Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesÉpigraphie latine du monde romain

Résumés des conférences

Épigraphie latine du monde romain

François Bérard
p. 189-199

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Le dossier épigraphique de la presqu’île lyonnaise, en particulier du sanctuaire des Trois Gaules (suite). — II. Inscriptions concernant l’administration de l’empire romain et le monde des cités.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Le dossier épigraphique de la presqu’île lyonnaise, en particulier du sanctuaire des Trois Gaules

1Grâce aux moyens de la visio-conférence, on a pu reprendre l’étude des inscriptions du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, interrompue prématurément par l’épidémie en mars 2020. On avait eu le temps d’étudier avant le confinement le grand monument en hémicycle de Ti. Eppius Bellicus, découvert en place à proximité de la place des Terreaux (CIL, XIII, 1692 = Allmer et Dissard, II, 133) et quelques blocs inscrits découverts en remploi dans le quartier voisin de Saint-Pierre, mais qui appartenaient eux aussi à des ensembles familiaux, comme celui du jeune décemvir stlitibus iudicandis C. Iulius Taurus (CIL, XIII, 1682 = AD, I, 19), et ceux de plusieurs prêtres fédéraux, le Tricasse C. Catullius Deciminus (CIL, XIII, 1691 = AD, II, 116), le Ségusiave C. Ulatt[ius ---] (CIL, XIII, 1712 = AD, II, 111) ou l’anonyme sénon CIL, XIII, 1684 = AD, II, 130.

2On a poursuivi l’inventaire de ces monuments familiaux avec le bloc du Nervien L. Osidius [---] Quieti filius (CIL, XIII, 1702), qui, comme ceux d’Eppius Bellicus, de Catullius Deciminus et de l’anonyme sénon, présente une disposition en deux colonnes. Comme celles de C. Iulius Taurus et du Ségusiave Maglius Priscianus (CIL, XIII, 1701 = AD, II, 102), son inscription appartenait à l’extrémité droite du monument, avec à la dernière ligne la fin de la dédicace des [tres prouinciae G]alliae. Mais cela pose problème, puisqu’à la différence des deux précédents, qui étaient des parents, ce Nervien était lui-même prêtre fédéral : il faut donc envisager que le prêtre honoré à sa sortie de charge n’ait pas toujours été placé à gauche du monument, comme c’est le cas pour C. Catullius Deciminus et C. Ulatt[ius ---], à moins de supposer que le Nervien n’était pas le prêtre sortant de charge ou qu’il y avait avant lui un autre prêtre de dignité plus élevée, par exemple un père ou un grand-père. La perte de la pierre, qui n’est connue que par la gravure qu’en donne A. de Boissieu, ne permet pas de vérifier le texte, ni de déterminer la parenté de ce second dédicataire avec le prêtre. Une autre originalité est qu’elle n’a pas été découverte à proximité des Terreaux, mais beaucoup plus au sud, dans le quartier d’Ainay, où elle semble avoir été remployée dans un mur médiéval qui appartenait peut-être à l’ancien couvent Saint-Michel. Mais cela n’empêche pas que, comme l’inscription du Carnute Ti. Iu[lius ---] découverte dans le même mur (CIL, XIII, 1672), elle ait appartenu à un monument situé dans le sanctuaire, dont les pierres ont été réutilisées pour des constructions assez éloignées, comme par exemple les piles du pont de la Guillotière, sur le Rhône (ILTG, 221 et 223).

3Un document encore plus délicat est un bloc trouvé dans une maison de la place des Terreaux, brisé à gauche et en bas, mais qui a conservé la fin de 10 lignes contenant la titulature d’un prêtre des Trois Gaules ayant exercé tous les honneurs dans sa cité (CIL, XIII, 1710 = AD, II, 131 ; cf. D. Fishwick, ICLW, I, 2, p. 321-322). Il ne reste du nom que le cognomen, Taurus, qui a conduit certains à supposer qu’il pourrait s’agir du prêtre dont le jeune décemvir stlitibus iudicandis C. Iulius Taurus que nous avions étudié l’an dernier aurait été parent (CIL, XIII, 1682 = AD, I, 19 ; cf. Annuaire, 152, 2019-2020, p. 183). Mais le cognomen, qui est très répandu en Gaule, n’est pas une preuve suffisante, et l’identification n’a pas été reprise dans les notices d’Allmer (AD, II, 131) et d’Hirschfeld (CIL, XIII, 1710).

4Une des originalités du texte est l’adjectif qui à la fin de la 4e ligne vient compléter l’expression habituelle omnibus honoribus functus et qu’il faut très probablement lire [municipa]libus : c’est la seule attestation à Lyon, et dans l’ensemble de la Gaule, d’un qualificatif qui est mieux connu en Italie, et notamment en Italie du Nord : cf. CIL, V, 335 (= I It, X, 2, 16) à Parentium, 3408, à Vérone, 4417, 4478 et 4499 (= I It, X, 5, 210, 267 et 290) à Brixia (avec le participe perfunctus), I Aq, I, 476 à Aquilée ; également CIL, IX, 7539 à Peltuinum et AE, 1966, 168, à Agrigente.

