Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesDialectologie grecque

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Nouveautés dialectologiques : X. B. Κριτζάς, Ἐκθέση χαλκῶν ἐνεπιγραφῶν πινάκων Ἄργους, Ἐπιγραφικό Μούσειο/Ἐφόρεια ἀρχαιοτήτων Ἀργολίδας, 2022. M. Dana, La correspondance grecque privée sur plomb et sur tesson. Corpus épigraphique et commentaire historique, 2022 (Vestigia 73). — II. Histoire des mots et noms de personnes : projet ANR Paris, Oxford LGPN-Ling. Questions d’onomastique corrélées : à propos des anthroponymes thasiens Πα(ι)έστρατος/Παίστρατος et Παισ̣[ι]θ̣εμίδης. Méthodologie de la recherche en onomastique anthroponymique : présentation au séminaire, avec Matilde Garré, Gérard Genevrois et Jean-Claude Chuat, des fonctionnalités du nouveau site de recherches en ligne LGPN-Ling, ouvert au public en février 2023, avec comme illustration l’étude sémantique des noms f. Ἀγαθη/ᾱμερίς et m. Ἀγαθή/άμερος destinée à vérifier s’ils forment couple en tant que nom d’homme et nom de femme correspondant.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Lexonyme, vol. 1, et le site web LGPN-Ling

1Nous avons le plaisir d’annoncer que notre ouvrage collectif Lexonyme. Dictionnaire étymologique et sémantique des anthroponymes grecs antiques, vol. 1 (A-E), est paru en juin 2023 dans la collection des Hautes études du monde gréco-romain de notre École (63). Cette recherche est d’une ampleur exceptionnelle, puisque ce sont plus de 36 000 noms grecs et hybrides qui ont été linguistiquement analysés depuis le début de nos travaux en 2015, dont environ 25 000 sont distincts, ce qui signifie que la différence, de 11 000, consiste en variantes de ces derniers. Ce premier des trois volumes en contient plus d’un tiers puisque les noms à plusieurs bases se trouveront mentionnés sous les lemmes lexicaux correspondant à chacune d’elles. Parallèlement à la préparation de la publication de ce volume et à la révision de la primo-analyse des noms de personnes des lemmes suivants (lemmes Z, H et I déjà revus, lemme Θ- en cours de révision), la directrice a conçu, en collaboration avec le Dr Magdalena Turska (Exist-Solutions), l’informaticienne développeuse du projet, l’interface de recherche LGPN-Ling (https://lgpn-ling.huma-num.fr/​index.html) correspondant à Lexonyme, qui est connexe à celle du Lexicon of Greek Personal Names (LGPN Database Search) de l’université d’Oxford (dir. émérite Prof. R. Parker ; dir. actuel Prof. N. Luraghi) et à Trismegistos de l’université de Louvain (dir. Prof. M. Depauw, collab. Dr Y. Broux), et connexe aussi au site Logeion des dictionnaires grecs : l’ouverture de LGPN-Ling au public a eu lieu en février 2023. Les antiquisants disposent ainsi d’une gigantesque proposographie des individus du monde grec antique connus par les sources à la fois épigraphiques et papyrologiques, avec un accès direct, grâce à notre projet, à l’analyse étymologique et sémantique des noms portés par ces individus, mis en rapport avec non seulement les mots correspondants du lexique mais aussi les noms des onomastiques corrélées – théonymes, noms de fêtes, toponymes, potamonymes, etc. Les trois sites ainsi interconnectés contribueront à restaurer aux Grecs de l’antiquité leur identité, à la fois dans la forme graphique même de leur nom et dans les éléments de sens dont chacun d’eux est porteur (Nomen omen) que nous nous efforçons de reconstituer, contribution jamais égalée à l’étude anthropologique, sociologique et plus largement historique de l’antiquité gréco-romaine.

2Revenons un instant sur le dictionnaire prosopographique exceptionnel fourni non seulement par les huit volumes imprimés actuellement parus du LGPN, mais aussi par l’interface de recherches en ligne, Database Search créée à Oxford sous l’impulsion de feux P. M. Fraser et E. Matthews et grâce à l’expertise de Sebastian Rahtz, prématurément décédé lui aussi, qui est le fondement même qui a rendu pour la première fois possible une analyse linguistique, à savoir étymologique et sémantique, du corpus de l’ensemble des noms de personnes grecs antiques. À la différence du LGPN, notre projet LGPN-Ling se concentre, en effet, sur les noms, et non tant sur les personnes qui les portent, sauf pour les occurrences uniques (hapax), pour lesquelles le nom coïncide avec le seul individu historique qui l’ait porté connu de nous, chercheurs modernes. Mais la recherche linguistique en onomastique repose sur l’examen et la comparaison de toutes les occurrences individuelles d’un nom, de toutes les variantes dialectales ou aréales en synchronie, et linguistiques au sens large, sur un empan chronologique large comme celui qui est pris en compte dans le LGPN, à savoir de l’époque archaïque, à l’époque byzantine. Pour étudier linguistiquement ces variantes d’un même nom, le point de départ nécessaire est leur classement, à la fois géographique et chronologique (grâce au tri chronologique de Database Search, nous pouvons accéder aux formes les plus anciennement attestées d’un même nom, et pouvons ainsi reconstituer, pour chacun d’eux, son évolution formelle en diachronie), ce qu’il était impossible de faire aussi systématiquement avant le LGPN et la création de son interface : le gain de temps pour les chercheurs est considérable. Rappelons les chiffres : environ 400 000 individus répertoriés aujourd’hui dans le LGPN, porteurs de plus de 40 000 noms (en comptant, cette fois, ceux d’origine linguistique non grecque, mais transcrits en lettres grecques) !

