Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesNumismatique et économie monétair...

Résumés des conférences

Numismatique et économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne

Marc Bompaire
p. 265-280

Résumé

Programme de l’année 2019-2020 : I. La production monétaire et ses sources au XIVe siècle. — II. Quantification et place de la monnaie au XIe siècle. — III. Actualité de la recherche.

Programme de l’année 2020-2021 : I. Métaux, mines et monnaies dans le monde franc. — II. La monnaie au XVe siècle en France. — III. Actualité de la recherche de numismatique et d’histoire monétaire.

Haut de page

Texte intégral

[2019-2020]

I. Résumé des conférences

1Les premières séances de l’année, plus spécialement destinées aux étudiants de master ou aux nouveaux auditeurs ont plus particulièrement développé cette année les représentations de la monnaie dans l’iconographie et dans l’art à l’époque médiévale et moderne. Dans la suite d’un colloque co-organisé par le directeur d’études sur hommes et travail du métal dans les villes médiévales en septembre 2019, une séquence des conférences a porté sur l’organisation des ateliers monétaires, leur agencement et les opérations techniques qui y prenaient place, en particulier les opérations de fonte ou d’affinage avec la participation de Florian Téreygeol et Guillaume Sarah, et une intervention de Lise Saussus et Nicolas Thomas venus présenter leur ouvrage sur la fouille d’un atelier d’orfèvre du xe siècle.

2La participation du DE au projet de recherche sur la mise en ligne des comptabilités ligériennes à la fin du Moyen Âge a donné l’occasion à Thomas Roy, travaillant comme ingénieur sur ce projet, de présenter les premiers exemples de comptes correspondant aux périodes d’instabilité monétaire (1422 ou 1429) qui ont fait l’objet de commentaires et de contextualisation. Les comptabilités permettant alors de mesurer les cours réellement pratiqués sur les pièces décriées.

  • 1 C. Hugues, « La monnaie de Saint-Gilles dans le Gard », Rhodania, 1961, p. 23-25.

3Les échanges à distance facilités par la visioconférence qui a permis de réunir plus de vingt participants ont encore permis de présenter des compléments d’information sur le monnayage de Saint-Gilles étudié l’année précédente, avec le signalement par Vincent Borrel des cinq exemplaires trouvés en fouilles à Laudun (Gard), par Jean-Claude Richard des trouvailles gardoises de Chusclan et Sauzet (Alphonse Jourdain) jadis publiées par Camille Hugues1 et des remarques présentées par Roland Sublet sur de possibles variétés pour Alphonse, avec un seul point accostant la croix de l’agnus et des variétés dans la représentation de l’animal, sabots fendus, bride (?)… ainsi que de compléments sur le monnayage de Viviers.

4Marie-Laure Le Brazidec et Vincent Borrel ont pu, grâce à une lettre de 1857, localiser à « Sainte Croix [de Celleneuve] près Montpellier » (Hérault) la trouvaille de monnaies du xe siècle connue par la documentation de la société archéologique de Montpellier qui contenait selon Françoise Dumas (Françoise Dumas et Antoine Temple, « De quelques monnaies carolingiennes d’Uzès inédites », Bulletin de la Société française de numismatique, 29, juin 1974, p. 576-578) des pièces de Louis l’Aveugle d’Arles et des pièces de Brioude de Guillaume (vers 920-924), mais aussi des pièces de Charles, roi, et de Charles empereur et aussi au moins une pièce de l’atelier de Substantion.

5Le cœur des conférences, en prolongement au double colloque co-organisé l’année précédente par le DE sur les monnayages des xe et xie siècles a porté sur quelques aspects évoqués lors de ces colloques. Les études de liaisons de coins disponibles pour les monnayages français ont été reprises de façon systématique à la suite des trésors publiés par le DE et Bruno Foucray mais aussi des travaux de Philippe Schiesser et Guillaume Sarah (viiie-ixe s.), de Jens Christian Moesgaard sur la Normandie, de Gilles Peigney sur le Berry, de Vincent Borrel sur le trésor de Cluny (xiie s.), de façon à donner la première esquisse d’un recueil quantitatif des émissions monétaires du haut Moyen Âge en France selon le modèle établi par François de Callataÿ en tentant d’établir les bonnes pratiques d’interprétation des données recueillies et de quantifier l’abondance relative des monnayages sinon l’ampleur des émissions en valeur absolue.

  • 2 J.-P. Devroey, « Activité monétaire, marchés et politique à l’âge des empereurs carolingiens (768-8 (...)
  • 3 S. Coupland, « The Use of Coin in the Carolingian Empire in the Ninth Century », dans Rory Naismith (...)

6Pour définir la place de la monnaie aux xe-xie siècles plusieurs conférences ont été consacrées à la reprise de l’historiographie sur le rôle des marchands et clercs dans des opérations en numéraire ou en argent ancienne (H. van Werveke, L. Musset…) ou plus récente (D. Barthélemy, L. Feller…). Une enquête similaire sur la période carolingienne avec la relecture des textes monétaire et en particulier de l’ensemble de l’édit de Pîtres (864) et la lecture comparée des contributions particulièrement riches de Jean-Pierre Devroey2, et de Simon Coupland3. Pour les xe et xie siècles quatre pistes d’accès ont été plus systématiquement explorées : la définition des autorités émettrices mentionnées sur les pièces elles-mêmes, qu’il s’agisse de leurs noms ou de leurs titres ; l’examen du corpus des trésors monétaires disponibles afin d’observer des évolutions dans le nombre des trésors et des exemplaires ou des ateliers par trésor ; l’apparition de spécifications monétaires au cours des xe-xie siècles selon les diverses régions ; l’apparition des textes de gestion et de règlementation monétaires, à commencer par Barcelone, Pavie, Strasbourg.

  • 4 M. Parvérie, R. Prot et P. Schiesser, « À propos d’un denier hybride : Vendôme a-t-il frappé des mo (...)

7La préparation d’une étude4 présentée au cours du séminaire par des participants actifs des conférences a donné l’occasion au directeur d’études de reprendre l’examen systématique pour les ixe-xe siècles d’un certain nombre de monnayages : Vendôme, Tours, Orléans, Blois, Chinon ou Melle qui apparaissent ainsi liés les uns aux autres, à partir de la documentation liée au trésor de Calatayud (Espagne) auquel on peut désormais, grâce aux travaux de Marc Parvérie, rattacher les lots successivement présentés comme « trésor d’Espagne », « Espanyia 2 », « Espanyia 3 ». Les paragraphes qui suivent, s’efforcent de synthétiser à ce propos les éléments disponibles sur le « trésor d’Espagne » tel qu’il était connu au xixe siècle et l’image d’un épisode monétaire original qui ressort de l’examen d’ ensemble de ces émissions du Val de Loire.

II. Les monnaies françaises du Xe siècle du « trésor d’Espagne » d’après les publications du XIXe siècle

  • 5 E. Gariel, Les monnaies royales de France sous la race carolingienne, Strasbourg, 1883.
  • 6 K. F. Morrison et H. Grunthal, Carolingian Coinage, New York, 1967. S. Coupland, « A checklist of c (...)

8Le « trésor d’Espagne », pour la part des monnaies françaises du xe siècle qui entraient dans sa composition, a fait l’objet de multiples notices dans la littérature numismatique depuis sa première mention en 1867. Il figure par exemple dans les répertoires des trouvailles carolingiennes d’Ernest Gariel en 18835, t. 1, p. 136, de Karl F. Morrison et Henry Grunthal en 19676 (no 120) ou de S. Coupland en 2011 (no 274).

  • 7 Notamment M. Parvérie, « La circulation des deniers de l’Aquitaine carolingienne en Al Andalus ; un (...)

