Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesArt et archéologie de la Chine pr...

Résumés des conférences

Art et archéologie de la Chine pré-imperiale

Alain Thote
p. 401-408

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. L’artisanat du laque à l’âge du Bronze (XVe-IIIe s. av. J.-C.) : des ateliers de cour aux ateliers d’État. — II. Recherches sur les bronzes chinois des collections du musée Cernuschi (suite). — III. Actualité des recherches archéologiques en Chine.

Haut de page

Texte intégral

I. L’artisanat du laque

1Avant d’aborder le sujet du point de vue archéologique, nous nous sommes interrogés sur les connaissances réunies en Europe aux xviie-xviiie siècles sur l’origine et l’art de fabriquer les objets en laque. L’évolution du vocabulaire tel qu’il apparaît dans les dictionnaires révèle les progrès relativement lents des connaissances sur le sujet. Les premières définitions montrent que l’on a d’abord été impressionné par la couleur, pourpre, rouge, noire selon les objets, avec des rehauts d’or, et la profondeur de leur éclat ; on a confondu la matière avec une sorte de gomme venant des Indes, le shellac, secrétée par un insecte. Ce n’est qu’au tournant du xixe siècle que l’on a compris qu’il s’agissait d’une substance secrétée par un arbre, Rhus verniciflua Stokes, entre le bois et l’écorce. Mais l’origine géographique de cette substance est néanmoins restée floue. Jusqu’au xixe siècle dans les dictionnaires français on mentionne aussi bien l’Inde que la Chine comme centres producteurs. Le nom du Japon n’y apparaît jamais, tandis qu’en Angleterre le mot japanning créé au xviie siècle signifiait « imiter un laque du Japon » et china désignait une porcelaine de Chine.

2Une synthèse générale des connaissances a été présentée au début de l’année, faisant état des propriétés de la laque, des conditions dans lesquelles pousse l’arbre qui la produit, et des différentes opérations nécessaires pour l’affiner et la rendre transparente. Puis nous avons présenté ses utilisations et passé en revue les pigments avec lesquels on la mélange pour varier la palette des couleurs. Les opérations successives pour la fabrication des objets sont nombreuses. Leur identification permet de reconstituer les différentes étapes de la chaîne opératoire suivie depuis la préparation de l’âme des objets jusqu’au lustrage de leur surface. Une fois appliquée, la laque a pour propriété de consolider et de rendre imperméable le bois, le cuir et le textile. Nous avons passé en revue les différentes techniques en usage à l’époque des Royaumes combattants (481-221 av. J.-C.) qui fut certainement la période la plus inventive dans l’histoire de cet artisanat : le travail du bois dans la masse, le bois tourné, le bois courbé, le laque sec (sur une âme de chanvre, qui remplace le bois).

3La première technique, qui relève de la sculpture, permet la réalisation d’objets parfois très impressionnants comme les zhenmushou 鎮墓獸, qui servaient à écarter les influences néfastes dans les tombes. Elle a servi à fabriquer du mobilier (lits, tables basses, appui-dos, appui-bras, coffres à vêtements, etc.), mais aussi des instruments de musique, des plateaux pour servir les repas, de la vaisselle, des nécessaires à boire et manger rangés dans des coffres. La technique du bois tourné a été inventée en complément de la sculpture, afin de réaliser des formes parfaitement rondes grâce au mouvement alternatif d’un archet (ou arçon). Il est difficile de préciser à partir de quelle date on s’est servi de cet outil, mais très probablement son invention a servi d’abord à perforer le jade et pourrait remonter au IIe millénaire avant notre ère, sinon plus tôt.

  • 1 Une boîte de toilette réalisée dans ces deux matériaux a été découverte dans la tombe 20 du cimetiè (...)
  • 2 Wenwu, 9 (2008), fig. 22 p. 12 (M1, porte-tasse tronconique), Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省 (...)
  • 3 Wenwu, 10 (2010), fig. 58-59 p. 23. Seule une photographie de l’objet en cours de dégagement a été (...)

