Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesÉpigraphie et paléographie de la ...

Résumés des conférences

Épigraphie et paléographie de la Chine pré-impériale

Olivier Venture
p. 409-418

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Actualité des découvertes et publications d’inscriptions, de documents et livres manuscrits de la Chine ancienne. — II. Les sceaux et leurs usages dans la Chine pré-impériale (suite). — III. Titres, rangs et fonctions : le royaume des Shang.

Haut de page

Texte intégral

1I. Quatre séances ont été consacrées à l’actualité des découvertes et publications pour l’année 2019-2020.

2Le village de Dasikong 大司空, à Anyang dans le Henan, est situé à l’intérieur du périmètre du site archéologique de Yinxu 殷墟, où se trouvait la dernière capitale de la dynastie des Shang (env. 1600-1050 av. n. è.). Plus d’une centaine de supports de divination en os et carapaces, dont seulement quatre étaient inscrits, y avaient déjà été exhumés entre 1953 et 1986. Entre 2015 et 2016 les archéologues ont découvert de nouveaux supports anépigraphes en assez grande quantité, ainsi que sept autres inscrits. Cinq de ces derniers avaient été découpés de manière régulière ; un usage singulier déjà attesté sur le site de Yinxu, mais peu fréquent. Pour Liu Yiman 劉一曼, ces pièces auraient été produites par des devins « non-royaux ». De son côté, Song Zhenhao 宋鎮豪 a poursuivi ses publications d’anciens recueils d’estampages originaux conservés par l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences sociales de Chine. Xu Haiyi 許海意 a proposé une nouvelle édition du volume 13 du Jiaguwen heji 甲骨文合集, dans laquelle les anciennes copies manuscrites ont été remplacées par des reproductions d’estampages, beaucoup plus fiables. Enfin, selon le décompte de Ge Liang 葛亮, le nombre total d’os et de carapaces inscrits est désormais estimé à environ 160 000, pour l’essentiel sous forme de fragments.

3De nouvelles informations ont été publiées à propos du site Shang de Xindian 辛店 qui se trouve à une dizaine de kilomètres de Yinxu. Cet immense site de production d’objets en bronze s’étendrait sur environ 100 hectares. On y trouve également des tombes, des vestiges d’habitation et une zone où étaient pratiqués des sacrifices. Sept sépultures contenaient des vases en bronze sur lesquels figurait le même emblème (lu comme Ge 戈). On s’interroge sur le lien pouvant exister entre le groupe utilisant cet emblème et cet important centre métallurgique vraisemblablement rattaché à la capitale des Shang.

4Les publications concernant le cimetière aristocratique de Hengshui 橫水, au Shanxi, se poursuivent. Celui-ci est daté de l’époque des Zhou occidentaux (env. 1050-771 av. n. è.) et compterait 1 299 tombes. La sépulture M2531 se présente comme une tombe moyenne au sein de cet ensemble. Elle contenait un riche mobilier incluant huit vases rituels en bronze, dont sept sont inscrits. Dans la plupart des cas, le texte se résume à une simple dédicace, mais sur deux vases, il est fait référence à une cérémonie de don de chevaux et de soie à une personne qualifiée de yuzheng御正, que l’on peut comprendre comme « chef des conducteurs de char ». L’autre grand cimetière des Zhou occidentaux découvert au Shanxi ces dernières années est celui de Dahekou 大河口. Plus de 2 200 tombes ont été mises au jour sur ce site. La tombe M1 compte parmi les plus grandes du site. Des vases en terre cuite, dont des grès à couverte, ainsi que des objets en laque (mal conservés) et d’autres en bois de cervidé y avaient été placés dans des niches creusées dans les parois de la tombe. Les vases en bronze se trouvaient dans la « chambre funéraire » en bois (guo 槨). On en dénombre soixante-neuf, dont seulement dix-neuf inscrits, essentiellement des vases à alcool. Plusieurs noms d’ancêtres mentionnés dans les dédicaces sont clairement de tradition Shang. Le cimetière de Dahekou étant rattaché au lignage de Ba 霸, la présence dans cette tombe de vases fondus par des dignitaires de Yan 燕 et de Rui 芮 mérite d’être soulignée. La sépulture M6096 était bien plus petite que M1. Elle ne contenait que deux vases, mais tous les deux étaient inscrits : le premier d’une courte dédicace et le second d’un texte commémoratif de quarante-six caractères. Ce dernier évoque un ordre donné par un roi des Zhou, dont le nom n’est pas précisé, adressé un dignitaire de la principauté de Ying 應, pour mener une campagne militaire contre les « barbares » Yi de la Huai 淮夷. La tombe M1034 contenait cinq vases en bronze, dont seulement deux étaient inscrits. Sur le premier ne figurait qu’un ancien emblème (lu Ge 戈), déjà mentionné précédemment à propos du site Shang de Xindian. L’inscription du second vase compte trente-cinq caractères, mais n’est pas très soignée. Sa structure est en outre inhabituelle. On comprend néanmoins qu’il y est question d’un don d’une ligature de cauris et de dix têtes de bovidés. Furent ensuite mentionnées deux tombes pillées. La première, dans la région de Zhouyuan 周原, au Shaanxi, contenait encore deux vases en bronze sur lesquels peuvent être lues des dédicaces formulées par un couple. La seconde se trouve sur le site de Xincun 辛村, dans la province du Henan, où un important cimetière des Zhou occidentaux avait été mis au jour dans les années 1930. Un vase de style Shang, épargné par les pillards, présentait un emblème. Compte tenu du contexte historique, on peut penser que la pièce avait été obtenue par le propriétaire de la tombe au moment de la victoire des Zhou sur les Shang. Pour finir, on a évoqué une inscription sur lame de hallebarde ge 戈 en bronze découverte dans la région de Yichuan 伊川 près de Luoyang. Le texte se résume à un nom propre, Chengzhou 成周, qui désignait la capitale orientale des Zhou occidentaux, qui se dressait à Luoyang. On connaît d’autres pièces similaires comportant la même inscription.

5Un important cimetière aristocratique de l’époque des Printemps et automnes a été signalé dans la région de Tengzhou, dans la province du Shandong. Une des sépultures contenait quatre bronzes dont les inscriptions mentionnent un personnage qualifié de « Général de Ni » (倪大司馬). Le caractère ni 倪 est dans ce cas manifestement équivalent à ni 郳, nom porté à cette époque par une petite principauté de la région, aussi qualifiée de « Petite principauté de Zhu » (小邾國) dans les textes postérieurs. Dans la province du Hubei, le dossier épigraphique concernant la principauté de Zeng 曾, dans la région de Suizhou, ne cesse de s’enrichir. Le plus ancien site rattaché à Zeng est celui de Yejiashan 葉家山 qui remonte au début de l’époque des Zhou occidentaux. La tombe M111 est la plus importante, la fosse présentant une ouverture évasée de plus de 130 m2. Son mobilier, extrêmement abondant, se composait entre autres de cinquante-huit vases rituels en bronze dont vingt-trois étaient inscrits. Un seigneur de Zeng (曾侯) y apparaît comme le principal dédicant. Deux vases sont dédiés à Nan Gong 南公 qui était le père du seigneur. Le cimetière de Zaoshulin 棗樹林 date des viie-vie siècles avant notre ère. Quatre-vingt-six tombes y ont été mises au jour et près de 600 bronzes rituels ont été exhumés. Une des inscriptions ayant le plus attiré l’attention des chercheurs comporte 227 caractères et commémore les hauts faits des ancêtres du lignage de Zeng, qui auraient assisté les rois Wen et Wu des Zhou et qui furent envoyés dans le Sud pour y contrôler les Yi de la Huai. L’un des ancêtres, appelé Nan Gong, est sans doute le même que celui mentionné dans l’inscription de Yejiashan, plusieurs siècles plus tôt. Quatre rapports de fouilles préliminaires ont été publiés à propos du cimetière de E 鄂 à Nanyang. Celui-ci comprend plus de quatre-vingt tombes datées des ixe-viiie siècles avant notre ère. Sur les sept sépultures présentées, six contenaient des bronzes inscrits nous apprenant qu’il s’agissait des dernières demeures de quatre seigneurs de E (鄂侯) et de leurs épouses. Pour en finir avec les inscriptions sur bronze, nous avons signalé la publication d’un deuxième complément au corpus Shang Zhou qingtongqi mingwen ji tuxiang jicheng 商周青銅器銘文暨圖像集成, incluant 1 772 nouvelles inscriptions.

