Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesHistoire de l'architecture et des...

Résumés des conférences

Histoire de l'architecture et des jardins du Japon

Nicolas Fiévé
p. 498-519

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : Le château des seigneurs Ii du fief de Hikone, ses palais et ses jardins à l’époque d’Edo. Quatrième partie : le Genkyūen, dispositif spatial et aménagement paysager d’un jardin seigneurial.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce que rappellent les différents sens du caractère gen 玄 : « le ciel, la couleur azurée du ciel (...)

1Non loin de la résidence principale du seigneur de Hikone, le palais de Zelkova (Keyaki goten 槻御殿) était une vaste villa de plaisance bâtie au pied du château, en bordure du lac Matsubara. Au-delà de l’enceinte de la villa, sur un terre-plein artificiel édifié sur le lac, s’étendait sur trois hectares le parc Genkyūen 玄宮園, avec ses vallons et ses collines, son étang et ses îles, ses kiosques et ses maisons de thé. Le nom Genkyūen apparaît dans les sources à l’époque du 10e seigneur Ii Naohide 井伊直幸 (1729-1789). Genkyū, ou Xuangong en lecture chinoise, rappelle le nom d’une résidence secondaire de Tang Xuanzong 唐玄宗 (685-762), l’empereur dont le règne est associé à l’une des périodes les plus fastes de l’histoire culturelle de la Chine ; plus généralement, il désigne le palais céleste du nord, et le terme évoque la demeure merveilleuse, paisible et retirée, d’un ermite ou d’un Immortel1. Pour le seigneur Ii Naonaka 井伊直中 (1766-1831), qui s’est installé en 1813 au palais de Zelkova après avoir renoncé à ses fonctions officielles au Conseil des Anciens du gouvernement d’Edo, le nom Genkyū annonçait l’arrivée d’une période de retraite bucolique, au milieu du monde paradisiaque « des monts et des eaux » de son jardin.

2On ne connaît l’apparence du parc Genkyūen qu’à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, grâce à plusieurs documents qui permettent d’en retracer la composition et les décors. Parmi ceux-ci, les archives du musée du château de Hikone (Hikone-jō hakubutsukan 彦根城博物館) conservent une série de neuf plans de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle, ainsi que plusieurs peintures et documents techniques réalisés à l’occasion de différentes phases d’aménagement, en particulier lorsque le seigneur Naonaka a fait du palais secondaire sa retraite personnelle. Ces documents, croisés aux commentaires laissés dans les journaux intimes et dans les notes prises à l’occasion des rencontres de thé, témoignent avec précision des décors, des paysages et de l’horticulture du parc.

Liste des principaux plans et peintures du Genkyūen

Perspectives cavalières polychromes

  1. Genkyūenzu 玄宮園図 (Plan du Genkyūen), réf. 移管4号 (176,3 cm × 288,3 cm).
  2. Genkyūenzu shunka 玄宮園図 春夏 (Plan du Genkyūen. Scènes du printemps et de l’été), réf. 絵雑 24-32 (180,4 cm × 281,5 cm).
  3. Genkyūen ōezu shitazu 玄宮園大絵図-下図 (Grand plan du Genkyūen – tracé d’ébauche), réf. 絵雑 24-1 (167,5 cm × 278,9 cm).
  4. Hikone-jō teien saishiki ezu 彦根城庭園彩色絵図 (Illustration polychrome des jardins du château de Hikone), réf. 44645 (156,7 cm × 277,5 cm).

Plans polychromes

  1. Genkyūen bunkenzu 玄宮園分間図 (Plan à échelle réduite du Genkyūen), réf. 絵雑 24-2 (143,6 cm × 167,5 cm).
  2. Genkyūen sanbun ikken wari ezu 玄宮園三分一間割画図 (Plan à échelle réduite du Genkyūen), réf. 61234 (114,5 cm × 139,6 cm), daté de 17913.
  3. Genkyūen sanbun ikken wari ezu 玄宮園三分一間割画図 (Plan à échelle réduite du Genkyūen), réf. 32234 (120,7 cm × 138,3 cm).
  4. Matsubara shimoyashiki baba ezu 松原下屋敷馬場絵図 (Illustration du champ de course de la résidence secondaire de Matsubara), réf. 44655-02.

Vue à vol d’oiseau polychrome des alentours du château

  1. Genkyūen gaizu shūtō 玄宮園外図 秋冬 (Plan des alentours du Genkyūen, scènes de l’automne et de l’hiver), réf. 44598 (25,3 cm × 129 cm), plan réalisé entre 1783 (Tenmei 3) et 1799 (Kansei 11).
  • 4 L’abricotier de Chine (ou abricotier du Japon) est un arbre originaire de Chine, communément tradui (...)

3Après la restauration de Meiji, en 1868, le parc Genkyūen a été conservé – contrairement au palais principal et au palais de Zelkova qui furent détruits – et il est devenu un jardin public, dont l’entretien a été placé sous l’autorité de la Ville de Hikone. Au début du xxe siècle, les pavillons du jardin furent en partie remaniés, lorsqu’en 1934 un bail était accordé pour aménager les anciennes maisons de thé seigneuriales en auberge. Les anciens édifices furent alors agrandis, adjoints de salles de service, bains et cuisines. L’activité hôtelière s’est poursuivie tout au long du xxe siècle, pour s’achever en 2017, date à partir de laquelle l’administration de l’ensemble du site, édifices compris, est revenue à la Ville de Hikone. Une grande partie de l’ancien parc subsiste encore nos jours, bien que celui-ci ait été amputé son extrémité de l’est, là où se trouvait jadis un verger d’abricotiers de Chine, baien 梅園4.

4En 1951, ce qu’il subsistait du parc, une zone de 2,87 hectares comprenant le lac et les maisons de thé, a été désigné « zone de paysage remarquable », meishō shiteichi 名勝指定地, et, en 1956, « zone spécifique de vestige historique », shiseki tokubetsu hozon chiku 史跡特別保存地区 : deux classements à l’échelle nationale qui ont désormais assuré la stricte préservation du site.

1. Le jardin Genkyūen au XVIIIe siècle

5Dans son dispositif d’ensemble, le Genkyūen présentait, à la fin du xviiie siècle, l’ordonnancement classique d’un jardin seigneurial de l’époque d’Edo (1603-1867), fait d’entrelacs de chemins autour d’un plan d’eau, une forme commune pour l’époque, que les historiens nomment en japonais moderne chisen kaiyū shiki teien 池泉回遊式庭園, « jardin de style source-étang et promenade ». Kaiyū (litt. « faire un tour ») a le sens d’une promenade d’agrément que l’on effectue selon une circumambulation avant de revenir à son point de départ. Au Genkyūen, des allées, des sentiers et des pas japonais permettaient de déambuler autour de l’étang, de s’en approcher ou de s’en éloigner, tout en flânant au milieu d’une succession de paysages variés. Des ponts franchissaient les cours d’eau, on accédait à des îles et gravissait des montagnes miniatures pour atteindre un pavillon ou un temple.

6Un tel dispositif rappelle celui du Jōjuen 成趣園, le « jardin de l’Agrément accompli », de la villa secondaire des seigneurs de Kumamoto, ou celui du Ritsu-rin.en 栗林園, la « Châtaigneraie », des seigneurs de Takamatsu, deux jardins aménagés comme le Genkyūen à l’intérieur de la ville-sous-château, bien que les échelles y soient sensiblement différentes : là où le jardin de Hikone couvrait un peu plus de trois hectares, le Jōjuen en faisait le double, alors que le Ritsurin.en atteignait une superficie de 76 hectares.

  • 5 En témoignent plusieurs œuvres majeures, comme un paravent des Huit vues d’Ōmi, de Kusumi Morikage (...)
  • 6 L’étude des Huit vues d’Ōmi seront présentées à la conférence de l’année 2021-2022.
  • 7 Kairyō 海量, Ōkeishū 桜溪集 (Recueil [des poèmes] du vallon des cerisiers), cité dans Hikone shi (...)

7Au Genkyūen, la principale maison de thé, chaya 茶屋, était dénommée Rinchikaku 臨池閣, le « Belvédère sur l’Étang », parce qu’il était bâti sur pilotis en surplomb du plan d’eau. Au xixe siècle, et peut-être avant mais les sources ne le précisent pas, le pavillon était aussi appelé Hakkeitei 八景亭, le « pavillon aux Huit paysages », une expression qui évoquait un dispositif scénique de huit scènes remarquables visibles depuis l’édifice. Le motif pictural de huit scènes paysagères représentatives de la beauté d’un lieu ou d’un territoire était hérité de la Chine, et il fut introduit au Japon, au cours de la période médiévale (1185-1573), avec le Xiaoxiang bajingtu 瀟湘八景図 (Shōshō hakkeizu en japonais), les Huit vues de Xiaoxiang, des scènes de paysages lacustres de la province du Hunan. Inspirés par ce paysage considéré au Japon comme exotique, les Japonais sélectionnèrent à leur tour huit sites renommés du lac Biwa, que l’on appelle les Huit vues d’Ōmi, Ōmi hakkei 近江八景図, un thème très prisé dans le Japon du xviie siècle5. Si les Huit vues d’Ōmi sont clairement identifiées6, la nature exacte des Huit paysages du Genkyūen demeure incertaine en l’absence d’un document qui les listerait avec précision. Les sources, cependant, font état d’une série de dix poèmes sur les plus beaux sites paysagers du jardin, commandée par le seigneur Naonaka au moine lettré et poète Kairyō 海量 (1733-1817). Connus sous le nom de Genkyūen jūshō 玄宮園十勝 (Dix sites pittoresques du Genkyūen), les sites évoqués dans ces poèmes sont une source précieuse pour comprendre la composition du jardin7.

8Liste de ces Dix sites pittoresques du Genkyūen :

  • Hōshōdai 鳳翔台, la Terrasse du Phénix Volant (nandai 南䑓, « terrasse sud »)8 ;
  • Rinchikaku 臨池閣, le Belvédère sur l’Étang (hori-tsukuri 堀作, « bâti sur la fosse de l’étang ») ;
  • Gyoyakushō 魚躍沼, l’Étang du Saut de Poisson (suisen 水泉, « eau et source ») ;
  • Ryūgakyō 龍臥橋, le Pont du Dragon Couché (Seta-bashi 勢田橋, « Pont de Seta ») ;
  • Kakumei nagisa 鶴鳴渚, le Rivage du Cri des Grues Cendrées (gento 元嶋 shinto 新嶋, « île de la grue noire, île nouvelle ») ;
  • Junpuretsu 春風埒, la Levée de la Brise Printanière (baba 馬場, « champ de course ») ;
  • Kangetsuhō 鑑月峯, la Cime du Miroir de la Lune (Ibuki yama teikon 伊吹呈根, « d’où naît le Mont Ibuki ») ;
  • Sattarin 薩埵林, le Bois des Bodhisattvas (Kannon 観音, « le bosatsu Kannon ») ;
  • Hiryōkei 飛梁溪, le Ruisseau du Pont Volant (kara hashi 唐橋, « pont à la chinoise ») ;
  • Kankyotei 涵虚亭, le Pavillon de l’Immensité du Lac (tsūten 通天, « qui traverse le ciel »).

9Selon les documents, les deux maisons de thé Rinchikaku et Hōshōdai, constituaient le point central du dispositif scénique du jardin, à la fois lieu de départ et d’arriver des excursions. Ces architectures de plaisance, qui existent encore de nos jours, imitaient la forme de modestes pavillons champêtres, semblables à de rustiques cabanes plantées au milieu d’un cadre bucolique – ce qu’exprimaient leurs toitures de chaume, kaya-buki 茅葺, et leurs auvents faits d’un bardeau de bois, kokera-buki 柿葺. Dans ces pavillons, on se réunissait pour se détendre, se restaurer ou pour pratiquer la cérémonie du thé, on composait des poèmes et jouait de la musique en admirant les levers de pleine lune sur la pièce d’eau.

