Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154Résumés des conférencesHistoire de l’art du Moyen Âge oc...

Résumés des conférences

Histoire de l’art du Moyen Âge occidental

Philippe Lorentz
p. 291-293

Résumé

Programme de l’année 2021-2022 : Le polyptyque des Antonins d’Issenheim.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Lorentz, « Histoire de l’art du Moyen Âge occidental. Les retables monumentaux au nord des (...)

1Les conférences de cette année ont été consacrées au grand polyptyque des Antonins d’Issenheim, conservé au musée Unterlinden de Colmar et dont la restauration, engagée en 2011, s’est achevée en juin 2022. Les péripéties, les enjeux de cette opération patrimoniale d’envergure et ses apports à la connaissance de l’œuvre ont occupé plusieurs séances. Le retable avait déjà fait l’objet, en 2017-20181, d’un certain nombre de remarques relatives à la séquence et à la chronologie de son élaboration, menée à bien vers 1512-1516 par deux artistes germaniques : Nicolas de Haguenau, sculpteur à Strasbourg à partir de 1493 et actif jusqu’à la Réforme, et Mathis Gothart Nithart connu depuis le xviie siècle sous le nom de Grünewald (né vers 1475 à Wurtzbourg et mort en 1528 à Halle), peintre de l’archevêque de Mayence Albert de Brandebourg. C’est le mode de fonctionnement de l’œuvre qui a plus particulièrement retenu l’attention cette année.

  • 2 Élisabeth Clementz, Les Antonins d’Issenheim. Essor et dérive d’une vocation hospitalière à la lumi (...)

2Le polyptyque d’Issenheim, parvenu jusqu’à nous en pièces détachées, était un imposant retable d’autel, dont les volets mobiles se refermaient sur une caisse centrale contenant des figures sculptées, rendue visible lors de certains jours de fête. Il possédait en outre une structure à doubles volets, un agencement complexe permettant trois présentations successives de l’imagerie déployée, en fonction des besoins liturgiques et aussi pour d’autres utilisations en dehors du champ strict des célébrations. Son lieu de destination premier est le maître-autel de l’église d’une maison de l’ordre de Saint-Antoine à Issenheim (détruite au xixe siècle), village de Haute-Alsace où les Antonins sont présents depuis le xiiie siècle2. L’établissement, qui accueille les pèlerins sur l’un des itinéraires les menant vers Rome et Saint-Jacques de Compostelle, est d’abord un hôpital, où est soignée une maladie douloureuse et dévastatrice, le « feu Saint-Antoine », fléau très répandu au Moyen Âge, dû à l’absorption de seigle ergoté, contaminé par un champignon toxique qui se développe à la faveur de certaines conditions climatiques et dont l’ingestion provoque plusieurs graves pathologies cutanées conduisant à la gangrène et à l’atrophie des extrémités des membres, ainsi que des troubles psychiques (convulsions et hallucinations).

  • 3 Frater Guido Gersi de Delphinato, dans un acte de 1471. Voir Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 27 (...)
  • 4 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 246-249 et p. 271-273.

3La maison d’Issenheim avait rang de préceptorie générale, relevant directement de la maison-mère de l’ordre, l’abbaye de Saint-Antoine-en-Viennois. À l’époque de la création du grand retable, le supérieur est Guy Guers (1490-1516), originaire du Dauphiné3. Un certain nombre de témoignages mettent en évidence son rôle éminent dans la reconstruction et l’embellissement de l’église des Antonins d’Issenheim. C’est à lui que revient la commande du polyptyque destiné au maître-autel du sanctuaire dont il contribue à l’achèvement4. On ne sait hélas presque rien de la formation, de la culture et de la personnalité de cet homme qui a conçu et élaboré l’imagerie du nouveau retable, de concert avec Nicolas de Haguenau et Matthias Grünewald.

  • 5 Sur le polyptyque du Jugement dernier de l’Hôtel-Dieu de Beaune, par exemple, peint par Rogier van (...)
  • 6 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 291.

4La présence d’un polyptyque aussi monumental n’a en tout cas rien de surprenant dans l’église d’une préceptorie générale. Le parti ambitieux d’une double paire de volets offrait l’avantage d’accompagner les différentes célébrations au cours de l’année liturgique : les messes quotidiennes, lorsque le retable fermé donne à voir la Crucifixion flanquée de deux étroits volets fixes où figurent respectivement les deux saints protecteurs des malades, que l’on associait volontiers, à la fin du Moyen Âge, en particulier dans un contexte hospitalier5 (Sébastien, à gauche, et Antoine, à droite, le saint patron de la préceptorie d’Issenheim). La première ouverture, théophanique, consacrée à l’Incarnation rédemptrice est tout à fait appropriée pour les grandes fêtes carillonnées, celles de la Vierge en particulier (de gauche à droite : l’Annonciation, la Vierge célébrée par les anges ; la Nativité ; la Résurrection). Enfin, la seconde ouverture dévoile les sculptures du corps central du retable consacré à saint Antoine. Tel une divinité, « majestueux et redoutable6 », l’anachorète trône au cœur du dispositif. Il est flanqué des deux épisodes de sa légende sur les volets peints par Grünewald (la Visite de saint Antoine à saint Paul ermite et l’Agression de saint Antoine par les démons). Nul doute que cette partie du polyptyque était réservée aux besoins spécifiques de la maison antonine, qui disposait ainsi de deux retables en un seul.

  • 7 Un plan synthétisant les résultats des fouilles de Pierre Brunel sur le site de l’église, démolie e (...)
  • 8 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 97.
  • 9 Ibid.

5Le retable était situé dans le chœur de l’église, derrière le jubé7, un espace en principe réservé aux religieux, qui siégeaient dans les stalles. Un tel emplacement pose la question de la visibilité d’une œuvre si manifestement destinée à impressionner ses spectateurs, et au premier chef les malades. Ceux de l’Hôtel-Dieu de Beaune voyaient bien, depuis leur lit, le polyptyque peint par Rogier van der Weyden à la demande du fondateur Nicolas Rolin et qui leur offrait, lors des grandes fêtes liturgiques, l’implacable spectacle du Jugement dernier. On peine à croire qu’à Issenheim, seuls les frères chanoines antonins – au milieu du xve siècle, ils étaient moins d’une dizaine8 – avaient accès au polyptyque. Les autres membres de la communauté, une soixantaine de personnes en 1452 (frères convers, oblats, domestiques), dont faisaient bien sûr partie les malades – entre 10 et 20 personnes9 – devaient-ils se contenter de ne l’apercevoir qu’à travers l’ouverture centrale du jubé ? N’avaient-ils aucune possibilité de l’approcher ? C’est d’autant moins probable que, comme le stipulent les statuts de l’ordre de Saint-Antoine promulgués en 1478, les malades nouvellement admis dans une préceptorie devaient être conduits dans l’église pour y prêter serment d’obéissance et de fidélité entre les mains du supérieur. Les pèlerins pouvaient sans doute aussi accéder à l’autel lors de certaines solennités comme la fête du saint ou l’ostension de reliques lorsque la caisse était ouverte.

  • 10 Pour ce fonctionnement du polyptyque parallèle à son utilisation liturgique, je renvoie à mon hypot (...)

6L’imagerie déployée sur les différentes parties du retable nous conduit à suggérer un fonctionnement paraliturgique de l’œuvre, fondé sur la manipulation des volets à la manière d’un livre dont on feuillette les pages. Cette utilisation du polyptyque devait permettre, à travers un cheminement en images ponctué de textes, proposé aux malades et aux pèlerins, de faire de saint Antoine une figure quasi christique, devant laquelle son prédécesseur saint Paul de Thèbes s’efface, comme saint Jean-Baptiste, le Précurseur, s’est effacé devant le Christ. Le déploiement d’images permis par le retable était ainsi mis au service du réconfort spirituel des malades soignés par les Antonins d’Issenheim10.

Haut de page

Notes

1 Philippe Lorentz, « Histoire de l’art du Moyen Âge occidental. Les retables monumentaux au nord des Alpes à la fin du Moyen Âge », Annuaire. Résumés des conférences et travaux, 150e année, 2017-2018, Paris, EPHE-PSL, SHP, 2019, p. 314-317.

2 Élisabeth Clementz, Les Antonins d’Issenheim. Essor et dérive d’une vocation hospitalière à la lumière du temporel, Strasbourg, 1998 (Publications de la Société savante d’Alsace, Recherches et documents, 62).

3 Frater Guido Gersi de Delphinato, dans un acte de 1471. Voir Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 273, note 173. Ses armoiries figurent sur le rocher où est assis saint Antoine dans la Visite de saint Antoine à saint Paul ermite. Il est représenté en relief dans la partie centrale du retable, agenouillé à dextre du saint patron des lieux en majesté. Voir à ce sujet Pantxika De Paepe, « La réalisation du retable d’Issenheim : Nicolas de Haguenau à Strasbourg », dans Pantxika De Paepe et Philippe Lorentz (dir.), Grünewald et le Retable d’Issenheim. Regards sur un chef-d’œuvre, Paris, 2007, p. 54-65 et Ewald M. Vetter, Grünewald. Die Altäre in Frankfurt, Isenheim, Aschaffenburg und ihre Ikonographie, Weissenhorn, 2009, p. 95.

4 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 246-249 et p. 271-273.

5 Sur le polyptyque du Jugement dernier de l’Hôtel-Dieu de Beaune, par exemple, peint par Rogier van der Weyden entre 1443 et 1451, où ils sont également représentés sur la face extérieure du retable.

6 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 291.

7 Un plan synthétisant les résultats des fouilles de Pierre Brunel sur le site de l’église, démolie en 1836, figure dans Élisabeth Clementz, « Les précepteurs d’Issenheim, Bâle et Strasbourg, et leurs réseaux de relations », dans De Paepe et Lorentz (dir.), 2007, op. cit. note 3, p. 46-53, à la p. 48, fig. 2.

8 Clementz, 1998, op. cit. note 2, p. 97.

9 Ibid.

10 Pour ce fonctionnement du polyptyque parallèle à son utilisation liturgique, je renvoie à mon hypothèse qui paraîtra prochainement : Philippe Lorentz, « “Il faut qu’il grandisse et que je rapetisse”. Le Retable d’Issenheim tel un livre », dans Élisabeth Clementz (dir.), dans L’Échelle des vertus. Hommage à Francis Rapp, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lorentz, « Histoire de l’art du Moyen Âge occidental »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 154 | 2023, 291-293.

Référence électronique

Philippe Lorentz, « Histoire de l’art du Moyen Âge occidental »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 154 | 2023, mis en ligne le 22 juin 2023, consulté le 03 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ashp.6306

Haut de page

Auteur

Philippe Lorentz

Directeur d'études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search