6Trois tombes de l’époque des Royaumes combattants (481-221 av. n. è.), situées dans la région de Jingzhou, au Hubei, ont récemment livré des documents et des manuscrits sur lattes de bambou. On a évoqué de nouveau les manuscrits de la tombe M324 de la Rive Nord de la rivière Longhui (龍會河北岸) qui incluent un texte inédit sur l’histoire du pays de Chu et un autre en rapport avec l’histoire du début des Zhou occidentaux. Un petit nombre de lattes ont été découvertes dans les tombes M126 de Tangweisi 唐維寺 et M43 de Xiongjiawan 熊家灣. On peut y lire des rapports de divinations et de sacrifices réalisés pour les propriétaires des tombes avant leur mort. Plus au nord, sur le territoire de la municipalité de Jingmen 荊門, les archéologues ont mis au jour une grande tombe aristocratique, datant vraisemblablement de la fin du ive siècle : la tombe M1 de Yancang 嚴倉. Celle-ci avait été pillée, mais elle contenait encore un recueil de rapports de divinations et de sacrifices et un inventaire funéraire. Pour l’époque des Han, nous avons reparlé des manuscrits de la tombe M12 de Hujiacaochang 胡家草場, datée de 163 avant notre ère ou peu après. On trouve parmi ceux-ci deux chroniques mentionnant les événements les plus marquants de chaque année pour une période allant du règne du roi Zhao des Qin (r. 306-251) à celui de l’empereur Wen des Han (r. 180-157). Se trouvait également là un calendrier prévisionnel couvrant une période de cent ans, jusqu’en 64 avant notre ère. Mais l’essentiel de ce corpus est constitué de recueils de lois, présentant de fortes similitudes avec ceux des tombes M11 et M77 de Shuihudi, ainsi que M247 de Zhangjiashan, avec toutefois des parties inédites. Il y a aussi des recueils de recettes médicales et des traités de divination (de type rishu 日書). La tombe contenait également des documents administratifs et un inventaire funéraire. D’autres documents administratifs, rédigés sur des tablettes en bois, ont été découverts dans la tombe M147 de Tushantun 土山屯, dans la province du Shandong, que l’on peut dater des alentours de notre ère. De nouvelles informations ont été publiées sur les manuscrits de la tombe du Marquis de Haihun 海昏, datée de 59 avant notre ère. Elles concernent les textes en rapport avec le Classique de la poésie (詩), les rites, Les Entretiens de Confucius et enfin, les « arts de la chambre ».

7Yumenguan 玉門關 était une importante passe de l’époque des Han, située dans les confins occidentaux de l’empire, donnant accès aux routes de l’Asie centrale. Alors que le site avait été fouillé en 1998, les documents administratifs découverts sur place n’ont été publiés qu’en 2019. On a aussi salué la publication du premier volume des documents du site de Xuanquan 懸泉 qui a livré, au début des années 1990, environ 35 000 documents (dont de nombreux fragments) datant pour l’essentiel du premier siècle avant notre ère. Cette année a aussi vu la publication des volumes 3 et 4 du corpus des documents des Han orientaux (25 à 220 de n. è.) de la place du Premier-Mai (五一廣場) à Changsha.

8Parmi les collections de manuscrits provenant du marché des antiquités on doit signaler le volume 6 des manuscrits Qin (221-207 av. n. è.) de l’institut Yuelu et le volume 10 des manuscrits des Royaumes combattants de l’université Tsinghua. Le premier concerne des textes légaux en usage dans l’empire Qin. Le second inclut un texte se rapportant à l’histoire des Zhou et quatre autres relevant des sciences traditionnelles de type shushu 數術 et de la médecine.

9II. Les séances suivantes du premier semestre ont été consacrées à la poursuite de notre enquête sur l’usage des sceaux dans la Chine pré-impériale. Cette année, nous avons principalement traité des sceaux de la tradition des Trois Jin (三晉). Jin était une importante principauté de la Chine pré-impériale. Nous avons retracé son histoire, en nous appuyant d’abord sur les « Annales de la maison des Jin » (晉世家) contenues dans les Mémoires historiques de Sima Qian, depuis sa fondation au xie siècle, jusqu’au partage de son territoire entre trois des plus influentes familles du pays, Han 韓, Wei 魏 et Zhao 趙, dont les dirigeants acquirent officiellement le titre de seigneurs (諸侯) en 404 avant notre ère. Nous avons aussi essayé de voir la manière dont cette évolution historique et politique pouvait se refléter dans les matériaux archéologiques et épigraphiques de l’époque. Dans son sens étroit, le terme de « Trois Jin » renvoie uniquement aux pays de Han, Wei et Zhao. Les archéologues peuvent par exemple l’utiliser comme un terme collectif pour parler de la culture matérielle de ces trois pays, indiquant ainsi leur très grande proximité. Mais il arrive aussi parfois qu’il soit utilisé par ces mêmes archéologues pour faire référence au territoire de l’actuelle province du Shanxi, berceau de l’ancienne principauté de Jin. Ces deux usages ne se recoupant qu’en partie, il convient de bien les distinguer. Les paléographes utilisent le terme de « Trois Jin » pour parler de la tradition scripturaire de ces trois pays, à laquelle ils rattachent aussi généralement les pays de Wei 衛, Zheng 鄭, Zhongshan 中山, ainsi que le royaume des Zhou, bien que ceux-ci ne soient pas issus de la partition de Jin. Les travaux sur les sceaux de la Chine pré-impériale étant encore fortement influencés par les études paléographiques, on appelle généralement aujourd’hui sceaux des « Trois Jin » les sceaux provenant des pays de Han, Wei, Zhao, Wei, Zheng, Zhongshan et Zhou.