9La découverte a pu être localisée à Calatayud en Aragon et datée de 1865 grâce aux recherches récentes de Marc Parvérie7. La part dominante des monnaies arabes et leur datation beaucoup plus tardive n’enlève pas son intérêt au groupe des monnaies carolingiennes du xe siècle qui y figuraient avec un terminus donné par deux pièces frappées par Louis IV à Rouen vers 944-945. M. Parvérie et V. Borrel se sont également attachés à comparer les divers lots successivement signalés, notamment le trésor Espanyia 2 publié par Xavier Sanahuja en 2006, la collection passée en vente en 2015 et publiée en 2016 par Miquel Crusafont comme « Troballa del Centre Peninsular », qu’ils désignent comme Espanyia 3, et le lot des 40 pièces examinées et décrites par Antonio Delgado dès 1866, en attendant la publication d’un ensemble Espanyia 4.

10C’est peut-être sur le premier lot du trésor d’Espagne parvenu entre les mains de Rollin et Feuardent qu’il est possible d’essayer d’apporter des compléments dans la mesure où les répertoires de trésors n’en donnent souvent qu’une vision partielle.

  • 8 A. Chassaing, « Notice sur un denier carlovingien frappé au Puy et portant le nom du roi Raoul », A (...)

11Le point de départ est à rechercher dans une publication d’Augustin Chassaing en 18678 : « En 1866 on découvrit en Espagne [renseignements aimablement fournis par MM. Rollin et Feuardent, antiquaires à Paris] un trésor de monnaies arabes auxquelles étaient mêlés une vingtaine de monnaies carlovingiennes. C’étaient des deniers de Charles le Gros (Toulouse, Bourges, Nevers), d’Eudes (Limoges) de Charles le Simple (Melle, deniers et oboles), de Lothaire (Quentovic), de Guillaume (Brioude, trois variétés), d’Orléans, de Tours et Chinon (à la tête) et deux ou trois exemplaires d’un denier nouveau de Raoul ». (p. 486-487), et « Les monnaies carlovingiennes de la trouvaille espagnole étaient presque toutes percées et munies de boucles d’argent ayant servi à les suspendre à des colliers ou bracelets. » (p. 495).

12Ces éléments sont repris par la plupart des notices ultérieures, avec quelques petites variantes qui semblent plutôt des omissions ou des erreurs.

13Cette étude de A. Chassaing fut signalée dans la Revue numismatique dès 1868 (p. 398-400) par Adrien de Longpérier qui confirmait avoir vu ce petit trésor tout juste acquis par Rollin et Feuardent et identifié les deux exemplaires du Puy pour lesquels il renvoie à l’étude de Chassaing. Renier Chalon résume fidèlement la notice de A. Chassaing dans la Revue belge de numismatique 1869, p. 250, en oubliant seulement de mentionner la présence de trois variétés des monnaies de Brioude.

14E. Gariel, en 1883, dit avoir tiré ses informations de Rollin et Feuardent en regrettant la dispersion de ce trésor avant qu’il ait pu en « prendre connaissance exacte » et précise, à tort, que ce trésor avait été acquis en entier par Rollin et Feuardent. D’autre part il ne signale plus que la présence d’une seule monnaie de Brioude et décrit la pièce de Quentovic comme portant un monogramme de Charles.

15C’est sans doute à cause de cette pièce de Lothaire que S. Coupland date le trésor de 960-1000, alors que K. F. Morrison et H. Grunthal avancent, sans justification particulière, un enfouissement c. 1060 en datant la trouvaille de 1869 et en faisant disparaître de leur notice les pièces de Brioude et les pièces à la tête de Chinon, Tours et Orléans.

  • 9 F. Dumas-Dubourg, « Les monnaies de Raoul, roi de France (923-936) », dans P. Bastien, F. Dumas, H. (...)
  • 10 P. Crinon, « Catalogue des monnaies carolingiennes de Tours du viiie s. au début de la féodalité, x(...)
  • 11 P. Olivier, « Les monnaies féodales du Puy », Revue numismatique, 1927, p. 170-217.

16D’autres auteurs ne citent le trésor qu’à propos des monnayages qu’ils étudient mais peuvent ajouter des références complémentaires. Ainsi Françoise Dumas9 rajoute, p. 220, dans ses références un renvoi à une note d’Émile Caron, parue dans l’Annuaire de la Société française de numismatique, 1890, p. 4 des Procès-verbaux et Pierre Crinon en 199710, qui ne s’intéresse qu’aux monnaies de Tours, ajoute, p. 79 no 45, des renvois complémentaires à É. Caron (à qui il emprunte la localisation aux environs Barcelone ou Gérone) mais aussi, pour les monnaies du Puy, au Dr P. Olivier11 qui lui-même renvoie, p. 182 et 208, à la quasi-totalité des publications antérieures, dont celles de É. Caron ainsi qu’à la Numismatique du Languedoc de Charles Robert qui n’apporte rien d’original.

  • 12 É. Caron, Monnaies féodales françaises, Paris, 1882-1884.

17É. Caron12 revient à plusieurs reprises sur la trouvaille d’Espagne avec des informations originales. À propos de Brioude, p. 116, il fournit, avec la date erronée de 1869, une description de la trouvaille qui « contenait des deniers d’Eudes de Toulouse, des deniers carolingiens jusqu’à Charles le Simple et le denier au nom de Raoul frappé au Puy…, les deniers à la tête chinonaise et notamment ceux portant aurlians au revers. Enfin le plus grand nombre des pièces, le fond de la trouvaille consistait en deniers…» de Brioude.

  • 13 V. Geneviève, et G. Sarah, « Le médaillier carolingien du musée Paul-Dupuy à Toulouse », Mémoires d (...)

18Il date ces pièces du premier tiers du xe siècle et redit, p. 190, que l’enfouissement « ne peut dépasser le deuxième tiers du xe s. » à propos des pièces de Toulouse aux monogrammes d’Eudes et de VGO qu’aurait contenues le trésor. Il semble à ce propos que Caron ait confondu pour le type au nom de Charles ce monogramme VGO et le monogramme CA/RL qui est explicitement cité par E. Gariel, t. 1, p. 143, à propos de la Découverte de Cuerdale : « Un grand nombre de ces deniers de Toulouse se trouvait dans le trésor exhumé en Espagne qui contenait les deniers de Raoul frappés au Puy », en accord avec la mention par A. Chassaing de pièces de Charles empereur de Bourges, Nevers et Toulouse. L’association de ces deux types toulousains d’Eudes et de Charles empereur est également attestée dans le petit trésor de La Couvertoirade (Aveyron) comme le fait observer M. Parvérie qui s’appuie sur leur présence conjointe dans la liste dressée par A. Delgado en 1866. Les analyses réalisées par Guillaume Sarah sur les monnaies de la collection de Toulouse13 s’accordent avec une datation au tournant du xe siècle. É. Caron revient sur la trouvaille, p. 69, à propos des pièces à la tête, en mentionnant des discussions avec Feuardent sur ces pièces et en localisant des exemplaires chinonais de deux variétés au cabinet des Médailles (1,25 g) et dans la collection Jarry qu’il illustre et qui proviendraient de la trouvaille.

  • 14 É. Caron, « Répertoire chronologique des principaux enfouissements monétaires intéressant la numism (...)
  • 15 P. Crinon, M. Dhénin et R. Prot, « Attribution à Robert, marquis de Neustrie des monnaies au buste (...)

19La notice du trésor qu’il donne encore en 189214 confirme une date après 923 pour cette trouvaille, acquise par Rollin et Feuardent, qu’il localise aux « environs de Barcelone ou de Gérone » en ne mentionnant plus que les deniers à la tête, le denier du Puy et les deniers d’Eudes de Toulouse. En 1890, dans l’Annuaire de la Société française de numismatique, p. 4, il précisait : « un assez grand nombre » pour les deniers Tours-Chinon et « quelques exemplaires » pour Orléans-Tours dont il attribue l’émission au duc des Francs Robert, hypothèse reprise par P. Crinon15.

  • 16 G. de Ponton d’Amécourt, « Description générale des monnaies au type chinonais », Annuaire de la So (...)

20Dans son étude sur les monnaies à la tête de 1895 Gustave de Ponton d’Amécourt16 mentionne, p. 140, sur des renseignements fournis par Feuardent, une « trouvaille faite il y a une quinzaine d’années près de Madrid de ces pièces avec des monnaies arabes et des monnaies de Raoul », description imprécise, mais qui a toutes chances de se rapporter à la même trouvaille.

