Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux

Pratiques médiévales de l’écrit documentaire

Conférence de Laurent Morelle
p. 368-371

Résumé

Programme de l’année 2006-2007 : I. Les actes en forme de chirographe. — II. L’autel (altare) dans les documents et pratiques diplomatiques (VIIe-XIIe s.).

Haut de page

Texte intégral

I. Les actes en forme de chirographe

1Il y a vingt ans, Michel Parisse faisait paraître dans Archiv für Diplomatik (t. 32, 1986, p. 546-567) d’importantes « Remarques sur les chirographes et les chartes-parties antérieures à 1120 et conservées en France ». C’est à sa suggestion que le dossier des chirographes a été rouvert, en limitant (provisoirement) l’enquête aux chartriers ecclésiastiques et en privilégiant la période antérieure au milieu du xiiie siècle. Au Moyen Âge, le chirographe ou charte-partie est un acte établi en deux exemplaires (parfois davantage) de même teneur et normalement de même rédaction, sur une même feuille de parchemin, les deux exemplaires étant ensuite séparés et la découpe étant faite habituellement à travers une « devise » inscrite entre les deux rédactions ; cette devise ou légende est ordinairement le mot cyrographum dans les régions septentrionales, et une suite alphabétique de lettres dans le Sud, mais il y a abondance de solutions diverses (versets bibliques, invocations pieuses, monogrammes, voire dessins, etc.). Attesté à partir du ixe siècle en Angleterre, le chirographe fait irruption sur le continent avant le milieu du xe siècle, d’abord en Lotharingie (premier exemple en 931) ; on le repère en Poitou peu après l’an mil (Nouaillé) et sa diffusion est spectaculaire à partir du second tiers du xie siècle.

2Après un tour d’horizon biblio- et historiographique, on s’est interrogé sur le terme chirographum, hérité de la diplomatique gréco-romaine, pour suivre son emploi dans les sources franques du haut Moyen Âge. Plusieurs textes du règne de Charles le Chauve ont été attentivement étudiés : pacte de Coulaines (843, éd. A. Boretius - V. Krause, Capitularia regum, II, 1897, no 254) ; lettre du synode de Quierzy à Louis le Germanique (858, ibid., no 297) ; libellus contre l’archevêque Wenilon de Sens (859, éd. W. Hartmann, MGH, Concilia, III, 1984, no 47B) à propos des serments échangés par Charles le Chauve et ses fidèles à Quierzy (858, Capit. regum, II, no 269) ; confession écrite de la reine Teutberge au synode d’Aix-la-Chapelle (860, éd. W. Hartmann, MGH, Concilia, IV, no 2, p. 9). Il en ressort que chirographum désigne l’écriture personnelle, voire la souscription manuelle, dans un contexte d’engagement solennel et parfois de contrat, pacte ou traité. Cette signification, fidèle à l’étymologie grecque du mot (« écrit par la main »), est très claire chez Nicolas Ier (863, éd. E. Perels, Epist. Karol. Aevi, IV, 1925, no 18) et chez Hincmar de Reims (De divortio Lotharii regis…, éd. L. Böhringer, MGH, Concilia, IV suppl. I, p. 189) ; elle se nourrit du droit romain et des références bibliques du terme (Tob., surtout 4, 21-22 ; 5, 3 ; 16, 5 ; Col. 2, 14) qui lui fournissent surtout ses connotations de base (garantie, contrat, dette). Contrairement à ce qu’affirment ou suggèrent certaines traductions ou commentaires, le chirographum du ixe siècle n’est donc pas encore un chirographe. Cette configuration n’est pas vraiment abolie à la fin du xe s. : le cirographum que le futur archevêque de Reims Arnoul écrit et souscrit sur l’ordre du roi Hugues Capet (méfiant à juste titre) est en effet une promesse de fidélité à son seigneur (Richer de Reims, Historiae, éd. H. Hoffmann, MGH, Scriptores, Hanovre, 2000, IV, c. 29 et 60). Mais c’est aussi un cirographum bipertitum qu’a rédigé Arnoul, et donc l’exemple probable d’un « vrai » chirographe au sens technique du terme. On ne saurait dire si l’adjectif bipertitum vient alors expliciter le sens (nouveau) de cirographum, ou bien en caractériser une espèce particulière, mais tout se passe comme si l’usage traditionnel du mot était contaminé par une pratique diplomatique nouvelle le concernant, venue probablement d’outre-Manche. Cette pratique du chirographe parti pouvait aussi se prévaloir du livre de Tobie, mais dans la version de la Vetus latina – témoin de pratiques grecques (cf. Ada Grossi, dans Studi medievali, 44, 2003) – qui signale une division d’engagements écrits dans un contexte de prêt d’argent, et l’échange d’un chirographum ou d’une partie de chirographum entre prêteur et emprunteur. Progressivement, au cours du xie siècle, le mot chirographum semble désigner une charte-partie, mais sans jamais que son acception plus générale d’écrit souscrit ou les connotations déjà relevées disparaissent. Et, dans un contexte indiscutable de charte-partie, il arrive aussi que chirographum désigne plus précisément la « devise » du chirographe, notamment au xiie siècle.

3Après le mot, la chose. On est parti d’un riche cas particulier, celui du diplôme non daté du roi Henri Ier (1031-1060) entérinant un accord, d’avouerie sans le nom, conclu entre les chanoines de Sainte-Geneviève de Paris et un seigneur laïc, Theudon de La Ferté-Milon, au sujet de la villa de Marizy-Sainte-Geneviève. L’accord passé devant le roi a été consigné sous forme de chirographe et on dispose toujours des deux exemplaires de l’acte, aujourd’hui conservés aux Archives nationales et issus du même fonds génovéfain (S 1562B, no 20 ; K 19, no 9). Ce chirographe est peu commun : c’est le plus ancien chirographe royal, partant le plus ancien chirographe scellé ; les exemplaires superposés sont antipodiques (terme éloquent suggéré par J.-P. Esquirol en séminaire) par la partie inférieure ; la devise est fournie par les noms des trois saints tutélaires de la collégiale ; il a déjà attiré l’attention de maints spécialistes (entre autres, R. Giard, E. Poulle), mais une étude de fond manquait encore. S’agissant de la genèse de l’acte, il ressort de l’examen des traces matérielles et rédactionnelles laissées sur le document (mentions dorsales, mise en page, en texte, en ligne, en mot ; tracé des croix autographes ; encre) que les exemplaires furent validés (par la croix) et scellés après découpe, ce qui tend finalement à réduire la portée symbolique de la séparation des exemplaires dans l’accomplissement de l’acte juridique ; il y a même quelque raison d’envisager sérieusement que l’exemplaire de la série K a été copié à partir de l’exemplaire de la série S, après découpe du parchemin. Un tel scénario est sans doute plus acceptable pour des chirographes superposés antipodiques, que pour des chirographes juxtaposés (pour lesquels on dispose de quelques exemples de chirographes non séparés).

4Ce « cas d’étude » a fourni la matière de maints prolongements, en donnant l’occasion de définir un vaste champ d’enquête dans plusieurs directions : évolution typologique (concurrence et succession des types « superposé » et « juxtaposé » aux xie et xiie s. ; variantes antipodiques du type « superposé »), techniques de confection (rapports de filiation entre les deux exemplaires, moment de la découpe), limites et portée de la similitude des exemplaires, choix de la devise et monumentalisation graphique de son inscription, existence de traditions de scriptorium ou de chancellerie pour la répartition des exemplaires entre les partenaires, destination des exemplaires, relations de la « forme chirographe » avec la teneur des actes et le statut des partenaires, rôle du chirographe dans l’acculturation des laïcs à l’écrit référentiel et probatoire.

5On a constaté par ailleurs sur plusieurs dossiers que l’heuristique du chirographe est délicate à établir : la plupart des chartes-parties n’annoncent pas qu’elles sont passées sous cette forme (surtout dans les chartriers du Nord de la France) ; à l’inverse, l’indication cyrographum ne suffit pas, dans la première moitié du xie siècle en tout cas, à supposer l’existence d’une charte-partie. En l’absence d’original, on est donc réduit à compter sur la curiosité des cartularistes médiévaux ou des érudits d’Ancien Régime, ou bien encore à extrapoler à partir de corrélations entre l’adoption de la forme chirographaire et la nature des actions juridiques entérinées – les accords, conventiones et autres règlements contractuels sont naturellement propices à la confection de chirographe. Une recherche sur le « chirographe dans le chirographe », simplement engagée à partir de quelques exemples, s’avèrerait utile pour comprendre comment le chirographe était perçu par ceux qui le pratiquaient. Les lectures contemporaines ou postérieures des chirographes par les archivistes et cartularistes aident aussi à jauger les résonances de ces actes.

6Ces questions ont suscité un vif écho parmi les auditeurs. Plusieurs d’entre eux se sont volontiers prêtés à un nouvel examen des chirographes de leurs corpus familiers. Michel Parisse, prenant pour base les originaux antérieurs à 1121 (base de l’Artem à Nancy), s’est intéressé à la manière dont les chirographes du xie siècle parlent du système de la charte-partie et de ses vertus : un acte lorrain de 1019 évoque par ex. la restauration de la « ligne du chirographe » (rejuncta linea cyrographi : entendons la réunion des deux parties) comme protection en cas de contestation de l’accord consigné. Jean-Charles Bédague a analysé un curieux chirographe (1166) portant accord entre la collégiale et les bourgeois de Saint-Omer : les deux parties conservées ne coïncident pas, loin s’en faut, sans qu’on puisse raisonnablement envisager d’autre cause qu’une forte réaction d’un des parchemins aux conditions de conservation. Il a par ailleurs étudié les fac-similés de devises (remontant à 994) réalisés par dom De Witte, moine-archiviste de Saint-Bertin au xviiie s., sur les originaux aujourd’hui perdus de son monastère. Marlène Hélias-Baron a présenté quelques chirographes cisterciens, superposés et antipodiques, issus des chartriers de Morimond (1168) et de La Ferté (1142). Dans chaque cas, les deux exemplaires sont conservés, mais présentent chacun un texte légèrement adapté à son destinataire. L’acte de 1142 porte une devise dont la complexité graphique confine à l’illisibilité, peut-être intentionnelle, tant que les deux parties ne sont pas réunies. Soline Kumaoka a attiré l’attention sur quelques chirographes de l’abbaye poitevine de Nouaillé, notamment sur celui de l’abbé Constantin (1004, 1007, ou 1013), dont les deux exemplaires, superposés mais non antipodiques, ne sont pas écrits par la même main. Claire Lamy s’est penchée sur la tradition complexe d’un accord passé entre le prieuré de Chemillé (dépendant de Marmoutier) et l’abbaye Saint-Nicolas d’Angers (1116-1120). On en connaît deux rédactions, chacune sous forme de chirographe ; le scénario de cette élaboration reste mystérieux, tout comme l’attribution de chacune des pièces conservées à son destinataire. Thomas Roche a proposé un vaste panorama de la pratique du chirographe dans l’Angleterre depuis le xie siècle jusqu’au xviiie siècle, insistant sur les particularités nées de la procédure de la Common law. Chantal Senséby a fait un exposé d’ensemble sur la pratique du chirographe dans quelques grands fonds ligériens (Saint-Aubin d’Angers, Saint-Julien de Tours, Noyers), en analysant la désignation du document et les annonces de la forme chirographaire, plus fréquentes sur la Loire qu’au nord de la Seine. Tamiko Fujimoto, Zuzana Vengrínová et Marion Ville ont apporté l’éclairage d’actes de Saint-Etienne de Caen, de Saint-Denis et du Ronceray (Angers). Ces enquêtes devraient fournir la matière d’un ouvrage collectif sur le thème des chirographes.

7Enfin, Jean-Luc Chassel (Paris X) nous a honorés de ses réflexions, gorgées d’exemples, sur la combinaison des modes de validation (dont le chirographe) dans les sociétés locales du xiie et début xiiie siècle. Le sceau se combine aisément au chirographe, et celui-ci à l’acte notarié, mais ces « formes mixtes » traduisent souvent des pouvoirs de légitimation concurrents ; des procédures et services nouveaux dont l’efficacité est reconnue des justiciables (les officialités par ex.) peuvent rapidement y mettre fin.

II. L’autel (altare) dans les documents et pratiques diplomatiques (VIIe-XIIe s.)

8Le second thème mis au programme voulait associer deux aspects différents du terme « autel ». En tant qu’objet, l’autel joue un rôle dans les cérémonies diplomatiques depuis le très haut Moyen Âge. Les lois des Alamans (c. I) et des Bavarois (I, 1) prescrivent que les actes de donation aux églises sont déposés sur l’autel. On s’est intéressé à ces cérémonies (à relier au dépôt d’actes sur les tombeaux des saints), au statut parfois problématique de ces parchemins « de cérémonie » (s’agit-il toujours de l’original conservé ?), ainsi qu’aux remises d’objet symbolique (rameau, brindille, couteau, donum, etc.) sur l’autel. Plusieurs études récentes sur ce thème (A. Angenendt, H. Beyer, B.-M. Tock) ont été commentées en détail. On a ouvert quelques actes (Cluny, xe s.) et analysé un corpus (Arrouaise, xiie s.). Dans un second volet, on a tenté une mise au point sur l’« autel » en tant que portion de droits et revenus liée à la desserte de l’église, selon une terminologie qui surgit au dernier tiers du xe siècle. Un état des lieux historiographique a été dressé sur le couple autel / église, sur les donations d’autels et les modalités complexes de leur cession (sub personatu, sine personatu, etc.). Le propos a été illustré par la lecture de passages de l’Epistola XIV d’Abbon de Fleury sur l’altare (Patr. Lat., t. 139, col. 440-442) et par l’étude de plusieurs dossiers d’actes issus du chartrier de l’abbaye de Corbie.

9Non loin de l’autel, Paul Bertand (IRHT) nous a fait l’amitié de nous entretenir de l’évolution des authentiques de reliques médiévales, soulignant comment les simples « étiquettes » du haut Moyen Âge se muent, au cours des xie-xiiie siècles en véritables notices voire procès-verbaux d’actions liturgiques ponctuant la vie des reliques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 368-371.

Référence électronique

Laurent Morelle, « Pratiques médiévales de l’écrit documentaire », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.568

Haut de page

Auteur

M. Laurent Morelle

Directeur d’études, École pratique des hautes études — Section des sciences historiques et philologiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals