement « porteuse de rāga » ou « basée sur le rāga », l’entité mélodique fondamentale de la musique hindustani) et de son vaste répertoire poétique plurilingue.

10La 713e commémoration de la mort (‘urs) du maître soufi Khwāja Nizāmuddīn Auliya (1238-1325) a commencé le dimanche 15 janvier 2017. À cette occasion, nous avons commenté un choix de documents audio-visuels inédits filmés par Yousuf Saeed (Yousuf Saeed, filmmaker, writer, designer, India ; http://yousufsaeed.blogspot.com/ ; Yousuf Saeed, Academia.edu).

11À l’occasion des fêtes du Printemps hindou et soufi (le 1er février 2017), nous avons poursuivi l’étude d’une sélection de poèmes lyriques sur ce thème appartenant également au « répertoire traditionnel », souvent chantés avec les poèmes de rang ou « couleur » dans les sanctuaires soufis (dargāh), quotidiennement ou à l’occasion de rituels spécifiques, comme la commémoration de la mort de Nizāmuddīn Auliya et du poète-compositeur de cour soufi Amīr Khusrau Dehlavī (1253-1325). La fête soufie du printemps, Basant, est célébrée dans le quartier de Nizamuddin à New Delhi la veille de Basant Pañcamī hindou, le cinquième jour de la quinzaine claire du mois lunaire de Māgh, où l’on honore Sarasvatī, déesse des arts performatifs et de l’éloquence (voir Basant. A short film par Yousuf Saeed, 1997).

12Nous avons présenté un bref compte rendu de mission en Inde du 7 février au 2 mars 2017 – en particulier des quatre nuits du Dhrupad Mela, festival annuel dédié au genre poétique et musical en langue braj, dhrupad, remontant au xive siècle, se tenant à Varanasi à l’occasion de Mahashivaratri (21-24 février 2017), partagé quelques publications récentes acquises en Inde, puis présenté l’ouvrage Devotional Islam in Contemporary South Asia: Shrines, journeys and wanderers, dirigé par Michel Boivin et Rémy Delage (Abington, New York, 2016), dont plusieurs contributions concernent diverses formes musicales en performance dans des sanctuaires soufis de l’Asie du Sud.

13Au deuxième semestre, nous avons repris l’analyse d’une nouvelle sélection de chants appartenant à plusieurs genres poétiques et musicaux (rang, manqabat, gīt, bhajan, etc.). Ils font partie du « répertoire traditionnel » des musiciens héréditaires qawwals, rattachés aux sanctuaires soufis ou parfois issus de familles de musiciens de cour, comme Muhammad Ahmad Warsi et son groupe de Rampur. Ils sont chantés quotidiennement, ou en fonction du calendrier liturgique, ou de rituels spécifiques, dans les assemblées poétiques et musicales, ou encore lors de concerts sur scène, en dehors du milieu soufi.

14En conclusion des conférences de l’année 2016-2017, nous avons étudié un poème lyrique en performance appartenant au « répertoire traditionnel » indo-persan des qawwals, attribué à Amīr Khusrau Dehlavī, extrait d’un document inédit de Yousuf Saeed. Nous l’avions présenté à la fin de la communication « Poésie lyrique en performance dans les assemblées poétiques et musicales soufies : l’exemplaire du sanctuaire de Nizamuddin à New Delhi », donnée aux journées d’étude du projet Deli « Performance de la littérature en Asie du Sud, 2. Théories et usages des émotions » (Paris, 8-9 juin 2017, http://deli.hypotheses.org/​556), dont la publication des actes est en préparation, sous la direction d’Anne Castaing et d’Ingrid Le Gargasson, pour les Presses universitaires de Provence, à Aix-en-Provence. Nous en avons étudié d’autres versions, comme celle du maître Nusrat Fateh Ali Khan (1948-1997) enregistrée au Théâtre de la Ville en mars 1988 (Voir l’enregistrement Pakistan. Nusrat Fateh Ali Khan en concert à Paris, Volume 4, Ocora Radio-France, 1998, Ocora C 559073).

