Navigation – Plan du site
EPHE
Histoire et philologie des temps médiévaux
Pratiques médiévales de l’écrit documentaire

Les actes privés de la période carolingienne dans les archives de Saint-Gall

Conférence de Karl Heidecker
p. 372-377

Texte intégral

1Les actes conservés dans les archives de l’ancienne abbaye de Saint-Gall en Suisse sont un trésor extraordinaire pour l’étude de la période carolingienne. Pour la période allant du milieu du viie jusqu’au début du xe siècle, les archives contiennent, pour les actes privés, 638 actes conservés en original et 132 sous forme de copies contemporaines sur des feuillets de parchemin isolés ; pour les actes de souverains, 99 diplômes des rois carolingiens, dont 78 en original et 21 en copie. En outre, il existe environ 40 copies partielles ou entières représentées par des éditions faites par des érudits du xviie siècle. On estime que les actes conservés correspondent à un tiers du total qui existait autrefois. La partie la plus singulière de ce corpus est formée par les actes privés, qui traitent au niveau local de transactions juridiques telles que donations, ventes, échanges et plaids. C’est grâce à ces documents qu’on peut apercevoir le niveau « bas » de la société.

2Les archives de Saint-Gall sont de loin le plus grand dépôt d’actes privés du haut Moyen Age conservés en original au nord des Alpes et assurément le plus important fonds monastique de toute l’Europe. En Allemagne et dans le reste de la Suisse, il y a seulement une vingtaine d’actes privés du viiie-ixe siècle qui soient conservés en original ; pour la France, le nombre se monte à 90. Dans ces conditions, une étude détaillée de ce fonds est indispensable pour notre connaissance de l’acte privé carolingien.

  • 1 Chartae latinae antiquiores. Facsimile edition of the Latin charters prior to the ninth century, éd (...)
  • 2 Chartae latinae antiquiores. Facsimile edition of the Latin charters second series: ninth century, (...)

3Jusqu’à maintenant, on ne disposait, pour les actes du ixe siècle, que de l’édition du xixe siècle procurée par Heinrich Wartmann, qui ne répond plus aux exigences de la diplomatique d’aujourd’hui. En 2002 a débuté la préparation d’une nouvelle édition en fac-similé de tous les actes du ixe siècle conservés dans les archives de Saint-Gall. Ce projet d’édition est une entreprise commune des Chartae Latinae Antiquiores, du Stiftsarchiv Sankt Gallen et de l’Institut für Mittelalterforschung de Vienne. Cette édition prolonge celle d’Albert Bruckner, qui a publié en fac-similé, en 1954-1956, les actes originaux du viiie siècle de Saint-Gall dans les deux premiers tomes des Chartae Latinae Antiquiores1 ; elle comprendra treize tomes, dont le premier est paru à l’automne 2006. Le travail est fait en commun par Peter Erhart, Bernhard Zeller et Karl Heidecker2.

  • 3 Rosamond McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, 1989.

4Si l’étude de ces actes privés est importante pour les chercheurs qui se posent des questions de nature diplomatique, elle l’est aussi pour connaître l’usage de l’écrit dans la période carolingienne et la pratique du droit. L’importance du fonds de Saint-Gall a été notamment reconnue par Rosamond McKitterick, qui en a fait un de ses « arguments-clefs » pour son étude sur l’écrit dans la société carolingienne3. Par ailleurs, l’histoire du droit a, surtout en Allemagne, accordé une grande importance aux actes privés. Notre étude des originaux conduit parfois à des conclusions bien différentes de ces travaux. Le travail accompli sur les documents originaux permet de nouvelles observations sur l’écrit et son rôle social, sur la préservation et l’emploi des actes.

5Dans les quatre conférences présentées, on a voulu exposer les premiers résultats de ce travail en cours et les potentialités qu’offre la nouvelle édition en fac-similé. L’enseignement a été dispensé en bénéficiant des images d’actes réunies pour ce projet éditorial.