4À partir du ive siècle avant notre ère, la technique du bois courbé a apporté une nette amélioration dans la réalisation de récipients cylindriques. Leur paroi devient désormais tout aussi fine que celle des vases en bronze, et ils présentent l’avantage d’être légers. Pour maintenir la forme cylindrique du bois, pour ajouter des anses ou des pieds, les artisans utilisaient des garnitures en bronze (kòuqì 釦噐). Nous nous sommes interrogés sur l’origine culturelle du bois courbé, apparu dans la seconde moitié du ive siècle avant notre ère dans la principauté de Qin 秦. Occupant la vallée de la Wei et la plus grande partie du Shaanxi, ce pays jouxtait une région où s’étaient fixées des populations agropastorales, étroitement liées au monde des steppes. Or, d’après l’ethnographie et l’archéologie, à des époques moins anciennes en Mongolie comme en Sibérie, les nomades avaient coutume d’utiliser l’écorce de bouleau pour fabriquer divers contenants, des boîtes rondes ou ovales par exemple. Il n’est donc pas impossible que les formes cylindriques des laques de Qin doivent leur origine au savoir-faire de populations non-chinoises vivant à la périphérie de cette principauté. Déjà, plusieurs siècles avant cette invention, au début du Ier millénaire avant notre ère, les artisans cherchaient à fabriquer des boîtes cylindriques, mais se voyaient contraints de réaliser leur paroi en bronze, le fond et le couvercle étant seuls en bois1. Dans l’est du Gansu oriental vivaient les Rong de l’Ouest, Xi Rong 西戎. Aux ive-iiie siècles avant notre ère, leur territoire était probablement déjà enclavé dans le royaume de Qin. Le cimetière de Majiayuan, dans le district autonome de Zhangjiachuan 張家川自治縣馬家塬, occupé par des membres de l’élite Xi Rong, a révélé l’existence de coutumes funéraires et d’une culture matérielle que cette population partageait avec les peuples de l’Asie centrale, avec lesquels ils étaient en étroite relation. Au moins deux porte-tasse de petite taille, cylindrique pour l’un (H. 8,4 cm, tombe M1), et tronconique pour l’autre (H 8,4 cm, tombe M1) réalisés chacun au moyen d’une feuille épaisse d’argent enroulée sur elle-même y ont été découverts, ainsi qu’une tasse cylindrique en argent (tombe M16, H. 8,8 cm). Les deux bords de la feuille formant celle-ci sont soudés l’un avec l’autre, ceux des deux porte-tasse sont « cousus » à l’aide de deux fils d’or parallèles pour l’une, avec un fil de cuivre pour l’autre2. On reconnaît dans ce mode de fabrication une technique traditionnelle en usage chez les peuples steppiques consistant à former un cylindre à l’aide d’écorce ou d’une très mince planche de bois en la ployant dans une étuve. Sans doute est-ce ce dernier mode de fabrication qui a été utilisé pour un contenant cylindrique en bois orné de feuilles découpées en or et en argent découvert dans la tombe M16 du même site (H 17,8 cm, diam. 16 cm)3. La transposition dans le métal d’un procédé de fabrication utilisé habituellement pour fabriquer des contenants cylindrique ou tronconiques en bois, indique que les Xi Rong utilisaient très probablement la technique du bois courbé. Cependant, malgré les différents indices passés en revue qui plaident en faveur d’un emprunt par les artisans de Qin de la technique du bois courbé auprès de leurs voisins, notre hypothèse manque encore de preuves, faute de découvertes bien datées ou bien publiées.

5Quant à la quatrième technique, celle du laque sec jiazhu 夾紵, sur une âme en chanvre mise en forme, elle était réservée aux pièces les plus luxueuses, demandant des qualifications supérieures chez les artisans. Ces pièces ont bénéficié du talent des meilleurs décorateurs, capables de les peindre à l’aide d’une palette de couleurs variées, quand seuls le noir et le rouge de cinabre, parfois aussi du jaune, étaient employés sur la plupart des autres laques.

