Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Résumés des conférencesLangue et littératures néo-latines

Résumés des conférences

Langue et littératures néo-latines

Virginie Leroux
p. 238-243

Résumé

Programme de l’année 2020-2021 : I. Théocrène, Poemata (1536) (en collaboration avec S. Laigneau-Fontaine, université de Bourgogne). — II. Mythographes : Georg Pictorius, Le Magasin des dieux (Apotheseos deorum libri tres, Bâle, N. Brylinger, 1558) (en collaboration avec R. Darmon, université Paul-Valéry Montpellier III) et Lilio Gregorio Giraldi, L’histoire des dieux païens (De deis gentium varia et multiplex historia, Bâle, J. Oporin, 1548). — III. Varia.

Haut de page

Texte intégral

1Trois champs complémentaires ont été abordés cette année : la poétique, la poésie et la mythographie. En raison de la situation sanitaire, le séminaire s’est déroulé intégralement en visio-conférence. Je tiens à saluer la présence fort stimulante, malgré le décalage horaire, de deux collègues canadiens, Hélène Cazes, professeure à l’université de Victoria, qui avait obtenu un congé de recherche et n’a pas été autorisée à quitter le Canada et John Nassichuk, professeur à l’université de Western Ontario, empêché lui aussi de se rendre en France.

I. Les Poemata de Théocrène (1536)

  • 1 Voir le résumé de la conférence de l’année 2019-2020.
  • 2 Le tableau de Rosso décrit a été identifié avec le tableau redécouvert en 1983 par Jean-Luc Kolzt e (...)
  • 3 12 février 2021. Conférence inaugurale de l’Association canadienne d’études néo-latines. Comité d’o (...)
  • 4 Voir V. Leroux, « Le poète et le roi : les Poemata de Benedetto Tagliacarne (ca 1480-1536), dit The (...)

2Avec Sylvie Laigneau-Fontaine (université de Bourgogne) nous avons entrepris l’an dernier d’éditer les poèmes de Benedetto Tagliacarne, dit Théocrène (1480-1536), qui furent rassemblés dans un recueil intitulé Poemata, quae juvenis admodum lusit, paru à Poitiers en 1536, chez les frères Marnef, dans un format in-quarto. Cette année nous avons traduit et annoté les quatre premières élégies1. La première De Venere et Baccho (60 vers) complète la série d’ekphraseis de la galerie François Ier à Fontainebleau que nous avons étudiée l’année dernière et, bien que le tableau ne soit pas nommé, constitue, comme les épigrammes 29 et 30, une ekphrasis du tableau de Rosso Fiorentino représentant Vénus et Bacchus2. La deuxième élégie (90 vers) est une prière adressée à Phébus, dieu de la médecine et des poètes, pour la guérison du fils malade d’un ami de Théocrène, un certain Timaeus, « doux nourrisson des Muses ». La troisième est un éloge du poète Ausone, qui prend la forme d’une apostrophe à la ville de Bordeaux et la quatrième une imprécation contre le navire qui a presque noyé les deux fils de François Ier. Plusieurs modalités élégiaques sont donc exploitées, l’érotisme ovidien, galant et humoristique, la veine plaintive, riche en exempla mythologiques, et la veine encomiastique illustrée dans de nombreuses autres pièces du recueil. Dans l’élégie 4, le sauvetage miraculeux des enfants est loué comme le signe de la protection divine et de l’élection du roi, promis à un glorieux destin et engagé à se concentrer sur les projets illustres qu’il prépare. L’éloge d’Ausone est aussi l’occasion de célébrer la translatio studii puisque, par son talent poétique, le préfet du prétoire des Gaules fit de Bordeaux l’égale des villes ausoniennes et grecques. La translatio studii est aussi motif privilégié de l’éloge de François Ier dans les épigrammes, comme j’ai pu le montrer à l’occasion de la conférence inaugurale de l’association canadienne d’études néo-latines3. En me concentrant sur les épigrammes qui évoquent le roi de France, j’ai analysé la façon dont le recueil orchestre des événements de cour et des célébrations collectives (noces de François Ier et d’Éléonore d’Autriche, tombeau de Louise de Savoie, découverte, en septembre 1533, au couvent de saint François à Avignon, du prétendu tombeau avignonnais de Laure, célébrée par Pétrarque dans son Canzoniere) et contribue à la politique culturelle de François Ier et à la mythologie du règne en mettant en scène un nouveau Mars incité à la paix par sa mère et sa nouvelle épouse, mais aussi un roi poète et esthète qui peut rivaliser avec les Anciens et transfère à la France l’héritage culturel grec et latin. L’italien Théocrène, précepteur des enfants du roi, est lui-même un acteur de cette translatio studii4.

