Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire et archéologie des monde...

Résumés des conférences

Histoire et archéologie des mondes musulmans

Jean-Michel Mouton
p. 47-52

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. L’Égypte et la Syrie sous la dynastie des Ayyoubides (1174-1260). — II. Les forteresses de Terre-Sainte à l’époque des croisades. — III. Étude de documents arabes de la collection des Papiers de Damas.

Haut de page

Texte intégral

1I. La conférence thématique de cette année a porté sur les modèles d’occupation des espaces structurants de la ville islamique à travers l’exemple de Damas à l’époque médiévale. Les souks, la citadelle, la grande mosquée, les cimetières, les campements militaires ont servi de cadre à cette recherche et à ces conférences. Il s’est agi à chaque fois après avoir décrit ces espaces à travers les données archéologiques, iconographiques et textuelles d’y replacer les hommes et leurs activités.

2L’exemple le plus abondamment développé a été celui de la grande mosquée de Damas avec un essai de reconstitution de la vie dans cet édifice à travers l’étude des différents cercles religieux (ḥalqa), de leur localisation et de leur organisation matérielle. La salle de prière de la grande mosquée était au Moyen Âge un espace densément occupé et particulièrement encombré où chaque mètre carré était disputé par les adeptes de telle ou telle communauté, de telle ou telle école juridique, par tel groupe ethnique ou encore par les détenteurs de telle ou telle fonction (la maqṣūra pour le prince, le šubbāk al-kamālī pour le grand cadi) qui entendaient marquer et délimiter leur territoire notamment par des darābizīn, c’est-à-dire des balustrades qui délimitaient, souvent de façon éphémère, chacun de ces espaces. Ceux-ci, bien délimités, étaient dédiés soit à la prière, soit à l’enseignement et comportaient un mobilier fait d’armoires (dūlāb) et de coffres (ṣundūq) qui abritaient des bibliothèques dont les vestiges comme celui de la bibliothèque du cercle malékite ont été retrouvés dans la collection des papiers de Damas.

3La grande mosquée était aussi un lieu d’habitation permanent pour certaines catégories d’hommes de religion. Ils étaient pour la plupart d’entre eux logés dans des cellules ou bayt localisées principalement dans deux endroits de l’édifice. Une première série, limitée, était percée dans le mur de qibla de la grande mosquée et donnait sur les maqṣūra. On trouve ainsi percée dans le mur de qibla un « bayt ṣaġīr » fréquenté par un petit fils d’Ibn ‘Asākir qui y effectue des retraites pour la vénération et la lecture des textes sacrés. On ne le voyait sortir de son antre que pour aller à la salle d’ablution située au pied du minaret oriental et faire la prière face au mur de qibla dans la maqṣūra. Les autres étaient situés dans les minarets sud-est et sud-ouest. Cela tenait à la structure de ces tours qui avaient une base antique très large permettant l’aménagement de logements. La grande époque d’occupation de ces lieux semble avoir été la période allant du xie au xive siècle, c’est-à-dire de l’époque fatimide au milieu de l’époque mamlouke, avec une fréquentation particulièrement importante au xiie et au début du xiiie siècle sous Nūr al-Dīn (1154-1174) et les Ayyoubides (1174-1260). Ces logements étaient semble-t-il attribués par le grand cadi chargé de la gestion des biens de la grande mosquée avec parfois aussi des interventions directes du prince.

4Les personnalités qui étaient hébergées étaient en majorité des étrangers au sens de ġarīb. Ils venaient du Maghreb et d’Andalus : Aghmat, Fès et la région du Sousse au Maroc (Ibn Tumart), Tlemcen en Algérie, du Yémen, de l’Iraq (de Bagdad notamment avec le célèbre al-Khatib al-Baghdādi) et de la Ǧazīra (Manbiǧ, Nisibin, Irbil) ainsi que d’Iran (al-Ġazāli de Ṭūs). On note la présence d’un habitant de Baalbak, d’un certain nombre de membres de tribus arabes prestigieuses comme les Ḥimyar et les Tamīm, mais aussi et c’est plus surprenant de Damascains d’origine dont Ibn ‘Asākir lui-même.

5La plupart de ces hommes pratiquaient à Damas la muǧāwara, c’est-à-dire un séjour pieux dans un espace sacré sur le modèle de ce qui se pratiquait à La Mecque, Médine ou Jérusalem ou bien l’inqiṭā‘ ou retraite où ils vivaient coupés du monde. Pas plus qu’il n’y avait de ségrégation géographique ou ethnique, il ne semble pas y avoir eu non plus de ségrégation religieuse. On trouve beaucoup de shafiites et de malikites, quelques hanbalites et hanafites, mais il est vrai aucun chiite. Un personnage est qualifié de naṣrānī ou chrétien, mais on apprend que c’était un converti à l’islam par Ibn Taymiyya et qui d’ailleurs se parjura ce qui lui valut sa mise à mort.