— ◊ —

[2017-2018]

I. Littératures indiennes des cours indo-persanes : théories et pratiques artistiques dans l’Inde des Sultanats (Delhi, Jaunpur, Gujarat, Deccan) et dans l’Empire moghol, XVe-XVIIIe siècles

15La présentation de publications récentes sur la culture et la littérature indo-persanes de la période des Sultanats et de l’Empire moghol et le compte rendu de deux missions en Inde, du 17 août au 11 septembre et du 3 au 18 octobre 2017, et du symposium Memory Construction and Emotion in India, organisé par Heidi Pauwels et Eva De Clerq à l’université de Washington à Seattle du 14 au 16 septembre 2017, ont servi d’introduction aux conférences de l’année 2017-2018. Nous avons rappelé les travaux fondamentaux dans ce domaine, en soulignant le rôle du Projet Perso-Indica, An Analytical Survey of Persian Works on Indian Learned Traditions (http://perso-indica.net/​).

16Nous avons poursuivi l’étude de l’émergence des littératures vernaculaires – en particulier les récits narratifs d’inspiration soufie – documentant les pratiques artistiques ayant bénéficié du patronage des sultans de Delhi, dynasties Sayyid (1414-1451) et Lodi (1451-1526), Jaunpur, du Gujarat et du Deccan, à partir des sources littéraires, musicologiques, historiques et hagiographiques en sanskrit et en persan les plus significatives sur les arts performatifs.

17Avant de commencer la présentation des textes littéraires choisis cette année, nous avons analysé l’exposé du poète de cour Amīr Khusrau Dehlavī (1253-1325) sur les langues de l’Inde dans le troisième chapitre de son quatrième poème narratif (maṣnavī) Nuh Sipihr, « Les neuf sphères célestes » (1318), composé sous le règne du sultan Mubārak Shāh Khaljī (r. 1316-1320). Dans ce chapitre, le poète polyglotte chante les louanges de la culture de l’Hind et souligne la variété des langues connues et pratiquées qui le fascinait : arabe, persan, dari, sanskrit et les autres langues de l’Inde qui ont retenu notre attention. Nous avons relevé un passage particulièrement éloquent sur sa connaissance des langues dans la préface de son troisième recueil poétique (divān), le Ghurrat al-Kamāl ou « L’apogée de la perfection » (1293-1294).

18En introduction à l’étude des passages sur les arts performatifs dans les récits narratifs, nous avons présenté le troisième poème historique (maṣnavī) du poète, Duval Rānī Khizr Khān, « [La romance de] Duval Rānī et Khizr Khān » (1315), histoire d’amour tragique entre le prince Khizr Khān, fils du sultan ‘Alā’ al-dīn Khaljī (r. 1296-1316) et une princesse hindoue du Gujarat, qui préfigure les récits narratifs en langues littéraires du Madhyadesh et de l’Inde du Nord, connus à partir de la fin du xive siècle. On a également mentionné le Candāyan de Mullā Dā’ūd, composé entre 1371 et 1379 à Dalmau, sous le règne du sultan Firūz Shāh Tughlūq (r. 1351-1388), et le récit d’amour intitulé Chitāī-caritra ou Chitāī-vārtā, « La geste de [l’héroïne] Chitāī », attribué à Nārāyaṇ Dās et complété par Ratanrang et Devacandra, composé entre 1480 et 1520 (?) à Sarangpur au Madhyadesh, dont les passages sur les arts performatifs ont fait l’objet de plusieurs conférences.

19Pour mieux comprendre les normes esthétiques d’appréciation qui gouvernent ces textes, nous avons rappelé quelques définitions (lakṣaṇa) sur les « producteurs » des arts performatifs, les assemblées musicales et leurs patrons. Toujours basées sur l’observation des pratiques artistiques, elles figurent dans les principaux traités musicologiques en sanskrit et leurs traductions-adaptations indo-persanes du xiiie au xvie siècle et sont présentes en filigrane dans les textes littéraires dont les auteurs n’ont probablement pas eu accès aux textes théoriques originaux.

20La conférence hebdomadaire du lundi 15 janvier 2018 a été remplacée par une communication de la directrice d’études au séminaire mensuel Mondes indiens intitulée « Le patronage des arts performatifs par Rājā Mān Singh Tomar, souverain de Gwalior de 1486 à 1516 : un hommage à Dr Harihar Nivas Dvivedi (1912-1987) », à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III, au centre Censier. Nous en donnons ici le résumé :