I. L’organisation des actes écrits dans les archives de Saint-Gall : origine des fonds, organisation archivistique et typologie des actes

6Le fonds actuel de Saint-Gall se compose de plusieurs entités : outre le fonds de l’abbaye de Saint-Gall proprement dit, il renferme des petits fonds laïques et ecclésiastiques qui sont entrés dans le chartrier de l’abbaye, pour la plupart au ixe-xe siècle. Le plus remarquable est le fonds dit de Folcuin, du nom d’un important fonctionnaire local (un escultaizus) en Rhétie : il contient quarante actes entrés dans les archives de Saint-Gall à la fin du ixe siècle.

  • 4 Peter Erhart, « Der Rotulus des Valerius. Das Schreiben von Urkunden im frühmittelalterlichen Räti (...)

7On constate l’usage de notes dorsales de plusieurs types, qui varient selon les archives. À l’abbaye de Saint-Gall, pas moins de trois types existent : le premier date de la fin du viiie siècle, le deuxième commence en 815, le troisième consiste en cotes « régionales » à partir de 840 ; dans quelques cas, on relève des annotations concernant la conservation. Les actes privés étaient conservés pliés en petits paquets rectangulaires, dans des casiers portant leur cote régionale. Sur la partie visible de ces paquets étaient inscrites les notes dorsales d’identification. En Rhétie, en revanche, les notes dorsales montrent une conservation tout à fait différente. Les actes étaient écrits sur des rouleaux portant plusieurs actes alors non séparés, et dont les notes dorsales ne font pas sens hors de l’ensemble du rouleau. C’est le scribe, exerçant son rôle de fonctionnaire public, qui conservait les actes en rouleau et non coupés. Une étude précise de quelques parchemins permet même la reconstitution du rouleau et la détermination de la fréquence (par exemple trois actes en cinq mois) de l’instrumentation dans des petits centres notariaux régionaux4.

8Une typologie des actes fondée sur leur formulaire permet de distinguer plusieurs genres d’actes, comme des actes de donation, de vente, d’échange, de plaid et de précaire. La grande majorité des actes consiste en actes de donation conditionnelle (appelés souvent « précaires »). Il faut d’ailleurs remarquer que cette prépondérance concerne le formulaire de la précaire. Dans quelques cas il devient clair que derrière le formulaire se cache un autre genre d’action juridique, par exemple un règlement de conflit ou un achat. Vers la fin du ixe siècle les actes d’échange se multiplient à Saint-Gall, ce qui reflète une politique de gestion de l’abbaye visant à concentrer ses propriétés foncières. Il faut souligner que ces observations ne reflètent que les actes conservés actuellement. On peut observer que les pertes d’actes depuis le xviie siècle touchent spécifiquement certaines catégories d’actes, comme les notices de plaid et les actes les plus anciens.

II. Scribes et mise par écrit au monastère

9Le fonds de Saint-Gall permet de voir dans ces centaines d’actes originaux le développement de l’écrit diplomatique pendant un siècle et demi dans un centre monastique. Si, dans d’autres fonds, on peut faire des observations sur le formulaire, à Saint-Gall, l’étude peut s’étendre aux caractères externes, comme la mise en page des actes, les chrismon, les signes de souscription et l’écriture. On voit aussi la formation et l’essor d’un atelier de scribes monastiques parfois liés au scriptorium qui confectionne les codices. Une comparaison avec les écritures des codices de Saint-Gall est possible. On observe la formation d’un style propre au monastère à partir des différentes écritures régionales, avec de fortes influences de l’écriture caroline, finissant par la domination de celle-ci.

  • 5 Hartmut Atsma et Jean Vezin, « Autour des actes privés du chartrier de Cluny (xe-xie siècles) », d (...)

