Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire et cultures de la Chine ...

Résumés des conférences

Histoire et cultures de la Chine (Xe-XIVe s.)

Pierre Marsone
p. 472-497

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Lecture suivie et commentée de l’histoire de l’empire Jin des Jurchen (Jinshi) : les règnes de Taizu et de Taizong (1115-1135).

Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité du travail entrepris depuis plusieurs années, nous avons poursuivi la traduction complète et commentée des « Annales » (Benji) de l’Histoire des Jin (Jinshi 金史). Cette lecture approfondie nous a permis de parcourir l’histoire de la fondation de l’Empire d’Or (Da Jin guo 大金國) des Jurchen depuis l’ancêtre Polashu (Suzong, 1042/1092/1094) jusqu’en 1122, année précédant la mort de Wanyan Aguda 完顏阿骨打 (1068-1123), le fondateur de l’empire.

2Dans l’attente de pouvoir réaliser une traduction commentée et harmonisée de ces textes, nous reproduisons ici la traduction brute du texte, qui constitue en quelque sorte une édition partielle et provisoire du document final.

Jinshi 金史 (Histoire des Jin), chapitre 1, suite

Polashu (Suzong, r. 1092-1094)

  • 1 L’utilisation du terme jiedushi par les annales est anachronique. Le chef principal des jurchen a (...)

3Frère cadet [de Helibo / Shizu] par la même mère, Polashu 頗剌淑, hérita du titre de jiedushi1. C’est Suzong 肅宗, le 4e fils de Jingzu. Il naquit en Chongxi 11 des Liao (1042), année renwu. Du temps de son père et de son frère aîné (Helibo), il avait déjà le titre de premier ministre (guoxiang 國相). On ne sait quand commença l’usage du titre de guoxiang. Yada 雅達 avait été guoxiang. C’était le père de Huannan 桓𧹞 et Sanda 散達. Jingzu lui avait demandé [ce titre] à grands renforts d’argent et de chevaux, pour le donner à Suzong.

4Suzong depuis l’enfance était éveillé et habile pour parler. À l’époque où son frère [Helibo / Shizu] [était jiedushi], il avait le statut de premier ministre et assistait [son frère] de son mieux. Lorsque son oncle Bahei 跋黑 voulut se révolter et que Huannan, Sanda, Wuchun 烏春, Womouhan 窩謀罕, Shixian 石顯 et ses fils Lapei 臘醅 et Machan 麻產 lancèrent la sédition, [Wugunai / Jingzu] engagea le combat et Suzong alla souvent se battre pour lui. Il connaissait très bien la politique des Liao et les relations entre les personnes. Pour toute affaire concernant les Liao, [Jingzu] s’en remettait à Suzong. Quand il exposait une affaire à un haut fonctionnaire des Liao, il devait parler en restant à genoux à distance, et le traducteur transmettait ses propos. Mais souvent l’interprète était inexact ou confus. Alors Suzong voulait pouvoir s’approcher et dire les choses dans tous les détails. Donc il ne disait pas tout de suite la vérité. L’interprète avait des doutes et il n’avait pas le choix que de faire avancer [Suzong] pour qu’il s’exprime lui-même. Puis il prenait des brindilles et des graviers comme des jetons avec lesquels il comptait les choses qu’il disait. Les fonctionnaires étaient intrigués et lui demandaient pourquoi il faisait cela. Il répondait alors avec beaucoup d’humilité : « Je ne suis qu’un rustre et un illettré, c’est pour cela que je fais ça. ». Les fonctionnaires estimèrent qu’il était sincère et n’eurent plus de doutes sur lui. Ainsi, de tout ce qu’il disait, rien de leur déplaisait (il obtenait tout ce qu’il voulait).

5Lors de la guerre contre Huannan et Sanda, un homme de sa tribu, Saihan 賽罕, était mort et son frère cadet Huoluo 活羅 en éprouvait secrètement de la rancoeur. Un jour, [Huoluo] porta subitement le tranchant son épée sur le cou de Suzong et lui dit : « Mon frère est mort à cause de vous. Alors je vais te trancher la gorge en compensation. Qu’en penses-tu ? » Longtemps après, alors que le cercueil de son frère arrivait, il se mit en colère et attaqua Xibuchu 習不出. Xibuchu esquiva le coup. Puis il attaqua Suzong dans sa maison. La flèche transperça la robe de la deuxième épouse de Suzong et se ficha dans le battant de la porte. Puis il attaqua Huandu 歡都. Celui-ci, qui portait une cuirasse sous son vêtement, se réfugia à l’intérieur [de sa maison]. Comme il ne pouvait rentrer, [Huoluo] arracha la bannière de la porte et partit, puis il se rallia à Beinai 盃乃. Beinai incita [pour les piéger] les soldats de Wuchun à traverser les collines et Shizu, les rencontrant dans la campagne de Susuhai 蘇素海甸, leur dit : « J’ai eu un jour un songe étrange, et je ne peux pas aujourd’hui participer au combat. Mais si dans l’armée de gauche il se trouve des hommes qui se battent vigoureusement, le grand mérite [de la victoire] vous est acquis. » Il ordonna à Muzong (Yingge) ainsi qu’à Xielie 斜列 et Cibushi 辭不失 de combattre [l’ennemi]. Suzong descendit de son cheval, cria le nom de Shizu puis son propre nom, et dit : « Si le Ciel me soutient pour que je devienne le chef de toutes les tribus, les esprits protégeront l’affaire (la bataille) d’aujourd’hui ». Et ayant dit cela, il se prosterna deux fois [vers le Ciel]. Puis il alluma un faisceau de coton et de chanvre. Un instant plus tard, une forte bourrasque se leva derrière lui et le feu fut attisé. C’était au 8e mois. Même l’herbe verte brûlait, la fumée et les flammes s’élevaient jusqu’au ciel. Notre armée passa à l’attaque derrière la fumée, et ce fut une grande victoire. Beinai fut capturé et envoyé comme prisonnier chez les Liao. On captura aussi Huoluo. Suzong lui pardonna, ses assistants lui confièrent des missions et on obtint finalement sa coopération.

1092

6En Da’an 8 (1092), [Suzong] le guoxiang hérita de la fonction [de jiedushi]. À ce moment, Machan occupait encore le secteur de la rivière Zhiwukaishui 直屋鎧水, consolidant les fortifications de ses casernes et attirant les transfuges. [Suzong] le convoqua, et comme il n’obéit pas, il envoya Kangzong (Wuyashu) le punir. Une autre armée dirigée par Taizu (Aguda) s’empara des biens de Machan sans même lui laisser les chaudrons (qifu 錡釜). Machan fut capturé et exécuté, et sa tête (guo 馘) offerte aux Liao. Le peuple de la rivière Taowenshui 陶溫水 vint se rallier.

1093

7La 2e année (de sa fonction de jiedushi, 1093), [Suzong] envoya Taizu avec un détachement militaire punir Bahei et Bolikai 播立開 qui se trouvaient à Molihaicun 抹離海村 sur les bords de la rivière Shuaishui 帥水, chez les Nipanggu 泥厖古, et il les pacifia. À partir de ce moment, tous les rebelles furent éliminés.

8La 3e année (1094), au 8e mois, Suzong mourut. En Tianhui 15 (1137, lire Tianhui 14, 1136), il reçut le titre posthume de Muxian huangdi 穆憲皇帝 (Xumin Getuken han). En Huangtong 4 (1144), son mausolée fut appelé Tailing 泰陵. En Huangtong 5 (1145), son titre posthume fut augmenté en Suzong Mingrui muxian huangdi 肅宗明睿穆憲皇帝.

Yingge (Muzong, r. 1094-1103)

9Le frère cadet [de Suzong] par la même mère, Muzong, avait pour nom Yingge 盈歌, et son surnom était Wuluwan 烏魯完. Il était le 5e fils de Jingzu. Les gens du Sud l’appellent « Yangge le Taishi » (揚割太師). Ils disent aussi que Yangge fut appelé à titre posthume Xiaoping huangdi et surnommé Muzong, ou encore que Yangge fut surnommé Renzu ». [Or] sous la dynastie Jin il n’y eut personne qui fût surnommé Renzu. Muzong s’appelait Yingge et son nom posthume est Xiaoping. « Ying » est proche de « Yang », « ge » 歌 de « ge » 割. Ce sont des déformations de prononciation entre le Nord et le Sud. Les gens des Liao appelaient [notre] jiedushi « taishi ». Cette appellation fut continue, depuis Jingzu jusqu’à Taizu. Que ce soient le Congyan 叢言, le Songmoji 松漠記

10Il s’agit probablement du Songmo jiwen de Hong Hao 洪晧 publié en 1131-1162. Hong Hao, émissaire des Song, fut retenu par les Jin pendant 15 ans.

Monographie des Jin3

11Muzong naquit en Chongxi 22 (1053) des Liao, année guisi. Du temps de Suzong, quand Machan fut capturé, les Liao nommèrent Muzong xiangwen 詳穩 (général tribal). En Da’an 10 (1094), année jiaxu, il hérita du titre de jiedushi. Il avait 42 ans. Il nomma comme guoxiang le fils de son frère aîné Hezhe 劾者, Sagai 撒改.

1096

  • 4 La rivière Xingxian se trouve dans le secteur du Changbaishan.

12La 3e année [que Muzong était jiedushi, 1096], année bingzi, le Tangkuo 唐括部 Bage bojin 跋葛勃菫 et le Wendu 溫都部 Bate 跋忒 avaient [un différend] de longue date. Bage alla chercher [Bate] pour [cette vieille] affaire, et Bate tua Bage. Alors Taizu leva ses troupes pour punir Bate. Bate s’enfuit, et il fut rattrapé et tué à la rivière Xingxianshui 星顯水4. Les Heshilie 紇石烈部 Ashu 阿疏 et Maodulu 毛睹祿 entravant la marche de l’armée, Muzong alla punir Ashu, et Sagai avec un détachement attaqua et prit le camp fortifié de Dun’en 鈍恩城. Dès qu’Ashu apprit que [Muzong] venait le punir, il alla dénoncer l’affaire aux Liao qui nommèrent Hezhe pour garder le camp fortifié d’Ashu, et Muzong rentra. À ce moment, les Heshilie des rivières Taowenshui et Tulonggushui 徒籠古水, Ageban 阿閤版 et Shilu 石魯, bloquèrent la route des faucons au niveau des Wuguo 五國, et se saisirent des émissaires chasseurs de faucons des Liao et les tuèrent. Les Liao ordonnant à Muzong de les réprimer, Ageban et les autres occupèrent la passe stratégique et dressèrent des palissades. Il faisait un froid glacial. [Muzong] réunit des tireurs habiles à bander l’arc pour tirer des flèches rapides et acérées pour les attaquer. Quelques jours plus tard, ils entrèrent dans le camp fortifié d’Ageban, évacuèrent plusieurs membres de la mission des Liao qui avaient survécu, et les renvoyèrent au pays.

13Les Wugulun 烏古論 du confluent des rivières Tongmen 統門 et Hunchun 渾蠢, Liuke 留可 et Zhadu 詐都, alliés au Wugulun de la Subin 蘇濱水 Dikude 敵庫德, levèrent des troupes dans la place forte de Milimishihan 米里迷石罕城, et Dun’en, fils de Nagennie 納根湼, fit aussi défection. Ces deux groupes créèrent des troubles. Au 8e mois, avec Sagai comme dutong, Cibushi 辭不失, Alihemen 阿里合懣 et Wodai 斡帶 comme futong, on alla punir Liuke, Zhadu, Wuta 塢塔 et les autres. Manduhe 謾都訶 et Shitumen 石土門 punirent Dikude. Sagai hésitait quant à d’abord pacifier les fortins frontaliers ou capturer Liuke, et il ne pouvait se décider. Alors [Muzong] envoya Taizu. Dun’en, sur le point de venir en renfort à Liuke, profita de ce que les troupes de Manduhe ne s’étaient pas encore rassemblées pour l’attaquer. Shitumen avec son armée rejoignit Manduhe et alla au-devant de Dun’en pour l’attaquer, lui infligea une grande défaite, poussa à la reddition la place forte de Milimishihan, et il captura Dun’en et Dikude mais les libéra et ne les tua pas. Taizu traversa le col de Pennuoling 盆搦嶺, et avec Sagai ils attaquèrent le camp fortifié de Liuke. Liuke avait déjà fui chez les Liao et l’on tua tous les chefs du camp. Puis on assiégea le camp fortifié de Wuta. Wuta s’étant déjà enfui, le camp se rendit à l’armée [de Taizu et Sagai] et Zhadu se rendit aussi à Pujianu 蒲家奴 (Wanyan Yu). Alors toutes les régions furent pacifiées comme avant. Taizu alla chez Muzong qui enjoignit aux quatre régions de Tongmen, Hunchun, Yehui 耶悔 et Xingxian ainsi qu’aux tribus à l’est des collines de ne plus nommer de chef général des tribus. [Muzong] ordonna aussi à Shengguan 勝管 et Chou’a 醜阿 de pacifier les habitants de toutes les tribus à l’ouest de la rivière Zhu’amenshui 注阿門水 dans les monts Yiliguling 乙离骨嶺, et il ordonna à Wodai et ses assistants de pacifier les brigands des régions des Ernienanghu 二湼囊虎 et des Erchunchu 二蠢出 et de rentrer.