10Les peintures à l’encre polychrome (documents nos 1 à 4), réalisées en perspective cavalière, dépeignent avec précision l’état du Belvédère sur l’Étang. D’après ces documents, deux barques pour les parties de canotage étaient amarrées à proximité, dont une équipée d’une toiture et couverte d’une tenture colorée. Les barques se maniaient à l’aide d’une longue godille. L’accès aux bateaux se faisait par une grève de galets, où avaient été plantés un majestueux abricotier de Chine aux greffons à fleurs roses et blanches, deux pins nanifiés et sept cycas (sotetsu 蘇鉄, Cycas revoluta Thunb.), une plante subtropicale originaire des îles Ryūkyū, qui présentait l’image exotique d’un monde lointain. Une vasque à eau pour se rincer les mains, chōzu ishi 手水石, était placée au bord de la coursive du pavillon, à côté de l’escalier. Elle était creusée dans un imposant bloc de roche, sur lequel des petites fleurs blanches et bleues prenaient racines. Depuis le pavillon, un couloir couvert montait vers le sud jusqu’à la seconde maison de thé, Hōshōdai 鳳翔台, la « Terrasse du Phénix Volant », dressée au sommet d’une colline artificielle.

11Malgré la proximité de ces deux pavillons, le dispositif des vues différait grandement d’un édifice à l’autre. Depuis le Belvédère sur l’Étang, la vue plongeait sur les scènes remarquables du pourtour de la pièce d’eau, alors que depuis la Terrasse du Phénix Volant, bâtie sur une éminence artificielle haute de plusieurs mètres, il était possible de contempler la mise en perspective de décor du jardin avec les sites renommés des alentours : vers le sud, le Mont Hikone et son château, que surplombait le donjon ; vers l’est et le nord, le lac Matsubara et les montagnes environnantes, chargées d’histoire et de hauts lieux, où se dressaient les grands temples bouddhiques Ryōtanji 龍潭寺 et Seiryōji 清涼寺, ainsi que l’Ii jinja 井伊神社, le sanctuaire tutélaire de la famille Ii. Une mention calligraphiée sur les plans précise que de ce pavillon il était possible de contempler au loin les cimes enneigées du Mont Ibuki 伊吹山. Depuis le Terrasse du Phénix Volant, le panorama majestueux plongeait sur le domaine seigneurial, comme le dépeint le Genkyūen gaizu 玄宮園外図 (Plan des alentours du Genkyūen), une scène de paysage d’automne et d’hiver. Par ce dispositif spatial, les deux maisons de thé présentaient ainsi deux façons de jouir du paysage : l’un, intime, limité aux seuls éléments du jardin aménagés sur le pourtour du plan d’eau ; l’autre, grandiose, en relation avec le territoire tout entier !

  • 9 Les collections des seigneurs Ii conservent une peinture de Kanō Motonobu 狩野元信 (1476-1569) du pay (...)
  • 10 Shigemori Kanto 重森完途, « Meien kaisetsu 名園解説 (Commentaires sur les jardins) », dans Ōga Tets (...)
  • 11 « Alors l’empereur édifia le palais du Jianzhang. Ses dimensions en étaient telles qu’il s’y trouva (...)

12Au centre de l’étang, la vue depuis le Belvédère vers l’est plongeait sur la pièce maîtresse du paysage lacustre : Kakumei nagisa 鶴鳴渚, le « Rivage du Cri des Grues Cendrées », l’île principale d’où jaillissait une chute d’eau tumultueuse. Roches escarpées et vallons couverts d’une végétation fleurie caractérisaient cette île aux allures de Tokoyo no kuni 常世の国, un monde paradisiaque où étaient censés vivre des Immortels au milieu d’un décor plantée de vieux pins, de pêchers, d’abricotiers et de cerisiers9. L’évocation du palais des Immortels, qu’exprimait le nom du jardin Genkyūen, se retrouvaient dans les dénominations de l’île notées sur différents documents : « Kakumei nagisa », mais aussi « genkaku 元鶴 » (ou « gentō 元嶋 »), une graphie variante de « genkaku 玄鶴 » (ou de « gentō 玄嶋 »), la grue noire légendaire qui vit 2 000 ans. Au centre de l’île, une grande pierre dressée, dite kakushuseki 鶴首石, « pierre du cou de la grue », n’était pas sans rappeler la roche de l’île-grue (tsuru-jima 鶴嶋) du temple Konchiin 金地院, à Kyōto. Les documents nos 1 à 4 précisent la hauteur de la pierre : « 1 , 3 shaku et 9 sun », soit environ 4,33 mètres – un dispositif imposant pour une île et un étang de petites dimensions. Selon le paysagiste et historien des jardins Shigemori Kanto (1923-1992), le Rivage du Cri des Grues Cendrées serait une évocation de Penglai (jap. : Hōrai 蓬莱), alors que l’île au nord du Belvédère sur l’Étang serait associée à Fangzhang (jap. : Hōjō 方丈), l’île du coin sud de la pièce d’eau à Yingzhou (jap. : Eishū 瀛州), et celle du milieu du Pont du Dragon Couché à Huliang (jap. Koryō 壺梁)10, une interprétation que ne confirme aucune source, bien que depuis l’époque ancienne (573-1185), il a été communément admis dans l’art des jardins du Japon qu’un étang à trois ou à quatre îles serait une évocation des îles paradisiaques de la pensée taoïste de la Chine antique, comme les décrit Sima Qian dans ses Mémoires historiques11.

13À quelques mètres au large du Rivage du Cri des Grues Cendrées, un assemblage de trois pierres émergeait de l’étang, nommé sur les documents chūseki 沖石, « roches de haute mer ». Ce dispositif rappelle d’autres assemblages de roches imitant les santō 三嶋, les Trois Îles (Hōrai, Hōjō et Eishū) que l’on trouve symbolisées dans de nombreux jardins de la période, comme au parc de la Châtaigneraie, à Takamatsu.

2. Les scènes paysagères de la promenade autour de l’étang

  • 12 De nos jours, le pont à tableau couvert de terre a été remplacé par un pont en bois et les plantati (...)

14Un tour du plan d’eau, effectué depuis le Belvédère sur l’Étang dans le sens des aiguilles d’une montre, obligeait un promeneur à franchir deux ponts pour rejoindre la berge nord. Le premier était un ponceau à tablier couvert de terre, tsuchi-bashi 土橋, de 4 ken et demi de long, soit environ 8,18 mètres, pour une largeur d’un 丈, soit à peine plus de 3 mètres. Le pont permettait d’accéder à une île dont le contour dessinait la forme d’une tortue (kame-jima 龜嶋). Recouverte d’un pavement de pierres, elle était plantée de trois pins, de deux cerisiers et de deux autres arbustes (non identifiés). De là, un second pont en bois avec main courante, d’une longueur de 7 ken (environ 12,72 m), rejoignait la rive opposée. Les peintures montrent des tympans maçonnés de pierres aux formes naturelles12. L’inscription portée sur les vues à vol d’oiseau et sur les plans est shichiken-bashi 七間橋, « Pont aux Sept Travées », calligraphiée à l’encre noire sur une étiquette dorée à la feuille, ce qui indiquerait ici un toponyme singulier plutôt qu’une simple mention de la longueur du pont.

  • 13 « Renchi kakei 蓮池夏景 » (Étang aux Lotus, paysage d’été). La représentation du Paradis du Boudd (...)
  • 14 Sur les ipomées, voir Sophie Le Berre, La grande vogue de l’ipomée à l’époque d’Edo, mémoire de m (...)
  • 15 Les fleurs poussant sur les troncs d’arbres du jardin de Hikone n’ont pas été identifiées avec cert (...)
  • 16 L’arbre appartenant à la famille des Pinacées et au genre Pinus, originaire du Japon. Il appartie (...)

15Sur le flanc ouest de ces ponts, le plan d’eau était dénommé hasu ike 蓮池, l’« Étang aux Lotus ». Cette évocation du Paradis de la Terre Pure de l’Ouest du bouddha Amida présentait un paysage apprécié l’été, au moment de la floraison des plantes d’eau, comme le précise une inscription13. Sur les documents nos 1 à 4, les fleurs roses des lotus émergent de l’étang, parsemées ici et là de kakitsubata 杜若, des iris d’eau bleus et blancs. Des plantes grimpantes à fleurs blanches ornent les troncs des pins plantés sur le pourtour du bassin, peut-être des ipomées, asagao 朝顔 (ipomoea nil)14, très en vogue à cette époque15. Un grand pin planté sur la rive sud porte la mention goyō-matsu 五葉松, « pin à cinq aiguilles » : il s’agit du pin blanc du Japon (Pinus parviflora Siebold & Zucc.), très apprécié des jardiniers parce qu’il fait preuve d’une grande longévité et qu’il supporte bien la taille pour l’amener aux formes en palier16. L’aspect merveilleux de la scène est souligné par la présence de deux grues posées au milieu de l’étang.

  • 17 Nicolas Fiévé, « Le château des seigneurs Ii du fief de Hikone, ses palais et ses jardins à l’époqu (...)

16Si la date de l’année 1791 (Kansei 3), portée sur le Plan à échelle réduite du Genkyūen, indique qu’il s’agit d’un état du jardin avant les remaniements réalisés du temps du seigneur Naonaka, un autre élément le confirme : sur les trois plans (nos 5 à 7) et les quatre peintures (nos 1 à 4) du Genkyūen, l’Étang aux Lotus forme une excroissance sur le côté nord-ouest du plan d’eau, qui se termine par une haie et un mur de séparation marquant la limite entre le jardin et le palais de Zelkova. À cette époque, le Genkyūen s’étendait ainsi jusqu’aux abords du palais de Zelkova, comme le montre le Kuro-gomon soto oyashiki oezu 黒御門外御屋敷御絵図 (Plan de la résidence [bâtie] à l’extérieur de la Porte Noire), un document non daté, mais qui dépeint l’état du palais au xviiie siècle17. Le tracé du mur d’enceinte restant le même sur les plans plus anciens, tout porte à croire que le dessin du jardin n’avait pas changé depuis l’époque du Keyaki gomon goten oezu 槻御門御殿御絵図 (Plan du Palais de la Porte de Zelkova) – le plus vieux plan conservé et daté de 1756 (Hōreki 6) – voire depuis sa création au temps du seigneur Naooki, en 1679 (Enpō 7). Ces éléments montrent que le mur de séparation entre le parc et le palais fut supprimé après la construction du nouveau shoin, du temps de Naonaka, lorsque l’Étang aux Lotus fut rétréci, afin de permettre l’aménagement du Rakurakuen 楽々園, le « Jardin des Félicités », avec son plan d’eau et ses îles.

  • 18 Ibid., p. 490.

17D’après le Plan de la résidence [bâtie] à l’extérieur de la Porte Noire, des chemins de sable fin, kosuna 小砂, bordés des pelouses, shiba 芝, permettaient de faire le tour de l’Étang aux Lotus. Un pont enjambait la pièce d’eau à l’endroit où celle-ci débouchait sur une petite vallée artificielle – un tracé rigoureusement identique à celui des plans du jardin. Le document indique une porte percée dans le mur de clôture du Genkyūen, par laquelle il était possible de rejoindre directement le jardin depuis le palais18.