10L’organisation du travail des scribes est un sujet qui mérite d’être traité, ne serait-ce que parce que plusieurs actes portant le nom d’un même scribe ne sont manifestement pas écrits par la même main. Le grand nombre d’actes permet de deviner des systèmes différents et de mieux distinguer les scribes. Non seulement il apparaît que derrière le nom d’un scribe pouvaient se cacher plusieurs mains – un fait mis en évidence pour les chartes de Cluny par H. Atsma et J. Vezin5 –, mais aussi que derrière deux noms pouvait se trouver une seule main. Un scribe n’est donc pas forcément celui qui écrit l’acte ; il est celui qui est responsable, au niveau local ou régional, de l’écriture des actes.

  • 6 Bernhard Zeller, « Urkunden und Urkundenschreiber des Klosters St. Gallen (bis 840) », dans Die Pr (...)

11Dans une première phase, depuis la fondation de l’abbaye par Otmar en 717 jusqu’en 770, il n’y a encore ni formulaire spécial à Saint-Gall, ni écriture spécifique. Le latin est aussi mauvais dans le monastère qu’au dehors. Le formulaire diplomatique issu des recueils de formules (« formulaires ») importants semble être entré plus tôt dans les actes établis hors du monastère qu’à Saint-Gall. Il est sûr que les moines de Saint-Gall n’ont pas appris aux scribes locaux à écrire des actes ; ce serait plutôt l’inverse. Cette situation change avec l’arrivée en 770 de Waldo, membre de l’élite carolingienne et futur abbé placé successivement à la tête des abbayes de Saint-Gall, Reichenau et Saint-Denis. Il réforme le scriptorium et écrit de sa propre main la plupart des actes à Saint-Gall. Le monastère devient alors plus important. Après son départ en 784, le rôle des scribes locaux reprend de l’importance. Ceci change de nouveau et de façon définitive avec les grandes réformes entreprises sous l’abbatiat de Cozbert, après 815. L’écrit à Saint-Gall est réformé, ainsi que le scriptorium, les archives et la gestion entière de l’abbaye, devenue alors indépendante de l’évêque de Constance. Le rôle des scribes locaux dans l’écriture des actes pour Saint-Gall devient de moins et moins important, pour disparaître presque entièrement après 840. Un formulaire et une écriture alémanique spécifique sont maintenant établis. Du point de vue de l’écriture, tout finit d’ailleurs vingt ans plus tard par la victoire totale de la minuscule caroline, dans le monastère et hors du monastère. Durant cette période la gestion des possessions monastiques est réformée par la création de prévôts monastiques responsables pour une région donnée, qui opèrent à partir d’un centre local et qui remplacent les scribes locaux. Dans quelques régions, le monastère perd de l’influence et il y a une tendance très nette à l’échange des possessions difficiles à gérer6.

III. Scribes et mise par écrit régionale : la Rhétie et l’Alémanie

  • 7 Heinrich Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert, Vienne, (...)

12Un grand nombre de scribes ne sont pas issus de l’abbaye de Saint-Gall. D’abord, il y a un important fonds d’actes de la Rhétie, dont les traits sont bien différents de ceux de Saint-Gall. Ensuite, il y a les écrivains de l’Alémanie, qui ont des caractéristiques communes avec ceux de Saint-Gall, mais qui présentent aussi bien des spécificités ; il s’agit d’un groupe assez mélangé : des prêtres locaux, des scribes ayant des rapports avec l’évêque de Constance, des scribes dépendant d’un fisc royal ou d’un comte. On se pose, pour les écrivains « régionaux » et leurs actes, les mêmes questions que pour ceux de Saint-Gall et on relève différences et similarités. On entre ici dans des perspectives comparatives, avec la notion de ce qu’on appelle les Urkundenlandschaften. Il y a plus de trente-cinq ans, Heinrich Fichtenau, dans son étude sur les actes autrichiens, signalait la diversité régionale des actes privés du haut Moyen Age, en délimitant des régions dans lesquelles les actes possédaient des caractéristiques plus ou moins communes7. La question se pose de la spécificité des actes de Saint-Gall dans leur région et dans l’ensemble carolingien.

