Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesÉtude du paysage culturel et cons...

Résumés des conférences

Étude du paysage culturel et conservation du patrimoine en Asie

Roland Lin Chih-Hung 林志宏
p. 53-84

Résumé

Programme de l’année 2021-2022 : I. Les paysages et la relation entre les éléments naturels, physiques, et l’activité humaine dans l’Univers. — II. Intervenante invitée. — III. Études de cas.

Programme de l’année 2022-2023 : I. Pratiques et expériences de la sauvegarde des paysages culturels en Asie. — II. Études de cas. — III. Intervenants invités.

Haut de page

Texte intégral

[2021-2022]

1Avec l’amélioration du contexte sanitaire, mes conférences ont été données en présentiel dans la salle d’égyptologie (D 054) à la Sorbonne pendant cette année 2021-2022.

I. Les paysages et la relation entre les éléments naturels, physiques, et l’activité humaine dans l’Univers

2Pour l’année universitaire 2021-2022 de la section des Sciences historiques et philologiques, j’ai proposé d’étudier dans un premier temps « les paysages et la relation entre les éléments naturels, physiques, et l’activité humaine dans l’Univers ». Cela complétait le programme de l’année 2020-2021 sur l’analyse et l’étude du paysage culturel, au travers notamment de cette phrase, tirée de l’Introduction à la peinture de paysage de Zong Bing 宗炳, qui sert de référence à toutes les analyses sur le paysage en Chine : Zhi yu shan shui zhi you er qu ling 至於山水 質有而趣靈. Quant aux montagnes et aux eaux, tout en possédant une forme matérielle, elles tendent vers le spirituel (Zong Bing 宗炳 [375-443]. Hua shanshui xu, « Introduction à la peinture du paysage » [ca 430], dans Zhongguo hualun leibian, Essais sur la peinture chinoise, Taipei, 1975, p. 583. Roland Lin, Rêve de jade ; les jades paysagers de l’ère Qianlong, 2006).

3La « forme matérielle » ou extérieure de « la montagne (shan) et de l’eau (shui) » est donc considérée comme l’élément majeur du paysage. Elle tend vers (er qu) l’esprit, ce qui marque l’orientation vers la spiritualité (ling). L’essence de la représentation du paysage pour le lettré (chinois) n’est pas prioritairement de reproduire la forme des éléments naturels, mais d’en saisir l’esprit, manifestant ainsi la volonté de dépasser la nature et l’intention d’aller au-delà et de se situer entre le macrocosme et le microcosme. (Traduction française de Nicole Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine : des origines aux Song, Paris, Klincksieck, 1982, p. 64-65).

4Le paysage renvoie, à la fois, à un mode d’appréhension visuel de l’environnement qui nous entoure et également à cet environnement en tant que tel. Les paysages, qu’ils aient une valeur esthétique ou non, constituent le cadre de notre vie quotidienne ; ils sont familiers et le concept de paysage établit un lien entre les êtres humains et la nature, en reconnaissant leur interaction avec l’environnement. La notion même de paysage est hautement culturelle et il peut paraître superflu de parler de paysages culturels ; mais le qualificatif « culturel » sert à souligner l’interaction humaine avec l’environnement et la présence de valeurs culturelles matérielles et immatérielles dans le paysage. (Wagner & Miskell, d’après une citation de Peter Fowler, « Cultural Landscape – Archaeology, Ancestors and Archives », dans G. Hajós [éd.], Monument – Site – Cultural Landscape exemplified by The Wachau, Proceedings of an International Conference, 12–15 October 1998, Dürnstein, Austria, Vienne, Berger, 1999, p. 56).

5La démarche proposée par ma série de conférences (2020-2021 et 2021-2022) s’appuyait sur l’étude du paysage culturel et de la conservation du patrimoine en Asie au travers d’analyses des réflexions actuelles autour des relations Culture-Nature ainsi que du besoin de compréhension et de mise en valeur de ce grand territoire et lieu de mémoire dans le contexte contemporain. (Mechtild Rössler & Roland Lin, « Cultural Landscape in World Heritage Conservation and Cultural Landscape Conservation Challenges in Asia », Built Heritage, 3 (2018), p. 3-26). L’objectif était de démontrer que la sauvegarde et la gestion du paysage culturel en Asie devraient être placées au cœur des quatre approches, simultanées, culturelle-historique-naturelle-territoriale.

6Comme je le démontrais déjà dans ma publication de 2006, Rêve de jade ; les jades paysagers de l'ère Qianlong (Presse université Paris-Sorbonne [PUPS], Paris, 2006. p. 79-90), à la suite d’Oscar Wilde et Alain Roger, nous nous emploierons à utiliser le concept d’« artialisation ».

La nature est indéterminée et ne reçoit ses déterminations que de l’art : « un pays » ne devient un paysage que sous la condition d’un Paysage et cela, selon les deux modalités, libre et adhérente, de l’artialisation. (A. Roger, Nus et paysages. Essai sur la fonction de l’art, Paris, Aubier, 1978, p. 114, et Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997, p. 12-20).

7La traduction du terme « artialisation », en chinois, pourrait être ziran renhua, formé de ziran « nature » et de renhua « humaniser ».

8L’expression de « nature artialisée » a été relevée par François Dagognet, (F. Dagognet, dir., Mort du paysage ? Philosophie et esthétique du paysage, Seyssel, Champ Vallon, 1982, p. 95-96), dans les Essais de Montaigne (Essais, III, 5 : « Sur des vers de Virgile »). Alain Roger reprend l’artialisation à son compte pour évoquer la dualité pays-paysage et nudité-nu :

J’ai tenté d’établir ailleurs que notre perception esthétique de la nature est toujours médiatisée par une opération artistique, que celle-ci intervienne directement sur le socle matériel, ou qu’elle agisse indirectement par la production de modèle plastique, poétique, etc., variable culturellement, qui en forme en quelque sorte la condition, le thème transcendant, de même un site naturel n’est esthétiquement perçu qu’à partir et à travers un Paysage, qui exerce donc, en ce domaine, la fonction d’artialisation. À la dualité Nudité-Nu, je propose d’associer son homologue conceptuel, la dyade Pays-Paysage… (A. Roger, Nus et paysages, p. 114).

9La médiation de l’art est toujours mise en relief :

Le « pays », c’est en quelque sorte, le degré zéro du « paysage », ce qui précède l’artialisation, directe [in situ] ou indirecte [de visu]. Mais les paysages nous sont devenus si familiers, si « naturels », que nous nous sommes accoutumés de croire que leur beauté allait de soi ; et c’est aux artistes qu’il appartient de nous rappeler cette vérité première : qu’un « pays » n’est pas, d’emblée, un « paysage », et qu’il y a, de l’un à l’autre, toute l’élaboration, toute la médiation de l’art. (A. Roger, Nus et paysages, p. 116).

10Le processus de transformation de la nature s’exprime aussi dans le discours des géographes italiens de la Renaissance qui parlent de « trois natures ». La nature sans intervention humaine, de la forêt isolée à la mer abyssale ; puis la nature légèrement modelée par l’activité des êtres humains ; et enfin, la nature volontairement et fortement modifiée par les hommes :

D’abord, il y a la terre sauvage, où l’homme n’est pas encore entré, c’est-à-dire la première nature… Mais, en même temps, ce paysage pouvait apparaître comme un nouveau paradis terrestre, un nouveau jardin d’Eden. [La seconde nature] … c’est un territoire que l’homme a marqué, où il a laissé ses traces en aménageant des espaces pour l’agriculture, pour l’habitation, pour sa sécurité et ses aises dans le monde. [Et la troisième nature] qu’ils soient insérés en bloc dans le paysage sauvage ou développés avec raffinement à partir de la nature secondaire, les jardins sont toujours une déification des attitudes mentales de l’homme face aux deux autres natures ». (John Dixon Hunt, « Le paysage américain est-il devenu non européen ? Le Débat, 65-3 [1991], dossier Au-delà du paysage moderne, p. 60-61).

11De même, les créateurs cherchent, à travers la technique, « l’art de transfigurer un paysage banal en une image de beauté paisible » (Ernst Gombrich, Histoire de l’art, trad. J. Combe, C. Lariol, Paris, Flammarion, 1990, p. 330), qu’il s’agisse d’un tableau ou d’un jardin. Cependant la représentation de la nature ne se limite pas à essayer de copier la forme physique, elle est un moyen d’interpréter le paysage, et également, de placer au premier plan l’esprit et la personnalité de l’artiste :

Le miroir de la nature, je ne voulais pas seulement dire que l’art hollandais a su reproduire la nature avec la fidélité d’un miroir. Un verre lisse et froid ne saurait être l’emblème ni de l’art ni de la nature. La nature, reflétée par l’art, reflète toujours, avant tout, l’esprit de l’artiste, ses préférences, ses joies, en un mot, sa personnalité (E. Gombrich, Histoire de l’art, p. 338).

12Dans la peinture des natures mortes, la reproduction de la forme physique est devenue « la recherche de l’exactitude, érigée en axiome, [qui, d’après O. Kummel] a, pendant des siècles, détourné l’Europe des suprêmes buts de l’art ». (Otto Kummel, L’Art de l’Extrême-Orient, Paris, 1920, p. 8-10).

13A contrario, les hommes ont essayé de transposer un paysage peint en un paysage réel :

Les Anglais, tombés sous le charme des paysages de Lorrain, essayèrent de transformer des paysages vrais de leur pays jusqu’à les faire ressembler aux inventions du peintre (E. Gombrich, Histoire de l’art, p. 330).

14Les artistes chinois, de leur côté, n’ont jamais été tentés de reproduire les formes naturelles exactes, ni de les « embellir ». Sachant que la nature, en ce qu’elle est infinie dans chacune de ses manifestations, n’est pas susceptible d’être « agrandie », ils n’ont pas cherché non plus à les « agrandir ».

La montagne vue de près est ainsi, vue à une distance de plusieurs li, elle est encore ainsi, à une distance de plusieurs dizaines de li, elle est encore ainsi. À chaque distance [correspond] un aspect différent. C’est ce qu’on entend par la forme de la montagne [telle que], pas à pas, elle change. Une montagne [vue] de face est ainsi, [vue] de côté elle est encore ainsi, et de dos ainsi encore. À chaque point de vue [correspond un aspect] différent. C’est ce qu’on entend par : [la forme de la montagne telle qu’on la voit en la regardant de tous les côtés] […] s’il en est ainsi, une seule montagne réunit en elle l’aspect de plusieurs dizaines ou centaines de montagnes. Se peut-il que nous ne parvenions pas à saisir à fond [tout ceci] […] ? (Guo Xi, Linquan gaozhi ji. Recueil des forêts et des sources [ca 1080], dans Zhongguo hualun leibian, Essais sur la peinture chinoise, Taipei, 1975, trad. fr. de N. Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine, p. 89).

15La recherche de la reproduction des formes naturelles, est par conséquent toujours apparue à ces auteurs chinois comme un non-sens.

16Au xviie siècle, l’Europe entrant dans la période moderne, découvre « l’utilisation du monde physique ». (Notes prises à l’École des hautes études en sciences sociales, séminaire d’Augustin Berque, en 1992-1993 : « La modernité a eu pour moteur l’utilisation du monde physique, alors découvert en tant que distinct du monde phénoménal : c’est-à-dire comme le réel en soi, irréductible à l’illusion des sens »). À partir de 1685, les jésuites diffusent, à la cour des Qing, une nouvelle logique pour appréhender l’Univers, et notamment l’utilisation de la perspective. C’est en l’exploitant que les peintres hollandais réussirent à faire du paysage un genre pictural à part entière dès le xviiie siècle. Par contre, les peintres chinois continuent à peindre dans leur cabinet de travail, en utilisant la « perspective chinoise » du « monde en petit », définie par Zong Bing au ive siècle. Ils cherchent à traduire au moyen de quelques traits, des moments précis de recomposition de l’Espace et du Temps :

Le mont K’ouen-louen est si grand, et la pupille de l’œil si petite que, si la montagne n’est de l’œil qu’à la distance d’un pouce, ses formes échapperont au regard. Si elle en est éloignée de quelques li, elle pourra s’enclore dans la pupille de l’œil. La raison en est que plus un objet est loin, plus il paraît petit. Et si on étend une soie blanche pour y projeter une vue lointaine, les formes du K’ouen-louen et du pic Lang pourront s’inscrire dans un carré d’un pouce. Un trait de trois pouces tracé à la verticale peut figurer une hauteur de mille pieds, et de l’encre étendu à l’horizontale sur quelques li peut donner corps à une distance de cent li. (Zong Bing, Hua shanshui xu., trad. fr. N. Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine, p. 65).

17La perspective chinoise est aussi expliquée par Guo Xi : « sans distance en profondeur (chen yuan), [la montagne] devient plate, et sans distance plane (ping yuan) elle paraît trop proche, sans distance en hauteur (kao yuan) elle paraît basse. » (N. Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine, p. 89).