3Vient ensuite le filtrage des noms, qui a été rendu d’autant plus performant pour les linguistes par les possibilités qu’offrent les jokers <?> et <*>, qui permettent d’isoler des séquences linguistiquement pertinentes au sein d’un nom. Par exemple, en tapant successivement *αγορ* puis *ηγορ*, on est sûr d’obtenir tout nom formé de l’un ou l’autre de ces éléments, qu’il figure en premier élément d’un composé comme Ἀγορα-κλῆς, qu’il figure au second élément, comme dans l’inverse formel Κλε-αγόρας, qu’il s’agisse des formations paronymiques en -ά/ήγορος, comme Κλεάγορος ou Ἰσήγορος, de dérivés de composés, comme le nom de femme Παρ-ηγορ-ίς, de composés raccourcis réduits à un seul élément, comme Ἀγορεύς ; pour ce dernier, notre recherche a d’ailleurs permis de corriger la forme éditée dans LGPN, qui était Ἀγόρης : en effet, nous sommes à Delphes au 4a, et l’acc. Ἀγόρη et le gén. Ἀγόρεος sont ceux d’un nom suffixé en -εύς, et non en -ης. C’est l’analyse linguistique qui permet d’améliorer certaines formes répertoriées dans LGPN, dont il importe autant que possible d’aller aussi revérifier les lectures. C’est ensuite par la confrontation de noms porteurs de mêmes suffixes ou de mêmes radicaux que nous parvenons à reconstruire l’étymologie de noms. Par exemple, un nom hapax, comme Ἀριτάδας à Cyrène, 5a (La Souda) n’a pu être élucidé que grâce à la comparaison avec Ἐπιτάδας, Ἐπιταδώ, Ἐπιταδεύς, qui a permis de voir que Chantraine, l’auteur du Dictionnaire étymologique de la langue grecque avait, à juste titre, fait part de l’hypothèse, déjà proposée par Frisk avant lui, que ἐπι-τηδής repose sur un neutre qui, s’il était attesté dans le lexique, aurait pris la forme à /a:/ *τᾶ/ῆδος. Les trois noms de personnes mentionnés ont donc été formés sur ce radical, et c’est cette même forme qui se retrouve dans Ἀριτάδας, que l’on aurait tort, par conséquent, de considérer comme la troncation Ἀρι-τ-άδας d’un *Ἀριτιμάδας ou *Ἀριστοτιμάδας, qui ne sont du reste pas attestés. Et il en va de même pour le nom de femme Ἐριταδώ. C’est la continuelle confrontation des noms et simultanément des différents morphèmes et lexèmes qui les composent, en prenant chaque fois en compte la chronologie relative des formes et en les comparant d’une cité ou d’un domaine dialectal à un autre, en étudiant en outre aussi souvent que possible le nom dans son environnement ou milieu, en bref, le fait de mener des recherches multi-critères, en combinant pour chaque nom le plus d’angles d’approche possibles, qui permet de faire progresser l’histoire de la formation des noms de façon enfin décisive. Ce sont les bases de données quantitatives et les interfaces de recherche conçues de façon à pouvoir les utiliser avec le plus d’efficacité qui le rendent pour la première fois possible.

4Pour célébrer le premier aboutissement de ces travaux de longue haleine, ont été successivement présentés au séminaire : une recherche sur les anthroponymes thasiens Πα(ι)έστρατος, var. Παίστρατος et Παισ̣[ι]θ̣εμίδης (entretemps parue, REG, 135, 2022, p. 361-384), qu’il n’aurait pas été possible de mener à bien sans les informations communiquées par le meilleur spécialiste de la prosopographie et de l’histoire des périodes classique et hellénistique de la cité de Thasos qu’est Patrice Hamon (Sorbonne Université) ; puis, un aperçu de la méthodologie de la recherche en onomastique anthroponymique à travers une autre étude de cas, centrée sur les noms Ἀγαθήμερος et Ἀγαθημερίς, qui a été l’occasion de présenter la nouvelle interface de recherche LGPN-Ling avec Matilde Garré, Gérard Genevrois et Jean-Claude Chuat, comme nous l’avions fait en avant-première, au mois d’août, au congrès international d’épigraphie grecque et latine de Bordeaux, avec la seule Matilde Garré.