10Zhuang Xinxing 莊新興 recense dans son recueil Zhanguo xiyin fenyu bian 戰國鉨印分域編 les empreintes de 1431 sceaux relevant de la tradition des « Trois Jin », soit plus que pour les sceaux de Qi, Chu et Yan réunis. En l’absence de spécificité au niveau de la forme ou de la taille des matrices, ou de l’écriture, c’est généralement d’après le contenu des légendes que les spécialistes proposent parfois d’associer des sceaux des « Trois Jin » à un pays en particulier. Mais cette méthode a ses limites en raison de problèmes d’homonymie tant au niveau des anthroponymes, pour les sceaux privés, que des toponymes, pour les sceaux officiels. Dans ce contexte, notre approche basée sur les pièces découvertes en contexte archéologique semble une bonne solution pour contourner ces difficultés. Dans cette perspective, nous nous sommes dans un premier temps intéressés à l’histoire des trois principaux pays de cette tradition au travers des annales des maisons des Han, des Wei et des Zhao contenues dans les Mémoires historiques. Nous avons pu relever que les informations données n’étaient pas toujours d’une grande précision, par exemple sur la question des transferts de capitale. On peut toutefois dire que les écrits de Sima Qian, tout comme d’autres textes plus anciens, témoignent d’une situation politique complexe durant toute la période des Royaumes combattants, avec des territoires aux frontières difficiles à déterminer et sans cesse fluctuantes. Ce point doit être pris en compte si on souhaite établir des liens entre l’histoire politique de cette période et les vestiges archéologiques mis au jour dans les régions concernées. Cette étape a été aussi pour nous l’occasion de revenir sur les premières occurrences des noms de ces trois pays dans les sources épigraphiques et de souligner que les caractères que nous utilisons aujourd’hui pour les désigner ne correspondent pas aux formes employées dans l’Antiquité.

11Bien que la très grande majorité des sceaux antiques soient de provenance inconnue, nous sommes malgré tout parvenus à identifier soixante-douze sceaux découverts dans les régions occupées par Han, Wei et Zhao durant la période des Royaumes combattants, dont une cinquantaine provenant de fouilles scientifiques. Pour mener à bien cette recherche, nous nous sommes appuyés sur l’Année archéologique (考古學年鑒) éditée par l’Institut d’archéologie de l’Académie des sciences sociales de Chine et couvrant les années 1984 à 2018. Cette publication comprend une section épigraphie très utile, qui contient, entre autres, une liste des sceaux publiés chaque année dans les principaux ouvrages et revues archéologiques chinois. Bien que des oublis aient parfois été constatés, essentiellement pour des sceaux publiés dans des rapports de fouilles parus sous forme de monographies, cet outil s’est tout de même avéré extrêmement précieux.