6Les pigments, minéraux en général, étaient mélangés à de l’huile d’aleurite, tongyou 桐油 ou youtong 油桐, que l’on extrayait des graines de l’abrasin, Vernicia fordii Hemsl. ou Aleurites fordii Hemsl. Jusqu’au ve siècle avant notre ère, aussi bien du point de vue de la forme que du style, le décor des laques ne se démarque pas de celui des bronzes, qu’il copie assez servilement, car l’art chez les élites restait gouverné par une inspiration religieuse. Puis, un retournement allait s’opérer. Les décors peints sur laque dont le rendu très fluide doit beaucoup à l’emploi du pinceau et dont les contrastes de couleurs sont autorisés par une palette élargie devinrent la source de décors nouveaux qui gagnèrent par la suite toutes les autres forme d’art, y compris le bronze. Cette évolution a consacré un goût pour l’ornement (volutes en forme d’oiseaux et de dragons très stylisés, jeux d’optique), marquant une rupture avec le passé. Parallèlement s’est développé un système de représentation du monde réel, constitué de scènes historiées, dont certains objets en laque rendent compte aussi. La transposition sur la surface du bronze de décors initialement peints a amené les artisans-bronziers à créer des techniques d’incrustation et à ajouter la turquoise et la malachite d’abord, puis l’argent et la pâte de verre à l’or et au cuivre rouge qui étaient utilisés dans les incrustations depuis le vie siècle. Aux ive-iiie siècles avant notre ère, le contraste entre les objets de la vie quotidienne en bronze, dont les formes, les décors, les techniques rivalisent d’invention, et les vases rituels, sobres, sans décor, aux formes conventionnelles, devient de plus en plus manifeste. En termes de créations originales, l’art profane supplante désormais l’art religieux.

  • 4 Hubei sheng wenwu kaogu yanjiusuo, 湖北省文物考古研究所, Zaoyang shi wenwu kaogu yanjiusuo, 棗陽市文物考古研究所, et Za (...)
  • 5 Bien que la tombe 2 soit considérée comme étant celle d’une femme, son mobilier comprenait des obje (...)

7En 2002, deux tombes jumelles ont été découvertes dans le district de Zaoyang, à Jiuliandun 棗陽九連墩, dans le nord du Hubei. Elles n’ont été publiées que partiellement, et tardivement, mais la documentation dont on dispose révèle l’exceptionnelle richesse de ce site, et elle est suffisante pour une première analyse d’ensemble4. Nous avons présenté le contexte archéologique de la découverte, la forme des tombes qui appartenaient à des membres de l’élite de Chu 楚, un homme et peut-être son épouse5, et leur mobilier qui s’est en majeure partie très bien conservé. Les objets en laque forment un ensemble des plus riches. Ils permettent de dresser un tableau complet de cet artisanat autour de 300 avant notre ère, c’est-à-dire très peu de temps avant l’invasion du royaume de Chu par le royaume de Qin en 278 avant notre ère. À cette date en effet, les ateliers de la capitale de Chu furent détruits, ce qui a conduit à une recomposition des circuits commerciaux dans la région du cours moyen du fleuve Bleu, désormais sous l’emprise de Qin. Cet ensemble comprend de la vaisselle luxueuse, parfois combinée avec de véritables sculptures en ronde bosse : ce sont par exemple des coupes à pied illustrant le combat d’oiseaux contre des serpents. Transmis depuis la Chine du Nord où il était représenté cependant d’une manière moins naturaliste, ce thème était très répandu dans l’art du royaume de Chu.

8Chaque catégorie de pièces de vaisselle a fait l’objet d’une analyse systématique et de comparaisons avec d’autres pièces provenant de tombes de Chu afin de retracer leur évolution respective : les nécessaires à boire et manger conçus d’une façon fonctionnelle sans aucune place perdue, les coupes en forme d’oiseau, etc. Ces comparaisons ont permis de distinguer deux groupes, d’une part des objets de qualité qui relèvent néanmoins d’une production en série, d’autre part des objets plus raffinés, et donc rares, fabriqués sans doute à la commande. Les premiers ont connu une large diffusion à Chu, probablement à partir d’ateliers groupés dans sa capitale, située près de l’actuelle Jingzhou 荊州 (Hubei). Ils témoignent aussi d’un mode de vie commun aux élites du royaume.