  • 17 Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et commerce du Puy et de la Haute-Loire, 31 (18 (...)

21Il apparaît que les informations données par Rollin et Feuardent étaient variables selon leurs interlocuteurs, à commencer sur l’ampleur du trésor : le grand nombre des pièces de Brioude, le certain nombre des pièces de Tours-Chinon, et les quelques exemplaires de Tours-Orléans mentionnés par É. Caron laissent supposer qu’il comptait bien plus de la vingtaine de pièces annoncée à A. Chassaing. Pour le seul atelier du Puy, au-delà des 2 ou 3 exemplaires annoncés par celui-ci en 1868, Rollin lui proposa en 1870, deux nouvelles pièces dont une à légende Sancta Maria restée unique17. Un exemplaire avait rejoint la collection Gariel et la Bibliothèque nationale avait également acquis en 1870 un exemplaire, peut-être vu dès 1868 par A. de Longpérier. Le Dr Olivier précise encore que des exemplaires étaient passés en vente ou restaient disponibles sur le marché un peu avant la rédaction de son étude de 1927.

  • 18 M. Dhénin et O. Ruffier, « Denier inédit de Raoul frappé à Bourges », Bulletin de la Société frança (...)

22La multiplicité des pièces de Raoul évoquée par G. de Ponton d’Amécourt en 1895 sur des informations de Feuardent se trouve ainsi confirmée et on pourrait s’étonner de l’apparition à ce même moment de plusieurs pièces aquitaines de Raoul, restées rarissimes sinon uniques, dont plusieurs étaient percées comme celle d’Angoulême entrée en 1867 au cabinet des Médailles qui avait également acquis plusieurs pièces à la tête de Tours-Chinon selon É. Caron. E. Gariel avait également pu acquérir une pièce de Nevers, intacte, et un denier de Bourges percé et unique jusqu’à la découverte d’un exemplaire fragmentaire publié par M. Dhénin en 198718 ainsi qu’un denier associant un buste et un revers carlus rex caractéristique de Melle. Autant de monnayages de la zone aquitaine qui apparaissent au moment de la dispersion du trésor d’Espagne et dont des exemplaires reparaissent dans les lots Espanyia 2 ou 3 avec, de plus, toujours au nom de Raoul, des exemplaires inédits de Brioude.

23Les auteurs du xixe siècle n’ont pas fourni de données plus précises sur les monnaies de Charles empereur à Nevers et Bourges ou sur celles d’Eudes frappées à Limoges. Une mention particulière doit être faite pour la monnaie de Lothaire de Quentovic qui ne paraît pas avoir suscité de commentaires alors que Lothaire Ier n’a pas pu frapper à Quentovic et qu’on n’a pas reconnu le nom ni le monogramme de Lothaire sur les multiples séries du monnayage de Quentovic à son époque. De fait E. Gariel la présente comme une émission au monogramme de Charles, mais la question reste ouverte pour un atelier qui serait le seul atelier non aquitain à figurer dans ce lot et, avec Rouen, dans le trésor de Calatayud. La composition du lot du trésor d’Espagne récupéré par Rollin et Feuardent mérite d’être sensiblement réévaluée, qu’il s’agisse de son importance numérique ou de la diversité des monnayages représentés.

III. Un monnayage original de Robert duc des Francs d’après le trésor d’Espagne-Calatayud ?

  • 19 M. Parvérie, R. Prot et P. Schiesser, « À propos d’un denier hybride : Vendôme a-t-il frappé des mo (...)

24La présentation par des participants actifs des conférences d’un denier hybride19 et d’autres exemplaires récemment reparus du trésor de Calatayud montrant des monnayages avec un taux important d’hybridation et de liaisons de coins :Vendôme et Melle, mais aussi Tours, Chinon et Orléans a donné l’occasion de reprendre l’examen systématique pour les ixe-xe siècles de ces monnayages ainsi que de celui de Blois, sinon d’Angers et de Nantes. Un ensemble de liaisons de coins rapproche en effet ces monnayages, encore renforcé par les exemplaires d’un petit ensemble qui aurait été trouvé à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire) et dont l’étude est en cours par Philippe Schiesser. Celui-ci ne présente toutefois pas de liaisons de coins directes avec le groupe examiné ci-dessous et les pièces aux noms de Tours et Chinon appartiennent à la première série du premier groupe défini par P. Crinon, aux légendes correctes et aux poids plus élevés et qui est actuellement connue par un nombre croissant d’exemplaires semblant résulter de la dispersion d’un important trésor, alors que le groupe qui est ici envisagé apparaît surtout lié au trésor d’Espagne. La pièce hybride nouvellement publiée est au même type que l’exemplaire, apparemment différent, qu’avait illustré E. Gariel (pl. LII, no 89) mais dont le lieu de conservation actuel est inconnu. Cette pièce nouvelle présente un revers avec une légende +Carlus re (sans x) autour d’une croix, issu du même coin que deux exemplaires du trésor de Calatayud portant au droit le nom de Melle en deux lignes.

  • 20 R. AMerson, « Quelques monnaies rares de Châteaudun et de Vendôme », Bulletin de la Société franç (...)
  • 21 B. Diry, « Un denier unique de Vendôme frappé dans les années 950-970 », Bulletin de la Société fra (...)
  • 22 S. Achache, M. Bompaire et A. Castelas, « Le Trésor dit “du Loiret”. Présentation, catalogue et étu (...)
  • 23 J. C. Moesgaard, « A Hoard from the Blois Region and the Proto-Feudal Coinage of Blois, c. 920/40 » (...)

25Par ailleurs, le droit, anépigraphe, présente un buste de même coin que celui d’une pièce portant au revers le nom de Vendôme20, désormais connue par un second exemplaire (de mêmes coins). Ce coin de revers au nom de Vendôme servit aussi à la frappe d’un type de buste différent21 ouvrant la voie aux émissions représentées dans le trésor du Loiret22 avant le milieu du xe siècle. Cela suggèrerait une continuité vendômoise conduisant à situer à Vendôme l’atelier d’émission. Ces deux types de bustes, antérieurs à celui qui apparaît dans le trésor du Loiret (enfoui vers 956-960) pour les ateliers de Vendôme et de Blois laissent supposer que le type du buste anépigraphe a été inauguré à Vendôme avant d’être repris à Blois où le type au monogramme carolin était utilisé jusque dans les années 920 au vu d’un trésor publié par Jens Moesgaard23.

26Toutefois, un nouvel exemplaire inédit (vente Inumis 36, lot 458)24 a été présenté au séminaire qui associe ce même coin de droit au buste anépigraphe (de Vendôme ?) à un revers portant non plus le nom de Vendôme mais celui d’Orléans, gravé sur un coin bien reconnaissable et qui est déjà connu pour avoir frappé des pièces portant au droit le nom de Tours avec des bustes de type 1 ou de type 3, eux-mêmes liés avec des pièces portant au revers le nom de Chinon. Ces liaisons de coins entre Tours-Chinon et Tours-Orléans, avec toujours le même coin de revers pour Orléans, avaient déjà été observées pour le type 1b par P. Crinon, M. Dhénin et R. Prot en 1997 et pour le type 3 par M. Parvérie, R. Prot et P. Schiesser en 2020. Ce monnayage présente ainsi une grande densité de liaisons de coins et un nombre de coins assez limité.