1100

14La 7e année (1100), gengchen, pendant que Hezhe gardait encore le camp fortifié d’Ashu, Maodulu se rendit. Ashu était chez les Liao, et un émissaire des Liao arriva pour l’arrêt des hostilités. Alors qu’il n’était pas encore arrivé, Muzong envoya le Wulinda 烏林荅 Shilu 石魯 aider Hezhe et l’avertit : « Un émissaire des Liao vient demander l’arrêt des hostilités. Change les uniformes et les étendards de mes soldats de manière parfaitement identique à ceux qui sont dans la place forte d’Ashu, et ne laisse pas l’émissaire des Liao s’en apercevoir. » Puis il avertit Hezhe en disant : « L’émissaire pourrait se retirer par tactique. Ne l’écoute pas [quand il dira de démobiliser tout de suite les soldats]. » L’émissaire des Liao arriva pour démobiliser les troupes. Muzong délégua les Pucha 蒲察部 Hulu bojin 胡魯勃菫 et Miaoxun bojin 邈遜孛菫 pour l’accompagner au camp fortifié d’Ashu. Quand Hezhe vit l’émissaire des Liao, il feignit de dire à Hulu et Miaoxun : « Si nos tribus se combattent, en quoi cela vous importe-t-il ? Qui connaît votre taishi ? » Et prenant une lance il transperça les chevaux de Hulu et de Miaoxun. L’émissaire des Liao, effrayé, s’enfuit très vite sans même oser se retourner et rentra directement. Quelques jours plus tard, la place forte fut prise. Digubao 狄故保, qui était revenu de chez les Liao et se trouvait dans la place forte, fut capturé et tué. Ashu dénonça encore la chose aux Liao. Ceux-ci envoyèrent le commissaire impérial des Xi 奚, Yilie 乙烈. Muzong arrivant à Xinghecun 興和村 sur la Lailiushui 來流水, vit Yilie. Celui-ci lui demanda ce qui s’était passé à la ville d’Ashu et ordonna à Muzong : « De tout ce que vous avez pris dans la ville que vous avez attaquée, ce qui existe encore rendez-le, et ce qui n’existe plus, compensez-le. » Et [Ashu] exigea plusieurs centaines de chevaux. Alors Muzong se concerta avec ses assistants et leur dit : « Si nous indemnisons Ashu, nous ne pourrons plus donner des ordres et des missions aux tribus. » Alors il ordonna aux peuples des deux rivières Zhuwei 主隈 et Tuda 禿答 de simuler qu’ils voulaient bloquer la route des faucons, et il envoya le commissaire impérial des Biegude 鼈故德部 dire aux Liao : « Pour ouvrir la route des faucons, il faut absolument passer par le jiedushi des Nüzhen sauvages [Muzong]. » Les Liao, ne sachant pas que c’était un stratagème de Muzong, le crurent, ordonnèrent à Muzong d’aller réprimer ceux qui bloquaient la route des faucons et laissèrent tomber l’affaire du camp fortifié d’Ashu. Muzong, prétextant qu’il allait pacifier la route des faucons, alla chasser sur la rivière Taowen et rentra. Cette année, Liuke vint se rendre.

1101

15La 8e année (1101), xinsi, un émissaire des Liao vint apporter officiellement des cadeaux [en remerciement] pour la réouverture de la route des faucons.

1102

16La 9e année (1102), on envoya Pujianu donner aux peuples de la Zhuwei et de la Tuda les cadeaux offerts par les Liao, on fit remettre en état la route des faucons et on rentra. L’hiver, Xiao Haili 蕭海里 se rebella et s’enfuit dans la tribu Adian 阿典部 des Jurchen de la Xi’an 係案女直. Il envoya un homme de son clan, Wodala 斡達剌, pour chercher un accord [avec Muzong] et lui faire dire : « Nous voulons être amis avec [vous] le taishi. Allons ensemble punir les Liao. » Muzong arrêta Wodala. Or les Liao ordonnèrent à Muzong de capturer Haili. Muzong envoya Wodala aux Liao, leva un ost et obtint plus de mille cuirasses. C’est de là que vient le nombre des cuirassiers jurchen, car jusqu’à ce moment ils n’avaient jamais atteint le nombre de mille. L’armée faisant halte au bord de la Huntongshui 混同水, Xiao Haili envoya encore un messager qui fut aussi arrêté. Puis [Muzong] rencontra Haili [pour la bataille]. De loin, Haili lui dit : « Où sont mes envoyés ? » Il répondit : « Ils suivent derrière. » Haili ne le crut pas. À ce moment, plusieurs milliers de soldats des Liao avaient poursuivi Haili mais ils n’étaient pas arrivés à le vaincre. Muzong dit au général des Liao : « Retirez-vous, je capturerai seul Haili. » Le général des Liao accepta. Alors Taizu, cravachant son cheval, fonça au combat. Une flèche perdue atteignit Haili à la tête. Haili tomba du cheval, il fut capturé et on le tua. Son armée subit une sévère défaite et on envoya Alihemen apporter sa tête aux Liao. Les Jin comprirent alors que les Liao seraient faciles à traiter. Lors de cette bataille, Kangzong fut le premier à monter [sur le rempart]. On fit donc passer en avant ceux qui avaient été les premiers à monter à l’attaque ainsi que les plus méritants, puis tous les prisonniers faits par les armées furent renvoyés dans leurs tribus. Muzong rencontra le souverain des Liao au lieu où il pêchait, reçut de grandes récompenses ainsi que le titre de grand ministre (使相) et il fut promu en grade.

1103

17La 10e année (1103), guiwei, au 2e mois, Muzong revint (dans sa tribu). Liao envoya un émissaire remettre des récompenses officielles à ceux qui avaient participé à la répression de Haili. Alors [des envoyés de] Koryo vinrent établir des relations amicales. Le 29e jour du 10e mois, Muzong mourut. Il avait 51 ans.

18En fait, chaque tribu avait ses tablettes de créances. Suivant la suggestion de Taizu, Muzong [décréta que] tous ceux qui créeraient des tablettes de créances de leur propre initiative seraient jugés selon la loi, que désormais il n’y aurait plus qu’une source de créances et que dans le peuple n’aurait ainsi plus d’hésitation possible. À partir de Jingzu, sur deux générations quatre souverains s’étaient succédé, enfin on fixait ce qui était dispersé et tout devait être géré par les ordres de son administration, vers le sud-est jusque chez les Yiligu, les Helan 曷懶, les Yelan 耶懶, les Tugulun 土骨論, vers le nord-est jusque chez les Wuguo, Zhuwei et Tuda, et les Jin commencèrent à être florissants.

19En Tianhui 15 (1137), [Muzong] reçut le nom posthume de Xiaoping huangdi 孝平皇帝 et le nom de temple de Muzong. En Huangtong 4 (1144), son tombeau fut appelé Xianling 獻陵. En [Huangtong] 5 (1145), son nom posthume fut augmenté en Zhangshun xiaoping huangdi 章順孝平皇帝.

Wuyashu (Kangzong, r. 1103-1113)

20Le neveu [de Muzong] par son frère aîné [Shizu], Wuyashu 烏雅束, était surnommé Maoluwan 毛路完. Il était le fils aîné de Shizu. Il naquit en Qingning 7 (1061) des Liao, une année xinchou. En Qiantong 3 (1103), année guiwei, il hérita du titre de jiedushi. Il avait 43 ans. La dernière année du gouvernement de Muzong, Ashu avait envoyé Daji 達紀 pour subvertir les peuples de frontières mais les gens de Helandian 曷懶甸 l’avaient arrêté et livré [à Muzong]. Muzong avait envoyé Shishihuan 石適歡 pour intégrer Helandian, mais alors que Shishihuan n’était pas encore parti, Muzong était mort et [Shishihuan] fut quand même envoyé. Auparavant, Koryo était venu sceller une amitié, mais beaucoup de différends avaient surgi. Alors Koryo avait envoyé un émissaire pour négocier mais quand on avait envoyé [en retour] un émissaire à Koryo, Koryo l’avait refusé. Le peuple des Wushui 五水 se rallia à Koryo et arrêta 14 tuanlianshi (團練使). Cela est raconté dans la monographie sur Koryo.

1104

21La 2e année (1104), jiashen, Koryo lança une nouvelle campagne. Shishihuan le vainquit à nouveau. Koryo demanda à nouveau un traité de paix et les 14 tuanlianshi qui avaient été arrêtés furent renvoyés chez eux. Ayant pacifié la population aux frontières, Shishihuan rentra. Mais le peuple de la Subin n’étant pas obéissant, on envoya Wodai et d’autres à Huoluohaichuan 活羅海川 pour convoquer leurs fonctionnaires et leur lancer un ultimatum. Wohuo bojin 斡豁勃菫 des Hanguo 含國部 qui habitait sur la Subin ne vint pas. Les [représentants des] Wozhun 斡准部 et des Zhiting 職德部 vinrent mais s’en allèrent [aussitôt]. Wuta intercepta les deux tribus à Majiling 馬紀嶺, les arrêta et les amena. Puis il alla punir Wohuo et le vainquit. Wodai avança jusqu’à Beiqinhai 北琴海, attaqua le camp fortifié de Hongtecheng 泓忒城 et rentra.

1106

22La 4e année (1106), bingxu, Koryo envoya Hŭk Hwan 黑歡 et Pang Sŏk 方石 pour apporter les vœux de félicitations de la succession au titre de jiedushi, et l’on envoya Beilu 盃魯 pour les remerciements. Koryo consentant à faire rentrer tous ceux qui s’étaient réfugié là-bas, on envoya Aguo 阿聒 et Shengkun 勝昆 pour aller les chercher. Mais Koryo trahit son serment, tua les deux envoyés, construisit neuf places fortes à Helandian et attaqua avec plusieurs dizaines de milliers de soldats. Wosai 斡賽 les défit. Wolu construisit aussi neuf places fortes en face des neuf places fortes de Koryo. Koryo attaqua à nouveau, et Wosai le défit à nouveau. Koryo accepta de rendre les exilés, retira ses troupes des places fortes et on récupéra les territoires qui avaient été occupés. Au 9e mois les hostilités furent arrêtées.

1109

  • 5 Selon la loi jurchen, le voleur devait indemniser la victime au septuple.

23La 7e année (1109), jichou, les récoltes étant mauvaises, on réduisit l’indemnisation à payer par les voleurs5 et on ravitailla les pauvres.

1113

24La 11e année (1113), guisi, [au 10e mois] Kangzong mourut, à l’âge de 53 ans. En Tianhui 15 (1137), il reçut le nom posthume de Gongjian huangdi 恭簡皇帝. En Huangtong 4 (1144), son tombeau fut appelé Qiaoling 喬陵. [En Huangtong] 5 (1145), son nom posthume fut augmenté en Kangzong Xianmin gongjian huangdi 康宗獻敏恭簡皇帝

25. La louange dit :

  • 6 Ce détail rituel manifeste l’importance exceptionnelle de Jingzu et Shizu dans la fondation de l’Ét (...)

Au début des Jin, il y avait trois frères, et ils étaient d’origine modeste. Quand Xizong donna rétroactivement aux ancêtres de la lignée des titres d’empereurs, il fixa les noms des temples de Shizu 始祖, Jingzu et Shizu 世祖, et de génération en génération [les cultes de Jingzu et Shizu 世祖 ne furent pas transférés dans le temple de l’ancêtre fondateur (butiao 不祧)6. Shizu 始祖 épousa une femme de 60 ans et eut avec elle deux garçons et une fille ; cela n’est-il pas la volonté du Ciel ? Jingzu refusa les registres et le sceau des Liao, et il obtint le titre de guoxiang de Yada pour le donner à son fils. Quand Shizu 世祖 eut vaincu Huannan et Sanda et que la politique des Liao faiblissait de jour en jour, il plaça Taizu près de Muzong. N’avait-il pas des préoccupations qui visaient loin ?

Jinshi 金史 (Histoire des Jin), chapitre 2 第二卷

Taizu (1068-1123)

  • 7 1 hu = 5 boisseaux (dou) à cette époque.