18Les plans et les peintures du Genkyūen précisent que le pont sur l’Étang aux Lotus était un yatsuhashi 八ツ橋, un nom associé à l’iris d’eau, kakitsubata. Le yatsuhashi est un motif de pont qui évoque une scène du lieu-dit des Huit-Ponts (Yatsuhashi 八ツ橋) de la province de Mikawa, que narre la neuvième anecdote de l’Ise monogatari 伊勢物語 :

Il était jadis un homme. Se sentant inutile, il ne voulut plus vivre à la capitale et partit chercher dans l’Est une province où il pût habiter. Il emmena un ou deux hommes qui étaient ses amis de longue date. Comme personne ne connaissait la route, ils errèrent. Il arrivèrent dans la province de Mikawa à un lieu-dit des Huit-Ponts. On appelle ainsi celui-ci parce que la rivière se sépare en bras comme des pattes d’araignée qu’on passe sur huit ponts. Dans le voisinage de cette plaine marécageuse ils mirent pied à terre et mangèrent leur riz froid. En cet endroit marécageux des iris fleurissaient splendidement. Les regardant, l’un des compagnons dit : Il serait amusant de composer un acrostiche en prenant les cinq syllabes du mot kakitsubata (iris). Alors cet homme composa ce poème :

 らごろも Comme un beau vêtement
 つつなれにし Auquel on s’est attaché en le portant,
 ましあれば J’ai une femme.
 るばるきぬる Je pense à elle avec regret,
 びをしぞおもふ Dans ce voyage qui m’a amené si loin.
  • 19 Traduction de Gaston Renondeau, Contes d’Ise, Paris, Gallimard, 1969 (Connaissance de l’Orient), (...)

Quand il eut récité ces vers, tous pleurèrent tant sur leur riz sec qu’il en fut détrempé19.

19L’Iwagumi sono.u yaegaki-den 石組園生八重垣傳 (Enseignement sur les assemblages de pierres, les jardins et les huit épaisseurs de haies), un texte publié en 1828 par Akisato Ritō 秋里離島 (fin xviiie – début xixe s.), présente le yatsuhashi comme motif de pont ornemental et précise les dimensions à respecter pour le mettre en œuvre :

  • 20 Uehara Keiji 上原啓二 (éd.), Iwagumi sono.u yaegaki-den 石組園生八重垣傳 (Enseignement sur les assemblage (...)

Ainsi rapporte la tradition : pour une rivière d’une largeur de dix ken [env. 18,18 m] à l’aspect d’un gué peu profond, les ponceaux doivent chacun mesurer un ken et demi [environ 2,72 m] pour une largeur d’un shaku et deux sun [environ 36,36 cm]. Ce rapport est adapté en fonction des dimensions grandes ou petites [du cours d’eau]. L’origine [du yatsuhashi] se trouve au lieu-dit bien connu des Huit-Ponts de Mikawa20.

20Une illustration de l’ouvrage montre que le dispositif du yatsuhashi ne respecte pas nécessairement un nombre de huit travées en zigzag, mais que l’association avec l’iris d’eau est indispensable, comme en témoigne l’exemple de l’Étang aux Lotus parsemé d’iris du jardin Genkyūen. Sur cet étang, le pont d’une seule travée, longue de 4 ken (environ 7,20 m) et large de 3 shaku et 8 sun (environ 1,15 m), laisse à penser qu’un ancien pont en zigzag avait peut-être existé jadis à cet emplacement, avant d’être remplacé par une simple arche. D’après les documents, les aménagements aux abords du pont avaient été particulièrement travaillés, avec des roches disposées de part et d’autre en forme d’îles et de presqu’îles, surmontées de pins tortueux et d’arbustes variés. La pointe nord de l’étang imitait un site montagneux avec son lac. L’ébauche de plan dessine le contour des roches, mettant en valeur une triade de pierres dressées qui terminait le décor d’arrière-plan de la pièce d’eau.

  • 21 De mikan 蜜柑, la mandarine, dont la graphie commune s’écrit avec le caractère « 蜜 » plutôt q (...)

21Une fois l’Étang aux Lotus franchi, l’allée du jardin se prolongeait vers le nord et était longée d’un côté par un « bosquet de Mandariniers », mikanrin 密柑林21, et de l’autre par un alignement de cerisiers du Japon. La scène printanière d’un des dessins dépeint la floraison luxuriante de cette partie du jardin. L’allée conduisait à une estrade, aménagée sur une terrasse en surplomb du mur d’enceinte. De là, assis sous les arbres, la vue plongeait au-delà de la douve d’enceinte sur le palais de Keyaki et son pavillon à étage Anrakutei 安樂亭. En arrière-plan, s’étendait le paysage grandiose du lac Biwa, avec au loin ses îles et, plus loin encore, les montagnes de l’ouest qui en fermaient l’horizon. Une inscription sur le dessin précise que « cet emplacement ne connaît pas la chaleur incommodante [de l’été] » : l’espace de repos ombragé et exposé au courant d’air frais venu du lac était, à n’en pas douter, un havre de fraîcheur aux plus fortes chaleurs de l’été.

22Au nord de l’estrade, dans le coin du mur d’enceinte du jardin, une tourelle défensive, yagura 櫓, abritait un poste de garde. Des tourelles, toutes d’une dimension de 4 ken sur 6 ken, protégeaient ainsi les trois angles de l’enceinte du jardin en bordure du lac Matsubara.

23À l’est de l’allée bordée de cerisiers, une partie plane était dénommée Musashino 武蔵野, « la Lande de Musashi », du nom du site de l’ouest de la ville d’Edo, réputé pour son lever de lune d’automne parmi les champs de roseaux. Les peintures montrent une plantation de roseaux (ogi 荻) à cet emplacement et en bordure de l’étang.

  • 22 Le caractère kei 溪 désigne le torrent ou le ruisseau qui coule entre deux montagnes aux paroi (...)

24En progressant vers le fond du jardin, au nord-est, le relief devenait plus mouvementé et une succession de collines artificielles dessinait une passe encaissée, au milieu de roches imposantes, que surplombait un pont. Les documents indiquent Hiryōkei 飛梁溪, le « Ruisseau du Pont Volant »22. Cette scène du jardin, composée à la manière d’une peinture de paysage, évoquait l’image montagnarde d’un ravin qui menait à quelque ermitage perdu au fond des monts. Le traitement du sol, jusqu’alors couvert de gravier ou de sable, devenait ici une grève de petits galets blancs, shirahama 白濱. La blancheur des galets, sans doute un quartz blanc, apportait au paysage une image de pureté, car le dispositif marquait l’entrée dans un autre monde, celui merveilleux des monts et des eaux où se nichait quelque ermitage d’un sage vivant retiré, et que symbolisaient les roches escarpées et les vieux pins aux formes noueuses.

25Le Ruisseau du Pont Volant (Feiliangxi en chinois), avec ses abricotiers de Chine et ses cerisiers pleureurs, ses monts teintés de verts et de bleus et son « Pont Volant » enjambant le ruisseau limpide d’une gorge profonde, était une allégorie du site merveilleux de la Source aux fleurs de pêcher, comme le rappelle ces vers du poème Taohuaxi 桃花溪 (Le ruisseau aux fleurs de pêcher) :

隱隱飛橋隔野煙 Peu à peu un pont volant se distingue à travers la brume,
石磯西畔問漁船 à l’ouest d’un rocher, à une barque de pêcheur, je demande :
桃花盡日隨流水 « les fleurs de pêcher, tout au long du jour, s’écoulent au fil de l’eau,
洞在清溪何處邊 de quel côté de ce limpide ruisseau chercher [l’entrée de] la Grotte [aux fleurs de pêcher] ? »

26Dans ces vers, le poète de Zhang Xu 張旭 (675 ? – vers 750) fait écho à l’aventure du pêcheur entré par accident dans la Source aux fleurs de pêcher, la vallée merveilleuse chantée par Tao Yuanming 陶淵明 (365-427) dans le Taohua yuan ji 桃花源記 (Récit de la Source aux fleurs de pêcher). Le Pont Volant (飛橋 / 飛梁) et le ruisseau limpide (溪) annoncent ici l’entrée de quelque vallée cachée et paradisiaque. Très célèbre dans tout l’Extrême-Orient sinisé, le célèbre récit était ainsi évoqué à travers le dispositif scénique du jardin, où le décor du Pont Volant, le traitement des roches escarpées et le sol de quartz blanc symbolisaient l’arrivée dans la vallée perdue.

  • 23 Kan 涵 est une vaste étendue d’eau, mais le caractère signifie aussi la plongée dans l’eau, être s (...)
  • 24 Une inscription sur les peintures précise : « ce pavillon donne à l’est, au nord et à l’ouest sur l (...)

27L’allégorie se poursuivait au-delà du Ruisseau du Pont Volant en atteignant le Kankyotei 涵虛亭23, le « Pavillon de l’Immensité du Lac », une petite chaumière d’où l’on découvrait le panorama grandiose du lac Matsubara24. En chinois, hanxuting 涵虛亭 désignait le pavillon d’un ermite niché sur une cime surplombant l’abime d’un vaste paysage ; il était associé au taoïsme, avant de devenir une expression commune pour nommer un pavillon que l’on bâtit devant un vaste panorama. Appréciée par les lettrés, l’expression hanxu était devenue commune en poésie pour décrire un vaste paysage lacustre.

28Comme en témoignent de nombreux poèmes chinois, les expressions feiliangxi et hanxuting évoquaient un érémitisme pastoral, survenu le plus souvent après le retrait de la vie politique ; une image transposée ici dans le contexte du jardin Genkyūen, à l’heure où le seigneur Naonaka quittait ses fonctions officielles et venait s’y installer pour y finir ses jours.

29Le Pavillon de l’Immensité du Lac, ruiné par les ans, a aujourd’hui disparu, mais les documents permettent d’en reconstituer le plan : le pavillon était composé d’un niveau supérieur, jōdan 上段, de six tatamis de surface, et d’un niveau inférieur, gedan 下段, de cinq tatamis. Un espace central de la superficie d’un tatami était nommé niwa 庭 et désignait l’espace de terre battue de l’entrée. La disposition des tatamis était peu commune : toute en longueur, par paire de deux tatamis, le long d’une large ouverture sur le lac. Le niveau supérieur était adjoint d’un autel d’ornement. Côté jardin, le pavillon donnait sur un champ de théiers, un motif conventionnel des jardins seigneuriaux.

30À l’angle nord-est de l’étang, on avait aménagé un ponton en pierres de taille, dont les cinq marches permettaient monter ou de descendre des barques. Les peintures montrent un abri à bateau, ofune-goya 御船小屋, de cinq ken de long sur trois de large (environ 9 m × 5,45 m), à l’apparence d’une humble cabane de pêcheur couverte de joncs. Seules les marches du ponton ont été conservées dans le jardin actuel.

31À mi-parcours de la rive est de l’étang, un sentier menait au Kangetsuhō 鑑月峯, la « Cime du Miroir de la Lune », le point culminant des collines artificielles de cette partie du jardin. Aménagé en une sorte de mont aplati en son sommet, cette « cime » formait une petite clairière au milieu des arbres. Là, isolé du reste de la propriété par des bosquets touffus, il était possible de s’installer sous un grand pin et d’admirer, à la fraîcheur d’un soir d’automne, le lever de la pleine lune au-dessus des montagnes lointaines, dont le reflet devait miroiter sur le lac Matsubara. Au sud de cette éminence, un chemin redescendait à travers des collines miniatures et menait au Suimon 水門, la « Porte de l’Eau », une ouverture percée dans le mur d’enceinte, d’où l’on accédait à un débarcadère donnant sur le lac Matsubara.