27Toutes les pièces ne sont pas pour autant issues du trésor de Calatayud et d’autres trouvailles associant pièces de Tours-Chinon et de Melle ont été signalées dans la Vienne (Dangé-Saint-Romain) ou en Indre-et-Loire (Beaumont-en-Véron), ce qui témoigne d’une certaine consistance et d’une certaine portée pour ces émissions. La mention dans le lot du trésor de Calatayud examiné par A. Delgado d’une pièce au buste de Tours portant le même type de revers, de Melle à légende +carlus rex tisse encore davantage de liens entre les divers monnayages. On peut d’ailleurs relever la présence d’une pièce de Melle de type très proche dans la trouvaille de Soleure, vers 960, (manuscrit Hermann communiqué par Benedikt Zäch) avec la même forme de M constituée de deux I, le même S inversé, mais avec une légende +Carlus rex comme dans la trouvaille de Beaumont-en-Véron) aux côtés d’une pièce (ms. R. de Wallier de Soleure) plaçant la légende metalo entre deux croisettes et présentant une légende déformée +Carulus re (?), elle-même très proche d’une variété inédite signalée au séminaire par Vincent Borrel avec les mêmes croisettes et une légende +Carus reor, qui annonce les pièces postérieures du trésor de Fécamp présentant les croisettes et une légende oCoarus re et se rapproche de l’empreinte sur plomb trouvée à Saintes d’un coin portant Carus r… L’exemple de Melle illustre bien l’apport des exemplaires de Calatayud à l’établissement des typologies des divers monnayages concernés : Melle en Poitou étant ainsi associé par des hybrides à Tours et Vendôme mais aussi indirectement à Orléans et Chinon. L’atelier poitevin figure également dans les mêmes trouvailles (Espagne, Dangé, Beaumont) que les pièces du groupe de Tours Chinon à légendes correctes.

28Dans cet ensemble où l’on peut relever l’absence des ateliers, pourtant proches, de Blois et d’Angers on peut observer que les bustes portent le nom de Tours (associé avec des revers portant les noms de Chinon, d’Orléans ou de Melle) ou restent anonymes (associés avec des revers d’Orléans, Melle ou Vendôme), Melle étant le seul de ces lieux à présenter un droit non partagé avec d’autres ateliers, ce qui laisse penser que le centre de cette émission se situe à Tours (et secondairement à Melle).

29La façon dont ces pièces s’insèrent dans la succession des émissions à Orléans notamment suggère une durée assez brève. Même à Tours elles apparaissent après une succession d’émissions différentes représentées jusque dans le trésor de Rennes vers 920-923, ce qui laisse penser que la fabrication des pièces à la tête était alors récente et qu’elle ne prend pas la suite directe d’émissions aux noms de Tours et Chinon représentées dans des trésors du tournant du xe siècle (Coudres, Évreux) que P. Crinon rapprochait d’un déplacement provisoire face à la menace normande en 903, alors même qu’un exemplaire de Chinon figurait apparemment dans le trésor de Monchy antérieur à 898. La question de ce monnayage portant les noms de deux lieux reste donc ouverte et pourrait être envisagée en même temps que celle des trois deniers associant les noms de Poitiers et de Melle qui sont apparus dans le trésor de Marçay Bonnevaux, vers 890.

30Le maintien d’un monnayage à Chinon portant le buste, désormais royal, de Louis IV ou de Lothaire a conduit à rattacher l’ensemble de ce monnayage à la tête à un atelier monétaire situé à Chinon, alors que l’atelier de Tours aurait interrompu ses émissions pour ne les reprendre, en reprenant un type ancien, que peu de temps avant la constitution du trésor de Fécamp, même si les trouvailles de Tours et l’allure de certaines pièces au type d’Eudes peuvent également correspondre à des émissions du plein xe siècle.

31Françoise Dumas, qui dans l’étude du trésor de Fécamp a posé cette hypothèse chinonaise avait cependant mis en lumière une autre caractéristique de ce monnayage à la tête, sa naissance à Saint-Martin de Tours, probablement dès le moment où l’abbaye et son abbé Robert reçurent de Charles le Simple en juin 919 le droit de frapper une monnaie propre propriam monetam et percussuram proprii nomismatis sans prélèvement royal de monetaticum. Elle considère que l’émission plus ou moins symbolique et confidentielle qui suivit le transfert solennel du corps et l’établissement de ces droits monétaires en 919 avec un type de tête à l’antique fut la source d’inspiration des bustes d’allure également constantinienne frappés peu après aux noms de Tours et Chinon.

  • 25 Une autre hypothèse a été suggérée depuis par Bruno Foucray. La concentration des pièces liées de c (...)

32Cet enchaînement qui rejoint les chronologies proposées depuis Caron place ces émissions à un brève période autour de 920 sous l’autorité de Robert alors qu’il n’était encore que duc des Francs, mais où, outre son abbatiat de Saint-Martin il cumulait les comtés de Tours, Orléans, Blois avec autorité sur les vicomtes de Tours (Foulques puis Thibault) et Chinon (Thibault qui tenait de l’archevêque). L’atelier de Saint-Martin qui pouvait assurément servir de support pour lancer une politique monétaire autonome, sans référence au nom du roi, aurait ainsi concentré les émissions aux noms et pour les besoins de divers lieux, en accord avec le comte de Poitiers, dans un contexte que l’on pourrait lier aux levées et au financement des opérations face aux Normands de Loire installés à Nantes par Robert en 92125.

— ◊ —

[2020-2021]

I. Résumé des conférences

33Entre deux colloques à Bordeaux où le DE a pu participer et intervenir en octobre sur les médiévistes face à la documentation des érudits modernes et en juin sur la frappe monétaire, les séances du séminaire se sont tenues dès le mois de novembre sur un mode distanciel qui a une nouvelle fois facilité la participation et la prise de parole de collègues étrangers, de doctorants ou de spécialistes éloignés de Paris que le DE tient à remercier et qui a permis (sauf oublis) un enregistrement des conférences.

34Les conférences ont été largement consacrées aux monnayages francs et au haut Moyen Âge dans l’optique d’une présentation du directeur d’études à la prochaine settimana de Spolète sur les fonctions des métaux monétaires depuis le Bas Empire. Elles ont bénéficié d’interventions d’Inès Villéla-Petit et de Philippe Schiesser sur les monnayages mérovingiens d’or et d’argent et de Guillaume Blanchet, doctorant, sur la fabrication des argentei des ve-vie siècles et sur les bases de données accessibles pour cette période. Le projet collectif du séminaire sur le recensement des piéforts médiévaux a été enrichi de nombreux éléments, notamment avec l’accès, grâce à Richard Prot, à une importante collection privée contenant un piéfort d’écu d’or jadis émaillé et un piéfort de franc à pied. Le corpus des piéforts de monnaies d’or de Philippe VI, Jean II et Charles V a ainsi été sensiblement étoffé et renouvelé avec la présentation de deux piéforts par Yannick Jézéquel (publication à venir dans le BSFN) et au réexamen d’une trouvaille normande (forêt de Brotonne) à partir de nouveaux documents découverts par Vincent Borrel montrant qu’elle contenait un piéfort du franc à pied et qui a été discutée et republiée en collaboration avec Jens Moesgaard et Vincent Borrel (Numismatic Chronicle 2022). Les trésors anciennement trouvés à Sainte-Croix de Celleneuve à Montpellier (monnaies du xe siècle conservées en bonne partie à la médiathèque de Montpellier, collection Cavalié, accessible en ligne, et Ricard à la société archéologique) et de Lodève (monnaies du Puy du xie siècle) sur lesquels des éléments complémentaires sont aussi apparus ont également fait l’objet de présentations approfondies par le DE en collaboration avec Vincent Borrel, Marie-Laure Le Brazidec et Bernard Léchelon qui a pu assurer la conservation à Lodève des exemplaires passés en vente publique. Les frappes de monnaies à Laon au temps de l’évêque Gaudry ont été étudiées à l’occasion de la présentation d’une pièce attribuée à Louis V par P. Schiesser qui pourrait aussi bien être datée de l’époque de Louis VI au vu de la documentation, incomplète, fournie par les trésors monétaires (publication dans le BSFN 5, 2021, p. 226-229). Plusieurs séances ont été consacrées à l’examen d’inventaires de matériel technique d’ateliers monétaires d’époque moderne, Dinan et Dieulouard par Olivier Michel et Bruno Jané, doctorants, ou à l’organisation du métier de monnayeurs depuis les règlements de Pavie et Strasbourg jusqu’à la constitution des serments de France et de l’Empire qui a fait l’objet en juin d’une communication du directeur d’études (à paraître). Une séance a encore permis de commenter un bail inédit découvert par Jérôme Belmon concédant en 1265 la monnaie de Toulouse aux exploitants du minier d’argent de Montjau (Aveyron). Un projet collectif de recherche porté par Nicolas Minvielle Larousse sur cette exploitation minière permettra une pleine contextualisation de ce document au-delà de ses aspects numismatiques et monétaires qui conduisent d’ores et déjà à modifier le classement des émissions toulousaines et à reconsidérer la représentativité des exemplaires conservés par rapport au volume des émissions monétaires. Le projet de recherche sur les comptabilités urbaines ligériennes porté par Didier Boisseuil a fourni l’occasion de poursuivre avec Thomas Roy le commentaire des mentions contenues dans ces comptes sur la mise en œuvre des décisions monétaires royales et les pertes que celles-ci pouvaient occasionner aux usagers et notamment aux comptables et à ceux qui avaient à gérer la caisse de la ville en période d’instabilité monétaire. Les années 1422-1424 ont été examinées en essayant de mettre en valeur ce que ces sources de comptabilité urbaine pouvaient apporter en complément des diverses sources disponibles : comptes d’ateliers monétaires, recueils de changeurs ou d’officiers monétaires, sources judiciaires…, en l’absence de conservation des archives de la chambre des monnaies de Bourges qu’il s’agisse des séries d’ordonnances ou de la correspondance administrative, sinon avec le Dauphiné ou pour quelques épaves le Languedoc ou l’atelier monétaire de Villefranche de Rouergue. Ce sont précisément ces mêmes sources qui ont été mises en œuvre pour l’étude approfondie du franc à cheval de Charles VII.