26Taizu, empereur Yingqian xingyun Zhaode dinggong Renming zhuangxiao Dasheng wuyuan huangdi 應乾興運昭德定功仁明莊孝大聖武元皇帝 s’appelait Min 旻, son nom originel était Aguda 阿骨打. Il était le deuxième fils de Shizu (Helibo). Sa mère appelée Yijian huanghou 翼簡皇后 était du clan Nalan 拏懶. Sous Daozong des Liao, alors que des nuées multicolores s’élevèrent plusieurs fois à l’est, hautes comme un silo à céréales de 2 000 hu7, l’astrologue Kong Zhihe 孔致和 dit discrètement à des gens : « Sous [ces nuées] naît assurément un homme extraordinaire qui accomplira une œuvre ultime. Le Ciel l’annonce par ce signe que les hommes ne peuvent réaliser. » En Xianyong 4 (1068), année wushen, le 1er jour du 7e mois, Taizu naquit. Dans son enfance, quand il jouait avec les autres, sa force valait celle de plusieurs [garçons] de son âge. Son maintien était grave et Shizu l’aimait tout particulièrement. Dans le combat contre Lapei et Machan sur la Yequeshui 野鵲水 (1076), Shizu, blessé quatre fois et agonisant, plaça Taizu sur ses genoux, caressa ses longs cheveux et dit : « Quand cet enfant aura grandi, nous n’aurons plus rien à craindre. » À dix ans (1077), il aimait les arcs et les flèches. Quand il fut sorti de l’enfance, il excellait au tir à l’arc. Un jour, un émissaire des Liao assis au yamen [du jiedushi], se tourna vers Taizu qui tenait un arc et des flèches, et lui dit de tirer vers un groupe d’oiseaux. Taizu tira trois flèches qui toutes atteignirent [un oiseau]. L’émissaire des Liao, sidéré, dit : « Quel garçon extraordinaire ! ». Une fois, alors que Taizu banquetait dans la famille de Huolihan 活離罕 des Heshilie, il sortit se promener et, avisant un talus en direction du sud, demanda à ceux qui étaient avec lui de tirer vers [le talus]. Aucun ne put l’atteindre. Mais Taizu tira et le dépassa, et on mesura que la flèche était allée à 320 pas. Manduhe 謾都訶 de la famille [du jiedushi] était celui qui tirait le plus loin mais il n’avait pas tiré aussi loin, d’une centaine de pas environ. En Tiande 3 (1151), on érigea la Stèle du tir (Shebei 射碑) pour noter cela.

27Lorsque [son père] Shizu alla punir Buhui 卜灰, Taizu avait demandé, à la suite de Cibushi, à pouvoir le suivre. Shizu de l’avait pas autorisé mais il avait trouvé cela remarquable. Lorsque Wuchun fut mort, Womouhan demanda à faire la paix. Mais après avoir conclu la paix, il revint attaquer. Alors on assiégea sa place forte. À l’âge de 23 ans (1090), Taizu portant une [simple] cuirasse et sans casque, sans même s’aider d’un cheval, lançait les ordres aux armées du siège. Les gens de la place forte le virent et le reconnurent. Alors le vaillant Taiyu 太峪, montant un étalon et tenant une lance, sortit de la place forte et alla au galop vers Taizu pour le tuer. Taizu n’ayant pas le temps de se protéger, son oncle maternel Huolahu 活臘胡 intervint au galop pour s’interposer. Il frappa Taiyu, la lance se brisa et atteignit le cheval. Taiyu (lire : Taizu) en réchappa de peu. Une fois, Taizu sortit du camp avec Shahudai 沙忽帶 pour aller tuer et piller, sans le dire à Shizu. Lorsqu’il revint, l’ennemi le poursuivait avec une troupe nombreuse. Il alla seul dans des défilés et se perdit. Alors que ses poursuivants accéléraient, il arriva devant un mur haut comme un homme. En un saut, son cheval le passa et les poursuivants s’en retournèrent. Lorsque Shizu était à l’agonie, Taizu devait aller chez [le gouverneur des] Liao. Alors qu’il s’apprêtait à partir, Shizu l’avertit : « Va vite régler cette affaire, reviens avant la moitié du 5e mois et j’aurai encore le temps de te revoir ». Taizu alla auprès du gouverneur militaire Helusaogu 曷魯騷古. Sa mission terminée, il rentra chez lui la veille de la mort de Shizu. Shizu, voyant que Taizu était revenu et que sa mission était parfaitement satisfaisante, se réjouit grandement, prit la main de Taizu, enserra sa nuque et la caressa, puis il dit à Muzong (son frère, oncle de Taizu) : « Wuyashu (frère aîné de Taizu) est doux et bon. C’est celui-ci (Aguda) qui pourra régler les questions avec les Liao. » Muzong aussi avait pour Taizu la plus haute estime. Il lui demandait toujours de l’accompagner. Si Taizu revenait d’un voyage au loin, Muzong allait toujours l’accueillir.

28Quand Shizu eut capturé Lapei et que Machan se fut replié sur la rivière Zhiwukaishui, Suzong envoya Taizu prendre d’abord les biens de Machan, et Kangzong alla directement à la rivière Zhiwukaishui pour encercler [Machan]. Taizu rejoignit cette armée, captura lui-même Machan et envoya sa tête aux Liao. Les Liao nommèrent Taizu sängüm (詳穩), et firent de même pour Muzong, Cibushi et Huandu. Progressivement, avec des détachements armés ils réprimèrent (1093) les Nipanggu Bahei et Bolikai, et avec Datu’a 達塗阿 pour guide ils longèrent de nuit la rivière Shuaishui 帥水, les attaquèrent de nuit et firent prisonniers leurs femmes et leurs enfants.

  • 8 Selon une version précédente de l’événement, en 1096 (voir plus haut), alors que Taizu leva ses tro (...)

29En fait, quand le Wendu Bate avait tué le Tangkuo Bage, Muzong avait ordonné à Taizu de le punir. Entrant à la cour pour annoncer son départ, Taizu avait dit à Muzong : « Hier soir j’ai vu des présages rouges de bon augure. Dans cette mission nous vaincrons assurément l’ennemi. » Puis il était parti. Cette année, il y eut de fortes neiges, et il faisait très froid. Avec des soldats wugulun il longea la rivière Tuwenshui 土溫水, traversa le secteur de Molinxiang 末鄰鄉, rattrapa Bate entre le mont Asiwenshan 阿斯溫山 et le lac Beipo 北濼, et le tua8. Quand son armée rentra, Muzong alla lui-même à la rencontre de Taizu à Aijiancun 靄建村

30. Alors que Sagai en tant que dutong allait réprimer Liuke et que Manduhe allié à Shitumen allait réprimer Dikude, Sagai discuta avec ses généraux et assistants. Certains étaient d’avis de d’abord neutraliser les forteresses des tribus frontalières, d’autres voulaient directement attaquer la place forte de Liuke. N’arrivant pas à se mettre d’accord, ils voulurent que Taizu rejoignît le quartier général. Muzong envoya Taizu en lui disant : « L’affaire est assurément délicate. Seuls 70 soldats n’ont pas été envoyés. Je te les donne tous. » Alors que Manduhe se trouvait au pied de la place forte de Milimishihan et que Shitumen n’était pas encore arrivé, la population locale voulut se saisir de Manduhe et le livrer à l’ennemi. [Manduhe] envoya un émissaire pour signaler sa détresse et l’émissaire rencontra Taizu à Xieduidian 斜堆甸. Taizu dit : « Tous les soldats du pays sont ici. Si on laisse l’ennemi réaliser ses objectifs contre Manduhe, par la suite même si l’on exécute tout le monde, quel intérêt en tirerons-nous ? » Et il lui donna quarante soldats. Taizu, avec les trente soldats [restants] alla vers l’armée de Sagai. En chemin il rencontra quelqu’un qui lui dit : « L’ennemi s’est déjà établi au sud de Pennuoling. » Alors que tous voulaient passer par Shapianling 沙偏嶺, Taizu dit : « Avez-vous peur de l’ennemi ? » Quand ils eurent passé Pennuoling, ils ne virent pas l’ennemi et entendirent dire que l’ennemi occupait Shapianling pour résister à nous [l’armée officielle]. Lorsque [la troupe de Taizu] fut arrivée chez Sagai, ils attaquèrent de nuit, par surprise, et à l’aube ils vainquirent ses troupes. À ce moment, Liuke et Wuta étaient déjà chez les Liao. Liuke ayant été vaincu, on attaqua le camp fortifié de Wuta et les gens de la place forte se rendirent.

31En fait, quand Taizu franchit le col de Pennuoling et passa sous les remparts de la place forte de Wuta, certains de ses cavaliers étaient restés en arrière. Les hommes de la place forte de Wuta les attaquèrent et volèrent leurs chaudrons. Taizu arrêta son cheval et leur cria : « Ne volez pas nos ustensiles de cuisine ! » Les hommes lui répondirent en se moquant : « Tu peux venir jusqu’ici et tu te fais encore du souci pour la nourriture ? » Taizu, pointant vers eux sa cravache leur dit : « Après avoir vaincu Liuke, je viens les chercher chez vous ». Alors les hommes lui apportèrent les chaudrons et dirent : « Nul parmi nous n’oserait abîmer les chaudrons du xiangwen. » Taizu envoya Pujianu rallier Zhadu. Zhadu se rendit et fut renvoyé libre. Alors que Muzong se préparait à réprimer Xiao Haili, il recruta des soldats et obtint plus de mille hommes. Une troupe jurchen n’avait jamais atteint le nombre de mille hommes. Taizu redoubla d’enthousiasme et dit : « Qu’y a-t-il qui soit impossible à ces cuirassiers ? » Quand Haili arriva pour livrer combat, alors qu’il était allié des Liao il arrêta les Liao et partit seul au combat. Le vice-roi de Bohai offrit des cuirasses à Taizu mais Taizu ne les accepta pas non plus. Muzong lui demandant pourquoi il ne les acceptait pas il répondit : « Si je combats avec ces armures et que je gagne, on dira que le mérite leur revient. » Et dans les dernières années de Muzong, l’interdiction aux tribus d’établir leurs propres laissez-passer pour les communications par les relais de poste, et l’ordre d’uniformiser ces laissez-passer, tout cela était aussi l’idée de Taizu.

1109

32La 7e année (1109) de Kangzong (Wuyashu), les récoltes furent mauvaises et beaucoup de gens se mirent à errer et mourir de faim. Les plus forts d’entre eux se reconvertirent dans le brigandage. Huandu et les autres voulurent rétablir l’ordre en tuant tous les voleurs. Taizu dit : « Tuer des gens pour des biens matériels, ce n’est pas possible. Les biens matériels, ils sont produits par les hommes. » Alors on réduisit au triple l’indemnisation due par les voleurs. Dans le peuple [où le vol par nécessité s’était largement répandu], beaucoup de gens tentaient d’échapper à leur dette, mais même en vendant femmes et enfants ils ne pouvaient payer l’indemnisation. Kangzong consulta ses fonctionnaires. Alors Taizu, hors de la cour, attacha un tissu au bout de son bâton, l’agita devant ses troupes et dit : Actuellement les pauvres ne peuvent plus survivre, au point qu’ils vendent leurs femmes et leurs enfants pour payer leurs dettes. Or l’amour que l’on a par les liens du sang est le même dans les cœurs de tous les hommes (骨肉之愛, 人心所同). À partir d’aujourd’hui, qu’on n’exige plus d’indemnisation pendant trois ans. Dans trois ans on y repensera. Les gens écoutaient ce discours, et ceux qui l’entendirent furent émus à en pleurer. À partir de ce moment, de partout il rallia les cœurs des gens.

1113

33L’année guisi (1113), au 10e mois, Kangzong rêva qu’il poursuivait un loup et qu’il tira sur lui plusieurs fois mais ne l’atteignit jamais. Or Taizu l’atteignit avec la première flèche. Le lendemain, il fit part de son rêve à ses conseillers qui tous lui répondirent : « C’est de bon augure. Cela présage que le frère cadet obtiendra ce que le frère aîné n’a pas pu obtenir. » Le même mois, Kangzong mourut et Taizu lui succéda à la fonction de « ministre en chef » (du bojilie 都勃極烈

34). L’émissaire des Liao [Yelü] Axibao 阿息保 arriva et dit : « Pourquoi ne nous avez-vous pas annoncé le deuil ? » Taizu répondit : « S’il y a un deuil et qu’on ne pleurt pas, est-ce [aussi] une faute ? » Un autre jour, Axibao revint et alla directement à la dépouille de Kangzong, observa le cheval du cortège funèbre et voulut le prendre. Taizu se mit en colère et voulut le tuer. Zongxiong 宗雄 (fils aîné de Kangzong) le retint. Par la suite, pendant longtemps on ne reçut plus d’ordres de Liao. Le maître des Liao aimait la chasse, la luxure et l’alcool, et il négligeait les affaires politiques. Il n’examinait généralement pas les affaires qui lui étaient rapportées de tous côtés. Quand le Heshilie Ashu s’était enfui chez les Liao, Kangzong avait pris sa place forte et ses troupes, et il ne pouvait pas revenir. Alors avec ses cousins cadets de clan Yinzhuke 銀朮可 et Cilihan 辭里罕 il entra secrètement en contact avec Hundupusu 渾都僕速 qui habitait sur le Fleuve méridional (Nanjiang 南江), pour passer avec lui à Koryo. L’affaire fut éventée et Taizu envoya le Jiagu 夾古 Sahe 撒喝 pour les arrêter. Mais Yinzhuke et Cilihan avaient déjà été capturés par les sentinelles des Liao et Hundupusu avait disparu. Alors Sahe prit sa femme et s’en revint.