5Une autre particularité est le pluriel abrégé Augg(ustorum), dont c’est le seul exemple dans la titulature des prêtres fédéraux. Selon D. Fishwick, qui se fonde sur l’inscription de Catullius Deciminus, dans laquelle l’abréviation Auggg(ustorum) implique une date sévérienne (CIL, XIII, 1691), le redoublement du G renverrait à une période de co-régence, pour laquelle on peut hésiter entre le règne de Marc Aurèle et à nouveau les Sévères. Mais en l’absence d’autre attestation sûre, le pluriel pourrait se référer aussi à l’ensemble des diui, qui seraient ainsi associés à l’empereur régnant dans une formule volontairement ambigüe. La même incertitude vaut pour la forme complète Augustorum, qui présente trois attestations dont seule la dernière date sûrement de l’époque sévérienne (CIL, XIII, 1706, 1718 et 11174), et même pour l’abréviation AVG dont il est parfois difficile de dire si elle doit être développée Aug(usti) ou Aug(ustorum).

6La principale difficulté est la restitution des lignes 5 et 6. On est tenté de suivre les propositions de Fishwick, qui a bien vu que le texte du CIL n’était pas suffisant pour remplir les lacunes et préfère apud suos functo à la ligne 5 et la titulature sévérienne ad [aram Caess(arum) nn(ostrorum) ad templum Romae] et Augg(ustorum) à la suivante. Ces restitutions sont assurément plus conformes aux formulaires habituels, mais supposent des lacunes de respectivement 19 et environ 23 lettres, qui paraissent, surtout la seconde, difficilement compatibles avec la douzaine ou quinzaine de lettres qu’il manque aux lignes 7-8 pour compléter la titulature [inter confluen]tes Arar(is) / [et Rhodani, qui ann]os etc, qui est tout aussi formulaire. Il est difficile de trancher, puisqu’on ignore la largeur originelle du bloc conservé et qu’on ne peut jamais exclure quelques abréviations. Mais on peut au moins remarquer que, comme on a en d’autres exemples, la dédicace devait être portée sur deux blocs, probablement de même module, même si leur largeur exacte reste inconnue.

7Le mot sacerdotium, qui désigne certainement la prêtrise fédérale, se retrouve dans plusieurs autres inscriptions de prêtres, celle du Carnute Ti. Iulius [---] (CIL, XIII, 1672), et celles du Lémovice Q. Licinius Vltor (CIL, XIII, 1699 et 1700 = AE, 1980, 635 : voir infra). Les secondes, qui précisent que le Lémovice a exercé la prêtrise à l’âge de 22 ans, permettent de comprendre la ligne 8, qui devait également mentionner l’âge, sans doute exceptionnel, auquel Taurus avait accompli la sienne. Si le sens est clair, il est difficile d’avancer un texte précis, et, même si elles sont moins hasardeuses que celles d’Allmer, les restitutions d’Hirschfeld et de Fishwick restent incertaines, notamment en ce qui concerne le participe con[secutus ?]. Mais quelle qu’ait été la formulation exacte, les lignes 9-12 indiquaient probablement, comme pour le Lémovice Vltor, que l’assemblée des Trois Gaules avait permis au dédicataire d’exercer la prêtrise avant l’âge légal, honneur qui semble avoir été particulièrement apprécié dans le sanctuaire.

8Parmi les nombreux blocs inscrits tirés de la démolition du Pont-du-Change, en 1846-1847, une dizaine concernaient des prêtres ou des dignitaires du sanctuaire fédéral, et il est donc probable qu’ils se trouvaient à l’origine à proximité, dans le quartier des Terreaux ou sur les toutes premières pentes de la colline de la Croix-Rousse. Un des plus intéressants est un grand bloc présentant une façade concave qui a conservé la moitié d’une dédicace offerte par les trois provinces de Gaule à un Carnute nommé C. Iulius Ma[---] (CIL, XIII, 1694 = AD, II, 117). Après la prêtrise fédérale et l’habituelle formule omnibus honoribus functo, qui peuvent être restituées sans difficulté aux lignes 2-5, il semble bien qu’il faille lire à la ligne 6 toti[u]s cens[us ? ---]. Si le détail des restitutions reste incertain, c’est un des très rares documents qui montrent que les assemblées provinciales participaient aux opérations de recensement (voir sur ce point T. Mommsen, Histoire romaine, t. 7, p. 119 et n. 1, et J. France, dans CCG, 14, 2003, p. 220-222). Pour éclairer le dossier, on a ensuite examiné les carrières de deux notables, dont un flamine d’Espagne citérieure, honorés par la province d’Espagne citérieure, l’un pour avoir géré le tabularium censuale et l’autre pour avoir conduit avec succès une ambassade auprès de l’empereur (CIL, II2, 14, 1193 et 1194). On ne peut malheureusement préciser quelles furent les responsabilités du Carnute. Mais l’autre intérêt de son inscription est qu’elle devait appartenir à un grand monument de sortie de charge, sans doute en forme d’hémicycle, comme celui de Ti. Eppius Bellicus, dont, avec une hauteur de 1,24 m, elle a à peu près le même module (voir Annuaire, 152, 2019-2020, p. 182-183).