II. Le franc à cheval de Charles VII

  • 26 A. Dieudonné, Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque nationale. Les monnaies capétien (...)
  • 27 L. Ciani, Les monnaies royales françaises, Paris, 1926.
  • 28 F. Leblanc, Traité historique des monnoyes de France, Paris, 1690.
  • 29 J. Lafaurie, Les monnaies des rois de France, Paris, 1951, no 455.

35À l’occasion du passage en vente publique d’un exemplaire de cette monnaie rarissime (vente Gadoury, juin 2021, no 225 : 2,98 g), un recensement des exemplaires a permis de constater que deux exemplaires seulement avaient été signalés. Le premier est conservé au Cabinet des médailles26 et porte l’annelet sous la cinquième lettre des légendes, ce qui permet de l’attribuer à l’atelier de Toulouse. C’est cet exemplaire qui a été gravé au xixe siècle et figure dans les ouvrages de Hofmann et L. Ciani27. Il est issu de l’ancien fond, mais il ne semble pas avoir servi de support à la gravure figurant dans l’ouvrage de François Leblanc en 169028. Celle-ci évoque davantage l’exemplaire passé en vente en février 2012 (vente Künker no 21 3,05 g) frappé à Montpellier avec un point sous la quatrième lettre, peut-être le même que celui qui était mentionné mais pas localisé dans l’ouvrage de Jean Lafaurie en 195129 : « on connaît de cette rare pièce un exemplaire de Toulouse au Cabinet des Médailles et un de Montpellier ». En effet sur cette pièce de Montpellier le roi porte un bassinet à visière pointant en avant et non le heaume qui figure sur la pièce de Toulouse et les K qui cantonnent la croix fleuronnée (et non fleurdelisée) du revers sont aux premier et quatrième canton. La gravure de Leblanc, comme c’est souvent le cas, ne reproduit pas pour autant la pièce d’une façon parfaitement fidèle et les lis qui figurent aux second et troisième cantons sont tournés vers l’extérieur ou encore les antérieurs du cheval ne coupent pas la légende. C’est en revanche le cas sur la gravure d’une pièce similaire de Henri VI, fort douteuse et non retrouvée, que donne F. Leblanc. C’est assez dire la prudence avec laquelle il convient de s’appuyer sur ces gravures anciennes, même si, une fois encore, l’illustration de l’exemplaire de Montpellier vient conforter l’allure générale de la gravure de F. Leblanc. L’exemplaire de Toulouse passé en vente en juin 2021 constitue assurément un troisième exemplaire, mais son examen permet de constater qu’il a été frappé avec les mêmes coins que la pièce du Cabinet des médailles. La portée de cette émission semble donc limitée, sinon symbolique. Le catalogue de vente Künker souligne ainsi que les seules fabrications attestées par des comptes d’ateliers monétaires conservés sont de 4 500 exemplaires à Toulouse, du 8 juillet au 22 août 1424 et de 80 exemplaires à Romans, le 1er juillet 1424. Cette fabrication est en tout cas mal connue et des incertitudes demeurent jusque sur sa date précise puisque J. Lafaurie donne les dates du 12 septembre 1422 et 4 novembre 1423 en commentant « nous donnons la date de l’ordonnance du 12 septembre 1422 de Charles dauphin qui servit de base aux fabrications de Charles roi ».

36Le choix du type monétaire du franc à cheval frappé par Jean le Bon dès son retour de captivité puis par Charles V en 1361-1365 a retenu l’attention des historiens. La représentation est extrêmement proche sur la pièce de Charles, au revers, avec seulement des lis et des k remplaçant les fleurons cantonnant la croix, comme au droit, pour les exemplaires toulousains en tout cas, qu’il s’agisse du heaume, de la housse du cheval ou du trèfle remplaçant le lis initial de la légende. De là à considérer que cette émission était destinée à afficher l’inauguration du nouveau règne et de bénéficier avec le type et le nom du franc de l’image positive du renforcement et de la stabilisation monétaire qui avait été introduite par le franc en 1360, il n’y aurait qu’un pas qu’il convient cependant de ne pas trop vite franchir. La rupture avec la grande dévaluation des années 1417-1422 avait été décidée par le dauphin régent avant même la mort de Charles VI par l’ordonnance de Mehun-sur-Yèvre du 12 septembre, comme le rappelle J. Lafaurie. Le franc n’était ainsi pas associé à l’affirmation du titre royal face aux prétentions du nouveau roi de France et d’Angleterre. Il était en revanche bien lié à un projet de renforcement monétaire et le programme de libération ou d’affranchissement du royaume affiché par le franc restait certainement perceptible pour les contemporains.

  • 30 M. Dhénin, « Florin et double florin de Bretagne », Revue numismatique, 1973, p. 190-215.
  • 31 Arch. dép. Maine-et-Loire, H 1420, f. 19 : prêt à Jean de Fontaine Guérion de « 300 l t comptés en (...)

37Une tentative similaire de rupture avec les émissions d’écus et d’agnels avait été engagée avec succès par Charles VI puis Henri V qui avaient lancé la fabrication de saluts d’or en août 1421, mais l’iconographie de la salutation angélique, l’annonciation, était une innovation dans la tradition monétaire française, alors que Charles s’inscrit pleinement dans cette tradition avec le franc. Le dauphin régent avait lui-même tenté une réorganisation monétaire avec la grande ordonnance de Vienne-les-Jargeau du 24 août 1420 qui créait une nouvelle et spectaculaire pièce de plus de six grammes d’or fin, le double d’or, dont on connaît également à peine une dizaine d’exemplaires mais sans rompre avec les émissions d’argent antérieures. Cette innovation fut suivie par le duc de Bretagne qui frappa lui aussi en 1420 des doubles d’or, non retrouvés, et des demi-doubles. Ces florins de Bretagne prirent selon Michel Dhénin30 la forme de florins au cavalier dès 1421, soit probablement avant l’émission des francs. Faut-il dés lors penser que le choix du franc fut inspiré par cette émission de Jean V ? En dehors d’une gravure du xvie siècle reprenant pour le duc de Bretagne le type du franc et dont on ne connaît pas davantage d’exemplaire que pour le franc de Henri VI gravé par Leblanc, le florin de Bretagne présente un cavalier à droite tenant l’écu en même temps que l’épée et sans cotte chargée d’hermines sur l’armure. Seul le revers évoque d’assez près celui du franc en se distinguant nettement de celui des écus et plus encore des moutons, des heaumes d’or ou des doubles d’or. La mention de florins de Bretagne avant 1423 dans les comptes de Jean de Mauléon et aussi d’écus de Bretagne en 1418-142031, accrédite l’idée que les pièces bretonnes au cavalier sont antérieures à la fabrication des francs, mais elles reprennent le type équestre du grand sceau de Jean V et le lien avec le franc ne s’impose pas.