6La caractéristique commune de ces hommes est qu’ils sont tous des hommes de religion : beaucoup de shaykhs et de faqīh, qui enseignent pour un certain nombre d’entre eux le ḥadīth. Ils sont imām très souvent de la Kallāsa qui est au nord de la grande mosquée, voire imam d’un cercle de la Grande mosquée (cercle des hanafites notamment) ou de la grande mosquée elle-même pour l’un d’entre eux, ou bien enseignants dans une madrasa voisine de l’édifice, comme la madrasa al-Amīniyya, une des plus anciennes de Damas. On trouve également des lecteurs du coran et des muftis.

II. Étude de documents arabes

7Le travail de déchiffrement et de commentaire a porté cette année encore sur des textes de la collection des « Papiers de Damas » qui étaient conservés à la grande mosquée avant d’être transférés au musée des Arts turcs et islamiques à Istanbul dans les années suivant l’incendie de la grande mosquée en 1893. Les documents ont été photographiés dans les années 1960 par Janine et Dominique Sourdel et c’est à partir de ces clichés qu’étudiants et auditeurs travaillent sur cet ensemble.

8Le type de document retenu cette année est celui des lettres ou des requêtes de prisonniers, détenus à Damas, notamment dans la prison de Bāb Ṣaġīr, donnant des nouvelles à leurs proches ou bien sollicitant auprès des membres de leur communauté ou auprès de riches relations les sommes nécessaires à leur libération. Ces lettres qui ne sont pas datées peuvent néanmoins grâce à plusieurs indices être rattachées à la période ayyoubide. Ainsi dans l’exemple donné ci-dessous où est mentionné un amīr āḫur ou « grand maître des écuries » est une charge qui n’est mentionnée que sous le règne de Saladin (1174-1193) pour désigner le grand émir Aslam, personnage figurant dans d’autres documents de la collection et ayant joué un rôle important au moment de la IIIe croisade pour contrer les avancées de Richard Cœur de Lion le long du littoral syrien. Il faut attendre ensuite le début de l’époque mamlouke et le règne de Baybars pour retrouver la mention de cette charge : amīr āḫūr.

9Le document qui est une lettre d’un fils emprisonné à son père demande à celui-ci d’intervenir en sa faveur auprès de personnages damascains influents, d’abord un fauconnier qui approchait peut-être grâce à son métier les membres de la cour ayyoubide épris de chasse, puis le grand émir très influent auprès du sultan qui doit être sollicité par une requête. Il s’agit de faire libérer de prison un certain ‘Asākir qui a semble-t-il commis un crime de sang et réclame qu’on l’aide à sortir de prison en faisant intervenir le pouvoir militaire et peut-être aussi en trouvant les moyens de payer le prix du sang (diyya) versé à la famille de la victime comme compensation financière expiatoire.

10Le métier de cribleur de grains (muġarbil) exercé par le détenu sans doute dans un des moulins situé le long du Baradā semble a priori le rattacher à un milieu modeste, néanmoins son père comme cela est explicitement mentionné a eu les moyens d’effectuer le pèlerinage à la Mecque. On trouve également des tamiseurs comme auditeurs dans des cercles de lecture à Damas, par exemple lors de séances consacrées à la célèbre Histoire de Damas d’Ibn ‘Asākir. Le plus célèbre d’entre eux, Ibn al-Našū (m. 1397), connut sous le règne du sultan Barqūq une ascension fulgurante : il devint un des meuniers contrôlant l’approvisionnement en blé de Damas, puis fut nommé émir après avoir pris le parti du sultan lors des révoltes urbaines. Il semble bien qu’il faille rattacher ce métier au groupe des petits artisans et commerçants damascains qui connut une certaine prospérité à partir du xiie siècle à Damas.

11Papiers de Damas. — Liasse 13 228 Fin du xiie s.

12Rouleau de papier en parfait état de conservation. Traces d’une dizaine de pliures horizontales. Document complet comportant au recto 25 lignes et 14 lignes au recto, et vierge au verso. Le texte est écrit à l’encre noire. Présence de nombreux points diacritiques et de quelques signes de vocalisation.

١- من المملوك عساكر

٢- المغربل

٣- بسم الله الرحمن الرحيم

٤- الذي اعلم به الوالد العزيز الموفق السعيد الحج

٥- عوينات ادام الله سلامته والذي اعرف به

٦- الحج ان انا متكل على الله وعليك. تطرح روحك على الحج

٧- فضل البزدار وتقول له عساكر له في الحبس شهر

٨- وتروح انت وهو تروحوا الى عند امير أخر وتقولوا

٩- وتشفعوا فيه فانا هالك ما أحد يطل عليه فساعة تروح

١٠- الى الحج فضل فهو يروح معك وانت يا حج عوينات متعصب

١١- بتَحْرُج الناس على القتل والدم فبالله وبحق البيت

١٢- الذي زرته لا تتخلا عني تعمل معي في عصبية ومُرُوَّة

١٣- وتنفذني جواب هذه الورقة ما يكون والحمد لله وحده

١٤- وصلاواته على محمد واله الطيبين الطاهرين

1. De la part du mamlouk ‘Asākir

2. le cribleur de grains (al-muġarbil)

3. Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux,

4. qui s’adresse au père chéri, favorisé, fortuné le ḥāǧǧ

5. ‘Uwaynāt – que Dieu le maintienne en bonne santé – et il fait savoir

6. au ḥāǧǧ que : « Moi, je me repose sur Dieu et sur toi. Rends-toi en personne, chez le ḥāǧǧ

7. Faḍl, le fauconnier (al-bazdār), et dis-lui que ‘Asākir est en prison depuis un mois.

8. Allez tous les deux auprès de l’émir grand maître des écuries, parlez-lui et

9. adressez-lui une requête pour son intercession ! Je me meurs en prison, personne ne me rend visite. Sur le champ, va trouver

10. le ḥāǧǧ Faḍl et qu’il aille avec toi. Et toi, ḥāǧǧ ‘Uwaynat, contente-toi

11. de ce qui est exigé pour libérer quelqu’un selon le droit du meurtre et du sang. Par Dieu et par la maison sacrée

12. que tu as visitée, accorde-moi un geste de solidarité et de noblesse, ne m’abandonne pas.

13. Donne une réponse à cette lettre quelle qu’elle soit ! » Louange à Dieu seul.

14. Que Ses bénédictions se répandent sur Muḥammad et sa famille, les excellents, les purs.

III. Fouilles archéologiques de la forteresse médiévale d’Abū l-Ḥasan (Liban)

13Le directeur d’études dirige depuis 2017 la mission archéologique de la forteresse médiévale d’Abū l-Ḥasan au Liban, financée par le MEAE, l’EPHE-PSL et l’Institut des civilisations du Collège de France. En septembre 2022, bien que présente sur place, l’équipe n’a pu travailler sur le site en l’absence d’autorisation de fouilles délivrée par le ministère de la Culture libanais. La mission a dû se limiter à des travaux de relevés d’élévations (courtine du front sud-est de la terrasse sommitale et citerne) et à l’étude des restes fauniques collectés sur le site depuis 2017. La campagne 2023 a pu se dérouler normalement du 4 au 21 septembre avec une équipe composée, outre le directeur d’études, de chercheurs français (Benoît Clavel, archéozoologue, Jean-Olivier Guilhot et Clément Moussé, archéologues) et libanais (Hassan El Akra, numismate, Grace Homsy, céramologue, Nada Kallas, spécialiste du verre). Les terrassiers au nombre de 9 étaient tous d’origine syrienne.

14Il s’agissait d’achever cette année l’étude de la tour-maîtresse commencée en 2021 et de fouiller la cour située entre cette tour et le mur-bouclier afin d’en comprendre les dispositions et l’usage. La tour-maîtresse (10 × 8 m) qui comportait plusieurs niveaux et devait servir de résidence seigneuriale est située au nord de l’éperon rocheux et doit être une construction de l’époque franque (site occupé par les Francs de 1128 à 1187). Seuls ont été conservés de cette structure la salle basse de réserve fouillée cette année et le rez-de-chaussée fouillé en 2021, les deux pièces communiquant par un escalier taillé dans le rocher et sans doute recouvert d’une trappe en bois.

15La réserve (salle 48), fouillée par Clément Moussé, est aménagée directement sur le rocher retaillé par endroits. Elle était organisée autour d’un couloir central de circulation permettant d’accéder à une banquette située du côté est et aux différents contenants et éléments de vaisselle du côté ouest. Parmi ceux-ci on notera la présence de deux grandes jarres de stockage estampillées du sceau de Salomon (étoile à six branches) sur deux rangées. On rappellera que le motif de l’hexagramme fréquent dans les décors mobiliers et architecturaux du Moyen Âge musulman était aussi un des symboles de la dynastie ayyoubide associé particulièrement au sultan Saladin.