9Bien que la chronologie des tombes de Chu soit assez bien établie, on se heurte encore aujourd’hui à une difficulté majeure : certains objets en laque ont connu une évolution si lente que des pièces rigoureusement semblables peuvent provenir de deux tombes dont la datation, certifiée par des témoins incontestables, a plus d’un siècle d’écart. Or, il ne peut s’agir de laques transmis sur trois ou quatre générations sans avoir subi de dommages, étant donné que ces objets très fragiles se conservaient mal. L’origine et l’évolution des coupes à oreilles reste pour cette raison encore mal connue, en dépit d’abondantes découvertes. Cependant, les tombes de Jiuliandun offrent désormais par leur datation autour de 300 avant notre ère deux repères fiables dans cette évolution. D’une part, la face interne de certaines coupes s’enrichit d’un décor élaboré, ce qui n’existait pas auparavant. D’autre part, deux formes d’anses différentes sont représentées, une forme traditionnelle en « accolade », créée au ve siècle, et une forme arrondie, plus maniable, dont ce sont les premiers témoins ici, et qui allait supplanter rapidement le modèle traditionnel.

  • 6 La tombe 1 de Mawangdui, datée entre 168 et 165 avant notre ère, est l’une des dernières à renferme (...)

10Une autre catégorie de laques est très bien représentée dans la tombe 2, mais complètement absente dans la tombe 1, celle des mingqi 明器, ces imitations funéraires de vases rituels qui tendent de plus en plus à remplacer ces derniers à la fin des Zhou. Quelque cinquante vases en bois laqué complètent un ensemble formé de près de quarante vases rituels en bronze. Mais tandis que les formes de ces mingqi imitent fidèlement les modèles en bronze, leurs décors s’en démarquent complètement. C’est là, semble-t-il, une nouveauté qui atteste d’un changement majeur dans l’idée que l’on se faisait des services rituels offerts aux défunts. Ils se rapprochent dans leur décor de la vaisselle en usage chez les membres de l’élite6. Un autre point est également à souligner. Habituellement, un mingqi se définit par une qualité médiocre, par l’emploi de matières bon marché comme la terre cuite et une fabrication sommaire. Or, les mingqi en laque de Jiuliandun se signalent au contraire par un excellent savoir-faire ayant requis le concours des meilleurs artisans, preuve que ces objets n’étaient plus déconsidérés par les élites à la fin du ive siècle avant notre ère.

11Les contenants cylindriques lian 匳, zun 樽 et zhi 卮 ont également retenu notre attention, car vers 300 avant notre ère, ils font exception dans la production de la vaisselle en laque du royaume de Chu, alors même que la forme cylindrique existait déjà dans le royaume de Qin. Les tasses zhi sont les plus simples à identifier. Elles reposent sur un fond plat et sont parfois fermées par un couvercle. Il n’y en avait pas à Jiuliandun, ni non plus dans aucune tombe du royaume de Chu, semble-t-il : ce sont des objets créés dans la principauté de Qin, qui n’ont pas connu de diffusion, ni d’imitations avant le milieu du iiie siècle avant notre ère, et qui correspondaient sans aucun doute à un usage précis pendant les repas.

  • 7 Leur ponctuation est la suivante  : «  二 [虍+角],皆 [丹+彡] 中,漆外 ; 二金  », soit «  deux vases jiao à déco (...)
  • 8 Cf. Kaogu, 8 (1989), p. 697 ; Michèle Pirazzoli-t’Serstevens, «  Ateliers, patronage et collections (...)