Le règne de Rājā Mān Singh Tomar, souverain de Gwalior de 1486 à 1516, est célèbre pour les remarquables monuments qu’il fait construire dans la capitale du Madhyadesh, tels que l’imposant Man Mandir dans l’enceinte du Fort et le Gujari Mahal au pied de la citadelle, et dans ses environs, comme le Racch de Barai, amphithéâtre érigé à une trentaine de kilomètres de la cité. Sa curiosité intellectuelle, son érudition, ses innovations en théorie musicale et son appréciation des arts performatifs sont attestées dans de nombreuses sources architecturales et textuelles. Des chroniques historiques et des traités musicologiques indo-persans, et des œuvres littéraires vernaculaires témoignent du patronage du roi mélomane accueillant à sa cour de brillants poètes-compositeurs, musiciens et danseuses.
Nāyak Bakhshū est une figure majeure parmi les artistes de la cour de Gwalior. Il excelle dans une forme poétique et musicale émergeant à la fin du xve siècle au Madhyadesh, appelée aujourd’hui « dhrupad », dont Rājā Mān Singh Tomar sera considéré comme « l’inventeur » légendaire à partir de l’époque moghole. Les poèmes lyriques dits « dhrupad » sont composés en gvāliarī bhāṣā, langue poétique remarquée pour sa musicalité, comme le sera plus tard la langue braj particulièrement appréciée à la cour impériale. Les descendants et disciples des protégés du souverain, tels que Miyān Tānsen (m. 1589), deviendront les meilleurs chanteurs de l’empereur Akbar (r. 1556-1605) et de ses successeurs. Les centaines de poèmes lyriques qui leur sont attribués sont préservés dans des anthologies manuscrites. Inspirés par un vaste éventail thématique, ils illustrent poétiquement les nouveaux courants esthétiques qui marquent la vie artistique de Gwalior au début du xvie siècle.

21Le compte rendu d’une mission en Inde de la directrice d’études (du 7 au 28 février 2014, à New Delhi, Varanasi, Lucknow et Gwalior) a permis de présenter quelques publications récentes.

22L’avant dernière conférence dans le cadre de la direction d’études « Histoire et philologie de l’Inde médiévale et moghole (xiiie-xviiie siècles) » a eu lieu le lundi 11 juin 2018, à l’EPHE, à la Sorbonne. Elle fut consacrée à une dernière évocation des arts performatifs dans l’œuvre indo-persane d’Amīr Khusrau Delhavī (1253-1325) et dans la poésie lyrique en hindavi attribuée au poète de cour et soufi, objet de nombreuses conférences depuis plusieurs années. Nous avons mentionné les passages sur la musique et la danse dans le troisième chapitre du Nuh Sipihr, « Les neuf sphères célestes » [1318], quatrième poème narratif (maṣnavī) indo-persan d’Amīr Khusrau Dehlavī, en hommage à Shahab Sarmadee (1914-1994) et à ses nombreuses publications sur les arts performatifs à l’époque des sultanats. Le premier volume de son Nūr-Ratnākar: A Bio-bibliographical Survey and Techno-historical Study…, édité par P. L. Sharma et F. « N. » Delvoye (Kolkata, ITC Sangeet Research Academy, 2003) consacre sept chapitres aux œuvres d’Amīr Khusrau comprenant des passages sur ce thème. Nous avons également évoqué les travaux d’historiens, de musicologues et de musiciens sur Amīr Khusrau, et signalé quelques publications récentes accordant une plus grande place à la performance.

23La dernière conférence de la directrice d’études dans le cadre de « Histoire et philologie de l’Inde médiévale et moghole (xiiie-xviiie siècles) » a eu lieu le lundi 18 juin 2018 à l’EPHE, à la Sorbonne, avec la participation de Sunil Sharma, Professor of Persianate and Comparative Literature Convener of Persian and Hindi-Urdu, Boston University (https://www.bu.edu/​asian/​profiles/​sunil-sharma/​). Le prof. S. Sharma fut directeur d’études invité à la section des Sciences historiques et philologiques de l’EPHE en 2014 pour donner quatre conférences sur le thème : « Topographie et voyage dans la littérature persane moghole (1586-1665) ». Il a présenté son dernier ouvrage Mughal Arcadia: Persian Literature in an Indian Court (www.hup.harvard.edu/catalog.php?isbn=9780674975859) et exposé ses nouveaux thèmes de recherche. Il collabore également au projet « Poésie et musique dans les œuvres indo-persanes et hindavi d’Amir Khusrau », avec un document audio-visuel par le cinéaste documentariste et chercheur Yousuf Saeed (voir http://yousufsaeed.com/​ et http://yousufsaeed.blogspot.fr/​) à New Delhi. La directrice d’études le remercie vivement de nous avoir fait l’honneur et l’amitié de venir spécialement de Londres à cette occasion.

24Nous avons conclu la dernière conférence par un dialogue avec les collègues, étudiants et auditeurs présents.

II. Les poèmes chantés dans la musique savante de l’Inde du Nord (constitution et transmission des répertoires)

25Un choix représentatif des formes et des genres poétiques et musicaux constituant les « répertoires traditionnels » de la musique hindustani a servi de corpus initial. Ils ont été recueillis par la directrice d’études dans divers contextes de performance, à partir d’anthologies manuscrites, lithographiées ou imprimées, et d’enregistrements audio et audio-visuels inédits et commerciaux.

26Comme chaque année, l’intérêt scientifique et le goût des étudiants, doctorants et auditeurs participant à la conférence ont également inspiré le choix littéraire de chaque conférence.

27Nous avons repris l’étude de la projection commentée du film documentaire The Heritage of Amir Khusrau (2013), version abrégée et sous-titrée en anglais de Boojh Sakay To Boojh (1997), série de quatre films documentaires sur l’image contemporaine du poète de cour et musicien soufi Amīr Khusrau (1253-1325), par le cinéaste et chercheur indépendant indien Yousuf Saeed (http://yousufsaeed.com/​) avec Iffat Fatima. Nous avons présenté le texte d’un choix de poèmes lyriques, devinettes et énigmes en hindavi et persan attribués à Amīr Khusrau, chantés et récités aujourd’hui dans des formes, genres littéraires et contextes de performance très variés, extraits du film. Nous avons également commenté une sélection d’entretiens avec d’éminents historiens spécialistes des littératures et du soufisme, et d’artistes sur la contribution du poète-musicien à l’émergence de la culture indo-persane et sa représentation aujourd’hui.

28Nous avons projeté et commenté des documents audio-visuels illustrant le choix de poèmes lyriques en persan présentés dans « Poèmes lyriques en persan chantés en l’honneur d’Amir Khusrau Dehlavi (1253-1325) au sanctuaire soufi de Nizamuddin, à New Delhi, Inde », contribution de F. « N. » Delvoye, Mikko Viitamäki et du cinéaste et chercheur indépendant indien Yousuf Saeed (http://yousufsaeed.com/​) présentée au colloque international Les liens historiques entre musique et poésie dans l’espace iranophone (Douchambe, 21-24 octobre 2010), dont le texte non publié a été distribué.

29La 714e commémoration de la mort (‘urs) de Khwāja Nizāmuddīn Auliya (1238-1325) a eu lieu du 4 au 8 janvier 2018. Le déroulement des rituels spécifiques à la commémoration de la mort du maître soufi et à celle de son disciple, le poète de cour Amīr Khusrau Delhavī, est similaire. Nous avons évoqué l’assemblée musicale de la dernière nuit de cet événement, grâce à un document audio-visuel filmé en décembre 2003 par le cinéaste et chercheur Yousuf Saeed, dont nous avions vu un aperçu en décembre 2017. Nous avons étudié quelques poèmes lyriques en hindavi et en persan présentés à cette occasion par les qawwals, musiciens héréditaires attachés aux sanctuaires soufis (dargāh) ou descendants de musiciens de cour.

Séminaire Apprentissage et transmission des savoirs et des savoir-faire en Asie du Sud et dans les mondes persanophones, organisé par F. Delvoye (UMR 7528 Mondes iranien et indien)

30Parallèlement aux conférences hebdomadaires, il convient de mentionner la complémentarité du séminaire Apprentissage et transmission des savoirs et des savoir-faire en Asie du Sud et dans les mondes persanophones (UMR 7528 Mondes iranien et indien) qui a lieu les 1er et 3e mercredis du mois, sous notre responsabilité depuis janvier 1998. Il est validable dans le cadre du master de Sciences humaines et sociales, mention « Études européennes, méditerranéennes et asiatiques », spécialité « Études asiatiques » de l’EPHE et des établissements partenaires conventionnés. Une série de séances a été consacrée à la contribution des films documentaires à la connaissance des processus d’apprentissage et de transmission des savoirs et des savoir-faire dans l’aire culturelle étudiée. Le choix des documents projetés et commentés a été guidé par les domaines de recherche et l’intérêt des étudiants et auditeurs participant au séminaire.