  • 32 On peut s’appuyer sur la date de début des comptes ou mieux encore sur la date de clôture de la fab (...)

38Comment comprendre ensuite le délai qui sépare cette ordonnance de septembre 1422 des premières fabrications attestées presque deux ans plus tard seulement en juillet-août 1424 ? Il convient d’abord de rappeler que les archives de la chambre des monnaies établie à Bourges par le dauphin régent n’ont pas été conservées en dehors de quelques comptes d’ateliers monétaires qui témoignent d’une politique d’émissions différenciées selon les régions. L’examen de ces comptes de fabrication conservés pour un certain nombre d’ateliers reconnaissant Charles VII montre en effet qu’entre-temps la frappe de l’or n’est pas totalement suspendue et que des écus d’or furent alors frappés à des conditions diverses : de 68 au marc (3,60 g) et à 23 carats à La Rochelle du 24 août au 27 novembre 1422 alors que Montpellier en frappait à 64 au marc (3,82 g) et d’or fin, à un demi-carat près, entre le 19 juillet et le 27 septembre. Mieux encore, les archives de la chambre des comptes de Dauphiné ont enregistré des lettres des généraux maîtres des monnaies du 21 janvier 1423 ordonnant aux ateliers dauphinois la frappe de ces écus de 64 à demi-carat de remède en même temps qu’était prescrite la fabrication de nouvelles pièces d’argent, bien attestée dans les comptes des divers ateliers monétaires à partir de février 142332. En ce qui concerne l’or, on n’a d’indication sur cette fabrication que pour l’atelier de Toulouse, mais du 7 septembre au 20 novembre 1423 soit à un moment où une nouvelle émission d’écus d’or fin taillés à 68 au marc avait depuis longtemps été ordonnée par des lettres des généraux maîtres du 2 mars 1423 enregistrées à Grenoble. De telles pièces ont été frappées en 1423 à Angers, du 22 mai au 14 août, à Poitiers du 2 octobre au 12 décembre, ou à Crémieu en Dauphiné du 11 septembre au 11 janvier 1424 et même jusqu’en avril. Une frappe de moutons d’or était également prévue ainsi que celle de nouveaux blancs de 5 et 10 deniers tournois, en attendant que des émissions complémentaires de monnaies divisionnaires soient ordonnées en Dauphiné le 26 avril. En Dauphiné l’ordre de frapper ces écus et ces moutons fut réitéré le 31 juillet 1423.

39Une grande ordonnance monétaire destinée aux baillis et sénéchaux fut prise à Tours le 4 novembre 1423 qui prévoyait, de nouveau, la frappe de francs d’or. L’ordonnance suivante qui prescrivait la frappe d’écus de 70 au marc (3,50 g) à 23 carats est parvenue en Dauphiné le 16 septembre 1424, mais elle devait être sensiblement antérieure puisque les émissions correspondantes avaient commencé dès le 23 août à Tours, le 28 septembre à Toulouse, où l’émission des francs d’or s’était arrêtée le 22 août, mais 400 pièces seulement avaient été frappées à Crémieu avant le 13 octobre et les comptes de la Rochelle ne partent que du 15 janvier 1425…

40On peut supposer à partir de ces éléments que les francs à cheval n’ont pu être frappés qu’à deux moments distincts : entre le 12 septembre 1422 et le 21 janvier 1423 puis entre le 3 novembre 1423 et le mois de septembre 1424. Les comptes des ateliers de Toulouse et de Romans confirment la réalité de fabrication à la fin de cette seconde période, en juillet-août 1424. Peut-on préciser davantage ?

  • 33 BNF, ms. nouv. acq. lat. 471.

41Les archives dauphinoises qui sont les seules à faire connaître l’ordonnance de Mehun-sur-Yèvre du 12 septembre 1422 fournissent le cadre chronologique et règlementaire où s’inscrivent les émissions décrites dans les comptes de fabrication, mais on peut suspecter que la mise en œuvre des ordonnances pouvait être partielle ou différée dans une région où les textes devaient passer par le gouverneur et parfois être transposés par la chambre des comptes pour s’adapter aux usages locaux, avec des fabrications complémentaires d’espèces propres au Dauphiné. Leur contenu demande ainsi à être comparé au récit proposé par des sources d’origine privée comme un registre d’officier monétaire ou de changeur33 qui date les émissions successives (pour l’argent) en novembre 1422 pour la mise en œuvre de l’ordonnance de Mehun, février 1423 pour celle des lettres du 21 janvier, en mai 1423 pour les lettres du 2 mars et du 26 avril sur les monnaies divisionnaires, en janvier 1424 pour l’ordonnance de Tours du 3 novembre et la réduction de cours des blancs antérieurs, et en mars 1424 pour la nouvelle émission de monnaies divisionnaires, soit des délais au moins comparables à ce que peuvent donner les archives dauphinoises, dont la fiabilité apparaît ainsi confirmée.

  • 34 Arch. mun. Tours CC 23.
  • 35 C. Port, Inventaire des archives anciennes de l’hôpital St-Jean d’Angers, Paris, 1870, p. 51, d’apr (...)
  • 36 « … jusques audit VIe jour d’avril que ladite monnoye fut abolie et mise a billon au marc »et « pou (...)
  • 37 Arch. mun. Amboise CC 72.
  • 38 F. Michaud-Fréjaville, « Une cité face aux crises : les remparts de la fidélité de Louis d’Orléans (...)

42Les comptabilités urbaines du Val de Loire confirment que le changement de cours ordonné par l’ordonnance de Tours du 3 novembre ne fut publié dans cette même ville que le 24 décembre34 et le 30 décembre à Angers35, et fut suivi les 6 et 12 avril à Tours36 et avant le 24 mai en Anjou par le décri des blancs dont le cours avait été réduit. De même la fin de la faible monnaie décidée dans l’ordonnance de Mehun du 12 septembre 1422 ne fut appliquée que le 1er novembre à Amboise37. La réduction du cours des anciens gros de vingt deniers à deux deniers qui était déjà publiée à Orléans y avait été suivie peu après le 19 novembre 1422 d’une nouvelle réduction à un denier qui ne fut transposée dans la comptabilité qu’à compter du 19 janvier38, ce qui conduit à bien différencier la chronologie des ordonnances, celle de leur publication et de leur mise en œuvre véritable et enfin celle de leur inscription dans la tenue des comptes.

  • 39 Arch. dép. Hérault A9, f. 86.
  • 40 Lettres sur le cours des écus et des moutons, sans mention des francs d’or, données à Bourges le 22 (...)
  • 41 Dom C. Devic, dom J. Vaissète, Histoire de Languedoc, rééd. É. Molinier, 16 vol., Toulouse, t. X, 1 (...)
  • 42 Arch. dép. Hérault A9, f. 50, 52 ; Ordonnances des rois de France de la troisième race, XIII, p. 34
  • 43 Cf. Arch. nat., X1A 9808, f. 371, X1A 9317, no 9 et X1A 9192, f. 340…
  • 44 Arch. dép. Hérault A9, f. 13 cf. Arch. nat. X1A 9808, f. 161.
  • 45 F. Garnier, Un consulat et ses finances, Millau (1187-1461), Paris, 2006, d’après le compte du cons (...)