1114

35La 2e année (1114), jiawu, au 6e mois, Taizu alla à l’ouest du [Songhua]jiang. Le commissaire des Liao l’avait fait venir pour qu’il reçoive sa nomination comme jiedushi.

  • 9 Falco rusticolus : le faucon gerfaut, en mongol žadan šonxor (жадан шонхор).

36En fait, les Liao envoyaient chaque année un émissaire au bord de la mer pour faire commerce d’aigles de valeur ou de faucons (haidongqing 海東青)9. Leur route débouchait sur le territoire [des Wanyan]. Or les émissaires se livraient aux exactions et procédaient à des réquisitions sans mesure. Les fonctionnaires comme les particuliers en souffraient et les détestaient. Une fois, Kangzong, avançant que Ashu n’était pas extradé, tenta de refuser l’émissaire. Quand Taizu eut hérité de la fonction de jiedushi, il envoya Pujianu demander Ashu et régulièrement il invoqua ces deux motifs [les faucons et Ashu] et ne s’arrêta que lorsque les Liao furent détruits.

37À ce moment, il envoya encore Xigunai de la famille des jiedushi et Wanyan Yinzhuke pour réclamer Ashu. Quand Xigunai revint, il exposa combien le souverain des Liao était tyrannique et négligent pour les affaires. Alors Taizu convoqua les fonctionnaires et les anciens et, leur annonçant son intention de punir les Liao, leur fit mettre en alerte les points stratégiques, construire des fortins, fabriquer des armes et attendre les ordres. Apprenant cela, le gouverneur militaire des Liao envoya le commissaire impérial Niege 捏哥 s’enquérir de la situation. [Celui-ci] demanda : « Avez-vous l’intention de vous révolter ? Vous faites du matériel de guerre et vous préparez des défenses : est-ce contre nous ? » Taizu lui répondit : « Nous équipons les endroits stratégiques et nous nous protégeons. Où est la question ? » Puis Liao envoya encore Axibao pour l’interroger. Taizu lui dit : « Nous sommes un petit pays. Dans notre service du Grand pays nous n’oserions pas manquer aux rites. C’est le Grand pays qui ne dispense pas la rosée de la [politique] vertueuse et qui se fait l’hôte d’un fuyard. Si vous prenez tellement soin d’un minable, pouvons-nous rester sans espoir ? Si vous nous rendez Ashu, indiquez-nous le tribut à apporter. Mais si nous ne l’obtenons pas, comment pourrions-nous rester ainsi dominés, les mains liées ? » Axibao s’en retourna et les Liao se mirent en alerte. On ordonna au gouverneur militaire Xiao Tabuye 蕭撻不野 de redéployer toutes ses troupes à Ningjiangzhou 寧江州. Apprenant cela, Taizu envoya Pukuola 僕聒剌, [officiellement pour] demander à nouveau Ashu, mais en fait pour observer la situation. En revenant Pukuola dit : « Les soldats Liao sont très nombreux, mais je ne sais pas quel est leur nombre. » Taizu répondit : « Ils viennent à peine de mobiliser leurs troupes, comment peuvent-ils avoir si vite réuni [tant de soldats] ? Il dépêcha encore Hushabao 胡沙保 qui dit à son retour : « Il n’y a que les soldats du gouvernorat militaire des Quatre instituts 四院統軍司, la garnison de Ningjiangzhou et 800 hommes de Bohai. Taizu répondit : « C’est bien ce que je disais. » Puis il dit à ses assistants : « Les Liao, sachant que nous nous apprêtons à attaquer, ont réuni les troupes de toutes les régions pour nous contrer. Nous attaquerons en premier pour prendre l’avantage sur eux, nous ne nous laisserons pas dominer. » Tous dirent : « Oui ! ». Il alla alors visiter l’impératrice Xuanjing 宣靖 (veuve de Suzong) et lui annonça son projet de punir les Liao. L’impératrice lui dit : « Tu as succédé à ton père et à ton frère pour établir notre nation. Si tu en vois la possibilité, fais-le. Je suis vieille, ne déçois pas mon souci. Tu ne peux pas en arriver à cela. » Taizu pleura d’émotion et leva une coupe à la longévité [de l’impératrice]. Puis, sur la demande de l’impératrice, il sortit avec ses généraux, leva sa coupe vers l’est et pria l’Auguste Ciel et l’Impératrice Terre à l’intention que, les Liao abusant de façon extravagante et ne rendant pas Ashu, il allait faire la guerre, Quand il eut fini la libation, l’impératrice ordonna à Taizu de s’asseoir droit, de boire avec ses subordonnés et de haranguer les tribus. Il envoya Poluhuo 婆盧火 réquisitionner les soldats de Digunai 迪古乃 dans le secteur de Yilailu 移懶路, Wolugu 斡魯古 et Alu 阿魯 soumettre les Jurchen dépendants des Liao dans les secteurs de Wohu 斡忽 et de Jisai 急賽, Shibudie 實不迭 à Wandulu 完睹路 arrêter le fonctionnaire aux Aigles 障鷹官 des Liao et vice-commissaire des Dalugu 達魯古 Cilie 辭列, et Dajianu 大家奴 des Bohai de Ningjiangzhou. Alors le Dalugu Shiliguan 實里館 vint annoncer : « Nous avons appris que vous lanciez une opération contre les Liao. Qui devons-nous suivre ? » Taizu répondit : « Mes soldats sont moins nombreux, mais nous sommes des pays [amis] depuis toujours, et nous avons une frontière commune. Vous devez absolument nous suivre. Si vous craignez les Liao, allez vous-même les rejoindre ! »

38Au 9e mois, Taizu, avançant avec son armée vers Ningjiangzhou (près de Fuyu au Jilin), passa par la place forte de Liaohuicheng 寥晦城. Poluhuo ayant tardé à recruter une armée, il fut bastonné puis renvoyé diriger l’armée. Les soldats de tous les secteurs furent réunis sur la Lailiu. Ils étaient 2 500. En ce qui concerne l’accusation contre les Liao, elle fut annoncée ainsi au Ciel et à la Terre : De génération en génération nous avons servi les Liao. Consciencieusement nous avons versé le tribut, réprimé les révoltes de Wuchun et Womouhan et défait l’armée de Xiao Haili. Nous n’avons pas épargné les actions méritoires, mais les agressions et humiliations [de la part des Liao] se sont multipliées. Le coupable Ashu, nous l’avons demandé plusieurs fois et il n’a pas été livré. Aujourd’hui nous allons demander des comptes aux Liao. Que le Ciel et la Terre voient et nous aident ! Puis il ordonna à tous ses généraux de se faire passer un bâton et leur promit : Mettez-y, d’un même cœur, toutes vos forces. Les hommes méritants, s’ils sont esclaves, seront affranchis ; s’ils sont du peuple, ils obtiendront des titres de fonctionnaires, et ceux qui sont déjà fonctionnaires seront promus, plus ou moins selon leurs mérites. Quant à celui qui manquera à ce serment, il mourra sous ce bâton et il n’y aura aucune amnistie pour les membres de sa famille.

39Lorsque les troupes passèrent par le territoire de Daiwojia 帶斡甲 chez les Tangkuo, toutes les armées firent des tirs d’exorcisme (xiangshe 禳射). Alors que les soldats se tenaient espacés et debout, une lumière comme celle d’un feu ardent s’éleva des pieds et des lances des hommes, et l’on considéra que c’était de bon augure pour la guerre. Le lendemain, quand on passa sur la rivière Zhazhishui 扎只水, la même lumière apparut. Quand on s’approcha de la frontière des Liao, on envoya Zonggan 宗幹 superviser le remblaiement du fossé (夷塹) par les soldats. Une fois qu’on fut passé, on rencontra l’armée de Bohai [des Khitan] qui attaqua les sept mouke de notre aile gauche. Les troupes se retirèrent un peu et les soldats ennemis prirent pour cible le milieu de l’armée. Xieye 斜也 monta au combat et Zhedie 哲垤 partit en avant. Taizu dit : « Au moment du combat, on ne peut plus changer [la disposition]. » Et il envoya Zonggan les arrêter. Zonggan, allant au galop devant Xieye, fit arrêter le cheval de Zhedie et Xieye revint avec eux. L’ennemi les suivait. Yelü Xieshi 耶律謝十 tomba de son cheval et des hommes de Liao vinrent à son secours. Taizu décocha des flèches contre les sauveteurs et les tua. En même temps il atteignit Xieshi. Un cavalier surgit. [Taizu] tira sur lui, [la flèche] traversa sa cuirasse et transperça sa poitrine. Xieshi arracha la flèche et s’enfuit. Taizu le poursuivit, lui tira dessus et l’atteignit dans le dos. La flèche rentra à moitié, Xieshi tomba au sol et mourut, et on s’empara de son cheval. Zonggan et quelques cavaliers tombèrent aux mains des Liao mais Taizu alla les sauver, sans même porter de casque en combattant. De côté on tira sur lui et la flèche lui effleura le front. Taizu se tourna vers le tireur, et d’une flèche le tua. Puis il dit à ses soldats : « Pas de quartiers ! » Tous le suivirent. Leur courage avait redoublé. Chez l’ennemi ce fut la débandade. 70 à 80 % d’entre eux moururent piétinés. Sagai étant dans un autre secteur, il n’avait pas eu le temps de se joindre au combat. On envoya un messager lui annoncer la victoire et on lui offrit le cheval de Xieshi. Sagai envoya ses fils Zonghan et Wanyan Xiyin présenter ses félicitations, en appelant [Taizu] empereur et en l’incitant à monter [sur le trône]. Taizu dit : « Si je me proclamais empereur après une première victoire, j’apparaîtrais trop ridicule aux yeux des gens ! » Il poussa ses troupes jusqu’à Ningjiangzhou. L’armée combla le fossé et attaqua la ville. Des gens de Ningjiangzhou sortirent par la porte orientale et Wendihen Atuhan 溫蒂痕阿徒罕 les tua tous.

40Au 10e mois, le 1er jour du mois, on prit la ville, on captura le commissaire à la défense Da Yaoshinu 大藥師奴 et on le relâcha discrètement pour qu’il aille avertir solennellement les Liao. Les Tieli 鐵驪部 vinrent apporter des cadeaux. En passant la Lailiu, [Taizu] distribua le butin aux officiers. Il convoqua Liang Fu 梁福 de Bohai et Wodala et leur demanda de faire mine de s’être enfuis pour qu’ils aillent avertir les gens de leur pays en disant : « Les Jurchen et Bohai sont à l’origine une même famille (女直、渤海本同一家). Nous levons nos troupes pour punir le coupable, nous ne perdons pas nos forces contre l’innocent (Bohai). » Il envoya aussi Wanyan Loushi 完顏婁室 lancer un ultimatum aux Jurchen rattachés aux Liao. Il rentra avec ses troupes, visita l’impératrice Xuanjing, distribua du butin aux anciens de sa famille et les biens du [Dalugu] Shiliguan à ses officiers. Puis il instaura [le régime selon lequel] dans toutes les régions 300 foyers formeront un mouke et 10 mouke un meng’an. Chouwo 酬斡 et son groupe pacifièrent les Jurchen de la Chanmoushui 讒謀水 (lire : Santanshui 三坦水). Le chef des Biegu 鱉古, Husulu 胡蘇魯, rendit sa place forte.

41Au 11e mois, le chef d’armée (dutong) Xiao Jiuli 蕭糺里 (Xiao Sixian dans le Liaoshi) et son adjoint (fudutong) [Xiao] Tabuye réunirent 100 000 fantassins et cavaliers au nord du Yazihe 鴨子河. Taizu se prépara à aller lui-même les attaquer. Alors qu’il n’était pas encore arrivé au Yazihe, la nuit venue il s’appuya sur l’oreiller et eut l’impression par trois fois qu’on lui soutenait la tête. Il se réveilla brusquement, se releva et dit : « C’est un signe de la lumière des esprits ! ». Et immédiatement il avança au son des tambours et à la lumière des torches. À l’aube ils arrivèrent à la rivière. Les soldats des Liao étaient en train de briser la route gelée [formée par la rivière]. Taizu choisit dix guerriers valeureux qui les mirent en fuite. Le gros de l’armée arriva et monta sur la rive. Sur les 3 700 cuirassiers, seul un tiers l’atteignit. Puis lorsqu’on affronta l’ennemi à Chuhedian 出河店, un grand vent se leva, la poussière emplit le ciel et l’on profita de ce vent pour attaquer. Les soldats de Liao furent défaits.

42Puis on alla au lac Wolunpo 斡論濼 (Wolinpo dans le Liaoshi) où l’on tua ou captura des ennemis de premier ordre, des chars et des chevaux, des cuirasses et des objets précieux en quantité innombrable. Taizu les distribua largement aux fonctionnaires et aux officiers et leur offrit en récompense un banquet qui dura toute une journée. Les Liao avaient dit que si une troupe jurchen atteignait le nombre de 10 000 hommes elle serait invincible. Or à partir de ce moment on commença à compter 10 000 hommes. Wolugu battit l’armée Liao et décapita leur commissaire impérial Tabuye. [Au 12e mois] Puhui 僕虺 et ses hommes attaquèrent Binzhou 賓州 et la prirent. Le Wure 兀惹 Chuhushi 雛鶻室 vint se rendre. Le général des Liao [Yelü] Chigou’er 赤狗兒 (Woliduo dans le Liaoshi) livra bataille à Binzhou, et Puhui et Hunchu 渾黜 le défirent. Le roi des Tieli Huilibao 回離保 vint se rendre. Wudubu 吾睹補 et Pucha 蒲察 battirent à nouveau l’armée de Chigou’er et Xiao Yixue 蕭乙薛 à l’est de Xiangzhou 祥州. Les deux régions de Wohu et Jisai se rendirent. Wolugu battit les Liao à l’ouest de Xianzhou 咸州 et décapita sur place le gouverneur militaire Shilou 實婁. Wanyan Loushi prit Xianzhou.

43Ce mois-là, Wuqimai 吳乞買, Sagai et Cibushi à la tête de tous les fonctionnaires et généraux de la cour intervinrent [auprès de Taizu] afin de lui offrir respectueusement au premier jour du Nouvel an un titre honorifique. Alihemen, Pujianu et Zonghan lui dirent : « Aujourd’hui, le grand mérite a été établi. Si tu ne proclames pas un titre, tu ne pourras pas t’acquérir les cœurs des peuples. » Taizu répondit : « Je vais y penser. »

1115

  • 10 L’existence de l’ère Shouguo est contestée par certains historiens. Jamais attestée par l’épigraphi (...)
  • 11 Le Zhangnu du Jinshi est le Zhangjianu 張家奴 du Liaoshi.

44En l’année Shouguo 1 (1115), au 1er mois, le jour renshen, 1er jour du mois, l’ensemble des ministres présentèrent [à Taizu] son titre honorifique. Ce jour-là, il monta sur le trône et dit : « Liao tirait son nom du fer battu (賓鐵), évoquant la solidité. Quoique le fer soit solide, il finit par se corrompre. Mais l’or ne s’altère pas ni ne se corrompt. Et la couleur de l’or est le blanc, et la couleur des Wanyan est le blanc. » Il nomma alors son empire Da Jin 大金 et prit le nom d’ère Shouguo 收國10. Le jour bingzi, l’empereur, s’apprêtant à attaquer lui-même Huanglongfu 黃龍府, s’approcha de Yizhou 益州. La population de Yizhou étant partie se réfugier à Huanglongfu, on emmena ceux qui restaient et on rentra. Les Liao envoyèrent le dutong Eliduo 訛里朵 avec comme futong de gauche Xiao Yixue, comme futong de droite Yelü Zhangnu 耶律張奴11, Xiao Xiefoliu comme directeur de l’armée 蕭謝佛留, avec 200 000 cavaliers et 70 000 fantassins pour garder la frontière. Laissant Loushi et Yinzhuke garder Huanglong, l’empereur emmena à marche forcée ses troupes à la place forte de Dalugucheng 達魯古城 et passa à l’ouest de Ningjiangzhou.

45Sengjianu 僧家奴 envoyé par les Liao vint négocier une paix. La lettre officielle appelait l’empereur par son nom personnel et faisait [des Jurchen] un pays vassal. Le jour gengzi, alors qu’on faisait avancer l’armée, une lumière d’un feu de forme parfaitement ronde tomba du ciel sur la terre. L’empereur dit : « C’est un signe faste. Le Ciel nous aide ! » Il fit une libation d’eau claire et se prosterna. Tous ses généraux et officiers bondirent de joie et accentuèrent la pression sur Dalugucheng. L’empereur, montant sur une hauteur, vit l’armée des Liao pareille à un amoncellement de nuages ou des fourrés épais. Se tournant vers ses assistants il leur dit : « Les soldats des Liao ne sont pas loyaux et ils sont lâches. Aussi nombreux qu’ils soient, il n’y pas de raison de les craindre. » Alors on alla sur une élévation du terrain et on forma les lignes. Zongxiong avec l’aile droite partit au galop contre l’armée de gauche des Liao, et l’armée de gauche recula. Après que l’aile gauche fut sortie de la ligne, l’armée de droite des Liao la combattit vigoureusement. Loushi et Yinzhuke foncèrent vers le milieu de l’armée ennemie et au bout de neuf engagements ils percèrent la ligne [ennemie]. Zonghan demanda à pouvoir aller les aider avec le gros de l’armée. L’empereur ordonna à Zonggan d’avancer pour faire diversion. Zongxiong ayant déjà la victoire, il attaqua l’armée de droite des Liao et les troupes Liao furent vaincues. Il profita de l’occasion pour les poursuivre, arriva à leur campement quand le soleil était déjà couché et encercla le camp. À l’aube, l’armée des Liao perça l’encerclement et on la poursuivit vers le nord jusqu’à Alougang 阿婁岡. Tous les fantassins des Liao furent tués. On obtint plusieurs milliers d’outils de labour qu’on donna aux armées. Lors de cette bataille en effet, les Liao voulaient établir une colonie, en se battant mais aussi en gardant [la terre]. C’est pour cela qu’on récupéra ces instruments de labour.

46Au 2e mois, l’armée rentra. Au 3e mois, le jour xinwei, 1er jour du mois, l’empereur chassa à Liaohuicheng. Au 4e mois, Yelü Zhangnu des Liao arriva avec une lettre officielle. L’empereur, considérant que les termes de la lettre étaient méprisants et humiliants, retint les cinq membres [de la délégation] et renvoya Zhangnu seul pour répondre avec une lettre sur le même ton. Au 5e mois, le jour gengwu, 1er jour du mois, [l’empereur] alla s’abriter des chaleurs dans la banlieue de la capitale. Le jour jiaxu, il vénéra le Ciel par le tir sur rameau de saule (sheliu). Par tradition, les 5e jour du 5e mois, 15e jour du 7e mois et 9e jour du 9e mois on vénérait le Ciel par le tir sur rameau de saule (拜天射柳). Il en était ainsi chaque année.

  • 12 Le titre de anban bojilie correspond à celui d’héritier du trône.

47Au 6e mois, le jour jihai, 1er jour du mois, Yelü Zhangnu des Liao revint avec une lettre officielle qui appelait encore l’empereur par son nom personnel. L’empereur répondit sur le même ton en appelant le maître des Liao par son nom, lui intimant l’ordre de se rendre. Au 7e mois, le jour wuchen, l’empereur nomma son frère cadet Wuqimai anban bojilie12 et le grand ministre Sagai guolun bojilie. Cibushi devint amai bojilie et son frère cadet Xieye 斜也 guolun wu bojilie 國論吳勃極烈. Le jour jiaxu, Cila 辭剌 envoyé par les Liao vint avec une lettre. On le retint et on ne le laissa pas partir. Des campements des Neuf cents Xi 九百奚 vinrent se rallier.

48Au 8e mois, le jour wuxu, l’empereur partit lui-même en campagne vers Huanglongfu. Quand il passa par le Huntongjiang 混同江, il n’y avait pas de bateaux. L’empereur envoya un homme en avant et, traversant le fleuve sur un cheval ocre et blanc, lui dit : « Avance dans la direction que j’indique avec ma cravache. » Toutes les armées suivirent. L’eau arrivait aux ventres des chevaux. Ensuite on demanda à des bateliers de mesurer la profondeur de l’eau là où [l’armée] avait traversé à gué et l’eau était si profonde qu’ils n’arrivèrent pas à en trouver le fond. Sous Xizong, en Tianjuan 2 (1139), Huanglongfu fut renommée Jizhou 濟州, et sa garnison appelée Lishejun 利涉軍. C’est en raison de cette traversée à gué de Taizu.

49Au 9e mois, on prit Huanglongfu. On renvoya Cila [chez les Liao] et on replia les troupes. En arrivant au fleuve, on traversa directement, comme avant. Le jour dingchou, l’empereur était de retour de Huanglongfu. Le jour jimao, un dragon jaune apparut dans les airs. Le jour guisi, le guolun bojilie Sagai fut nommé guolun hulu bojilie 國論忽魯勃極烈 et Alihemen guolun yishi bojilie 國論乙室勃極烈

50. Au 11e mois, le maître des Liao, apprenant la prise de Huanglongfu, eut très peur. Avec 700 000 hommes, il alla à Tuomen 駝門. Le gendre impérial Xiao Temo 蕭特末 et le linya Xiao Chala 蕭查剌, avec 50 000 cavaliers et 400 000 fantassins, arrivèrent au Wolinpo. L’empereur s’apprêta à les contrer lui-même.

51Au 12e mois, le jour jihai, l’empereur s’arrêta à Yaola 爻剌 et réunit ses généraux pour discuter. Tous dirent : « Le nombre des soldats Liao se monte à 700 000 hommes, il n’est pas facile de se mesurer à leur force de frappe. Notre armée vient de loin. Les hommes et les chevaux sont fatigués. Nous devons nous fixer ici et attendre derrière de profonds fossés et de hautes murailles. » L’empereur suivit leur avis. Il envoya Digunai et Yinzhuke garder en respect les Dalugu. Le jour dingwei, l’empereur alla lui-même avec des cavaliers légers surveiller l’armée Liao. En capturant des responsables de leur ravitaillement, on apprit que Zhangnu s’était révolté et que [le maître des Liao] était reparti vers l’ouest depuis deux jours. Ce jour-là, alors que l’empereur rentrait au lac Shujiepo 熟結濼, une lumière apparut sur son bonnet et à la pointe de sa lance. Le jour wushen, les généraux dirent : « Le maître des Liao est reparti. Nous devons profiter du flottement pour le poursuivre et l’attaquer. » L’empereur répondit : « L’ennemi vient et on ne le combat pas. Le poursuivre alors qu’il s’en va, c’est comme cela que vous voulez être courageux ? » Tous furent saisis de crainte et de honte et [manifestèrent leur] volonté de donner leur vie pour leur pays. L’empereur dit encore : « Si vous voulez vraiment poursuivre l’ennemi, partez avec le minimum d’équipement, et sans ravitaillement. Si vous battez l’ennemi, vous aurez tout ce que vous voudrez. » Tous avancèrent énergiquement et rejoignirent le maître des Liao à la colline Hubudagang 護步答岡. Dans cette bataille, nous n’avions que 20 000 hommes. L’empereur dit : « Eux sont nombreux, et nous peu nombreux. Il ne faut pas diviser notre armée. J’ai remarqué que le centre de leur armée est le mieux défendu. Le maître des Liao est certainement là-bas. Si nous défaisons le centre de l’armée, ce sera le succès. » Il envoya d’abord l’aile droite au combat. Après plusieurs contacts entre les armées, l’aile gauche se joignit à l’attaque. L’armée Liao subit une grande défaite. Les cavaliers de notre armée passèrent à l’attaque. Nos troupes foncèrent sur elle au galop, la traversant de tous côtés. L’armée Liao fut vaincue, et ses morts se succédaient sur plus de cent lis. On mit la main sur les chars, les tentures, les armes et l’équipement militaire ainsi que d’autres choses précieuses, chevaux et bœufs en nombre incalculable. Lors de ce combat, Xieye de sa propre lance tua plusieurs dizaines d’hommes, et quand Aliben 阿離本 fut encerclé, Wendihan Dihudie 溫蒂罕迪忽迭 arriva avec quatre mouke. Wanyan Menggua 完顏蒙刮 reçut plusieurs blessures mais n’arrêta pas de se battre vigoureusement. De l’avis de tous, ses mérites furent les plus grands. Xiao Temo et les autres incendièrent leurs campements et s’enfuirent. On replia les troupes. Jiagu Sahe 夾谷撒喝 prit Kaizhou 開州, Poluhuo prit la forteresse de Telincheng 特鄰城 et Cilihan se rendit.

1116

52La 2e année (Shouguo 2, 1116), au 1er mois, le jour wuzi, l’empereur décréta : Comme nous avons vaincu l’armée des Liao, de tous côtés nombreux sont ceux qui se rallient [à nous]. Il convient de bien prendre soin d’eux. Désormais, les fonctionnaires comme les gens du peuple des Khitan, Xi, Han, Bohai, Jurchen rattachés aux Liao, Shiwei, Dalugu, Wure et toutes les tribus Tieli, qu’ils se soient rendus ou qu’ils aient été capturés par l’armée, ou bien qu’ils reviennent après s’être enfuis, il ne leur sera pas imputé de faute. Leurs chefs seront maintenus dans leurs fonctions et on les laissera s’établir à l’endroit qui leur convient.