16L’autre structure fouillée en 2023, par Jean-Olivier Guilhot, est celle de la cour (salle 37 : 6,70 × 4 m) délimitée au nord par la tour-maîtresse et au sud par le mur bouclier qui lui est parallèle. Cette cour est divisée en deux secteurs de superficie équivalente, avec à l’ouest un īwān et à l’est un espace de passage non couvert doté d’une banquette aménagée sur le rocher. Dans l’īwān, aménagé sur un podium, a été conservé une batterie de 5 fours qui ont conservé un remplissage de cendre très blanche. Les rapprochements qui ont pu être faits avec des structures similaires tant en Égypte que dans des forteresses franques rattachent ces fours aux aménagements d’une cuisine.

17La fouille du rez-de-chaussée de la tour-maîtresse en 2021 avait permis d’analyser le travail de sape par le feu de ses murs afin d’en provoquer l’effondrement lors du démantèlement du site vers 1218. La campagne 2023 montre que le mur-bouclier a seulement été arasé manuellement à 1,50 m de haut dans sa portion qui fait face à la tour-maîtresse qu’il défendait. La cour a bien évidemment été le réceptacle d’une partie des élévations de la tour-maîtresse lors de son effondrement. On notera la présence parmi le matériel retrouvé dans la cour de 83 éléments d’opus sectile en pierres marbrières de couleurs et de formes variées (triangles, carrés et rectangles). Ces éléments, vraisemblablement disposés dans les enduits des murs effondrés lors de la destruction de la tour, témoignent des décors particulièrement soignés de la résidence seigneuriale.

18L’étude des restes fauniques réalisée par Benoît Clavel a porté sur plus de 7 000 pièces découvertes soit directement en fouille, soit lors du tamisage de sédiments. On notera la place écrasante des espèces de rapport (moutons, chèvres, porcs et bœufs) et l’importance de la volaille (coqs). Les caprinés (avec une part importante de chèvres), le bœuf et le porc dominent ici l’alimentation. Dans certains contextes que l’on peut dater de la phase franque, les porcs sont dominants en nombre de restes.

19Les activités cynégétiques ont pu être mises en évidence grâce à la découverte d’un nombre non négligeable de restes d’oiseaux et de mammifères sauvages. Certaines espèces comme les faucons, voire les aigles, pouvaient être affaités. Les restes osseux de perdrix prédominent parmi les pièces aviaires, ce qui suggère l'importance de la chasse de ce volatile. Au tamisage, des restes de petits passereaux ont été mis en évidence suggérant également une prédation orientée vers ces petits oiseaux (chasse au filet ?). La chasse aux mammifères concerne un spectre d’espèce plus large que pour les oiseaux. On y distingue le daim, la gazelle, le sanglier, le lièvre du Cap, le daman du Cap.

20Le tamisage de pas moins de 340 litres de sédiments a permis d'augmenter de deux fois et demie le nombre de restes de poissons recueillis, révélant de nouvelles espèces prédominantes telles que les mugillidés et le tilapia. La majorité des pièces recueillies à la main appartenait à une seule espèce, le silure africain.

21Le mobilier céramique étudié par Grace Homsy est constitué de 400 fragments représentatifs (rebords et bases) et couvre une fourchette chronologique large, s’étendant du iie siècle av. J.-C. jusqu’au xviiie siècle. Les vaisselles de table et de cuisine médiévales restent quantitativement les plus importantes, avec presque exclusivement la production locale de Beyrouth représentée par différentes catégories de formes datant des xiie-xiiie s. Les importations de la période médiévale se limitent à quelques fragments de coupes égyptiennes dénommées Fayyumi Ware datant de la période fatimide (xe-xie siècles), ainsi qu’une céramique de type Incised Ware byzantine qui date du milieu des xiie-xiiie siècles.

22L’étude du lot de 197 fragments de verre a été réalisé par Nada Kallas. Il s’agit essentiellement de lampes pour polycandelon, bouteilles à long col, bols et gobelets, aux formes déjà reconnues sur plusieurs sites du Proche-Orient et d’Égypte. La plupart de ces fragments présentent les mêmes caractéristiques. Ce sont des verres fins, transparents, quasi incolores ou à teinte pâle verte ou bleutée. Les décors repérés sont des décors incisés, imprimés à la pince ou au moule, ainsi qu’un décor appliqué.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6802/img-1.png
Fichier image/png, 676k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Mouton, « Histoire et archéologie des mondes musulmans »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 47-52.

Référence électronique

Jean-Michel Mouton, « Histoire et archéologie des mondes musulmans »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6802 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3a

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Mouton

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search