12Pour commencer, nous avons étudié les sceaux exhumés de la province du Shanxi. La région de Houma 侯馬 était particulièrement importante pour le pays de Jin, puisque c’est là qu’était implantée l’ancienne capitale de la principauté, au moins depuis le début du xe siècle. Plusieurs citées murées et cimetières ont été mis au jour dans la région. Cette dernière fut occupée par Wei avant d’être annexée par Qin. Aucun sceau n’a été découvert dans les tombes de la région avant l’époque des Royaumes combattants. Mais, même pour cette époque, ce type de découvertes reste exceptionnel. Sur le site de Qiaocun 喬村 (dont les tombes les plus tardives dateraient de l’époque des Han), on compte seulement quatorze tombes contenant des sceaux, sur un total de 1 032 sépultures. Même en restreignant le corpus aux tombes appartenant à des individus ayant un certain statut (tombes contenant des agrafes de vêtement en métal), on obtient le chiffre de onze sépultures sur près de 365, ce qui représente environ 3 %. On peut en déduire que cette pratique de se faire enterrer avec un ou plusieurs sceaux était rare dans cette région et qu’elle ne semble pas beaucoup plus fréquente chez les élites. Une analyse des résultats en fonction de la datation des sépultures concernées, ne permet pas non plus de mettre en évidence une tendance très nette dans l’évolution de cette pratique. Quelques sceaux ont aussi été découverts dans d’autres cimetières de la région (Siqi 虒祁 et « Unité 515 »). Sur tous les sites autour de Houma, on trouve essentiellement dans les tombes des sceaux privés « à maxime » (成語璽), sur lesquels on peut lire des formules de vœux ou des graphies évoquant des valeurs morales très valorisées à l’époque. C’est pour fondre ce même type de sceaux en bronze qu’avaient été fabriqués six modèles en terre cuite exhumés des ateliers de fondeur de Baidian 白店. On compte également dans notre corpus un sceau privé nominatif d’un membre de la famille Zhao 趙 et un sceau officiel. La lecture de ce dernier est plus problématique. Nous avons proposé, de manière provisoire, d’y voir la légende suivante : 𣄉 X不(丕)邑右麓, que l’on peut rendre par « Fonctionnaire en charge des forêts de la cité de Pi, de la circonscription de YanX ». Les autres sceaux des Royaumes combattants découverts au Shanxi proviennent de la moitié nord de cette province, autour des villes de Taiyuan 太原, Xinzhou 忻州, Shuozhou 朔州 et Datong 大同, sur l’ancien territoire de Zhao. Douze sceaux ont été exhumés dans cette région, essentiellement des sceaux privés nominatifs. On retrouve la même tendance dans des tombes contemporaines situées un peu plus à l’est, au Hebei, dans les régions de Xingtai 邢臺 et de Handan 邯鄲, qui faisaient également partie du territoire de Zhao. Nous nous sommes étonnés du très faible nombre de sceaux découverts dans les tombes de Handan, alors que la région abritait la capitale de Zhao à partir du début du ive siècle avant notre ère. Un sceau nominatif privé, au nom de Zhao, et deux sceaux à maxime ont également été exhumés de tombes situées dans la province de Mongolie intérieure, dans les circonscriptions administratives de Dzoungars (准格尔) et de Horinger (和林格爾), situées au nord du Shanxi. À l’ouest, se trouve la province du Shaanxi, dont une partie du territoire, sur la rive ouest du fleuve Jaune, fut occupée, à différentes époques, par Qin, Wei et Zhao. Là, dix sceaux pouvant être rattachés à la tradition des Trois Jin ont été découverts, mais pas lors de fouilles scientifiques. On compte quatre sceaux nominatifs privés, cinq officiels et un à maxime. Pour finir, ont été considérés les sceaux découverts dans le Sud de la province du Henan, dans les régions de Luoyang, Zhengzhou et Xinxiang 新鄉. Dans les très nombreux rapports de fouilles concernant la région de la capitale du royaume des Zhou, Luoyang, seulement trois tombes de l’époque des Royaumes combattants, sur plusieurs centaines, contenaient des matrices. On compte deux sceaux à maxime et un privé nominatif. Trois autres sceaux ont été exhumés de la région de Xinxiang où était établi l’État de Wei, mais leur déchiffrement est encore discuté. Enfin, deux tombes de Zhengzhou, autrefois territoire de Zheng, puis de Han, ont livré deux sceaux à maxime. De manière plus anecdotique, deux sceaux sans légende ont été exhumés de tombes situées au Henan et en Mongolie intérieure.

13Pour compléter ce tour d’horizon, nous nous sommes intéressés aux empreintes de sceaux sur terre cuite (sceaux d’ateliers). Sans être aussi importante que les traditions de Qi ou de Yan, celle des Trois Jin représente un corpus non négligeable, mais avec des différences importantes en fonction des régions. La province du Shanxi semble très peu concernée par cette pratique, qui est en revanche bien attestée dans les régions de Zhengzhou, Xinzheng, Xingyang 滎陽, Wenxian 溫縣, et dans une moindre mesure autour de Handan. Alors que dans la plupart des autres traditions, des sceaux d’ateliers spécifiques étaient utilisés pour être imprimés sur les vases en terre cuite (comme à Qi ou à Yan), de nombreuses empreintes relevant de la tradition des Trois Jin ont été réalisées avec des sceaux nominatifs privés en bronze. Cela est probablement lié à une des spécificités des sceaux des Trois Jin : leur inscription était en relief et non en creux, comme dans la plupart des autres traditions. Outre des noms de personnes, le contenu le plus fréquemment observé sur ces objets en terre cuite, ce sont les noms des villes où ces objets étaient produits. Sur le site de la capitale du royaume de Zhongshan, Lingshou 靈壽, quelques dizaines des tessons portant des inscriptions imprimées ont été mis au jour. Leur texte se résume essentiellement en des noms de personnes, qui peuvent parfois être précédés d’un titre de fonction, rappelant ainsi ce que nous avions pu observer l’année précédente pour le pays de Yan, à Yanxiadu 燕下都

14. Une année supplémentaire sera nécessaire pour achever cette étude en complétant notre tour d’horizon des matériaux par une analyse des sceaux de Qin 秦. Cette année encore, le directeur d’études s’est réjoui de la présence parmi ses auditeurs d’un spécialiste des sceaux chinois, M. Laurent Long.