31Les comptes rendus de missions en Inde ont donné l’occasion de présenter de nombreux CD de chant Dhrupad produits par Bihaan Music, Kolkatta, acquis à l’occasion des « Dhrupad Mela », festivals annuels consacrés au Dhrupad organisés pour la célébration de Maha Shivaratri à Varanasi. C’était l’occasion de partager les observations de quelques concerts liés à la transmission des savoirs musicaux à New Delhi par exemple, ainsi qu’au festival de musique annuel célébré à Sankat Mochan à Varanasi et de présenter quelques ouvrages récents sur le thème du séminaire.

32En 2017-2018, une première séance de ce séminaire (15 novembre 2017) fut consacrée à un « Hommage à la regrettée Vidushi Girija Devi (1929-2017) », grande chanteuse de thumri, forme particulièrement poétique de la musique hindustani, décédée à Kolkatta, le 24 octobre 2017, à l’âge de 88 ans. Elle a été suivie de sept séances (de décembre 2017 à juin 2018) sur le thème « Les poèmes lyriques dans les genres poétiques et musicaux de la musique Hindustani : dhrupad, khayal, thumri, ghazal, chaiti, etc. » : conférences illustrées de documents audio et audio-visuels.

33La séance du séminaire du mercredi 4 avril 2018 a été remplacée par le séminaire mensuel Histoire et anthropologie des sociétés musulmanes dans l’Asie du Sud contemporaine (Soma), de l’EHESS, intitulé « Le poète-musicien de cour et saint soufi Amīr Khusrau Dehlavī (1253-1325), figure emblématique de la musique en Asie du Sud : des sanctuaires soufis à la scène musicale hindoustanie », illustré de documents audio et audio-visuels, avec une communication du directeur d’études sur « Les répertoires poétiques des musiciens professionnels qawwals au sanctuaire soufi de Nizamuddin à New Delhi », suivie d’un exposé d’Ingrid Le Gargasson (EHESS), intitulé « Musique hindoustanie et islam : perspectives contemporaines croisées », soulevant de nombreuses interrogations au cœur du séminaire de l’EPHE.

Références bibliographiques, audio et audio-visuelles (2016-2018)

Texte indo-persan (édition et traduction)

34Amīr Khusrau Dehlavī, Nuh Sipihr, édité par Mohammad Wahid Mirza, sous le titre en anglais, The Nuh Sipihr of Amir Khusrau, Persian Text (with Introduction, Notes, Index, etc.), Londres, New York, Bombay, Calcutta, Madras, Oxford University Press, 1949 (Islamic Research Association Series, 12) ; — version PDF en ligne (558 pages) : https://archive.org/​stream/​in.ernet.dli.2015.335188/​2015.335188.Nuh-Sipihr#page/​n19/​mode/​2up.

35Traduction anglaise du chapitre III par R. Nath et Faiyaz “Gwaliari”, India as Seen by Amir Khusrau (in 1318 A.D.), Jaipur, Historical Research Documentation Programme, 1981 ; — version PDF en ligne : https://ia801900.us.archive.org/​21/​items/​in.ernet.dli.2015.108366/​2015.108366.India-As-Seen-By-Amir-Khusrau-in-1318-Ad.pdf.

Éditions de textes en hindi médiéval

36Chitāī-caritra ou Chitāī-vārtā, « La geste de [l’héroïne] Chitāī », attribué à Nārāyaṇ Dās et complété par Ratanrang et Devacandra, édité par Mata Prasad Gupta, Allahabad, 1954.

37Chitāī-caritra, édité par Harihar Nivas Dvivedi et Agarcand Mehta, Gwalior, Vidyamandir Prakashan, 1960.

38Mullā Dā’ūd, Candāyan, édité par Mata Prasad Gupta, Varanasi, Viśvavidyālay Prakāśan, 1967.

39Mullā Dā’ūd, Candāyan, édité par Shyam Manohar Pandey, vol. I-II, Allahabad, Sahitya, Bhavan, 2018.

40Pandey (Shyam Manohar), éd., The Hindi Oral Epic Canainī: The Tale of Lorik and Candā, Allahabad, Sahitya Bhawan, 1982.

41Pandey (Shyam Manohar), éd., The Hindi Oral Epic Lorikāyan, Allahabad, Sahitya Bhawan, 1987.

42Pandey (Shyam Manohar), éd., The Hindi Oral Epic Tradition: Bhojpuri Loriki, Allahabad, Sahitya Bhawan, vol. I, 1995 ; vol. II, 2006.

Études

43Behl (Aditya), Love’s Subtle Magic: An Indian Islamic Literay Tradition, 1379-1545, édité par Wendy Doniger, New York, Oxford University Press, 2012.

44Delage (Rémy) et Boivin (Michel), dir., Devotional Islam in Contemporary South Asia: Shrines, journeys and wanderers, Abington, New York, Routledge, 2016.

45Delvoye (Françoise « Nalini »), Saeed (Yousuf) et Viitamäki (Mikko), « Poèmes lyriques en persan chantés en l’honneur d’Amir Khusrau Dehlavi (1253-1325) au sanctuaire soufi de Nizamuddin, à New Delhi, Inde », présenté in absentia au colloque international Les liens historiques entre musique et poésie dans l’espace iranophone, Dushanbe, 21-24 octobre 2010, 14 p. (avec sélection bibliographique, discographique, filmographique et liens internet).

46Delvoye (Françoise « Nalini ») et Saeed (Yousuf), « Poèmes lyriques en hommage à Amir Khusrau Dehlavi (1253-1325) – Lyrics in Performance: Poetry sung in homage to Amir Khusrau Dehlavi (1253-1325) », document audio-visuel accompagné d’un livret en préparation à New Delhi, pour être mis en ligne sur le site « Ektara » (http://www.ektara.org/​) du cinéaste et chercheur indépendant Yousuf Saeed (http://www.yousufsaeed.com/​ et http://yousufsaeed.blogspot.fr/​2009/​07/​works-by-yousuf-saeed.html).

47Devos (Claire), Qawwali. La musique des maîtres du soufisme, Paris, Éditions du Makar, 1995 (avec deux CD, The Lyrical Tradition of Qawwali – La tradition lyrique du Qawwali : Me‘raj Nizami Qawwal, Qawwal Bacche, Paris, Éditions du Makar, 1995, MACKD 018 ; livret en français et en anglais).

48Gaborieau (Marc), « Un sanctuaire soufi, le complexe de Nizamuddin à Delhi », dans Dominique Iogna-Prat et Gilles Veinstein, Lieux de culte, lieux saints dans le judaïsme, le christianisme, et l’islam, no spécial de la Revue de l’histoire des religions, 222, fasc. 4 (2005), p. 529-555.

49Hossain (Shakeel), World of Khusrau: Innovations & Contributions, catalogue d’exposition, New Delhi, Rampur et Lucknow, de février à juin 2013, dans le cadre du projet Hazrat Nizamuddin Urban Renewal à l’initiative de et publié par l’Aga Khan Trust for Culture, avec un co-financement de la Ford Foundation, en association avec Mapin Publishing en Inde et Grantha Corporation aux USA, 2014 [avec un CD].

50Hossain (Shakeel), dir., Jashn-e-Khusrau: A Collection, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, Lustre Press, Roli Books, 2012 [avec trois CD].

51Hossain (Shakeel), dir., Jashn-e-Khusrau 2013: Celebrating the Genius of Khusrau, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, avec un co-financement de la Ford Foundation, en association avec Mapin Publishing, 2014 [avec trois CD].

52Losensky (Paul E.) et Sharma (Sunil), trad., In the Bazaar of Love: The Selected Poetry of Amīr Khusrau, New Delhi, Penguin Books, 2011 (réimpression, édition brochée, 2013).

53Matringe (Denis), « Une séance de Qavvâlî archétypale, introduction, transcription et traduction », dans Annie Montaut (dir.), Le Rajasthan. Ses dieux, ses héros, son peuple, Paris, Publications Langues’O, 2000, p. 121-154.

54Me‘rāj Aḥmad Qawwāl, The Lyrical Tradition of Qawwali La tradition lyrique du Qawwali, Me’raj Nizami Qawwal, Qawwal Bacche, 2 CD, Paris, Éditions du Makar, 1995 (MACKD 018) [livret en français et en anglais].

55Me‘rāj Aḥmad Nizāmi, Qawwāl (avec la collaboration de Claire Devos), Surod-i ruḥanī, Qawwālī ke rang, New Delhi, Ghulam Hasnain, 1998 (en urdu).

56Orsini (Francesca) et Butler Schofield (Katherine), dir., Tellings and Texts: Music, Literature and Performance in North India, Cambridge, UK, Open Book Publishers, 2015.