  • 8 Peter Erhart, « Die rätischen Urkunden - Erratische Blöcke am Alpennordrand ? » dans Die Privaturku (...)

13En Rhétie on observe la formation d’un petit groupe de scribes locaux autour d’un « maître ». Les « élèves » écrivent et souscrivent parfois avec la mention vice magistri mei, parfois ils souscrivent avec son nom seulement ou avec le leur ; tout ceci souvent sur des rouleaux. Le formulaire des actes en Rhétie et leurs caractères externes montrent des différences remarquables avec la plupart des actes écrits en Alémanie. On peut donc à juste titre distinguer les actes de la Rhétie de ceux de l’Alémanie8.

  • 9 Karl Heidecker, « Urkunden schreiben im alemannischen Umfeld des Klosters St. Gallen », dans Die Pr (...)

14En revanche, il ne paraît pas possible d’opérer une nette distinction entre les actes d’Alémanie et ceux des régions situées au nord et à l’ouest. Là, les ressemblances sont trop grandes. Il y a quelques particularités dans le formulaire régional et dans l’écriture, mais ceci n’est pas suffisamment important pour parler d’une véritable Urkundenlandschaft Alemannien. L’Alémanie semble participer de la zone d’influence de l’acte franc, au sens le plus large9.

IV. Actes écrits et actions juridiques

15Le rôle de la mise par écrit de l’acte a suscité beaucoup d’intérêt auprès des diplomatistes et des historiens de droit. Comment une transaction juridique avec mise par écrit d’un acte se passait-elle ? Est-ce que la mise par écrit était une partie visible et indispensable de l’action juridique ou pas ? Est-ce qu’on écrivait l’acte pendant l’action juridique, avant, ou après ? Les caractères externes des originaux, combinés avec leurs textes, permettent ici de distinguer les phases successives de la mise par écrit et son rôle au sein de l’action juridique.

16Dans un grand nombre de cas, il paraît possible de deviner le moment, dans le cours de l’action juridique, où le scribe prenait en main le parchemin pour écrire. Ceci révèle d’ailleurs que ce parchemin était présent pendant la transaction. On repère plusieurs façons de procéder, indiquant une certaine souplesse. On était loin d’une rigidité juridique et administrative. En gros, on peut distinguer deux façons principales d’agir.

  1. Par des « préactes » (en allemand : Vorakte). Un brouillon porté au dos et sur le bord du parchemin devait guider ensuite le rédacteur de l’acte en donnant les renseignements essentiels qu’il fallait retenir : le nom du donateur, les possessions données, les noms des témoins. Plus rarement, on constate que les lignes de l’acte qui contiennent les noms des donateurs, des témoins et la souscription du scribe avec la datation ont été écrits à l’avance, comme l’indique notamment la mise en page. Le parchemin était alors très probablement sur place pendant la transaction juridique ; on pouvait écrire dessus publiquement et visiblement. Plus tard le scribe finissait de mettre l’acte au propre ou le faisait écrire sous sa responsabilité. Ensuite ces actes étaient souvent coupés, comme le prouvent les bords des actes qui mordent sur des parties écrites des actes ou des préactes. Enfin, les actes étaient pliés en paquets, les mentions dorsales étaient inscrites, et ils étaient rangés dans les archives. Cette façon de faire se trouve chez les scribes monastiques et non monastiques en Alémanie. Par contre, elle ne se trouve nulle part dans les actes de la Rhétie.

  2. Par des actes préparés avant la conclusion publique de la transaction juridique. On peut nettement observer que la liste des témoins et la ligne de souscription avec la datation ont été écrites plus tard. Parfois, on a laissé de la place pour écrire des données comme les noms des témoins, qui sont souvent rajoutés par une autre main. Cette façon de faire s’observe un peu partout en Alémanie et en Rhétie. En Alémanie on constate aussi que la transaction et sa mise par écrit ont pu nécessiter une navette du document.