  • 25 Bernard Frank, Le Panthéon bouddhique au Japon. Collections d’Émile Guimet, Paris, Collège de Fra (...)
  • 26 Un sanctuaire dédié à Benzaiten se retrouve dans d’innombrables point d’eau du pays, à proximité d’ (...)

32Après avoir passé la Porte de l’Eau, le cheminement remontait le flanc d’une autre colline, Kannon yama 観音山, le « Mont du bodhisattva Kannon », au sommet de laquelle avait été planté un « Bois des Bodhisattvas », Sattarin 薩埵林. Cette éminence abritait un pagodon de pierre (sekitō 石塔), dont la flèche (sōrin 相輪) demeurait visible au loin depuis les maisons de thé. À quelques mètres de là, s’élevait un sanctuaire où l’on vénérait Kannon 観音菩薩 (sansk. Avalokiteśvara), le Grand Compatissant25, et Benzaiten 辯才天 (sansk. Sarasvatī), la déesse du Talent et de l’Éloquence. Dispensatrice de la Fortune, Benzaiten est une déesse Musicienne, dont une des représentations la figure tenant un luth. Elle est aussi celle que l’on trouve au voisinage de l’eau, car son nom sanskrit Sarasvatī signifie « Riche en Étangs » et rappelle que la déesse était à l’origine la personnification d’une rivière divine26.

  • 27 Ces édifices ont aujourd’hui disparu, mais il en subsiste les pierres de socle dont le dessein rens (...)

33Les plans indiquent que le sanctuaire était composé d’un édifice des vénérés, honsha 本社, fermé sur trois de ses côtés et muni de portes sur le devant, auquel était adjoint un édifice pour les prières, haiden 拝殿. D’une superficie de quatre tatamis, l’édifice à prière était ouvert sur ses quatre faces et l’on accédait à son plancher par un escalier de neuf marches, ce qui témoigne d’un pilotis particulièrement haut. Une galerie couverte reliait les deux bâtiments et deux imposantes lanternes de bronze les ornaient de part et d’autre. La face sud du sanctuaire présentait un assemblage d’imposantes roches. Le chemin qui menait au sanctuaire, sandō 参道, montait depuis la face sud de la colline, comme le signalait un portique, torii 鳥居. Cet ouvrage d’art, mais aussi la présence d’un haiden et d’un honsha – un vocabulaire propre à l’architecture du Shintō –, témoignent ici de la fusion des rites du Bouddhisme avec ceux du Shintō27.

34La présence de Benzaiten s’explique par le fait que cette divinité, patronne de l’éloquence, de l’intelligence, de tous les arts, et en particulier ceux de la guerre, rassemblait toutes les qualités vénérables pour un membre de la famille Ii. En outre, ses origine aquatiques l’avait associée très tôt dans l’histoire à une ancienne divinité de la fécondité qui siégeait sur l’île Chikubu, chikubu-jima 竹生島, au nord du lac Biwa, une île bien visible depuis le donjon du château de Hikone. Confondue avec Uga no kami 宇賀神, l’esprit du talent et de l’habileté, Benzaiten était depuis l’époque ancienne un esprit hautement vénéré sur les terres de lacs et de marais du pays d’Ômi, comme le rappelle la légende du temple Hōgonji 宝厳寺 de l’île Chikubu :

  • 28 Kōshū est un ancien nom du pays d’Ōmi.
  • 29 Le temple Hōgonji et le sanctuaire Tsukubusuma jinja 都久夫須麻神社 (appelé communément Chikubu j (...)

En 724, la déesse solaire Amaterasu ōmikami serait apparue en rêve à l’empereur Shōmu et lui aurait déclaré : « Au milieu du lac, dans le pays de Kōshū28, se trouve une île. Comme cette île est la terre sacrée de la déesse Benzaiten, tu dois y bâtir un temple ; ce faisant, tu assureras la paix de la Nation, la richesse des récoltes, ainsi que l’abondance et les plaisirs de ton peuple ». Voilà comment l’empereur Shōmu a désigné le moine Gyōgi 行基 [668-749] pour qu’il fonde cette année-là, sur l’île, un temple dédié à Benzaiten29.

  • 30 Ōtani wa sei-dashi 大谷ハセイダシ [精出].

35Sur le flanc de la colline, le paysage sec (kare sansui 枯山水) d’un double torrent de montagne formait un décor en cascade s’écoulant jusqu’au lac, le long de la pile du grand pont, dit « Pont du Dragon Couché ». Des cailloux blancs symbolisaient le cours d’eau, que parsemaient des roches dressées, de rares végétaux et des fleurs nombreuses, et que surplombait un vieil abricotier. La pente abrupte de la chute dissimulait en son sommet le tracé d’un chemin qui, à l’arrière, conduisait jusqu’au pont. Les plans (nos 5 à 7) précisent que cette « grande vallée est déployée avec énergie ! »30. Aujourd’hui, si les traces de l’aménagement sont encore visibles, un seul tracé des deux cours d’eau a subsisté, et la pente, moins abrupte et moins longue que celle représentée sur les peintures, commence sa descente depuis le chemin conduisant au pont. Ces éléments montrent que l’ancien dispositif a été réduit en hauteur, sans doute lors d’un réaménagement des allées du jardin lorsque celui-ci est devenu un parc public.

  • 31 Shigemori Mirei, « Genkyūen teien 玄宮園庭園 » (Le jardin Genkyūen), dans Shigemori Mirei et Shige (...)

36En contrebas, sur l’étang, les deux arches successives du Ryūga-bashi 龍臥橋, le « Pont du Dragon Couché », évoquaient le dos ondulé de l’animal fantastique. Franchir le pont permettait de rejoindre la plus grande des îles de l’étang. Depuis cette île, un second pont, dit Takahashi 高橋, le « Haut pont », surplombait de plusieurs mètres les eaux du lac et atteignait la colline des maisons de thé. Pour le paysagiste Shigemori Mirei 重森三玲 (1896-1975), qui a réalisé en 1936 le premier relevé moderne du jardin, la richesse des assemblages de pierres dressées sur les berges (gogan ishi-gumi 護岸石組) et les plantations de pins, d’abricotiers, de cerisiers et des nombreux Cycas revoluta, montraient à n’en pas douter la scène d’une île paradisiaque31.

37Selon la liste des Dix Sites Pittoresques du Genkyūen conservée aux archives du musée du château de Hikone, le Pont du Dragon Couché était une représentation du Grand pont de Seta, Seta no ōhashi 勢田橋, le célèbre ouvrage d’art qui franchissait depuis l’époque ancienne la pointe méridionale du lac Biwa, à l’embouchure de la rivière Seta. Le Grand pont de Seta était l’un des plus célèbres ponts du Japon, avec une traversée de 250 mètres au-dessus de la rivière, sur la route qui reliait la capitale impériale Kyōto à la capitale shogunale Edo. À l’est du pont, se rejoignaient les deux routes Tōkaidō et Nakasendō, qui franchissaient en une seule voie la rivière et reliaient ainsi Kyōto. Les deux arches du Pont du Dragon Couché rappelaient la forme du Grand pont de Seta, dont elles étaient la transposition métaphorique (mitate 見立). D’une longueur de 9 ken de demi sur une largeur de 1  et 6 sun, l’arche la plus longue était protégée de rambardes, kōran 高欄, dont les montants faits d’un fût de bois étaient surmontés d’une tête de bronze en forme de gemme (hōju 宝珠), que l’on appelle giboshi 擬宝珠 (lit. « qui imite la gemme merveilleuse »). La plus courte des deux arches, d’une longueur de 3 ken et demi sur 1  et 3 sun de large, possédait une rambarde à poteaux et têtes carrés, un décor que l’on a reproduit sur le pont actuel. Les deux arches se rejoignaient en prenant appui sur un îlot central entièrement maçonné de pierres de taille, au pied duquel plusieurs roches escarpées émergeaient de la surface du lac. Sur le côté nord, vers le centre de l’étang, était planté un prunier, alors que sur la face sud s’accrochaient les racines d’un vieux pin.

  • 32 Le nom Sotetsu-jima est noté sur le relevé de Shigemori Mirei réalisé en 1936, bien que celui-ci (...)
  • 33 Les deux plans précisent les dimensions de l’île : 48 ken, d’est en ouest, et 13 ken, du sud au (...)

38Le Pont du Dragon Couché enjambait le plan d’eau pour rejoindre la plus vaste des îles du jardin : Sotetsu-jima 蘇鉄島, l’Île des Cycas32. Cette île avait été créée ou réaménagée à la fin du xviiie siècle, comme le suggère l’inscription shintō 新島, « île neuve », portée sur les plans no 5 et no 633. Toutefois, aucun de ces documents ne mentionne le nom d’Île des Cycas, bien que le plan no 6 indique la présence de deux collines plantées de cycas sur l’autre berge, au-delà du Haut pont. Les cycas de la grande île auraient donc été plantés ultérieurement, au début du xixe siècle, du temps de Naonaka.

  • 34 Les plus vieux spécimens de cycas, particulièrement majestueux, peuvent atteindre, à l’âge de cinqu (...)

39Le Haut Pont, qui permettait de rejoindre la maison de thé de la Terrasse du Phénix Volant, présente sur les peintures (nos 1 à 4) un décor semblable à celui du Ruisseau du Pont Volant, avec un pic rocheux et escarpé, que traverse un étroit sentier côtier coincé entre les roches et l’eau du lac. À cet endroit, le dessin des peintures magnifie l’aspect rocheux de l’île. Les branches d’un vieux pin et les longues feuilles de cycas forment une tonnelle au-dessus du chemin34. Un ponceau en bois, Koto-bashi 琴橋, ou « Pont-Cithare », dont la forme oblongue évoque celle de l’instrument de musique, donnait accès à l’île par le côté sud.

  • 35 Le riz ne semble cependant pas l’unique plantation réservée à cet espace, puisque la vue à vol d’oi (...)
  • 36 L’iris d’eau à floraison des quatre saisons, l’Iris laevigata var. kaempferi, se dit en japonai (...)
  • 37 Le terme ue-dame 栽溜, écrit communément de nos jours avec les caractères 植溜, désigne l’emplace (...)

40L’association de Benzaiten, divinité aquatique, avec l’esprit de la fécondité de l’île de Chikugu pourrait expliquer l’aménagement d’une rizière, denji 田地, au pied de la colline du Bois des Bodhisattvas. Le motif de rizière, une image de vie rurale en vogue dans les jardins seigneuriaux de la période, donnait lieu chaque année au printemps à la fête rituelle du repiquage du riz, au cours de laquelle on rendait culte aux divinités agraires afin d’invoquer leur clémence35. Du temps des seigneurs Ii, l’alimentation de l’étang et de la rizière se faisait par une source limpide, qui s’écoulait depuis un bassin-réservoir aménagé quelques mètres plus loin au sud-est du jardin. Une dérivation de la rivière Seri, Serikawa 芹川, à quelques kilomètres en amont du château, alimentait ce réservoir, mais aussi la chute d’eau de l’île centrale, les cours d’eau et les bassins des autres jardins du palais. Surnommé Kakitsubata numa 杜若沼, le Marais des Iris d’Eau – des iris « à floraison des quatre saisons », shiki-zaki 四季咲, comme le précise une note manuscrite portée sur l’un des documents36 –, le plan d’eau-réservoir était aménagé le long d’une grève de petits galets clairs, qui descendait en pente douce jusqu’au bassin, où une pierre plate et rectangulaire avait été placée pour s’approcher au plus près de l’eau. En face de la pierre, sur l’autre berge, deux collines artificielles étaient aménagées. Les documents (nos 1 à 4) portent l’inscription « nouveau paysage de montagne », ce qui témoigne d’un aménagement récent. Les « collines » – qui n’étaient que deux buttes de terre de quelques mètres de hauteur à peine – coupaient la vue sur le reste du jardin en formant un arrière-plan végétal au plan d’eau. La mention ue-dame 栽溜, « disposition temporaire des plantes », indique que l’on devait y planter des fleurs que l’on renouvelait tout au long d’une année37. Un cerisier et deux abricotiers de Chine, l’un rose et l’autre blanc, en décoraient la vue. Le plan d’eau était agrémenté d’un îlot central, composé de deux roches émergeant de la surface de l’eau et d’une triade de roches dressées. Un ensemble de pierres plus imposant fermait le côté nord-est, où un vieux pin et un abricotier à fleurs blanches complétaient le paysage.