57Orsini (Francesca) et Sheikh (Samira), dir., After Timur Left: Culture and Circulation in Fifteenth Century North India, New Delhi, Oxford University Press, 2014.

58Pāncāl (Parmānand), Bhārat kī mahān vibhūti Amīr Khusrau: vyaktitva aur kŗtitva, New Delhi, Hindi Book Center, 2001 (en hindi).

59Qureshi (Regula Burckhardt), Sufi Music of India and Pakistan: Sound Context and Meaning in Qawwali, Cambridge, Cambridge University Press, 1986 ; 2e éd., Chicago, The University of Chicago Press, 1995, avec une nouvelle préface (p. xii) et un CD de 11 titres enregistré à Nizamuddin ; réimpr. New Delhi, Oxford University Press, 2006 (avec CD) [chap. I : « The Qawwali repertoire », p. 19-45].

60Qureshi (Regula Burckhardt), « Qawwālī: An Introduction », dans Shakeel Hossain (dir.), Jashn-e-Khusrau, A Collection, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, Lustre Press, Roli Books, 2012, p. 96-121.

61Saeed (Yousuf), « The Debate on Amir Khusrau’s “Inventions” in Hindustani Music », The Journal of Indian Musicological Society, 39 (2008), p. 220-232.

62Sarmadee (Shahab), « Ameer Khusrau’s Own Writings about Music », dans Hasnuddin Ahmadī (éd.), Life, Times & Works of Amīr Khusrau Dehlavi, New Delhi, National Amir Khusrau Society, 1975 (Seventh Centenary National Amir Khusrau Society), p. 241-269.

63Sarmadee (Shahab), « Musical Genius of Amir Khusrau », dans Amir Khusrau: Memorial Volume, New Delhi, Publications Division, Govt. of India, 1975, p. 33-61.

64Sarmadee (Shahab), « Khusrau aur Sarud-i Ghazal », dans Z. Anṣārī (dir.), Khusrau Shinasi (1975), New Delhi, Tarraqī-i Urdū Bureau, 2e éd., 1989, p. 277-296.

65Sarmadee (Shahab), Nūr-Ratnākar: A Bio-bibliographical Survey and Techno-historical Study, of all available important writings in Arabic, Persian, Sanskrit and other allied languages on the subject of song, dance and drama, Prem Lata Sharma et F. « Nalini » Delvoye (éd.), I, Kolkata, ITC Sangeet Research Academy, 2003 : Qirān al-Sa‘dain [1289], p. 391-400 ; — Miftāḥ al-Futūḥ [1291], p. 406-411 ; — Ghurrat al-Kamāl [1293-1294], p. 401-405 ; — Khazāin’ul Futūh [1296 – 1311-1312], p. 435 ; — Duval Rani Khizir Khan [1315], p. 436-438 ; — Nuh Sipihr [1318], p. 439-443 ; — Rasā’il’ul I‘jāz / I‘jāz-i Khusrawī [1319-1320], p. 444-458.

66Sarmadee (Shahab), Amīr Khusrau’s Prose Writings on Music in Rasā’il’ul I‘jāz, better known as I‘jāz-i Khusrawī (avec traduction anglaise et annotations), Prem Lata Sharma et F. « Nalini » Delvoye (éd.), Kolkata, ITC Sangeet Research Academy, 2004.

67Sharma (Sunil), Amir Khusraw: The Poet of Sultans and Sufis, Oxford, Oneworld Publications, 2005 (Makers of the Muslim World Series) ; 1re édition Asie du Sud, 2006, réimpr. 2009.

68Sharma (Sunil), « Literary Aspects of Amir Khusrau’s Poetry », dans Shakeel Hossain (dir.), Jashn-e-Khusrau: A Collection, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, Lustre Press, Roli Books, 2012, p. 70-95.

69Sreenivasan (Ramya), « Warrior-Tales at Hinterland Courts in North India, c. 1370-1550 », dans Francesca Orsini et Samira Sheikh (dir.), After Timur Left: Culture and Circulation in Fifteenth-Century North India, New Delhi, Oxford University Press, 2014, p. 242-272.

70Trivedi (Madhu), « Amir Khusrau in the Context of Indo-Persian Synthesis in Medieval North Indian Music (13th to 19th Century) », dans Shakeel Hossain (dir.), Jashn-e-Khusrau 2013: Celebrating the Genius of Khusrau, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, avec un co-financement de la Ford Foundation, en association avec Mapin Publishing, 2014, p. 108-123.