53Au [1er] mois surnuméraire, Gao Yongchang 高永昌 fit sécession à la capitale de l’Est et il envoya Tabuye demander de l’aide [aux Jurchen]. Un émissaire de Koryo vint nous féliciter pour [nos] victoires et réclamer la préfecture de Baozhou 保州. L’empereur ordonna qu’on les laisse la conquérir par eux-mêmes. Au 2e mois, le jour jisi, l’empereur ordonna : « Récemment, la récolte était mauvaise et, le peuple ayant du mal à se nourrir, beaucoup se rattachent à des familles de seigneurs locaux et se font esclaves, Quant à ceux qui enfreignant la loi en ne réglant pas l’indemnisation et se sacrifient en devenant esclaves, s’ils établissent par eux-mêmes un contrat fixant une limite et qu’ils dépassent le délai pour devenir esclaves, on les laissera racheter un affranchi contre deux personnes. Mais si le contrat initial prévoit le rachat contre une personne, on suivra le contrat. »

54Au 4e mois, le jour yichou, toutes les armées (內外諸軍) commandées par Wolu, avec Pucha et Digunai, rejoignirent le gouverneur militaire de la région de Xianzhou 咸州路 Wolugu pour réprimer Gao Yongchang. Hushabu 胡沙補 et d’autres furent tués. Au 5e mois, Wolu défit Yongchang, et Tabuye amena Yongchang qui fut tué par l’armée. Les préfectures et districts de la capitale de l’Est ainsi que les Jurchen Liao de la région sud se rendirent. L’empereur ordonna de lever la loi des Liao, de diminuer les taxes et les corvées, et d’instaurer le système meng’an mouke comme chez lui. Wolu fut nommé gouverneur militaire de la région sud. Le die bojilie 迭勃極烈 Atuhan défit les 60 000 soldats Liao à la place forte de Zhaosancheng 照散城

  • 13 Tablettes de bois verni gravées en lettres d’or. Elles donnaient priorité absolue dans les relais d (...)

55. Au 9e mois, le jour jihai, l’empereur chassa dans les faubourgs de la capitale. Le jour yisi, le gouverneur militaire de la région sud Wolu vint voir [l’empereur] sur la rivière Polumaishui 婆盧買水. On institua des tablettes dorées (金牌)13.

56Au 12e mois, le jour gengshen, 1er jour du mois, l’anban bojilie Wuqimai et tous les ministres présentèrent à l’empereur le titre honorifique de Dasheng huangdi 大聖皇帝 et l’on décréta que l’année suivante serait la première année de l’ère Tianfu 天輔.

1117

57En Tianfu 1 (1117), au 1er mois, Kaizhou se révolta. Jiagu Sahe et les autres la pacifièrent. Le guolun hao bojilie 國論昊勃極烈 Xieye, avec 10 000 hommes, prit Taizhou 泰州. Au 4e mois, le prince de Qin et de Jin des Liao Yelü Nieli 耶律捏里 vint à la répression. Digunai, Loushi et Poluhuo avec 20 000 hommes rejoignirent le dutong de la région de Xianzhou Wolugu pour l’attaquer. Au 5e mois, le jour dingsi, l’empereur ordonna qu’à partir de la prise de Ningjiangzhou tous ceux qui s’étaient mariés avec une personne portant le même nom de famille seraient bastonnés et séparés d’office.

58Au 7e mois, le jour wushen, Wanyan Wolun 完顏斡論 fut chargé des affaires de la capitale de l’Est. Au 8e mois, le jour guihai, un envoyé de Koryo vint demander Baozhou.

  • 14 Toutes ces préfectures se trouvent dans le sud du secteur de la capitale Suprême des Liao.

59Au 12e mois, le jour jiazi, Wolugu et les autres battirent les soldats de Yelü Nieli au Jilishan 蒺藜山 et prirent Xianzhou. Les préfectures de Xianzhou 顯州, Qianzhou 乾州, Yizhou 懿州, Haozhou 豪州, Huizhou 徽州, Chengzhou 成州, Chuanzhou 川州 et Huizhou 惠州 se rendirent14. Ce mois-là, Ma Zheng 馬政, commissaire à la défense de Dengzhou 登州 (au Shandong) et envoyé des Song, vint avec une lettre officielle qui disait en résumé : Là où le soleil se lève est vraiment apparu un saint. Nous avons entendu qu’il conquiert les Liao et qu’il a défait plusieurs fois son ennemi puissant. S’il vainc les Liao, des terres Han tombées aux mains des Khitan sous les Cinq dynasties, nous espérons qu’il nous cédera quelques bourgs de province.

1118

60La 2e année (Tianfu 2, 1118), au 1er mois, le jour gengyin, le commissaire impérial de Shuangzhou 雙州 chez les Liao, Zhang Chong 張崇, se rendit. On envoya Sandu 散睹 chez les Song pour rendre la politesse, la lettre disant : « Pour les terres que vous demandez, il faut que nous attaquions [les Liao] avec les Song en les prenant en tenailles. Et celui qui obtiendra les terres, elles seront à lui. »

61Au 2e mois, le jour guichou, 1er jour du mois, Yelü Nuge 耶律奴哥 envoyé par les Liao vint négocier la paix. Le jour xinyou, les bojin Digunai et Loushi vinrent en audience. L’empereur les fit bastonner tous les deux car ils osaient encore venir alors que le maître des Liao était à la capitale du Centre. Helibao 劾里保 et Shuanggu 雙古 dirent que le dutong de Xianzhou 咸州 Wolugu, quoique sachant que le maître des Liao était à la capitale du Centre, n’avait pas osé l’attaquer, qu’alors que le fourrage était abondant il n’avait pas rendu compte de la réalité, et que lors de l’attaque de Xianzhou 顯州 il s’était accaparé une grande partie des personnes, bien et animaux qui avaient été obtenus.

62Au 3e mois, le jour guiwei, 1er jour du mois, on ordonna à Shege 闍哥 de remplacer [Wolugu] comme dutong [de Xianzhou] et de l’arrêter. Wolugu fut rétrogradé au rang de mouke. Le jour renchen, Yelü Nuge envoyé par les Liao arriva avec une lettre officielle. Le jour gengzi, comme Loushi avait dit que la préfecture de Huanglongfu était lointaine et reculée, et qu’il fallait la surveiller avec une grande attention, l’empereur demanda aux mouke de toutes les régions de la défendre avec Loushi comme wanhu. Au 4e mois, le jour xinsi, un envoyé des Liao [Nuge] vint avec une lettre officielle. Au 5e mois, le jour bingshen, Hutugun 胡突袞 fut envoyé chez les Liao.

63Au 6e mois, le jour jiayin, on ordonna aux services compétents d’interdire au peuple de maltraiter ou d’asservir en gage des citoyens libres, ainsi que d’exiger le double pour le rachat [d’un esclave]. Le jour jiaxu, 800 foyers des préfectures Liao de Tongzhou 通州, Qizhou 祺州, Shuangzhou et Liaozhou vinrent se rallier, et l’empereur ordonna qu’on choisisse des terres fertiles pour les y installer.

64Au 7e mois, le jour guiwei, l’empereur ordonna : « Les populations pauvres de six mouke dont ceux de Wanyan Zhuligu 完顏朮里古 de la région de Pilishui 匹里水 et de Dajianu de Bohai 渤海大家奴, par le passé on leur a donné des céréales sur les réserves de l’État et on les a installées sur des terres propices à la pêche et à la chasse. Cela fait maintenant longtemps, et on ne sait si leur économie a prospéré ou si elle s’est dégradée. Il faut chiffrer cela et me faire un rapport. » Hutugun revint de chez les Liao et Yelü Nuge vint à nouveau avec une lettre officielle. Le jour bingshen, Hutugun repartit chez les Liao. 200 foyers Liao vinrent se rallier et on les installa à Taizhou. L’empereur ordonna d’envoyer Aligu 阿里骨, Lijianu 李家奴 et Telidi 特里底 lancer un ultimatum à ceux qui ne s’étaient pas rendus. Il donna aussi cet ordre au bojin des Dalugu, Cilie : « Toutes les nouvelles populations qui se rallient doivent être bien traitées. Qu’on laisse chacune de celles qui viennent s’établir selon leur préférence. Qu’on leur donne des grains de l’État et qu’on ne se permette pas de les molester ».

65Au 8e mois, Hutugun revint de chez les Liao. Yelü Nuge et Tudie 突迭 vinrent à nouveau avec une lettre officielle. Au 9e mois, le jour wuzi, l’empereur ordonna : Pour les documents officiels, les décrets et les ordres, il convient d’en confier la rédaction à de bons rédacteurs. Que les préfets, là où ils sont, recherchent des hommes cultivés et doués, et qu’ils les envoient à la cour en les traitant généreusement.

66Au [9e mois] intercalaire, les généraux qui s’étaient rendus Huo Shi 霍石 et Han Qinghe 韓慶和 furent nommés qianhun qi. Xiao Bao 蕭寶 et Yixin 乙辛 des Neuf cents Xi, Eliye 訛里野 des tribus du Nord, les Han Wang Liu’er 王六兒 et Wang Bolong 王伯龍 et les Khitan [Xiao] Temo et Gao Congyou 高從祐 vinrent se rendre avec leurs troupes. Yelü Nuge apporta une lettre officielle. Au 10e mois, le jour guiwei, Zhang Yinggu 張應古 et Liu Zhongliang 劉仲良 de Longhuazhou qui s’étaient rendus furent nommés qianhu. Le jour yiwei, le bureau du dutong de Xianzhou annonça que le Han Li Xiaogong 李孝功 et Erge 二哥 de Bohai étaient venus se rendre avec leurs troupes. L’empereur ordonna que chacun soit le qianhu de sa troupe.

67Au 12e mois, le jour jiachen, on envoya le bojin Zhubo 朮孛 annoncer à Koryo la stabilisation de terres Liao. Yelü Nuge arriva avec une lettre officielle. Le commissaire impérial de Yizhou 懿州 chez les Liao, Liu Hong 劉宏, vint se rallier avec trois mille foyers et les vigiles (候人) Liao qu’il avait arrêtés. 20 000 bandits de Chuanzhou qui s’étaient ralliés trahirent. Heshilie Zhaoli 紇石烈照里 les attaqua et les défit.

1119

  • 15 Les Jurchen avaient pris des otages parmi les fonctionnaires de la capitale de l’Est, et leur avaie (...)

68La 3e année (Tianfu 3, 1119), au 1er mois, le jour jiayin, cinq otages de la capitale de l’Est15, dont Yong Ji 永吉, ourdirent un complot avec la population. L’affaire ayant été connue, les principaux responsables furent exécutés et les autres bastonnés de cent coups. La moitié des biens des familles des affidés fut confisquée. L’empereur ordonna à l’administrateur de la capitale de l’Est Wolun que, quand de tels cas se reproduiraient, il fasse de même. Le jour bingchen, il ordonna au bojin des Biegu Chouwo : « Les Hulugu 胡魯古 et les Diebahe 迭八合 viennent apporter des cadeaux [pour montrer leur soumission]. Auparavant vous étiez continuellement en conflit. Désormais, ne vous agressez plus mutuellement. »

69Au 3e mois, Yelü Nuge vint avec une lettre officielle. Au 4e mois, le jour bingzi, 1er jour du mois, il y eut une éclipse. Au 5e mois, le jour renxu, l’empereur ordonna au bureau du dutong de la région de Xianzhou : Avant que nous levions notre armée, des gens du peuple des Hesuguan 曷蘇館, Huipali 回怕里 et Jurchen rattachés ou non aux Liao ont commis des crimes et se sont enfuis de l’autre côté de la frontière, certains s’établissant même chez les Liao. Mais ils sont tous nos compatriotes et ils se trouvent au loin à l’étranger. J’ai grande pitié d’eux. Maintenant que nous négocions la paix, il faut demander leur retour. Avertissez clairement les qianhu et les mouke de toutes les régions de se renseigner partout sur leur fonction, leurs noms et leur localisation, et que tout soit noté et me soit rapporté.

70Au 6e mois, le jour xinmao, le taifu Xinilie 習泥烈 envoyé par les Liao apporta le décret d’investiture et le sceau. L’empereur releva dans le décret plusieurs éléments qui n’étaient pas convenables et le renvoya. Sandu revint de chez les Song. L’émissaire des Song Ma Zheng et son fils Hong 宏 vinrent en visite officielle. Sandu ayant accepté [des Song] le titre de « commissaire aux milices locales » (tuanlianshi 團練使), l’empereur se mit en colère, le fit bastonner et le démit de ses fonctions. L’émissaire des Song s’en retourna. On envoya encore les bojin Cilie et Helu 曷魯 chez les Song. Au 7e mois, le jour xinhai, les Liao Yang Xunqing 楊詢卿 et Luo Ziwei 羅子韋 vinrent se rallier avec leurs troupes. Chacun fut nommé mouke de ses troupes.

  • 16 Il s’agit ici de la grande écriture jurchen. Elle fut conçue par Wanyan Xiyin 完顏希尹 (?-1140), auss (...)

71Au 8e mois, le jour jichou, on promulgua les caractères jurchen (女真字)16.