43Une autre série documentaire vient confirmer cette impression en aidant également à mesurer la part d’adaptation de la réglementation aux situations régionales. Bon nombre des textes enregistrés dans les archives de la sénéchaussée de Beaucaire ont été copiées au xviiie siècle dans une série d’ordonnances de la chambre des comptes de Montpellier qui constitue aujourd’hui la série A des archives départementales de l’Hérault, mais il s’agit surtout de textes fixant le cours des espèces comme l’ordonnance de Tours du 3 novembre 142339, ou ordonnant dès le 22 mars 142440 le décri des blancs antérieurs pour la circulation desquels les États de Languedoc obtinrent le 20 mai un sursis jusqu’au 15 juin ou pour le paiement des arrérages41. Cet accord avec les États est le seul à clairement ordonner la fabrication et la circulation des francs d’or. À la suite des États de mai 1423 déjà une nouvelle émission de doubles tournois propre aux ateliers de Languedoc avait été programmée le 3 août pour la Saint-Rémi42. En effet les doubles antérieurs avaient fait l’objet de trafics multiples43 et avaient entraîné dès le début de 1423 la surévaluation de l’or dénoncée le 20 février par une ordonnance locale44. Les États de Carcassonne du 13 juillet 1422 avaient déjà demandé le retour à la forte monnaie pour le 15 septembre avec une frappe d’écus de 64 au marc à demi-carat de remède. C’est peut-être ce qui explique que les comptes de Millau soient tenus en monnaie forte dès le 15 juillet 1422 sans attendre le décri des gros de 20 deniers qui ne fut publié dans la ville que le 26 octobre45 et pleinement inscrit dans les comptes que le 12 décembre.

44De ce tour d’horizon d’une documentation quelque peu diverse et dispersée on peut retenir que l’ordonnance de Tours du 3 novembre 1423 prévoyant la fabrication des francs fut assurément mise en œuvre, même si ce ne fut qu’avec un certain délai : elle ne fut publiée qu’à la fin de l’année, le 24 décembre à Tours, soit au moment où était envoyé l’exécutoire destiné à lancer les fabrications pour le Dauphiné le 21 décembre, avec un rappel le 13 janvier pour recommander la frappe des francs et des nouveaux blancs. De fait les fabrications de ceux-ci commencent le 31 décembre à Poitiers et Limoges mais seulement le 6 mars à Toulouse et celles des francs suivirent en juillet-août…

  • 46 H. Morin, Numismatique féodale du Dauphiné, 1854, p. 260.
  • 47 Arch. nat., Z1b 881. On peut noter que l’envoi de la grande ordonnance du 3 novembre 1423 fut ordon (...)
  • 48 Arch. nat. Z1b 888, compte de l’atelier de Lyon du 6 novembre au 4 décembre 1422.
  • 49 U. Cabrol, Histoire de l’atelier monétaire royal de Villefranche-de-Rouergue, Villefranche-de-Rouer (...)
  • 50 Arch. nat. Z1b 991, le compte de Toulouse évoque un bail pour six mois moyennant 30 000 livres tour (...)

45Pour l’ordonnance de Mehun-sur-Yèvre du 12 septembre 1422, la mise en œuvre fut plus tardive encore et les indications sur la frappe de francs d’or sont plus incertaines : dans les archives de Grenoble, l’enregistrement de cette ordonnance est précédée d’une mention qui laisse planer un fort doute sur leur fabrication : Ordinatio monete 40e post blaffardos albe et nigre item et Francorum auri de 80 ad marcham de quibus nihil operatum46. On peut néanmoins s’appuyer sur diverses mentions sur la circulation de messagers figurant dans les dépenses des comptes de quelques ateliers monétaires comme le compte de Limoges du 1er novembre 1422 au 11 février 1424 qui évoque un voyage de Bourges à Limoges ordonné par les généraux maîtres le 14 novembre et accompli avant le 24 où la quittance fut remise pour « avoir porté lettres closes des generaux maitres aux gardes avec patrons des deniers d’or appelez francs a cheval »47. Le même jour Pierre Teinturier avait reçu mandement de « porter dud. lieu de Bourges les patrons des francs a cheval au Puy et a Villefranche en Rouergue » alors que le 15 novembre Yvonnet Cleculent recevait un mandat des généraux « pour trois voyages de Lyon a Bourges pour avoir apporté les fers de grands blancs, de petits blancs, de doubles et des francs a cheval »48. Des fers, ou coins nécessaires à la frappe avaient donc été gravés à cette date. Une partie de la correspondance de l’atelier monétaire de Villefranche-de-Rouergue49 a été conservée pour cette période et témoigne également des préparatifs du renforcement monétaire : dès le 24 septembre des ordres pour préparer une nouvelle émission, avec des conditions légèrement différentes de celles décrites par l’ordonnance de Mehun-sur-Yèvre du 12 septembre était envoyés par les généraux maîtres aux gardes de l’atelier avec des « patrons » pour les blancs par Pierre Teinturier. Les patrons pour les pièces divisionnaires, deniers et doubles, furent envoyés de Lyon le 12 octobre, mais ceux des francs d’or étaient encore seulement annoncés (« et vous envoierons les patrons de l’or au plus tost qu’ilz seront faicts »). Le même mandement prescrivait de poursuivre la fabrication de la monnaie faible jusqu’à nouvel ordre. Un nouveau bail de l’atelier était passé le 31 octobre et à compter du 15 novembre des ateliers relativement secondaires comme Villefranche et Le Puy étaient comme Limoges à même de lancer une fabrication de francs d’or à partir des « patrons » alors qu’à Lyon les coins étaient déjà effectivement gravés. Rien n’interdit de penser que des francs ont alors également été frappés. Toutefois il semble que l’accord entre Charles et les États de Languedoc sur une fabrication d’écus dans la province ait pu conduire à différer cette fabrication dans cette région. Il en résulte aussi que les seuls exemplaires conservés, frappés en Languedoc à Toulouse et Montpellier sont probablement à rattacher à la seconde période d’émission, et plutôt à partir de mai 1424, sachant que les trois ateliers « anciens » du Langedoc, Toulouse Montpellier et Villeneuve-les-Avignon avaient été affermés à un même consortium de changeurs50 jusqu’au 20 novembre 1423 au moins où des écus étaient encore frappés à Toulouse.

Haut de page

Notes

1 C. Hugues, « La monnaie de Saint-Gilles dans le Gard », Rhodania, 1961, p. 23-25.

2 J.-P. Devroey, « Activité monétaire, marchés et politique à l’âge des empereurs carolingiens (768-877) », Revue belge de numismatique, 2015, p. 177-232.

3 S. Coupland, « The Use of Coin in the Carolingian Empire in the Ninth Century », dans Rory Naismith, Martin Allen et Elina Screen (éd.), Early Medieval Monetary History. Studies in Memory of Mark Blackburn, Farnham, 2014, p. 257-293.

4 M. Parvérie, R. Prot et P. Schiesser, « À propos d’un denier hybride : Vendôme a-t-il frappé des monnaies portant Metallo, », Bulletin de la Société française de numismatique, 75, 5 (mai 2020), p. 135-141.

5 E. Gariel, Les monnaies royales de France sous la race carolingienne, Strasbourg, 1883.

6 K. F. Morrison et H. Grunthal, Carolingian Coinage, New York, 1967. S. Coupland, « A checklist of carolingian hoards », Numismatic Chronicle, 171 (2011), p. 203-256.

7 Notamment M. Parvérie, « La circulation des deniers de l’Aquitaine carolingienne en Al Andalus ; un réexamen des trésors Espanya-1, 2 et 3 », Bulletin de la Société numismatique de Limousin, 25 (février 2018), p. 4-16 ; M. Parvérie et V. Borrel, « Le dépôt de Calatayud (Aragon). La circulation et le recyclage des monnaies carolingiennes en al-Andalus » (à paraître).

8 A. Chassaing, « Notice sur un denier carlovingien frappé au Puy et portant le nom du roi Raoul », Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et commerce du Puy et de la Haute-Loire, 28 (1867), p. 485-496.

9 F. Dumas-Dubourg, « Les monnaies de Raoul, roi de France (923-936) », dans P. Bastien, F. Dumas, H. Huvelin et C. Morrisson (éd.), Mélanges de numismatique, d’archéologie et d’histoire offerts à Jean Lafaurie, Paris, 1980, p. 215-222.

