Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesSources et méthodes de l’histoire...

Résumés des conférences

Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle

Astrid Castres
p. 333-337

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Les manteaux des chevaliers et les textiles de l’ordre du Saint-Esprit au XVIe siècle : fabrication, symbolique et mise en contexte. — II. Les fripiers parisiens et la fourniture d’habits de théâtre au XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

I. Les manteaux des chevaliers et les textiles de l’ordre du Saint-Esprit au XVIe siècle : fabrication, symbolique et mise en contexte

  • 1 Au sujet de l’ordre du Saint-Esprit, lire Jacqueline Boucher, « L’ordre du Saint-Esprit dans la pen (...)
  • 2 Ces séances s’inscrivent dans le cadre de la préparation d’un livre sur la broderie parisienne du x (...)

1Les deux premiers trimestres de l’année 2020-2021 ont été consacrés à l’étude de la production de vêtements et de textiles brodés pour l’ordre de chevalerie du Saint-Esprit au xvie siècle. Fondé le 31 décembre 1578 par le roi de France Henri III dans le contexte troublé des guerres de Religion, ce nouvel « ordre et milice » avait pour vocation de rallier au roi la noblesse catholique1. À l’occasion des fêtes de l’Ordre, les décors emblématisés, les habits, décor mobile lui-aussi chargé de signes, et les ornements liturgiques revêtus par les officiants venaient matérialiser le pouvoir du prince et l’union fraternelle des chevaliers autour de sa personne dans la foi catholique. Les principaux éléments de cette rhétorique visuelle étaient fabriqués dans les ateliers des artisans du textile, en particulier ceux des brodeurs parisiens, sur lesquels a porté notre enquête2.

  • 3 Notamment Mary L. Levkoff, « L’art cérémonial de l’ordre du Saint-Esprit sous Henri III », Bulletin (...)
  • 4 Benoît Boullay, « Pour le manteau du chevalier de l’Ordre », dans Le tailleur sincère, contenant ce (...)

2Nous avons commencé par dresser un état de la bibliographie du sujet. Si l’histoire de l’Ordre, son organisation et sa symbolique ont fait l’objet de travaux approfondis par le passé et si des articles ont été dédiés à l’étude des pièces subsistantes3, force est de constater que la commande des textiles brodés, les conditions matérielles de leur production et l’identité des artisans sollicités restaient encore mal connues pour le xvie siècle. Afin d’approcher plus précisément ces aspects, un corpus documentaire composé de sources normatives (statuts de l’ordre du Saint-Esprit), de la pratique (documents comptables, registres du greffe, marchés et inventaires après décès), de représentations iconographiques, de traités techniques4, sans oublier les rares témoignages littéraires contemporains, a été rassemblé et analysé au fil des séances. En croisant les informations contenues dans ces documents, l’objectif était d’appréhender l’histoire des broderies de l’Ordre en prenant aussi bien en compte les aspects techniques de leur création, que les valeurs associées à ces textiles d’exception et leur place au sein du rituel.

  • 5 L’exemplaire imprimé, daté de décembre 1578, a servi de texte de référence (Paris, BNF, Cl. 1111, f (...)
  • 6 Arch. nat., AB XIX, 733 ; Paris, BNF, collection Clairambault et Mélanges Colbert.
  • 7 Paris, BNF, Cl. 1191, f. 8-9.
  • 8 D. Alcouffe, « L’ordre du Saint-Esprit : la chapelle », cf. note 3.
  • 9 Le rôle du textile au sein de rituels et de performances politiques a suscité ces dernières années (...)

3Une fois les indications relatives aux vêtements et insignes relevées dans les premiers statuts de l’Ordre (1578)5, nous avons entrepris une étude suivie des comptes établis par le Grand trésorier entre 1578 et 1610, conservés à la Bibliothèque nationale de France et aux Archives nationales6. Cet ensemble, auquel sont venues s’ajouter des pièces et mentions comptables isolées, a permis de faire le point sur les commandes du dernier roi Valois. À côté des livraisons régulières de bourses, de manteaux et de croix, Henri III initia des chantiers de plus grande ampleur, en particulier l’exécution de deux chapelles brodées. La première, destinée à la cérémonie des morts, fut livrée en 1582 par le chasublier parisien Jacques Messier (documenté à Paris entre 1575 et 1612)7. La seconde, réalisée par le brodeur du roi Claude de Lucz et son équipe entre 1585 et 1587 sur un fond « de toille d’or lamee en quatre filz sur champ verd » [étoffe d’armure taffetas liserée d’or trait], est aujourd’hui en partie conservée au musée du Louvre, comme l’a révélé Daniel Alcouffe dans un article fondateur publié en 19948. Ces deux ensembles formant les écrins dans lesquels évoluaient le roi, Grand maître de l’Ordre, les officiers et les chevaliers vêtus de leurs manteaux, il était indispensable de les étudier dans le détail afin de replacer ces habits d’apparat dans leur contexte de performance9.

  • 10 Michel Pastoureau, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008, p. 77-105.
  • 11 Hervé Pinoteau, Études sur les ordres de chevalerie du roi de France, cf. note 1, p. 106.
  • 12 Ibid., p. 106-107.

4Les couleurs (vert, noir, orange) et les motifs (flammes, fleurs de lys et lettres grecques) des décors de la chapelle et des vêtements de cérémonie relevaient d’un programme complexe. Afin d’y voir plus clair, nous avons repris une à une les hypothèses formulées depuis le xvie siècle par Pierre de L’Estoile, André Favyn, Jean Le Laboureur et, plus récemment, par Jacqueline Boucher, Daniel Alcouffe, Mary Levkoff et Hervé Pinoteau. La plupart de ces auteurs s’accordent à voir dans le vert et l’orangé l’emblématique du roi. Quant au noir profond, il est depuis la fin du Moyen Âge un signe de richesse, mais aussi d’humilité10. La colombe et les flammes, évocation de la manifestation du Saint-Esprit à la Pentecôte, ainsi que les fleurs de lys, armes de France, ne posent quant à eux aucune difficulté d’interprétation, à la différence des lettres grecques qui forment les trois chiffres du collier, brodées en bordure des manteaux et des ornements. Les H associés à deux Λ (lambda) font référence au roi fondateur et à son épouse. Pour le deuxième, Hervé Pinoteau propose d’y voir un H associé à deux Κ (kappa), qui renverraient à Catherine de Médicis. Quant au troisième, il s’agirait, suivant ce même auteur, d’une imbrication de quatre lettres : H, Λ (lambda), Τ (tau) [pour tritos : troisième] et Φ (référence à François de France, duc d’Alençon, frère du roi et potentiel successeur). L’ensemble serait l’expression de l’unité familiale et dynastique11. La complexité du discours et le caractère mystérieux de ces signes pour les contemporains décidèrent Henri IV à les remplacer par des trophées d’armes, seuls les H étant conservés12.

  • 13 Jean Vergnet-Ruiz, « Les peintures de l’ordre du Saint-Esprit », La revue du Louvre et des musées d (...)
  • 14 Les dessins et gravures de la collection Clairambault ont fait l’objet d’un inventaire (Auguste Fla (...)
  • 15 BNF, Mss, Cl. 1111, f. 172v-173, Cl. 1122, f. 9, 10 et 11. Nous remercions ici Denis Bruna pour l’a (...)
  • 16 Utrecht, Universiteitsbibliotheek, Hs 6 E 15, f. 191 ; Paris, musée du Louvre, dép. des Arts graphi (...)
  • 17 Au sujet de ces livres, voir, entre autres, Isabelle Paresys, « De la cour de France aux petits mét (...)

5À la suite des travaux de Jean Vergnet-Ruiz, de Germaine Barnaud, de Mary Levkoff et d’Agnès Bos13, d’autres séances ont été dédiées à l’examen de sources iconographiques, afin de replacer ces textiles dans leur contexte d’usage. Le corpus que nous avons considéré est constitué des scènes représentées sur les objets de l’Ordre (masse, évangéliaire, armoriaux), et des images recueillies par le généalogiste des Ordres du roi Pierre Clairambault (1651-1740) et, dans une moindre mesure, par François Roger de Gaignières (1642-1715), dans leurs collections respectives14. Au sein de cet ensemble, des enluminures des recueils Clairambault, en particulier la Réception du duc de Nevers par Henri III, la Réception du duc de Montpensier par Henri IV, la Cérémonie en l’honneur des chevaliers trépassés et la Communion des chevaliers, ont fait l’objet d’une analyse approfondie qui a permis de préciser ou de réévaluer leurs datations15. Dans le prolongement de réflexions initiées lors de la conférence 2019-2020, on s’est également intéressés aux figures de chevalier du Saint-Esprit représentées dans les recueils d’habits et récits de voyages contemporains, dont trois exemples ont été examinés de près16. Vouées à distraire et à être collectionnées aux côtés de celles du Joueur de courte paume, du Capucin de Paris ou du Vinaigrier, ces représentations sont révélatrices de l’imaginaire associé à la figure du chevalier en costume, emblématique de la société du règne d'Henri III17.

  • 18 Arch. nat., Min. cent., III, 351, 1585, 5 avril (analysé par Madeleine Connat, « Documents inédits (...)
  • 19 Jean-Paul Leclercq, « Le grand manteau de l’ordre du Saint-Esprit au musée de la Légion d’honneur » (...)

6Enfin, le dernier volet de cette enquête a porté sur les modes d’approvisionnement des manteaux de chevaliers. Ces derniers, à la différence des officiers, devaient faire faire leurs habits à leurs frais. Plusieurs moyens sont attestés par les documents : la confection par l’intermédiaire du trésorier pour 600 écus, l’achat d’occasion auprès de la famille d’un chevalier défunt (dont le prix variait en fonction de l’estimation, en moyenne entre 400 et 600 écus) et la commande directe à un brodeur. Dans ce dernier cas, le coût du vêtement étant important, un contrat était passé devant notaires. Quinze d’entre eux, datés entre 1582 et 1595, ont été étudiés18. Comme aucun manteau antérieur à la réforme d'Henri IV ne semble avoir subsisté, ces actes notariés apportent de précieuses et irremplaçables indications. Les techniques recensées dans les marchés ont ainsi pu être comparées à celles décrites dans l’Art du brodeur de Charles Germain de Saint-Aubin (1770) et à celles des manteaux postérieurs conservés, analysées par Jean-Paul Leclercq, dans un article paru en 1994, et par Antoinette Villa et Agnès Bos en 201519. L’évolution des processus de fabrication et des pratiques d’ateliers entre la fin du xvie siècle et le xixe siècle a été questionnée, en particulier le recours ou non à un patron dessiné, l’existence d’échantillons et de modèles textiles ainsi que la pratique éventuelle de la broderie de rapport. Des hypothèses de reconstitution des gestes exécutés et le décryptage du vocabulaire d’artisan du xvie siècle, dont les archives ont conservé la trace, ont fait l’objet de riches discussions avec l’auditoire.

  • 20 Arch. nat., Min. cent., XC, 140, 1583, 28 octobre.

7Au terme de ce travail, nous sommes parvenus à préciser les conditions de la commande des manteaux de chevalier (temps moyen de fabrication, matériaux, prix) et à recueillir quelques données chiffrées. Il a par exemple été possible d’apprécier le coût de la façon par rapport à celui des matériaux, une information qui la plupart du temps échappe au chercheur. On a ainsi évalué que la dépense des fils d’or et d’argent équivalait en moyenne à un peu plus du tiers du prix (35 %) tandis que les étoffes (velours, toile métallique et satin de soie) représentaient la partie la plus coûteuse (41 %). La valeur accordée au travail de l’artisan a pu quant à elle être estimée à un peu moins du quart du prix du manteau (24 %) mais pouvait atteindre plus de la moitié du coût total (67 %) dans le cas d’un marché passé au dernier moment. Dans quelle mesure ces chiffres peuvent-ils être appliqués à l’ensemble des broderies exécutées dans la capitale ? Sans doute est-il préférable de se garder de toute extrapolation car la préciosité des matériaux employés, l’excellence technique exigée et, plus encore, les contraintes d’exécution (date de livraison fixe, uniformité des décors) confèrent à ces prestigieuses commandes une place un peu à part au sein de la production parisienne. Certains brodeurs semblent s’être fait une spécialité de ces ouvrages, d’autant que les fêtes de l’Ordre leur offraient la possibilité d’élargir leur clientèle en faisant publiquement preuve de leur savoir-faire. Parmi eux, on peut citer le brodeur de la reine Nicolas Marbay, qui se présente en 1583 comme l’un des auteurs des premiers manteaux de l’Ordre20, le brodeur du roi Benjamin Bézart ou Arnoul Boudin, pour lequel au moins six marchés sont conservés.

II. Les fripiers parisiens et la fourniture d’habits de théâtre au XVIe siècle

  • 21 Arch. nat., Min. cent., XVII, 79, 1581, 16 janvier ; Georges Wildenstein, « Un fournisseur d’habits (...)
  • 22 Voir, à titre d’exemples, Louis Petit de Julleville, Les comédiens en France au Moyen Âge, Paris, L (...)
  • 23 On se permet de renvoyer à la publication issue de ce travail : Astrid Castres, « Les fripiers pari (...)

8En mars 2020, la crise sanitaire avait eu pour conséquence le report à l’année suivante de séances consacrées à l’étude du rôle joué par les fripiers parisiens dans la fourniture d’habits de théâtre au xvie siècle. Celles-ci ont finalement eu lieu durant le dernier trimestre de l’année 2020-2021. Un corpus de 107 inventaires de fripiers parisiens ou de leurs épouses, datés entre 1517 et 1605, conservés au Minutier central des Archives nationales, a été analysé dans l’objectif d’identifier dans leur marchandise des habits de mascarades et des costumes de théâtre. Au sein de cet ensemble, deux inventaires correspondent sans aucun doute à ceux d’une boutique de marchands spécialisés dans ce négoce et ont été étudiés dans le détail : celui de Pierre Folleville (1581), connu et très partiellement édité par Georges Wildenstein, et celui de Pierre Lefèvre (1564)21. Avec les étudiantes, étudiants et auditrices, nous avons cherché à voir ce que ces listes d’objets pouvaient nous apprendre sur l’habit de scène de cette époque. Pour ce faire, nous avons systématiquement relevé les indices qui invitent à considérer ces costumes et accessoires comme des outils dramaturgiques à part entière, un statut qui leur a parfois été refusé dans les histoires du théâtre médiéval et renaissant22. À partir de cette matière documentaire foisonnante, une réflexion a été amorcée sur les thèmes suivants : 1. Pratiques fripières (remploi, détournement, bricolage) et élaboration du costume de scène au xvie siècle ; 2. Le sot, mère Sotte et leurs costumes ; 3. Exotisme et modes « a l’antique » dans les pratiques scéniques au xvie siècle ; 4. Les fripiers et l’économie des spectacles à Paris au début de l’époque moderne23.

Haut de page

Notes

1 Au sujet de l’ordre du Saint-Esprit, lire Jacqueline Boucher, « L’ordre du Saint-Esprit dans la pensée politique et religieuse d’Henri III », Cahiers d’histoire, 18, 2 (1973), p. 129-142 ; Hervé Pinoteau, Études sur les ordres de chevalerie du roi de France : et tout spécialement sur les ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, Paris, Le Léopard d’or, 1995, p. 53-122 ; Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 200-204.

2 Ces séances s’inscrivent dans le cadre de la préparation d’un livre sur la broderie parisienne du xvie siècle, version remaniée de ma thèse soutenue en 2016.

3 Notamment Mary L. Levkoff, « L’art cérémonial de l’ordre du Saint-Esprit sous Henri III », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1987 (1989), p. 7-23 ; Daniel Alcouffe, « L’ordre du Saint-Esprit : la chapelle », Revue du Louvre et des musées de France, 1994, p. 29-42 ; Hervé Pinoteau, « La symbolique de l’ordre du Saint-Esprit », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, année 1995 (1997), p. 53-54 ; Agnès Bos, « Art et liturgie au temps d’Henri III, à propos d’un textile de la chapelle de l’ordre du Saint-Esprit », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, année 2011 (2016), p. 87-100 ; Lenaïg Roumegou, « L’ordre du Saint-Esprit sous Louis XIV : un instrument au service du pouvoir (1643-1715) », Positions de thèses de l’École nationale des chartes, 2017, en ligne : https://theses.chartes.psl.eu/document/ENCPOS_2017_16 (consulté le 1er mars 2022).

4 Benoît Boullay, « Pour le manteau du chevalier de l’Ordre », dans Le tailleur sincère, contenant ce qu’il faut observer pour bien tracer, couper et assembler toutes les principales pièces qui se font dans la profession de tailleur, Paris, A. de Raffle, 1671, p. 11 ; Charles Germain de Saint-Aubin, L’art du brodeur, Paris, s. n., 1770.

5 L’exemplaire imprimé, daté de décembre 1578, a servi de texte de référence (Paris, BNF, Cl. 1111, f. 53-83v). Collationné par le généalogiste des ordres du roi Pierre Clairambault en 1703, ce dernier les déclara conformes aux originaux en parchemin.

6 Arch. nat., AB XIX, 733 ; Paris, BNF, collection Clairambault et Mélanges Colbert.

7 Paris, BNF, Cl. 1191, f. 8-9.

8 D. Alcouffe, « L’ordre du Saint-Esprit : la chapelle », cf. note 3.

9 Le rôle du textile au sein de rituels et de performances politiques a suscité ces dernières années l’intérêt renouvelé de chercheurs. Voir, notamment, Kate Dimitrova et Margaret Goehring (dir.), Dressing the Part. Textiles as Propaganda in the Middle Ages, Turhout, Brepols, 2014.

10 Michel Pastoureau, Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008, p. 77-105.

11 Hervé Pinoteau, Études sur les ordres de chevalerie du roi de France, cf. note 1, p. 106.

12 Ibid., p. 106-107.

13 Jean Vergnet-Ruiz, « Les peintures de l’ordre du Saint-Esprit », La revue du Louvre et des musées de France, 12, no 4 (1962), p. 155-164 ; Germaine Barnaud, « Note sur un tableau de Philippe de Champaigne du musée de Grenoble », La revue du Louvre et des musées de France, 24, no 3 (1974), p. 179-182 ; M. L. Levkoff, « L’art cérémonial de l’ordre du Saint-Esprit sous Henri III », cf. note 3 ; A. Bos, « Art et liturgie au temps d’Henri III », cf. note 3.

14 Les dessins et gravures de la collection Clairambault ont fait l’objet d’un inventaire (Auguste Flandrin, Inventaire des pièces dessinées ou gravées relatives à l’histoire de France conservées au département des manuscrits dans la collection Clairambault sur l’ordre du Saint-Esprit, Paris, Hachette, 1887). La base de données Collecta, fruit d’une collaboration entre l’École du Louvre, l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, la BNF et l’IRHT, reconstitue les éléments aujourd’hui dispersés de la collection Gaignières.

15 BNF, Mss, Cl. 1111, f. 172v-173, Cl. 1122, f. 9, 10 et 11. Nous remercions ici Denis Bruna pour l’aide qu’il nous apportée au cours de ce travail.

16 Utrecht, Universiteitsbibliotheek, Hs 6 E 15, f. 191 ; Paris, musée du Louvre, dép. des Arts graphiques, Inv. 1537 DR (je remercie chaleureusement Tatsiana Plaks et Audrey Nassieu Maupas de m’avoir signalé ce document) ; Paris, BNF, dép. des Estampes et photographie, Oa 39, f. 4.

17 Au sujet de ces livres, voir, entre autres, Isabelle Paresys, « De la cour de France aux petits métiers. Figures d’habits sous Henri III », Revue de l’art, numéro spécial, Costume de cour au XVIe siècle, 174 (2011), p. 57-65.

18 Arch. nat., Min. cent., III, 351, 1585, 5 avril (analysé par Madeleine Connat, « Documents inédits du Minutier central », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 12, no 28 (1950), p. 109) ; XIX, 332, 1595, 18 novembre ; LIV, 110, 1584, 17 juillet ; XC, 138, 1582, 26 octobre ; XC, 140, 1583, 25 et 28 octobre ; XC, 143, 1585, 22 juin ; XC, 144, 1585, 12 septembre, 9 et 16 octobre, 6 et 29 novembre, 10 et 19 décembre ; CIX, 70, 1583, 29 octobre. Astrid Castres, « Les brodeurs parisiens et la commande de manteaux de l’ordre du Saint-Esprit sous le règne d’Henri III », Documents d’histoire parisienne, 12 (2011), p. 41-51 ; Ead., « La commande du manteau de l’ordre du Saint-Esprit de François Chabot de Brion en 1585 : la fabrication d’un vêtement chargé de signes », Parlement(s), numéro spécial, Catherine Lanoë (dir.), Revêtir des idées. Habits, parures et politique. France (XVIe-XXIe siècle), 34 (2021), p. 102-111.

19 Jean-Paul Leclercq, « Le grand manteau de l’ordre du Saint-Esprit au musée de la Légion d’honneur », Ordres et distinctions. Bulletin de la Société des Amis du Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie, 5 (1994), p. 20-31 ; Antoinette Villa et Agnès Bos, « Éléments de technique et de vocabulaire sur la broderie d’or à l’époque moderne, autour d’un manteau de l’ordre du Saint-Esprit conservé au musée du Louvre », Techné, 41 (2015), p. 55-64.

20 Arch. nat., Min. cent., XC, 140, 1583, 28 octobre.

21 Arch. nat., Min. cent., XVII, 79, 1581, 16 janvier ; Georges Wildenstein, « Un fournisseur d’habits de théâtre et de mascarades à Paris sous Henri III », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 23, no 1 (1961), p. 99-106 ; Arch. nat., Min. cent., CXXII, 1121, [1564 (n. st.), mars].

22 Voir, à titre d’exemples, Louis Petit de Julleville, Les comédiens en France au Moyen Âge, Paris, Léopold Cerf, 1885, p. 286-287 ; Germain Bapst, Essai sur l’histoire du théâtre. La mise en scène, le décor, le costume, l’architecture, l’éclairage, l’hygiène, Paris, Hachette, 1893, p. 175. Des travaux plus récents remettent en question ce point de vue, déjà contesté en son temps par Gustave Cohen. Lire notamment Le théâtre français du Moyen Âge et de la Renaissance. Histoire, textes choisis, mises en scène, Darwin Smith, Gabriella Parussa et Olivier Halévy (dir.), Paris, Éditions L’Avant-scène théâtre, 2014 (Anthologie de L’Avant-scène théâtre), p. 80-82.

23 On se permet de renvoyer à la publication issue de ce travail : Astrid Castres, « Les fripiers parisiens et la fourniture d’habits de théâtre au xvie siècle », European Drama and Performance Studies, Mickaël Bouffard et Sabine Chaouche (dir.), Création et économie du costume de scène (XVIe-XVIIIe siècle), à paraître aux éditions Classiques Garnier, en 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Astrid Castres, « Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 333-337.

Référence électronique

Astrid Castres, « Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 13 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5788

Haut de page

Auteur

Astrid Castres

Maîtresse de conférences, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search