15À la fin du second semestre, plusieurs séances ont été consacrées à la question des variantes graphiques dans les sceaux de l’époque des Royaumes combattants. Ce phénomène est en partie lié à l’existence de traditions graphiques régionales, mais on peut aussi l’observer à l’intérieur d’une même aire culturelle, parfois au sein de groupes restreints, voire même chez certains individus. Toutefois la variation graphique est généralement moins importante dans ces derniers cas. Les sceaux officiels affichent dans l’ensemble un plus haut degré de standardisation, même s’il existe des exceptions. L’application de ces standards aux sceaux privés nominatifs de la région correspondante est un phénomène remarquable. La situation est très différente pour les sceaux privés à maxime. Ceux-ci utilisaient fréquemment des styles de graphies singuliers qui les distinguaient des autres sceaux et que l’on pouvait retrouver d’une région à l’autre. En l’absence de sources contemporaines explicites sur cette question, il est difficile de savoir quelle perception les lecteurs de l’époque des Royaumes combattants avaient de ces variantes. Notre sentiment est que celles-ci n’empêchaient pas l’intercompréhension, mais que leurs différences devaient néanmoins être clairement perçues. La question des variantes graphiques à l’époque des Royaumes combattants dépasse bien évidemment le cadre des études sigillographiques, et nécessiterait de plus amples recherches que le directeur d’études se propose de mener dans les prochaines années.

16III. Les conférences du second semestre s’inscrivent dans le cadre d’un projet de recherche dirigé par Mme Marianne Bujard (Ve section) sur les titres de fonction dans la Chine ancienne. Son objectif est avant tout de réévaluer les traductions proposées en français pour les très nombreux titres officiels présents dans les textes relatifs à l’époque des Han (206 av. n. è. – 220 de n. è.). Dans cette perspective, nous avons proposé de nous pencher sur l’origine de ces titres, en m’intéressant plus particulièrement aux périodes des Shang (env. 1600-1050 av. n. è.) et des Zhou occidentaux (env. 1050-771 av. n. è.). Cette année, nous avons travaillé sur la dynastie des Shang, ou plus exactement sur la période finale de cette dynastie pour laquelle nous disposons de sources épigraphiques : environ 1250 à 1050 avant notre ère. Si des études existent sur le sujet, il était important de comprendre dans quel contexte celles-ci avaient pu être menées. En effet, les informations dont nous disposons sur la dynastie des Shang sont extrêmement lacunaires, sans commune mesure avec celles pouvant être mobilisées pour travailler sur l’époque des Han, pour laquelle de nombreux textes anciens décrivent le fonctionnement de l’administration de l’époque, en indiquant les titres portés par les fonctionnaires concernés. Jusqu’à la fin du xixe siècle, les études sur l’histoire de l’administration en Chine ne remontaient presque jamais au-delà de l’époque des Zhou (env. 1050-256 av. n. è). La situation a changé avec la découverte des inscriptions oraculaires des Shang par Wang Yirong 王懿榮 (1845-1900) en 1899, et surtout la constitution des premiers corpus d’inscriptions Shang à partir du début du xxe siècle. Dès les premières études, des savants comme Luo Zhenyu 羅振玉 (1866-1940) et Wang Guowei 王國維 (1877-1927) ont noté la présence de titres officiels dans ces inscriptions, semblables à ceux connus dans des sources postérieures. Ces informations, ont été reprises par des sinologues occidentaux comme Henri Maspero (1883-1945), dans La Chine antique (1927) ou Herrlee Glessner Creel (1905-1994), dans The Birth of China (1936). Mais ce n’est qu’au milieu du xxe siècle que parurent les premières études consacrées à « l’administration » sous les Shang, sous la forme de chapitres intégrés à deux ouvrages de synthèse fondamentaux sur les inscriptions oraculaires des Shang : Yinxu buci zongshu 殷虛卜辭綜述 de Chen Mengjia 陳夢家 (1911-1966) et Inkyo bokuji kenkyū 殷墟卜辭研究 de Shima Kunio 島邦男 (1908-1977). C’est sur ces études que se sont appuyés plus tard l’archéologue Chang Kwang-chih (1931-2001), dans Shang Civilization, et le sinologue Léon Vandermeersch (1928-2021), dans La voie royale, pour évoquer ce sujet. En 1986, ont été publiés en Chine deux articles consacrés à cette question, proposant une sorte de synthèse entre sources épigraphiques et littérature transmise. Le premier, signé par Zhang Yachu 張亞初, est le plus connu. Il s’intitule « Étude du système administratif de l’époque des Sang » (« Shang dai guanzhi yanjiu 商代官制研究 », dans Guwenzi yanjiu 古文字研究, no 13). Le second, « Les spécificités de l’histoire et du système administratif de la dynastie des Shang » (« Shang chao guanzhi ji lishi tedian 商朝官制及歷史特點 », dans Lishi yanjiu 歷史研究, 1986, no 4), a été rédigé par Wang Guimin 王貴民. Bien que fondées sur les mêmes matériaux, les deux études diffèrent sensiblement par leurs approches. Zhang Yachu reconstitue un véritable organigramme de l’administration des Shang, en replaçant les titres Shang présents dans les inscriptions contemporaines et dans des textes littéraires plus tardifs dans un cadre fondé en partie sur le Zhouli 周禮, ou Rituel des Zhou. Or, il est aujourd’hui largement admis que ce dernier ouvrage est une œuvre assez tardive, datant vraisemblablement de la période des Royaumes combattants (481-221 av. n. è.) et décrivant une administration largement idéalisée. Wang Guimin ne propose pas d’organigramme aussi détaillé que Zhang Yachu, mais il met plutôt en avant ce qu’il considère comme les grands principes de fonctionnement de l’État Shang. Il utilise lui aussi les sources postérieures aux Shang, mais en soulignant que celles-ci ont été produites dans un contexte différent qu’il convient de prendre en considération.