71Vaudeville (Charlotte), Les Duhā de Ḍhola-Mārū. Une ancienne ballade du Rājasthān, avec introduction, traduction et notes par Charlotte Vaudeville, Pondichéry, Institut français d’Indologie, 1962 (Publications de l’Institut français d’Indologie, 21).

72Vaudeville (Charlotte), Bārah-māsā. Les chansons des douze mois dans le littératures indo-aryennes, Pondichéry, Institut français d’Indologie, 1965 (Publications de l’Institut français d’Indologie, 28).

73Viitamäki (Mikko), « Where lovers prostrate: poetry in the musical assemblies of Chishti Sufis », Studia Orientalia, 107 (2009) [Helsinki, Finnish Oriental Society], p. 311-343.

74Viitamäki (Mikko), « Poetry in Sufi Practice, Patrons, Poets and Performers in South Asian Sufism from Thirteenth Century to the Present », PhD Dissertation, University of Helsinki, Department of World Cultures, 2015 ; https://helda.helsinki.fi/​handle/​10138/​153398.

75Viitamäki (Mikko), « Meditative practice, aesthetics and entertainment music in an Indian Sufi shrine », dans Michel Boivin et Rémi Delage (dir.), Devotional Islam in Contemporary South Asia: Shrines, jouneys and wanderers, Abingdon, New York, Routledge, 2016 (Routledge Contemporary South Asia Series, 107), p. 103-118.

76Viitamäki (Mikko), « The Delicate Balance: Adab and Mystical States in the Musical Assemblies of Sufis in Medieval India », dans F. Chiabotti, E. Feuillebois-Pierunek, C. Mayeur-Jaouen et L. Patrizi (dir.), Ethics and Spirituality in Islam: Sufi adab, Leyde, Brill, 2016 (Islamic Literatures: Texts and Studies), p. 584-607.

77Zuberi (Irfan), « Art, Artists and Patronage: Qawwālī in Hazrat Nizamuddin Basti », dans Shakeel Hossain (dir.), Jashn-e-Khusrau: A Collection, New Delhi, Aga Khan Trust for Culture, Lustre Press, Roli Books, 2012, p. 122-147.

Films, CD, DVD

78Khan (Nusrat Fateh Ali), Pakistan. Nusrat Fateh Ali Khan en concert à Paris, Volume 4, Ocora Radio-France, 1998 (Ocora C 559073).

79Nizami (Hamsar Hayat), Apnī Mastī, CD produit par Yousuf Saeed, New Delhi, Ektara India, 2002 ; réédité en 2007, commercialisé par Navras Records.

80Nizami (Hamsar Hayat), Allah hū al-Habībī, DVD produit par les Sufi Hayat Brothers, 2013.

81Saeed (Yousuf), cinéaste, documentariste et chercheur indépendant (Yousuf Saeed, filmmaker, writer, designer, India) ; http://yousufsaeed.blogspot.com/​ ; Ektara India, http://www.ektara.org/​ ; http://ektara.org/​magazine/​index.html ; Tasveer Ghar, http://www.tasveerghar.net ; Aalam-e Khusrau online : http://aalamekhusrau.com/​yousuf.aspx ; Yousuf Saeed, Academia.edu).

82Saeed (Yousuf), Basant. A short film about how a primarily Hindu festival of spring called Basant is celebrated by some Muslims in North India, Betacam (oct. 1997, 12:53 min.) ; http://www.youtube.com/​watch?v=O2zlN88unuI.

83Saeed (Yousuf), avec Iffat, Fatima, Bujh sake to bujhGuess if you can (A 4 part documentary series on the contemporary image of 13-century poet Amir Khusrau), janvier 1997.

84Saeed (Yousuf), Khusrau Darya Prem ka Khusrau, the River of Love: A film produced for the Aga Khan Trust for Culture, New Delhi (sous l’égide du projet Aalam-e Khusrau), http://yousufsaeed.com/​kdpk.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Delvoye, « Histoire et philologie de l’Inde médiévale et moghole (XIIIe-XVIIIe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 388-398.

Référence électronique

Françoise Delvoye, « Histoire et philologie de l’Inde médiévale et moghole (XIIIe-XVIIIe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5649

Haut de page

Auteur

Françoise Delvoye

Directrice d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search