18Nous avons vu comment en Chine, le paysage (shanshui) est défini étymologiquement comme un composé de deux éléments naturels : la montagne (shan) et l’eau (shui). Dès le ive siècle, sa valeur esthétique est exprimée par Zong Bing et par Wang Wei (Wang Wei [415-443], Xu hua. Dissertation sur la peinture [ca 440], trad. fr. de Nicole Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine, p. 66-67.) dont les écrits sont considérés comme les textes fondateurs de la notion de paysage. Par la suite, de nombreux auteurs reprendront l’essentiel de leurs données pour développer un discours esthétique conséquent. Entre 1940 et 1990, une trentaine d’intellectuels de Taïwan et de Chine continentale ont regroupé leurs travaux dans un ouvrage intitulé Dissertations sur le « shanshui » et l’esthétique, Shanshui yu meixu, et publié sous la direction de Wu Lifu à Taipei en 1995.

19Les artistes chinois ont toujours essayé de traduire les principes exposés dans les traités sur le paysage, dans leurs œuvres picturales et dans la réalisation des jardins. (Che Bing Chiu, traduction du Yuanye, Le traité du jardin [1634], Besançon, Éditions de l’Imprimeur, 1997 [Jardins et paysages], p. 15-17). Mais également dans la « poésie paysagère, tianyuan shi » qui décrit la vie des ermites dans leurs jardins ou la mélancolie des poètes en quête de sérénité. Très appréciés par les lettrés, ces thèmes trouvent leur épanouissement avec Tao Yuanming (365-427), et leur apogée à l’époque de Wang Wei (701-761). La perception de la peinture comme de la poésie passe par la relation de l’homme, et a fortiori de l’artiste, au cosmos. Au travers des scènes qu’il représente, il intègre le rapport de l’homme au cosmos et crée un monde idéal que sous-tendent les principes philosophiques et culturels de la pensée chinoise traditionnelle, déjà exprimés dans le Livre des Mutations, Yijing. Les traités sur le paysage ont véhiculé jusqu’à aujourd’hui ce rapport de l’homme au cosmos. Les raisons de l’attrait manifesté en Chine pour le paysage, pris comme thème principal, sont multiples. Il en est d’ordre social et politique. Mais le paysage exprime une vision du monde, et il semble que l’explication doive être cherchée au cœur même de la pensée chinoise la plus ancienne, dans une certaine conception des rapports de l’homme avec le monde. (N. Vandier-Nicolas, Esthétique et peinture de paysage en Chine, p. 7)

20Augustin Berque souligne que la place qui est donnée à l’homme dans l’Univers est très différente de celle qui prédomine en Occident. « L’essentielle différence de la tradition chinoise avec celle de l’Europe, en matière de paysage, c’est qu’elle s’est établie au sein d’une cosmologie non dualiste, qui refuse délibérément d’opposer le sujet à l’objet, pour mettre au contraire l’accent sur la correspondance de l’homme avec la nature, du microcosme avec le macrocosme » (Augustin Berque, « De paysage en outre-pays », Le Débat, 65-3 [1991], p. 6-7).

21L’idée de base est de considérer le monde ambiant dans son ambivalence : il tient à la fois du monde physique [ou factuel, ou objectif], du monde phénoménal [ou sensible, ou subjectif], et d’un rapport à la transcendance [ou au surnaturel] qui conditionne la manière dont chaque société appréhende ce monde ambiant. Un axiome résume ce point de vue : les sociétés aménagent leur environnement en fonction de l’interprétation qu’elles en font, et elles l’interprètent en fonction de l’aménagement qu’elles en font. Ce monde ne relève ni seulement de l’humanité, ni seulement de la planète, mais de leur mesure mutuelle. Il est l’expression même de l’habitabilité de la Terre.

22À travers une représentation spatialement limitée est rendue possible une idée de l’illimité d’où se dégage une méditation sur l’Univers. En Chine, lorsque la relation entre d’une part les éléments naturels et physiques ou biosphère et d’autre part l’activité humaine physique et rituelle – c’est-à-dire monde ambiant et écoumène – parvient à son apogée, on atteint la Grande Identité, Datong. Alors le Ciel, monde des dieux, communique avec la Terre, monde des humains. Symboliquement, il n’y a plus de séparation entre l’activité humaine et les éléments naturels et physiques. Les lettrés rêvent du Datong où tous les humains seront unis et vivrons en symbiose avec la nature (physique) et les dieux (symboliques). Il faut donc bien gérer les activités humaines dans l’Univers (notes prises à l’École des hautes études en sciences sociales, séminaire d’Augustin Berque, en 1992-1993).

23L’activité humaine devient tantôt symbolique, tantôt physique, la mesure de cela étant l’écoumène, lequel est défini en 5 points :

  1. la partie de la Terre qui est habitée par l’humanité ;
  2. à la fois la Terre et l’humanité ;
  3. la Terre en tant qu’elle est habitée par l’humanité ;
  4. l’humanité en tant qu’elle habite la Terre ;
  5. la relation de l’humanité à l’étendue terrestre (Augustin Berque, Être humains sur la terre. Principes d’éthique de l’écoumène, Paris, Gallimard, 1996, p. 62-78).

24La théorie des « trois natures » des géographes italiens, cités plus haut, et l’analyse de Descartes qui assignait à la physique naissante la mission de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature » (A. Roger, « Le paysage occidental. Rétrospective et prospective », Le Débat, 65-3 [1991], p. 14-28) ne donnent pas assez d’importance aux « paysages construits », ni aux « paysages symboliques », et négligent complètement les « paysages au-delà du défini ». Par ailleurs le discours qui respecte l’environnement et les sciences de la nature et qui fait des hommes d’aujourd’hui les « maîtres et protecteurs de la nature », sacrifie les autres sphères de la conception paysagère et restreint la conception paysagère au « paysage naturel » (James J. Gibson, The Ecological Approach to visual Perception, Boston, Houghton-Miffin, 1979). Il nous semble que ce discours s’articulant entre les éléments physiques et naturels devient non seulement inopérant pour la compréhension de l’homme et de l’Univers, mais encore, qu’il ne s’applique qu’à la science de la nature en oubliant l’aspect symbolique et spirituel de l’écoumène. Le paysage n’étant qu’une partie de l’environnement dans la biosphère, l’approche des « maîtres et protecteurs » est réductrice.

25En créant une forme extérieure et un fond intérieur, il relève à la fois de la « philosophie et de la pratique ». En insistant sur l’aspect symbolique, il classifie « ordre, vertu et morale ». Il emploie le trinôme « esthétique, théorie et technique » pour mieux considérer le « monde ambiant » dans son ambivalence et dans lequel le paysage se déploie en « réalité, imagination et mémoire ». Enfin, il met en valeur « échelle et identité ». Il joue sur « agrandissement et réduction » pour créer un « monde en petit » avec les montagnes artificielles et les bonzaïs, évoquant en même temps la grandeur de la Nature et son raffinement. « Toute la tradition chinoise cherche à atteindre le naturel, le spontané, dans l’exercice même du savoir-faire parfait. La réduction et l’artifice rendent la nature plus vraie que nature » (Rolf A. Stein, Le Monde en petit, jardins en miniature et habitations dans la pensée d’Extrême d’Orient, Paris, Flammarion, 1987, p. 8).

26L’artialisation insiste sur l’intention de la représentation du paysage en tant que manifestation d’une culture propre. Tout en restant liée à l’étude des éléments physiques – la nature ou l’environnement –, ainsi qu’à l’étude des activités humaines, la recherche sur le paysage prend de plus en plus en considération une reconnaissance globale au travers d’un raisonnement complexe impliquant l’histoire et la diversité de ses interprétations par les groupes sociaux, culturels et professionnels. Augustin Berque explique que toute forme de création de paysage résulte de l’activité humaine et des éléments naturels et physiques, et tend à expliquer la relation entre la biosphère et la prise de conscience du « monde ambiant » (Augustin Berque s’est intéressé à l’esthétique du paysage en Extrême-Orient en soulignant qu’« il y a eu, dans l’histoire de l’humanité, deux civilisations qui ont développé une esthétique du paysage : celle de la Chine puis celle de l’Europe », dans A. Berque, « De paysage en outre-pays », p. 4 ; et aussi, Les Raisons du paysage. De la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan, 1995, p. 15-25 et également schéma ci-après). Le schéma inspiré par les travaux d’Augustin Berque montre que la représentation paysagère n’est possible que lorsque l’homme est entré en relation avec la nature et qu’il l’a assimilée pour en faire ressortir les traits les plus marquants, selon ses propres critères culturels. Le paysage combine la relation homme-Univers qui conditionne la manière dont chaque culture appréhende le « monde ambiant ». En rendant tel ou tel site agréable, il met en évidence le lien entre « artifice et nature ». Il engendre une réflexion sur l’Espace-Temps, permettant aux sociétés d’aménager leur espace en fonction de l’interprétation qu’elles en font.

Schéma illustrant les paysages et la relation entre les éléments naturels, physiques, et l’activité humaine dans l’Univers (Schéma de l’auteur. Roland Lin Chih-Hung, Rêve de jade ; les jades paysagers de l'ère Qianlong, Presse Université Paris-Sorbonne [PUPS], Paris, 2006. p. 90).

27À partir de cette méditation sur l’Univers, nous avons défini quatre types de paysage.

1. Le « paysage naturel » Un domaine originel, hors de l’intervention des êtres humains dans la biosphère : la montagne, la mer et le soleil en sont de bons exemples.
2. Le « paysage construit » L’intervention des êtres humains dans les éléments naturels et physiques, par exemple l’action des écosystèmes : les sites paysagers, les jardins, l’architecture.
3. Le « paysage symbolique » Le paysage artificiel et rituel, paysage construit sans le support direct des éléments naturels et physiques, tels la peinture du paysage et le poème paysager.
4. Le « paysage au-delà du défini » Au-delà du périmètre de l’activité humaine et des éléments naturels et physiques ; ceci inclut le discours actuel sur la redéfinition du paysage, la compréhension de la relation entre le paysage et les autres disciplines scientifiques, tels l’histoire, la science, la géographie, la sociologie et l’art.

28Le « paysage naturel » et le « paysage construit » se placent dans la biosphère en incluant ce qui existe dans l’environnement, tandis que le « paysage symbolique » et le « paysage au-delà du défini » trouvent leur place dans le monde ambiant, donc hors du périmètre concret de la dimension matérielle. Le paysage est situé dans la biosphère (domaines 1 et 2). Une idée pure, avec sa forme, sa couleur propre, son odeur et ses sonorités. Les peintres et les poètes chinois cherchent plus à traduire la grandeur de la nature et sa dimension symbolique et spirituelle qu’à la copier dans sa dimension physique et matérielle. Ils dépassent ainsi le périmètre du monde physique, crée un autre monde sensible et pose la problématique du monde ambiant (domaines 1 et 2 et domaines 3 et 4). Alors peut naître un nouveau modèle qui illustre le style paysager en négligeant partiellement ou totalement le support externe.

II. Intervenante invitée

29Lors de la conférence du 21 janvier 2022, j’ai pu accueillir Catherine Franceschi-Zaharia, géographe de formation, docteure de l’EHESS, enseignante à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette et chercheure de l’unité de recherche « Architecture, Milieu, Paysage » (ENSAPLV, Hesam), qui travaille sur la notion de paysage à partir du mot et de ses usages dans différentes langues européennes, pour présenter avec moi la Transformation du paysage en objet du patrimoine. En revenant sur l’invention de la notion de paysage située dans le temps et dans l’espace de la Renaissance occidentale, cette présentation pose les conditions de possibilité de la transformation du paysage en objet du patrimoine. Inventé pour désigner tout ou partie d’une image, supposant un regard dans sa singularité la plus radicale, comment le paysage a-t-il pu devenir un objet de loi et donner lieu à des politiques publiques de conservation ? Cette question était explorée à partir d’un parcours historique de l’invention du paysage en langue française à la Renaissance, à l’invention de la conservation des monuments au cours de la Révolution française jusqu’à l’affirmation du paysage comme bien commun, en passant par les distinctions entre « paysage naturel » et « paysage culturel ».

III. Études de cas

30Deux études de cas ont été proposées lors de ces conférences 2021-2022 : « Soutenir les initiatives en matière de paysages culturels d’Asie du Sud : l’expérience du Bhoutan » et « Préservation du paysage culturel et des vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan en Afghanistan ». Elles permettent de placer au cœur du débat l’importance du paysage culturel, et plus largement de la « conservation du patrimoine » en Asie, dans une forte dimension exploratoire à partir d’une étude empirique (s'appuyant sur l'observation et l'expérience) mais aussi théorique, méthodologique et interdisciplinaire.

Soutenir les initiatives en matière de paysages culturels d’Asie du Sud : l’expérience du Bhoutan

31Le Bhoutan est une nation montagneuse, enclavée et située entre la Chine et l’Inde. Elle a une longue histoire et est riche en lieux historiques et culturels, et ses traditions culturelles et rituelles vivantes restent en grande partie intactes. Dans son article, Pollock-Ellwand décrit le Bhoutan comme une source d'inspiration pour tous les défenseurs du patrimoine en raison de la perspective innovante émergeant du royaume du Bhoutan. Il y a au moins trois contributions majeures au patrimoine que cette nation montagneuse peut apporter au reste du monde : premièrement, la conviction que les paysages culturels constituent des atouts précieux et vulnérables, ce qui est évident dans l'engagement des Bhoutanais à protéger ces atouts en mettant en œuvre des mesures mesurées, claires processus et politiques et plans efficaces avant qu’une ressource ne soit affectée. Deuxièmement, les lieux valorisés sont omniprésents et ne nous sont pas révélés dans des poches d’importance. Par conséquent, un pays tout entier peut être considéré comme un paysage culturel réunissant les dimensions naturelles et culturelles du patrimoine. Enfin, la conviction que le patrimoine est la base de notre bien-être et qu’il est erroné de considérer que la qualité de vie d’une société doit être mesurée, comme on le fait couramment, par un produit national brut fondé sur le marché. Le Bhoutan déclare que le patrimoine culturel et la valeur consommée de l’identité humaine dans son propre pays devraient être la principale préoccupation. (Nancy Pollock-Ellwand, Supporting the South Asian Cultural Landscape Initiatives: The Experience of Bhutan, Thimphu, Department of Culture, Government of Bhutan & Kuensel, Thimphu, 2019, p. 23-27).

32Nous pouvons également observer de nombreux types de paysages culturels au Bhoutan, tels que des établissements historiques, des champs agricoles, des montagnes sacrées, des lieux de culte, des terrains naturels spectaculaires considérés comme des lieux sacrés et leurs environs. Traditionnellement, le Bhoutan est considéré comme un pays très mystérieux et isolé, caché dans l’Himalaya. Un paysage culturel complexe a évolué dans la petite nation du Bhoutan depuis des millénaires. Cependant, depuis peu, le Bhoutan est considéré comme l’une des sociétés d’Asie à l’urbanisation la plus rapide, et les Bhoutanais ont exprimé leur inquiétude face à ces changements. Au cours des dernières années, de nombreux efforts ont été déployés pour protéger ce paysage culturel national et des efforts sont en cours pour protéger le patrimoine actuellement menacé, ou déjà endommagé de manière irréversible, par un développement inconsidéré provoqué par une urbanisation rapide et des projets d'infrastructures. Une nouvelle réflexion sur le patrimoine est apparue et représente une nouvelle perspective qui pourrait apporter des innovations perspicaces dans le domaine de la conservation du patrimoine au Bhoutan : de manière prometteuse, la protection du patrimoine est désormais liée aux devoirs sociétaux, conduisant à une action de conservation proactive et à l'approche holistique globale qu'exigent les paysages culturels.

33Reconnaissant que le Bhoutan est un cas rare où la quasi-totalité du territoire a conservé un paysage magnifique affichant une coexistence harmonieuse de la culture et de la nature, depuis 2014, une série d'ateliers Unesco-Bhoutan soutiennent les initiatives en matière de paysage culturel, y compris des tables rondes et des forums, créer une plate-forme pour introduire le « paysage culturel » en tant que nouveau concept de conservation, tout en conservant et en sensibilisant à ses paysages culturels afin d'attirer l'attention de multiples parties prenantes, telles que l'urbanisme, le développement agricole et le tourisme.

34L'approche culturelle, historique et naturelle des territoires, proposée par l’auteur, pour la conservation et la gestion du paysage culturel a été présentée afin de développer une vision commune pour soutenir les valeurs du paysage culturel, qui serait un indicateur important du succès du bonheur national brut (BNB) bhoutanais (la philosophie de développement unique du Bhoutan qui a guidé la nation vers un équilibre harmonieux entre le bien-être matériel et les besoins spirituels, émotionnels et culturels de la société.) Grâce à cette approche, le concept de conservation et de gestion du paysage culturel a été accueilli positivement par différents secteurs au Bhoutan. Le paysage culturel pourrait rester durable avec les mêmes exigences qui ont été reconnues comme quatre piliers pour soutenir le BNB – développement socio-économique durable et équitable, bonne gouvernance, préservation et promotion de la culture et conservation de l’environnement, que toutes les agences gouvernementales bhoutanaises s'efforcer d'y contribuer.

35Grâce à cette approche, l'engagement des parties prenantes bhoutanaises à améliorer la conservation et la gestion de leurs précieux paysages culturels a été indéniable et est mieux démontré par deux actions efficaces et axées sur les valeurs : le projet de loi sur le patrimoine culturel du Bhoutan et la proposition d'évaluation de l'impact sur le paysage culturel. Dans le projet de loi sur le patrimoine culturel du Bhoutan annoncé en 2016, le pays tout entier est défini comme un paysage culturel dès le préambule : « Le caractère unique du Bhoutan réside dans son paysage culturel où le patrimoine culturel matériel et immatériel et la nature coexistent harmonieusement ». Le texte poursuit en déclarant que « le Bhoutan dans son ensemble est reconnu pour son paysage culturel unique ». Cela est conforme à la philosophie de développement du bonheur national brut au Bhoutan, dans la mesure où le concept de paysage culturel cherche à comprendre et à intégrer les valeurs socioculturelles de la population, la durabilité environnementale, la préservation culturelle et la bonne gouvernance dans la planification des développements futurs. Les articles du chapitre du projet de loi concernant la protection des éléments culturels dans un paysage culturel et les évaluations d'impact sur le paysage culturel offrent de puissantes protections pour de nouvelles applications de développement, ce qui représente une déclaration simple sur l'importance du paysage bhoutanais et met en avant une manière holistique d'envisager l'environnement (projet de loi 2016 sur le patrimoine culturel du Bhoutan, disponible sur http://www.departmentofculture.gov.bt/​en/​wp-content/​uploads/​2016/​10/​Cultural-Heritage-Bill-of-Bhutan-ver.-2016AUGenglish.pdf.)

36Ce projet de loi identifie également les « paysages culturels » comme une entité mesurable dotée d’une intégrité qui doit primer sur les utilisations concurrentes des terres. Le Bhoutan a pris en considération la forte interdépendance entre l'environnement et les pratiques spirituelles, même dans les cadres juridique et administratif. Bien que cette stipulation ne signifie pas que tous les paysages culturels du pays doivent être protégés en vertu du projet de loi sur le patrimoine culturel en tant que certaine catégorie de patrimoine culturel définie par le projet de loi. Le projet de loi encourage toutes les parties concernées à reconnaître et à sauvegarder le paysage culturel bhoutanais de sa propre façon. Le projet de loi sur le patrimoine culturel de 2016 au Bhoutan ne définit pas les paysages culturels en détail et ne fournit pas non plus de mesures de conservation concrètes, mais il demande aux autorités bhoutanaises concernées d'élaborer des règles et un plan réglementaire pour soutenir les paysages culturels (article 32) et aux évaluations d’impact sur le paysage culturel (article 37). Il est évident que le paysage culturel bhoutanais est un paysage vivant et organiquement évolué avec sa société, mais il n’est pas facile de gérer ces différents types de paysages évolués. Par conséquent, les évaluations d’impact sur les paysages culturels proposées par le projet de loi de 2016 pourraient même porter sur un éventuel changement du mécanisme de génération de revenus locaux ainsi que sur les changements physiques provoqués par les développements à grande échelle. De telles évaluations doivent être réalisées par des personnes ayant une compréhension approfondie de la vie spirituelle des communautés locales, des croyances communautaires concernant les choses au-delà de la vie quotidienne et des modes de vie traditionnels d'un lieu – en bref, des informations approfondies sur chaque aspect de la culture bhoutanaise.

37Le défi de concilier conservation et développement est crucial pour l’avenir du Bhoutan, non seulement en termes de préservation culturelle et environnementale mais aussi en termes socio-économiques (Françoise Pommaret, « Conservation of Cultural Landscapes in Bhutan », dans K. D. Silva et A. Sinha [éd.], Landscapes of South Asia: Studies in Heritage Conservation and Management, Londres, New York, Routledge, 2016, p. 13-23). Les paysages culturels ont une grande valeur touristique : ils peuvent constituer la base d’industries artisanales et de séjours chez l’habitant, mais il faut sensibiliser la population à ce concept, qui ne doit pas se sentir défavorisée en termes d’opportunités de développement ou piégée dans une capsule temporelle. Pour approfondir l’analyse de cette étude de cas sur le Bhoutan, voir aussi la publication de R. Lin Chih-Hung, J. Mukai, Y. Samdrup (éd.), Supporting the South Asian Cultural Landscape Initiatives: The Experience of Bhutan. Thimphu: Department of Culture, Government of Bhutan & Kuensel, Thimphu, 2019.

Préservation du paysage culturel et des vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan en Afghanistan

38La vallée de Bamiyan est surtout célèbre pour deux gigantesques statues du Bouddha, sculptées dans les extrémités est et ouest d'une haute falaise face à une rivière. La destruction délibérée de ces statues de Bouddha et d'un grand nombre d'objets préislamiques dans tout l'Afghanistan, en mars 2001, a secoué le monde entier. L'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en tant que paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan, lors de la 27e session du Comité du patrimoine mondial en juillet 2003, a permis de reconnaître non seulement les vestiges des deux statues de Bouddha, mais aussi le paysage culturel plus large et sa position au carrefour des civilisations. Le paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan représentent les développements artistiques et religieux qui, du ier au xiiie siècle, ont caractérisé l'ancienne Bactriane, intégrant diverses influences culturelles dans l'école d'art bouddhiste du Gandhara. La région est connue pour avoir inclus de nombreux ensembles monastiques bouddhistes et sanctuaires dans le cadre naturel fantastique des vallées montagneuses, et le territoire comprend également des sites historiques qui documentent sa période islamique. Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en même temps que son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en 2003 (https://whc.unesco.org/​fr/​list/​208), ce site a bénéficié de nombreux efforts de conservation, tant pour les vestiges archéologiques que pour le paysage culturel dans son ensemble.

39Cette étude de cas s'est principalement concentrée sur les défis de conservation du paysage culturel de la vallée de Bamiyan tout en éludant les questions bien débattues entourant les vestiges archéologiques ainsi que la conservation, la réhabilitation et la reconstruction éventuelle des deux statues géantes de Bouddha et de leurs niches. Cette étude de cas a été analysée notamment par l'auteur qui a aidé les autorités afghanes et les parties prenantes à identifier des solutions à long terme pour la conservation et la mise en valeur du paysage culturel et des vestiges archéologiques du bien du patrimoine mondial de la vallée de Bamiyan et a fourni des conseils sur les mesures prioritaires à prendre. (De fin 2007 à mai 2015, Roland Lin a été chargé de projet en charge de la gestion du projet Fonds-en-dépôt Unesco / Japon pour la préservation du paysage culturel et des vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan au Centre du patrimoine mondial de l'Unesco. Il a fait partie de la mission consultative de 2010 à Kaboul et à Bamiyan en novembre 2010, avec les experts de l'Iccrom (Andrea Bruno) et de l'Icomos (Jukka Jokilehto) (R. Lin, A. Bruno, J. Jokilehto. Report on the Advisory Mission to Cultural Landscape and Archaeological Remains of the Bamiyan Valley (Afghanistan), 19-27 November 2010 & 30 March – 7 April 2011, 2011 : http://whc.unesco.org/​en/​list/​2018/​documents). Les initiatives de l'Unesco pour la sauvegarde du paysage culturel et des vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan visent non seulement à préserver le patrimoine matériel et à former des spécialistes locaux de la conservation, mais aussi à promouvoir la médiation intercommunautaire, à développer la compréhension interculturelle, en particulier chez les jeunes, et à stimuler le développement économique durable des communautés locales.