72Au 9e mois, comme l’émissaire à l’investiture des Liao tardait à venir, l’empereur ordonna aux armées de toutes les régions de se cantonner de l’autre côté du fleuve. Au 11e mois, Xinilie revint avec une lettre officielle. La muraille de Helandian fut surélevée de trois pieds par Koryo. L’empereur ordonna à [aux bojin de Helandian] Hulagu 胡剌古 et Xixian 習顯 de bien consolider les fortins.

1120

73La 4e année (Tianfu 4, 1120), Cilie et Helu revinrent de chez les Song. Les émissaires Song Zhao Liangsi 趙良嗣 et Wang Hui 王暉 vinrent discuter des secteurs de Yanjing 燕京 et Xijing 西京 (capitale de l’Ouest).

  • 17 La prononciation convenable semble être Dumu et non Shemu car le nom est transcrit Dongmo 棟摩 dans (...)

74Au 3e mois, le jour jiachen, l’empereur dit à tous ses ministres : « Les Liao ont plusieurs fois été battus, et ils envoient des émissaires pour essayer d’arriver à leurs fins. Mais tout cela n’est que de belles paroles creuses qu’ils utilisent comme stratagème pour ralentir nos armées. Il faut discuter d’une attaque. Ordonnons au bureau du dutong de la région de Xianzhou 咸州 de réunir les troupes et de préparer les équipements, et que l’on me rapporte les quantités [disponibles]. » Le jour xinyou, il donna cet ordre au bureau du dutong de Xianzhou : « Comme je ne suis pas arrivé à négocier une paix avec les Liao, nos armées se mettront en marche le 25e jour du 4e mois. » Il ordonna à Xiege 斜葛 de rester en place avec mille hommes pendant que Dumu17 闍母 viendrait le rejoindre au Hunhe 渾河 avec les troupes restantes. Xinilie des Liao arriva avec une lettre officielle.

75Au 4e mois, le jour yiwei, l’empereur, s’apprêtant à aller punir les Liao, demanda que l’envoyé des Liao Xinilie et l’envoyé des Song Zhao Liangsi le suivent. Au 5e mois, le jour jiachen, on s’arrêta à l’ouest du Hunhe. Zongxiong fut envoyé en avant vers Shangjing 上京 (capitale Suprême des Liao) et le rallié Ma Yi 馬乙 fut dépêché, porteur du décret, pour appeler la ville à la reddition. Le jour renzi, il arriva à Shangjing. Le décret disait aux fonctionnaires et au peuple : Le maître des Liao a abandonné la voie [du souverain], du haut en bas de la société c’est un même ressentiment. Depuis que j’ai levé mes troupes, par toutes les villes et tous les bourgs où je suis passé, ceux qui se sont appuyés sur les défenses naturelles de leur territoire et ne se sont pas soumis, je les ai attaqués et vaincus, ceux qui se sont ralliés je les ai intégrés. Vous avez dû l’entendre dire. Quant aux négociations de paix avec votre pays, à de multiples reprises il ne m’a été manifesté que du mépris. Alors, ne voulant pas que les gens sous le ciel continuent de subir une telle misère, j’ai décidé d’attaquer. Je vous ai récemment envoyé Zongxiong et d’autres pour vous appeler à la reddition, mais vous ne voulez toujours pas écouter. Si je vous attaque aujourd’hui, votre ville cédera. Attaché à la justice qui compatit aux victimes et punit les coupables (吊民伐罪), et ne voulant pas faire souffrir le peuple, je vous fais cette annonce solennelle, pour votre malheur ou votre bonheur. Examinez-la sérieusement. Le peuple de Shangjing opta pour la résistance en s’appuyant sur ses défenses et ses réserves. Le jour jiayin, l’empereur ordonna soudain l’attaque. Il dit à Xinilie, Zhao Liangsi et les autres : « Regardez bien comment j’utilise mes troupes, pour comprendre à qui vous devez vous attacher. » L’empereur s’approcha pour regarder la ville et superviser l’attaque par les officiers et les soldats de toutes les armées, au son des tambours. Entre l’aube et onze heures du matin, Dumu et ses hommes, passant en tête, prirent les remparts extérieurs, et le vice-roi Tabuye se rendit. Zhao Liangsi et les autres levèrent leur coupe à la longévité de l’empereur et tous lui souhaitèrent dix mille ans. Ce jour-là, les fonctionnaires et le peuple de Shangjing furent amnistiés. L’empereur ordonna de lancer un ultimatum au futong des Liao, Yudu 余覩. Le jour renxu, faisant halte au Woheihe 沃黑河, Zonggan, à la tête de tous les ministres, fit cette remarque : « Nous sommes loin de chez nous, la chaleur est étouffante et les chevaux de l’armée sont épuisés. Si nous avançons encore plus en territoire ennemi, la nourriture viendra à manquer. Je crains que cela finisse mal. » L’empereur l’écouta et replia les troupes tout en ordonnant à un détachement d’attaquer Qingzhou 慶州. Yudu attaqua Dumu sur la Liao. Wanyan Beida 完顏背荅 et Wuta le combattirent et le repoussèrent. Wanyan Tehu 完顏特虎 y laissa la vie. Au 7e mois, le jour guimao, l’empereur revint de la campagne contre Liao. Au 9e mois, Shiliguda 實里古達 de la tribu de la rivière Zhuweishui 燭隈水部, assassina les bojin Chouwo et Puhude 僕忽得, et se révolta.

76Au 10e mois, le jour wuchen, 1er jour du mois, il y eut une éclipse de soleil. Le jour wuyin, l’empereur ordonna à Wolu de prendre une partie des troupes de Hulagu et de Wuchun, et d’aller réprimer Shiliguda. Au 11e mois, le bureau du vice-roi de la capitale de l’Est demanda de pouvoir augmenter le nombre des otages et renouveler ceux qui étaient pris sur les fonctionnaires et le peuple de cette capitale. L’empereur refusa en disant : « Les otages ont déjà tous reçu des champs et des maisons. Si on les renouvelle, cet échange va créer une déstabilisation. Il faut en rester à la situation actuelle. »

77Au 12e mois, les Song envoyèrent de nouveau Ma Zheng demander le secteur de la capitale de l’Ouest.

1121

78La 5e année (Tianfu 5, 1121), au 1er mois, Wolu vainquit Shiliguda au mont Hetalashan 合撻剌山, exécuta quatre meneurs et soumit les autres. Au 2e mois, on envoya [Wanyan] Yu 昱 (Pujianu) et Zongxiong prélever 10 000 foyers sur les meng’an et mouke de toutes les régions pour les cantonner à Taizhou sous la direction de Poluhuo, et l’empereur leur donna 50 bœufs de labour.

79Au 4e mois, le jour yichou, 1er jour du mois, Zonghan proposa d’attaquer les Liao. L’empereur ordonna à toutes les régions de préparer la guerre. Au 5e mois, le dutong des Liao Yudu et d’autres vinrent en visite à Xianzhou et se rendirent. Au [5e] mois intercalaire, le jour xinsi, le guolun hulu bojilie Sagai mourut. Au 6e mois, le jour guisi, Yudu vint visiter [l’empereur] avec ses généraux et ses fonctionnaires. Le jour bingshen, le qianhu Hulida 胡離答, reconnu coupable d’avoir nommé comme puliyan 蒲里衍 (assistant d’un mouke) un homme de sa tribu, fut bastonné de cent coups et démis. Le jour gengzi, l’empereur décréta que l’anban bojilie Wuqimai le seconderait dans la gestion des affaires. Le hao bojilie Xieye fut nommé hulu bojilie, Pujianu hao bojilie et Zonghan yilai bojilie 移賚勃極烈. Au 7e mois, le jour gengchen, l’empereur donna cet ordre au bureau du dutong de Xianzhou : « Depuis la visite de Yudu, les intentions des Liao sont devenues flagrantes et j’ai décidé d’attaquer moi-même. Faites les préparatifs militaires et attendez le début de la campagne. » Puis, à cause de pluies incessantes, il renonça à prendre la tête de la campagne. Le hao bojilie Yu fut nommé dutong, assisté du yilai bojilie Zonghan, et ils partirent avec les troupes vers l’ouest.

80Au 12e mois, le jour xinchou, le hulu bojilie Gao 杲 (Xieye) fut nommé dutong de toutes les armées, assisté de Yu, Zonghan, Zonggan, Zongwang 宗望 et Zongpan 宗盤. Le jour jiachen, l’empereur leur dit : La politique des Liao est incorrecte, les hommes comme les esprits, tous la rejettent. Maintenant, pour tout unifier (中外一統) je vous ai mis à la tête de la grande armée pour appliquer la répression. Concentrez-vous au mieux sur les affaires militaires, et choisissez les hommes les meilleurs. Récompenses et punitions doivent être appliquées, et le ravitaillement doit suivre. Ne maltraitez pas ceux qui se rendent, ne vous adonnez pas au pillage. Quand vous voyez que c’est possible, avancez, ne laissez pas l’armée traîner. Si une action vous semble légitime, vous n’avez pas besoin de m’en référer auparavant. Le jour wushen, il dit : « Si vous prenez la capitale du Centre, envoyez tout de suite à la cour, en y mettant les moyens nécessaires, tous les instruments rituels, accessoires d’apparat, livres et documents. »

1122

81La 6e année (Tianfu 6, 1122), au 1er mois, le jour guiyou, le dutong Gao prit les trois places fortes de Gaocheng 高城, Encheng 恩城 et Huihecheng 回紇城. Le jour yihai, il prit la capitale du Centre et la préfecture de Zezhou 澤州

  • 18 Actuel lac An’gulinao 安固里淖, à 300 km au nord de Pékin.

82. Au 2e mois, le jour gengyin, 1er jour du mois, il y eut une éclipse de soleil. Le jour jihai, Zonghan et les autres défirent le roi des Xi des Liao Xiamo 霞末 à Bei’anzhou 北安州, et celui-ci se rendit. Le commissaire impérial de l’Ouest des Xi (奚部西節度使) Elila 訛里剌 se rendit avec sa tribu. Le jour renyin, un envoyé du dutong Gao vint annoncer la victoire et apporta les marchandises et objets précieux du butin. L’empereur dit : Vous êtes sortis avec les armées, vous avez accompli votre mission, vous avez attaqué et pris les forteresses et les bourgs et bien traité les populations, je m’en réjouis grandement. Toutes les tribus en-deçà des montagnes, dont j’avais dit de leur envoyer des officiers pour les appeler à la reddition, je pense qu’elles sont désormais pacifiées. Qu’on continue d’envoyer des émissaires pour avoir des rapports. Au-delà des montagnes, si on ne peut pas encore y aller, qu’on s’occupe des champs et des chevaux, et qu’on attende la moisson d’automne. Alors on se lancera dans la grande action. Il faut mûrement délibérer et n’agir que lorsqu’on voit que c’est possible. Si l’on veut augmenter le nombre des soldats, tous les chiffres doivent m’être rapportés. On ne peut pas s’appuyer sur une seule victoire pour se relâcher. Ceux qui se rendent ou se rallient doivent être bien traités. Annoncez tout cela aux officiers, qu’ils connaissent ma pensée. Zonghan, qui était stationné à Bei’an, envoya Xiyin et d’autres piller le secteur. Capturant Yelü Xinilie de la garde des Liao, ils apprirent que le maître des Liao, chassant au lac Yuanyangpo 鴛鴦濼18, avait par haine tué son fils le prince de Jin [Aoluwo] qui était sage et populaire, et que de ce fait il était encore plus détesté par les gens. Or quoiqu’il eût sous ses ordres les fantassins et la cavalerie des deux régions Nord-Ouest et Sud-Ouest, ceux-ci étant épuisés il envoya Nouwanwendu 耨碗溫都 et d’autres [Yila Bao] informer le dutong Gao pour qu’il attaque.

83Au 3e mois, le dutong Gao débouchant par le col Qingling 青嶺 et Zonghan par le col Piaoling 瓢嶺, poursuivirent le maître des Liao au Yuanyangpo. Le maître des Liao s’enfuit à la capitale de l’Ouest. Zonghan continua de le poursuivre jusqu’au Baishuipo 白水濼. Il ne le rattrapa pas mais il prit toutes ses biens et ses objets précieux. Le jour jisi, il arriva à la capitale de l’Ouest. Le jour renshen, la capitale de l’Ouest se rendit. Xiyin poursuivit le maître des Liao jusque chez les Yishi 乙室部 mais il ne le rattrapa pas. Le jour yihai, la capitale de l’Ouest se révolta. Ce mois-là, le roi des pays de Qin et de Jin chez les Liao Nieli monta sur le trône à Yan.