17Pour nous faire une opinion sur ces débats, nous avons choisi de travailler en priorité sur les sources de l’époque des Shang, en commençant par les plus nombreuses : les inscriptions oraculaires des Shang. La méthode la plus couramment employée par les chercheurs est de faire appel à des index ou des bases de données permettant de relever toutes les occurrences des termes étudiés, ici les titres officiels. Souhaitant rappeler la difficulté à interpréter des inscriptions presque toujours fragmentaires, le directeur d’études a toutefois proposé de lire d’abord avec les étudiants et les auditeurs quelques exemples de supports de divination inscrits complets sur lesquels des titres figuraient. La lecture de ces exemples a pris plusieurs semaines et a illustré l’intérêt qu’il y a à disposer de supports entiers, les rapprochements entre les différentes inscriptions présentes sur ces supports permettant souvent de lever des ambiguïtés de lecture. Toutefois, nous avons aussi constaté que ces textes, qui devaient être explicites pour les personnes auxquelles ils étaient destinés, étaient souvent difficiles à comprendre pour des lecteurs modernes, comme le montraient les débats entre spécialistes autour de l’interprétation de certaines expressions. Une fois ces lectures effectuées, nous avons, nous aussi, utilisé les index pour analyser l’usage des différents titres. Plusieurs étudiants et collègues ont accepté de prendre en charge l’analyse d’un ou plusieurs titres, et de partager ensuite leurs conclusions, qui furent discutées lors des conférences. Sont intervenus : Mme Chrystelle Maréchal (CNRS) et M. Laurent Long, ainsi que Mme Zhang Yu et MM. Colin Brisson, Zhong Liang et Yao Xuanming. Une vingtaine de titres sont clairement identifiables, d’autres posent davantage de problèmes. Mais un des principaux problèmes que nous avons rencontrés est que les inscriptions oraculaires ne sont pas « les archives » de la dynastie des Shang. Ce sont pour l’essentiel des comptes rendus de divination qui concernent des sujets particuliers auquel le roi des Shang, et certains de ses proches, accordaient manifestement beaucoup d’importance : les sacrifices, la guerre, la chasse, les récoltes, etc. Les titres présents dans ces inscriptions sont ceux portés par les personnes pouvant jouer un rôle dans ces activités. Or, il s’agit d’activités ayant à la fois une finalité d’ordre pratique et une importante portée symbolique. Dans ce contexte, il est fréquent de voir le roi (王), un prince (子), ou des dames (婦) diriger ces activités, sans pour autant que leur titre puisse être associé à une activité en particulier. On peut observer la même chose, pour des personnes portant d’autres titres pouvant être considérés comme des titres de fonction : les yin 尹, les chen 臣, les shi 史, etc. La tentation est grande de traduire ces termes de la même manière que dans des textes postérieurs où ceux-ci apparaissent également. Mais si conserver une unité de traduction pour un même terme utilisé dans la Chine ancienne peut sembler une bonne idée, par exemple pour mieux expliciter l’évolution des usages de ce terme, cela peut aussi induire en erreur le lecteur de la traduction. Ainsi, si « scribe » est une des traductions les plus fréquentes pour le mot shi 史, elle pose problème pour l’époque des Shang, dans la mesure ou la forme ancienne de ce caractère semble le plus souvent utilisée dans les inscriptions pour désigner un envoyé (terme noté par shi 使 en chinois classique). Le directeur d’études n’est pas parvenu au terme de ce semestre à proposer des traductions satisfaisantes pour tous les titres officiels des Shang. Une étude plus approfondie des liens pouvant exister entre activités et titres de fonction serait nécessaire pour y voir un peu plus clair. Toutefois, une telle étude ne permettra certainement pas de nous renseigner sur les fonctions exactes attachées à chaque titre. De nombreux chercheurs, comme Zhang Yachu et Wang Guimin, estiment que cela est lié au fait qu’à une époque aussi ancienne l’appareil d’État n’était pas encore très élaboré et que ses agents n’étaient peut-être pas nécessairement spécialisés. C’est sans doute en partie vrai, mais nous pensons que notre perception est peut-être aussi ici déformée par la nature même des sources à notre disposition. Parmi les titres ayant été discutés lors de ce semestre, on peut aussi mentionner ceux de bo (白 lu comme 伯) et de hou 侯. Le premier, que l’on traduit souvent par « chef » ou « aîné » semble avoir été essentiellement porté par des dirigeants de groupes extérieurs aux Shang qui pouvaient être des alliés ou des ennemis. Le second désignait des personnes qui avaient la charge de régions vraisemblablement situées à la périphérie du territoire des Shang et qui pouvaient joindre leurs forces militaires à celles du roi pour s’opposer aux attaques d’ennemis extérieurs. Suivant une étude de Qiu Xigui 裘錫圭, plusieurs chercheurs proposent aujourd’hui de considérer que le terme de hou était à l’origine un titre de fonction, son sens de « seigneur » correspondant à une réalité plus tardive. L’hypothèse est séduisante, mais mériterait d’être discutée.