40À l'instar des activités de l'Unesco au Bhoutan, l'approche culturelle, historique et naturelle du territoire pour la conservation et la gestion du paysage culturel a été présentée dans la vallée de Bamiyan, en vue de développer une vision commune qui soutiendrait les valeurs du paysage culturel, ce qui serait un indicateur important du succès de la culture holistique pour le développement. En termes de planification et de gestion, il existe essentiellement trois plans directeurs pour l'ensemble de la vallée de Bamiyan. Il s'agit notamment du schéma directeur régional de 1981, qui a été relancé en 2006 ; le projet de plan de gestion globale, élaboré en coordination avec les experts internationaux, surtout les experts japonais et publié en 2004, qui fournit une proposition préliminaire de zonage et des règlements pour le contrôle du zonage ; et le Schéma directeur culturel, élaboré en 2005 par le Centre de documentation et de conservation de l’université d'Aix-la-Chapelle (Rheinisch-Westfälische Technische Universität RWTH) en Allemagne et approuvé par le gouvernement afghan en 2006. Ce dernier fournit une analyse et une documentation plus détaillées des ressources patrimoniales, basées sur une cartographie satellitaire actualisée. Le schéma directeur culturel de 2006 est désormais considéré comme une ligne directrice pour les processus décisionnels au niveau régional, et alors que le plan de gestion global de 2004 fournissait déjà des lignes directrices pour la gestion générale de la zone, un nouveau plan de gestion actualisé a été préparé en 2010 par l’université d’Aix-la-Chapelle (RWTH). Tant que ces plans existent, des travaux de renforcement des capacités supplémentaires sont nécessaires pour autonomiser les institutions, mettre en œuvre le cadre juridique, dispenser des formations et sensibiliser le public. Le bureau de l'Unesco à Kaboul, en coordination avec le ministère de l'Information et de la culture et les autorités régionales de Bamiyan, a apporté une contribution significative à ces efforts. Néanmoins, la mise en œuvre de ce schéma directeur au niveau des autorités locales et régionales, et en particulier des mécanismes de contrôle de l'aménagement du territoire et de l'aménagement du territoire, constitue aujourd'hui un défi important. Il sera nécessaire de garantir que tous les permis de construire sont délivrés sur la base du plan directeur et que leur mise en œuvre est correctement contrôlée par les inspecteurs municipaux et/ou les officiers de polices (R. Lin, A. Bruno, J. Jokilehto, Report on the Advisory Mission). En 2017, le Comité du patrimoine mondial s'est dit préoccupé par le fait que les différents plans n'avaient pas été mis en œuvre, notant que si la communauté locale est désormais consciente de son patrimoine, elle a également besoin d'une planification et d'une mise à jour des services et des infrastructures. En priorité, les initiatives actuelles pour l'élaboration d'un schéma directeur urbain global, basé sur la connaissance des ressources patrimoniales et du potentiel du territoire, doivent être intégrées dans un schéma directeur de conservation territoriale équilibré. Le présent plan de gestion devrait donc être révisé sur la base de ce plan directeur général et ne pas se limiter aux seules zones archéologiques. Il est également essentiel d'intégrer ces plans à la reconnaissance et à la sauvegarde de l'environnement naturel et des écosystèmes existants, qui font partie de l'intégrité et de l'authenticité du territoire. Les vestiges visibles aujourd'hui sont le mémorial le plus fascinant de la destruction de 2001, et ils sont le monument le plus authentique et le plus prestigieux de l'histoire de la vallée de Bamiyan et de sa communauté. En outre, il est également nécessaire de prendre soin des vestiges du patrimoine immobilier traditionnel, qui existe encore dans diverses parties du territoire. Ces bâtiments devraient faire l'objet d'une enquête et, éventuellement, être réhabilités dans le cadre d'un type approprié d'utilisation sociale ou culturelle.

41Bien que la vallée de Bamiyan ait été reconnue comme un paysage culturel du patrimoine mondial, le bien se compose de huit éléments protégés, dont la falaise de Bamiyan qui contenait entre autres les gigantesques statues de Bouddha. Bien que mentionné dans le nom du bien, le paysage culturel de la vallée de Bamiyan n'est pas inclus dans les zones proposées, qui ne sont constituées que des vestiges archéologiques ; les huit sites constitutifs inscrits ne couvrent qu'une petite partie du paysage culturel. Les valeurs patrimoniales de la vallée de Bamiyan devraient être reconnues comme les caractéristiques combinées qui forment le paysage culturel dans son ensemble, plutôt que par ses caractéristiques individuelles ; il doit être compris et reconnu comme une représentation symbolique du territoire culturel et naturel plus large. Comme décrit clairement dans les Conclusions sur l'avenir des statues de Bouddha de Bamiyan : considérations techniques et effets potentiels sur l'authenticité et la valeur universelle exceptionnelle, le paysage culturel et les vestiges archéologiques du bien du patrimoine mondial de la vallée de Bamiyan représentent l'œuvre combinée de l'homme et de la nature (Tokyo, 27-29 septembre 2017, réunion technique de l'Unesco et symposium international sur « L'avenir des statues de Bouddha de Bamiyan : considérations techniques et effets potentiels sur l'authenticité et la valeur universelle exceptionnelle » : https://whc.unesco.org/​fr/​actualites/​1733/​).

42Le paysage de Bamiyan est un environnement en constante évolution, lié par des pratiques sociales, des traditions et des systèmes naturels complexes qui ont formé un caractère distinctif et influencé les relations entre les communautés locales et leur environnement. Par conséquent, la valeur universelle exceptionnel (VUE) du site est plus que ses composants physiques ; le bien du patrimoine mondial de Bamiyan doit être considéré comme un lieu d'identité et de mémoire collectives, en particulier pour les communautés locales ; les vestiges archéologiques ne peuvent être séparés de leur paysage naturel et culturel, ni des perspectives locales. Dans le cadre de ses projets et activités à Bamiyan, sur la base du Schéma directeur culturel et du Plan de gestion de la vallée de Bamiyan, l'Unesco a travaillé en étroite collaboration avec les autorités et les institutions afghanes, et a souligné le besoin urgent de définir formellement la zone du paysage culturel en tant que zone tampon étendue pour le bien du patrimoine mondial, mettant en valeur la vallée de Bamiyan en tant que zone tampon continue, Paysage culturel vivant. Le renforcement des capacités des autorités locales impliquées dans la conservation et la gestion du paysage culturel et des vestiges historiques et archéologiques de Bamiyan devrait se poursuivre, conformément à la politique et à la stratégie globales.

43Jukka Jokilehto a analysé avec acuité le schéma directeur culturel et le plan directeur territorial pour le développement de la vallée : ces deux plans devraient idéalement s'intégrer dans un instrument de planification équilibré et efficace, considérant l'ensemble du territoire comme « un tout cohérent dont l'équilibre et la spécificité dépendent de la fusion des parties qui le composent, et qui englobent les activités humaines autant que les bâtiments, l'organisation spatiale et l'environnement », en écho avec la recommandation de l'Unesco concernant la sauvegarde et le rôle contemporain des zones historiques (1976), article 3. (Jukka Jokilehto, « Reflections on the Case of Bamiyan », dans The Future of the Bamiyan Buddha Statues: Heritage Reconstruction in Theory and Practice, Cham [Suisse], Springer Nature, 2020, p. 205-214) La mise en œuvre de cet instrument de planification devrait relever de la responsabilité d'une commission de gestion, sur la base d'un plan de gestion périodiquement mis à jour. L'un des enjeux clés pour la vallée de Bamiyan est le développement des infrastructures nécessaires à la population locale, telles que le réseau routier, l'électricité et la gestion de l'eau. Dans ce contexte, il est hautement souhaitable d'avoir des approches culturelles, historiques et naturelles du territoire pour la conservation et la gestion du paysage culturel, y compris des mécanismes appropriés de protection et de contrôle du développement. Par le biais de ses projets et activités à Bamiyan, l'Unesco vise à aider les experts afghans à identifier et à documenter les qualités et les caractéristiques du paysage culturel, sur la base d'une recherche et d'une analyse systématiques du territoire historique, de ses écosystèmes et de ses caractéristiques naturelles, ainsi que de ses fonctions et relations humaines au fil du temps. La conservation durable de ce paysage culturel du patrimoine mondial ne consiste pas seulement à sauvegarder quelque chose du passé : il est également nécessaire de prendre soin des besoins de la communauté d'aujourd'hui et de planifier le développement culturellement et écologiquement durable de ce territoire historique pour l'avenir.

44L'approche culturelle, historique et naturelle du territoire met en évidence l'importance des systèmes traditionnels de gestion de l'eau et des zones agricoles traditionnelles. Non seulement les falaises sont importantes dans cette vallée, mais l'ensemble du territoire historique, culturel et naturel doit être pris en compte lors de la discussion sur la gestion, la conservation et le développement du paysage culturel de la vallée de Bamiyan. L'adoption de la vision d'un parc archéologique, caractérisé par un système de conservation et de gestion efficace et axé sur les valeurs, semble être une voie holistique pour le paysage culturel et le territoire culturel de la vallée de Bamiyan. Pour approfondir l’analyse de cette étude de cas sur la vallée de Bamiyan, voir aussi la publication de Nagaoka Masanori (éd.),The Future of the Bamiyan Buddha Statues (https://unesdoc.unesco.org/​ark:/48223/​pf0000375108.locale=en) et l’article de Christian Manhart, Roland Lin, « Unesco’s activities for the safeguarding of Bamiyan », dans Claudio Margottini, (éd.), After the Destruction of Giant Buddha Stabilities in Bamiyan (Afghanistan) in 2001 – A Unesco’s Emergency Activity for the Recovering and Rehabilitation of Cliff and Niches, Berlin, Heidelberg, Springer, 2013, p. 61-68.

[2022-2023]

45Avec l’amélioration du contexte sanitaire, mes conférences ont été données en présentiel dans le bureau du président (D 057) à la Sorbonne pendant cette année scolaire 2022-2023.

I. Pratiques et expériences de la sauvegarde des paysages culturels en Asie

46Pour l’année universitaire 2022-2023 de la section des Sciences historiques et philologiques, j’ai proposé d’étudier dans un premier temps les « Pratiques et expériences de la sauvegarde des paysages culturels en Asie, focalisé sur l’Asie Nord-Est et du Sud-Est ». Cela complétait le programme de l’année 2021-2022 sur l’analyse et l’étude du « [Soutien des] initiatives en matière de paysages culturels d’Asie du Sud : l’expérience du Bhoutan » et du « projet de loi sur le patrimoine culturel du Bhoutan annoncé en 2016 », définissant le pays entier comme paysage culturel, dès le préambule.

47Les paysages culturels en Asie présentent une riche diversité, allant du rural à l’urbain, de l’art rupestre aux rizières en terrasses, des montagnes sacrées aux pâturages steppiques et aux paysages maritimes. Ils ont été nourris par une interaction à long terme entre la nature et les hommes, soutenue par les traditions vivantes et continues des relations avec la terre et l’eau (Unesco, 1995. Report of the Asia-Pacific regional workshop on associative cultural landscapes, Unesco : https://whc.unesco.org/​document/​125270). En particulier, de nombreux paysages culturels en Asie sont caractérisés par de puissantes valeurs associatives et spirituelles, une caractéristique que l’on retrouve également en général dans toute la région de l’Asie et du Pacifique (Unesco, 2001. Report of the thematic expert meeting on Asia-Pacific sacred mountains, Wakayama, Japan, 5 to 10 September 2001, Unesco, Paris : http://unesdoc.unesco.org/​images/​0012/​001265/​126500e.pdf). Il existe un certain nombre de défis typiques lorsque l’on tente de protéger, dans la pratique, les paysages culturels en Asie. Il s’agit notamment de la question de la démarcation (quand et où historiquement et géographiquement un paysage commence-t-il et se termine-t-il ?), de l’identification des « éléments indispensables » (constituant le paysage particulier ?) et du mécanisme de coordination interministérielle et des parties prenantes, y compris la participation des communautés locales. Les lignes directrices existantes, telles que la Recommandation concernant la sauvegarde de la beauté et du caractère des paysages et des sites (Unesco, 1962. Recommendation concerning the Safeguarding of Beauty and Character of Landscapes and Sites : https://www.unesco.org/​en/​legal-affairs/​recommendation-concerning-safeguarding-beauty-and-character-landscapes-and-sites), la Convention de l’Unesco concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (Unesco, 1972. Convention concerning the protection of the world cultural and natural heritage, Paris, Unesco : http://whc.unesco.org/​en/​conventiontext ; ci-après dénommée la Convention du patrimoine mondial), les Orientations opérationnelles pour la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial (Unesco, 2019. Operational guidelines for the implementation of the World Heritage Convention, Paris, Unesco : https://whc.unesco.org/​document/​178167) et la Recommandation de l’Unesco sur le paysage urbain historique (Unesco, 2011. Recommendation on the historic urban landscape : https://whc.unesco.org/​en/​hul/​) ne fournissent que quelques points de départ. Des réponses doivent encore être trouvées aux niveaux national et local, avec leurs contextes et contraintes spécifiques à l’Asie, ce qui est un exercice tellement plus difficile. Lorsque la démarcation et les attributs ne sont pas clairs, le cadre juridique de protection, s’il est disponible, a tendance à être ambigu et ne fournit aucune directive concrète en matière d’action et de responsabilité.

« Paysages culturels » inscrits sur la liste du patrimoine mondial en Asie-Pacifique, en février 2024

No « Paysages Culturels » du patrimoine mondial en Asie-Pacifique Pays Année d’inscription
1 Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan Afghanistan 2003
2 Parc national d’Uluru-Kata Tjuta Australie 1987, 1994
3 Paysage culturel de Budj Bim Australie 2019
4 Parc national de Lushan Chine 1996
5 Mont Wutai Chine 2009
6 Paysage culturel du lac de l’Ouest de Hangzhou Chine 2011
7 Paysage culturel des rizières en terrasses de Honghe Hani Chine 2013
8 Paysage culturel de l’art rupestre Zuojiang Huashan Chine 2016
9 Paysage culturel des anciennes forêts de thé de la montagne Jingmai à Pu’er Chine 2023
10 Abris sous roche de Bhimbetka Inde 2003
11 Paysage culturel de la province de Bali : le système Subak comme manifestation de la philosophie Tri Hita Karana Indonésie 2012
12 Bam et son paysage culturel Iran 2004, 2007
13 Le jardin persan Iran 2011
14 Paysage culturel de Maymand Iran 2015
15 Paysage culturel de Hawraman/Uramanat Iran 2021
16 Sites sacrés et chemins de pèlerinage dans la chaîne de montagnes Kii Japon 2004
17 La mine d’argent d’Iwami Ginzan et son paysage culturel Japon 2007, 2010
18 Pétroglyphes dans le paysage archéologique de Tamgaly Kazakhstan 2004
19 Montagne sacrée de Sulaiman-Too Kirghizistan 2009
20 Vat Phou et les anciennes colonies associées dans le paysage culturel de Champassak Laos 2001
21 Paysage culturel de la vallée de l’Orkhon Mongolie 2004
22 Parc national de Tongariro Nouvelle-Zélande 1990, 1993
23 Site agricole précoce de Kuk Papouasie-Nouvelle-Guinée 2008
24 Rizières en terrasses des cordillères philippines Philippines 1995
25 Jardins botaniques de Singapour Singapour 2015
26 Domaine du chef Roi Mata Vanuatu 2008
27 Complexe paysager de Trang An Vietnam 2014

48En février 2024, parmi les 289 sites du patrimoine mondial de la région Asie-Pacifique, 27 sont inscrits en tant que paysages culturels, soit 9,37 % (tandis que parmi les 1 199 sites du patrimoine mondial dans le monde, 126 sont inscrits en tant que paysages culturels (dont 6 sites transfrontaliers), soit 10,51 %).

49Après les analyses précédentes des conférences 2021-2022 sur le Bhoutan, dans cette série de conférences 2022-2023, j’analyse plus en détail le contexte asiatique, en prenant le nord-est et le sud-est de l’Asie comme études de cas.

Pratiques et expériences de la sauvegarde des paysages culturels en Asie du Nord-Est

50En Asie du Nord-Est, en février 2024, neuf sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial font explicitement référence à leur importance et à leur Valeur universelle exceptionnelle (VUE) en tant que « paysages culturels » et ont été inscrits dans cette catégorie. Il s’agit notamment de six biens en Chine (« Parc national de Lushan » [inscrit en 1996] ; « Mont Wutai » [2009] ; « Paysage culturel du lac de l’Ouest de Hangzhou » [2011] ; « Paysage culturel des rizières en terrasses de Honghe Hani » [2013] ; « Paysage culturel d’art rupestre de Zuojiang Huashan » [2016] et « Paysage culturel des anciennes forêts de thé de la montagne Jingmai à Pu’er » [2023]) ; deux sites au Japon (« Sites sacrés et routes de pèlerinage dans la chaîne de montagnes Kii » [2004] et « Mine d’argent d’Iwami Ginzan et son paysage culturel » [2007, extension en 2010]) ; et un site en Mongolie (« Paysage culturel de la vallée de l’Orkhon » [2004]). Ces sites sont des paysages vivants significatifs, et beaucoup sont également associés à des valeurs spirituelles et religieuses avec des liens ancestraux, résultant de l’interaction continue de l’homme avec son environnement au fil des siècles.

51D’autres sites du patrimoine mondial dans cette sous-région pourraient potentiellement posséder des valeurs paysagères culturelles implicites. Par exemple les « Villages historiques de Shirakawa-go et Gokayama » (1995) au Japon ne sont pas catégorisés comme un paysage culturel, mais la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle (VUE) du site décrit explicitement ses composantes comme « Des exemples exceptionnels d’établissements humains traditionnels parfaitement adaptés à leur environnement » (Unesco, 1995. Historic villages of Shirakawa-go and Gokayama, Unesco World Heritage Centre : https://whc.unesco.org/​en/​list/​734/​) qui touchent au cœur de ce qui fait un paysage culturel. Aussi « La grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage sacré environnant » (2015) en Mongolie est associée aux montagnes sacrées, aux rivières et aux ovoo-s (cairns rocheux chamaniques) et illustre ainsi les caractéristiques des paysages culturels associatifs. Bien que la République de Corée n’ait pas de site du patrimoine mondial inscrit en tant que paysage culturel, le site des « Villages historiques de Corée : Hahoe et Yangdong » (2010), des établissements vivants abrités par des montagnes boisées et faisant face à des rivières et à des champs agricoles ouverts, est un exemple représentatif de paysage culturel à travers une interaction à long terme entre la nature et les hommes, soutenue par des traditions vivantes et continues. Outre ceux qui figurent sur la Liste du patrimoine mondial, de nombreux autres paysages et paysages marins de la région reflètent une interaction à long terme entre l’homme et la nature, qui pourrait également être considérée comme ayant certaines valeurs associées aux paysages culturels.

52Bien que les paysages culturels se retrouvent également dans toute l’Asie du Nord-Est, les cadres juridiques pour leur protection et leur gestion varient d’un pays à l’autre.

53En Chine, au niveau national, il n’existe pas de loi spécifique sur les paysages culturels. La protection des paysages culturels en Chine dépend principalement de diverses réglementations spécifiques, telles que le Règlement sur la protection de la Grande Muraille (Government of China, 2006. Regulations on the protection of the Great Wall/长城保护条护条. The Central People’s Government of the People’s Republic of China : www.gov.cn/flfg/2006-10/23/content_421000.htm) et les mesures administratives de protection du patrimoine du Grand Canal (Government of China, 2012. Administrative measures for the protection of the Grand Canal Heritage/大运河遗产保护管理办法. The Central People’s Government of the People’s Republic of China : www.gov.cn/gongbao/content/2012/content_2275425.htm), ainsi que les réglementations administratives locales qui s’appliquent là où se trouvent les sites culturels. Prenant l’exemple du paysage culturel du lac de l’ouest de Hangzhou, le gouvernement de Hangzhou a publié le Règlement sur la gestion de la protection du « Paysage culturel du lac de l’Ouest de Hangzhou » (The People’s Government of Jinjiang Province, n.d. Hangzhou West Lake Cultural Landscape protection management regulations/杭州西湖文化景观保护管理条例 : www.hangzhou.gov.cn/art/2016/2/23/art_1256287_5885755.html). L’objectif du règlement, qui vise à protéger le paysage naturel du lac de l’Ouest dans la zone patrimoniale, met l’accent sur les caractéristiques spatiales du paysage et leur évolution depuis les dynasties Tang et Song, les modèles de paysage, les sites culturels et historiques représentatifs, les écosystèmes végétaux caractéristiques, les éléments de l’esthétique paysagère chinoise et les liens avec les valeurs spirituelles portées par le paysage culturel du lac de l’Ouest. En fin de compte, les réglementations visent à renforcer la tradition culturelle du célèbre paysage et à maintenir l’interaction et l’association entre les humains et la nature au niveau esthétique. Compte tenu des défis actuels en matière de conservation du patrimoine et d’urbanisation en Chine, il ne suffit pas d’avoir uniquement des réglementations spéciales et des réglementations locales pour la préservation des paysages culturels. Ces dernières années, des universitaires et des experts dans le domaine du paysage et du droit en Chine ont appelé à l’établissement de lois sur la protection du patrimoine mondial et du paysage culturel au niveau national dès que possible afin de remédier à l’absence de lois de protection spécifiques (J. Jiang, 2018. Analysis and systematization of the current situation of China’s World Heritage protection law, China People University Publishing, 姜敬红, 中国世界遗产保护法现状分析与体系化研究. 中国人民大学出版社 : https://e.jd.com/​30388091.html, S. Zhao, 2018. « Legal protection of cultural heritage: Sino-Japanese comparison and local choice », Foreign Social Sciences, 6 [2018], p. 25-33).

54La Mongolie a promulgué la loi sur la protection des biens culturels (Government of Mongolia, 2014. Law on the protection of cultural property/Соёлын өвийг хамгаалах тухай/Шинэчилсэн найруулга (amendment of 15 May 2014) : www.legalinfo.mn/law/details/10439, trad. angl. : https://sherloc.unodc.org/​res/​cld/​document/​mng/​law-on-the-protection-of-cultural-heritage_html/​Cultural_Heritage_Law_eng.pdf) pour le patrimoine qui représente un espace ou une époque historique précis et qui a des valeurs naturelles, sociales, historiques, culturelles, artistiques et scientifiques importantes. Le paysage culturel est ainsi protégé par la loi et comprend des sites fossilifères, des tombes, des bâtiments de villes et d’églises antiques, des monuments et d’autres biens mobiliers historiques et culturels, ainsi que le patrimoine culturel immatériel tel que la religion et la musique. En outre, la Mongolie a mis en place un système d’enregistrement, créé une base de données nationale pour l’enregistrement unifié des biens culturels et élaboré un plan de protection historique et culturelle (Government of Mongolia, n.d. Historical and cultural protection plan/Түүх, соёлын үл хөдлөх дурсгалыг хамгаалах, сэргээн засварлах Үндэсний хөтөлбөр : https://mecss.gov.mn/​law/​264/​, en mongol.

55À Taïwan, la dernière modification de la loi de 2016 sur la préservation du patrimoine culturel (Government of Taiwan, 2016, 27 July. Cultural Heritage Preservation Act (Taipei) : https://law.moj.gov.tw/​ENG/​LawClass/​LawAll.aspx?media=print&pcode=H0170001), définit la valeur culturelle des paysages culturels du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science comme suit : « Lieux ou environnements formés par des interactions de longue date entre les êtres humains et les environnements naturels, qui ont une valeur du point de vue de l’histoire, de l’esthétique, de l’ethnologie ou de l’anthropologie » (chapitre 1, article 3[7]). Dans la dernière version modifiée des règles d’application de la loi de 2019 sur la préservation du patrimoine culturel (Government of Taiwan, 2019, 12 December. Enforcement Rules of the Cultural Heritage Preservation Act, Taipei : https://law.moj.gov.tw/​ENG/​LawClass/​LawAll.aspx?pcode=H0170004), les paysages culturels (ou « Paysages globaux où les installations formées par l’homme à la suite d’une utilisation intensive des ressources naturelles ») sont classés en dix catégories : « lieux de légendes et de mythes ; itinéraires historiques et culturels ; paysages religieux ; jardins historiques ; paysages agricoles, forestiers, halieutiques et d’élevage ; paysages industriels ; paysages de transport ; installations d’approvisionnement en eau ; installations militaires ; et autres lieux » (article 6).

56En République de Corée, bien qu’il n’existe pas de législation faisant spécifiquement référence aux paysages culturels, plusieurs mécanismes de protection de ces sites, y compris les sites pittoresques (Myeongseug), sont mis en œuvre par l’Administration du patrimoine culturel en vertu de la loi de 1962 sur la protection des biens culturels et de la loi de 2007 sur le paysage. Alors que la loi de 1962 accorde plus d’importance aux valeurs paysagères dans la préservation de sa forme originale, la loi de 2007 met l’accent sur la participation de la base et les politiques ascendantes dans la planification et la gestion du paysage, avec une prise en compte approfondie de l’environnement, de l’économie, de l’histoire et de la culture locaux afin de maintenir et de cultiver l’identité locale (H. J. Jung, J. H. Ryu, 2015. « Sustaining a Korean traditional rural landscape in the context of cultural landscape », Sustainability 7[8], p. 11213-11239).

57Au Japon, les paysages culturels sont définis comme ceux qui sont « formés par le climat d’une région donnée et par la vie ou le travail des gens qui y travaillent, et qui sont indispensables pour comprendre les moyens de subsistance et le travail du peuple japonais » dans la loi de 1950 sur la protection des biens culturels (Government of Japan, 1950. Law for the protection of cultural properties : https://elaws.e-gov.go.jp/​search/​elawsSearch/​elaws_search/​lsg0500/​detail?openerCode=1&lawId=325AC1000000214_20160401_426AC0000000069#568, en japonais). Depuis 2004, les paysages culturels d’une importance particulière sont désignés comme paysages culturels importants par l’Agence des affaires culturelles du gouvernement du Japon, sur la base des recommandations des gouvernements locaux. Au total, 70 paysages culturels à travers le pays sont désignés comme paysages culturels importants en avril 2021. Le gouvernement national subventionne divers projets visant à protéger et à améliorer ces paysages culturels, y compris des projets de recherche, des plans de gestion, des activités de restauration et de sensibilisation du public. En plus des politiques mises en œuvre par l’agence des Affaires culturelles, le ministère japonais de l’Environnement promeut le concept de Satayama et Satoumi, ou des paysages de production socio-écologiques et des paysages marins où les gens vivent en harmonie avec la nature ; l’initiative Satoyama a été lancée en 2010 (Satoyama Initiative, 2019-2021. The Satoyama Initiative : https://satoyama-initiative.org/​concept/​satoyama-initiative/​). Le concept de Satayama et Satoumi s’appuie sur des traditions de longue date associées à des pratiques de gestion des terres qui permettent l’utilisation durable des ressources naturelles (K. Takeuchi, A. Duraiappah, K. Nakamura, 2012. Satoyama – Satoumi ecosystems and human well-being: Socio-ecological production landscapes of Japan, Tokyo, UNU Press), s’apparente à la définition des paysages culturels dans le cadre de la loi de 1972 Convention du patrimoine mondial comme des « œuvres combinées de la nature et de l’homme [sic] » (Unesco 2019, paragraphe 47 et annexe 3), qui reflètent souvent des techniques spécifiques d’utilisation durable des terres (Unesco, 1972, Unesco 2019, annexe 3). L’Acte fondamental sur la biodiversité de 2008 (Government of Japan, 2008. Basic law on biodiversity. Japanese Law Translation : www.japaneselawtranslation.go.jp/law/detail/?id=1950&vm=04&re=02) fournit une base juridique pour la protection de ces paysages au niveau national, tandis que certaines municipalités ont élaboré des ordonnances spécifiques pour la sauvegarde Satayama. C’est pourquoi le Japon dispose de deux ensembles de politiques (la loi sur la protection des biens culturels et l’acte fondamental sur la biodiversité), mises en œuvre respectivement par l’agence des Affaires culturelles et le ministère de l’Environnement au niveau national. Il s’agit d’un domaine où davantage de coopération et de synergies pourraient être explorées, en réunissant la culture et la nature / biodiversité aux niveaux politique et administratif.

58De bons exemples de collaboration multipartite pour sauvegarder les paysages culturels peuvent être observés dans plusieurs pays d’Asie du Nord-Est.

59En Chine, des institutions de services publics et des institutions universitaires ont formé un consortium pour travailler ensemble à la sauvegarde du « Paysage culturel des rizières en terrasses de Honghe Hani » et des communautés de la province du Yunnan (sud-ouest). L’équipe conjointe contribue à renforcer les structures sociales traditionnelles pour un développement durable face aux changements sociaux, économiques et culturels. Ils encouragent les méthodes agricoles traditionnelles telles que la culture du riz rouge et le « système de symbiose riz-canard-poisson » (un mode unique de production et d’utilisation des terres réalise dans des conditions naturelles limitées. Cultiver le riz et élever poissons et canards en même temps dans les rizières forme un écosystème bénéfique pour le développement durable de l’homme), tout en ajoutant de la valeur aux produits par le biais de l’image de marque. Ils promeuvent également le paysage culturel, y compris son patrimoine immatériel, par le biais de publications destinées à différents publics, y compris les écoliers.

60Au Japon, bien qu’un travail de coordination plus important puisse être nécessaire au niveau national, de nombreuses municipalités jouent un rôle de premier plan dans la sauvegarde des paysages culturels en vertu de leurs ordonnances respectives, ce qui s’est avéré avoir des impacts positifs sur le terrain en protégeant et en restaurant les paysages culturels tout en revitalisant les communautés locales. Les municipalités ayant des paysages culturels importants désignés par l’agence pour les Affaires culturelles utilisent des subventions pour diverses activités, telles que la restauration de terrains et de maisons abandonnés pour attirer de nouvelles générations, l’organisation d’événements pour améliorer l’interaction avec les personnes vivant dans les zones urbaines et la création d’emblèmes pour promouvoir les paysages culturels. Certaines municipalités ont mis en place leur propre initiative pour soutenir les activités liées au paysage culturel, comme la préfecture d’Ishikawa, qui a mis en place des fonds en coopération avec des banques locales pour soutenir les entreprises locales et les organisations non gouvernementales pour l’image de marque et le « slow tourisme » dans les régions. D’autres utilisent des désignations internationales pour l’image de marque, en particulier les Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (Sipam) de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) comme la préfecture d’Ishikawa (Ishikawa Prefectural Government, n.d. The landscapes of NOTO’s Satoyama and Satoumi : www.pref.ishikawa.jp/satoyama/noto-giahs/f-lang/english/img/2019_NOTO_slow_2.pdf) et la région d’Aso (ASO GIAHS, n. d. What is world agricultural heritage? : www.giahs-aso.jp.e.mn.hp.transer.com/). Plutôt que la protection des paysages en tant que tels, l’objectif ultime de la sauvegarde des paysages culturels au Japon est la revitalisation des communautés locales, y compris les cultures et les pratiques traditionnelles, et ces efforts ascendants sont des forces motrices pour obtenir des résultats de gestion positifs.

61À Taïwan, la loi sur la préservation du patrimoine culturel et ses règles d’application exigent clairement que des experts qualifiés au sein des autorités locales effectuent périodiquement des enquêtes générales afin d’identifier les sites méritant d’être désignés comme sites historiques ou paysages culturels. Des rapports de personnalités ou d’organisations qualifiées ont aidé à désigner plusieurs sites. Les textes légaux demandent également aux autorités locales d’examiner, d’enregistrer et de retracer ces sites sur le terrain conformément aux procédures stipulées. Cependant, il n’est pas facile de traduire la législation en une mise en œuvre sur place, et il existe encore d’énormes lacunes dans la mise en œuvre de ces réglementations pour la sauvegarde des paysages culturels. Un exemple impressionnant peut être vu lorsque 30 institutions non gouvernementales et associations qui se préoccupent de l’histoire, des droits des habitants autochtones (les Tsou). La participation communautaire, la préservation du patrimoine industriel, la conservation de l’environnement, l’aménagement du territoire et les questions de développement se sont réunies pour créer collectivement l’Alliance pour la conservation du paysage culturel d’Alishan en 2018. L’objectif de cette alliance est d’appeler les autorités locales et les ministères de tutelle à travailler avec les parties prenantes locales à un programme global et à long terme de préservation du paysage culturel. Le « Paysage culturel de l’industrie forestière et ferroviaire d’Alishan » a été classé « paysage culturel important » en 2019 par le ministère de la Culture (Ministry of Culture, Taiwan, 2019. Alishan railway named Taiwan’s first national-level cultural landscape : www.moc.gov.tw/en/information_196_100840.html, Forestry Bureau, Taiwan, 2019. Taiwan’s first national-level cultural landscape Alishan Forest Railway : www.forest.gov.tw/EN/forest-news/0064211, Taiwan Today, 2019, 10 July. « Alishan Forest Railway designated national-level cultural landscape by MOC », Taiwan Today : https://taiwantoday.tw/​news.php?unit=18&post=158485). Bel exemple d’approche ascendante, cet effort souligne l’importance de la participation multipartite pour la sauvegarde des paysages culturels, y compris les communautés locales et les habitants autochtones.

Pratiques et expériences de la sauvegarde des paysages culturels en Asie du Sud-Est

62Le concept de « paysage culturel » est émotionnellement attrayant pour les pays d’Asie du Sud-Est, car il se synchronise avec la philosophie ancestrale de vivre en harmonie avec la nature. En Asie du Sud-Est, en février 2024, cinq sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial font explicitement référence à leur importance et à leur valeur universelle exceptionnelle (VUE) en tant que « paysages culturels » et ont été inscrits dans cette catégorie. Il s’agit notamment du « Paysage culturel de la province de Bali : le système Subak en tant que manifestation de la philosophie Tri Hita Karana » (Indonésie) [2012], de « Vat Phou et des anciennes colonies associées dans le paysage culturel de Champassak » (République démocratique populaire lao) [2001], des « Rizières en terrasses des Cordillères des Philippines » (Philippines) [1995], des « Jardins botaniques de Singapour » (Singapour) [2015] et du « Complexe paysager de Trang An » (Viet Nam) [2014]. Ces sites sont significatifs en tant que paysages conçus, qui résultent de l’interaction de l’homme avec son environnement, dans certains cas de manière continue pendant des siècles. D’autre part, de nombreux autres sites du patrimoine mondial dans cette sous-région pourraient également avoir des valeurs paysagères implicites. Par exemple, le site emblématique d’Angkor (Cambodge), le « Site archéologique de Koh Ker de l’ancienne Lingapura ou Chok Gargyar » (Cambodge), les « Anciennes villes Pyu » (Myanmar), la « Capitale historique de Sukhothai » (Thaïlande) et les « Complexes du temple de Borobudur » (Indonésie) ne sont pas explicitement répertoriés comme paysages culturels. Cependant, ces vastes complexes archéologiques situés dans des paysages cosmologiques planifiés, comprenant souvent de vastes ouvrages hydrauliques et d’autres caractéristiques territoriales, pourraient également être considérés comme ayant des valeurs associées à des paysages culturels.

63Au-delà de ces sites du patrimoine mondial, il existe d’autres paysages qui sont importants aux niveaux national et local et, dans de nombreux cas, qui jouent un rôle déterminant dans la pérennité des communautés locales. Avec la diversité géographique et culturelle de l’Asie du Sud-Est, ces paysages culturels couvrent toute la gamme, des zones montagneuses aux plaines et deltas fluviaux en passant par les établissements maritimes et côtiers. Les paysages agricoles en terrasses avec des établissements autochtones sont typiques des régions montagneuses. De nombreuses capitales royales historiques, soutenues par de vastes arrière-pays rizicoles, se trouvent dans les plaines, souvent avec une enceinte urbaine entourée de douves et de murs entourée de villages vernaculaires. Des villes commerçantes et des villages de pêcheurs avec des traces de vastes routes commerciales terrestres et maritimes se regroupent le long des longues côtes de la sous-région. Beaucoup de ces paysages culturels sont imprégnés d’une signification sacrée, qu’il s’agisse de croyances animistes ou de croyances cosmologiques ultérieures associées à des valeurs religieuses, notamment l’hindouisme et le bouddhisme. Ces croyances ont laissé une empreinte physique dans l’organisation du paysage en termes de hiérarchies sociales de l’espace, d’utilisations rituelles et de désignation de directions propices et défavorables qui régissent l’alignement des villes, des bâtiments, des plans d’eau et, surtout, des points d’entrée et de sortie de lieux spécifiques. Les montagnes sacrées et les plans d’eau sont souvent une considération importante dans la localisation des colonies en premier lieu. Les influences coloniales sont visibles dans les époques ultérieures de l’urbanisme, de l’architecture et des infrastructures de transport, qui sont devenues l’épine dorsale des modèles d’urbanisation ultérieurs.

64Malgré la diversité et la vitalité des paysages culturels de l’Asie du Sud-Est, la reconnaissance législative de ces paysages en tant que ressources patrimoniales reste limitée. Dans de nombreux pays, les lois sur le patrimoine continuent de définir le patrimoine culturel comme des « monuments », des « groupes de bâtiments » ou des « sites archéologiques » (cf. Unesco, 1972, article 1er). En conséquence, une protection limitée est étendue aux sites qui pourraient être considérés comme des paysages culturels importants. Au lieu de prendre en compte les multiples dimensions de ces sites et de leurs cadres – de l’aménagement global du territoire, des systèmes écologiques et des formations géologiques, des valeurs spirituelles implicites dans leur conception et leur fonction, de leurs bâtiments historiques, de leurs infrastructures et autres patrimoines bâtis, ainsi que de leurs valeurs patrimoniales vivantes – le cadre législatif appauvrit souvent les régimes de protection en se concentrant uniquement sur des bâtiments individuels ou des sites archéologiques jugés d’importance historique.

65En Thaïlande, la loi de 1961 sur les monuments anciens, les antiquités, les objets d’art et les musées nationaux en Thaïlande ne mentionne pas explicitement les paysages en tant que catégorie de site patrimonial ou en tant que considération pour déterminer la valeur des sites reconnus tels que les monuments anciens. Néanmoins, malgré les limites de la lettre de la loi elle-même en termes de reconnaissance et de protection explicites des paysages culturels, certains mécanismes rendent la protection possible. Par exemple, en vertu de la loi thaïlandaise, la délimitation d’un site suffisamment large pour englober un paysage culturel permet de le couvrir en vertu de la disposition de la loi visant à « inclure les lieux qui sont des sites archéologiques, des sites historiques et des parcs historiques » (Government of Thailand, 1961. Act on Ancient Monuments, Antiques, Objects of Art and National Museums. Asian Legal Information Institute. Thai Legislation : www.asianlii.org/th/legis/consol_act/aoamaooaanm1961650/, section 4). De cette manière, l’ensemble de l’empreinte de la ville historique fortifiée de Sukhothai, de sa périphérie rurale environnante, d’un réservoir historique et de la ville qui l’a précédée au nord permet de protéger l’ensemble du paysage des reliques sous la rubrique du parc historique de Sukhothai. De même, la Charte thaïlandaise sur la gestion du patrimoine culturel (Icomos Thailand, 2010. Thailand charter on cultural heritage management : www.icomosthai.org) inclut spécifiquement les paysages historiques et les paysages culturels dans sa définition du patrimoine culturel matériel, aux côtés des sites anciens, des monuments, de l’architecture, des bâtiments, des groupes de bâtiments, des sites urbains locaux, des vieilles villes, des sites historiques, des sites archéologiques […] objets anciens et diverses formes d’art » (Icomos Thaïlande, 2010, article 2 :1[a]). Elle définit les sites du patrimoine culturel comme « des éléments de l’architecture paysagère, c’est-à-dire des jardins, des terres ouvertes, des paysages aquatiques et des végétations » (Icomos Thaïlande, 2010, article 2.6) et les paysages culturels en tant que « topographie naturelle sur lequel l’homme a créé le changement » (Icomos Thaïlande, 2010, article 2.7).

66Au Cambodge, la loi nationale sur la protection du patrimoine culturel de 1996 et la loi sur la construction de 2019 ne considèrent pas la protection d’une portée géographique plus large ou du paysage comme un attribut des sites du patrimoine culturel. Dans le cas d’Angkor, au Cambodge, le plan de gestion du site, qui date de 2007 (Unesco, the Royal Cambodian Government, and the Australian Government, 2013. Ankor heritage management framework : www.gml.com.au/projects/angkor-wat/, p. 52), conserve à la fois les usages paysagers et les usages du sol associés à l’environnement du site et aux dimensions anthropiques, allant de la forêt primaire et secondaire aux zones arbustives et prairies, en passant par les rizières et les villages, et les cours d’eau, dont notamment deux rivières. Ce concept global est ancré dans le premier plan de protection d’Angkor, le Plan de zonage et de gestion environnementale (Zoning and Environmental Management Plan/ZEMP) de 1994 (Unesco, the Royal Cambodian Government, and the Australian Government, 2013 : www.gml.com.au/projects/angkor-wat/), qui s’est fait un devoir d’englober non seulement les grands monuments et le paysage cosmologique hindou-bouddhiste, mais aussi les caractéristiques environnementales qui forment à la fois le cadre et la base écologique sous-jacente de la prospérité passée du site.

67Au Myanmar, avec l’intérêt et la sensibilisation croissants pour le concept de paysages culturels, la législation évolue progressivement pour fournir une meilleure couverture des paysages culturels. La loi sur les régions culturelles du Myanmar, promulguée pour la première fois en 1998 puis révisée en 2019, définit les régions culturelles comme englobant un site du patrimoine culturel et une zone tampon, offrant ainsi une approche contiguë et territoriale de la protection des ressources culturelles. Il empêche tout développement ayant un impact sur l’intégrité archéologique, topologique ou environnementale du paysage.

68Au Viet Nam, la catégorie de « paysage pittoresque » est définie dans la loi sur le patrimoine culturel (2001, modifiée en 2009) et désigne un « paysage naturel ou une combinaison d’un paysage naturel et d’un ou de plusieurs monuments architecturaux ayant une valeur historique, esthétique ou scientifique importante » (Government of Viet Nam, 2001, 2009. Law on Cultural Heritage, 2001, amendée en 2009. Sherloc : https://sherloc.unodc.org/​cld/​en/​legislation/​vnm/​law_on_cultural_heritage/​section_i/​articles_1_4/​law_on_cultural_heritage.html?, article 4, paragraphe 4). Ces paysages pittoresques sont inventoriés et classés au niveau provincial ou national, dans le cadre du système de protection des sites du patrimoine culturel.

69En Indonésie, la Charte indonésienne pour la conservation du patrimoine (2003) définit le patrimoine de l’Indonésie comme « l’héritage de la nature, de la culture et la trame des deux » (Indonesian Network for Heritage Conservation and Icomos Indonesia, 2003. Indonesia charter for heritage conservation : www.icomos.org/en/resources/charters-and-texts), faisant référence à la diversité incarnée par les 500 groupes ethniques du pays.

70À travers l’Asie du Sud-Est, la question de la participation communautaire est très importante dans la préservation des sites paysagers culturels, en particulier dans les paysages vivants, en particulier dans les paysages agricoles fonctionnels, tels que les « Rizières en terrasses des cordillères Philippines » (Philippines) ou le « Paysage culturel de Bali » (Indonésie), où la conservation des sites repose sur la continuité des pratiques agricoles locales. Alors que les temples de Borobudur pourraient être conservés exclusivement par des experts, les rizières en terrasses cesseront d’exister si les communautés locales ne les entretiennent pas chaque année. Pour ces sites, la clé de la gestion est la protection de l’écosystème local, la transmission des connaissances traditionnelles et les possibilités de subsistance basées sur l’agriculture. Cette approche fait écho à la stratégie générale de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui nécessite la disponibilité d’un lieu / contexte, de personnes et d’incitations à poursuivre la pratique. Lorsque les rizières en terrasses des Philippines ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2001 en raison de leur dégradation rapide, l’une des mesures correctives essentielles prises par les organisations non gouvernementales locales a été de cartographier les détenteurs de savoirs traditionnels, de documenter leurs connaissances et d’intégrer le savoir-faire à travers les systèmes éducatifs formels et informels. Cette combinaison d’approches de la gestion du patrimoine – combinant l’environnement bâti, la nature et le patrimoine culturel immatériel avec des incitations économiques et un engagement social – est la clé pour assurer l’avenir des paysages culturels en Asie du Sud-Est.

71En conclusion de cette section sur la préservation et la conservation du paysage culturel en Asie, les développements conceptuels ont également des implications pour l’évolution des régimes de gestion du patrimoine : alors que les sites archéologiques et monumentaux sous la propriété et le contrôle de l’État ont longtemps été soumis à des processus de gestion des sites descendants, principalement axés sur l’archéologie et l’architecture, la reconnaissance croissante des paysages culturels a soulevé des questions sur les différentes approches de la gestion du patrimoine. À l’exception des « paysages reliques » (Unesco, 2019. Operational guidelines for the implementation of the World Heritage Convention : https://whc.unesco.org/​en/​guidelines/​, annexe 3), de nombreux paysages culturels d’aujourd’hui doivent leur authenticité et leur intégrité aux efforts continus des populations locales, qui sont les gardiennes des sites. Dans les paysages vivants à occupation continue, le savoir-faire nécessaire à l’entretien du paysage a été transmis de génération en génération. Ce savoir autochtone s’incarne dans les communautés et leurs systèmes de gouvernance coopérative, qui reposent sur une combinaison de connaissances écologiques et environnementales, de pratiques spirituelles et d’arrangements sociétaux. L’incapacité à entretenir ce patrimoine vivant et l’équilibre écologique délicat sonnent le glas du paysage culturel en tant qu’artefact physique. La gestion de ces paysages culturels implique donc un exercice plus large de développement durable, qui va au-delà des objectifs spécifiques de conservation du patrimoine pour englober des préoccupations environnementales, sociales et économiques plus larges. De cette façon, les objectifs de protection du site sont étroitement liés à la conservation de la nature et au bien-être des populations locales. La gestion des paysages culturels exige inévitablement des pays qu’ils s’éloignent de leur pratique routinière de gestion du patrimoine. Dans ce processus, le patrimoine culturel devient une partie intégrante de la planification territoriale, de la protection écologique et des moyens de subsistance des communautés et contribue ainsi aux objectifs de développement durable. En réponse à la complexité croissante de la gestion de sites tels que les paysages culturels et de la gestion de problèmes tels que les catastrophes et le changement climatique, le Cadre de compétences de l’Unesco pour la gestion du patrimoine culturel de 2018 épouse l’idée que la gestion du patrimoine exige aujourd’hui un éventail de compétences et de connaissances allant au-delà des compétences techniques et spécialisées dont la plupart des agences et des professionnels du patrimoine ont traditionnellement été dotés (par exemple, muséologie ou conservation des matériaux). Il définit quatre catégories de compétences : les compétences de base, les compétences managériales, les compétences personnelles et les compétences techniques spécialisées. Les compétences de base, qui sont attendues de tout professionnel du patrimoine opérant à n’importe quel niveau et dans n’importe quelle spécialisation technique, comprennent : 1) le respect des lois et règlements ; 2) la politique, les principes, le processus et l’éthique en matière de patrimoine ; 3) la communauté, les droits et la connaissance ; 4) l’éducation et l’interprétation du patrimoine ; et 5) le développement durable (Unesco Bangkok, 2021. Competence framework for cultural heritage management. Unesco Bangkok : https://bangkok.unesco.org/​content/​competence-framework-cultural-heritage-management). Il convient de noter que les compétences de base mettent l’accent sur l’importance de reconnaître les communautés, l’importance de communiquer les valeurs patrimoniales et de veiller à ce que le patrimoine contribue de manière significative au développement durable, en plus des attentes déjà établies concernant l’élaboration et l’application des réglementations et des politiques en matière de patrimoine. Le référentiel de compétences devrait servir de référence pour les agences de gestion des sites patrimoniaux qui cherchent à renforcer les capacités de leur personnel afin d’améliorer l’efficacité et la qualité de la conservation et de la gestion des paysages culturels et d’autres types de sites en Asie.

72Pour compléter cette réflexion, je propose également d’analyser mes 3 articles récents : Roland Chih-Hung Lin, Akane Nakamura, Chunyan Zhang (2023), « Cultural Landscapes in Northeast Asia », dans Cari Goetcheus, Steve Brown (éd.), Handbook of Cultural Landscapes, Londres, Taylor & Francis, Routledge, 2023, p. 138-143 ; Roland Chih-Hung Lin, Montira Horayangura Unakul, Moe Chiba (2023), « Cultural Landscapes in Southeast Asia », dans Handbook of Cultural Landscapes, p. 150-157 ; M. Rössler, R. C.-H. Lin (2018), « Cultural Landscape in World Heritage Conservation and Cultural Landscape Conservation Challenges in Asia », Built Heritage, 3 (2018), p. 3-26 (https://rdcu.be/​b4ul0).

II. Études de cas

73Trois études de cas ont été proposés lors de ces conférences 2022-2023 par approche multidimensionnelle et interprétation interdisciplinaire de projets patrimoniaux récents, d’une part, et fondée, d’autre part, sur une expérience de terrain et une implication dans les trois projets suivants :

  1. Paysage culturel de la ville natale de Bouddha, Lumbini (Népal) ;
  2. Paysage culturel de la cité de Lu à Qufu, lieu de naissance de Confucius (Shandong, Chine) ;
  3. Paysage culturel des corridors patrimoniaux des Routes de la soie, notamment en Asie centrale.

Paysage culturel de la ville natale de Bouddha, Lumbini (Népal)

74Le lieu de naissance de Bouddha, jardin sacré de Lumbini, et le territoire alentour, représentent un cas intéressant d’interaction et relation spécifique, physique et associative avec son environnement des peuples locaux et des pèlerins. L’inscription sur le pilier d’Asoka (273-236 avant notre ère), les textes de Fa-Hsien (ou Faxian 法顯, 334-422 de notre ère) et Hiuen-Tsiang (ou Xuanzang 玄奘, 602-644 de notre ère) sont explicites bien que difficiles à décrypter de nos jours. Les écrits et les dessins des archéologues de la fin du xixe siècle et du xxe siècle nous confirment l’authenticité des vestiges. L’analyse des récentes fouilles archéologiques et patrimoniales à travers l’étude des documents et rapports (depuis 1990, avec notamment des cartes ISG et photos aériennes nouvelles) nous montre une possible voie de réflexion sur la notion de paysage culturel. L’intérêt de l’étude de Lumbini et du territoire / paysage natal du Bouddha est d’analyser ce site sacré à des périodes différentes (entre le iiie siècle avant notre ère jusqu’à nos jours) et sur différentes échelles afin de réfléchir à la notion de paysage culturel en s’appuyant sur la mémoire et l’esprit des lieux de Lumbini. Des sources classiques et anciennes nous offrent des aperçus du paysage culturel du Lumbini des anciens temps ; cependant, les données textuelles et épigraphiques portant sur le territoire et le paysage de Lumibni sont malaisées à interpréter. En arrière-plan de cette esquisse historique se dessinent nombre d’hypothèses, parfois émises de longue date et âprement discutées, sur le paysage culturel de Lumbini. Mises à part les études des documents anciens, modernes et des rapports récents concernant les découvertes archéologiques et la pratique du pèlerinage, je propose d’analyser les 3 ouvrages récents : Lumbini, Birthplace of Buddha, Paris, coéd. Unesco, Oriental Cultural Heritage Sites Protection Alliance, 2013 (World Heritage series, multilingual edition: English/French/Chinese/Nepali) ; The Scared Garden of Lumbini – Perceptions of Buddha’s birthplace, en anglais, Paris, Katmandou, Unesco, 2013 ; et R. Coningham, R. Lin Chih-Hung, Ven. Ru Chang, Ven. Man chien (éd.), Walking with the Buddha – Discovering the Natal Landscape of the Buddha, 與佛同行——發現佛陀的故鄉 (en chinois et anglais), Durham, 2018 (FGS Buddha Museum, Kaohsiung, Taiwan).

Paysage culturel de la cité de Lu à Qufu, lieu de naissance de Confucius (Shandong, Chine)

75Les nombreux sites et vestiges culturels de Qufu constituent un témoignage de sa longue histoire. À la première période de la dynastie des Zhou de l’Ouest (1046 à 771 av. J.-C.), Qufu fut la capitale de Lu, important royaume de la Chine antique. Confucius, fondateur du confucianisme est né en 551 av. J.-C. à Qufu. Dans le sud-ouest du Shandong, située à 135 kilomètres de Jinan, la capitale provinciale, Qufu est considérée comme un haut lieu de civilisation pour l’Asie extrême orientale. La plupart de ses édifices protégés sont liés à l’existence de Confucius, de ses disciples ou de ses descendants. Qufu fait partie du premier groupe de 24 villes historiques et culturelles classées par le gouvernement chinois en 1982. En 1994 « le Temple de Confucius, le cimetière de Confucius et la demeure de la famille Kong à Qufu » sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Ces trois principaux espaces : Kongmiao, le temple de Confucius, Kongfu, la résidence de ses descendants, et Konglin, le cimetière où sont ensevelis Confucius et ses descendants, représentent un patrimoine au rayonnement international sans équivalent. Avec ces trois monuments, Kongmiao, Kongfu, et Konglin, la ville de Qufu constitue un cas particulièrement frappant de la manière dont l’aménagement architectural peut contribuer, non seulement à célébrer une mémoire, mais également à façonner une société. L’ensemble des monuments de Qufu a préservé son exceptionnelle qualité artistique et historique grâce à la dévotion des empereurs de Chine pendant plus de deux millénaires. En même temps, l’histoire de Qufu est marquée par les déplacements successifs de noyaux urbains, à l’intérieur d’un périmètre identique, au fil des dynasties chinoises. Des souverains légendaires de l’Antiquité y auraient laissé leur marque. Les différentes strates d’urbanisation restent très visibles. La disposition et le tissu urbain de la cité de Lu sont tout à fait planifiés, respectent en tous points les instructions que l’on peut trouver dans le Kaogongji (考工記 dans le Rituel des Zhou, ve-iiie siècles av. J.-C.). L’ancienne capitale du royaume de Lu est un site à protéger dans son ensemble. Avec plus de 3 000 ans d’histoire, après la succession des dynasties et le passage des différentes époques, la ville s’est développée jusqu’à nos jours. Les dimensions de ce vaste territoire de réserves archéologiques aux possibilités de découvertes riches, en font un territoire difficile à maîtriser. Indépendamment des vestiges archéologiques à protéger, la cité de Lu doit être considérée comme un grand paysage culturel, aux caractéristiques variées et aux composantes diverses. Quel était l’état des villes aux différentes époques, comment se sont-elles construites les unes sur les autres. Cette compréhension est essentielle pour effectuer le travail de couture entre vestiges et mode de vie contemporain au sein de cette cité de Lu. Le maintien de la structure paysagère et villageoise est le meilleur garant pour une bonne préservation du site. Mises à part les études des documents anciens, modernes et des rapports récents concernant les découvertes archéologiques, je propose d’analyser mes 3 ouvrages et articles récents : (Roland Lin, Qufu, Birthplace of Confucius – Towards a Sustainable City 孔子故里·曲阜: 迈向可持续城市), Shanghai, Tongji University Press, 2018 [en chinois, français et anglais] ; Roland Lin, « A New Step for a Sustainable and Balanced Urban Policy in the Context of Asian Living Historic City Conservation: The Case of Qufu, China », China City Planning Review, 24, no 3 (2015), p. 56-65 ; Roland Lin, « Projet urbain et identité partimoiniale en Chine : le cas de Qufu, caractéristiques, spécificité, difficultés et solutions ? », Espaces urbains à l’aube du XXIe siècle : patrimoine et héritages culturels, Paris, Presse Université Paris-Sorbonne (PUPS), 2010, p. 279-288).

Paysage culturel des corridors patrimoniaux des Routes de la soie, notamment en Asie centrale

76L’étude des Routes de la soie est particulièrement complexe en raison de la très vaste étendue géographique et chronologique que couvrent ces réseaux d’itinéraires. Pour soutenir les pays participant au projet de proposition d’inscription en série des Routes de la soie dans la liste du patrimoine mondial, le Conseil international des monuments et des sites (Icomos) a été chargé, sous la direction du Centre du patrimoine mondial de l’Unesco et en étroite collaboration avec les États asiatiques concernés, de mener une étude thématique axée sur l’exploration de ces itinéraires à l’apogée des Routes de la soie, du iie siècle av. J.-C. jusqu’au xvie siècle apr. J.-C. Le but de cette étude était de documenter l’ampleur, la diversité et les chronologies complexes de ces itinéraires en retraçant les mouvements des empires et des peuples face à des climats, des sols et des écologies très variés. L’étude adoptait une approche cartographique de type « corridor », en identifiant les principaux centres de peuplement et en explorant les paysages qui reliaient ceux-ci, en déterminant les itinéraires probables, puis en élargissant ces derniers afin de tracer des couloirs de mouvement. Pour cette année 2022-2023, deux paysages culturels de corridors patrimoniaux ont été étudiés :

  1. le paysage culturel du corridor patrimonial de Zarafshan-Karakum (Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan), situé le long de la rivière Zarafshan, de son bassin hydrologique, plus large, et du désert de Karakum. Il est lié au couloir Tien-Shan au nord, au couloir de la vallée de Fergana à l’est, au couloir Amudarya au sud et via le sud de la mer d’Aral au couloir caspien à l’ouest, ainsi que de Merv au couloir Khorasan. Le corridor Zarafshan-Karakum s’étend sur environ 866 km (de Khisorak, dans la province de Sogd en République du Tadjikistan, à Kushmeihan, dans la province de Merv au Turkménistan), et il se situe dans les trois pays d’Asie centrale que sont le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan. (Paragraphes inspirés du Nomination Dossier of Silk Roads: Zarafshan-Karakum Corridor, Tajikistan, Turkmenistan and Uzbekistan, janvier 2021) ;
  2. le paysage culturel du corridor patrimonial de Ferghana-Syrdarya (Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan et Ouzbékistan), caractérisé par des paysages culturels bien préservés d’oasis et de villes historiquement situées sur les principaux fleuves de la région (par exemple les rivières Arys, Chu et Syrdarya) et maintenant situées au milieu de paysages naturels désertiques, semi-désertiques et steppiques. Les facteurs naturels qui pourraient avoir un impact négatif sur le site sont les changements climatiques, l’érosion ainsi que le lessivage du sol et les baisses de température (paragraphes inspirés de la Kazakhstan World Heritage Tentative List – Silk Roads: Fergana-Syrdarya Corridor, août 2021).

77Mises à part les études des documents anciens, modernes et des rapports récents concernant les découvertes archéologiques, je propose d’analyser mes 4 ouvrages et articles récents : Tim Williams, Roland Lin Chih-Hung, Gai Jorayev (éd.), Final Technical Report on the results of the Unesco/Japanese Funds-in-Trust project: Support for Silk Roads World Heritage Sites in Central Asia (Phase II), April 2015–November 2019, Londres, Institute of Archaeology, University College London (UCL), décembre 2020 ; Tim Williams, Roland Lin Chih-Hung, G. Jorayev, (éd.), Final Technical Report on the results of the UNESCO/Korean Funds-in-Trust Project: Support for the Preparation for the World Heritage Serial Nomination of the Silk Roads in South Asia, 2013-2016, Londres, Institute of Archaeology, 2016 ; Roland Lin Chih-Hung, Yuri Peshkov, Dimitry Voyakin, Madjer Massanov (éd.), Results of the Unesco/Japanese Funds-in-Trust project “Support for documentation standards and procedures of the Silk Roads World Heritage serial and transnational nomination in Central Asia” 2011-2014, Paris, Almaty, Unesco et Archaeological Expertise Kazakhstan, 2014 (anglais et russe) ; Roland Lin Chih-Hung, Yuri Peshkov, Natalia Turekulova (éd.), Central Asia Silk Roads World Heritage Serial nomination, Paris, Almaty, Unesco et Icomos Kazakhstan, 2012 (anglais et russe).

III. Intervenants invités

78Lors de la conférence du 27 janvier 2023, j’ai pu accueillir le docteur Mehrdad Shabahang pour présenter avec moi « Les Routes de la soie historiques, et le programme des Routes de la soie de l’Unesco ». M. Mehrdad Shabahang est le spécialiste de programme des Routes de la soie, au sein de la section de la Recherche, politique et prospective dans le secteur des Sciences sociales et humaines de l’Unesco. Il a travaillé à l’Unesco sur les programmes des Routes du dialogue et des Histoires générales et régionales. Désormais responsable du programme des Routes de la soie, il est en charge de la gestion conceptuelle et opérationnelle du programme et de ses différentes sous-initiatives. Il est également superviseur éditorial de la plateforme en ligne des Routes de la soie. Avant de rejoindre l’Unesco, il a travaillé pour le magazine Rapport du Dialogue au Centre international pour le dialogue entre les civilisations en Iran (2002-2004). M. Mehrdad Shabahang détient un doctorat en histoire des religions et anthropologie religieuse de l’EPHE-PSL, Sorbonne.

79Depuis 1988, le programme cherche à mieux comprendre la richesse de l’histoire et du patrimoine commun des Routes historiques de la soie, et comment les cultures se sont mutuellement influencées. Le programme des Routes de la soie de l’Unesco rétablit et étend ces réseaux historiques dans un espace numérique ; en rassemblant les personnes dans un dialogue permanent et en favorisant une compréhension mutuelle des cultures diverses et souvent interdépendantes qui se sont développées autour de ces itinéraires. Dans ce cadre, la plateforme en ligne des Routes de la soie cherche à promouvoir cette histoire unique d’échange et de dialogue mutuels. Au sein de cette plateforme en ligne, divers aspects de ces routes peuvent être explorés à travers une série de sujets couvrant des thèmes allant des festivals et de l’artisanat traditionnel le long des Routes de la soie, au patrimoine culturel mondial, aux musées, aux villes et bien plus encore. Ces thèmes sont également présentés sur la carte interactive des Routes de la Soie de la plateforme. Également, le programme développe actuellement un Atlas interactif et une collection thématique des échanges culturels des Routes de la soie qui fournira des informations clés sur les échanges et les influences mutuelles entre les cultures. L’atlas présentera et cartographiera les interactions ainsi que leurs résultats à travers divers thèmes, notamment, la science et la technologie ; le savoir-faire traditionnel et l’artisanat ; la religion et la spiritualité ; les langues et la littérature ; les arts et la musique ; et les sports et jeux traditionnels – entre autres. Le programme entreprend aussi les initiatives suivantes : 1) Le concours international de photographie du Regard de la Jeunesse sur les Routes de la soie, offre aux jeunes qui vivent dans les régions des Routes historiques de la soie et au-delà. 2) La Bourse de la jeunesse pour la recherche sur les Routes de la soie visant à mobiliser de jeunes chercheurs afin de poursuivre les recherches et études sur le patrimoine des Routes de la soie. 3) Le Réseau international des points focaux pour le programme des Routes de la soie a été établi afin d’assurer la participation des États membres à la réalisation des objectifs du programme.

80Dans la même conférence, pour illustrer l’importance scientifique de ce programme, j’ai également accueilli le docteur Olivier Bordeaux, chargé de recherches, CNRS et UMR 7041 « ArScAn » (Archéologie de l’Asie centrale) et le docteur Arnaud Bertrand, chercheur associé « ArScAn » et chargé d’enseignement à l’Institut catholique de Paris (ICP) pour présenter leur recherche en cours sur « Empire des Han. Principautés Yuezhi & empire Kouchan : relations diplomatiques, artistiques et économiques à la lumière de nouvelles sources ». Ils ont constaté les trois points suivants comme points de départ de leur proposition de recherche :

  • que savons-nous des axes de communications reliant la Bactriane et le Gandhara au bassin du Tarim et au Gobi, via l’Hindu Kouch, au tournant de notre ère ? ;
  • les réponses reposent à ce jour essentiellement sur deux types de sources :
  1. histoires dynastiques chinoises (zhengshi ; 正史). Histoires officielles, réglementées et éditées par le secrétariat impérial des dynasties des Han Occidentaux, Orientaux, Jin, Wei, Liang, Sui, Tang, Song…,
  2. rapports de fouilles conduites en Asie centrale (Afghanistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Mongolie, Chine du Nord et Nord-Ouest) qui permettent de suivre les espaces d’échanges entre ces deux zones culturelles ;
  • difficulté de considérer un renouvellement des approches puisque les mêmes textes chinois sont utilisés (parfois sans précautions), et les spécialistes de part et d’autres du Tarim ne peuvent disposer de compétences suffisantes pour exploiter les données de terrains et textuels sur une zone aussi étendue.

81Ils ont abordé l’étude des relations culturelles et politiques entre les Han, les royaumes du Tarim et les Yuezhi (entre le iiie siècle avant et le iii siècle après J.-C.) ; et ils ont exploité aussi les monnaies d’Asie centrale, datées du tournant de notre ère, les documents sur bois du Gansu, datés des Han, et les remparts fortifiés et plans des cités, et les céramiques, objets de la vie quotidienne. Leur démarche et leurs objectifs envisagent :

  1. la création d’une carte archéologique, avec identification de l’ensemble des sites existant le long des axes de communications principaux ;
  2. la mise en place d’un tableau chronologique complet des relations Han-« États » d’Asie centrale ;
  3. la création d’un Zotéro commun ;
  4. de comprendre comment les Yuezhi deviennent les Koushan, par l’étude de la numismatique, des villes fortifiées, de la disposition des Yabghus, et des textes chinois ;
  5. les analyses des textes Han du Gansu, afin de mieux cerner la teneur des relations officielles et non-officielles entre l’administration chinoise et les DaYuezhi, et autres « États » d’Asie centrale. Poursuite d’un atelier de lecture de textes (Xuanquan, Juyan, Dunhuang Nord, Tuyin, Jiuquan).
Haut de page

Table des illustrations

Légende Schéma illustrant les paysages et la relation entre les éléments naturels, physiques, et l’activité humaine dans l’Univers (Schéma de l’auteur. Roland Lin Chih-Hung, Rêve de jade ; les jades paysagers de l'ère Qianlong, Presse Université Paris-Sorbonne [PUPS], Paris, 2006. p. 90).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6808/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Lin Chih-Hung 林志宏, « Étude du paysage culturel et conservation du patrimoine en Asie »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 53-84.

Référence électronique

Roland Lin Chih-Hung 林志宏, « Étude du paysage culturel et conservation du patrimoine en Asie »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3b

Haut de page

Auteur

Roland Lin Chih-Hung 林志宏

Chargé de conférences, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search