41Les vues en perspective cavalière no 3 et no 4 mentionnent les noms des principaux arbres du jardin. Sur la colline du Bois des Bodhisattvas poussaient des abricotiers de Chine, auxquels se mêlaient quelques cerisiers du Japon. Là, s’élevaient deux « pins-nés-ensemble », aioi no matsu 相生松, un arbre à double tronc qui se distinguait par un tronc de pin rouge et un autre de pin noir. Si de rares exemples de pins-nés-ensemble existent à l’état naturel, la main de l’homme était sans doute à l’origine de cet étonnant résineux, par une greffe effectuée sur l’un des troncs. Non loin, en bordure de l’étang principal, s’épanouissait l’arbre le plus imposant du parc : un magnifique yamamomo 楊梅 (litt. « pêche de montagne »), un Myrica rubra (Lour.) Siebbold & Zucc., dit aussi « arbre des fraises chinoises ».

3. Du jardin au territoire : les perspectives du jardin et le paysage alentour

42L’île centrale du Rivage du Cri des Grues Cendrées constituait le point de mire de la principale vue depuis le Belvédère sur l’Étang. Ce paysage est mis en valeur sur toutes les peintures du jardin par un surdimensionnement de l’île. L’attraction visuelle exercée par l’île centrale, avec sa grande pierre dressée et sa chute d’eau, ne doit cependant pas occulter le rôle joué par un ensemble de marqueurs paysagers sur lesquels reposait le dispositif scénique du jardin. Parmi ceux-ci, le Ruisseau du Pont Volant, le Bois des Bodhisattvas ou le Pont du Dragon Couché étaient des éléments de paysage visibles depuis plusieurs points du jardin, dont ils constituaient aussi des repères visuels à découvrir au détour des promenades le long du plan d’eau.

43L’étude des plans montre cependant que d’autres éléments remarquables du paysage jouaient un rôle de borne visuelle. Ainsi en est-il des assemblages de roches dressées qui circonscrivaient le pourtour de l’étang, ou des côtes des îles secondaires, dont le traitement rappelait celui du Rivage du Cri des Grues Cendrées ou celui du Ruisseau du Pont Volant. De ce point de vue, l’ensemble du plan d’eau se présentait comme une image d’un monde idéal, que symbolisaient les escarpements de roches dressées et que parsemaient pins noueux, abricotiers et cerisiers.

  • 38 Le sanzon iwa-gumi (on dit aussi sanzon ishi-gumi 三尊石組, sanzonbutsu iwa 三尊仏岩, sanzon iwa(...)

44Parmi ces assemblages, d’imposantes pierres émergeaient de la surface de l’eau sur le côté nord du Pont du Dragon Couché. Ces pierres dessinaient un piton de côte rocheuse, auquel s’accrochait un pin, dont une des branches était étirée à la façon d’un nagashi matsu 流松. À l’arrière, une imposante triade de roches, sanzon iwa-gumi 三尊岩組38, marquait le point de mire de la scène paysagère. Vue depuis la maison de thé, celui-ci pointait en arrière-plan sur le sanctuaire dédié à Kannon et à Benzaiten. Comme sur l’île centrale, la floraison d’un cerisier et d’un abricotier égayaient cette composition de roches dressées.

  • 39 Le nom du sanctuaire s’écrit aussi avec la graphie 日吉神社.
  • 40 Selon une tradition conservée au Grand sanctuaire de Hiyoshi, Hiyoshi taisha 日吉大社, à Ōtsu, Ō (...)
  • 41 Appelé aussi communément Hiyoshi Sannō sha 日吉山王社, Hiyoshi Sannō Daigongen sha 日吉山王大権現社, Ko (...)
  • 42 Le sanctuaire se trouvait à l’origine à l’intérieur de l’enceinte du château d’Edo, mais lors du re (...)

45L’étude topographique du site montre en outre que l’axe de perspective partant de la maison de thé et passant par la grande roche dressée du centre de la triade, pointait au loin dans la direction du sanctuaire Hie jinja 日枝神社39, situé à un peu plus de quatre kilomètres à vol d’oiseau au milieu des monts et des forêts, dans la direction sud / sud-est. Est-ce là une coïncidence ou le fruit d’une intention délibérée des concepteurs ? Les sources ne permettent pas de trancher la question. Toutefois, la divinité vénérée au sanctuaire de Hie est Ōyama kui no kami 大山咋神, ce qui, dans le contexte de ce jardin seigneurial, mérite une attention particulière. Ōyama kui no kami, le « gardien [dévoreur / rugissant] de la grande montagne », est aussi appelé Yama sue no ōnushi no kami 山末之大主神, le Grand maître du bout de la montagne, ou Sannō 三王, le Roi des Monts40. Si l’archipel japonais compte un grand nombre de sanctuaires où l’on vénère Ōyama kui no kami, l’un des plus renommés pour la famille Ii était sans conteste le Hiyoshi Sannō sha 日吉山王社 d’Edo41, dressé le long de leur résidence principale (kamiyashiki), entre Akasaka 赤坂 et Sakurada-mon 桜田門42. Là, Sannō, le Roi des Monts, était vénéré comme divinité protectrice du château d’Edo et, plus particulièrement, des naissances de la descendance des Tokugawa (Tokugawa rekichō ubu no kami 徳川歴朝産神). La famille shogunale tenait ce sanctuaire en haute estime, et ses membres, ceux de la famille Ii et ceux des autres familles vassales des Tokugawa s’y rendaient pour invoquer les bienfaits d’Ōyama kui no kami. Ces éléments d’histoire laissent à penser que l’assemblage de pierres du bord de l’étang et l’axe de perspective qu’il instaurait depuis la maison de thé vers le sanctuaire de Hie ne pouvaient être fortuits.

46Une autre perspective du jardin, aujourd’hui elle aussi oubliée, jouait autrefois un rôle important dans le dispositif paysager. Quelques mètres plus au nord de la triade de roches, un paysage de presqu’île formait un premier plan en bordure de rivage. Cette presqu’île précédait une grève de sable, dénommée sur les anciens plans higashi hama 東濱, et une autre triade de roches l’encadrait en arrière-plan. Ici, ce sont des pins de petites dimensions qui s’accrochaient aux récifs de la presqu’île : les peintures nos 1 à 4 portent les inscriptions goyō-matsu, « pin à cinq aiguilles », et kakitsubata, « iris d’eau ». À l’arrière, un vieux pin, sous lequel il fallait passer pour suivre le chemin côtier, s’étirait sur le côté nord de la triade de roches, alors que la floraison d’un cerisier en égayait le côté sud.

47La roche protectrice, qui est toujours en place dans le jardin actuel, dessinait un axe de perspective qui, partant de la maison de thé, traversait la Cime du Miroir de la Lune, et pointait ainsi vers l’est sur le Mont Sawa (Sawayama 佐和山), jusqu’aux ruines de l’ancien château où la famille Ii victorieuse s’était installée en 1601 après la bataille de Sekigahara. Plus loin encore, à une dizaine de kilomètres de là, la perspective traversait un second Hie sha, avant d’atteindre les cimes du Mont Ryōzen, Ryōzenzan 霊仙山, qui s’élèvent à un peu plus de 1 000 mètres d’altitude.

  • 43 Les dimensions sont de 4 ken de long, sur 6 shaku et 7 sun de large.

48Au pied de la triade de roches, au milieu de la grève de sable, un petit débarcadère à bateaux (tsukefune 付船) avait été aménagé à l’aide d’une pierre plate qu’enserraient, de part et d’autre, deux roches dressées. Au nord de cet aménagement, le pont d’accès à l’île centrale prolongeait une avancée de la rive en forme de presqu’île, dont les piles étaient ornées elles aussi de roches dressées. Les plans du jardin portent la mention tsuchi-bashi, un « pont à tablier couvert de terre »43.

  • 44 Le document no 8, Genkyūen gaizu shūtō 玄宮園外図秋冬 (Plan des alentours du Genkyūen, scènes de l (...)
  • 45 Selon la boussole, la direction de l’est (usagi 卯) se trouvait dans l’alignement du sommet du M (...)

49Sur le plan no 6, une pastille dorée est collée au pied du Pont du Dragon Couché. La pastille porte l’inscription jishakujō 磁石場 : elle indique le centre topomantique du jardin, le point où l’on posait la boussole. Selon la topomancie sino-japonaise, la direction qui était néfaste en permanence et pour tout le monde, comme le rappelle Bernard Frank, parce que « fondamentalement mauvaise en soi », était le nord-est (ushi-tora 艮), connu sous l’appellation mythique de kimon, la Porte des Démons. La boussole placée sur le centre topomantique du jardin indique que la direction néfaste était successivement protégée par l’une des tourelles défensives de l’angle du mur d’enceinte, puis, à quelques kilomètres de là, au-delà du lac Matsubara, par le sanctuaire de la famille Ii, l’Ii jinja 井伊神社, bâti sur le Mont Sawa et, plus loin encore, par le Mont Ibuki 伊吹山, le point culminant de la région dont le sommet reste enneigé pendant les mois de l’hiver44. Quant à la direction dite « opposée à la porte des démons », ura kimon 裏鬼門, c’est-à-dire celle du sud-ouest (hitsuji-saru 坤), elle demeurait protégé par le donjon du château, dressé au sommet du Mont Hikone. Les documents montrent ainsi une protection conventionnelle du site45.

4. Le parc seigneurial : un parc des arts guerriers et de l’horticulture

  • 46 Le caractère retsu 埒 désigne à l’origine une levée de terre pour séparer deux territoires, un m (...)

50Les documents d’archives mettent en évidence trois autres éléments secondaires du parc représentatifs de l’aménagement d’un jardin seigneurial. Au sud / sud-ouest, là où un mur d’enceinte longeait la première douve du château, le mur et la douve avaient été dissimulés par une enfilade de collines artificielles, dite Junpuretsu 春風埒46, la « Levée de la Brise Printanière », plantée d’abricotiers de Chine dont la floraison égayait les fêtes du début du printemps. Là, sur l’allée cavalière, baba 馬場, qui la bordait, prenaient place les présentations de jeunes chevaux et les joutes de tir à l’arc monté à cheval, umayumi 騎射. Les plans no 5 et no 6 précisent les dimensions du champ de course : 3 ken de large sur 105 ken de long (soit environ 5,50 mètres sur 191 mètres). L’allée cavalière était ainsi plus longue d’un tiers de ce qu’il en subsiste de nos jours. Elle était bordée sur le côté sud d’une bande gazonnée, de deux shaku de large (60,60 cm), puis de la « trace des chevaux », sakuri サクリ (決り・刳り) ou uma-zakuri 馬決, l’étroit chemin qu’empruntaient les cavaliers pour le tir à l’arc monté. Ce chemin, qui mesurait 2 shaku et 5 sun de large (60,75 cm), était lui-même bordée d’une étroite levée de terre (dote 土手) d’une trentaine de centimètres de large.

  • 47 « Oshima no kenjo 御嶋の見所 », précisent les documents.

51La « trace des chevaux » longeait ainsi la levée de terre (rachi 埒) de la Brise Printanière où, au milieu des cerisiers et des abricotiers, on disposait la cible sur laquelle tiraient les archers lancés au galop. Sakuri désigne la trace laissée dans le sable par un premier cheval, trace qu’empruntent par la suite les autres chevaux. À l’occasion des concours, des tribunes étaient aménagées sur le côté sud de l’allée cavalière, au niveau du Pont-Cithare. Les plans les plus anciens montrent la présence de deux installations, l’une d’une longueur de 10 ken (18,12 mètres) et l’autre de 7 ken (12,72 mètres), avec au centre un siège d’honneur d’où l’on avait une vue en perspective sur le lac, jusqu’à l’île centrale47. Les peintures à vol d’oiseau représentent les trois toitures distinctes d’une tribune plus imposante, dite ouma mi-dokoro 御馬見所 (tribune pour voir les chevaux), une construction légère sans doute ajoutée du temps de Naonaka. Des stalles pour les chevaux étaient bâties au sud du mur d’enceinte, directement accessibles depuis l’extérieur du parc. Elles comprenaient cinq box à chevaux et deux édifices annexes pour les palefreniers, le matériel d’équitation et le stockage du foin. Un puits avait été creusé à proximité.

  • 48 La vue à vol d’oiseau no 1 indique une roche dressée en bout du chemin descendant de la maison de (...)

52L’examen des divers documents montre que le champ de course était aussi utilisé pour le seul tir à l’arc, sans monter à cheval. À l’extrémité ouest de la piste, certains documents portent la mention oya no niwa 御矢場, le « terrain de tir à l’arc », d’autres la mention azuchi 垜, la « butte de terre » où l’on posait la cible48.

53Le plan no 8, Matsubara shimoyashiki baba ezu, dépeint un aménagement différent du champ de course et de ses abords immédiats. Le document n’est pas daté, mais les contours de la pièce d’eau et ceux de l’île diffèrent des autres documents, ce qui laisse penser qu’ils seraient antérieurs aux plans de 1791 (Kansei 3), sur lesquels est dessinée l’île des Cycas qui venait alors d’être remodelée. D’après ce plan, l’allée cavalière était un peu moins large d’une cinquantaine de centimètres que ce qu’elle sera après 1791, puisqu’elle mesurait 2 ken, 4 shaku et 3 sun (pour 3 ken par la suite), soit environ 4,94 mètres. La « trace des chevaux », sakuri, utilisée à l’occasion des concours de tir à l’arc à cheval est inchangée. Le dessin montre l’extrémité courbée de la piste, sur le côté ouest, ce qui permettait aux chevaux de terminer leur course au ralenti et d’amorcer un demi-tour afin de s’en retourner à leur point de départ par l’allée centrale. Le champ de course était bordé sur son côté nord par des alignements de pins, plantés au milieu d’une pelouse et de quelques buissons d’azalées.

  • 49 On dit aussi kakari 懸 pour désigner le terrain de jeu.
  • 50 Le jeu consistait à réaliser le plus grand nombre de passes avec le pied, sans que la balle ne tomb (...)
  • 51 À la même époque, au château d’Edo, le terrain de jeu de balle au pied était ceint de quatre pins.

54Selon ce document, la pointe ouest de l’allée n’était pas utilisée pour le tir à l’arc, comme ce fut le cas dans les années qui suivirent : pas de butte de terre pour disposer les cibles, mais seulement par une haie vive, ike-gaki イケガキ [生垣]. Un terrain de jeu de balle au pied, omariba 御マリバ [御鞠場]49, était aménagé au pied de la Terrasse du Phénix Volant. Le jeu de balle au pied, kemari 蹴鞠 (on dit aussi mariashi 鞠足, « balle au pied ») est un jeu originaire de Chine, déjà mentionné au Japon dans le Nihonshoki (720). En vogue parmi les nobles de cour à l’époque de Heian, le jeu est diffusé parmi les guerriers à l’époque de Kamakura. Le kemari se jouait à huit participants, sur un terrain carré de 7 ken de côté (environ 12,72 m)50. Un arbre était planté à chacun des coins du terrain, le plus souvent un cerisier (sakura) au coin nord-est, un saule (yanagi) au coin sud-est, un érable (kaede) au coin sud-ouest et un pin (matsu) dans le coin nord-ouest. Chaque arbre, appelé shiki-boku 式木, représentait l’une des quatre saisons51. Le plan no 8 ne montre que trois arbres plantés : le pin au nord-ouest et le cerisier au nord-est, un arbre non identifié dans le coin sud-est, et aucun dans le coin sud-ouest.

  • 52 Le nom de la pierre, à cet emplacement, demeure obscur. S’agit-il ici d’une dénomination de l’île q (...)
  • 53 La prononciation commune de dōdan tsutsuji 満天星躑躅 est un jukujikun (dōdan se lit mantensei (...)

55Une terrasse rectangulaire était aménagée sur le côté sud de l’allée cavalière, où des tentes pouvaient être installées à l’occasion d’un concours hippique. De ce point de vue, il était possible d’apercevoir l’île centrale qui se trouvait en vis-à-vis, au-delà d’une bordure de pins que parsemaient une grande azalée, un camélia et un bosquet d’érables (kaede uekomi 楓植込), lui-même planté à son pied d’autres petites touffes d’azalées. Sur l’île, une imposante pierre couchée portait l’inscription Chōyōen 朝陽園, « Jardin du Soleil levant »52. Non loin, le chemin serpentait au milieu de pins, d’un bosquet d’érable, de deux abricotiers de Chine et d’un dōdan tsutsuji ドウダンツツジ, une « azalée [à fleurs en forme de] lanterne » (Enkianthus perulatus)53.

56L’extrémité est de l’allée cavalière présentait un aménagement fort différent de ce qu’il est devenu quelques années plus tard, du temps du seigneur Naonaka, puisqu’elle se terminait par un Petit Pavillon de Tir à l’Arc, oyumi koya 御弓小屋, et un terrain de tir avec sa butte de terre pour placer la cible. Le terrain était ceint d’une haie dense et bordé de bosquets d’azalées, d’un puits et de jeunes arbres : kaname カナメ (sans doute un Photinia, kanamemochi 要黐), tsubaki 椿 (camélia) et kashi (Quercus sp.), que prolongeaient deux longs supports rectangulaires pour présenter des fleurs (hanadan 花ダン [花檀

57]). Au nord du pavillon, une haie délimitait le jardin d’une maison de thé (ochaya), à laquelle on accédait par un pas japonais en traversant une porte médiane, chūmon 中門. Des pins, dont l’un était orné de buissons d’azalées, s’élevaient au milieu de l’espace dégagé du jardin. De la maison de thé, il était possible d’admirer les performances des archers, tout en se reposant à l’ombre d’un auvent. Sur le côté est du pavillon, le jardin était planté d’un pin, de trois camélias et aménagé d’un troisième support pour présenter des fleurs.

58Un vaste verger d’abricotiers de Chine, baien, occupait l’extrémité est du jardin. Il était planté sur un terrain clos, divisé en cinq parcelles, d’une superficie d’à peu près mille mètres carrés. L’abricotier de Chine est un arbre non pas recherché pour ses fruits, mais apprécié pour ses fleurs, les premières à éclore à la fin de l’hiver alors que la neige est encore présente. Dans le jardin seigneurial fleurissaient une cinquantaine de vieux arbres, dont les couleurs s’étalaient du blanc au rose foncé. Un puits avait été creusé le long de l’allée, sur la première parcelle en montant vers le nord.

59Une clôture en bois délimitait le pourtour du verger et le séparait d’une cour de graviers ceinte de plates-bandes. Les documents distinguent une « plate-bande pour grands chrysanthèmes », daikiku kadan 大菊花壇, et une autre « pour chrysanthèmes de taille moyenne », chū-giku kadan 中菊花壇. Le terme kadan mentionné sur les divers documents désigne un support ou un bac pour disposer les fleurs, mais les illustrations dépeignent ici sans ambiguïté des plates-bandes de terre meuble. Le coin sud-est de la cour était planté d’un shihōchiku 四方竹 (Chimonobambusa quadrangularis), un bambou dit quadrangularis (shihō en japonais) en raison de la partie centrale de son chaume naturellement de section carrée. Plante d’une grande taille de 2 à 7 mètres de hauteur, le shihōchiku supporte bien la plantation en pot, ce qui était vraisemblablement le cas dans ce jardin, sous la forme d’un bac enterré.

  • 54 Les plans du xviiie siècle ne présentent pas le pivotement d’un quart de tour du pavillon, celu (...)

60Au centre de la cour, une « maison de thé au milieu des champs cultivés », hatake no naka chaya 畑中茶屋, évoquait l’image bucolique d’une cabane champêtre. Alors que le dispositif de la cour rectangulaire était marqué par la symétrie des plates-bandes disposées de part et d’autre de l’allée centrale du verger, le frêle édifice était implanté asymétriquement, sur le côté ouest de l’axe central et en diagonale par rapport au rectangle de la cour54. Au nord-ouest de ce pavillon, un bosquet d’arbustes et un abricotier de Chine délimitaient un espace propre à la maison de thé, tout en dissimulant une partie du verger afin d’en enrichir la perspective. Bien que de dimension réduite (quatre tatamis et demi de surface, sans coursive), le pavillon était surmonté d’une toiture noble à pignons coupés et couverte d’un bardeau d’écorce de cyprès, hiwada-buki 檜皮葺, que prolongeaient de larges auvents faits d’écorce ou de jonc. La couleur verte des poteaux de soutènement des auvents suggère la présence de bambous fraîchement coupés. L’édifice reposait sur un socle de pierres de taille, soseki 礎石, sur lequel venait la sablière basse, ashigata nuki 足固貫, et la traverse dormante, shikii 敷居, où coulissaient les cadres de bois tendus de papier, akari shōji 明障子. L’entrée se faisait du côté de l’allée cavalière, par une pierre de seuil. Côté cour, une imposante vasque à eau était disposée le long de l’édifice.

61Au sud de l’allée cavalière, une collection d’une dizaine d’arbres nanifiés en bassins était exposée sur un présentoir en bois, couvert d’une toiture de chaume. Les documents portent l’inscription Ohachi no ki oki-dokoro 御鉢木置所, « étagère des arbres en bol ». Ouvert sur sa face sud afin de recevoir la lumière du soleil, le présentoir était fermé sur sa face nord par un long pan de toiture, afin de protéger les plantes du vent du Nord. Les arbres nains, principalement des arbres à fleurs, étaient de grande taille – plus d’un mètre de haut –, si l’on s’en tient aux proportions du dessein du présentoir et de celui de la maison de thé.

62Sur le côté des arbres nanifiés, une réserve de plantes, sairyū 栽溜, composée de sept plates-bandes, permettait de cultiver les fleurs et autres végétaux du jardin. On accédait à cet espace clos par une petite porte percée dans une clôture en bois. L’une des extrémités de la parcelle était bordée d’une tonnelle où poussait une plante grimpante à fleurs blanches, au-delà de laquelle s’élevait un petit sanctuaire, l’Ikumei jinja 薁明神社.

63Malgré une superficie de trois hectares seulement, le jardin de la résidence secondaire du château de Hikone présentait tous les caractères d’un grand parc seigneurial de l’époque : un dispositif organisé autour d’un plan d’eau et de plusieurs îles, où s’entremêlait un réseau de sentiers, dont la trace devenait un pas japonais dès lors qu’il fallait gravir des collines artificielles ou accéder à un pavillon de thé. Des kiosques, des belvédères, des maisons de thé et des petits temples jalonnaient ces parcours. Contrairement aux jardins de l’ancienne aristocratie de Kyōto, dont l’art de la composition avait privilégié un point de vue central depuis la galerie sud du corps de logis, le jardin promenade de la période prémoderne mettait en perspective un ensemble de paysages artificiels reproduits dans le jardin, que l’on découvrait au détour du chemin. Ces vues paysagères entraient parfois en relation avec les paysages naturels du territoire alentour, embrassé du regard depuis le sommet d’une colline artificielle ou depuis le kiosque d’une terrasse aménagée à cet effet. Dans cette forme de composition paysagère, des éléments remarquables du jardin étaient souvent mêlés à un panorama naturel d’arrière-plan, comme une montagne ou le lac. Le jeu d’échelle demeurait alors l’un des ressorts du dynamisme de ces artefacts. Alors que les scènes proches reconstituées artificiellement dans le jardin évoquaient parfois des sites lointains de la Chine ou du Japon, à l’inverse, le cadre naturel des emprunts d’arrière-plan (shakkei 借景) liaient la beauté des scènes reproduites en miniature dans le jardin au spectacle grandiose d’une territorialité locale, chargée d’histoire et de légendes.

  • 55 Le jardin des appartements privés a fait l’objet d’une partie de la conférence au cours de l’année (...)

64À la lecture de cette description, il serait toutefois une erreur de penser que l’art de la composition des jardins seigneuriaux de l’époque d’Edo ne se limitait qu’aux exemples grandioses des parcs-promenades. Le jardin clos, à contempler depuis le point unique de la galerie d’un édifice, demeurait à cette époque l’aménagement usuel des abords immédiats d’un pavillon d’habitation. En témoignent d’autres jardins du château de Hikone, comme celui des appartements privés de la résidence principale, ou le Rakurakuen du Salon du Fond du Palais de Zelkova, auxquels ont été consacrées les conférences des années précédentes55.

Haut de page

Notes

1 Ce que rappellent les différents sens du caractère gen 玄 : « le ciel, la couleur azurée du ciel » / « lointain, éloigné » / « caché, retiré » / « paisible, calme » / « subtil, mystérieux, merveilleux » / « l’esprit des contrée septentrionales » – un sens que l’on retrouve dans l’expression genkyo (ch. xuanju) 玄居, l’habitation isolée d’un ermite. Daikanwa jiten 大漢和辞典 (Grand dictionnaire sino-japonais), t. 7, Tōkyō, Taishūkan, 1958, p. 765.

2 Les références sont celles des archives du château de Hikone.

3 La légende de ce document précise : 489 ken et 1 shaku [environ 889,40 m] ; 8 chō, 9 ken et 1 shaku [environ 840,40 m] ; 9 830 tsubo et 8 bu [environ 32 498,65 m2]. Date de réalisation : 4e lune de la 3e année métal-sanglier de l’ère Kansei (1791). Signature de l’administrateur en chef des jardins (oniwa bugyō 御庭奉行) : Takei Ryūnoshin 武居龍之進. Dessinateurs (e-dakumi 画工) : Okada Sakusaemon 岡田作左衛門 du groupe d’Ōkubo Fujisuke 大久保藤助, exécutant (oezu yaku 御画図役) ; Takeuchi Magosaemon 竹内孫左衛門 du groupe de Yagihara Tarōsaemon 八木原太郎左衛門, en charge de la partie sud [du jardin].

4 L’abricotier de Chine (ou abricotier du Japon) est un arbre originaire de Chine, communément traduit en littérature française par « prunier ». D’une hauteur de 1 à 4 mètres, ce Prunus mume est divisé en deux groupes de cultivars : ornementaux ou à fruits, dont chacun a donné une grande variété de plantes, très présentent dans les jardins de l’Asie orientale. Voir Francine Fèvre et Georges Métailié, Dictionnaire Ricci des plantes de Chine, Paris, Éditions du Cerf, 2005, p. 314. Ce sont les cultivars ornementaux que l’on trouve largement représentés dans les jardins du Japon, en raison de la beauté de leur floraison précoce.

5 <En témoignent plusieurs œuvres majeures, comme un paravent des Huit vues d’Ōmi, de Kusumi Morikage 久隅守景 (xviie siècle, collection particulière), ou les peintures murales aujourd’hui disparues du château d’Edo, mais dont le Musée national de Tōkyō conserve les esquisses. Voir Shiga kenritsu kindai bijutsukan 滋賀県立近代美術館 (éd.), Ōmi hakkei – kokoku fūkeiga no seiritsu to tenkai 近江八景 – 湖国風景画の成立と展開 (Les Huit paysages d’Ōmi – Formation et développement de la peinture du paysage d’Ōmi), Kyōto, Kyōto shinbunsha, 1988, 174 pages.

6 L’étude des Huit vues d’Ōmi seront présentées à la conférence de l’année 2021-2022.

7 Kairyō 海量, Ōkeishū 桜溪集 (Recueil [des poèmes] du vallon des cerisiers), cité dans Hikone shiyakusho 彦根市役所 (éd.), Hikone-shi shi 彦根市史 (Histoire de la Ville de Hikone), t. 2 , Hikone, 1962, p. 642 ; repris dans Hikone-shi kyōiki iinkai bunkazaibu 彦根市教育委員会文化財部 (éd.), Hikone-jō 彦根城 (Le château de Hikone), Hikone, Hikone-shi kyōiki iinkai bunkazaibu bunkazaika, 2014, p. 78.

8 Les informations notées entre parenthèses sont inscrites sur une calligraphie non datée, conservée aux archives du château de Hikone.

9 Les collections des seigneurs Ii conservent une peinture de Kanō Motonobu 狩野元信 (1476-1569) du paysage merveilleux de la légende d’Urashima 浦島, qui montre un îlot rocheux couvert de vieux pins et émergeant au milieu d’une mer ceinte d’une cime montagneuse, dont le dessin des plantations luxuriantes et des roches bleutées ne diffère guère de celui de l’île principale du jardin.

10 Shigemori Kanto 重森完途, « Meien kaisetsu 名園解説 (Commentaires sur les jardins) », dans Ōga Tetsuo 相賀徹夫 (éd.), Tanbō nihon no niwa 8 - Ōmi 探訪日本の庭 8-近江 (Chroniques des jardins du Japon, volume 8, Ōmi), Tōkyō, Shōgakukan,1989, p. 152.

11 « Alors l’empereur édifia le palais du Jianzhang. Ses dimensions en étaient telles qu’il s’y trouvait mille portes extérieures et dix mille petites portes intérieures ; l’édifice d’entrée dépassait en hauteur le palais Weiyang. (…) Au nord, l’empereur fit creuser un grand plan d’eau au milieu duquel s’élevait la Terrasse baignée d’eau, haute de plus de vingt zhang, que l’on nomma Taiyi. Au milieu de l’étang émergeaient les îles Penglai, Fangzhang, Yingzhou et Huliang, imitations de ce qu’il y a dans la mer, montagnes merveilleuses et tortues marines ». Sima Qian, Shiji 史記 (Mémoires historiques), Fengchanshu 封禅書 ; voir Tanaka Tan, « Early style of chinese gardens and ancient gardens in Japan », dans Nara National Research institute for Cultural Affairs (éd.), Paradise and Gardens in Eastern Asia. Final report of the expert meeting on paradise and gardens in Eastern Asia, Nara, Nara National Research institute for Cultural Affairs, Agency for Cultural Affairs, 2009, p. 50-60.

12 De nos jours, le pont à tableau couvert de terre a été remplacé par un pont en bois et les plantations d’arbres à fleurs ont disparu, au profit d’un unique vieux pin nanifié.

13 « Renchi kakei 蓮池夏景 » (Étang aux Lotus, paysage d’été). La représentation du Paradis du Bouddha Amida de la Terre Pure de l’Ouest (Amida senbō gokuraku jōdo 阿弥陀懺法極楽浄土) est un thème paysager mis en œuvre dans les jardins dès la fin de l’époque de Heian (794-1185), inspiré des peintures du Paradis de la Terre Pure qui figurent un palais sur pilotis au-dessus de l’Étang aux Lotus. Pour les adeptes de l’amidisme, l’homme pouvait s’en remettre totalement à son dieu et psalmodier son nom afin d’obtenir le salut à l’heure de sa mort. D’après ces conceptions, le Bouddha Amida, accompagné d’une cohorte de bodhisattvas, allait ainsi à la rencontre de son âme, que l’on déposait dans une fleur de lotus, laquelle se refermait alors en bouton. De retour au Paradis de la Terre Pure, situé à l’Ouest du monde, le bouton de fleur était déposé dans l’Étang aux Sept Trésors, dont les eaux émanaient d’un alliage d’or, d’argent, de béryl, de cristal, de nacre, de corail et d’agate. La fleur pouvait éclore à nouveau et l’âme du défunt renaître ainsi au Paradis. Dans les jardins du Japon moderne, l’étang aux Lotus est devenu une image stéréotypée du Paradis de la Terre Pure de l’Ouest.

14 Sur les ipomées, voir Sophie Le Berre, La grande vogue de l’ipomée à l’époque d’Edo, mémoire de master, Paris, Inalco, 2015, 120 pages et 44 ill.

15 Les fleurs poussant sur les troncs d’arbres du jardin de Hikone n’ont pas été identifiées avec certitude ; elle pourraient être celles du bukuryō 茯苓 (Poria cocos [Schw.] Wolf) ou celles du nōzen kazura 凌霄花 (Campsis grandiflora), la bignone.

16 L’arbre appartenant à la famille des Pinacées et au genre Pinus, originaire du Japon. Il appartient au groupe des pins blancs.

17 Nicolas Fiévé, « Le château des seigneurs Ii du fief de Hikone, ses palais et ses jardins à l’époque d’Edo. Troisième partie : le palais de Zelkova », Annuaire. Résumes des conférences et travaux, 152e année, 2019-2020, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2021, p. 488.

18 Ibid., p. 490.

19 Traduction de Gaston Renondeau, Contes d’Ise, Paris, Gallimard, 1969 (Connaissance de l’Orient), p. 28.

20 Uehara Keiji 上原啓二 (éd.), Iwagumi sono.u yaegaki-den 石組園生八重垣傳 (Enseignement sur les assemblages de pierres, les jardins et les huit épaisseurs de haies), vol. 3, Kajima shoten, 1969 (Zōen kosho sōsho), p. 35.

21 De mikan 蜜柑, la mandarine, dont la graphie commune s’écrit avec le caractère « 蜜 » plutôt que « 密 », comme indiqué sur le document.

22 Le caractère kei 溪 désigne le torrent ou le ruisseau qui coule entre deux montagnes aux parois abruptes et, par extension, le ravin qui l’enserre, comme le rappelle l’une de ses autres graphies, 谿.

23 Kan 涵 est une vaste étendue d’eau, mais le caractère signifie aussi la plongée dans l’eau, être submergé par l’eau qui englobe tout. Associé à kyo 虛, le vide, l’espace dégagé du ciel, le composé kankyo 涵虛 prend le sens d’une immersion dans le vide, qui permet d’englober l’immensité de l’eau du lac et du ciel.

24 Une inscription sur les peintures précise : « ce pavillon donne à l’est, au nord et à l’ouest sur l’ensemble du paysage lointaines montagnes et de l’étendue du lac ! »

25 Bernard Frank, Le Panthéon bouddhique au Japon. Collections d’Émile Guimet, Paris, Collège de France, 2017 (Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises), p. 117-135.

26 Un sanctuaire dédié à Benzaiten se retrouve dans d’innombrables point d’eau du pays, à proximité d’une source, d’un étang ou d’un îlot, comme le montrent les exemples bâtis sur une île, à Enoshima 江ノ島, à Itsukushima 厳島, au Kinkazan 金華山, ou encore sur l’étang Shinobazu 不忍池 à Ueno. Ibid., p. 224-225.

27 Ces édifices ont aujourd’hui disparu, mais il en subsiste les pierres de socle dont le dessein renseigne avec précision les emplacements et les dimensions de ces architectures.

28 Kōshū est un ancien nom du pays d’Ōmi.

29 Le temple Hōgonji et le sanctuaire Tsukubusuma jinja 都久夫須麻神社 (appelé communément Chikubu jinja 竹生神社) partagèrent les rites communs du culte de la divinité jusqu’à la séparation des bouddhas et des kami de l’ère Meiji.

30 Ōtani wa sei-dashi 大谷ハセイダシ [精出].

31 Shigemori Mirei, « Genkyūen teien 玄宮園庭園 » (Le jardin Genkyūen), dans Shigemori Mirei et Shigemori Kanto 重森完途 (dir.), Nihon teienshi taikei 8 Momoyama no niwa 1 日本庭園史大系, t. 8, 桃山の庭 vol. 1 (Grande collection sur l’histoire des jardins du Japon, t. 8, Jardins de l’époque Momoyama, vol. 1, Tōkyō, Shakai shisōsha, 1971, p. 93).

32 Le nom Sotetsu-jima est noté sur le relevé de Shigemori Mirei réalisé en 1936, bien que celui-ci indique que les cycas foisonnants de l’époque d’Edo avaient déjà été remplacés par des pins.

33 Les deux plans précisent les dimensions de l’île : 48 ken, d’est en ouest, et 13 ken, du sud au nord.

34 Les plus vieux spécimens de cycas, particulièrement majestueux, peuvent atteindre, à l’âge de cinquante ans, sept mètres de haut, avec des feuilles pennées de 70 à 200 cm de long sur 20 à 25 cm de large.

35 Le riz ne semble cependant pas l’unique plantation réservée à cet espace, puisque la vue à vol d’oiseau montée en rouleau dépeint une installation dans des bacs de plantations à la floraison couleur vermillon. Disparus depuis l’ère Meiji, le cours d’eau d’alimentation de l’étang et la rizière ont été réaménagés et remis en eau au cours des années 2010.

36 L’iris d’eau à floraison des quatre saisons, l’Iris laevigata var. kaempferi, se dit en japonais moderne shiki-zaki kakitsubata 四季咲燕子花.

37 Le terme ue-dame 栽溜, écrit communément de nos jours avec les caractères 植溜, désigne l’emplacement transitoire où l’horticulteur met en terre provisoirement des végétaux (arbres, arbustes, plantes ornementales) destinées à être déplacés pour les planter ailleurs ou pour les vendre.

38 Le sanzon iwa-gumi (on dit aussi sanzon ishi-gumi 三尊石組, sanzonbutsu iwa 三尊仏岩, sanzon iwa 三尊岩, sanzonseki 三尊石組) est un assemblage de pierre déjà répertorié au xie siècle, dans le Sakuteiki 作庭記 (Récit sur la composition des jardins), sous le nom de Sanzonbutsu no iwa 三尊仏の石. Il symbolise une triade de divinités bouddhiques. Parmi les exemples les plus représentées dans un jardin, on trouve la triade d’Amitâbha, le sauveur de la Terre pure (Amida sanzon 阿弥陀三尊), celle de Śâkyamuni, le bouddha fondateur (Shaka sanzon 釈迦三尊), mais aussi celle de Bhaiṣajyaguru (Yakushi sanzon 薬師三尊) ou celle du Roi Science Acala (Fudō sanzon 不動三尊), l’une ou l’autre triade choisie selon l’obédience religieuse. Devenu un élément fondateur des assemblages de pierres, la triade bouddhique s’est néanmoins muée dans les jardins de familles ne vénérant que les kami, en un sanshinseki 三神石, un assemblage de « roches des trois divinités ». D’un point de vue formel, la composition paysagère est la même, qu’il s’agisse de la triade d’un être d’éveil, d’un roi de science ou d’un esprit de la nature. Si la triade bouddhique est le modèle originel – avec une roche principale dressée au centre, entourée de deux pierres secondaires de plus petites dimensions –, l’expression sanzon iwa-gumi en est venu à désigner tout assemblage de pierres particulièrement remarquable, visible de loin et disposé comme point de vue d’une perspective du jardin. Comme le souligne Uehara Keiji, le nombre des pierres mises en œuvre dans cette composition n’est même pas strictement limité à trois : parfois une seule pierre, voire deux peuvent composer ce que l’on nomme un sanzonseki, se confondant alors avec le shugoseki 守護石, la grande « roche protectrice » dressée de l’aménagement d’un jardin. Voir Uehara Keiji 上原敬二, Zōen jiten 造園辞典 (Dictionnaire de l’aménagement paysager), Tōkyō, Kajima shobō, 1971, p. 111. En introduction au chapitre qu’il consacre aux roches de jardin dans l’Iwagumi sono.u yaegaki-den, Akisato Ritō évoque le sens primordial d’une pierre dressée dans laquelle se manifeste l’esprit d’un récif marin. Il souligne ainsi le caractère divin de tout îlot rocheux et le lien intrinsèque qu’il entretient avec le paysage maritime. Akisato compose sur ce thème un poème, intitulé Ishi-gumi no kokoro wo 石組のこころを (De l’essence d’un assemblage de roches) :

苔むすぶ Koke musubu Revêtue de mousse,
そのふの石の sonofu no ishi no l’esprit d’un récif marin
いそのかみ iso no kami se manifeste dans la roche du jardin.
ふりし神代を furishi kamiyo wo Ainsi en est-il,
その侭して sono mama ni shite depuis la nuit des temps !
Uehara Keiji, 1969, p. 42.

39 Le nom du sanctuaire s’écrit aussi avec la graphie 日吉神社.

40 Selon une tradition conservée au Grand sanctuaire de Hiyoshi, Hiyoshi taisha 日吉大社, à Ōtsu, Ōyama kui no kami est descendu progressivement de la montagne jusqu’aux abords du lac Biwa, où il a été depuis lors vénéré, au lieu-dit de Sakamoto 坂本 au pied du mont Hiei 比叡山, là où se dresse l’actuel Grand sanctuaire de Hiyoshi. D’après la tradition rapportée par le Matsuo taisha 松尾大社, de Kyōto – un autre Grand sanctuaire où l’on vénère Ōyama kui no kami –, le mot kui évoque la présence de l’eau et plus précisément la source qui fut à l’origine du sanctuaire, parce que la divinité venait y « étancher » (kui) sa soif.

41 Appelé aussi communément Hiyoshi Sannō sha 日吉山王社, Hiyoshi Sannō Daigongen sha 日吉山王大権現社, Kojimachi Sannō 麹町山王, ou simplement Sannō sha 山王社.

42 Le sanctuaire se trouvait à l’origine à l’intérieur de l’enceinte du château d’Edo, mais lors du remodelage de ce château du temps du shogun Hidetada, il fut déplacé à l’extérieur (près de l’actuel théâtre national), dans le quartier Haya-chō, où fut consacré un nouveau sanctuaire connu sous le nom de Moto Sannō. En 1657, celui-ci disparut à son tour dans un vaste incendie. Le shogun Ietsuna le fit alors rebâtir sur le domaine de Matsudaira Tadafusa, qui donnait sur l’étang Tameike, le long de la propriété des Ii, où il est resté depuis lors.

43 Les dimensions sont de 4 ken de long, sur 6 shaku et 7 sun de large.

44 Le document no 8, Genkyūen gaizu shūtō 玄宮園外図秋冬 (Plan des alentours du Genkyūen, scènes de l’automne et de l’hiver), dépeint en arrière-plan le sommet enneigé du Mont Ibuki et porte l’inscription suivante : « Le Mont Ibuki, où l’on se transporte depuis le Belvédère sur l’Étang et la Terrasse du Phénix Volant » (Ibuki yama Rinchikaku Hōshōdai ni utsuru 伊吹山臨池閣鳳翔臺ニ移ル).

45 Selon la boussole, la direction de l’est (usagi 卯) se trouvait dans l’alignement du sommet du Mont Ryōsen, et, au loin, dans celui du Mont Fuji 富士山.

46 Le caractère retsu 埒 désigne à l’origine une levée de terre pour séparer deux territoires, un mur peu élevé ou une petite digue pour retenir l’eau d’une source.

47 « Oshima no kenjo 御嶋の見所 », précisent les documents.

48 La vue à vol d’oiseau no 1 indique une roche dressée en bout du chemin descendant de la maison de thé avec l’inscription kakureya niwaishi 隠矢場石, « roche de la flèche cachée », ce qui annonçait que l’on arrivait sur un champ de tir et qu’il fallait prendre garde aux flèches cachées.

49 On dit aussi kakari 懸 pour désigner le terrain de jeu.

50 Le jeu consistait à réaliser le plus grand nombre de passes avec le pied, sans que la balle ne tombe au sol. Les points étaient comptés à partir de la cinquantième passe et l’élégance était prise en compte pour déterminer le vainqueur. Une estampe de Yōshū Chikanobu 楊洲周延 (1838-1912), datée de 1897 (Meiji 30) et intitulée Chiyoda no on.omote kemari 千代田之御表 蹴鞠 (Palais de Chiyoda – le jeu de balle au pied), dépeint une partie de balle au pied de trois jeunes nobles, sous un cerisier et un saule, alors que des guerriers assis suivent la partie avec attention.

51 À la même époque, au château d’Edo, le terrain de jeu de balle au pied était ceint de quatre pins.

52 Le nom de la pierre, à cet emplacement, demeure obscur. S’agit-il ici d’une dénomination de l’île qui, peut-être était illuminée au matin par le premier rayon de soleil ?

53 La prononciation commune de dōdan tsutsuji 満天星躑躅 est un jukujikun (dōdan se lit mantensei en lecture sino-japonaise), dont la prononciation (dōdan) dériverait de tōdai 灯台, « la lanterne ».

54 Les plans du xviiie siècle ne présentent pas le pivotement d’un quart de tour du pavillon, celui-ci étant disposé parallèlement aux côtés du rectangle de la cour.

55 Le jardin des appartements privés a fait l’objet d’une partie de la conférence au cours de l’année 2019-2020. Voir « Le château des seigneurs Ii de Hikone, ses palais et ses jardins à l’époque d’Edo. Deuxième partie : l’organisation spatiale du palais seigneurial », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 151e année, 2018-2019, Paris, EPHE, PSL, SHP, 2020, p. 482-500. Le jardin Rakurakuen du palais de Zelkova a été étudié au cours de l’année académique 2020-2021. Voir « Le château des seigneurs Ii du fief de Hikone, ses palais et ses jardins à l’époque d’Edo. Troisième partie : le palais de Zelkova », p. 482-500.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Fiévé, « Histoire de l'architecture et des jardins du Japon »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 498-519.

Référence électronique

Nicolas Fiévé, « Histoire de l'architecture et des jardins du Japon »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5733

Haut de page

Auteur

Nicolas Fiévé

Directeur d'études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search