12Par l’archéologie, on distingue aisément les boîtes lian renfermant un nécessaire de toilette (miroir, peigne, démêloir, boîtes à fard, postiche, etc.) des contenants alimentaires zun, qui peuvent avoir la même forme que les premières, mais présentent des proportions différentes et sont agrémentés de garnitures en bronze et possèdent trois pieds courts. Cependant, la terminologie en usage dans les rapports de fouille n’est pas rigoureuse du fait que les termes employés sont postérieurs à l’Antiquité : lian et zun sont souvent pris l’un pour l’autre, et le mot zun revêt plusieurs sens. Notre enquête, dont on ne peut donner ici tous les détails, nous a amenés à distinguer deux formes parmi les récipients en laque ou en bronze désignés par les archéologues sous le nom de zun. Ceux de la première forme, qui apparaissent d’abord servaient à contenir de la nourriture solide, d’après les restes alimentaires qu’on a trouvés dans des contenants fermés en bronze, plus larges que hauts, et ils étaient désignés à Chu par un caractère combinant les clés 虍 et 角. L’éminent spécialiste des graphies anciennes He Linyi 何琳儀 lit ce caractère : jiao, et le considère comme un équivalent de 斛, une mesure correspondant à 10 dou 斗. Le contexte archéologique invite plutôt à voir dans jiao un terme local et à modifier la ponctuation que donnent les archéologues du passage de l’inventaire qui mentionne deux de ces contenants découverts dans la tombe 2 de Baoshan, district de Jingmen 荊門包山 (Hubei), comme suit7 : « 二𦏴 [虍+角] , 皆 [丹+彡] 中漆, 外 二金 », soit : « deux [récipients] jiao à décor d’oiseaux, ayant l’un et l’autre une paroi intérieure en laque rouge, et une paroi extérieure [incrustée de] deux métaux ». De fait, le décor de ces vases se compose d’oiseaux dont les motifs sont incrustés d’or et d’argent. Le terme zun utilisé aujourd’hui pour les désigner est donc impropre, c’est jiao qui conviendrait plutôt. Le second type, dont la forme est cylindrique et la hauteur supérieure au diamètre, apparaît au iiie siècle avant notre ère. Il s’agit d’une tasse pourvue d’un couvercle dont on se sert pour boire une sorte de bière. Puis, dans le courant du ier siècle avant notre ère ou un peu avant, le récipient évolue dans ses dimensions. Il reste cylindrique, fermé par un couvercle et repose toujours sur trois pieds courts, mais devient plus large et plus haut (il a une vingtaine de centimètres de haut et de diamètre). Il sert désormais à contenir une bière yun 醞, claire, fermentée à plusieurs reprises, destinée aux convives qui y puisent la boisson à l’aide d’une petite louche8. Bien que sa forme comme son utilisation aient évolué, ce contenant a conservé le nom de zun depuis sa création, ce qu’attestent les inscriptions portées parfois sous sa base.

  • 9 Wenwu, 1 (1982), p. 1-21.

13Un travail d’identification pour connaître l’origine des laques de Jiuliandun a été entrepris, car si le style de la majorité des pièces est bien celui des ateliers de Chu, quelques-unes d’entre elles ont été produites dans d’autres régions de Chine, témoignant de l’existence de réseaux d’échanges qui semblent concerner seulement les objets de qualité supérieure. C’est le cas de deux flacons en forme de gourde, ayant un profil arrondi et deux faces plates, dits bianhu 扁壺, découverts chacun dans l’une des tombes de Jiuliandun. Ces deux pièces sont caractéristiques de la culture de Qin, comme le montrent les comparaisons avec les laques du cimetière de Haojiaping, district de Qingchan 青川郝家坪 (Sichuan)9. Une autre pièce au moins proviendrait de Qin, comme le montre sa forme hémisphérique distincte des types en vigueur à Chu et la marque estampée à même le support avant la pose des couches de laque. On se servait pour l’appliquer d’un sceau en métal incandescent. Cette pratique, qui n’avait rien à voir avec une signature d’artisan, mais relevait d’un système de contrôle par l’État de la production des ateliers privés est bien attestée sur plusieurs sites découverts dans le Sichuan et datés de la période qui suivit la conquête et la colonisation des pays de Ba 巴 et Shu 蜀 par le royaume de Qin en 316 avant notre ère. Le pays de Qi 齊 a lui aussi développé un système de contrôle des artisans comparable à celui de Qin, et dont témoigne l’usage de matrices permettant d’effectuer des empreintes sur la céramique et sur le bois. Un tel système ne semble pas avoir eu cours, du moins dans de semblables proportions, dans le royaume de Chu, où très peu de témoignages comparables sont attestés par l’archéologie.

II. Recherches sur les bronzes chinois des collections du musée Cernuschi

14Notre étude a porté sur l’intérêt des érudits à partir de l’époque des Song (961-1279) pour les bronzes antiques et leurs inscriptions. Cet intérêt s’est concrétisé dans la constitution des premières collections et dans la publication des pièces collectionnées. Il a donné naissance à un goût pour les antiquités découvertes fortuitement ou de manière organisée, mais il a aussi conduit les faussaires à réaliser des copies afin de tromper les amateurs. En retour, une forme d’expertise permettant de détecter les faux et d’accumuler les connaissances sur le sujet s’est développée. Aujourd’hui, l’étude des bronzes chinois est devenue un domaine de recherche très développé, pluridisciplinaire, s’appuyant sur les découvertes archéologiques qui ont bouleversé beaucoup de connaissances au cours des années récentes, mais utilisant aussi toutes les ressources de l’archéométrie. D’autre part, un nombre réduit de bronzes antiques, mais non négligeable en raison de l’intérêt qu’ils présentent, portent des inscriptions dont le contenu et la formulation permettent d’enrichir les connaissances sur des périodes pour lesquelles la documentation reste très lacunaire. À partir d’exemples précis des collections du musée Cernuschi, nous avons montré comment analyser ces pièces, en passant en revue la forme, le décor, la technique, en procédant à des comparaisons avec des bronzes découverts en contexte archéologique, afin de leur attribuer une origine régionale, exercice difficile car les pièces étaient souvent échangées, parfois sur de très longues distances. Partant toujours d’exemples concrets, nous nous sommes intéressés à la question des copies, des pièces s’inspirant librement de l’Antiquité, des faux destinés à tromper.

  • 10 Anonyme, Xiqing gu jian jinfang 西清古鑑今訪 [Présent examen du Miroir de l’Antiquité du palais de la Cla (...)

15Dans le prolongement de cette réflexion, nous avons présenté une publication toute récente. Il s’agit de la réédition à titre privé du catalogue des bronzes de la collection impériale, Xiqing gujian 西清古鑒 (Le miroir des antiquités [préparé dans] la salle Xiqing), commandé par Qianlong en 1749, achevé en 1751, et publié pour la première fois en 175510. Cette publication s’inscrit dans le mouvement actuel lancé par les autorités chinoises, et non dénué d’arrière-pensées politiques, qui consiste à recenser toutes les œuvres d’art chinois, tous les ouvrages précieux dispersés à travers le monde. Une fois recensées, ces œuvres sont publiées dans des catalogues luxueux. Ici, les participants du programme qui a abouti à cette publication ont recherché au Gugong de Pékin et au musée national du Palais de Taipei où se trouvent de nombreux bronzes des collections de Qianlong, ainsi que dans les musées et les collections privées, les bronzes qui se trouvaient au xviiie siècle dans le palais impérial. Le livre reproduit la disposition originale du catalogue, mais est agrémenté de photographies et de commentaires. Chaque bronze est illustré, notamment par une photographie prise sous le même angle que le dessin figurant dans le Xiqing gujian. Son inscription, quand il en a une, est reproduite sous la forme d’un estampage à l’échelle un et retranscrite en caractères d’imprimerie, les reproductions étant parfaitement fidèles dans leur disposition à l’original. Nous avons pu discuter de quelques-uns de ces vases, parmi lesquels se trouvent aussi des faux, considérés dans le livre comme des œuvres authentiques, afin de montrer aux étudiants quelles méthodes employer pour analyser les bronzes et comment procéder soi-même à une expertise.

III. Actualité des recherches archéologiques en Chine

16La découverte entre novembre 2019 et mai 2020 de six nouvelles « fosses sacrificielles » sur le site de Sanxingdui 三星堆 (Sichuan) a été analysée afin de mettre en lumière ce qu’elle apporte de nouveau à nos connaissances. D’après les premières photographies publiées, les six fosses situées à peu de distance des fosses 1 et 2 découvertes en 1986 rassemblent des objets comparables à ceux qui avaient été exhumés alors. Si, par chance, on arrivait à reconstituer des pièces à partir de fragments provenant des fosses découvertes récemment et des fosses fouillées en 1986, on serait assuré qu’elles sont toutes contemporaines les unes des autres. De plus, les bronzes nouvellement trouvés se divisent clairement en deux groupes : un ensemble constitué d’objets fondus localement aux caractéristiques aisément reconnaissables, un ensemble formé de vases qui proviennent de la région du cours moyen du Yangzi, à près de 900 kilomètres à vol d’oiseau de Sanxingdui. Dans le premier groupe, d’après le peu d’éléments transmis par la presse, on ne distingue rien qui ne soit déjà connu par le mobilier très abondant des fosses 1 et 2. En revanche, dans le second groupe, on observe que la qualité des bronzes est supérieure à celle des vases précédemment découverts, non seulement du point de vue de leur fonte, mais aussi de leur décor dans lequel l’élément sculpté en ronde bosse occupe une place de choix.

Haut de page

Notes

1 Une boîte de toilette réalisée dans ces deux matériaux a été découverte dans la tombe 20 du cimetière des princes de Yu , près de Baoji 寶雞 (Shaanxi), datée du xe siècle avant notre ère. Cf. Lu Liancheng, 盧連成 et Hu Zhisheng, 胡智生, Baoji Yu guo mudi (寶雞國墓地), Pékin, Wenwu chubanshe, 1988, vol. 1, fig. 143-5 p. 193. L’usage de renforts en bronze est également attesté à cette époque pour souligner la forme de vases rituels en bois sculptés dans la masse. Cf. Zhongguo shehui kexueyuan kaogu yanjiusuo, 中國社會科學院考古研究所, Zhangjiapo Xi Zhou mudi (張家坡西周墓地), Pékin, 1999.

2 Wenwu, 9 (2008), fig. 22 p. 12 (M1, porte-tasse tronconique), Gansu sheng wenwu kaogu yanjiusuo 甘肅省文物考古研究所, Xi Rong yizhen. Majiayuan Zhanguo mudi chutu wenwu (西戎遺珍: 馬家塬戰國墓地出土文物), Pékin, Wenwu chubanshe, 2014, p. 110 (M1, porte-tasse cylindrique) ; p. 111 (M16, porte-tasse cylindrique).

3 Wenwu, 10 (2010), fig. 58-59 p. 23. Seule une photographie de l’objet en cours de dégagement a été publiée jusqu’à présent. Il est donc encore impossible de déterminer la technique utilisées pour le fabriquer. Quoi qu’il en soit, cet objet est du iiie siècle avant notre ère.

4 Hubei sheng wenwu kaogu yanjiusuo, 湖北省文物考古研究所, Zaoyang shi wenwu kaogu yanjiusuo, 棗陽市文物考古研究所, et Zaoyang shi wenwu kaogudui, 棗陽市文物考古隊, «  Hubei Zaoyang Jiuliandun M1 fajue jianbao  » (湖北省棗陽九連墩M1發掘簡報), Jiang Han kaogu, 3 (2019), p. 20-70, «  Hubei Zaoyang Jiuliandun M2 fajue jianbao  » (湖北棗陽九連墩M2發掘簡報), Jiang Han kaogu, 6 (2018), p. 3-55.

5 Bien que la tombe 2 soit considérée comme étant celle d’une femme, son mobilier comprenait des objets considérés plutôt comme l’apanage des hommes : pièces de char et de harnachement, armes (arc, bague d’archer, bouclier, arbalète), nécessaire pour préparer des fiches de bambou, 1 359 fiches de bambou non inscrites, mais préparées pour accueillir des textes manuscrits. De plus, une fosse de chars se trouvait à proximité de cette tombe.

6 La tombe 1 de Mawangdui, datée entre 168 et 165 avant notre ère, est l’une des dernières à renfermer un ensemble en bois laqué fabriqué sur le modèle d’un ensemble rituel en bronze.

7 Leur ponctuation est la suivante  : «  二 [虍+角],皆 [丹+彡] 中,漆外 ; 二金  », soit «  deux vases jiao à décor d’oiseaux, l’un et l’autre rouges à l’intérieur, laqués à l’extérieur ; deux métaux  ».

8 Cf. Kaogu, 8 (1989), p. 697 ; Michèle Pirazzoli-t’Serstevens, «  Ateliers, patronage et collections princières en Chine à l’époque Han  », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1990, p. 521‑536.

9 Wenwu, 1 (1982), p. 1-21.

10 Anonyme, Xiqing gu jian jinfang 西清古鑑今訪 [Présent examen du Miroir de l’Antiquité du palais de la Clarté de l’Ouest], préface de Fan Jirong 范季融, Shanghai, éditeur non connu, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Thote, « Art et archéologie de la Chine pré-imperiale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 401-408.

Référence électronique

Alain Thote, « Art et archéologie de la Chine pré-imperiale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5679 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5679

Haut de page

Auteur

Alain Thote

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques, membre de l'Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search