9Un autre monument familial conservé en remploi dans le Pont-du-Change est celui qui mentionne un Biturige nommé Balbus (CIL, XIII, 1693 = AD, II, 126). Le bloc conservé, qui fait plus d’un mètre de large pour 1,50 de haut, a gardé la trace de deux colonnes dont la seconde est réduite à une seule lettre, tandis que la première contient le nom d’une [I]ulia [Bal]billa, présentée comme filia. On est tenté de penser qu’elle est la fille d’un prêtre fédéral dont le nom figurait dans la partie gauche du monument, mais elle pourrait aussi être la fille du Balbus qui figure comme dédicant à la ligne suivante, qui est commune à plusieurs colonnes. Plutôt que le prêtre, qu’on imagine mal nommé deux fois et dédiant son propre monument, celui-ci pourrait être un parent, par exemple un frère ou un neveu de Balbilla. Mais celle-ci pourrait aussi être l’épouse d’un autre membre de la famille nommé dans la colonne précédente. Si le texte est trop lacunaire pour qu’on puisse arriver à une certitude, l’interprétation comme monument familial paraît assez vraisemblable. Il faut toutefois admettre alors que ce monument n’était pas dédié par les Trois Gaules, mais par un membre de la famille, comme le monument de Iulius Thermianus à Sens (CIL, XIII, 2940 ; voir infra), et la dernière ligne reste assez incertaine : plutôt qu’exs [pecunia sua] proposé par Allmer ou ex s(cito) [conuentus] suggéré par Mommsen, ne faudrait-il pas penser plutôt à ex stipe, qu’on trouve dans deux autres inscriptions (CIL, XIII, 1669 et 1675) pour désigner les revenus du sanctuaire ?

10Bien que le texte conservé ne le précise pas, il s’agit probablement d’une famille de Bituriges Cubes, de la région de Bourges, plutôt que des Vivisques du Bordelais. La première cité, qui est plus proche, est déjà attestée dans le sanctuaire lyonnais sur trois gradins de l’amphithéâtre, où elle avait des places réservées, et sur une base de statue offerte à un iudex arcae Galliarum (CIL, XIII, 1667b et 1707 = AD, II, 125), alors qu’on ne peut citer qu’un curateur pour les Bituriges Vivisques (CIL, XIII, 1697). Ce serait le seul prêtre fédéral qu’on lui connaisse, le sacerdos qui fait une dédicace à Magna Mater à Argentomagus pouvant être aussi bien un prêtre municipal (AE, 1973, 343), mais c’est une hypothèse qui paraît plausible compte tenu de la nature du monument.

11On s’est aussi occupé du plus célèbre et du plus grand des monuments du sanctuaire, celui du Sénon Sex. Iulius Thermianus, qui, outre la statue du prêtre fédéral, portait celles de son épouse et de quatre autres membres de sa famille, en compagnie de celles de Vesta, de Vulcain et sans doute de Mars (CIL, XIII, 1676 = AD, II, 115). En s’appuyant sur l’étude que lui a consacrée F. Richard dans les CRAI de 1992, on a reconstitué l’histoire de la demi-douzaine de blocs qui portaient l’inscription, signalés dans les corpus lyonnais depuis la fin du xve jusqu’au début du xixe siècle : quatre sont conservés et exposés au musée de Fourvière, tandis que deux ne sont connus que par des copies anciennes. La plupart ont été vus au voisinage de l’église Saint-Pierre, et en particulier dans la cave d’une maison de la place Saint-Pierre (aujourd’hui Meissonnier). Mais la reconstitution d’ensemble du monument n’a été possible qu’après la découverte, à la fin du xixe siècle, de la réplique assez fidèle que le gendre du prêtre, M. Magilius Honoratus, avait élevée dans leur patrie de Sens et qui portait également les statues des principaux membres de la famille (CIL, XIII, 2940). C’est le monument de Sens, qui a permis, notamment à L. Renier et à A. Allmer, de reconstituer la base lyonnaise et d’ajouter une dédicace à l’épouse de Thermianus et une autre au dieu Mars qui n’avaient pas laissé de traces dans l’épigraphie lyonnaise. Au total ce sont donc six membres de la famille, le prêtre Thermianus, son épouse, un fils, une fille, une petite-fille et un petit-fils, et trois dieux, Mars, Vesta et Vulcain, qui étaient honorés d’une statue sur cette base longue de près de 11 m. Son caractère spectaculaire et son bon état de conservation ont fait qu’elle a très vite été considérée comme le modèle des monuments familiaux dont on n’avait sinon que des débris dépareillés, mais il faut remarquer qu’elle est d’abord, comme celle de Sens, un monument religieux, offert à trois grands dieux romains, qui se trouvaient au centre. Un autre point notable est que le nom du dédicant n’est pas conservé et qu’en lieu et place des Trois Gaules on peut tout aussi bien envisager un dédicant privé, comme pour le monument de Sens, offert en vœu par le gendre du prêtre, M. Magilius Honoratus : c’est le point de vue des principaux corpus lyonnais qui restituent en général le nom du prêtre fédéral, Sex. Iulius Thermianus lui-même. Il n’en reste pas moins que c’était aussi un monument familial et qu’une telle association de mortels et de dieux peut trouver des parallèles dans le monde grec, où l’on se faisait volontiers, notamment dans les grands sanctuaires, représenter aux côtés des dieux. Elle en avait peut-être aussi un à Lyon, où l’une des pierres découvertes dans l’ancien monastère de Saint-Michel d’Ainay, mais qui provenait sans doute du sanctuaire, juxtapose deux dédicaces, une à Fortuna Redux et une autre à un prêtre carnute nommé Ti. Iulius [---] (CIL, XIII, 1672).

12La situation a été enrichie, mais aussi compliquée, par la découverte d’une autre inscription concernant le même Thermianus, découverte dans une cave de la place Meissonnier et publiée en 1992 par A. Audin et F. Richard (AE, 1992, 1240). Comme l’a très bien montré F. Richard, l’identification du personnage ne fait aucun doute et les dimensions très différentes excluent qu’il puisse s’agir de l’inscription qu’il avait dans le monument précédent, aujourd’hui perdue, mais dont les copies anciennes montrent qu’elle avait, comme les autres, un texte beaucoup plus court, sans l’indication des magistratures sénones et le titre de sacerdos arae qui figurent dans le nouveau texte. Pour F. Richard, il s’agit du monument offert par les Trois Gaules à Thermianus à sa sortie de charge, lequel serait également un monument collectif, comme semble l’indiquer un cadre d’anathyrose observé sur la face droite du bloc. Le même prêtre aurait ainsi deux monuments familiaux, l’un votif et l’autre honorifique, et le plus curieux est que les deux ont été découverts au même endroit, puisque l’étude de F. Richard montre que la maison du 2, place Meissonnier est celle où F. Artaud avait découvert les deux derniers blocs de la base multiple. F. Richard en conclut qu’ils venaient du même endroit et devaient être voisins dans le sanctuaire. En poussant un peu le raisonnement, on pourrait même se demander si le monument votif ne pourrait pas être une sorte d’équivalent de ce qu’est l’autel aux numina Augustorum par rapport aux monuments de Ti. Eppius Bellicus et de Ti. Claudius Genialis. Mais nous sommes là bien sûr dans le domaine de l’hypothèse, et on est obligé de constater que la reconstitution des monuments comme la disposition générale du sanctuaire posent encore beaucoup de questions. Une autre incertitude concerne la datation. F. Richard date la prêtrise de Thermianus et donc les deux monuments du début du règne d’Hadrien, conformément à la chronologie établie par Fishwick, selon lequel le titre de sacerdos arae serait antérieur à la construction du templum, qu’il place sous Hadrien : mais c’est un critère assez discutable, comme on le verra avec d’autres exemples.

13On a étudié ensuite un des plus caractéristiques des monuments familiaux, celui de la famille pétrucore des Pompeii, mis au jour en 1861 au coin de la rue Pizay et de la rue de l’Hôtel de ville. Il s’agit d’un grand bloc large d’un mètre cinquante, qui conserve en deux colonnes les noms de Pompeia Sabina et de son père C. Pompeius Quir. Sanctus, fils de M. Pompeius Libo, prêtre fédéral, et petit-fils d’un autre C. Pompeius Sanctus, lui aussi prêtre fédéral (CIL, XIII, 1704 = AD, II, 120). Par une coïncidence assez rare, les deux prêtres sont également connus par une dédicace de Périgueux, ville où M. Pompeius Libo a restauré le temple de la déesse Tutela et les thermes (CIL, XIII, 939 = ILA, Pétrucores, 16), et qui était donc manifestement leur patrie. Mais contrairement à ce qu’on lit parfois, notamment dans la dernière liste de D. Fishwick (ICLW, III, 2, p. 62, no 8), le jeune Sanctus n’était pas lui-même prêtre fédéral, comme l’avait bien noté Allmer. Nous n’avons conservé que l’extrémité droite du monument, qui devait compter au moins un et peut-être plutôt deux autres blocs à gauche, avec au moins les noms des deux prêtres et de leurs épouses et peut-être encore d’autres parents : ce qui amène à supposer un monument d’une largeur considérable, d’au minimum 4 mètres, voire plus. Il s’agit donc bien d’un grand monument familial, le seul sur lequel on ait mention de quatre générations et le seul également à mentionner deux prêtres dans la même famille, ce qui devait pourtant arriver assez souvent.

14Il semble cependant un peu différent des autres, puisque la dernière ligne, où on lit d’ordinaire le nom des trois provinces de Gaule, se termine par l’adverbe publice. On restitue en général auparavant le nom des Petrucorii, et on y voit un exemple de monument offert au prêtre par sa cité d’origine, en comparant avec celui des Licinii offert par celle des Lémovices (CIL, XIII, 1700). Ce parallèle n’existe plus, depuis que la découverte d’un nouveau bloc a montré qu’au lieu du nom de la cité des Lémovices il fallait lire l’ethnique du dédicataire (AE, 1980, 635a : voir infra), et le sens de publice pose donc question : concurremment à celui de la cité on pourrait envisager un autre financement public, dû par exemple à un collège, comme il y en a des exemples, voire, si la lacune initiale était très longue, à l’organisation des Trois Gaules. Cela ramènerait le monument dans le lot commun des bases familiales, mais est en l’état du texte invérifiable.

15La datation fait aussi difficulté. Le ier siècle, envisagé par Hirschfeld pour des raisons paléographiques, est bien trop haut. Fishwick, qui se fonde sur le titre de sacerdos arensis de l’inscription de Périgueux (CIL, XIII, 939), place les prêtrises des Pétrucores, qui portent les nos 6-8 dans son catalogue (ICLW, III, 2, p. 61-62), avant la construction du templum, qu’il date du règne d’Hadrien. Une telle datation, qu’il applique aussi au monument de Thermianus, est doublement incertaine, d’une part parce que l’attribution du templum à Hadrien est très hypothétique et d’autre part parce que l’ara, qui est largement attestée dans les formulaires sévériens, a pu continuer à être mentionnée après la construction du templum. Quant à l’expression sacerdos arensis, ce pourrait être un usage local, qu’on retrouve d’ailleurs dans une autre inscription, beaucoup plus tardive, de Périgueux (CIL, XIII, 11042 = ILA, Pétrucores, 9 ; D. Fishwick, ICLW, III, 2, p. 62, no 9, mais cf. I, 2, p. 366, n. 28, où l’expression était jugée anachronique). Comme celle de sacerdos arae, attestée dans la patrie d’un prêtre cadurque (CIL, XIII, 1541 ; cf. ICLW, III, 2, p. 63, no 13), mais aussi pour le Sénon Sex. Iulius Thermianus à Sens (2940 ; cf. no 15), elle servirait surtout à distinguer la très honorifique prêtrise fédérale d’éventuels sacerdoces municipaux et ne semble pas avoir en elle-même de valeur chronologique. À Lyon, où la précision était moins nécessaire, on ne trouve que deux fois sacerdos arae, dans la nouvelle inscription de Thermianus (AE, 1992, 1240) et dans un texte fragmentaire qu’il n’est pas possible de dater précisément (CIL, XIII, 1719). Il vaut donc mieux renoncer à faire de ces expressions un critère de datation, comme on le fait encore souvent aujourd’hui en s’appuyant sur l’autorité de Fishwick, et on datera plus prudemment le monument des Pétrucores, comme la majorité de nos inscriptions, entre la seconde moitié du iie siècle et le début du iiie (voir dans le même sens ILA, Pétrucores, 16 et L. Maurin, dans REA, 88, 1986, p. 115).

16Un autre grand monument familial est celui des Lémovices, qui est souvent comparé à celui de leurs voisins pétrucores. Il s’agit de la famille des Licinii, dont trois inscriptions différentes figurent dans les corpus (CIL, XIII, 1698-1700 = AD, II, 121-123). L’une, dont l’origine est inconnue, concerne un prêtre nommé Q. Licinius Vltor, fils de Licinius Tauricus (1699), et une autre, qui provient de la démolition du Pont-du-Change, est dédiée à un Tauricus qui semble bien être le père du précédent (1698). Mais la plus intéressante est la troisième, qui a été découverte au début du xixe siècle dans les fondations de l’église Sainte-Croix, à côté de la cathédrale Saint-Jean (1700). Elle est de taille beaucoup plus imposante, puisqu’elle ne fait pas moins de 1,55 m de haut pour 1,24 de large, avec des lettres de 13 cm aux deux premières lignes, et qu’il ne s’agit que d’une partie du texte, qui s’étendait sur d’autres blocs, à gauche comme à droite. Malgré ce caractère fragmentaire, elle avait pu être attribuée à Licinius Vltor et à son père Tauricus, et cette attribution a été confirmée en 1977 par la découverte d’un second bloc remployé dans le mur tardo-antique de Saint-Jean, qui vient compléter le premier à droite, avec le même texte et exactement les mêmes dimensions (AE, 1980, 635) : le monument fait donc partie de ces pierres venues du sanctuaire fédéral qui ont été remployées, en l’occurrence dès l’époque tardo-antique, dans les bâtiments ou les églises de la rive droite de la Saône.

17Les lignes 2-3, qui peuvent être complétées grâce à l’inscription 1699, précisent que Q. Licinius Vltor avait exercé la prêtrise fédérale à 22 ans, sans doute avant l’âge légal : honneur qu’on retrouve peut-être dans les formulations analogues employées pour deux autres prêtres (voir supra, CIL, XIII, 1710 et peut-être aussi 1672) et qui semble avoir été fort prisé. Si sacerdotium renvoie logiquement à la prêtrise fédérale, le mot désignant l’assemblée provinciale est plus difficile à restituer : il ne reste au début de la troisième ligne qu’un S final excluant le mot concilium, qui désigne normalement l’assemblée provinciale, dans la loi de Narbonne et dans le marbre de Thorigny comme dans les inscriptions espagnoles. [Conuentu]s, que suggéraient déjà Allmer et Hirschfeld, a été repris par les derniers éditeurs, A. Audin et J.-F. Reynaud, qui signalent un parallèle possible dans une dédicace offerte par les Trois Gaules au Bonus Euentus [conuent]us arensis (CIL, XIII, 1671 = AD, II, 110 et AE, 1980, 634), à laquelle on pourrait éventuellement ajouter l’inscription de Taurus (voir supra, CIL, XIII, 1710). La restitution reste, faute de parallèle sûr, incertaine, mais il est probable qu’il s’agissait de toutes façons de l’assemblée provinciale, qui a permis à Licinius Vltor d’exercer la prêtrise à l’âge de 22 ans.

18La découverte du second bloc oblige à reconsidérer la question des dédicants. Ce ne peuvent plus être les Lemo[uices], comme on l’admettait depuis Allmer et Hirschfeld, mais bien les tres prouinciae Galliae, qui figurent à la cinquième ligne. L’ethnique Lemouici apparaît en effet au datif, apposé à un nom qui est sans doute celui du dédicataire, puisqu’il se termine par tori. Mais cette seconde mention en lettres plus grandes reste assez énigmatique. Elle l’est d’autant plus que le nom était relié par et à celui de Q. Licinius Tauricus, qui figure au même cas et dans les mêmes grands caractères sur le côté droit du monument, dont deux blocs ont été également découverts en remploi dans le mur de Saint-Jean (AE, 1980, 635b et c) : il semble s’agir là, comme l’ont noté les éditeurs, du père du jeune prêtre, bien qu’on puisse envisager aussi un fils qui porterait le nom de son grand-père, comme chez les Pompeii pétrucores. Plutôt que des dédicants, on retrouverait donc à la dernière ligne les dédicataires, Q. Licinius Vltor et son père (ou son fils) Q. Licinius Tauricus, dont les noms seraient répétés, peut-être par souci de meilleure lisibilité ou en correspondance avec des statues qui seraient situées au-dessus. L’épaisseur considérable du monument permettrait d’envisager des statues qui ne seraient pas alignées, comme dans la majorité des bases familiales lyonnaises, mais disposées en profondeur. Mais on pourrait penser aussi à une statue unique, celle d’Vltor, qui serait placée sous un édicule porté par des colonnes, comme l’ont suggéré Audin et Reynaud. Il est impossible de trancher dans l’ignorance où nous sommes de l’aspect architectural du monument. Mais on avait de toutes façons affaire à un monument différent des bases de statues alignées.

19Pour les éditeurs, comme pour la notice de l’AE et pour D. Fishwick ou L. Maurin, le père d’Vltor, Q. Licinius Tauricus, avait été lui-même prêtre fédéral, ce qui contribuait à expliquer la carrière privilégiée de son fils, et il y pouvait y avoir symétriquement sur le côté gauche, le nom de son propre père, qui s’appelait peut-être Sabinus. Mais ces reconstitutions, qui sont clairement inspirées par le modèle de la famille sacerdotale des Pompeii pétrucores, restent hypothétiques, aucune de nos inscriptions ne donnant le titre de sacerdos à Tauricus, et il semble s’agir plutôt d’un monument offert au seul Q. Licinius Vltor, dans lequel Tauricus et peut-être d’autres membres de la famille ne seraient nommés que comme parents du prêtre fédéral. Un autre point à reconsidérer est une fois de plus la datation. La date haute retenue par Fishwick (ICLW, III, 2, 62, no 10), qui situe le monument entre Vespasien et Hadrien, repose surtout sur la mention apud aram de l’inscription CIL, XIII, 1699, et est donc, comme dans le cas des Pétrucores, fort incertaine. On préférera le iie siècle, qu’Hirschfeld proposait pour des raisons paléographiques, et plutôt, comme L. Maurin, la période des Antonins ou des Sévères.

II. Inscriptions concernant l’administration de l’empire romain et le monde des cités

20On a commencé la deuxième heure de la conférence en examinant une inscription grecque élevée dans la colonie romaine d’Antioche-de-Pisidie à l’épouse du sénateur C. Caristanius Fronto, qui s’appelait Paulla (IGRR, III, 300). D’après le dessin qu’en a laissé G. L. Cheesman (JRS, 3, 1913, p. 262), le monument, qui est élevé par le fils de la dédicataire, était une base collective disposée en colonnes qui devait porter aussi au moins une statue de son mari. Une autre inscription d’Antioche (JRS, 3, 1913, p. 260 = ILS, 9485) donne la carrière de celui-ci, qui après deux milices équestres fut admis au sénat sous Vespasien et fit une carrière prétorienne qui le mena jusqu’au poste de légat de Lycie-Pamphylie (cf. PIR2, C 423 ; H. Halfmann, Senatoren, p. 109) ; quant à son épouse, une nouvelle inscription de Kaunos a montré qu’elle ne s’appelait pas [Serg]ia, mais [Calpurn]ia Paulla (I Kaunos, 126 ; cf. M. Christol, T. Drew-Bear, dans Actes du Ier congr. int. sur Antioche de Pisidie, Lyon, 2002, p. 178-181). Le nouveau sénateur était originaire d’Antioche, où l’on connaît également deux inscriptions du chevalier C. Caristanius Fronto Caesianus Iulianus, qui pouvait être son grand-père ou un de ses ascendants (AE, 1913, 235 et 1914, 260 = 2001, 1919 et 1920 ; cf. S. Demougin, Prosopographie, no 118 et PME, C 81). Ce dernier, dont la carrière militaire date de l’époque augustéenne, peu après la fondation de la colonie, était encore actif sous Claude, comme l’a montré récemment un ex-uoto élevé pro uictoria Britannica, qui permet de préciser le détail de sa carrière municipale, ainsi que son nom exact : C. Caristanius Fronto Caesianus Iullus (AE, 2001, 1918 ; cf. M. Christol, T. Drew-Bear, M. Taslialan, Tyche, 16, 2001, p. 1-20).

21Ce vœu qu’il avait pris pour l’incolumitas et pour la victoire britannique de Claude vient compléter une petite série de vœux analogues, formulés en général pro salute et reditu et uictoria, qu’on a réexaminés pour l’occasion : CIL, VI, 917 et 36894 à Rome ; XII, 4334 à Narbonne ; AE, 1980, 457 à Roselle et 1998, 944 à Lyon (cf. F. Bérard, I. Cogitore et M. Tarpin, dans Claude de Lyon, éd. par Y. Burnand, Y. Le Bohec et J.-P. Martin, Paris, 1998, p. 373-389). Il est intéressant de noter que l’initiative en revient à une personnalité locale, comme c’était le cas à Narbonne et dans l’une des inscriptions romaines, ainsi que peut-être à Roselle, même si le flamen Augustalis A. Vicirius Proculus avait aussi été tribun militaire. Si des particuliers, mais sans doute aussi des officiers ou des membres de l’entourage de Claude, ont ainsi célébré sa victoire, lui-même n’était pas en reste et est connu comme un des empereurs qui ont décerné le plus de décorations. Parmi les nombreux exemples possibles, nous avons plus spécialement étudié ceux des primipilaires C. Gauius Siluanus (CIL, V, 7003), M. Vettius Valens (XI, 395) et P. Anicius Maximus (III, 6809) : alors que les deux premiers avaient été décorés à un stade bien antérieur de leur carrière, le troisième, qui est honoré dans sa patrie d’Antioche-de-Pisidie, présente des décorations plus élevées, une couronne murale et une lance, qui conviennent à un préfet de camp. On a terminé par le célèbre helvète C. Iulius Camillus, un ancien tribun légionnaire rappelé au service pour la campagne et qui obtint lui aussi les récompenses dues à un officier de rang équestre (CIL, XIII, 5093-5094 ; cf. S. Demougin, Prosopographie, no 692, et R. S. O. Tomlin, Britannia Romana, Oxford, 2018, p. 9-10).

22Au début de l’année 2021, nous avons poursuivi l’étude de la curatèle des temples et des édifices publics de la ville de Rome, que nous avions engagée l’an dernier en examinant le cursus du premier d’entre eux, Q. Varius Geminus, puis les différents collèges de curatores locorum publicorum qui sont attestés sous le règne de Tibère (voir Annuaire, 152, 2019-2020, p. 185-186). Dans la prosopographie de A. Kolb (Die kaiserliche Bauverwaltung in der Stadt Rom, Stuttgart, 1993), sur laquelle nous nous sommes appuyés pour cette enquête, le premier à porter le titre complet de curator aedium sacrarum operum locorumque publicorum est Q. Veranius (no 2), qui exerça la charge dans le courant des années 50, après son consulat de 49 apr. J.-C. Nous avons plus spécialement étudié la grande inscription funéraire découverte dans sa propriété de la voie Tiburtine qui retrace l’ensemble de sa carrière (AE, 1953, 251 = CIL, VI, 41075) et les assez nombreux monuments qu’il a laissés dans la province de Lycie, dont il avait été, à partir de 43, le premier gouverneur. Parmi ceux-ci figurent une grande base familiale que lui avait élevée la ville de Xanthos et dont il ne reste que les deux inscriptions de ses filles Octauilla et Gemina (Inscr Letôon, 39-40). On a enfin examiné l’épitaphe de cette dernière, qui, comme celle de son mari L. Calpurnius Piso Frugi Licinianus, se trouvait dans la très intéressante tombe familiale dite des Licinii (CIL, VI, 31723).

23Le premier curateur connu pour l’époque flavienne est Cn. Pinarius Cornelius Clemens (CIL, XI, 5271), qui a obtenu les ornamenta triumphalia pour une campagne en Germanie supérieure, où son gouvernement est attesté par un diplôme militaire daté de 74 (CIL, XVI, 20). Son consulat n’étant pas exactement connu, il est difficile de dire s’il a été curator aedium sacrarum immédiatement après celui-ci, ou plutôt après son retour de Germanie, vers le milieu des années 70 : la notice de A. Kolb (Bauverwaltung, no 4) préfère plutôt la seconde date et remarque également que d’après l’inscription d’Hispellum la responsabilité de Clemens se limitait aux aedes sacrae, sans donc les opera publica.

24Un autre partisan des Flaviens à avoir exercé la curatèle est M. Hirrius Fronto Neratius Pansa, admis parmi les patriciens en compagnie de son fils adoptif L. Neratius Marcellus lors de la censure de 73-74 et qui dut remplir la charge avant, ou plutôt selon A. Kolb (Bauverwaltung, no 6) après son gouvernement de Galatie-Cappadoce daté de 78-80. Nous avons réétudié la difficile et fragmentaire inscription de Saepinum, dont toutes les incertitudes chronologiques ne peuvent être levées (AE, 1968, 145 = CIL, IX, 6592). Et nous avons aussi réexaminé les inscriptions laissées par les autres membres de cette illustre famille dans sa patrie de Saepinum, qui sont désormais commodément réunies dans le beau supplément au CIL, IX procuré en 2018 par M. Buonocore : en particulier celles du fils adoptif du curateur, L. Neratius Marcellus, consul en 95 (CIL, IX, 2456 et 6595), du frère aîné de ce dernier, le célèbre juriste L. Neratius Priscus, qui fut consul en 97 (2455 et 6594), et de leur père commun L. Neratius Priscus, consul en 87 et gouverneur de Pannonie (2454, 2455 et 6593).

25Le curateur suivant (Bauverwaltung, no 7) est L. Pompeius Vopiscus C. Arruntius Catellius Celer, consul en 77 après avoir été légat de Lusitanie (CIL, II, 5264). Le détail de sa carrière est inconnu et nous ne savons qu’il a été curateur des aedes sacrae et des loca publica que par le cursus éphésien du procurateur L. Vibius Lentulus, qui avait été son adiutor dans cette fonction (I Eph, VII, 1, 3046). Sa curatèle, qui ne peut être très précisément datée, ne comportait donc pas les opera publica, mais le rédacteur grec a ajouté en revanche des routes, soit par erreur, soit par souci de regrouper deux fonctions différentes.

26La datation est également assez imprécise pour Ti. Iulius Celsus Polemaeanus (Bauverwaltung, no 8), membre d’une famille sacerdotale de Sardes promu au sénat par Vespasien dont nous étions déjà occupés en étudiant il y a quelques années les juridiques de Galatie-Cappadoce (voir Annuaire, 149, 2016-2017, p. 145). Les deux inscriptions, grecque et latine, qui retraçaient sa carrière devant l’entrée de la bibliothèque de Celsus à Éphèse (I Eph, VII, 2, 5102 et 5103) n’indiquent en effet aucune fonction entre son consulat de 92 et le proconsulat d’Asie qu’il exerça en 105/106, et on manque donc d’éléments pour situer sa curatèle, qui, contrairement à la précédente, concernait à la fois les aedes sacrae et les opera publica.

27Le cursus de Q. Pomponius Rufus, qui est connu par la dédicace monumentale de l’arc de Trajan à Lepcis Magna (IRT, 537), offre heureusement de meilleurs repères. Pour le début de carrière de cet ancien officier de Galba, on se reportera à l’étude que nous avions consacrée aux juridiques d’Espagne (voir Annuaire, 149, 2016-2017, p. 142-143). On a souvent admis qu’il avait été curateur des opera publica immédiatement après le consulat, qu’il exerça en 95, soit en 96-97 et donc avant le gouvernement de Mésie inférieure, qui est attesté par deux diplômes militaires en 99 (ainsi H.-G. Pflaum, Fastes de Narbonnaise, p. 189-191, qui considérait que le gouvernement de Mésie avait été regroupé avec les autres gouvernements provinciaux, qui sont de statut prétorien ; avec prudence B. E. Thomasson, Opuscula Romana, 15, 1985, p. 131-133, etc.). A. Kolb (Bauverwaltung, no 10) défend au contraire un ordre rigoureusement chronologique de l’inscription et place en conséquence la curatèle après le gouvernement de Mésie, peut-être en 100-101 (cf. dans le même sens L. Vidman, PIR2, P 749). Cette position paraît plus satisfaisante, mais n’est pas totalement assurée, soit que la curatèle ait été placée en tête hors de l’ordre chronologique du cursus, comme le sont les prêtrises, soit que les gouvernements provinciaux aient été effectivement regroupés dans un cursus de type compartimenté. Il est difficile de trancher, la structure de l’inscription n’étant pas facile à analyser, comme le montre aussi la position finale du proconsulat d’Afrique.

28Le cursus de C. Iulius Proculus, qui est connu par une inscription d’Antium (CIL, X, 6658), pose moins de problèmes et comme il est rédigé dans l’ordre descendant, il faut en conclure que l’intéressé, consul en 109, a été curateur des opera publica, sans mention des aedes sacrae, après avoir été censiteur de Lyonnaise en 110-111. Comme l’a justement noté A. Kolb (Bauverwaltung, no 13), la curatèle semble donc avoir été, comme peut-être pour Q. Pomponius Rufus, sa seconde fonction consulaire. L’inscription de Larinum qui a fait connaître son second consulat n’apporte aucune nouveauté sur la curatèle, mais révèle probablement sa patrie, qui lui a élevé un monument de grandes dimensions qui était peut-être une statue sur char (AE, 1995, 355).

29On a terminé l’année en examinant les cursus de deux sénateurs qui ont exercé la curatèle des opera publica à la fin du règne d’Hadrien après avoir été l’un et l’autre préfets du trésor de Saturne (cf. M. Corbier, Aerarium Saturni, nos 39 et 40 ; A. Kolb, Bauverwaltung, nos 21 et 23) : L. Burbuleius Optatus Ligarianus, connu par une inscription de Minturnes (CIL, X, 6006), et M. Cutius Priscus Messius Rusticus Aemilius Papus Arrius Proculus Iulius Celsus (CIL, II, 1983 ; cf. PIR2, M 526), dont la curatèle est très exactement datée par l’attribution d’un locus adsignatus dans les derniers mois du règne d’Hadrien, en 138 (CIL, VI, 40528, sous le nom abrégé d’Aemilius Papus). Un diplôme militaire de la collection de Mayence a révélé récemment la date exacte de leur consulat, qu’ils exerçaient ensemble en mai 135 (AE, 1999, 1352 = RMD, IV, 251). Il est donc sûr qu’ils ont l’un et l’autre accompli leur curatèle comme première fonction consulaire, mais cette fois pas en même temps, puisque le collègue d’Aemilius Papus était Valerius Vrbicus et que L. Burbuleius Optatus Ligarianus, qui était gouverneur de Cappadoce en 138, a donc dû être curateur dès 136 ou 137. On voit avec ces exemples se définir un nouveau schéma de carrière dans lequel la curatèle des opera publica vient immédiatement après le consulat, alors qu’auparavant c’était plutôt une deuxième fonction consulaire, souvent exercée après un gouvernement provincial, comme dans les cas de Pomponius Rufus et de Iulius Proculus, et sans doute aussi, même si c’est avec un peu plus d’incertitude, dans ceux de Pinarius Clemens et d’Hirrius Fronto Neratius Pansa. Un autre point à noter est le titre de curator operum (locorum)que publicorum, sans mention des aedes sacrae, soit parce que la compétence du titulaire était effectivement limitée aux opera (et loca) publica et que le second curateur s’occupait des temples, soit peut-être plutôt parce que c’était une titulature abrégée qui sous-entendait aussi les aedes sacrae.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bérard, « Épigraphie latine du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 189-199.

Référence électronique

François Bérard, « Épigraphie latine du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5763

Haut de page

Auteur

François Bérard

Directeur d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search