17Il est important de noter que la mise par écrit paraît être surtout le travail des scribes ou de leurs substituts, et que les autres participants aux actions juridiques ne semblent pas intervenir « graphiquement » sur l’acte écrit. Il n’y a pas de souscriptions faites manu propria, ni des témoins, ni des donateurs et, dans quelques cas seulement, on est en droit de soupçonner des croix autographes.

18On a déjà mentionné qu’à partir de 815 l’écrit monastique de Saint-Gall remplace l’écrit des scribes non monastiques dans les transactions avec le monastère. Le formulaire de Saint-Gall s’impose chez quelques scribes non monastiques, parfois d’ailleurs sous une forme erronée qui révèle une mauvaise compréhension de ce formulaire. Une substitution semblable affecte la mise par écrit de l’acte. On voit des moines de Saint-Gall écrire « à la place » (vice) d’un scribe local. Un cas de l’année 859 est révélateur. L’acte a été écrit par le moine et prévôt Theothart vice le scribe local Rammingus, dont on connaît d’autres actes. Le préacte montre la main de Rammingus. C’est encore le scribe local qui est responsable et qui fait le brouillon, mais le monastère prend en main l’écriture des actes où il est partie prenante.

Haut de page

Notes

1 Chartae latinae antiquiores. Facsimile edition of the Latin charters prior to the ninth century, éd. Albert Bruckner et Robert Marichal, t. I-II : Switzerland 1-2, Olten - Lausanne, 1954-1956.

2 Chartae latinae antiquiores. Facsimile edition of the Latin charters second series: ninth century, t. C et suiv. : Switzerland 3 et suiv., Sankt Gallen I et suiv., éd. Guglielmo Cavallo et Giovanna Nicolaj, publ. Peter Erhart, Bernhard Zeller et Karl Heidecker, Zürich-Dietikon, 2006-….

3 Rosamond McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, 1989.

4 Peter Erhart, « Der Rotulus des Valerius. Das Schreiben von Urkunden im frühmittelalterlichen Rätien », dans Geschichte und Region / Storia e regione, t. 15-1 (2006), p. 38-61.

5 Hartmut Atsma et Jean Vezin, « Autour des actes privés du chartrier de Cluny (xe-xie siècles) », dans Pratiques de l’écrit documentaire au XIe siècle, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (éd.), Paris, 1997 (Bibliothèque de l’École des chartes, 155), p. 45-59.

6 Bernhard Zeller, « Urkunden und Urkundenschreiber des Klosters St. Gallen (bis 840) », dans Die Privaturkunden der Karolingerzeit, Tagungsakten des Kolloquiums Mensch und Schrift. Die Privaturkunden der Karolingerzeit (St. Gallen 20-23 September 2006), Peter Erhart, Karl Heidecker et Bernhard Zeller (éd.), Dietikon - Zürich, à paraître.

7 Heinrich Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert, Vienne, 1971.

8 Peter Erhart, « Die rätischen Urkunden - Erratische Blöcke am Alpennordrand ? » dans Die Privaturkunden der Karolingerzeit

9 Karl Heidecker, « Urkunden schreiben im alemannischen Umfeld des Klosters St. Gallen », dans Die Privaturkunden der Karolingerzeit…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl Heidecker, « Les actes privés de la période carolingienne dans les archives de Saint-Gall », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 139 | 2008, 372-377.

Référence électronique

Karl Heidecker, « Les actes privés de la période carolingienne dans les archives de Saint-Gall », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 139 | 2008, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 06 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ashp/570 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.570

Haut de page

Auteur

M. Karl Heidecker

Maître de conférences à l’université de Groningue, Maître de conférences invité, École pratique des hautes études – Section des sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals