Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154Résumés des conférencesDialectologie grecque

Résumé

Programme de l’année 2021-2022 : I. Nouveautés dialectologiques. — II. Inscriptions en dialecte crétois. — III. Histoire des mots et noms de personnes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La directrice d’études annonce qu’elle a remis en juillet 2021 au service des publications de l’École, au nom de l’équipe du projet onomastique LGPN-Ling, le manuscrit du premier des trois volumes du dictionnaire des anthroponymes, qui portera le nom de Lexonyme, mot-valise formé du raccourcissement de Lex(anthrop)onyme ; il sera publié chez Droz dans la collection de l’École pratique « Hautes études du monde gréco-romain ». Le titre complet est : Lexonyme. Dictionnaire étymologique et sémantique des anthroponymes grecs antiques. Par ce nom, il s’agit de mettre en évidence l’importance primordiale du lexique dans la fabrication des noms de personnes. Il s’agit donc d’un lexique de ces noms, organisé par lemmes étymologiques, eux-mêmes présentés dans l’ordre alphabétique, conformément au modèle du Dictionnaire étymologique de la langue grecque de Pierre Chantraine. Le volume 1 contiendra les lemmes étymologiques de A à E inclus : cela constitue largement plus d’un tiers du nombre total des noms connus (principalement par l’épigraphie), portés par des individus déjà pour la plupart répertoriés par ordre alphabétique dans les huit volumes publiés du Lexicon of Greek Personal Names, dirigé par Robert Parker et aujourd’hui par Nino Luraghi, tandis que ces mêmes lettres recouvrent à elles seules près d’un tiers des mots du lexique grec. Il doit y avoir dans le volume 1 un peu moins de 20 000 noms ainsi lemmatisés et analysés. Comme la part des noms faits de la composition de deux bases (le plus souvent) lexicales est importante, un grand nombre de ceux-ci figurera sous au moins deux lemmes étymologiques, et se retrouvera par conséquent dans l’un ou l’autre des deux volumes suivants. Il n’y a donc pas autour de 20 000 × 3 soit 60 000 noms grecs ou hybrides distincts aujourd’hui identifiés, mais ils sont environ 36 000. Notre Lexonyme est destiné à mettre à jour l’excellent dictionnaire de Friedrich Bechtel de 1917 : Die historischen Personennamen des griechischen bis zur Kaiserzeit, (environ 15 000 noms classés et analysés). La période embrassée par le LGPN et notre Lexonyme s’étend, quant à elle, de l’époque archaïque aux époques impériale et byzantine.

2Deux conférences invitées sont annoncées : le 14 décembre 2021, celle de l’ancien directeur de l’École française d’Athènes, professeur émérite de Sorbonne Université, Dominique Mulliez, sur l’onomastique des esclaves, sujet d’autant plus inédit que les esclaves sont les grands absents des volumes du LGPN d’Oxford. Titre de la conférence : « Les actes d’affranchissement de Delphes. Quel nom pour un esclave ? ». Et celle de Laurent Dubois, directeur d’études émérite de notre section, sur l’onomastique normande, le 24 mai 2022, intitulée : « Vieux noms de métiers normands et français : le témoignage de l’anthroponymie ». On trouvera les résumés de ces conférences ci-après.

Questions d’onomastique corrélées : à propos des anthroponymes Βρεχᾶς et Γρεχᾶς1 et du toponyme orthographié tantôt Βρύγχαι tantôt Γρύγχαι2

  • 1 Cf. notre Lexonyme, à paraître, s. n.
  • 2 Cf. l’article de A. Blanc, « Analyse étymologique d’un toponyme grec réputé étranger : la bourgade (...)

3Je remercie Alain Blanc, qui a attiré mon attention sur les uns et les autres de ces noms sur lesquels il m’a donné à relire son article à paraître dans les actes du colloque Noms de lieux dans les langues anciennes. Approches linguistiques. Il me paraît utile que les lecteurs puissent confronter nos vues. Pour les deux anthroponymes, j’en reste à l’interprétation que j’ai proposée dans le volume 1 du Lexonyme à paraître. Le nom Βρεχᾶς est attesté une seule fois à Pharsale en Thessalie, au 3a, et le nom du père de cet homme est connu aussi : il s’agit d’un Ὑβρίστας. Il peut être intéressant de disposer de cette corrélation de parenté, car il arrive que le nom du père permette d’expliquer, morphologiquement et parfois sémantiquement, le nom du fils, et réciproquement, puisque le fils porte assez souvent le nom du grand-père paternel, qui, en tant que tel, peut avoir lui-même motivé celui du père de son petit-fils, c’est-à-dire de son propre fils. Le nom paronyme Γρεχᾶς, quant à lui, se rencontre une seule fois aussi en Béotie, à la même époque : le porteur de ce nom est fils d’un Ἀρίστων, nom en revanche, tout à fait banal. Ne sont pas données les références bibliographiques, car ces noms sont dûment répertoriés dans le Lexicon of Greek Personal Names, vol. IIIB, dans les deux cas, et sont accessibles sur le site en ligne de ce dictionnaire (Database Search). Les noms d’individus sont en général d’autant plus difficiles à étudier qu’ils sont uniques (hapax), ce qui est assez souvent comme dans ces deux cas, un signe de rareté. Un nom rare est un nom sans parallèle ni paronyme attesté, ce qui indique assez souvent une création qui se démarque des modèles existants ou a chance d’être proprement locale, et de prendre appui en ce cas sur des éléments de contexte dont nous ne disposons pas toujours, faute de fouilles ou vu la pauvreté du site, qui est en rapport fréquent avec la taille et le développement de la cité. Leur étude doit d’abord se fonder sur la vérification des lectures, car il est bien sûr des hapax qui s’avèrent être en définitive des fantômes.

4Nous avons dans nos travaux de recherche collective sur les anthroponymes grecs antiques, et en tout premier lieu J.-C. Chuat ici présent, à qui a été confiée la primo-édition des noms de personnes dont les bases lexicales ont leur initiale en γ, rapproché Γρεχ-ᾶς, non de son paronyme à initiale β, Βρεχᾶς (/br/ > /gr/ est à ma connaissance sans parallèle et sans raison de se produire en grec), mais de tout autre chose : en y voyant une forme phonétique (sonorisation de *k suivi de la vibrante) des noms Κρεκίλας et Κρέκων attestés également en Grèce centrale, très exactement en Béotie (http://clas-lgpn2.classics.ox.ac.uk/​cgi-bin/​lgpn_search.cgi), qui procèdent donc tous trois du nom d’oiseau κρέξ « râle des genêts » (Ar.+). L’aspiration a toute chance d’être expressive, comme peut l’être aussi la gémination, phénomène caractéristique notamment des sobriquets (Béot. Μίχα « Petite », 5a), vs Μίκη, e. g. Thasos, 4a, et Μίκκος, e. g. Athènes, 5/4a, et attendu dans les noms d’animaux, cf. e. g. βλίταχος· βάτραχος, ἀσκόλαχα· ἀσκαλαβώτης (Hsch.) cités par Chantraine, Formation, 1933, p. 403.

5Cependant, en ce qui concerne la formation de ce type de noms, à base lexicale en principe unique et de sens trivial (ne véhiculant pas de valeur héroïque du type de celle des composés homériques), que l’on caractérise sémantiquement comme des sobriquets en français, comme des nicknames en anglais et dans les Historischen Personennamen de Bechtel comme « die übrigen Namen », à savoir ceux qui ne sont ni des composés ni des formes raccourcies de composés, ajoutons que le suffixe qui les affecte, que nous avons raison d’accentuer ainsi, périspomène, est la marque de leur statut de nom simple, au sémantisme souvent de sobriquet. Nous allons voir cependant que le suffixe -ᾶς n’a pas servi à caractériser que les noms simples. C’est, quoi qu’il en soit, à ceux-ci que L. Dubois a consacré un joli article dans les Mélanges offerts à F. Skoda édités par I. Boehm et N. Rousseau, en 2014, p. 77-85 : il y montre comment ce suffixe a caractérisé des sobriquets stigmatisant en particulier la stature, l’apparence de la tête (visage et cheveux, e. g. Πυρρᾶς « Leroux »), la peau (e. g. Φακᾶς « Tache de rousseur », sur φακός ὁ, τό « lentille »), le sexe (e. g. Κερκᾶς « Lequeutard »), l’élocution (Βαττᾶς « Lebègue », sur βαττός) et le comportement (e. g. Φρικᾶς « Lefrissonnant »). Le même savant a par ailleurs consacré dans La suffixation des anthroponymes grecs antiques (ci-après SAGA), 2017, p. 299-332, une plus longue étude aux origines de ce même suffixe et à la difficulté de le distinguer parfois du suffixe -ας, paroxyton en domaine dialectal non ionien-attique, et ce d’autant que le génitif pouvait être en -ᾱ dans les deux cas. Nous sommes plus sûrs de nous en domaine ionien-attique, où la présence d’un nom en -ᾱς, signifie en principe qu’il est en -ᾶς périspomène.

6Le développement de ces suffixés dans l’onomastique anthroponymique est caractéristique chronologiquement de l’époque hellénistique : ils se répandent à la fin de cette période et sont très présents à l’époque impériale. Cela annonce la situation du grec moderne, où ce suffixe s’est développé dans le lexique pour désigner soit des difformités (κεφαλᾶς « qui a une grosse tête »), soit des métiers (ψωμᾶς « boulanger »), soit des noms de lieux (καλαμᾶς « la roselière »). Chantraine, Formation, § 27, rappelle le développement que le suffixe avait déjà connu dans les papyri, dans les mêmes usages triviaux, et avant cela, dès l’époque classique, chez les comiques où il est employé pour forger des noms d’animaux, comme ἀτταγᾶς « le francolin » ou des désignations péjoratives, comme κορυζᾶς « morveux » : on songe à un suffixe dépréciatif comme ce même -eux en français ou -ard, dans « boiteux », « boitard », etc. Mais Chantraine y voit avant tout, dans l’onomastique anthroponymique, un suffixe formateur « de noms abrégés, de caractère populaire », type Νικομᾶς < Νικομήδης, Μηνᾶς < Μηνόδωρος, Γονατᾶς, fait sur le nom du genou. Nous voici cette fois face à des anthroponymes d’origine notamment composée qui seraient affectés du même suffixe.

7Une question intéressante est celle de l’origine, soit onomastique, soit lexicale, de celui-ci. Il n’est pas anodin que Chantraine commence son § 27 par les anthroponymes, en parlant de formation hypocoristique de noms propres (il cite, comme autres suffixes comparables, les seuls : εύς, -ις, -ων), puis en vienne aux sobriquets (dont il ne cite aucun exemple, d’où l’intérêt de l’article de L. Dubois consacré à ce sujet), aux noms d’animaux, de métiers, etc., puis à la situation du grec moderne. En employant « hypocoristique », il utilise le mot que l’on employait un peu approximativement il y a encore quelques années, pour renvoyer aux formes raccourcies de composés, quelles qu’elles soient (troncations et raccourcis à un seul élément conservé) ; c’est-à-dire qu’on utilisait un terme à valeur sémantique pour renvoyer à des catégories, en fait, morphologiques. Mais l’emploi de ce label n’est pas sans intérêt sous la plume de Chantraine dans le cas présent. En effet, qu’est-ce qu’un hypocoristique ? L. Dubois consacre à ce sujet quelques pages de l’introduction de SAGA, cf. notamment p. 8 : de la très riche explication d’Hérodien (Περὶ παρωνύμων Lentz ΙΙ/2, p. 858-859) qu’il cite et traduit, il ressort que l’hypocoristique, calque du grec ὑποκοριστικόν, dérivé de l’adj. en *-to- du verbe ὑποκορίζεσθαι « appeler d’un petit nom, d’un nom doux », est ce « petit nom » que le grammairien met en rapport sémantique avec τοὺς μικροὺς νέους « les petits jeunes », n’expliquant ainsi que de façon indirecte la valeur minorative du préfixe ὑπο-.

8Le raccourcissement de Νικομήδης en Νικομᾶς non seulement abrège le nom, en fait formellement un diminutif, mais a aussi pour effet de le rendre plus tendre, plus doux, c’est-à-dire de le mettre plus en adéquation avec la sphère familiale ou privée et initialement, avec celle de la petite enfance. Et l’on peut comprendre ainsi que de la petitesse, de la minoration (intra-familiale), on passe facilement à la dépréciation (dans la cité ou au tribunal), suivant le contexte d’emploi, et dans tous les cas à la trivialité, au sens de ce que l’on rencontre sur sa route (on pourrait moderniser en « quotidienneté »). La dépréciation peut affecter, certes, aussi bien les hommes que les animaux ou les choses, de sorte qu’il est difficile de discerner dans quel sens a pu avoir lieu l’emprunt du suffixe ou si lexique et anthroponymie l’ont employé parallèlement, sans antériorité particulière de l’un plutôt que de l’autre. On notera, cependant, que dans l’anthroponyme seulement, il arrive que le suffixe soit précédé d’une géminée, dite de troncation, ou expressive, c’est selon ; le sujet serait à traiter plus avant, car à nouveau, le passage se fait allègrement de la morphologie à la sémantique. Devrait être pris en compte aussi dans ce dossier la question, difficile, de l’origine de cet accent, qui semble garder la trace d’une contraction. Si à l’origine était -έας, qui est un suffixe exclusivement anthroponymique, on aurait alors la preuve que le suffixe est né dans cette catégorie et a été de là étendu au lexique.

9Concernant le Thessalien Βρεχᾶς, nous accréditons l’idée, dans le Lexonyme à paraître, qu’il porte comme nom un sobriquet en -ᾶς bâti sur la base βρεχ- du verbe βρέχω « inonder, mouiller », nom amusant pour un bébé (« Le mouillard »), pace L. Dubois, Mélanges Skoda, p. 79 et n. 11, J. L. García Ramón, Old and new worlds in Greek Onomastics, p. 34, et C. de Lamberterie, Chronique d’étymologie grecque 15, dans RPh, 89 (2015), s. v. βραχύς (< *mṛghu-), où est considérée comme possible l’hypothèse du degré /e/ de cet adjectif en -ύς. Je pense, pour ma part, que ce degré /e/ a peu de chance de se trouver attesté en grec, justement, à la différence de l’arménien ou du latin (breuis). Doit être, certes, signalée l’existence d’un Μρεγ̣ᾶς ou Μρεχ̣ᾶς à Dodone, 3/2a, cf. SEG 54, 577 et ΒΕ 2005, 254 (ed. pr. É. Lhôte, dans L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, IV, 2004, p. 113-131). Mais on pourrait arguer du fait que, de même que Μρόγος est une variante phonétique de Βρόχος, avec une vocalisation en o, et non en a, à partir de l’étymon de gr. βραχύς (Βρόχος, dans la région nord-occidentale, cf. Méndez Dosuna, Los dialectos dorios del Noroeste, p. 26 et 69, vs Μρόγος macédonien, plutôt qu’illyrien, pace Masson, OGS III, p. 161), de même Μρέγ̣ας ou Μρεχ̣ᾶς pourrait être une variante phonétique de Βρεχᾶς « Mouillard », et si <Γ> était la bonne lecture, la coloration dialectale pourrait alors être elle aussi macédonienne. L’attestation, en outre, de Βροχᾶς en Thessalie même me paraît rendre d’autant moins vraisemblable que la même base adjectivale, celle donc de βραχύς, ait pu s’y rencontrer en même temps au degré /e/. Il est vrai que le thessalien est connu pour une neutralisation du timbre de la voyelle thématique vélaire en son équivalent palatal : mais cette évolution n’est documentée, dans l’état actuel de nos connaissances, qu’en syllabe désinentielle et entre voyelles dentales ; or ici ce serait entre /r/ palatal et /kh/ vélaire suivi de /a/ voyelle centrale, plutôt que palatal.

10Concernant le toponyme d’Eubée, Βρύγχαι, Γρύγχαι, je rappelle brièvement la teneur de ce petit dossier, dont on trouvera le détail dans l’article de A. Blanc susdit, consacré à ce toponyme, ainsi qu’une interprétation étymologique astucieuse – même si elle peut paraître spéculative comme l’auteur en est bien conscient (mise en relation du toponyme avec le nom du « crapaud », φρῦνος, et le nom d’homme qui en dérive Φρύνιχος en postulant diverses évolutions phonétiques, dont la syncope de /i/, toutes en principe inattendues en eubéen), mais sans rapport avec celle que j’expose rapidement ici : le lecteur aura ainsi la possibilité de se faire une idée par lui-même en disposant des deux pièces du dossier.

11J’emprunte à A. Blanc les données factuelles que voici : une petite ville située sur la côte orientale de l’Eubée, à la hauteur d’Érétrie, sur l’Euripe, porte aujourd’hui le nom de Grynchai. Dans l’antiquité, le toponyme n’est pas attesté, mais on a coutume de poser un f. pl. *Γρύγχαι en se fondant sur la forme Ῥύγχαι d’Étienne de Byzance. Dans les inscriptions, on rencontre deux fois l’adverbe Γρυγχῆθεν (IG XII 9, 243, Érétrie, fin 4a) et de nombreuses fois ses abréviations Γρυγχη., Γρυγχ., Γρυγ. ou même Γρυ. L’ethnique correspondant apparaît dans les inscriptions attiques archaïques sous la forme du nominatif pluriel Γρυνχς / Γρυγχς (ca 425a) où -ες peut recouvrir -ῆς ou -εῖς, et dans les inscriptions eubéennes plus récentes sous la forme Γρυγχεῖς. En face de l’ethnique en -εύς (<*ε̄ϝς), il est possible que Γρυγχῆθεν ait comporté un * médian, comme dans Ἀθηνῆθεν. Cependant, dans l’inscription IG I3 264, datée de 448/7, donc antérieure aux inscriptions attiques susdites, après le phoros des Érétriens, le lapicide a indiqué celui des Βρ[υ]νχειες, et dans le relevé de l’année suivante (IG I3 265, 447/6), encore après Érétrie, on lit [...]γχειες : le style stoichédon indique qu’il ne manque que trois lettres. On restitue donc avec une quasi-certitude [Βρυ]γχεις. Comme la forme Γρυνχς / Γρυγχς n’est pas présente dans ces deux inscriptions, les épigraphistes ont tiré la conclusion que Βρυνχεις / Βρυγχεις et Γρυνχς / Γρυγχς sont deux variantes du même ethnique, cf. L. Threatte (GAI I, p. 556-557) : « At leat one of the fifth-century tribute lists has Βρυνχεις, although these documents normally refer to the people of this Euboean town as Γρυνχς (...) The variation is due to difficulty in translating a foreign, probably non-Greek name. Variants with initial Ῥυ- and even Τρυ- are known from the literary tradition ».

12Un mot rapide de la variation de forme à la finale de l’ethnique : il semble qu’il faille partir de -εις, dont résultent, par contraction, -ς et -εῖς. Cela rappelle Γρυνεις, sic IG I3 264, ethnique d’une cité d’Éolide, cf. Hodot, Le dialecte éolien d’Asie, p. 116-117, qui propose d’interpréter le /i/ comme un glide, dans le cadre de la flexion en -εύς : -έ(ϝ)ες > -έες noté -εῖες avec glide anti-hiatique pour garder à l’identique le nombre de syllabes ; cependant, la cité est dite à la fois Γρῦνοι et Γρύνεια chez Étienne de Byzance, avec Γρυνεύς (mais non *Γρυνειεύς) comme ethnique. Il pourrait en aller un peu de même pour Βρυνχεις en face de Γρυγχς : la suffixation du toponyme aurait pu osciller entre -ειαι, dans *Βρύγχειαι, d’où l’ethnique Βρυγχει-εύς comme pour att. Δεκέλεια / Δεκελειεύς (IG II2 1388, 11, 387/6a, etc.), et -αι, d’où l’ethnique Γρυγχ-ς, comme pour Πατρῆς (IG V 2 368, l. 31, 3a) en face de Πάτραι.

13Mais revenons à la variation de forme de l’initiale. Si Ῥύγχαι est connu par Hérodien et par Étienne de Byzance, une forme Τρύχαι figure chez Lycophron, dont on peut se demander si elle a ici sa place, vu l’absence de nasale infixée et l’existence des ethniques Τρυχεύς et Τρυχάντιος, sans rapport avec celui de Ῥύγχαι, Ῥυγχαῖος : n’aurait-on pas là un toponyme fait plutôt sur un tout autre radical, celui de τρῦχος « loque, haillon », dérivé du verbe τρύω « user, épuiser » ? Mais pour ce qui est de postuler une évolution Βρύγχαι → Γρύγχαι, comme le proposerait notre collègue, il semble que ce ne soit pas soutenable à l’intérieur du grec et de dialectes apparentés comme l’eubéen et l’attique : comme nous l’avons déjà indiqué, /br/ > /gr/ est sans parallèle et non attendu en grec. On se demandera alors si les graphies ΒΡ/ΓΡ ne masqueraient pas plutôt un ancien *w étymologique, ce qui serait tout à fait remarquable étant donné que O. Masson (dans Sprachwissenschaft und Philologie. Jacob Wackernagel und die Indogermanistik heute, 1990, p. 202-212) avait parlé de B/Γ comme relais graphiques de F, mais dans les manuscrits. On en aurait pour la première fois des témoignages, cette fois, épigraphiques. Nous avons du reste quelques traces anciennes de F en eubéen (y compris colonial), cf. Jeffery, LSAG, no 9 et 22, Érétrie, et del Barrio, L’Eubée, no 2 comme glide dans δύϝε. Le toponyme aurait alors été formé sur le nom du groin, ῥύγχος, par ce genre de désignation synecdotique, sans doute d’une réalité physique telle qu’une avancée rocheuse, comme Κεφαλή, notamment dans Κυνὸς κεφαλαί (près de Scotoussa de Thessalie et en Béotie). Cela supposerait, certes, que l’étymologie de l’initiale de ῥύγχος soit *wr ou *swr, et non *sr, pace Chantraine et Beekes. Mais pour un radical d’origine onomatopéique (ῥύγχος « groin » évoque dans sa forme le cri que font entendre les cochons), cf. aussi ῥέγχω /ῥέγκω « ronfler », la conformité avec un étymon indo-européen peut faire sourire. Par ailleurs, on connaît nombre de racines, comme celle de ὁράω ou du réfléchi de 3e sg. *swe, où la séquence complexe initiale a pu se réaliser des trois manières : hορ-, ϝορ-, ϝhορ- et hε, ϝε, ϝhε. On en a déjà observé la distribution dialectale aréale, avec le ϝ en domaine non ionien-attique psilotique, comme en éléen, le ϝh en domaine non ionien-attique non psilotique, comme en argien, et l’aspiration initiale en domaine ionien-attique non psilotique, comme en attique, alors que l’ionien d’Asie Mineure se caractérisait par l’absence de tout signe (con)sonantique initial.

14Οn aurait alors eu Γ en Eubée, mais B dans les inscriptions attiques, comme avatar de F, non dans des formes proprement attiques, où F n’a dès l’origine pas été employé, mais pour noter le son prononcé et écrit ou inscrit notamment dans les régions voisines, de Béotie ou d’Eubée. Cela supposerait que le son correspondant à *w, [w] ou [v], continuait de pouvoir être sporadiquement prononcé et, le cas échéant, noté, y compris en domaine dialectal ionien-attique : la culture homérique n’y était certainement pas étrangère. Se souvenir notamment du rôle important signalé par Martin West qu’aurait joué l’Eubée dans la transmission de l’épopée. Les deux régions auraient eu deux recours différents pour rendre compte de ce son hérité, en principe tombé en désuétude dans le standard écrit de leurs dialectes, mais non nécessairement dans la langue littéraire de tradition épique notamment transmise par les inscriptions : un recours phonétique en attique, un recours phonographique en eubéen (où le digamma dont existent les traces épigraphiques susdites a pu avoir la forme , correspondant graphique à segments orthogonaux de la forme de structure arrondie <(>, employée anciennement pour noter gamma dans nombre de régions. Pourrait aussi être invoquée l’assonance entre deux radicaux parhomophones distincts comme celui de la gorge et des bronches, βρόγχος, avec (ϝ)ρύγχαι, qui aurait pu sécréter, au radical du toponyme, la forme contaminée issue de leur convergence, Βρύγχ-. Auquel cas, la forme en Γρύγχ- serait proprement eubéenne, et la variante en Βρύγχ- pourrait être une réinterprétation attique, voire une métonomasie en Eubée même. Autre interférence envisageable : avec le radical verbal de βρυχάομαι « mugir, rugir » ou celui de βρύκ/χω « mâcher, dévorer », certes sans infixation attestée, cette fois. On pourrait avoir entre ῥύγχος « groin » et βρύχω « dévorer » (avec aspiration expressive), un lien sinon étymologique, du moins métonymique, relevant de l’étymologie populaire. Cette dernière explication devrait être considérée, non comme la motivation première des variations graphiques que nous tentons d’expliquer, mais plutôt comme un élément adjuvant.

15À ce stade se pose la question de ce qu’était la prononciation exacte de /br/ noté <ΒΡ> au 3a. On sait comment l’occlusive *b héritée s’est parfois très précocément spirantisée avec un aboutissement proche de notre [v]. On sait aussi comment parallèlement l’ancien wau hérité a très tôt pu être aussi articulé [v] à côté de [w] : tout dépendait de l’arrondissement ou non de l’articulation de la spirante vélaire. C’est en raison de cette convergence vers [v] des deux phonèmes hérités que <B> se rencontre tôt dans les dialectes qui continuaient à articuler et à noter le phonème ancien, en lieu et place de <F>, jugé trop stigmatisant à cause de sa distribution typiquement non ionienne-attique. C’était, du point de vue phonétique la notation attendue de ce son, y compris dans les dialectes qui ne l’avaient pas conservé eux-mêmes, mais qui pouvaient être amenés à devoir le noter pour des mots ou des noms venus d’autres dialectes. En face de cela, l’emploi de Γ pour *w est un ersatz graphique et acronymique : gamma comme simplification / stylisation possible de digamma, qui en Eubée même a quelques fondements épigraphiques, comme on a vu. Nous avons donc un faisceau d’éléments convergents rendant possible d’interpréter ce toponyme comme le même, mais orthographié de deux façons différentes en Attique et en Eubée, d’un côté phonétiquement, de l’autre phonographiquement, qui témoignent chacune de la conscience phonétique qu’avaient les locuteurs et transcripteurs d’un son [v], dont ils avaient le souvenir en Eubée qu’il pouvait être associé au son [w] pratiquement tombé en désuétude dans leur dialecte, mais bien connu de tout individu muni ne serait-ce que de rudiments de culture épique.

Nouveautés dialectologiques

C. Ampolo et E. Rosamilia, « Novita sulla cultura achea e sui culti a Kaulonia: la tabula Cauloniensis, editio minor », dans Gli altri Achei: Kaulonia e terina, contesti e nuovi apporti. Atti del cinquantasettesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Tarente, 2021, p. 53-123

16Tablette de bronze trouvée en 2000 au sanctuaire de Punta Stilo, l’antique Kaulonia. Des travaux de restauration (elle était en 51 fragments) et la difficulté de sa lecture expliquent qu’elle ne soit éditée qu’aujourd’hui ; de nombreux séminaires ont été durant ces décennies consacrés à son étude. Des photos R.T.I. ont permis de faire progresser l’édition, qui est, dans son état actuel, magistrale. La tablette comporte deux trous de fixation à ses deux extrémités supérieures. Elle mesure 24,5 cm de large, 12,5 cm de haut et 1,5 cm d’épaisseur. Lettres de 2,5 à 4 mm de hauteur. Fac-simile de E. R., p. 64, qui détaille la forme de chaque lettre attestée dans l’inscription. Alphabet achéen colonial, cf. e. g. L. Dubois, IGDGG II. Colonies achéennes, 2002, p. 9-12 : de couleur « rouge » (carte de Kirchhoff, reproduite e. g. dans M. Guarducci, L’épigrafia greca dalle origine al tardo impero, 1987, p. 22-23), avec comme signes distinctifs principaux les lettres de forme Ψ et + ou Χ, qui notent respectivement /kh/ et /ks/, quand dans l’alphabet bleu qui deviendra progressivement la norme panhellénique à partir du début du 4a, les deux signes Ψ et Χ notent respectivement /ps/ et /kh/. En Grande Grèce, il est notable qu’à la différence de l’alphabet rouge eubéen, cet alphabet-ci emploie le signe du san M comme unique notation de la sifflante. La symétrie de ce signe fait qu’il ne se confond pas avec celui qui note mu, dont les trois hastes de droite constituent encore un appendice suspendu en haut de la haste verticale de gauche. Le gamma, fait unique dans les alphabets archaïques, est constitué d’une seule haste verticale. L’iota est régulièrement à 3 hastes brisées, ce qui le fait ressembler à un sigma archaïque à 3 branches, comme en Élide et en Laconie. Cette forme d’iota excluant l’emploi de sigma tant qu’il était à 3 branches, l’emploi de san était une nécessité ; de même, l’emploi de gamma sous la forme d’une simple haste verticale eût été incompatible avec un iota qui eût eu cette forme, qui est pourtant celle des autres dialectes.

17Ces trois lettres semblent donc s’être échangé leurs signes par rapport aux autres alphabets, sans qu’on puisse bien expliquer ce qui a motivé un tel échange et dans quel sens, à savoir en partant de quelle lettre, il a été opéré. On ne peut en tout cas songer à y voir des erreurs d’affectation de signe au moment de l’adoption de l’alphabet dans la mesure où les sons correspondants sont relativement différents et où dans l’alphabet phénicien sur lequel on se fonde pour expliquer la genèse de l’alphabet grec, le gamma a bien son crochet, les signes de san (sade) et de sigma (chin) existent bien avec l’apparence qu’on leur connaît en grec ; ce qui est néanmoins intéressant, c’est que l’iota hérité du phénicien est de forme brisée. Si l’on partait de l’emprunt au phénicien de l’iota sous cette forme, s’expliquerait alors la préférence pour la sifflante à forme de san plutôt que de sigma ; il faudrait aussi faire entrer en ligne de compte à ce stade lambda, de forme à crochet haut dans ce même alphabet, c’est-à-dire, quasi indifférencié du gamma des autres dialectes que l’attique (où le crochet est en bas). Le problème de l’ambiguïté entre ces deux ductus a été en général réglé de la manière qu’on sait : en stabilisant la forme du crochet à la perpendiculaire de la verticale pour gamma et en allongeant la haste de droite du lambda pour qu’elle descende aussi bas que la diagonale de gauche. Dans le cas présent, une autre solution a été trouvée : la forme du gamma a été simplifiée par amputation de son crochet, la verticale étant disponible puisqu’elle ne correspondait dans cet alphabet à aucun autre graphème. En définitive, ce qui ferait plus problème, c’est l’attribution de la simple haste verticale à la lettre iota dans tous les autres dialectes.

18Datation d’après la forme des lettres. La chronologie avancée par les deux éditeurs est la première moitié du 5a : une datation autour de 470 serait, d’après eux, assez plausible. Elle repose aussi en partie sur la chronologie relative : par comparaison avec la dédicace de Kleom(b)rotos de Francavilla Marittima, plus ancienne, et les dédicaces de la fin du 6a, celle de Nikomachos de San Mauro Forte (IGDGG II, no 75) et la dédicace crotoniate de Phayllos (IGDGG II, no 90, ca 500). Autre texte important à prendre en compte : le traité entre Sybarites et Serdaioi trouvé à Olympie (IGDGG II, no 12, antérieur à 510, date de la destruction de la cité). Ca 450 paraîtrait aussi possible, de sorte qu’une fourchette entre 470 et 450 pourrait être une bonne approximation. Il est vrai que les éditeurs privilégient la date haute, qui correspond à une période importante pour l’histoire de Kaulonia et de son sanctuaire, et prospère, pendant laquelle est reconstruit le temple dorique et débute la frappe de monnaies non incuses. Nous nous en tiendrons donc à leur datation. La mise en page est stoichèdon (18 lignes de 16 à 40 lettres), ce qui est nouveau parmi les inscriptions achéennes coloniales et en Grande Grèce (on connaît en revanche quelques textes ainsi disposés concernant des Grecs d’Occident, mais retrouvés en Grèce continentale), même si des exemples çà et là montrent que ce style n’est pas propre à Athènes (origine samienne ancienne possible). D’un autre ordre est la correspondance, très rare, entre lignes et vers, qui rend la lecture d’autant plus aisée. Le document est aussi exceptionnel par sa taille et le fait qu’il ne soit pas funéraire : il s’agit en effet de la dédicace poétique d’un certain Pythokritos, fils d’Euxénos en 18 vers de type dactylique qui mêlent de façon plus ou moins aléatoire hexamètres et pentamètres. Poésie plus d’amateur que de poète de métier, semble-t-il, ce qui se traduit par des erreurs (<O> de la fin de la l. 11 à exclure, <E> non gravé à la fin de Ὀλύμπιε, l. 10), qui rendent la reconstitution des l. 14-17, très abîmées, d’autant plus ardue.

19L. 1-2 : dédicant, ligne prosaïque, où le verbe ἀνέθε̄κε̆, cependant, fournit le 6e pied de l’hexamètre, un pentamètre constituant le deuxième vers, qui est consacré à la figure du père (encadrement du vers par son nom et par son statut de père du dédicant). De ce père il est encore question, v. 11, pour indiquer que l’offrande est destinée à lui faire plaisir, à nouveau à travers une jolie formule pentamétrique. Le dédicant ne se met cependant pas en retrait par rapport à son père qu’il honore : au contraire, le nom de Pythokritos revient au total quatre fois, et les trois autres fois dans un hexamètre, et non un pentamètre, à la différence des références au père, dont le nom n’est quant à lui explicité que la première fois, tandis que la seconde, il n’est mentionné qu’en tant que père du fils (double mention insistante de ce dernier, à la fois dans hυιός et παῖς). E. R. parle ensuite de Ringkomposition : 6 hexamètres (v. 3-8) clôturés par le v. 9 pentamétrique, qui est comme une reprise avec variatio du v. 3 (même premier hemiepes d’inspiration homérique : ἕστακ’ ν ἀγορᾶι, avec le même allongement métrique du /e/ de la préposition que dans Hom. εἰν, et καλὸν ἄγαλμα repris par μνᾶμα). Cependant, n’était cet effet de reprise, la structure narrative pourrait être considérée aussi bien comme prenant fin au v. 13, car à y bien regarder, la l. 10 est, de même, la reprise avec variatio de la l. 4, avec adresse à l’impératif à la divinité (hέλλαθι, δίδ vs δέξαι), et l. 11 fait de même écho à l. 6 (reprise de gén. χαριζομένοιο, mais cette fois au datif, χαριζομένοι{ο}, d’où la gravure erronée de <O>) ; auquel cas le texte se distribuerait plutôt comme suit : pentamètre, 5 hexamètres suivis de 3 distiques élégiaques. La formule commode καλὸν ἄγαλμα du v. 3 revient aux v. 10 et 13, et μνᾶμα, de son côté, apparaît v. 17, voire déjà v. 6, si la forme pouvait être restituée dans la lacune. Cela suffit à indiquer le caractère peu sophistiqué de cette poésie, qui n’évite pas la répétition, comme si elle manquait de mots pour créer la surprise.

20V. 6 : δεξάμενοι ΟΜΑ[..]Α χαριζομένοιο : nous sommes après le 2e pied, et la lacune concerne le 3e et le 4e pieds, avec le dactyle 5e sur les dernières syllabes -ρῑζο̆με̆ν |οῑο̄̆ pied final. Un premier problème est l’hiatus entre δεξάμενοι et O, etc., qui est en principe évité en poésie. Les éditeurs proposent de restituer un <T> qui substantiverait ainsi le participe au génitif, dont dépendrait la séquence à /m/ initial et /a/ final qui suit (cette dernière voyelle est nécessairement de quantité brève : neutre pluriel ou plutôt adjectif au neutre adverbial, comme μακρά que proposent les éditeurs, cependant sans collocation poétique connue) ? Malheureusement, en dépit de photos de détail aimablement communiquées par E. R., la séquence est assez désespérée. Néanmoins, ne faudrait-il pas plutôt, si l’on admettait la restitution de <τ>, proposer aussi μν̣[ᾶμ]α (postulable vu la proximité graphique du départ à gauche de <A> et de <N>), et comprendre : « en acceptant le cadeau de celui qui fait la grâce d’offrir le monument » ? Ou ne pourrait-on songer à éditer même : δρον δεξαμέν (duel renvoyant au couple de divinités frère et sœur, Apollon et Artémis) τ̣ὸ μν̣[ᾶμ]α χαριζομένοιο « en acceptant en cadeau ce monument d’un homme cherchant à plaire » ?

21Le début du v. 7 présente une séquence Α̣ΟΔΙΑΣ qui pose également problème : Cassio propose : ἀρ̣<ετ>ᾶς ; a été retenu : ἀ̣ο<ιδ>ὰς (apparat p. 59). L’interversion des deux lettres est plausible. Mais, comme le remarque E. R., il faudrait métriquement supposer une prononciation monosyllabique avec une longue, qui n’est pas attestée avant les Hymnes homériques (n. 60). L’autre point étonnant est la référence au chant, qui suppose une performance orale, sans rapport avec l’inscription d’un texte. Par ailleurs, la référence à la dîme de ses mains (δεκάταν χε̄ρν) paraît passablement compatible avec le chant offert aux Muses (trad. : « Ed (egli) come decima del (prodotto delle sue) mani, dedicò canti alle Muse »). La lettre pointée est la première, l’alpha initial du mot. Faudrait-il songer à y reconnaître une autre lettre ? On a parfois postulé à l’origine du nom d’Hésiode Ἡσί-οδος, un -ϝοδος <*h2uod-. S’agirait-il de « muses chanteuses » ? Mais cela obligerait alors à supposer ici un datif pluriel accordé avec Μόσαις, non en -αις comme ce nom, mais en -ας, avec ce type de variations observable en éléen, où l’acc. pl. de ces thèmes ou des thématiques peut être en -ος ou -οις, ce qui secondairement fait rencontrer -ος et οις au datif aussi. On remarquera qu’au v. suivant, v. 8, les datifs ξένοισι et πολίταις sont de deux colorations dialectales, employées dans le même vers : l’une ionienne, ici d’inspiration épique, l’autre non ionienne, éolienne dans l’épopée ou dorienne aussi bien, dans notre contexte. Cependant, le flottement évoqué ne concerne que l’éléen, de sorte qu’il est trop spéculatif de le postuler ici pour cet achéen poétique de Grande Grèce. Une meilleure suggestion peut-être, qui aurait pu être faite, serait de songer à reconnaître ici le génitif Ἀ(ι)ολίας. Il s’agirait là, non du nom de l’Éolide d’Asie Mineure, connu depuis Hésiode sous la forme Αἰολίς, -ίδος, mais bien de la forme même du nom de l’île mythique connue par Homère comme la demeure d’Éole, héros maître des vents (Od. 10, 1 : Αἰολίην δ’ ἐσ νῆσον ἀφικόμεθ’. ἔνθα δ’ ἔναιεν| Αἰόλος Ἱπποτάδης), que l’on a identifiée comme étant celle du Stromboli, parmi ces îles dites aujourd’hui Lipari, mais connues précisément dans l’antiquité comme « éoliennes ». La référence serait à l’Éolide la plus proche, une fondation possible des Éoliens micrasiatiques, avec lesquels auraient été entretenus des liens de parenté, qui pourraient expliquer que la filiation poétique revendiquée ici soit aux Muses de cette région. Rappelons l’existence du beau corpus épigraphique dévolu à ces îles : L. Bernabó-Brea, M. Cavalier, L. Campagna, Meligunìs Lipara, XII. Le iscrizioni lapidarie greche e latine delle isole eolie, Palerme, 2003. Il atteste la pratique d’un dialecte non ionien-attique ; signalons néanmoins que le dialecte pratiqué n’est pas spécifiquement éolien (no 218 : Λαμέδοντος, ca 300-100a, alors que la conservation de Λαο- non contracté serait attendue en éolien micrasiatique, cf. Hodot, p. 59-60), comme peuvent l’expliquer les contacts avec les cités siciliennes les plus proches, Tyndaris (fondation de Messéniens chassés de Zanthe, cf. Inventory, no 49) ou Halaisa (peuplement de mercenaires, cf. Inventory, no 11, et L. Dubois, IGDS I, p. 234 : épigraphie réduite et non antérieure au 2a ; koina sicilienne) : la langue relèverait plutôt d’une forme de koina aréale, voir dans O. Tribulato (éd.), Language and Linguistic Contact in Ancient Sicily2, 2019, les deux articles de S. Mimbrera : « Sicilian Greek before the fourth century BC : An overview of the dialects », p. 191-222, et notamment « The Sicilian Doric koina », p. 223-250.

22Sur les v. 10-11, calque de la dédicace des Lacédémoniens d’Olympie, connue aussi par Pausanias, cf. C. Zizza Les iscrizioni nella Periegesi di Pausania. Commento ai testi epigrafici, 2006, p. 233-234, no 22, et le commentaire ici de E. R., p. 76-77, particulièrement n. 4, concernant la forme hιλέϝοι de l’inscription laconienne retrouvée à Olympie : la forme étymologique est bien hιλάο̄ι, comme ici, et la forme de l’inscription laconienne consacrée à Olympie résulte d’une hypercorrection du graveur éléen, qui a corrigé le A pour /a:/ étymologique de l’adjectif qu’il voyait pourtant sur son modèle laconien, en E, de crainte d’introduire un éléisme (mes Inscriptions éléennes dial., p. 287, n. 2). Il savait en effet que son dialecte se distinguait de tous les autres par l’emploi à la fois de A et de E pour noter */ε:/. Ce trait finissait par rejaillir sur la connaissance de l’étymologie, puisqu’un A, pouvant servir à noter tant /a:/ que /ε:/ anciens, devenait par là-même étymologiquement opaque. Ajoutait encore à la confusion, dans ce dialecte, le fait que A/E pouvaient devenir interchangeables aussi en tant que notations des voyelles brèves de timbres /a/ et /e/, cf. e. g. παρ pour περί aussi bien que παρά. Il n’est pas sans intérêt de rappeler que l’adjectif ἵλαος est sous cette forme homérique et qu’il apparaît pour la première fois au chant 1 de l’Iliade, v. 583, précisément avec comme complément Ὀλύμπιος, l’épiclèse de Zeus.

23V. 14-17 : partie la plus abîmée de l’inscription ; pluie de fragments mis bout à bout et oxydation plus importante, qui rendent la lecture encore plus difficile.

24V. 14 : propositions [ἐνγύ]τερον ou [hαμέ]τερον. Je me demande si l’on ne pourrait avoir plutôt la junctura : [Οὐδέ]τερον δὲ [τ]αύ[τ]ο̄ν « Aucune de ces deux choses-là » avec un neutre pluriel dont la forme du radical des cas directs pluriel se serait étendue aux cas obliques, comme on en a des exemples en dorien : une recherche dans le TLG en ligne d’Irvine montre que la junctura se trouve au plus tôt dans l’Histoire des animaux d’Aristote (518a 29). La restitution [Κ]αυ[λ]ο̄ν[ία] est écartée par les éditeurs : outre la nature amétrique du toponyme, on ne s’attend pas nécessairement à ce que le nom de la cité soit explicité, et le cas échéant, l’ethnique serait plus attendu. Ou pourrait-on proposer de retrouver [Πυ]θ̣ό[κρι]τ̣ος suivi d’un participe sigmatique en -ξας, type ἐ[παγλαί]ξας, cf. CEG 429 (base de marbre d’une statue de bronze d’Halicarnasse datée de ca 475, gravée elle aussi stoichedon, avec en même position, mais dans un pentamètre : στῆσεν Ἀπόλλωνος βωμὸν ἐπαγλαΐ[σας]), verbe attesté chez Aristophane (Frag.) et dans l’épigraphie eubéenne et thébaine ? En ce cas, plutôt songer à [καλλί]τερον δὲ [τ]αύ[τ]ο̄ν, au début de cet hexamètre (« P. ayant fait grâce d’une statue plus belle que celles-là ») ? Le [τ]αύ[τ]ο̄ν pourrait être aussi bien un f. pl. renvoyant aux Charites du v. 13.

25V. 15 : [.....]ΠΑΡΧΕΙΟ[.]ΤΑ[.]ΙΕΔΙΚΑIΟΣΥ[....]ΑΣΑ : E. R. propose de retrouver une référence à l’ἀρχεῖον, comme point de repère spatial comparable à la référence, à la ligne précédente, au monument des Charites, auprès duquel a été placée la statue de Zeus. La suite fait apparaître le substantif δικαιοσύνα, mais il semble que le vers soit hypermétrique en l’état, même en y voyant un hexamètre plutôt qu’un pentamètre. Cela ne serait métrique qu’à condition d’avoir in fine, non le nombre de lettres restitué d’après le stoichedon, mais : δικαιοσύνα σά ou δικαιοσύνα ἁ σά, avec crase des deux /a:/. Un αὐτὰ ὑπάρχει ὄντα est difficile à admettre (on attend ἐόντα, comme ἐών, v. 2), un ἢ adversatif, envisageable avant δικαιοσύνα ; mais un διὲ au lieu de διά doit être exclu en l’achéen colonial. Une autre possibilité consisterait à restituer εἴε̄, avant δικαιοσύνα... V. 16 : restituer un [κ]α[ὶ] en tête, comme le proposent les éditeurs ? Une autre proposition pourrait être, plus en accord peut-être avec δικαιοσύνα, qui paraît être au nominatif : [κ]α[τ]’ τέχνας, avec un accusatif de conformité après κατά apocopé à la dorienne. ἐπ’ ἄλο̄α est un accusatif en -α insolite pour le nom de l’aire à battre le blé, certes, attesté ailleurs (e. g. Call., Fr. 285, l. 7). Il paraît moins probable d’y voir le neu. pl. référant à la fête des Haloia, fête de l’agriculture : on n’a pas d’attestation de cette junctura dans le TLG ; le mot peut référer à un espace public, cf. A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, no 137, l. 7-8 : on part de l’aire pour commencer la procession, qui fournit un espace aplani utile, rare en zone montagneuse. Autre attestation de cet usage possible dans le texte de Skotoussa de Thessalie, selon l’éditeur, mais où le contexte paraît exclusivement agricole. Plus intéressante est la mention d’une ἱερὰ ἄλως (I.Eleusis 177, 329/8). V. 17 : μνᾶμα μακροχρόνιον (Hp.+), μακρόλογον (comique ou Pl.) ? Ou μνᾶμα μναμοσύνας, certes répétitif, mais peut-être non totalement exclu dans notre contexte, où les répétitions ne manquent pas. V. 18 : La signature d’Apollodotos : cf. signature de Nikomachos, sur la stèle de San Mauro Forte, IGDGG II, no 75 (Métaponte, autre colonie achéenne), au 6a : Νικόμαχος μ’ ἐπόε̄, avec absence d’iota intervocalique comme cela arrive souvent pour ce radical verbal lorsque les voyelles sont de timbre différent, mais non dans ce texte.

A. V. Belousov, Defixiones Olbiae Ponticae, Louvain, Paris, 2021

26Paru chez Peeters, à la fois en version anglaise et en version russe. Est proposée à la fin une grammaire des defixiones d’Olbia, sur le modèle de l’appendice grammatical final des Inscriptions grecques dialectales d’Olbia du Pont de L. Dubois. Concernant la dissimilation des aspirées dite de Grassmann, la question de la chronologie est discutée : relèvent de cette loi les dissimilations régressives anciennes comme celle qui promeut τίθημι (<ιταλιςθεσ) dans l’ensemble du grec alphabétique (le système d’écriture syllabique mycénien confond, à quelques rares exceptions près, en une série unique occlusives sonores, sourdes et sourdes aspirées), mais peut-on attribuer au même phénomène les dissimilations du 4a, comme celles qui se font jour dans quelques anthroponymes, par exemple dans Ἀγάθαρκος, no 6, à côté, no 9, de Ἀγάθαρχος, et alors que la perte d’aspiration serait ici progressive ? Dans Βρότακος, no 19, que l’auteur met en relation avec Βρόταχος, attesté avec l’aspirée en Ionie d’Asie Mineure, et le nom de la grenouille βάτραχος, il n’y a pas à proprement parler de dissimilation ; cela relève plutôt d’un phénomène aréal, le contact avec le thrace de l’arrière-pays, qui assimile l’aspirée grecque à sa propre sourde, comme dans Φιλιππόπολις passé en thrace à Pulpudeva, cf. Brixhe, dans Bader (éd.), Langues indo-européennes, 1996, p. 201.

27Est mentionné l’exemple intéressant à un autre titre aussi, no 6, de Τυκο̄τα, avec un /o/ édité comme long. Si l’on se reporte à l’édition, il s’agit d’une inscription du 4a dans laquelle ledit nom figure avant Δι<ό>δωρος, avec <Ω>, de sorte que l’hypothèse que <O> note ici une voyelle longue paraît improbable. Rien de tel dans le reste de l’inscription. Le commentaire, p. 24, parle d’un nom féminin hypocoristique, ce qui paraît une dénomination inappropriée, sauf s’il s’agit d’indiquer par ce mot que c’est la forme raccourcie d’un préfixé, qui serait, par exemple Ἐπίτυχος uel sim. B. cite l’excellent parallèle du gén. m. Τυχοτος, à Géla, sur une coupe attique à figure noire, datée d’entre 500 et 450. Le problème qui se pose est celui de la quantité du /o/, qu’il donne, au masculin aussi, comme longue. Cela fait penser en fait au participe parfait de τυγχάνω, sans son redoublement, susceptible de s’être donné, thématisé, comme anthroponyme. Il existe au moins le parallèle de Χάρμενος et dérivés, type Χαρμενίων, forgés sur le participe parfait médio-passif de χαίρω, sans davantage de redoublement, au sens de « réjoui, mis en joie ». Signalons du reste que le LGPN édite ce nom comme le génitif d’un nominatif Τυχώς accentué exactement comme le participe parfait. La voyelle /o/ centrale y est par conséquent de quantité brève. Pour en revenir à (Εὐβούλη) Τυκοτα : s’il s’agissait vraiment d’un féminin, comment expliquer qu’il présente un <A> désinentiel en face de <H> dans l’autre nom ? Faudrait-il y voir alors plutôt un génitif patronymique (mais les autres noms sont sans patronyme, et on n’en attend pas dans ces defixiones) ? Si c’était néanmoins le cas, il faudrait alors postuler un périspomène en -ᾶς, -ᾶ, comme il s’en rencontre dans d’autres textes du volume. L’accusatif de distraction dans cette liste de noms au nominatif serait la solution par défaut : Τυχότα, accusatif de Τυχώς. Ou suffixe -ώτας adjoint alors au radical du substantif τύχη, sur le modèle de Θεώτας, Φιλώτας. Mais cette fois encore, il faudrait supposer un Τυκωτᾶς, comme on pose Ἐρωτᾶς, sobriquet formé sur Ἔρως, -ωτος ; ce serait à nouveau un génitif patronymique, et non le nominatif d’un nom de femme. Il n’y a pas à faire l’hypothèse que le radical soit indigène : la consultation du répertoire de D. Dana sur les noms des Thraces, p. 380, montre en fait deux noms en alphabet grec, Τουκος (bague en or sans provenance) et Τουκουδεβας en Macédoine, avec la même dorsale sourde à la place de l’aspirée, qui ont chance d’être bâtis à partir de ce même radical.

28Le texte de quelques-unes seulement de ces defixiones fera l’objet de commentaires, à commencer par le no 11, de ce corpus, sur lequel j’étais déjà intervenue pendant l’année 2017-2018 (Annuaire, 151, 2018-2019, p. 90), à partir de l’editio princeps qu’en avaient donné l’auteur avec Madalina Dana (ZPE 204, 2017, p. 192-194) ainsi que dans le BE 2018, no 316, avec notre regretté collègue A. Avram : malencontreusement, la juxtaposition de nos deux commentaires partiellement divergents dans la même notice a probablement semé la confusion, d’où la nécessité de rectifier à nouveau l’édition de ce texte, dont le caractère brouillon de la mise en page rend l’analyse syntaxique si discutée.

29La divergence entre la proposition d’édition de B. (ἄ<π>ρακτα οἳ τὰ{ι}πάντ[α εἰ]{μ} μαρτυρέο̄σιν ἄν) et la mienne (ἄ<π>ρακτα οἰ τὰ{ι} πάντ<α ἂ> ἂν μαρτυρέο̄σιν, avec psilose du relatif ἄ et du pronom οἰ de 3e sg. au datif) porte sur la place de ἄν et la restitution ou non d’un εἰ. Concernant la place de ἄν, je dirais seulement que la logique de l’utilisation de l’espace paraît donner raison à notre collègue (le graveur a commencé à graver un M, a compris qu’il n’aurait pas la place et a recommencé plus à gauche ; par conséquent, il semblerait que le AN ait été gravé in fine, après le verbe) ; je persiste, cependant, à penser que les attestations épigraphiques sont rares à placer la particule modale en fin de phrase, sauf en poésie. En revanche, dans la littérature, le schéma est attesté, en dehors de la poésie, dès Thucydide, cf. e. g. I 40, 3, l. 1 (contexte du différend entre Athènes et Corinthe, au sujet des affaires de Corcyre et de Potidée, et plus précisément du débat entre Corcyréens et Corinthiens, qui exposent leurs raisons à Athènes) : πόλεμον ἀντ’ εἰρήνης ποιήσει· ὃ νῦν ὑμεῖς μὴ πειθόμενοι ἡμῖν πάθοιτε ἄν (aucune cité ne) fera passer de la paix à la guerre, ce que vous subiriez aujourd’hui, si vous ne nous écoutiez pas. Mais les exemples sont rares, et il est probable qu’il y ait là un effet rhétorique, soit rythmique soit accentuel, avec montée de la voix en fin de phrase sur la particule modalisante accentuée. Il est remarquable aussi que cette position particulière de ἄν se rencontre toujours en apodose, jamais en protase d’un système qui serait alors conditionnel : c’est donc très souvent à l’optatif potentiel. De sorte que ce schéma ne paraît pas attendu dans la langue courante. Sophocle et Euripide l’affectionnent, et la nécessité métrique n’y est certainement pas étrangère. Rares exemples chez Hérodote et chez les orateurs, nombreux chez Aristophane, Xénophon et Platon dont on sait combien le style est souvent poétique. Par conséquent, songer à un tel ordre des mots dans cette defixio reste discutable.

30Dans la notice du BE 2018, je rappelais que dans leur editio princeps, Madalina Dana et A. Belousov proposaient de traduire : « tous ceux qui témoigneraient, que tous (leurs) actes n’aboutissent à rien ». Alexandru Avram avait indiqué dans sa partie de notice : « peut-être, en tenant compte de la conjonction ἄν ajoutée à la fin, plus exactement « si ceux-ci témoignent ». Or cette remarque a apparemment induit ici en erreur B., qui restitue un εἰ pour lequel aucune place n’avait été ménagée et traduit donc : « let all their cases be unsuccessful if they become witnesses (in court) ». Mais en fait, il y aurait toute chance pour que l’on ait eu ἐάν, ou ἄν, alors qu’admettre la séparation de εἰ et de ἄν par le verbe est fortement improbable : ce serait de l’ordre de l’afféterie stylistique, et difficilement compatible avec la nature de defixio de l’inscription, avec le peu de soin avec lequel elle a été gravée et avec le niveau de langue attendu. Mais bien sûr, s’il s’était agi de la conjonction hypothétique, on l’aurait eu inévitablement avant le verbe. J’avais, proposé dans le BE de traduire ma proposition de restitution : « que soit pour lui inefficace la totalité des actes pour lesquels ils témoignent » ; pour la rendre encore plus explicite, je proposerais à présent : « que soit inefficace la totalité des actes pour lesquels ils témoignent en sa faveur ». Cela suppose que le nom de l’ennemi reste probablement non explicité et que la defixio vise surtout les témoins, dont on s’efforce par là de rendre les témoignages invalides. Une dernière solution pourrait encore être évoquée : la première lettre de la séquence <OI> a son tracé si mal réalisé que le <O> pourrait à la rigueur être interprété comme l’amorce d’un <E> : en ce cas, en faisant l’hypothèse d’un subjonctif 3e sing. ι en emploi jussif, comme des attestations s’en rencontrent à l’époque hellénistique, notamment dans les textes éléens en koinè (décret en l’honneur de Damocratès de Ténédos, ca 200, IED 34), ἄπρακτα ι serait l’apodose de l’équivalent protase que constitue la relative au subjonctif avec ἄν : τὰ{ι} πάντ<α ἂ> ἂν {μ} μαρτυρέο̄σιν ; il faudrait alors traduire, sans complément au datif : « que soit inefficace la totalité des actes pour lesquels ils témoignent ». Dans l’une ou l’autre hypothèse, il semble que justice soit rendue à la syntaxe, sans qu’il soit nécessaire de considérer que l’ordre des mots est aberrant ni d’ajouter de εἰ superflu puisque la relative tient précisément lieu de protase.

31No 13, cf. L. Dubois, IGDOP 108, datée du 4/3a : toute la difficulté réside ici dans la séquence deux fois répétée, l. 1 et 4 : ΤΑΜΠΑΡΜΗ. Οn a été tellement gêné, et à juste titre, par l’incohérence dialectale (/a:/ non ionien conservé dans ce qui ressemble à un acc. sg. de l’article) que, comme le rappelle LD, le premier éditeur, Diehl, n’excluait pas que l’on ait pu avoir un verbe scythe signifiant devoveo ; on a songé aussi à en faire un nom étranger en un seul mot, en proposant d’ajouter un Σ oublié en fin de ligne, pour y voir un génitif sur le même plan que le Σιττυρᾶ de la ligne suivante, nom quatre fois par ailleurs attesté en Thessalie, au 2a, au nominatif de forme Σιττυρᾶς. Sur ce joli nom du terroir, en l’occurrence un sobriquet fait sur un nom d’oiseau, la sittelle (Sitta europaea), voir les trois gloses d’Hésychius σίττας· ὄρνις ποιός. ἔνιοι δὲ τὸν ψιττακὸν λέγουσιν, σίττη· ὄρνις ποιός. οἱ δὲ δρυοκολάπτης et σίττον· οἱ μὲν γλαῦκα· ἢ κίσσαν· ἢ ἱέρακα, cf. J. L. García Ramón dans E. Matthews (éd.), Old and new worlds in Ancient Greek Onomastics, p. 57. Le radical est évidemment onomatopéique, « sitt », « psitt », à l’origine aussi du nom du perroquet, ψιττακός / σιττακός, étant souvent associé à un bruit ou à un cri d’oiseau. B. note que la déclinaison des deux noms en -ᾶς présente un gén. en -ᾶ, ce qui est, en domaine ionien, une innovation non antérieure au 3a, par rapport au gén. plus ancien en -ᾶδος, cf. Μικᾶς, -ᾶδος à Thasos, et Σωκρᾶδος, à Milet, 5a (Bechtel, GD III, p. 129). Il y a là une distribution ancienne aréale : -ᾶς, -ᾶδος en domaine ionien au sens large, mais en Grèce propre (Grèce centrale, Attique et Péloponnèse) et ailleurs, plutôt le génitif en -ᾶ, cf. l’article sur les noms en -ᾶς de L. Dubois dans SAGA, p. 300, pour la distribution des deux génitifs. L’exception ionienne est déjà signalée par Choiroboskos (ix-xe s.), cité par Dubois, p. 301.

32B., quant à lui, préfère y voir un accusatif deux fois répété qui renvoie au « bouclier », avec malédiction portant successivement sur le bouclier, la langue et la puissance vitale, contre, au total, 3 individus. Il propose de réablir une nasale, fragile à la finale (nous ne sommes cependant que ca 300, et la nasale est en revanche bien conservée à l’accusatif de γλῶσσαν et de δύναμιν). B. rappelle, p. 45, que le mot πάρμη reçoit sa première attestation dans le texte des Histoires de Polybe (6.22 et 29.14), où il est considéré comme l’adaptation du mot latin parma. Le mot n’a pas d’origine claire puisqu’il est absent des dictionnaires étymologiques du grec, y compris de l’EDG, et est absent de l’Etymological Dictionary of Latin de Michiel de Vaan, alors qu’il figurait dans celui d’Ernout et Meillet : tentative d’explication par palmula < parmula ← *par-ma, en rapport avec latin pareo et compesco (Niedermann), mais on pourrait se demander si à l’inverse, *palmula « petite paume ou poignée » n’aurait pu être dissimilé en parmula, parma servant à désigner par extension le bouclier dans sa totalité. Certes, ce qui est attesté, c’est palmulus pour désigner le creux de la main et son contenu, mais non le féminin. Signalons en effet que si parma est attesté dans l’OLD comme désignation, dès Ennius, d’un bouclier rond, un autre parma considéré comme une variante chez Vitruve de palma, est employé comme désignation en particulier de la rame. Mais d’autres propositions étymologiques ont été faites, reposant notamment sur véd. cárman « peau, cuir » mis en rapport avec parfa en celtique du Pont, et des rapprochements avec l’illyrien (Clément d’Alexandrie, Stromat. 1.16 : Ἰλλυριοὶ τὴν καλουμένην πάρμην ἐξηῦρον) et le thrace (<Πάρμη>· Θ(ρ)ᾴκιον ὅπ(λ)ον, σκεπαστήριον, κονδότρον θυρεοῦ (du bouclier) : « arme thrace, qui sert à la défense et permet de resserrer le bouclier » Hsch.). Cependant, l’incohérence dialectale entre l’article en τάμ et le mot suivant, en face de τὴν γλῶσσαν et τὴν δύναμιν est en vérité indéfendable.

33Εn voyant ce -η final, le premier réflexe consisterait à chercher à y retrouver un accusatif de thème sigmatique, type Σωκράτης, acc. Σωκράτη. Mais il existe aussi des noms en -ῆς, en domaine ionien, dont l’accusatif est attendu en -ῆ. Il existe dans ces textes, et dans celui-ci même, aussi des périspomènes en -ᾶς, gén. -ᾶ, et rien n’empêche que conjointement, il y ait eu aussi des noms périspomènes en -ῆς < -έης. Si l’origine était parallèle, et que -ᾶς procède aussi d’un ancien -έας, cela signifierait alors que ces formes en -ᾶς seraient empruntées, l’ionien authentique, laissant attendre des noms en -ῆς. Comme l’avait déjà fait remarquer O. Masson, on ne rencontre jamais -έης dans l’épigraphie, seulement rarement chez Hérodote, pour ces noms, mais toujours la forme contracte : voir OGS I, p. 94 (le témoignage d’Hérodien indique : τὸ δὲ κιβῆς περισπᾶται ἀπὸ τοῦ κιβέας) ; II, p. 401 (Ἀννικῆς, à Chios) et p. 428-437 (Ἀθηνῆς, à Abdère et Maronée), etc. Pourrait-on alors songer à un anthroponyme masculin Παρμῆς, ici sous la forme Παρμῆ ? Mais alors comment expliquer l’article à l’acc. féminin ? Il faut probablement segmenter autrement. Aurait-on alors plutôt Τὰ ἀμ- ou ἐμ en tête ? Serait-ce alors Τὰ ἐμ Παρμη qu’il faudrait postuler ? Un datif sans le i de sa diphtongue à premier élément long serait-il postulable ca 300 ? L. Dubois cite en effet, IGDOP, § 7 de l’appendice grammatical d’assez nombreux exemples d’amuïssement, comme Ἀναξαγόρη, τῆ γυναικί, no 23 (lettre d’Achillodôros, ca 550-500). S’agirait-il alors d’un nom de lieu ? Mais aucun autre n’est connu que la ville de Gaule cisalpine, l’actuelle ville italienne de Parme. Par conséquent, il est préférable d’y voir une indication de la maison d’un individu ainsi dénommé. Si on fait de Παρμῆ un génitif anthroponymique, on a alors le tour ancien ἐν + gén. partitif, comme le classique ἐν Ἀίδου, Hom. εἰν Ἀΐδαο, pour lequel il n’est pas nécessaire de postuler un οἶκος sous-entendu. On supposera en ce cas soit l’aphérèse de la voyelle initiale de la préposition (exemples chez Buck, GD, § 92), soit une contraction ionienne de /a+e/ > /a:/, cf. e. g. ἄθλοις, ἆθλα, ἀργός, ἀργόν (< ἀϝεργ-), etc., cf. Bechtel GD III, p. 56.

34L’anthroponyme est alors de formation claire : fait sur παραμένω « rester auprès, être fidèle » mais aussi « persister, persévérer », avec l’apocope de la voyelle finale caractéristique du domaine non ionien-attique, mais systématique pour ce nom, y compris dans ce domaine : les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque les volumes du LGPN consultables sur le site en ligne dénombrent 638 attestations de Παρμεν* contre seulement 8 de Παραμεν* : une telle (dis)proportion rend assuré que le nom s’est diffusé dans le monde grec sous la forme qu’il avait dans le domaine non ionien-attique. On songe à la clause de παραμόνα expliquée par Dominique Mulliez à la conférence qu’il a donnée parallèlement au séminaire de Denis Rousset, si caractéristique des actes d’affranchissement à Delphes, certes attestés surtout à partir de l’époque hellénistique, mais l’institution pouvait être bien plus ancienne : le paradoxe étant cependant qu’à Delphes, l’institution a koinéïsé son nom, quand les noms des esclaves conservaient la forme dorienne apocopée du préfixe. Le nom a pu progressivement sortir de la sphère des noms d’esclaves et devoir sa popularité aux notions de « fidélité et de dévouement » associées.

35L’apocope est en effet attestée très anciennement pour cette famille en domaine ionien, cf. O. Masson, OGS III, p. 166, qui explique sa généralisation comme remédiation à la succession de trois brèves. Le test consiste souvent à aller vérifier à Thasos, où les influences macédoniennes se font jour y compris dans le dialecte ionien importé de Paros par ces colons : or nous y rencontrons un Παρμένων, ca 500, c’est-à-dire avant la période de la présence athénienne dans l’île (466a). L’exportation du nom apocopé à Olbia n’est donc pas surprenante. Quelles sont les formes à rattacher d’une manière ou d’une autre à ce préfixé ? On note tout d’abord deux noms féminins non sans intérêt dans le cas présent : Πάρμα et Παρμάτα à Panticapée, ca 400 (CIRB 216 et 218). Zgusta (PNS 1117a) explique que Παρ-μάτα est dite Παρμένοντος γυνή. Ιl mentionne d’autres formes telles les tronqués Παρμώ et Παρμήν, ce dernier masculin attesté 15 fois autour d’Apollonia et de Dyrrachion, l’un de ces noms en -ήν étudiés par la regrettée N. Guilleux, en dernier lieu dans SAGA, p. 67-98. Des hommes ont porté aussi les noms de Πάρμις et de Πάρμων. Παρμῆς pourrait ainsi être la troncation de Παρμένων. Il faudrait alors considérer que l’on mentionne des objets de la maison de Parmès, fils de Σιττυρᾶς ou bien que, parmi les objets exécrés figurerait la langue de Σιττυρᾶς. La reprise ensuite du même premier syntagme, comme une ritournelle, est caractéristique des malédictions. Les génitifs des lignes suivantes, l. 5-7, seraient de même compléments de γλῶσσαν, et la mention de la dynamis, l. 7, justifierait l’emploi du présentatif au neutre pluriel en tête et ligne 4.

36No 19 : tablette de plomb en forme de trapèze datée du 4a par l’écriture (sigma lunaire, oméga angulaire). Collection privée en Ukraine. Déjà publiée en 2015, cf. SEG 65, 609 et en 2016 (ZPE 197, p. 167-177). Dimensions 55 × 48 mm, épaisseur de 2 mm, lettres comme des éraflures. Opisthographe. Écriture sinistroverse (premier exemple à Olbia, d’autres à Chersonèse et à Panticapée), qui a part au processus de malédiction. La tablette a été retrouvée pliée en quatre. Mélange linguistique intéressant signalé par l’auteur : formes ioniennes, comme Σωσιπάτρη, Φιλιστῆς et formes de koinè, comme, écrit-il, Ατοτας (mais plutôt une forme indigène), Λυσίας et Ὀλβία, qui présentent en effet une allure attique. La simplification de l’articulation des géminées est visiblement en cours comme le note B., dans γλῶσαν et Ἀθήνιπος, cf. Lejeune § 330, p. 289. Quelques noms intéressants : Ὀστρακίων est fait sur le neu. ὄστρακον (Arist.+) ou même son diminutif ὀστράκιον (h. Hom.+). Χαρασπᾶ[ς] présente au second élément la forme indo-iranienne *aspa du nom du cheval, quand le premier élément Χαρ- serait plutôt grec. À Olbia même est deux fois attesté le nom Χαράξηνος. Zgusta l’explique, p. 438, par oss. xäräg « âne », avest. axšaēna. Bechtel (HPN 464) pose un neutre *χάρος, indirectement attesté par la base 2 sigmatique -χαρής, e. g. dans ἐπιχαρής tandis que Blanc, Adj. sigm. p. 479, rattache à juste titre ces adjectifs sigmatiques à l’aoriste χαρῆναι « se réjouir ». Or un Athénien porte le nom de Χάρ-ιππος, au sens probable de « qui se réjouit de son cheval », avec inversion des bases, à partir de Ἱπποχάρης. Nous pourrions avoir ici l’équivalent hybride de Χάρ-ιππος, avec substitution au nom grec, du nom iranien du cheval. Une monnaie du 2a porte au génitif le nom Χαρασποῦ d’un roi scythe homonyme. Ἀτότας est un nom paphlagonien, aux orthographes variées : à Panticapée, Ατοτης, Ατωτης ; à Chersonèse, Ατωτας. Un génitif Ατοτατος était déjà connu à Olbia, au 2a. II faudrait alors accentuer Ἀτοτᾶς, -ᾶτος. Ce sont autant d’indices de relations entre les différentes zones côtières de la mer Noire.

37Ναννας est un Lallname à suffixe -ᾶς fréquent notamment en Ionie, et le nom lui-même est bien représenté en Asie Mineure, notamment en Ionie. On peut renvoyer, pour ce type de nom, au livre de F. Skoda, Le redoublement expressif : un universal linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues, 1982, 7.22 et 7.38, pour νάννα ou νάννη. Nous sommes à l’intérieur du cercle familial, lieu de prédilection des formes à redoublement, comme aussi πάππα, πάππας, πάππος, μάμμα, μάμμη, τατᾶ, τατί, etc. Ce redoublement na-na avec gémination de la nasale intérieure fournit le nom de l’oncle et de la tante paternels ou maternels, cf. τὸν νάνναν· τὸν τῆς μητρὸς ἢ τοῦ πατρὸς ἀδελφόν ; οἱ δὲ τὴν τούτων ἀδελφήν (Hsch.). Le changement de vocalisation permet d’accroître le nombre de mots nécessaires pour rendre compte de l’ensemble des relations à l’intérieur de la sphère familiale : c’est ainsi que νέννος est l’une des désignations possibles pour l’oncle maternel, cf. le Lexicon de Pollux, 3.22 : ὁ δὲ μητρὸς ἀδελφὸς θεῖος ἢ μητράδελφος ἢ μήτρως ἢ νέννος ; il existe aussi la variante νόννος, employé avec le sens de « père ». Le vocalisme i apparaît dans νίνη, avec ou sans géminée, noms donnés à la grand-mère ou à la belle-mère. Avec vocalisme /u/, νύννιον et νύννιος désignent les berceuses que l’on chante aux enfants.

38Pour Σίμακος, l’essentiel des attestations est dorien, notamment du Nord-Ouest, et guère ionien. Nous avons la chance d’avoir une attestation déjà mycénienne de cet anthroponyme, si-ma-ko, attestée à Pylos. Il est vrai que le dictionnaire de Aura Jorro propose d’y voir peut-être plutôt un *Σίμαργος et qu’il a été aussi proposé *Σίμαχος, mais vu la cinquantaine de Σίμακος attestée à l’époque alphabétique, c’est cette interprétation qui paraît la plus probable. Comment expliquer une telle suffixation ? Faut-il songer à une thématisation d’une base comparable à celle des appellatifs ἄνθραξ « charbon », πίναξ « planche », δόναξ « roseau », μεῖραξ « jeune homme », κόραξ, désignant objets et animaux et tranches d’âge après lesquels Chantraine (Formation, p. 377) mentionne Γύλαξ, à côté de Γυλίς, faits sur le nom du havresac, γυλιός, surnom donné aussi à Héraclès (Γυλιός ὁ Ἡρακλῆς. καὶ ἀγγεῖον ὀδοιπορικόν, Hsch.) ? Le savant précise que le suffixe a été assez apprécié dans le vocabulaire dorien (cf. e. g. δρῖλαξ [Hsch.] « sangsue » en éléen). Il indique aussi que la suffixe a pu se combiner avec -ων, d’où -άκων, cf. e. g. chez Aristote σαλάκων « qui se dandine » (← σάλος « agitation, houle »), et le laconien récent fournit des noms propres en -άκων, tels Δεινάκων, Ἀλεξάκων, Εὐδαιμάκων, Φιλάκων, etc. (Bechtel, GD ΙΙ, p. 337). Chantraine n’indique pas de thématisation de -αξ en -ακος, mais consacre une autre partie (p. 384) à la catégorie réduite des dérivés en -ακος, en l’illustrant de mots appartenant au même registre lexical, technique, concret, trivial, comme ὄστρακον « coquille, écaille », ὀστακός « homard », dérivé de ὀστέον, τριβακός « usé », au neutre au sens de « vêtement usé », dérivés de τρίβων « manteau », en signalant, comme seul adjectif, μαλακός / μαλθακός « mou ». Aucun lien dérivationnel n’est mis en évidence entre -αξ et -ακος, alors qu’une recherche en ligne parmi les anthroponymes du LGPN sur Name Search, qui confronte la liste des noms en -αξ (dont il faut exclure les nombreux noms à base2 -αναξ) et celle des noms en -ακος, fait apparaître un certain nombre de doublets avec forme thématisée à partir de la forme du génitif : ainsi Αἴαξ / Αἴακος, Ἅρπαξ / Ἅρπακος, Βάρβαξ / Βάρβακος, Δάμαξ / Δάμακος, Δόναξ / Δόνακος, Κόραξ / Κόρακος, etc. On aurait donc dans Σίμακος le renouvellement expressif de σιμός, particulièrement bienvenu dans l’onomastique, et un *Σῖμαξ non attesté pourrait être postulé comme maillon intermédiaire de la chaîne. En effet, comme il n’existe pas de dérivé adjectival *σιμακός dans la langue, la forme est donc exclusivement anthroponymique et prend son origine dans l’anthroponymie même : vu le caractère assez répandu des doublets susdits, une telle base de notre dérivé anthroponymique pourrait être postulée ou à défaut, l’analogie des autres noms en -ακος de ces mêmes doublets, plutôt que l’analogie des trop peu nombreux adjectifs en -ακος du lexique. Il n’est pas attesté de *Σίμηκος, de sorte qu’il faut considérer le /a/ comme bref, et rapprocher par conséquent la série anthroponymique en -ακος de la série laconienne en -άκων. Il semble que Σίμαχος, aussi ancien à Athènes, comporte une aspirée expressive. Des dérivés parallèles construits sur la même base adjectivale sont attestés en -ικος, éventuellement aspiré en -ιχος : Σίμ(μ)ικος et Σίμ(μ)ιχος, qui comportent de plus la gémination, elle aussi expressive, de la consonne finale du radical.

39Βάτων, l. 19, est attesté notamment sur des vases d’Olbia du 5/4et se rencontre aussi à Hermonassa, dans le Bosphore Cimmérien : ce nom relativement courant (40 occ.) est le plus anciennement attesté en domaine ionien, notamment du Nord. Il peut être interprété de deux manières : soit comme dérivé de l’adj. v. βατός au sens d’« accessible », que l’on attend composé, comme dans εὔβατος (Esch.+), qui a été converti en Εὔβατος (Illyrie, 4/3a), et dérivé en Εὐβάτων (Milet, 2a). Soit comme un sobriquet dérivé de βάτος « ronce, mûre » (Hom.+), en référence au piquant du caractère (?). Βατᾶς, l. 30, pourrait appeler le même type de commentaire, avec cette différence, cependant, que pour ce dérivé, s’ajouterait éventuellement l’hypothèse d’un dénominatif formé sur le radical connu comme le nom d’un port de Sarmatie, sous la forme Βατά ou Βάτα (Str.+) ; mais il pourrait être encore plus pertinent d’y voir la forme avec simplification de la géminée (cf. γλῶσαν, à deux reprises dans le même texte) de Βαττᾶς, sobriquet dérivé de l’adj. βάττος « bègue » (Ηsch.) : rappelons que ce nom a rencontré une fortune certaine comme nom du fondateur de Cyrène et de la dynastie des Battiades, cf. Masson, OGS I 269-283.

40Il y a au moins un nom de femme dans l’inscription, Σωσιπάτρη, Ι 4, plus quelques autres, qui seraient, quant à eux en -ᾱ, comme ΛΔΙΚΑ, l. 3, que Β. proposait sans doute à juste titre de lire Λαδίκα conformément à la loi de l’Abbreviated writing de Wachter : on épelle [la] pour lambda et le principe acrophonique fait que l’on inscrit le seul Λ, et non l’alpha, de ductus de surcroît très proche. Le /a:/ paradigmatique reste un problème, à moins de considérer que de même que Χαρασπας est iranien, le nom de femme vient aussi d’ailleurs, et garde donc son /a:/, comme on l’observe du reste dans le premier élément de composition, en Λα-, et non en Λεω- comme en domaine ionien. Comme Ἄδικος n’est attesté comme anthroponyme que pour le nom d’un Pythagoricien chez Jamblique, un nom de femme Ἀδίκα paraît moins vraisemblable (pour la féminisation de la conversion anthroponymique d’un adjectif composé épicène, cf. e. g. Ἀμύρα vs ἄμυρος « sans parfum » [Or. Sib. 5.128]). De la séquence ΠΑΙΝΑ, l. 16, B. se demande s’il ne faudrait pas lire en fait παιδία. Si c’était le cas, nous aurions à nouveau le gén. en -ᾶ d’un nom périspomène au nominatif Παιδιᾶς, dérivé du nom παῖς de l’enfant. Sinon, de même que nous avons πά(ϝ)ϊλλος (<*παϝ-ιδ-λο-) désignation de l’enfant mâle à Tanagra, notamment IG VII 700, ainsi que l’anthroponyme Πάϊλλος, de même pourrions-nous avoir ici une suffixation en -ιν- comme dans Ἀρχῖνος, Μοσχίνη, Φιλίνα, d’où : Παΐνα (<*Παϝ-ῑνα, sans l’élargissement -ιδ-, cf. la variante vasculaire παῦς (Kretschmer, Gr. Vaseninschr., p. 188), à côté de παῦρος « petit » (Hés.+). Aurait-on par ailleurs Μ[α]λίκα, l. 25, qui serait d’origine sémitique, cf. e. g. Grassi, Dura Europos, p. 217 (mlk « king ») ? Le texte de la defixio est caractérisé comme souvent par la reprise de la formule d’imprécation, et l’effet de variatio la seconde fois est plus expressif : on pourra traduire littéralement, et en respectant l’ordre des mots, la première fois, [ὅσ]τις πρὸς ἡμᾶς ἐχρὸς π̣άντων τὴν̣ γλῶσαν κα[τα]γράφω « quiconque nous (est) ennemi, de tous j’inscris la langue pour la maudire », et la seconde, ὅ̣σ̣τις ἐχθ̣ρὸς τῶ̣ν πρὸς ἡμ̣ᾶ̣ς πάν̣των τή[ν γλῶσ]αν καταγρ(άφω) : « quiconque est ennemi, de ceux (qui sont) contre nous, de tous j’inscris la langue pour la maudire ».

N. Papazarchadas, « Boiotian Inscriptions in Epichoric Script. A Conspectus of Recent Discoveries », dans R. Parker, P. Steele (éd.), The Early Greek Alphabets. Origin, Diffusion, Uses, Oxford, 2021, p. 267-292

41Des inscriptions béotiennes nouvelles, en alphabet épichorique du 5a, ont été éditées récemment par N. Papazarchadas dans le volume des actes du colloque à la mémoire de L. H. Jeffery intitulés Early Greek alphabets. Jeffery avait volontairement laissé de côté cette période dans ses Local Scripts of Archaic Greece, tant le matériel était abondant et partant du présupposé que l’écriture antérieure à la réforme euclidienne (dont les répercussions se font sentir dans tout le domaine grec) n’avait guère varié entre le 7a et le 5a ; mais A. W. Johnston avait publié dans son Supplement aux LSAG de 1990 des addenda importants pour cette région. Parmi ces trouvailles récentes, nous nous intéresserons, p. 281, à une jolie épigramme funéraire de ca 500 trouvée dans le cimetière archaïque d’Acraiphia et publiée par la fouilleuse, A. Andreiomenou, cf. SEG 49, 205 et 56, 508. La forme de la signature du sculpteur retient surtout notre attention : il s’agit d’un sculpteur athénien de la fin du 6a, connu par deux inscriptions, dont celle-ci, et signant à Athènes Φίλεργος (Der neue Overbeck, vol. 1, nos 378-380) mais, sur ce monument béotien, ΦΙΛΟΡΓΟΣ. P. explique que c’est une adaptation de la signature au milieu béotien et renvoie sur ce point à A. C. Cassio (cf. SEG 59, 466), qui rejette l’accentuation Φιλργος de la fouilleuse et préfère accentuer Φίλοργος. Sur ces noms de la famille de (ϝ)έργον, avec degré radical e ou o, il est toujours opportun de se reporter à F. Bader, Les composés grecs du type de demiourgos (1965). À l’époque mycénienne, les formes sont en wo-ko, soit l’équivalent au Ier millénaire du nom d’agent -ϝοργός. Les formes en -εργός sont plus récentes, et leur accentuation a toute chance d’être analogique des formes en -ϝοργός ; cependant, leur nouveauté est toute relative puisqu’il s’en rencontre dès l’épopée comme Hom. ταλα-εργός « qui endure le travail » ou ὀβριμο-εργός « qui commet un acte de violence ». Dans la prose attique, en revanche, les composés, lorsque leur premier élément est thématique, sont des noms d’agent en -ουργός, comme σιτουργός « boulanger » (Pl.) ; l’élément peut s’appliquer à n’importe quelle forme d’agentivité, cf. αὐτουργός « qui agit de lui-même » (S.+). Formes dialectales non attiques : ωργός, -οργός, (ο)-εργός. Dans une partie du dorien, notamment à Héraclée et dans la partie orientale de la mer Egée, on a ainsi δαμιωργός ; mais la forme la plus répandue, à l’exception de l’attique et de cette partie du monde dorien est δαμιοργός. Quant aux formes en -εργός, elles apparaissent à la fois comme formes littéraires chez Homère (formes en -ο-εργός également chez Hérodote) et dans l’épigraphie de Cyrène, de Nisyros et d’Astypalée.

42En béotien, la situation est un peu mêlée, semble-t-il, puisque l’on a un anthroponyme Μνασίοργος à Tanagra (adj. patronymique en -ιος), IG VII 538, 11, 3a, en face de Μνησίεργος à Athènes, 4a, et une poignée d’autres en -(ό)-ϝεργος du 5 au 2a : Κλείεργος, Θεόϝεργος, Φιλόϝεργος et Φιλοϝεργίδας (LGPN IIIB). L’autre attestation à mentionner, en dehors de notre ΦΙΛΟΡΓΟΣ, est celle d’un Platéen du 4a dont une inscription attique fait connaître le nom sous la forme : Εὔδημος Φιλούργου, avec atticisation de son nom analogique du type σιτουργός. Ce qui est vivant dans l’onomastique au 3a en Béotie, c’est à l’évidence -όϝεργος. Nous aurions donc en face de Béot. Φιλόϝεργος, le nom attique du sculpteur attique, de forme Φίλεργος, et une forme Φιλοργος ici, à Acraiphia, au 6a, qu’il faudrait savoir comment analyser. Le parallèle fourni par l’adj. patronymique Μνασιόργιος à Tanagra, 3a, pourrait inviter à considérer qu’au 6a aussi, la voyelle était brève. Il est par conséquent probable qu’à l’inverse du nom du Platéen, qui devait être Φιλόϝεργος et qui a été atticisé en Attique sous la forme contracte Φιλοῦργος, le nom du sculpteur athénien Φίλεργος, conversion de l’adjectif φιλεργός (Dém.+) a été béotisé dans cette inscription d’Acraiphia : il faut donc partir de l’état béotien, qui était Φιλόϝεργος et faire l’hypothèse qu’il ne s’agit pas ici d’une contraction et que la voyelle n’est donc pas longue, mais qu’une hyphérèse, différente de celle qui a eu lieu en attique, est responsable du maintien ici de la voyelle accentuée, de timbre /o/ : donc Φιλό-(ϝ)εργος > Φιλό-(ε)ργος > Φιλόργος (sans doute à accentuer ainsi plutôt que proparoxyton) ; en attique en revanche, c’est le /e/ qui a été maintenu, avec l’autre forme d’hyphérèse possible. L’édition de P. comme celle du DNO devront être modifiées sur ce point. L’inspiration, ici élégiaque et de coloration par conséquent ionienne, n’a donc pas suffi à faire conserver la forme en -εργος du nom. C’est d’autant plus paradoxal que le reste de l’épitaphe est de coloration ionienne recherchée. Et que la nasale euphonique non spécifiquement béotienne, d’origine ionienne puis généralisée dans la prose des orateurs attiques comme caractéristique du registre soutenu, contraste encore avec une telle béotisation. De plus, souvent les anthroponymes, même exportés, gardent leur forme d’origine ; sauf à Athènes, où l’impérialisme bien connu a fait atticiser, nous venons de le voir, le nom du Béotien Eudamos. L’appropriation béotienne du monument, la fierté nationaliste s’exprime sans doute le plus visiblement ainsi, à travers cette variante qui est comme la revanche béotienne face à l’impérialisme attique. Je ne crois pas à l’explication par la nécessité de rendre cela intelligible en milieu béotien ! C’est une autre motivation, plus politique, qui a joué. Les seuls traits considérés comme béotiens par P. sont l’absence de notation des géminées (un archaïsme, en fait) et la forme du nom du défunt, Μνασίθειος, avec l’insertion du glide antihiatique (d’où [ĕjos]) caractéristique du dialecte. Un autre procédé que l’on rencontre concurremment dans le dialecte est l’articulation monosyllabique plus rapide [thjo], notée -θιος. Le reste est bien ionien, avec /e:/ au lieu de /a:/ non ionien-attique (e. g. μνμ’[α]), la psilose dans ἐπ ὀδοι, et le lexème recherché φιλε̄μοσύνε̄ς directement emprunté à Théognis, le père de l’élégie, et rarissime ailleurs, cf. cependant CEG 32 et 458 et SEG 48, 1170, Skiathos, ca 500-475).

43Épigramme de Πυθοκλέε̄ς en alphabet épichorique de Thespies (p. 285-289). Jusqu’ici restée inédite, bien que trouvée il y a cent ans par Keramopoullos. Le v. 2 permet d’identifier l’inscription comme funéraire, cf. à Érétrie, IG XII 9, 285, l. 2, 6a : δεῦρο δ’ ἰν ἀνανμαι ἀνρ τις τδε τέθαπται, avec ἀνανέμομαι « lire », à l’impératif aoriste, 2e sg., cf. ἀναγνῶθι « lis » ; cette fin d’un hexamètre permet de déduire que nous avons ici un distique élégiaque, et que les l. 3-4 forment le pentamètre. Il faut pour le mètre que la syllabe ΤΕ de la l. 1 ([..]ΤΕΛΕΦΥΑΝΙΚ) soit longue, et ce n’est pas le nom du défunt, puisqu’il figure l. 3. P. propose d’y voir l’épithète d’un nom qui devait figurer dans la partie abîmée à gauche. On aurait donc, avec anastrophe, le complément d’objet directe [γᾶ]ν en tête (dialecte béotien, comme l’atteste aussi le participe aoriste de forme κολαξάμενος), et l’épithète ensuite, qui serait τηλεφυής, ici à l’accusatif, avec un /a:/ issu de la contraction de *τηλεφυέα. C’est en réalité impossible puisque dans tous les dialectes, c’est /ε:/ qui résulte de la contraction. Une autre lecture à laquelle on aurait pu alors songer aurait consisté à segmenter plutôt ἐπιτελε̄ contracté avec le /ε:/ plus attendu, puis φυάν, et par conséquent non pas νικν contracté mais bien : ἱκν participe de ἵκω, sur lequel a été refait le présent secondaire ἱκνέομαι, qui épiquement se construit directement avec l’accusatif. Ce serait, en ce cas, l’article Τάν qui serait à restituer en tête de ce v. 1. L’hexamètre pourrait alors être traduit : C’est ayant atteint l’âge accompli, que Pythoclès, que voici, a été ici enseveli. Le substantif féminin φυή est en effet attesté avec différents sens : celui de « stature » (Hom.+) ou de « nature » (équivalent poétique de φύσις chez Pindare), voire, chez le même poète, pour référer au résultat de la poussée de croissance, à savoir à l’« âge en fleur » ou « maturité », ici qualifiée de parfaite, ἐπιτελής. Cependant, cette hypothèse a contre elle que la forme aurait été amétrique puisque la syllabe <TE> doit impérativement être longue et comporter par conséquent une voyelle longue. On aurait pu songer alors à faire l’hypothèse que l’adjectif composé n’aurait pas été *τηλεφυής, mais *τηλέ-φυ(ι)ος, cf. e. g. δίφυιος « de nature double », mais ce type d’adjectif est toujours épicène. La dernière possibilité que l’on puisse alors songer à retenir serait d’éditer [Τά]ν ἔπι τῆλε φυὰν ἱκν, à comprendre alors : ayant atteint la maturité au loin (le voici qui gît ici). L’ordre des mots est éclaté, mais le mètre l’aurait justifié. La forme non contracte du nom du défunt, quant à elle, n’a rien de proprement béotien : elle est simplement d’allure archaïsante et commode métriquement. τεῖδε, l. 2, est un locatif adverbial, susceptible pour les bases thématiques d’avoir la voyelle thématique de timbre e ou o, cf. en face d’att. οἴκοι, dor. οἴκει, notamment en crétois. C’est ici à mettre au compte du béotien, mais comme trait commun avec le dorien (le même τεῖδε est attesté à Delphes). Ajouter les signes de longues dans Πυθο̆κλέε̄ς et [δ]ο̄ρί.

Étude d’inscriptions archaïques et classiques en dialecte crétois à partir de M. Gagarin, P. Perlman, The laws of ancient Crete (c. 650–400 BCE), Oxford, 2016

44Da1 « Agreement concerning the appointment of a poinikastas c. 500 », p. 181-196. Nous nous reporterons régulièrement au livre de G. Genevrois sur Le vocabulaire institutionnel crétois d’après les inscriptions, Genève, 2017. Autres éditions commentées : L. H. Jeffery, A. Morpurgo Davies, « A new archaic inscription from Crete », Kadmos, 9 (1969), p. 118-154 ; H. van Effenterre, F. Ruzé, Nomima 1, no 22 « contrat avec le scribe Spensithios », Rome, 1996, p. 102-107 ; M. Bile, La Crète, 2016, no 14. Ne seront données ici que des notes de lecture concernant des éléments nouveaux, contribuant notamment à la compréhension du texte ou à une meilleure connaissance du dialecte. Il est important de noter tout d’abord que les géminées ne sont pas notées dans cette inscription, cf. notamment ἄλον, A7. L. 1 : Δαταλεῦσι : il n’y a pas incompatibilité, à partir de l’intitulé, à considérer que la cité et les Dataleis constituent la même entité ; le changement de personne, ou plutôt le passage de l’impersonnel à la 1re pl., n’est pas un problème. Un toponyme latien est Δαττ[άλλα] (IC I XVI 5, l. 64, 2a). Οn a aussi une attestation de l’ethnique Δαταλές sur un vase en bronze du 6a publié par D. Viviers dans le BCH 118 (1994), p. 229-259 : Δαμόθετος ἐπόεσ’ ὀ Δαταλές, avec le nom. sg. analogique de l’accusatif comme en arcadien ἱερής, en face de l’acc. ἱερήν, à l’évolution phonétique comparable à celle de Ζῆν et βῶν (skr. dyām, lat. diem). Or, Dataleis ou Dattalla est située non loin d’Arkadès, dont le nom même témoigne d’une origine arcadienne : nous pourrions y voir un trait morphologique imputable au substrat achéen. D. Viviers argumente vigoureusement sur la présence de cette cité au lieu moderne dit Aphrati, mais nous n’avons pas de certitude absolue.