10 P. Crinon, « Catalogue des monnaies carolingiennes de Tours du viiie s. au début de la féodalité, xe s. », dans J. Pilet-Lemière (éd.), Tours : études numismatiques, Paris, 1997, p. 53-87.

11 P. Olivier, « Les monnaies féodales du Puy », Revue numismatique, 1927, p. 170-217.

12 É. Caron, Monnaies féodales françaises, Paris, 1882-1884.

13 V. Geneviève, et G. Sarah, « Le médaillier carolingien du musée Paul-Dupuy à Toulouse », Mémoires de la société archéologique du Midi de la France, 72 (2014), p. 163-210.

14 É. Caron, « Répertoire chronologique des principaux enfouissements monétaires intéressant la numismatique française », Annuaire de la Société française de numismatique, 1892, p. 111-126, p. 124.

15 P. Crinon, M. Dhénin et R. Prot, « Attribution à Robert, marquis de Neustrie des monnaies au buste portant les noms de Tours et Chinon et de Tours et Orléans (919-923) », Bulletin de la Société française de numismatique, 52, 6 (juin 1997), p. 117-123.

16 G. de Ponton d’Amécourt, « Description générale des monnaies au type chinonais », Annuaire de la Société française de numismatique, 1895, p. 137-163, 242-260, 359-381, 426-462.

17 Annales de la Société d’agriculture, sciences, arts et commerce du Puy et de la Haute-Loire, 31 (1870-1871), [1874], p. 126-127.

18 M. Dhénin et O. Ruffier, « Denier inédit de Raoul frappé à Bourges », Bulletin de la Société française de numismatique, 42, 2 (février 1987), p. 156-158.

19 M. Parvérie, R. Prot et P. Schiesser, « À propos d’un denier hybride : Vendôme a-t-il frappé des monnaies portant Metallo, », Bulletin de la Société française de numismatique, 75, 5 (mai 2020), p. 135-141.

20 R. AMerson, « Quelques monnaies rares de Châteaudun et de Vendôme », Bulletin de la Société française de numismatique, 41, 6 (juin 1986), p. 66-67.

21 B. Diry, « Un denier unique de Vendôme frappé dans les années 950-970 », Bulletin de la Société française de numismatique, 70, 6 (juin 2015), p. 163-164 ; É. Caron, Monnaies féodales françaises, Paris, 1882, no 107, pl. V, no 10.

22 S. Achache, M. Bompaire et A. Castelas, « Le Trésor dit “du Loiret”. Présentation, catalogue et étude caractéroscopique de l’ensemble acquis par la BNF en 1998 », Trésors monétaires, 27 (2017), p. 1-99.

23 J. C. Moesgaard, « A Hoard from the Blois Region and the Proto-Feudal Coinage of Blois, c. 920/40 », Numismatic Chronicle, 157 (1997), p. 196-205.

24 https://www.inumis.com/shop/tours-et-orleans-denier-a-la-tete-lauree-s-d-fin-xe-s-1606800/.

25 Une autre hypothèse a été suggérée depuis par Bruno Foucray. La concentration des pièces liées de coins dans le seul trésor d’Espagne associée à la faiblesse de leurs poids et de leurs titres pourrait correspondre à la production d’un atelier de faussaires s’inspirant des émissions de bonne qualité (série 1) de Chinon ou de Melle voire, avec un seul coin, de Vendôme ou d’Orléans, mais ce dernier coin, avec la trouvaille de Dangé, est bien attesté hors du trésor d’Espagne.

26 A. Dieudonné, Catalogue des monnaies françaises de la Bibliothèque nationale. Les monnaies capétiennes ou royales françaises. De Louis IX, saint Louis, à Louis XII, Paris, 1932, no 1291 p. 241 : 3,03 g.

27 L. Ciani, Les monnaies royales françaises, Paris, 1926.

28 F. Leblanc, Traité historique des monnoyes de France, Paris, 1690.

29 J. Lafaurie, Les monnaies des rois de France, Paris, 1951, no 455.

30 M. Dhénin, « Florin et double florin de Bretagne », Revue numismatique, 1973, p. 190-215.

31 Arch. dép. Maine-et-Loire, H 1420, f. 19 : prêt à Jean de Fontaine Guérion de « 300 l t comptés en 271 moutons, 1 heaumet valant 40 s t, 11 écus de Bretagne le tout d’or nouveau et le surplus en monnaie de blancs partie de 10 d partie de 20 d la pièce ».

32 On peut s’appuyer sur la date de début des comptes ou mieux encore sur la date de clôture de la fabrication antérieure à l’arrivée d’un ordre de nouvelle émission ou sur la date d’envoi d’un messager dont la rémunération peut figurer dans les frais et dépenses du compte.

33 BNF, ms. nouv. acq. lat. 471.

34 Arch. mun. Tours CC 23.

35 C. Port, Inventaire des archives anciennes de l’hôpital St-Jean d’Angers, Paris, 1870, p. 51, d’après Arch. dép. Maine-et-Loire E 32 : « Le jeudi penultieme jour de decembre 1423 que la monnaie qui couroit a 10 d la piece fut decriee et mise a 7 d ».

36 « … jusques audit VIe jour d’avril que ladite monnoye fut abolie et mise a billon au marc »et « pour II vidimus des lettres des monnoyes… commant le XIIe jour d’avril mil CCCC XXIII avant pasques les dictes monnoies furent abolies ».

37 Arch. mun. Amboise CC 72.

38 F. Michaud-Fréjaville, « Une cité face aux crises : les remparts de la fidélité de Louis d’Orléans à Charles VII, d’après les comptes de forteresse de la ville d’Orléans (1391-1427) », Cahiers de recherches médiévales, 12 (2005), p. 84-100 : p. 98 n. 1. Des lettres données à Lyon le 4 janvier 1423 et destinées au Dauphiné ordonnaient même une réduction de leur cours à une obole ou ½ denier tournois (Arch. dép. Isère, B 2961, f. 631).

39 Arch. dép. Hérault A9, f. 86.

40 Lettres sur le cours des écus et des moutons, sans mention des francs d’or, données à Bourges le 22 mars puis le 20 novembre, Arch. dép. Hérault A9, f. 98 et 129.

41 Dom C. Devic, dom J. Vaissète, Histoire de Languedoc, rééd. É. Molinier, 16 vol., Toulouse, t. X, 1885, col. 2042.

42 Arch. dép. Hérault A9, f. 50, 52 ; Ordonnances des rois de France de la troisième race, XIII, p. 34.

43 Cf. Arch. nat., X1A 9808, f. 371, X1A 9317, no 9 et X1A 9192, f. 340…

44 Arch. dép. Hérault A9, f. 13 cf. Arch. nat. X1A 9808, f. 161.

45 F. Garnier, Un consulat et ses finances, Millau (1187-1461), Paris, 2006, d’après le compte du consul boursier Brenguier Rozier du 7 juin au 27 décembre 1422, Arch. mun. Millau CC 403 I, f. 16.

46 H. Morin, Numismatique féodale du Dauphiné, 1854, p. 260.

47 Arch. nat., Z1b 881. On peut noter que l’envoi de la grande ordonnance du 3 novembre 1423 fut ordonné le 11 décembre avec quittance du 28.

48 Arch. nat. Z1b 888, compte de l’atelier de Lyon du 6 novembre au 4 décembre 1422.

49 U. Cabrol, Histoire de l’atelier monétaire royal de Villefranche-de-Rouergue, Villefranche-de-Rouergue, 1913, d’après Arch. dép. Aveyron C 1045 et 1047.

50 Arch. nat. Z1b 991, le compte de Toulouse évoque un bail pour six mois moyennant 30 000 livres tournois accordé par lettres du 10 avril 1423. Jean de Verrières et Jobert Vidal sont ainsi attestés à Toulouse pour la fabrication de francs en 1424 comme à Montpellier fin 1422 pour la frappe d’écus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Bompaire, « Numismatique et économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 265-280.

Référence électronique

Marc Bompaire, « Numismatique et économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5770

Haut de page

Auteur

Marc Bompaire

Directeur d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search