84Au 4e mois, le jour xinmao, on reprit la capitale de l’Ouest. Le jour renchen, on envoya Tudan Wujia 徒單吳甲 et Gao Qingyi 高慶裔 chez les Song. Le jour wuxu, le dutong Gao partit vite de la capitale de l’Ouest vers le Baishuipo. Le hao bojilie Yu attaqua les Pishi 毗室部 à Tielüchuan 鐵呂川 et fut battu par l’ennemi. En rentrant, il rencontra les troupes de [Xiao] Chala, les poursuivit jusqu’au nord de la Huangshui et leur infligea une grande défaite. Yelü Tan 耶律坦 [rallié aux Jin] fit appel aux tribus du Sud-Ouest et à celles de l’Ouest jusqu’à Xia, et leur commissaire à la répression Yelü Foding 耶律佛 se rendit. Plus de 4 000 hommes des armées han des deux commanderies de Jinsu 金肅 et Xiping 西平 se rebellèrent. Yelü Tan les attaqua et les soumit. Dumu et Loushi obtinrent la reddition des préfectures de Tiandezhou 天德州, Yunneizhou 雲內州, Ningbianzhou 寧邊州 et Dongshengzhou 東勝州, capturèrent Ashu et rentrèrent. À ce moment, quoique les villes et tribus du Shanxi se fussent rendues, les cœurs des gens étaient encore indécis. Le maître des Liao s’était réfugié dans les monts Yinshan et Yelü Nieli était à Yanjing. Le dutong Gao envoya Zongwang présenter un mémoire pour demander à l’empereur de prendre la tête de l’armée. Au 5e mois, le jour xinyou, Zongwang vint annoncer la victoire. Les fonctionnaires arrivèrent à la cour pour les félicitations et l’empereur donna un banquet très festif.

85Avant cela, on avait capturé le secrétaire (shumishi) des Liao [Xiao] Delidi, et les commissaires impériaux [Xiao] Heshang 和尚, Yalisi 雅里斯 et Yuliye 余里野. Le dutong Gao avait commandé à Alin 阿鄰 de les transférer sous escorte à la cour. Delide ayant disparu en chemin, Alin fut accusé et exécuté.

86Un envoyé de Yelü Nieli vint demander l’arrêt des hostilités. Le jour wuyin, on envoya Yang Mian 楊勉 porter à Nieli un document lui intimant de se rendre. [Le Shiwei des monts Yinshan] Mougeshi 謀葛失 envoya son fils Zuniguashi 菹泥刮失 apporter des productions de leur pays.

87Au 6e mois, le jour wuzi, 1er jour du mois, l’empereur, prenant la tête de la campagne contre les Liao, partit de la capitale Suprême. L’anban bojilie Wuqimai assurait la gestion du pays. Le jour xinhai, l’empereur avertit les fonctionnaires et le peuple de la capitale Suprême : C’est par obéissance au Ciel que je punis les méchants et console le peuple. J’ai déjà conquis trois capitales, mais tant que je n’aurai pas capturé le maître des Liao je ne pourrai pas arrêter la guerre. Aujourd’hui je prends la tête de la campagne et je voudrais avancer par la région de la capitale Suprême. Mais craignant que le peuple récemment conquis se désorganise dans la panique et le doute, j’ai déjà décidé de passer par Dumilü 篤密呂. Ces gens qui, après le ralliement, se sont rebellés et se sont enfuis dans des régions difficiles d’accès, si après cet appel ils se rendent à la justice, qu’ils soient tous pardonnés. Mais ceux qui continuent de résister, ils seront massacrés avec leurs descendants sans merci. Ce mois-là, Yelü Nieli mourut. Wolu et Loushi défirent les hommes de Xia à Yegu 野谷

88. Au 7e mois, le jour jiazi, l’empereur ordonna aux généraux de ne pas venir l’accueillir au loin, pour éviter de négliger les affaires militaires. Le jour yichou, le Han de la capitale Suprême Mao Bashi 毛八十 (Mao Zilian 毛子廉) vint se rendre avec plus de 2 000 familles et l’empereur ordonnna de les prendre sous commandement [jurchen]. Le jour bingyin, Wodala ayant reçu beaucoup de redditions, l’empereur lui ordonna de prendre sous son commandement 8 000 foyers et il lui affecta Huxue 忽薛 comme [général] assistant. Le jour renwu, Xiyin fit amener Ashu en audience. Celui-ci fut bastonné et libéré.

89Au 8e mois, le jour jichou, l’empereur fit halte au lac Yuanyangpo. Le dutong Gao vint le voir avec ses fonctionnaires. Le jour guisi, l’empereur poursuivit le maître des Liao au lac Dayupo 大魚濼. Yu et Zongwang rattrapèrent le maître des Liao à Shinianduo 石輦鐸, engagèrent le combat et le battirent. Le maître de Liao s’enfuit. Le jour jihai, l’empereur fit halte au nord de Juyan 居延. Le jour xinchou, le général de la capitale du Centre Wanyan Hunchu 完顏渾黜 battit 60 000 Khitan, Xi et Han à Gaozhou 高州. Le bojin Maji 麻吉 y laissa la vie. Toute la tribu des Delide 得里得 se rendit. Yu et Zongwang poursuivirent le maître des Liao jusqu’à Wulizhiduo 烏里質鐸 mais ils n’arrivèrent pas à le rejoindre.

90Au 9e mois, le jour gengshen, l’empereur passa au lac Caopo 草濼. Dumu, ayant réprimé les meneurs de la révolte des tribus de la [région de la] capitale du Centre, alla soumettre les commanderies et districts du bord de la mer. Le commissaire impérial Yelü Shensi 耶律慎思 conduisit ses tribus à la capitale (內地). Le jour yichou, l’empereur ordonna aux Six tribus Xi : Après vous être rendus vous vous êtes de nouveau révoltés. Vous avez égaré les cœurs dans le peuple, et votre crime n’est pas pardonnable. Toutefois, vous vous étiez ralliés depuis peu de temps, peut-être votre confiance dans mon sens de la pacification et de la bonté était-elle encore imparfaite. C’est pourquoi je vous lance à nouveau l’appel au ralliement. Si vous vous rendez tout de suite, votre faute sera pardonnée et tous vos titres de fonctions seront maintenus. Guihuazhou 歸化州 se rendit. Le jour wuchen, l’empereur passa à Guihuazhou. Le jour jiaxu, Zongxiong mourut. Le jour dingchou, Fengshengzhou 奉聖州 se rendit.

91Au 10e mois, le jour bingxu, 1er jour du mois, l’empereur passant Fengshengzhou décréta : À plusieurs reprises j’ai ordonné à mes généraux et serviteurs d’être pacifiques avec les populations et bons avec les ralliés, et de ne pas les molester. Mais le peuple est bête et ne comprend pas, et nombreux sont encore ceux qui se sont enfuis dans les montagnes et les forêts. J’ai pensé à mobiliser l’armée, mais finalement je ne peux m’y résoudre. Alors, que ceux qui se sont enfuis, peu importe la gravité de leur faute, soient amnistiés. Ceux qui pourront se rallier en amenant une troupe recevront une fonction héréditaire. Si un esclave se rallie avant son maître, il sera affranchi. Proclamez cela pour communiquer ma volonté. La préfecture de Yuzhou 蔚州 se rendit. Le jour gengyin, Yudu et les autres envoyèrent les fonctionnaires ralliés Zhai Zhaoyan 翟昭彥, Xu Xing 徐興 et Tian Qing 田慶 en audience. L’empereur nomma Zhaoyan et Qing préfets, et Xing commissaire aux milices locales. Puis il déclara : Récemment j’ai appelé [à la reddition] les secteurs de Yan et Ji, mais ils ne se sont pas soumis. Maintenant je veux emmener mes armées et y aller. C’est pourquoi j’ai d’abord pacifié les tribus du Shanxi. Vous qui êtes déjà attachés au ralliement, vous devez bien les accueillir. Avant que leurs chefs et leurs peuples se rallient, peu importent les fautes [des uns et des autres] ou les dettes de leurs fonctionnaires, tout est amnistié. Vous tous les fonctionnaires, envoyez des gens pour le leur faire savoir ! Le jour dingyou, à Yuzhou, Zhai Zhaoyan et Tian Qing tuèrent le préfet Xiao Guanning 蕭觀寧 et se rebellèrent. Le jour bingwu ils se rendirent à nouveau. Au 11e mois, [l’empereur] fit avertir les fonctionnaires et le peuple de Yanjing que partout où les armées du souverain arriveront ceux qui se rendront seront amnistiés et que tous les fonctionnaires seront maintenus à leur poste.

92Au 12e mois, l’empereur commença la campagne de Yanjing. Zongwang partit en tête avec 7 000 cavaliers, Digunai déboucha de la passe de Deshengkou 得勝口, Yinzhuge de Juyongguan 居庸關, Loushi menait l’aile gauche, Poluhuo l’aile droite, et on prit Juyongguan. Le jour dinghai, l’empereur fit halte à Guizhou 媯州 et le jour wuzi à Juyongguan. Le jour gengyin, le directeur d’armée du gouverneur militaire des Liao Gaoliu 高六 vint faire allégeance. Arrivant à Yanjing, l’empereur entra par la porte sud et dit à Yinzhuge et Loushi d’aligner leurs troupes sur la muraille, puis il fit halte au sud de la ville. Les contrôleurs du Secrétariat des Liao Zuo Qigong 左企弓 et Yu Zhongwen 虞仲文, le secrétaire Cao Yongyi 曹勇義 et son assistant Zhang Yanzhong 張彥忠, le conseiller aux affaires de l’État Kang Gongbi 康公弼 et le signataire des dépêches officielles Liu Yanzong 劉彥宗 présentèrent un mémoire de reddition. Le jour xinmao, les fonctionnaires des Liao vinrent au quartier général et se prosternèrent pour implorer le pardon. L’empereur ordonna de tout pardonner. Le jour renchen, l’empereur tint audience dans la salle de la Victoire (德勝殿) et tous les ministres le félicitèrent. Le jour jiawu, on ordonna à Zuo Qigong et les autres de s’assurer de la soumission de toutes les préfectures et de tous les districts de Yanjing. L’empereur ordonna aux fonctionnaires de la capitale de l’Ouest : « Désormais nos troupes sont arrivées à la capitale de Yan et tout est stabilisé. Seule la concubine Xiao 蕭妃 s’est enfuie avec quelques-uns de ses fonctionnaires. Nous avons envoyé un détachement à leur poursuite. S’ils arrivent dans votre région, vous devez les arrêter et nous les amener. » Huanglongfu se révolta et Zongfu alla à la répression.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation du terme jiedushi par les annales est anachronique. Le chef principal des jurchen a le titre sino-mandchou de du bojilie (ministre en chef). Ce n’est qu’en 1114, un quelques mois avant la révolte fatidique des Jurchen, qu’Aguda reçoit des Khitan-Liao le titre de jiedushi (commissaire impérial).

3 Probablement le Jinguo zhi 金國志 de Zhang Di, lettré des Jin passé aux Song durant l’ère Chunxi (1174-1189).

4 La rivière Xingxian se trouve dans le secteur du Changbaishan.

5 Selon la loi jurchen, le voleur devait indemniser la victime au septuple.

6 Ce détail rituel manifeste l’importance exceptionnelle de Jingzu et Shizu dans la fondation de l’État jurchen.

7 1 hu = 5 boisseaux (dou) à cette époque.

8 Selon une version précédente de l’événement, en 1096 (voir plus haut), alors que Taizu leva ses troupes pour punir Bate, celui-ci s’enfuit et il fut rattrapé et tué à la rivière Xingxian (près du mont Changbaishan).

9 Falco rusticolus : le faucon gerfaut, en mongol žadan šonxor (жадан шонхор).

10 L’existence de l’ère Shouguo est contestée par certains historiens. Jamais attestée par l’épigraphie, elle pourrait avoir été forgée par les historiens de cour quelques décennies plus tard.

11 Le Zhangnu du Jinshi est le Zhangjianu 張家奴 du Liaoshi.

12 Le titre de anban bojilie correspond à celui d’héritier du trône.

13 Tablettes de bois verni gravées en lettres d’or. Elles donnaient priorité absolue dans les relais de poste.

14 Toutes ces préfectures se trouvent dans le sud du secteur de la capitale Suprême des Liao.

15 Les Jurchen avaient pris des otages parmi les fonctionnaires de la capitale de l’Est, et leur avaient donné des champs et des maisons.

16 Il s’agit ici de la grande écriture jurchen. Elle fut conçue par Wanyan Xiyin 完顏希尹 (?-1140), aussi appelé Wushi 兀室, « en imitant les graphies standard chinoises et en suivant les principes de l’écriture khitan adaptés au jurchen » (依倣漢人楷字, 用契丹字制度, 合本國語).

17 La prononciation convenable semble être Dumu et non Shemu car le nom est transcrit Dongmo 棟摩 dans le Xu Zizhi tongjian, au j. 103.

18 Actuel lac An’gulinao 安固里淖, à 300 km au nord de Pékin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Marsone, « Histoire et cultures de la Chine (Xe-XIVe s.) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 472-497.

Référence électronique

Pierre Marsone, « Histoire et cultures de la Chine (Xe-XIVe s.) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5719

Haut de page

Auteur

Pierre Marsone

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search