45Sur l’origine linguistique du toponyme, cf. U. Remmer, « indisch », dans K. Stüber et al., Indogermanische Frauennamen, p. 167 : skr. Vāyu-datta- « vom Windgott gegeben », base 2 ≈ gr. -δοτος. Dérivés à valeur hypocoristique en -ka, comme Vāyu-dattaka-, mais aussi noms raccourcis à base unique, du type : Dattaka-, Dattika-, Dattiya-, Dattila-, Dattala-. Ou suffixe -ala ou -alla anatolien ? Voir Laroche, Les noms des Hittites, 1966, p. 379 : suffixe hittite et louvite de forme -(t)alla/i, et p. 286 (dérivés de noms divins affectés du suffixe -alla ou -[t]alli, comme Arma-talli) et p. 329 (Attali, nom hittite formé sur le dérivé du nom atta- « père », attalla- « paternel », hellénisé en Ἄτταλος). En Lycie, F. Réveilhac, Contact linguistique et emprunts onomastiques entre grec et lycien : apports à la phonétique et à la morphologie, thèse inédite Sorbonne Université, 2018, p. 30, date l’implantation perse à Xanthos de 540a. Voir aussi Rüdiger Schmitt, Iranische Personennamen in Xenophons, p. 99, n. 37 et p. 103 : élément Dāta- adapté en gr. -δάτης, d’où Δατάμας / Δατάμης (aram. dtm) dans la Cyropédie, d’après un prototype indo-iranien *Dātā̆ma-, analysé comme une forme courte de *Data-miθra-, inversion de Miθra-data- « Don de Mithra », cf. p. 64. Notre toponyme, d’origine irano-anatolienne plausible, compte tenu des relations entre la Crète et le Sud de l’Anatolie, aurait pu être fait sur un anthroponyme (héros éponymes souvent signalés par Étienne de Byzance comme à l’origine des noms de cités), dont le sémantisme aurait pu être proche de « (Dieu)donné ».

46Face A.

47L. 2 : ἀπὸ πυλᾶν πέντε ἀπ’ ἐκάστας « à raison de cinq par tribu » (van Effenterre, Ruzé). L’absence de digamma initial en tête de ἐκάστας peut surprendre : la séquence complexe *swe- pouvait suivant les dialectes se réaliser de différentes manières : ϝh, h, ϝ ou Ø, comme probablement ici, alors que le digamma est régulièrement employé à l’intervocalique (comme glide) et même à l’initiale, cf. τὸ ϝῖσον, l. 21 : une dissimilation aurait-elle eu raison de l’articulation de *w- dans la forme apocopée du syntagme απ ϝε ? Pour θροπάν vs ion.-att. τροφήν, rappelons qu’il n’y a pas, en crétois archaïque, de notation différenciée des sourdes et des aspirées pour labiale et dorsale (π, κ), mais bien pour la dentale : τ vs θ. Il faut partir d’une articulation [trophan] (<*dhrobh- par dissimilation régressive de Grassmann) et y voir le mouvement secondaire inverse d’assimilation régressive d’aspiration. On ne peut pas invoquer d’assimilation entre deux fricatives puisque la graphie π indique précisément que cette aspirée là avait gardé son occlusion. En revanche, la question se pose de la réalité phonétique de ce que note θ à l’initiale, et une spirantisation à cette période de /th/ ne serait pas impossible, voire assez vraisemblable, vu justement le fait que deux graphies coexistent pour la seule dentale, dont on sait qu’elle était, par sa position articulatoire plus propice à une rapide spirantisation que les autres occlusives aspirées. L. 3-4 : ὥς κα = ὥστε + inf. ποινικάζεν. On attend soit ὤς, soit ὤστε + inf. mais non la particule κα, qui ne peut en aucun cas être une variante phonétique pour -τε (<*kwe-). Le sens ne fait aucun doute : octroi de privilèges, à condition que le secrétaire (ποινικαστάς, l. 11-12, nom d’agent seulement attesté dans ce texte) garde aux Dat(t)al(l)eis l’exclusivité, à partir du moment où il est engagé par eux. Il semble donc y avoir eu contamination de deux tours : l’un, à l’infinitif, pour exprimer ce type de conséquence non réalisée mais seulement éventuelle, i. e. proche de la valeur finale ; l’autre, au subjonctif que l’on aurait attendu après crét. ἴνα ou αἰ. Ce tour avec particule modale et infinitif n’est pas signalé chez E. Hermann, dans sa monographie centenaire sur Die Nebensätze in der griechischen Dialektinschriften, p. 259, où il traite des différents emplois et des différents modes après ὡς. Quelques exemples de ὥστε + ἄν + infinitif sont, en revanche, mentionnés dans la syntaxe de Kühner, Gerth II, 507, mais sous la domination de propositions conditionnelles. Ou bien, un saut du même au même aurait-il fait graver l’infinitif dès cette ligne, alors qu’il revient, de façon cette fois attendue, à la suivante, en emploi prescriptif ? L. 4-5 : dans la junctura τά τε θιήια καὶ τἀνθρώπινα : θήϊος (formé sur θε- + -ηιος) est épique et attesté en lesbien ; il faut poser θι- + -ηιος à l’origine de la forme crétoise de l’adjectif. L. 8 : τνυ : ὄνυ est seulement attesté à Axos et Eleutherne, en face de ὄδε, οὖτος. En arcadien, on a ὁ-νι, τάνυ, en thessalien : ὁ-νε (Buck, GD §123). En béotien, προτηνί = πρὸ ται-νί s. e. ἁμέραι « le jour d’avant » (plusieurs exemples sur le site du Packard Humanities Institute). Le chypriote a ὄνυ, τονυ. D’après M. Egetmeyer, Le dialecte ancien de Chypre, § 549, onu repose sur l’acc. τόν υ, par métanalyse, d’où un développement artificiel, comme Hsch. ὦννυ· οὕτως. L’arcadien (Dubois, RDA § 77) est le seul dialecte à connaître à la fois ὅνι et ὅνυ. Ce pronom, qui côtoie ὅδε, est l’équivalent selon L. Dubois de οὗτος, comme ici, où le pronom réfère à une instance déjà mentionnée, en l’occurrence le scribe Spensithios ; à nouveau, élément de substrat pré-dorien. L. 10 : le nom. pl. du comparatif de forme πλίες n’est pas rare en crétois. Il s’explique en partant de πλείων, neut. πλεῖον ou πλέον, neut. pl. πλέα, susceptible d’être noté πλία, d’où un paradigme refait en nom. pl. animé πλίες, acc. pl. πλίας. L. 12 : κλεύκιος : gén. de κλεῦ𝈉ος, l. 14, cf. ἀπλοπία au lieu de ἀβλοπία, l. 18. De même, ἀντρηίοι, à Axos (IC II, v. 1, 8) et cf. Hsch κλάγος· γάλα. Κρῆτες, à comparer avec Hom., Pi. neut. γλάγος. Le phénomène inverse se rencontre également, aussi en Crète, comme dans βρυτανείωι (Chaniotis, Verträge 18, à Latô, fin 3a), δρίωτον pour τρίωτον (Gortyne, SEG 28, 734, ca 400) ou encore l’anthr. Ἀγάγλυτος (SEG 34, 919, 2a). Le contexte est toujours celui d’occlusive + liquide : neutralisation de sonorité devant la sonore, qui aurait rendu /kl/ et /gl/ indistinguables et susceptibles d’être notés indifféremment γλ/κλ. L. 13 : κηνδυν[.]ε[..]ς avec crase de καὶ + ἐνδυ. Ιl est douteux qu’il puisse s’agir de vêtements, directement à la suite de la mention des cruches de vin. En revanche, les mots de la famille de ἐνδύω « revêtir » peuvent désigner toute forme de couvertures. Le nom d’agent ἐνδυτήρ, -ῆρος, attesté chez le seul Sophocle, au sens de couvercle aurait pu convenir, n’était, outre le nu qui précède la lacune, l’epsilon que montre le fac-similé : cependant, le flottement orthographique parfois observé entre <E> et <H> (ποινικάζ̣εν vs μνᾱμονεύϝην) ne le rend pas impossible. A été aussi proposé ἐνδυμενίας, certes non attesté avant Polybe (chez lui, sous la forme ἐνδομενία), qui désigne l’équipement d’une maison, ce qui pourrait convenir pour le sens. L. 13 : ἰκατιδαρκμίος ne comporte pas davantage que ἐκάστας de digamma initial. Il est frappant qu’en cette position, digamma ne soit attesté que dans ϝῖσον, A21 et B1, dans ϝοι, B10, et dans συνϝαλεῖ, B14, en composition, où il a été substitué à <B> ; alors qu’il est employé comme glide, c’est-à-dire avec une valeur phonétique ou graphique, mais non étymologique, à l’intervocalique. Son articulation devenait-elle dès cette date, pourtant haute, évanescente ? Cette hypothèse paraît pourtant contredite par l’échange avec <B>. Aurait-il été écarté de l’initiale à cause du marquage dialectal trop visible en cette position, par une forme d’auto-censure, dès cette période ? L. 13-14 : des deux restitutions proposées, καλ̣[𝈉]ος et καρ[π]ός, c’est celle-ci qui paraît contextuellement la meilleure. L. 14-15 : δόμεν δὲ τὸ κλεῦ𝈉ος ἐς τ μόρο̄ ὄπω κα λῆι ἐλέσθαι « qu’on lui donne le moût dans le cru où il voudra le choisir » : il y a là un privilège qui en dit long sur les services inestimables que l’on attend de ce salarié. Le plus intéressant est le verbe « vouloir » de forme « λῆν » (< *ulh1-ye/o-), à rapprocher de lat. uelle, all. wollen. Formes comme λῇς, λῇ λῶμες (Théocr.) ; opt. éléen λεοίταν, au duel, qui doit témoigner d’un abrègement en hiatus. Crét. λείοι, λειοῖεν, participe λείοντος, avec glide antihiatique issu de la gémination du yod initial du suffixe de présent, suivie de la vocalisation du premier yod en /i/ ; ce /i/ finit yodisé à son tour. L. 15 : αἰ δὲ μὴ δοίη : comme c’est bien connu pour le crétois, les deux modes sont attestés, subjonctif et optatif, et employés avec une gradation, du plus (subj.) ou moins (opt.) vraisemblable, comme ici ; on remarque notamment l’emploi fréquent de ce dernier mode avec la négation, ici pour présenter une hypothèse qui est en contradiction avec ce qui précède exprimé par la modalité jussive (infinitif). Est présenté à dessein ce qui ne doit pas se produire comme seulement vraisemblable : on ne l’explicite que pour s’en prémunir. « Si on ne donnait pas le moût », etc. L. 16-17 : 𝈉όσμος ἐπεστα𝈉ὼς « le cosme exerçant la présidence ». Voir sur cette magistrature et le verbe associé, G. Genevrois, op. cit., p. 199-201 : substantif et verbe sont attestés dès ca 600, à Gortyne et à Dréros. Étymologiquement en rapport avec la notion d’ordre, de mise en ordre, notamment politique, mais à l’origine, comme dans l’Iliade, il s’agissait de ranger ses troupes en ordre de bataille. Ιl n’est du reste pas impossible que le premier magistrat, celui des cosmes qui portait le nom de πρωτόκοσμος, ait d’abord porté le nom de σταρταγέτας « celui qui rassemble le startos », soit l’équivalent de στράτος « la classe d’âge appelée à combattre ». Deux dérivés sont attestés : l’un ancien, ἀπόκοσμος, qui désigne le cosme sortant ou sorti de charge ; l’autre, attesté au 2a, πρόκορμος (avec un rhotacisme assez représenté pour cette famille de mots, cf. Bile, Le dialecte crétois ancien, p. 131), qui désigne celui qui tient lieu de cosme, le substitut, susceptible de signer à sa place. L. 21 : τὸ ϝῖσον λακὲν qό̣[σμωι]. Repris également, face B. « recevoir part égale à celle d’un cosme ». Le verbe est l’inf. aoriste de λαγχάνω « obtenir comme lot » ; on aurait λαχεῖν en ionien-attique. Ici, kappa note sourde et sourde aspirée indifféremment et l’infinitif thématique est considéré comme en -ε̆ν, cf. sur ce point l’article de J. L. Garcia Ramon, « Le prétendu infinitif “occidental” du type εχεν vis-à-vis du mycénien e-ke-e », Minos, 16 (1977), p. 179-206. En revanche, les contractes ont une voyelle longue devant -n, comme συλν, avec passage de ce verbe en -άω à la catégorie en -έω. L’équivalence, même dans l’obtention de parts, avec le cosme, le plus haut magistrat de la cité, dénote la création d’un statut exceptionnel. Ce pourrait être caractéristique d’une période de transition, dans laquelle on se serait mis à écrire le grec avec ce nouveau système d’écriture : l’adaptation de cette écriture aurait pu être apportée par Spensithios, le premier scribe, à qui l’on aurait ainsi fait un pont d’or pour s’assurer ses services et leur exclusivité dans la cité. La complexification des affaires au sein des cités, la nécessité de se doter de lois, de rendre compte de transactions juridiques et commerciales, aurait fait prendre conscience aux administrateurs des cités que le mnamon devenait insuffisant. D’où l’intérêt extrême porté à la nouvelle écriture, rendu manifeste par les privilèges exceptionnels accordés : nourriture, exemption des taxes, moût, meubles et fruits. Cependant, la mention de Spensithios étant ensuite relayée par celle du générique ποινικαστάς, il est possible que ce texte ait mis à la suite de son contrat un ensemble de dispositions valables pour tout représentant de la profession.

48Face B.

49L. 3 : πάντε̄ ὄπε̄ : cf. Bile, op. cit., p. 211-212, sur les adverbes en /e:/, dont le crétois est le plus gros pourvoyeur. Elle avait préalablement écrit un article sur le sujet dans Verbum, IV, 3 (1981), p. 279-292 : vieille désinence d’instrumental, l’équivalent de locr. παντεῖ « partout », lesbien πάνται, héracléen παντᾶι. B4-5 : ὄτιμι κα θιῶι ἰαρεὺς μὴ ἰδιαλο[1 ou 2 lettres]  θύεν τε.... ἔκεν (Bile) ; ἰαρεὺς μἦι δίαλο-/[ς] « no clear (?) priest » (Gagarin, Perlman) ; δι’ ἄλο[ν] Beattie (Kadmos, 14, p. 8-47) : c’est en effet l’accusatif qui est attendu avec διά en crétois, cf. LG IX 3 ; en cas d’absence de prêtre pour le culte de tel dieu, Spensithios doit donc en tenir lieu, mais sacrifiera par l’intermédiaire d’un sacrificateur ; il sera donc une sorte de substitut de prêtre et présidera au sacrifice, mais sans être l’exécutant. C’est dire le rang qu’il devait occuper dans la cité : de même niveau que le premier magistrat de la cité, le cosme. Pour le dat. ὄτιμι de ὄστις, cf. Bile, p.206-207. B6-7 : καὶ τὰ τεμένια ἔκεν « and to have the revenue from the sanctuary » (?), mais le LSJ signale l’emploi du mot pour désigner une pièce de terre prélevée pour être assignée à un officiel ou à un dieu, comme ce doit être plutôt le cas ici. B6-7 : μηδ’ ἐπάγραν ἦμ[εν] μήδε ῥύτιον. Substantif déverbatif de ἐπαγρέω « saisir en mettant la main dessus » : G. Genevrois rappelle qu’en éolien ἀγρέω est employé en lieu et place de αἱρέω ; le fait que les deux se côtoient ici invite à voir dans ἀγρέω et sa famille des éléments du substrat achéen ; ῥύτιον est la forme dorienne attendue du nom du « gage », cf. Syll.3 56, l. 41 (arbitrage argien entre les deux cités crétoises de Cnossos et Tylissos) et Il. 11, 674 : ῥύσι’ ἐλαυνόμενος « faire une razzia », par vengeance d’un vol de bétail (βοηλασίη). Traduire : « pas de saisie de la personne ni de prise en otage du scribe ». B7-10 : δίκα δέ, ὄτερον κα βόληται (forme de bêta théréenne, Jeffery, p. 23), ὀ ποινικασ[τ]άς, αἶπερ οἰ ἄλοι κ̣ρήσεται, etc. Genevrois, p. 360-361, propose d’éditer plutôt B9-10 : αἶπερ οἰ ἄλοι κρησται (futur), ἢ ’ν 𝈉όσμοι ἀ δίκα ϝοι τέλεται, à traduire « le procès (se déroulera) selon celle des deux options que voudra le scribe : il sera traité comme les autres ou il se fera juger devant le cosme ». τέλεται sert de futur à εἰμί. Comparer avec LG XI 19-21 : κρθαι δὲ τοῖδδε ἆι τάδε τὰ γράμματ ἔγραπσε « on se conformera à ces dispositions comme (le législateur) l’a prescrit ». Pour Β11, voir aussi Genevrois, p. 28 : « À titre de droits d’entrée (δίκαια) dans l’andreion : dix doubles haches de viande ». L’emploi crétois de πέλεκυς comme unité de poids (6 ou 10 mines) est rapporté par Eustathe, Od. 1878, l. 57-58 : ἰστέον ὅτι πελέκεων μὲν οὐ μία σημασία· δηλοῖ γὰρ ἡ λέξις... κατὰ τοὺς παλαιοὺς καὶ σταθμὸν ἐν Κρήτῃ ἑξάμνουν ἢ δεκάμνουν. Parallèles à Chypre et en Béotie. B13 : périodicité annuelle, adjectif hypostatique ἐπενιαύτ-ιος (Χ.+), recensé par DGEsp comme un hapax. Le fait qu’il y ait ici redevance, et non gratuité, acccrédite l’hypothèse selon laquelle le texte concernant Spensithios est suivi d’un autre qui réglemente l’accès à l’andreion pour les scribes en général. B13-14 : τὸ δὲ λάκσιον συνϝαλεῖ, voir Genevrois, p. 214-215 : συνβαλεῖ, cf. Bile, p. 118 : Βιδαν, ϝιδαι pour le nom de l’Ida ; διαβειπάμενος / διαϝειπαμενος, etc. λάκσιον, dérivé d’ion. λάξις, 5a (loi des Molpes, Hdt.). Il s’agissait de verser sa part au pot commun.

Ιntermède : étude d’onomastique anthroponymique aréale (Attique et Béotie) autour du nom attique masculin transmis comme Φιλλέδε̄ ς (IG I3 1146, 47), interprété Φιλλίδης (LGPN II)

50Pierre malheureusement perdue, connue par la seule copie de Wheler au xviie s. Se posent les questions : 1) de l’origine de la géminée dans les anthroponymes de la famille de l’adjectif φίλος ; 2) de l’identification de la voyelle finale de la base à l’origine de cet anthroponyme et, corrélativement : 3) de la forme exacte du suffixe. Comparaison avec att. (Rhamnonte) Θαρρυφίλλε̄ς et le nom court Φίλλης et variantes (Φίλλει et Φίλλεις, exclusivement béotiennes) : étude de la distribution des formes avec ou sans géminée en relation avec le type de formation anthroponymique et avec la forme de la base lexicale, et de l’origine de la géminée pour ces noms, en marge des recherches menées sur le dossier des noms béotiens en ε̄/ει(ς) par Matilde Garré dans le cadre de sa thèse sur la Morphologie des inscriptions en dialecte béotien.

51Sur 35 noms à séquence *φιλλ* cherchables sur Name Search (http://clas-lgpn5.classics.ox.ac.uk:8080/​exist/​apps/​lgpn1-search/​index.html), dont quelques faux-amis à écarter comme Ἀκρηφ-ίλλει, dérivé en -ίλλει fait sur le toponyme Acraiphia, les noms d’origine latine Ὀφίλλιος et Ῥούφιλλα, et deux noms, Φιλλύρας vs Φίλλυρος, dont la géminée doit s’expliquer par une haplologie par superposition syllabique (eub. [Φ]ιλλ̣ίμ̣ιχος est, quant à lui, vraisemblablement à corriger, à la suite de D. Knoepfler, en : [Φ]ιλαίνιχος), les 9/10 ont Φιλλ° comme unique base. C’est en effet l’une de celles, avec ἀγαθ° qui a donné lieu au plus grands nombres de dérivés (36 en Ἀγαθ°, cf. Minon, SAGA, introduction, p. 11-12 ; de même pour Φιλ° sans géminée, liste chez Striano, ibid., p. 455) ; voir sur ce type de sobriquets la somme de J. Curbera, « Simple Names in Ionia », dans R. Parker éd., Personal Names of Ancient Anatolia, 2013, p. 107-144. En principe, il existe trois types principaux de géminées, outre celles qui sont d’origine morpho-phonétique (qui ne sont donc pas propres aux anthroponymes) : géminées expressives (Masson, OGS, passim, cf. les indices), géminées de raccourcissement (marquage des composés raccourcis à base unique) ou de troncation (Masson, index s. v. Ἐχέ-μμ-ας) ; et géminées analogiques : on pourrait ainsi se demander si φιλλ° (en face de l’adj. φίλος) ne serait pas analogique des noms à B1 Καλλι° (en face de l’adj. καλός), avec cette différence, cependant, que la géminée de Καλλι° est systématique dans le lexique aussi.

52Le nom att. Xαρι<κ>λείδε̄ς, l. 57 de la même inscription que notre hypothétique Φιλλέδε̄ς, montre que dans le cas de la base κλεϝεσ°, l’ajout de la suffixation patronymique a donné lieu à une diphtongue notée en tant que telle : <EI>. Cependant, en période de transition, la maîtrise de l’emploi de <E> vs <EI>, et de même pour les vélaires moyennes, ou encore de <E> vs <H>, n’est pas immédiate. Nous pouvons donc postuler raisonnablement que, ca 400, Φιλλέδες aurait pu noter l’équivalent de Φιλλε-ίδης, avec une diphtongue. Nous aurions alors affaire à une graphie inverse : la réforme qui a consisté à employer <EI> pour noter /e:/ fermé, jusque-là noté <E> (comme la voyelle brève et comme le /ε:/ ouvert) a été rendue possible par le fait que la diphtongue héritée *ei avait vu son articulation évoluer vers [e:], qui évolua ensuite en [i:]. Lorsque <EI> succède à <E> pour noter à la fois /e:/ et *ei, pendant une courte période de transition, la graphie inverse peut aussi se rencontrer : à savoir <E> employé pour noter à la fois l’un et l’autre de ces phonèmes. Peut-on cependant exclure que le suffixe ait pu être soit -έδᾱ/ης, soit δᾱ/ης ? Ces différentes recherches peuvent être faites à nouveau sur Name Search, et devront donner lieu à la vérification des contextes, tant chronologique que géographique, ainsi que des éventuelles corrélations de noms (et donc de bases lexicales) intra-familiales, sur l’autre site en ligne du LGPN : Database Search. Comme la séquence *ηδης (79 occ. sur Name Search) coïncide avec plusieurs bases lexicales (°ηδης, °κηδης et °μηδης), il faut commencer par les écarter, et il est vite clair que *-ήδης n’existe pas en tant que concaténation suffixale ; le sondage peut souvent être fait plus rapidement à partir des variantes non ioniennes-attiques à suffixe -ᾱς, qui donnent lieu à un moins grand nombre de noms attestés, toutes régions confondues, que -ης en zone ionienne-attique : et en effet, deux des trois seuls noms avérés en */ηδας (à l’exclusion de béot. Χαριδας, qui est une mélecture, comme vraisemblablement aussi Κουχήδας [à lire plutôt, au gén., Κουχί-δᾱ ou Κουχ[ρί]-δᾱ, IG VII], comme l’a obligeamment indiqué Matilde Garré), Ἀντι-ρήδ-ας et Καρνήδας (< Καρνειάδας) s’interprètent autrement et ne permettent pas d’isoler par conséquent de chaîne suffixale -ήδας. Il reste, néanmoins, le cas isolé de béot. Ὀλιγδας (Hansen, CEG 1, 113, fun. Thespies, ca 500, distique élégiaque), qui pourrait être interprété comme associant le suffixe /e:/ propre au béotien, dont nous reverrons d’autres exemples, et le suffixe patronymique -δας, et pouvant tenir lieu à ce titre de contre-exemple ; comme l’a fait remarquer au séminaire M. Garré, la deuxième syllabe du nom, -λῐ- doit avoir métriquement la valeur d’une longue, alors que sa voyelle est brève par nature, ce qui conduit à poser en fait Ὀλιγ(γ)δας, avec absence de notation à cette date, de la consonne géminée : le nom fournirait alors, à tous points de vue, le meilleur parallèle à notre nom, en principe attique, Φιλλέδε̄ς. Signalons que le béotien a donné, à la même époque, le nom simplement converti de l’adjectif qu’était Ὄλῐγος. Qu’en est-il, à présent, de la séquence à /e/ bref, -έδᾱ/ης ? Sur les cinq noms en *έδης, trois présentent, en fait, la base 2 lexicale °μέδης. Les deux derniers, Βοκεδης et Ζεργεδης, attestés respectivement à Apollonia du Pont et à Philippes, sont d’allure étrangère : ils demanderaient à être étudiés pour eux-mêmes, pour vérifier s’ils sont de radical thrace et de flexion grecque ou grecs phono-graphiquement thracisés, mais ce n’est pas ici notre propos. Dernière vérification du côté des neuf noms en *έδας : Ισεμεδας et Κεδας sont anatoliens. Noter que l’accent donne lieu à hésitation pour les tronqués, entre Τελέ-δ-ας (accentué comme son composé d’origine, Τελέδαμος) et Τελε-δ-ᾶς, avec l’accentuation typique des sobriquets, qui pouvait être une façon de marquer la troncation et qui, aux époques hellénistique et impériale d’attestation de ce nom, serait peut-être davantage attendue, ne serait-ce que par analogie ; c’est ainsi qu’accentuait Chantraine, Formation, p. 31-32 : Nικομᾶς, de Νικομήδης comme κορυζᾶς « morveux », sur κόρυζα, cf. en GM, Κωστᾶς, troncation de Κωνσταντῖνος. Mais O. Masson, OGS 2, p. 556, accentuait le tronqué de Ἐχεμένης uel sim. Ἐχέμμας… Seront aussi écartés : crét. Ἀργειέδας, considéré par M. Bile (p. 81, n. 20) comme un lapsus pour Ἀργειάδας, et Αἰγέδας, que le même auteur (p. 109) propose d’interpréter comme une variante phonétique pour Ἀγέδας ; thess. Ἀσανδρέδας comme peut-être aussi béot. Ἰαρέδας (Thespies, 3a), pour lesquels ont pourrait postuler une ouverture de i après /r/ (cf. τρεπέδδαι, cité par Vottéro, Recherches sur le dialecte béotien, p. 164) ; Ἰαρέδας pourrait être ainsi une variante de Ἰαρίδας (Platées, 5a), à côté, dans la même région, de Ἰαρείδας (Thespies 5a) et même Ἰαρειάδας (Thespies 3a), noms formés, quant à eux, sur la base du nom d’agent ἱαρεύς : Ἰαρέδας aurait, en revanche, à être rapproché de ces deux derniers noms, si sa voyelle résultait du suffixe anthroponymique /e:/ du dialecte, et il rejoindrait alors Ὀλιγ(γ)δας et la catégorie suffixée précédente. Il reste enfin le problématique Πασέδας, f. de Κορμίνας, à Sicyone, ca 500, dans lequel le E en sablier typiquement sicyonien peut noter tant la voyelle brève que la voyelle longue : serait-ce l’équivalent d’un Πασίδαμος (Camiros, 1a), tronqué en Πασί-δ-ας > Πασέ-δ-ας, mais l’évolution phonétique serait difficile à justifier ? Ou y aurait-on la trace d’une influence béotienne, par delà le golfe de Corinthe ? Une Πασέα est attestée à Tanagra, au 5a.

53Il s’ensuit de cette première partie de l’enquête que --δας est anciennement attesté dans l’anthroponymie béotienne, et l’exemple de Ὀλιγ(γ)δας, dans lequel le /e:/ n’appartient assurément pas à la base lexicale, invite à admettre qu’en face des très usités -ίδᾱ/ης et -άδᾱ/ης, une autre voyelle a pu précéder l’élément -δᾱ/ης, qui a donc à être considéré comme ayant son autonomie propre : l’interprétation du suffixe abondamment attesté en béotien, -ώνδας, comme procédant de l’agglutination à -ων- de -δας (Vottéro, pace del Barrio) y trouverait alors une forme de confirmation. Pour en revenir, cependant, à att. Φιλλέδε̄ς, à supposer que l’on écarte l’hypothèse d’un lapsus pour Φιλλίδε̄ς soit du graveur, soit du voyageur Wheler, et à supposer que le /e/ de béot. Ἱαρέδας ne soit pas phonétique, mais plutôt morphologique, le triplet que pourrait alors former att. Φιλλέδε̄ς / *Φιλλείδης (< °φιλής) / Φιλλίδης (< φίλος) serait assez comparable à béot. Ἱαρέδας / Ἱαρείδας (< ἱαρεύς) / Ἱαρίδας (< ἱαρός) : dans les deux cas, la voyelle /e/ serait brève, qu’elle le soit d’origine, comme pour la base à suffixe *-es- de °φιλής, ou qu’elle résulte de l’abrègement de la longue, comme dans le suffixe de la base ἱαρ-εύς. Renvoyons dès à présent, en ce qui concerne °φιλής, à A. Blanc, Αdj. sigm., p. 527-528 (déverbal de φιλέω, cf. παιδοφιλής « amateur de garçons » [Théogn.], προσφιλής « lié d’amitié » [Hdt.+], etc. ; deux anthroponymes : Θεοφίλης, -εος, 5a+, conversion de θεοφιλής [Pi.+] et une occ. Imp. de Προσφίλης, soit 11 individus au total).

54La gémination, cependant, n’aurait affecté que la base φιλλ°, et non ἱαρ°, à la différence de ὀλιγγ. Penchons-nous à présent sur cette question. Et commençons par vérifier, parmi les 35 noms en *φιλλ*, s’il en est où la base apparaîtrait en composition plutôt que dans un raccourci de composé à base unique, éventuellement dérivé comme notre hypothétique att. Φιλλέδε̄ς. Or les neuf noms qui apparaissent en tête de cette liste ordonnée alphabétiquement demandent à être triés : en effet, Ἄπφιλλα, est un Lallname fait sur ap(p)a, gr. αππα / απφα (Zgusta, Kleinasiatische Personnennamen, cf. Skoda, Redoublement expressif, 36 [redoublement ici inverse]) ; Παφίλλε̄ (I.Thespies 484, 5a) doit être corrigé, comme mélecture, en Φίλλε (remerciements à M. Garré), même si Φάφιλος est par ailleurs attesté à Dyrrhachion (Hell./Imp.). Une enquête menée sur béot. Νύμφιλλᾰ invite à considérer le nom comme suffixé en -ιλλᾰ plutôt qu’issu de *Νυμφό-φιλλα avec haplologie par superposition syllabique (abondance, dans ce dialecte, de ces suffixations en f. -ιλλᾰ vs m. -ίλλε(ι)(ς), qui sont d’origine anthroponymique et presque absentes du lexique, cf. Chantraine, Formation, p. 252 (κόριλλᾰ a chance d’être la conversion en substantif de l’anthroponyme correspondant, à nouveau béotien, comme de son côté Κόριννᾰ). Quant à att. Σόφιλλος (5-3a), c’est un dérivé de σοφός, et Σώφιλλᾰ (LGPN 3b) est en fait à corriger en Σώξιλλᾰ (+ = xi), équivalent béotien de Σώσιλλᾰ (Att 4a, etc.).

55Il ne reste en définitive qu’un nom comportant assurément la base φιλλ° : celui de Θαρρυ-φίλλης de Rhamnonte, au Nord-Est de l’Attique, 4a. La géminée se retrouve à Athènes également, dans le nom simple contemporain Φίλλης. La formation est inattendue à Athènes, où les noms sont à B2 °φιλος, sans aucune attestation de °φιλλος. Or en Béotie, sont attestés 22 occ. de Φιλλε°, dont 13 Φιλλέας. N’aurait-on pas là un béotisme intégré dans ce nom d’Athénien ? Rhamnonte jouxte le territoire d’Oropos, lui-même à la lisière de la Béotie. On pourrait alors considérer que l’on aurait dans Att. °φιλλης l’équivalent de °φιλλει, ou plutôt, sous son orthographe béotienne ancienne °φιλλ. Il n’est pas sans intérêt, à ce stade, de constater que le nom paraît sigmatique, d’un côté, et asigmatique, de l’autre. Ce sont, certes, en Attique des nominatifs, sans indication de la flexion ; mais l’absence de °φιλλας, qui permettrait de postuler ici un °φιλλης alphathématique (l’olympionique éléen acc. Φίλλην mentionné par Pausanias, qui en principe garde le /a:/ dorien des noms qu’il cite, doit être identifié comme un sigmatique à la flexion renouvelée par analogie de l’alphathématique), permet de conclure que °φιλλης est nécessairement sigmatique en attique, où il paraît transposer l’équivalent béotien °φίλλε̄ / φιλλε(ι)(ς). En face de cela, °φιλλα n’est pas davantage attesté, et Φίλλος, quatre fois seulement, comme nom simple, du 4a à l’époque impériale. Εn revanche, onze Béotiens portent comme nom Φίλλε(ι)(ς) / Φίλλε̄, en face de dix Béotiennes Φιλλώ ; deux formes également anciennes coexistent à Thespies : Φιλλό et Φίλλε̄ (ex ????????Φαφίλλη). Le couplage se fait de toute évidence, dans cette région, entre ces deux formes à géminée, tandis que ne se rencontrent qu’un exemple de Φιλώ, Imp., et un de Φίλεις, Thespies, 3a. Il y a donc propension dans ce dialecte à employer la géminée dans ce radical et avec ces suffixes.

56Du passage en revue des noms à base unique Φιλλ°, en particulier suivi de voyelle de timbre e (pour ceux en Φιλλι° il serait en théorie impossible de distinguer s’ils procédent de la base Φιλλε̄̆° ou Φιλλο°, si la faible représentation de cette dernière ne permettait de considérer que l’origine commune de la forme à géminée du radical est également la base en e), il ressort que l’origine des formes est surtout béotienne et plus largement de Grèce centrale (30/41 Φιλλέας sont originaires de Béotie ou de Delphes, voire de Thessalie). Ce nom Φιλλέας, le plus représenté, connaît bien sûr un doublet sans la géminée : 136 individus, attestés dès le 5a et jusqu’à l’époque byzantine, en face des 41 à géminée. C’est en Attique que Φιλέας est le mieux attesté, tandis qu’il ne se rencontre que 3 fois à Thespies, au 3a : l’un des Thespiens de ce nom est fils de Φιλο-κλεῖς. Signalons pour finir un Φίλληος (inscr. conservée à Thèbes, Imp.), qui serait l’équivalent d’att. *Φίλλαιος (seul est attesté Φίλαιος, panhell., 6a-2p). Dans l’ensemble de la Grèce, 192 individus portent donc des noms en °Φιλλ°, qui sont tous, sauf Θαρρυφίλλης, des raccourcis de composés. À l’évidence, la géminée a été ajoutée aux raccourcis comme expressive (marque de raccourcissement pour nous), dans ce radical particulièrement, comme cela vaut pour Καλλι° en face de καλός, à cause de sa structure disyllabique. Οn ne la rencontre pas, en revanche, pour les noms faits sur ἀγαθός, à une exception près, béotienne aussi : Ἀγαθθώ (Tanagra, 4-3a ?). La géminée permettait aussi prosodiquement d’allonger la syllabe précédente, et donc de donner plus de densité au nom court, lorsqu’il était prononcé. Il est très vraisemblable, dans ces conditions, que pour l’unique composé, la géminée soit analogique de celle des raccourcis de composés. L’influence béotienne est vraisemblable, à partir des noms bien représentés, masculins à base Φιλλε̄̆° vs féminins à base Φιλλο̄̆, comme si la géminée était caractéristique de ces types flexionnels, au point qu’on l’y ait laissé, même en composition : leurs autres illustrations béotiennes sont de même presque toujours des noms issus de raccourcissement, voire de troncations, à la valeur sémantique de sobriquets, un mode de formation caractérisé par Chantraine comme « populaire » (nous dirions aujourd’hui vernaculaire ou familier). La distribution morphologique entre φιλο° et °φιλ(λ)ής pourrait recouvrir aussi une distribution sémantique, °φιλο° comme φίλος étant orienté vers l’actif et le fait d’aimer ; °φιλής plus souvent passif (Blanc, p. 528), vers le fait de l’être. Le point important, pour M. Garré, qui traite le dossier des noms béotiens en -ε̄, -ει(ς), c’est de voir que les deux noms dits attiques qui s’y rattachent, l’hypothétique Φιλλ-έ-δε̄ς, dont nous sommes partis et Θαρρυφίλλης « aimé comme brave (pour sa bravoure) » ont leur base caractérisée comme sigmatique en dehors du béotien, flexion qui est donc considérée comme l’adaptation la plus proche de celle de ce dialecte.

57Autres textes crétois étudiés : G.-P. Gortyn 47, p. 318-321, à propos des esclaves gagés, cf. M. Guarducci, IC IV, no 47, p. 106-107, et Bile La Crète, no 23. G.-P., Gortyn 43, groupement de quatre textes écrits boustrophédon pour trois d’entre eux, et concernant des terres publiques données à planter conformément à un bail emphytéotique. Et G.-P. Gortyn 72, p. 345-350 : col. II, l. 2-45 (extrait du Code de Gortyne, délits sexuels).

Conférence de M. Dominique Mulliez (14 décembre 2021) : « Choisir un nom d’esclave : usages et traditions familiales à Delphes »

58Avec pour titre « Choisir un nom d’esclave : usages et traditions familiales à Delphes », la conférence se donnait pour objet d’examiner la façon dont les maîtres choisissent de nommer leurs esclaves, le corpus des affranchissement delphiques offrant l’avantage d’une série particulièrement homogène, puisqu’un peu plus de mille quatre cents esclaves sont affranchis durant les trois siècles que dure la procédure (iie s. av. n.è – ier s. de n.è.), pour environ six cent trente noms différents. On s’est d’abord attaché à décrire le répertoire onomastique : on a distingué dans un premier ensemble les noms qui désignent immédiatement l’esclave comme étranger ou d’origine étrangère, soit parce qu’il porte un nom indigène, soit parce que son nom est formé à partir d’un ethnique ou d’un toponyme ; le second ensemble réunit tous les noms grecs, que l’on propose de répartir en trois grandes catégories en simplifiant les rubriques ou sous-rubriques proposées par F. Bechtel, M. Lambertz ou O. Masson (noms qui concourent à caractériser une personne, noms qui font référence à une figure historique, héroïque ou divine, surnoms à valeur métonymique). L’analyse de ce répertoire met en évidence que les noms indigènes sont minoritaires (une vingtaine d’occurrences) et que l’on a majoritairement donné à l’esclave un nom grec, ce qui suppose un recours massif à la métonomasie pour tous les esclaves étrangers et confirme, comme l’avaient déjà indiqué L. Robert, puis O. Masson la fragilité de la notion d’« onomastique servile ».

59Dans un second temps, on a tenté de mettre en évidence ce qui a pu parfois fonder le choix d’un nom par tel ou tel propriétaire. Un nom étranger pouvait apporter une note d’exotisme, tout en soulignant l’altérité irréductible entre le maître et l’esclave, un théonyme être le signe d’une dévotion particulière, un nom emprunté à l’épopée ou à la tragédie relever le prestige du maître. Mais on a surtout analysé les échos que pouvaient entretenir entre eux les noms des maîtres et ceux attribués aux esclaves. Un premier ensemble réunit les noms d’esclaves tirés du nom du maître ou d’un membre de sa famille. Il existe plusieurs cas d’homonymie stricte (parfois avec changement de genre) : on considère en général que cette homonymie trahit une filiation naturelle et qu’elle peut en outre avoir une dimension affective ; fondamentalement, elle affiche une forme de dépendance de l’esclave. Il en va de même pour les cas, beaucoup plus fréquents, où un nom d’esclave emprunte l’un des éléments entrant dans la formation du nom du maître. On retrouve cette même déclinaison entre les esclaves vivant au sein d’un même oikos : le cas le plus fréquent est celui d’esclaves dont les noms partagent un même élément de formation, mais il existe aussi des cas d’homonymie stricte – avec parfois changement de genre. Dans quelques cas, l’homonymie s’inscrit dans la diachronie, un même maître attribuant le même nom à des esclaves qui se succèdent à son service au fil des ans ; il se trouve même quelques cas où un même nom d’esclave se transmet entre plusieurs générations d’une même famille.

Conférence de M. Laurent Dubois (24 mai 2022) : « Vieux métiers normands. Le témoignage de l’anthroponymie »

  • 3 Charles Joret, 1839-1914. Cette ligne qui part de Bréhal et va vers l’est à la même latitude vers l (...)

60Les méthodes utilisées par Louis Robert et Olivier Masson pour l’anthroponymie grecque qui prennent en compte les glôttai livrées par les lexicographes anciens et les formes dialectales sont tout à fait applicables à l’anthroponymie romane. Une tentative est présentée ici à partir d’un territoire bien défini, la partie de la Manche située au nord de la ligne Joret3 où l’empreinte normande s’est le mieux maintenue, et sur un lexique restreint, celui des noms de métiers qui se trouvent fossilisés dans l’anthroponymie.

61Entre le xie et le xiiie siècle se développe le recours au nom de métier comme second nom : plus explicite que le type Pierre fils de Jean devenu Pierre Jean car les Jean sont nombreux, l’ajout d’un nom de métier était une façon claire de pallier les ambiguïtés d’un prénom banal et d’un patronyme aussi banal et ce d’autant plus sûrement que bien des métiers se transmettaient de père en fils.

62Pour ce faire, l’annuaire téléphonique de la Manche de 2011 a été systématiquement consulté pour toutes les communes de cette aire géographique pour aboutir à une collecte fructueuse des patronymes qui se révèlent être des noms de métiers anciens. Les dictionnaires utilisés sont d’abord l’indispensable Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle (1881-1902) de Frédéric Godefroy, Le dictionnaire électronique du moyen français et l’immense FEW. Nous avons aussi consulté le Dictionnaire étymologique des noms de famille et prénoms de France d’Albert Dauzat et de sa disciple M. T. Morlet dont les idées linguistiques n’emportent pas toujours la conviction. Enfin nous tenons à mentionner l’index informatisé de Jean Tosti qui donne de très prudentes et convaincantes analyses de patronymes difficiles.

63Ces patronymes qui sont d’anciens noms de métier se présentent soit sous la forme simple : type Mercier, soit avec l’article : type Lemercier, soit même avec la forme « au » de l’article : type (le fils) Aumercier.

64Notons enfin qu’ils peuvent aussi être exprimés indirectement et symboliquement par un terme du lexique qui désigne l’objet même de leur activité professionnelle, un terme qui évoque aussi bien l’objet manufacturé que l’outil ou le matériau qui a servi à le faire.

65Nous présentons ci-dessous un abrégé des noms présentés lors de la conférence.

La vie de la ferme, agriculture et maraîchage

66Terrier au Mesnil-Raoult et Leterrier à Torigni « tenancier de terres ».

67Lecouturier = le cultivateur « tenancier d’une couture », terre à couturer, cultiver < cultura.

68Cachous, Lecacheux à Saint-Malo-de-la-Lande, non pas chasseur mais meneur d’animaux (aux foires).

69Letablier à Hauteville-la-Guichard < Lestablier, afr. establier « celui qui est en charge des étables ».

70Legaigneur à Percy : cf. afr. gaaigneor > gaigneur « laboureur » (all. waidanjan, weide).

71Caruel, Charruel à Agon possesseur d’une charrue ; forme hybride, en pat. tchérue. La forme normande attendue Cheruel est attestée dans le Calvados et en Ille-et-Vilaine. On remarque dans ces noms la présence du suffixe anthroponymique typiquement normand -el.

72Pour le blé, l’avoine et l’orge, le verbe qui désigne l’action de couper à la faucille est en patois le verbe sciaer prononcé sier (le c étymologique a été introduit au xive siècle). Le nom d’agent est seeur ou seeor mais aussi norm. soyeur et soyeux qui se retrouve dans le nom Soyeux à Savigny « scieur de blé » < secator.

73Fenard « qui fait les foins » à Torigni, l’homme du foin, pat. fein, verbe fenâer.

74Missonier à Annoville var. de missenier « moissonneur » (messio), cf. le peintre Meissonier.

75Lebatteur et Lebatteux à Hauteville-la-Guichard, cf. la batterie de sarrasin, var. Battier = Batteux à Pirou.

76Rachinel à Coutances, producteur de carottes, navets, radis noirs (lat. radicina) avec suffixe anthroponymique typiquement norm. -el.

Les métiers de bouche

77Mauny à La-Ronde-Haye, mauni en normand du xive siècle, var. de mounyi, maunie, Monnier < molinarius.

78Fourny à Ouville, Fourni à Pirou variante locale de fournil attesté au xiiie siècle, ou forme patoise en -y pour fr. –ier du fournier. Fournier ancien nom de celui qui était préposé au fournil issu du lat. méd. furnarius dérivé de lat. furnus « four ».

79Pennetier à Coutances, forme dialectale de fr. Pannetier autre nom du fournier.

80Legastelois à Hambye, var. de Legastelier, à Ver gastelier « marchand de gâteaux », afr. gastel < germ. wastil.

81Lecaudey, en fait Lécaudé, marchand d’échaudés en afr. « petits gâteaux à pâte légère passés rapidement au four » ; déjà en 1514 à Coutances, Guillaume Lescaudey.

82Bouhallier à la Glacerie, près de Cherbourg = boyautier « tripier », dér. de afr. boelle qui a d’ailleurs aussi fourni le nom Boelle (botellus) à Orval, « boyau », donc surnom de tripier.

83Lebeurrier à Blainville et Beurier « fabricant de beurre » ; Lebeurier et Lebeury à Saint-Sauveur Lendelin, forme hybride à désinence patoisante mais le radical est français : on attendrait **buuryi en patois.

La toilette

84Lelavechef à Briqueville-la-Blouette, à Carentan ; Lavechef à La-Haye-du-Puits et dans la Manche passim, a désigné celui qui lavait les têtes des gens, métier attesté à Paris en 1292 (« Aaline, lavendiere de testes »). On rencontrait aussi au xviie siècle le nom de famille Lavechef dans les Yvelines (Le Pecq).

85Rayer / Rahier à Coutances, barbier ; cf. verbe afr. rère « raser » < radere (le blason d’une famille Rahier comporte 3 paires de ciseaux).

86Coiftier à Coutances : afr. coiffier « marchand ou faiseur de coiffes » qui a donné Coiffier dans le Puy-de-Dôme ; en tout cas plus ancien que coiffeur, xviie ; Coiftier qui ne semble pas attesté dans le lexique présente le suffixe -tier des noms de métiers.

Les métiers du cuir

87Legueurlier à Belval, dérivé de gorle, gueurle « bourse, gibecière, valise », dérivé du francique gurdil, all. gürtel, angl. Girdle. Le nom de métier est influencé par goherelier > pic. gorrlier > gourlier « bourrelier » fabricant de goherel, gorel « licou ».

88Letenneur = Letanneur à Périers, verbe norm. tenner (cf. infin. fenaer, feneuse en normand).

89Laffaiteur à Gouville < afr. affaiteur, celui qui prépare (affactare) des toiles, des cuirs, sorte de tanneur.

90Letassier à Coutances < afr. tassier, fabricant de tasses = bourses, gibecières.

91Bourlier à Coutances < Bourrelier à Briqueville-sur-Mer, fabricant de bourel / boureau « harnais » que l’on remplit de bourre, déchets de laine et de poils, duquel mot est dérivé bourrier d’où le patronyme Bourrier à Gorges, de même sens que bourrelier. Directement issu de bourel, Bourrel à Briqueville-sur-Mer et Boureau à Coutances. En tout cas, rien à voir avec bourreau à l’étymologie très douteuse.

92Lesueur près de Rouen, afr. sueur < lat. sutor « cordonnier » ; le cas direct donne Sudre en Picardie.

Le travail des métaux

93Brogniez à Coutances, fabricant de broignes « cuirasses ».

94Canivet à Coutances « petit couteau » ; un Nicole Quenivet dans une donation du xiiie siècle.

95Caudron à Saint-Lô-d’Ourville.

96Lecoispellier / Coispellier. Nom de métier coispellier au xiiie siècle en vieux picard. Couespel à Sainte-Suzanne-sur-Vire afr. coispel « mince plaque métallique rivée sur le tissu d’une ceinture ; chape et virole d’un fourreau » ; « bout ouvragé du manche d’un couteau ou d’une épée » mais aussi « ornement sur le manche d’un couteau ou d’une épée, ardillon, boucle de ceinture » < lat. cuspis.

97Lequillerier à Cherbourg, var. Lequiller à Trelly, afr. cuillerier « fabricant de cuillers en fer ».

98Goyer à Coutances ; cf. gouyé « serpe à talon » (petit marteau opposé à la lame coupante) ; var. Legouix = Legouy. Avec suffixe norm. -il, Legouil à Cherbourg.

99Lemagnen à Coutances < afr. maignan « chaudronnier ambulant, étameur ».

100Marcheteau à Coutances, variante de Marcheteur « ouvrier qui reproduit les marchets » = les armoiries, dér. de marchet « marque d’armoiries ».

101Le Paslier à Éculeville, Peslier à Trelly ; pat. pèliy, jers. palier, afr. peslier « fabricant de poêles » (patella).

Le travail du bois

102Battier à Pirou, graphie probable pour Bastier, afr. bastier « fabricant de bâts, charron ».

103Bouttier < afr. boutier xiiie siècle « fabricant de boutte, botte », en patois « gros tonneau » (lat. buttis).

104Lefaudeux à Quettreville-sur-Sienne « celui qui fait du charbon de bois dans une faude » ; correspond à afr. faudieur, verbe fauder.

105Bouligny à Sainteny, à Jersey nom commun au sens de « traverse de bois qui soutient un échafaudage » = Boulinier à Saint-Lô, dérivé de « boulin » (voir trou de boulin), surnom d’un échafaudeur.

106Bezagu à Saint-Malo, afr. besaiguë « hache à double tranchant », surnom d’un charpentier de marine ou d’un bûcheron.

Les métiers du tissu

107Lacolley : acolé « tissu rayé pour drap » donc sobriquet d’un « marchand de drap » (et non « l’embrassé »).

108Causson à Coutances fabricant de chaussons ou de chaussettes qui se disent des caoches en patois.

109Coffinier à Bréhal, Coffin à Vesly : ne semble pas exister en afr. mais sûrement « fabricant de couffins », dérivé de coffin « panier tressé avec des anses et un couvercle » mais aussi « cercueil » en pat. du xive siècle, donc peut-être « fabricant de cercueils ».

110Langelier à Coutances afr. langeolier « fabricant ou vendeur de langes » au sens ancien de couvertures de laine.

111Tellier / Letellier à Coutances, fabricant de toile pat. teile, pat. teilyi.

112Letexier à Coutances cf. Teissier = tisserand, Letissier à Torigni cf. Autissier.

113Coistier à Condé-sur-Vire : afr. cousterie, coutier, mfr. coutillier « faiseur de lits de plume, de couettes », afr. coite, dér. afr. keutil « toile à matelas », fr. coutil ; coutillier au xvie siècle ; le coutier devait donc tisser du coutil.

114Peuffier à Carentan, norm. peufier « fripier », afr. peufre « guenille » (< faluppa).

L’artisanat

115Jamelier à Regnéville, dér. de norm. jamel « corde de hâlage » d’où fabricant de corde de halage ou peut-être lamaneur (cf. aussi Jamelot).

116Loaintier à Créances, var. Lointier ; < lat. unctarius > ointier, marchand d’oingt « graisse ».

117Teulier à Marchésieux = tuilier, pat. tueûle / tuule.

Le commerce

118Avenel à Coutainville, marchand d’avoine, pat. aveine, avec suffixe norm. -el avec un autre suffixe Avenard à Brillevast.

119Leblatier à Courcy / Leblastier à Lingreville = blatier xiiie siècle, le grainetier marchand de blé et de toutes sortes de grains, avoine, seigle, etc.

120Mercier, Lemercier, Aumercier, passim « colporteur ».

La pêche

121Lecrosnier, Le Cronier à Saint-Sauveur-Lendelin, attesté au xiiie siècle, dérivé de crosne, crône « lieu herbu et avec des racines où se cachent les poissons » (Littré). Terme nordique gronna / grunna en norvégien au sens de marécage, d’où la sens de « pêcheur dans les crosnes ». Dérivé crosnel « engin pour pêcher dans les crônes ». D’où le toponyme de la ville de Crosne dans l’Essonne, à 18 km au sud-est de Paris, lieu où aurait été introduit le légume japonais à la fin du xixe siècle. Forme abrégée Cron à Briqueville-la-Blouette « pêcheur dans les crônes ».

122Léchardeur à Saint-Malo-de-la-Lande « écailleur de poisson » écharde, arête, Léchardeux à Saint-Sauveur-Lendelin, Chardeur à Cherbourg.

123Lescallier à Coutances = « écailler, marchand ouvreur d’huitres ».

La chasse

124Besselièvre à Saint-Malo-de-la-Lande, afr. bercer « chasser à l’arc » ; cf. Bersegeay dans les Deux-Sèvres.

125Sillière à Coutances, graphie de cillière, fil pour coudre les yeux des faucons (ciller) pour qu’ils ne regardent que devant eux.

Petits métiers

126Larquemin à Saint-Sauveur-Lendelin, et Marchésieux cf. afr. arquemien « alchimiste ».

127Leparquier à Orval, Leparquois à Bricquebec, afr. parchier « garde d’un parc dans lequel sont maintenues les bêtes confisquées ».

128Pignier à Coutances, marchand ou fabricant de peignes, afr. peigner.

Professions publiques

129Lassaiteur à Cherbourg < afr. assaiteur « celui qui fixe l’assiette d’impôts comme le fouage », var. de afr. asseor.

130Basnier à Marchésieux pour Banier / Bannier afr. officier chargé de porter et de proclamer les sommations, les bans, puis aussi garde-champêtre.

131Legablier à Blainville : afr. gablier = usurier ; afr. gabler « exercer l’usure » (germ. gabb).

132Legraverend, passim < afr. graverend « percepteur ».

133Lehugeur à Annoville var. de Lehucheur crieur public, -eor en afr., verbe huchier « appeler crier fort ».

134Lelaidier à Saussey < laidier « celui qui perçoit la laide », impôt sur les marchandises des forains. Avec une variante leude qui apparaît dans Leudet / Leudier au Plessis-Lastelle, percepteur de la leude.

135Verdier à Coutances, Leverdier à Denneville « garde forestier qui surveillait dans sa verderie » les bêtes qui pâturaient en forêt.

136Pour conclure, on voit que maintes professions ont pu fournir des sobriquets même si la spécificité de chacune est devenue pour nous quelque peu opaque. Mais on est aussi surpris que la Manche, département maritime s’il en est avec ses 360 km de côtes, n’ait connu que très peu de sobriquets d’origine maritime ou nautique. Le pays est depuis longtemps resté très agricole et la mer est toujours assez loin pour les habitants : nombreuses sont les communes qui s’appellent « sur mer » comme Muneville-sur-Mer ou Coudeville-sur-Mer pour lesquelles la mer est en fait à trois ou quatre kilomètres. Les paysans n’allaient surtout à la mer que pour récolter le varech ou la tangue dont ils fumaient leurs champs et éventuellement pour la pêche à pied aux grandes marées. Mais on ne peut pas dire qu’ils exploitaient la mer.

Haut de page

Notes

1 Cf. notre Lexonyme, à paraître, s. n.

2 Cf. l’article de A. Blanc, « Analyse étymologique d’un toponyme grec réputé étranger : la bourgade d’Eubée appelée Bryncheiai, alias Grynchai », dans A. Alonso Déniz, E. Nieto Izquierdo (éd.), Noms de lieux dans les langues anciennes. Approches linguistiques, à paraître.

3 Charles Joret, 1839-1914. Cette ligne qui part de Bréhal et va vers l’est à la même latitude vers le Calvados pour remonter ensuite vers Vernon, Gisors, puis Noyon, Saint Quentin, Cambrai et Mons, marque la frontière linguistique entre les pays dans lesquels un chat est un cat au Nord et un chat au Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 154 | 2023, 93-130.

Référence électronique

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 154 | 2023, mis en ligne le 22 juin 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6044 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.6044

Haut de page

Auteur

Sophie Minon

Directrice d'études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search