II. Mythographes néo-latins : Georg Pictorius, Le Magasin des dieux (1558) et Lilio Gregorio Giraldi, L’histoire des dieux païens de l’humaniste ferrarais Lilio Gregorio Giraldi (1548)

  • 5 R. Darmon, Dieux futiles, dieux utiles. La mythographie comme forme de savoir dans l’Europe de la R (...)
  • 6 P. Demats, Trois études de mythographie antique et médiévale, Genève, Droz, 1973, p. 16-17.
  • 7 J. Seznec, La Survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’ (...)
  • 8 K. Enenkel, « The Making of Sixteenth-Century Mythography: Giraldi’s Syntagma de musis (1507, 1511 (...)
  • 9 E. S. Piccolomini, Carmina, 17, éd. A. van Heck, Cité du Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, (...)
  • 10 Michaelis Marulli Carmina, éd. A. Perosa, Zurich, Antenore, 1951, I, 59, p. 25-26.
  • 11 Sur cette tradition, voir notamment E. Panofsky, « L’Amour aveugle », dans Essais d’iconologie. Les (...)
  • 12 G. Pictorius, Theologia mythologica, Fribourg-en-Brisgau, Faber et Anvers, Hillenius, 1532, cap. XI (...)
  • 13 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, 6, 51.
  • 14 G. Pictorius, Apotheseos tam exterarum gentium quam romanorum deorum libri tres, Bâle, Nikolaus Bry (...)
  • 15 L. G. Giraldi, De deis gentium varia et multiplex historia, Bâle, Oporin, 1548. Marulle et Piccolom (...)
  • 16 Lilii Gregorii Gyraldi, … Libelli duo, in quorum altero aenigmata… antiquorum, in altero Pythagorae (...)
  • 17 Historiae poetarum tam Graecorum quam Latinorum dialogi decem, Bâle, Isengrin, 1545, p. 824.

3Nous avons poursuivi notre travail sur la seconde mythographie de Georg Pictorius (1558), entrepris en 2019 sous l’impulsion de Rachel Darmon, maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier III. Ont été traduits et annotés les chapitres consacrés à Cupidon et à Vénus (V. Leroux) et ceux consacrés à Protée et à Isis (A. et S. Rolet). Lors de la séance du 8 janvier, Rachel Darmon a présenté les conclusions de sa thèse de doctorat, en cours de remaniement5. Elle est notamment revenue sur une distinction opérée par Paule Demats dans ses Trois études de mythographie antique et médiévale, entre une « tradition grammaticale » qui se propose avant tout de commenter les poètes et qui suit l’ordre d’une narration poétique préexistante, et la « tradition mythographique » qui considère les dieux et les légendes divines comme « une catégorie de la connaissance6 ». C’est cette seconde pratique d’écriture qu’ont choisie pour leurs traités Cartari (Imagini degli dei, 1556), Conti (Mythologiae, sive explicationum fabularum libri decem, 1567), Giraldi (De deis historia, 1548), Pictorius (Theologia mythologica, 1532 et Apotheseos deorum libri, 1558), Herold (Heydenweldt, 1554), Haurech (De cognominibus deorum libri, 1541) et Montefalco (De cognominibus deorum opusculum, 1525). Cette floraison de traités autonomes sur les dieux antiques se produisit longtemps après la composition de la Genealogia deorum gentilium, l’immense somme mythographique en quinze livres, rédigée par Boccace entre 1350 environ et 1375 et dont la première édition imprimée paraît en 1472 à Venise chez Wendelin de Speyer. Jean Seznec a souligné le caractère problématique de cette interruption dans La Survivance des dieux antiques7. Rachel Darmon rappelle qu’au xve siècle, c’est par le lexique, dans les dictionnaires, commentaires, miscellanées et encyclopédies, qu’on aborde tous les aspects de l’antiquité dont le savoir concernant les dieux. Alors que Jean Seznec fait du De cognominibus deorum opusculum un simple lexique, elle montre que l’approche de Montefalco relève à la fois de la philologie et de la science antiquaire : le premier livre s’apparente aux épithétaires, en ce qu’il énumère pour chaque divinité un choix d’épiclèses dont l’explication est l’occasion de fournir des indications sur le dieu en question. Le second livre consacré aux rituels antiques (De sacris celebritatibus) et le dernier consacré aux victimes expiatoires des Anciens (De hostiis seu victimis antiquorum) privilégient les realia. L’attention particulière qu’elle a portée aux deux traités de « théologie mythologique » de Georg Pictorius, un pédagogue, médecin et polygraphe allemand, qui a publié une trentaine de traités sur la botanique, la minéralogie, la démonologie et la médecine, l’a conduite à reconsidérer la perspective habituelle selon laquelle tout part d’Italie et pour qui la mythographie est avant tout une affaire de poétique ou de poésie. Karl Enenkel a de même mis en relief le rôle précurseur joué par le Flamand Julien de Haurech dont Giraldi a pu connaître les De cognominibus deorum libri, si ce n’est dans l’édition princeps, parue à Anvers en 1541, chez Goynus, du moins dans l’édition parue à Bâle, en 1543, chez Oporin8. S’il montre que les deux mythographes semblent avoir travaillé séparément, il suggère que la parution du traité d’Haurech a contraint Giraldi à modifier le titre qu’il avait initialement prévu pour sa somme mythologique et à souligner son ampleur supérieure. Nous avons donc décidé d’étudier conjointement ces différents traités pour traquer les traces d’une circulation européenne. En étudiant les chapitres consacrés à Cupidon dans les deux traités de Georg Pictorius, puis dans celui de Giraldi, j’ai été frappée par la place prise chez le premier par deux poèmes néo-latins, une élégie In effigiem Amoris, composée par Enea Silvio Piccolomini, destinée à préserver du « misérable amour » Carolus Cypraeus9 et une épigramme de Marulle De Amore10. Les deux poèmes s’inscrivent dans une tradition antique de commentaire des attributs figurés de Cupidon, illustrée notamment par Properce dans l’élégie II, 12 et mentionnée par Quintilien comme un exercice oratoire fréquent (Inst. or. II 4, 2)11. Ils ont tous deux la particularité de justifier sous une forme dialogique les attributs du dieu à des fins éthiques de condamnation de la passion amoureuse et se nourrissent de la tradition mythographique. Dans la Theologia mythologica de Georg Pictorius12, les deux poèmes, intégralement cités, illustrent une condamnation morale de l’amour fondée sur diverses sources antiques : Diogène Laërce qui fait de l’amour « l’occupation des oisifs13 », Virgile qui qualifie l’amour d’insensé (insanus amor, bucolique 10, 44-45) et Platon qui prescrit d’éviter l’amour terrestre comme pernicieux pour le genre humain. Dans le second traité de Pictorius, le Magasin des dieux, qui a la particularité par rapport au premier d’adopter la forme d’un dialogue, les questions d’Évandre et les réponses de Théophraste imitent et redoublent les poèmes dialogiques de Piccolomini et de Marulle qui sont de nouveau intégralement cités14. Les deux poèmes sont encore mentionnés, mais non cités, par Lilio Gregorio Giraldi. Ce dernier, conformément à un usage repéré par Stéphanie Dubarry dans le mémoire de M2 qu’elle a consacré au Syntagma de Musis (Strasbourg, Matthias Schürer, 1511), préfère, en effet, citer la source la plus ancienne, en l’occurrence l’élégie de Properce imitée par les deux poètes néo-latins15. Le développement de Giraldi est bien plus long et plus étoffé que celui de Pictorius. A-t-il été incité par ce dernier à mentionner les poèmes de Piccolomini et de Marulle qu’il pouvait connaître par ailleurs ? A-t-il renoncé à les citer parce que Pictorius le faisait ? La parution de son traité a-t-elle pu jouer un rôle sur les modifications introduites par Pictorius dans le Magasin des dieux ? Celui-ci intègre, en effet, de nouvelles références et convoque notamment le problème 86 d’Alexandre d’Aphrodise, cité par Giraldi. Les divergences entre les deux mythographes restent cependant remarquables. À la différence de Pictorius qui s’en tient à l’image la plus traditionnelle de Cupidon, Giraldi introduit à la fin du chapitre qu’il consacre au dieu un développement sur Antéros, « nom de Cupidon, lorsqu’il retourne l’amour », une figure dont il a traité dans son ouvrage sur Les Symboles de Pythagore16 et dans ses dialogues sur les poètes17. Gautier Amiel, qui prépare actuellement sous la direction de Jean-Charles Monferran (Sorbonne Université), une thèse sur L’antérotisme dans la littérature française à la Renaissance (1531-1581) a contribué à l’annotation du passage et préparé une riche présentation sur cette divinité à la Renaissance.

  • 18 Il manque une monographie sur Giraldi. Nous devons pour le moment nous contenter de la notice bibli (...)
  • 19 Sur les annotations de Montaigne, voir A. Legros, « Le Giraldus de Montaigne et autres livres annot (...)
  • 20 Voir S. Gambino Longo, « La fortuna delle Genealogiae deorum gentilium nel ’500 italiano: da Marsil (...)

4L’importance du traité de Lilio Gregorio Giraldi, le plus érudit de tous et qui n’a jusqu’ici fait l’objet d’aucune traduction, m’a aussi convaincue d’entreprendre la traduction du premier livre de l’Histoire des dieux païens18. Un groupe de travail a été constitué et nous avons choisi de travailler sur l’édition annotée par Montaigne, conservée à la BNF (De deis gentium varia et multiplex historia, in qua simul de eorum imaginibus et cognominibus agitur, ubi plurima etiam hactenus multis ignota explicantur, et pleraque clarius tractantur, Bâle, Oporin, 1548. Rés Z Payen 490)19 et d’effectuer une collation systématique avec les deux éditions suivantes, parues en 1560, à Bâle, chez Oporin et en 1565, à Lyon, chez les héritiers de Jacques Giunta. Nous avons notamment traduit et commenté l’Épître dédicatoire adressée par Giraldi, vieux et malade, au duc de Ferrare. Après s’être démarqué de l’entreprise généalogique de Boccace – « j’ai embrassé les religions – je ne parle pas des généalogies des Dieux, mais des noms et qualificatifs, des statues et des attributs, de la patrie de chacun, des cultes et des rites » –, Giraldi explique la raison pour laquelle il ne commence pas son récit par le fameux Demogorgon dont Boccace a fait le plus ancien des dieux. Il dénonce l’incompétence philologique de ce dernier en corrigeant la scolie du grammairien Lactantius Placidus sur la Thébaïde de Stace (IV, 516) alléguée par Boccace et en substituant au mot Demogorgon le mot « Démiurge [Demiourgos], que Platon et tous les autres grands hommes ont utilisé pour désigner le Dieu souverain et créateur de toutes choses ». S’il reconnaît que Boccace a dépassé en toscan tous ceux qui ont écrit en prose avant et après lui, il regrette ses déficiences en latin et en grec. Susanne Gambino Longo a participé aux discussions en faisant une riche mise au point sur la fortune de Demogorgon à la Renaissance et nous a rappelé que la condamnation de Giraldi ne fut pas univoque20 : Marsile Ficin fit de Demogorgon la première hypostase, tandis que Léon l’Hébreu en fit le principe de génération ; par ailleurs, si Cartari rejeta l’authenticité de Demogorgon dans la première édition de son traité (1556) et si Conti l’ignora dans ses Mythologiae (1567), la fortune iconographique du dieu lui valut une place dans la Filosofia secreta de Juan Pérez de Moya (1585). Nous avons ensuite traduit le début du premier Syntagma, consacré au Dieu des Chrétiens et des Hébreux, puis aux dieux les plus anciens (dieux des Égyptiens, des Éthiopiens et des Phéniciens). Marc Dietrich qui prépare une thèse sur le Grunnius Sophista de Luscinius (1522) s’est chargé de la traduction des pages 6 à 8.

III. Varia

5À ces deux projets principaux se sont greffées des questions variées liées aux projets des doctorants, aux projets financés auxquels les auditeurs du séminaire collaborent ou à ceux qui présentent des affinités avec les nôtres.

  • 21 Camenae, 26 (décembre 2020), La littérature latine des humanistes suisses au XVIe siècle : https:// (...)

6Nous avons terminé la traduction du livre III des Poetices libri septem (1561) de Jules-César Scaliger, entreprise en 2017 et traduit les chapitres 119. Locus ; 120. Urbs et 121. Epitaphium, epicedium, monodia, inferiae, parentalia, threni, neniae des Poetices libri septem (1561). Nous avons analysé les codes de la poésie funéraire et Jérémie Pinguet qui prépare un doctorat sur les Nénies de Jean Salmon Macrin nous a présenté les premiers résultats de ses recherches. Dans le cadre du projet Humanistica Helvetica et pour poursuivre une collaboration qui s’est traduite par la publication dans la revue Camenae d’un numéro sur l’humanisme suisse21, David Amherdt (université de Fribourg) a fait une conférence intitulée « L’humanisme suisse : translatio imperii et translatio studii. Autour du héros helvétique Guillaume Tell », qui nous a permis de réfléchir aux adaptations nationales de cette problématique abordée dans le séminaire à propos de Théocrène et de la politique de François Ier. Céline Bonhert a présenté son projet sur les Mythologiae de Natale Conti et ce fut l’occasion de discussions fécondes sur les méthodologies à mettre en œuvre pour présenter un corpus mythographique en évolution. Dans le cadre du projet Perfecta. Images et imaginaires du corps féminin, Hélène Cazes (université de Victoria) et Jacqueline Vons (université de Tours) nous ont initiés au discours anatomique de la première modernité. Dans le cadre du projet ARC Schol’Art : Les théories modernes des lettres et des arts à la lumière de la seconde scolastique (France-Italie, 1500-1700), Agnès Guiderdoni et Aline Smeesters nous ont parlé des échanges entre tradition philosophique et tradition poétique autour de la Dissertatio peripatetica de epico carmine du père Mambrun (1652) et du Traité du poème héroïque du père Le Moyne (1658). Sylvie Laigneau-Fontaine a présenté le projet Humanistica Burgundia et, en particulier, la Gigantomachie de l’humaniste bourguignon Jacques Guijon. John Nassichuk a analysé les variations des poètes néo-latins sur les premiers vers de l’élégie II, 2 de Properce. Pierre-Elie Pichot a exposé les problématiques de sa thèse Vulcain et les Muses. Manière et imitation des arts du feu dans la poésie française et néo-latine de la Renaissance. Enfin, Luigi-Alberto Sanchi (CNRS) et Xavier Prevost (université de Bordeaux, IUF) nous ont initiés à l’identification des références juridiques dans les textes humanistes de la Renaissance. Ces travaux pratiques nous furent d’autant plus utiles que les poètes que nous traduisons sont souvent des juristes.

Haut de page

Notes

1 Voir le résumé de la conférence de l’année 2019-2020.

2 Le tableau de Rosso décrit a été identifié avec le tableau redécouvert en 1983 par Jean-Luc Kolzt et Sylvie Béguin dans les réserves du musée du Luxembourg : « Bacchus, Vénus et l’Amour », une huile sur toile mesurant 209 × 161,5 cm, qui aurait été exposée à Fontainebleau dans la Galerie François Ier. Luisa Capodieci lui a consacré une brillante analyse qui fait une place importante aux épigrammes de Théocrène : « Vénus, Bacchus et l’amour, Rosso Fiorentino entre Vasari, Théocrène et François Ier », dans J.-E. Girot (dir.), La poésie à la cour de François Ier, Paris, PUPS, 2012, p. 171-190.

3 12 février 2021. Conférence inaugurale de l’Association canadienne d’études néo-latines. Comité d’organisation Paul Cohen (University of Toronto) ; Myron McShane (University of Toronto) ; John Nassichuk (Western University) ; Luke Roman (Memorial University) ; François Rouget (Queen’s University).

4 Voir V. Leroux, « Le poète et le roi : les Poemata de Benedetto Tagliacarne (ca 1480-1536), dit Theocrenus », à paraître dans Renaissance and Reformation – Renaissance et Réforme.

5 R. Darmon, Dieux futiles, dieux utiles. La mythographie comme forme de savoir dans l’Europe de la Renaissance, Genève, Droz, 2022.

6 P. Demats, Trois études de mythographie antique et médiévale, Genève, Droz, 1973, p. 16-17.

7 J. Seznec, La Survivance des dieux antiques. Essai sur le rôle de la tradition mythologique dans l’humanisme et dans l’art de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1995, p. 263-266.

8 K. Enenkel, « The Making of Sixteenth-Century Mythography: Giraldi’s Syntagma de musis (1507, 1511 et 1539), De deis gentium historia (ca. 1500-1548), and Julien de Haurech’s De cognominibus deorum gentilium (1541) », Humanistica Lovaniensia, 51 (2022), p. 9-53.

9 E. S. Piccolomini, Carmina, 17, éd. A. van Heck, Cité du Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1994, p. 188-189. A. van Heck n’a pas identifié le personnage.

10 Michaelis Marulli Carmina, éd. A. Perosa, Zurich, Antenore, 1951, I, 59, p. 25-26.

11 Sur cette tradition, voir notamment E. Panofsky, « L’Amour aveugle », dans Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Paris, Gallimard, p. 151-202 et P. Laurens, « Éros Aptéros ou la description impertinente », Revue des études grecques, 102 (1988), p. 253-274. Sur l’imitation de l’élégie II, 12 par les poètes néo-latins et sur l’exploitation de ces poèmes par les mythographes humanistes, en particulier Natale Conti, voir V. Leroux, « Poésie et mythographie : postérité de l’élégie II, 12 de Properce », dans La poesia italiana del Quattrocento. Teoria, prassi, esegesi, Donatella Coppini, Anna Gabriella Chisena et Clementina Marsico (éd.), Florence, Edizioni Polistampa (Humanistica), à paraître.

12 G. Pictorius, Theologia mythologica, Fribourg-en-Brisgau, Faber et Anvers, Hillenius, 1532, cap. XI, f. 27v-29r.

13 Diogène Laërce, Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres, 6, 51.

14 G. Pictorius, Apotheseos tam exterarum gentium quam romanorum deorum libri tres, Bâle, Nikolaus Brylinger, 1558, p. 109-111.

15 L. G. Giraldi, De deis gentium varia et multiplex historia, Bâle, Oporin, 1548. Marulle et Piccolomini sont mentionnés, p. 561 et les douze premiers vers de l’élégie II, 12 de Properce sont cités, p. 559.

16 Lilii Gregorii Gyraldi, … Libelli duo, in quorum altero aenigmata… antiquorum, in altero Pythagorae symbola… sunt explicata, nunquam antea… editi. Accesserunt ejusdem… alii duo libelli adversus ingratos, et quomodo quis ingrati nomen et crimen effugere possit, Bâle, Oporin, 1551, p. 127.

17 Historiae poetarum tam Graecorum quam Latinorum dialogi decem, Bâle, Isengrin, 1545, p. 824.

18 Il manque une monographie sur Giraldi. Nous devons pour le moment nous contenter de la notice bibliographique de S. Foà, « Lilio Gregorio Giraldi », Dizionario biografico degli Italiani, t. 56, Rome, 2001, p. 452-455.

19 Sur les annotations de Montaigne, voir A. Legros, « Le Giraldus de Montaigne et autres livres annotés de sa main », Journal de la Renaissance, 1 (2000), p. 13-88 et Montaigne manuscrit, Paris, Garnier, 2010, p. 209-214.

20 Voir S. Gambino Longo, « La fortuna delle Genealogiae deorum gentilium nel ’500 italiano: da Marsilio Ficino a Giorgio Vasari », Cahiers d’études italiennes, 8 (2008), p. 115-130 et aussi la précieuse mise au point de S. Matton, « La figure de Démogorgon dans la littérature alchimique », dans D. Kahn et S. Matton (éd.), Alchimie : art, histoire et mythes, Paris, Milan, 1995, p. 265-346.

21 Camenae, 26 (décembre 2020), La littérature latine des humanistes suisses au XVIe siècle : https://www.saprat.fr/toutes-les-revues-en-ligne-camenae/camenae-n-26-decembre-2020-la-litterature-latine-des-humanistes-suisses-au-xvie-siecle-785.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Leroux, « Langue et littératures néo-latines »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022, 238-243.

Référence électronique

Virginie Leroux, « Langue et littératures néo-latines »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 24 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/ashp/5812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.5812

Haut de page

Auteur

Virginie Leroux

Directrice d’études, École pratique des hautes études — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search