18Pour finir ce semestre, le directeur d’études a souhaité compléter ce tableau en traitant de corpus d’inscriptions Shang, certes moins importants en taille, mais susceptibles d’apporter un autre point de vue sur ce sujet. C’est ainsi qu’ont été abordées les inscriptions sur objets en bronze, en pierre ou en os. La plupart d’entre elles sont très courtes et ne donnent que les noms des propriétaires des objets ou le groupe auquel ceux-ci se rattachaient. Dans les emblèmes, principalement utilisés sur les vases rituels, les titres sont peu présents, certains pourtant importants dans les inscriptions oraculaires sont même ici entièrement absents. Ces titres n’avaient donc pas une importance majeure dans ce cadre. En revanche, certains sont bien présents sur des objets en jade ou pierre assimilée, particulièrement prisés par les élites. Une partie de ces inscriptions renvoient à des pratiques de dons entre membres de l’aristocratie, le donneur faisant indiquer ici son nom et son titre sur l’objet. On a aussi à la fin des Shang, soit entre 1100 et 1050 environ, des inscriptions commémoratives sur différents types d’objets. Elles peuvent faire référence à des pratiques rituelles ou à des cérémonies de dons. Une des particularités de ces inscriptions est que la figure du roi y est très présente. Or, les titres de fonctions sont également fréquemment mentionnés dans ces textes. Que ce soit dans le cadre des inscriptions donnant simplement le nom du donateur, ou de celles commémorant des rituels ou des cérémonies de dons, les titres des protagonistes sont souvent les mêmes. On trouve essentiellement : xiaochen 小臣 « petit-serviteur », zuoce 作册 « faiseur de tablettes (d’investiture) » et zai 宰 « intendant ». Il s’agit manifestement de proches du roi. Il faut souligner que les titres de zai et de zuoce sont par ailleurs très rares dans les inscriptions oraculaires des Shang, soulignant ainsi la nature de ces sources qui s’intéressent avant tout à des activités dans lesquelles les membres de la haute aristocratie pouvaient avoir un rôle important à jouer et non aux activités ordinaires de leurs nombreux subordonnés.

19Pris par le temps, le directeur d’études propose de terminer la première partie de cette enquête en début d’année prochaine. Seront alors abordés les titres Shang mentionnés dans les sources postérieures, qu’il s’agisse d’inscriptions, de manuscrits ou d’œuvres littéraires transmises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Venture, « Épigraphie et paléographie de la Chine pré-impériale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 409-418.

Référence électronique

Olivier Venture, « Épigraphie et paléographie de la Chine pré-impériale »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5694

Haut de page

Auteur

Olivier Venture

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search