X. B. Κριτζάς, Ἐκθέση χαλκῶν ἐνεπιγραφῶν πινάκων Ἄργους, Ἐπιγραφικό Μούσειο / Ἐφόρεια ἀρχαιοτήτων Ἀργολίδας, 2022

5Dossier exceptionnel des tablettes en bronze du Trésor de Pallas à Argos, seize parmi les 135 trouvées lors d’une fouille de sauvetage au centre de la ville moderne, que l’éditeur, Charalampos Kritzas, ancien directeur du Musée épigraphique d’Athènes, a exposées dans ce musée à l’automne 2022, en en publiant un très beau catalogue : édition, traduction et commentaire, avec de très lisibles photos, précédés d’une présentation archéologique de la trouvaille par A. Papadèmétriou, et d’une riche introduction épigraphique et historique de l’auteur. Sur les traits historiques saillants, le vocabulaire institutionnel nouveau, les nouveaux noms de phratries et de kômai, les noms de mois, la nomenclature des citoyens et certains de leurs idionymes que font connaître ces documents, voir déjà les notices des BE 2007, no 187 ; 2008, nos 214 et 215 et 2011, no 275, consacrées aux publications précédentes de l’auteur concernant ces différents aspects. Ces documents financiers, trouvés dans des cuves de pierre et des vases qui contenaient les fonds, enregistrent encaisses et retraits au Trésor de la cité d’Argos, qui était mis sous la protection de Pallas Athéna, alors divinité poliade, avant l’absorption de Mycènes et de l’Héraion, qui fit ensuite d’Héra la divinité majeure de la cité. L’organisation des tablettes en lots permet d’en considérer certaines comme à peu près contemporaines. La datation repose comme souvent sur la paléographie mais aussi, dans le cas présent, sur la mention, dans la tablette 3, de l’expédition militaire à Corinthe (ἐν Κορίνθι, sic) : s’il s’agissait, comme le propose à juste titre C. Kritzas, de « la » guerre de Corinthe, qui est datée d’entre 394 et 386, nous serait ainsi offert un jalon de chronologie absolue. Et comme ni H ni Ω ne sont employés dans aucune de ces seize tablettes, la fourchette susdite constitue nécessairement un terminus ante quem (voir mon classement paléographique des inscriptions d’Argos dans Diffusion de l’attique et expansion des koinai, p. 40-41). Le n° 1, une tablette à la forme et à la dimension d’un pied d’homme, étalon de l’unité de mesure du pied argien, est considéré à juste titre par C. Kritzas comme le document le plus ancien. C’est le seul qui présente deux exemples de l’emploi de 𝈉 (hαγεμαστι𝈉όν, l. 1, et anthroponyme Σαῦ𝈉ος, l. 4), élément qui, avec la forme de ses lettres (notamment le kappa aux hastes diagonales de petite taille, l’upsilon à la forme archaïque de V, le phi en forme de cercle à médiane orthogonale non dépassante, la forme arrondie D du delta, etc.) oriente vers 450 (C. Kritzas parle, quant à lui, de ca 400) ; remonter plus haut paraît improbable vu la haste médiane horizontale, et non penchée, de A et de même pour celles de E.

Texte 1

6Nous ne reprendrons ici que les éléments sur lesquels nous nous écarterions éventuellement de l’éditeur, en renvoyant pour la traduction et son commentaire, à la publication en question.

7Dans ce premier texte, il est question d’une déclaration d’encaisse faite par les iaromnamones, au nombre de quatre, un par tribu (les trois tribus doriennes, Dymanes, Hylleis et Pamphilai, et une quatrième créée à Argos, celle des Hyrnathioi), dont les noms figurent aux l. 3-4, d’un montant dont le décompte a été fait par leurs deux secrétaires, Phillis et Kallidamos : ce sont les totaux qui émanent d’eux (πὰρ + gén.). Le style est celui des minutes ou procès-verbaux, à la syntaxe correcte mais un peu télégraphique (absence de καί entre les noms, mais signes de ponctuation qui jouent le rôle de séparateurs presque entre chaque mot, et facilitent ainsi grandement la lecture par rapport à la scriptio continua). Les deux totaux (κάρα, dérivé de κάρ, vieux mot pour la « tête »), présentés aussi par l’abréviation K, qui emploie, quant à elle, la forme archaïque de la lettre, alors que la forme du kappa utilisé dans le reste de l’inscription est plus récente, se montent, le premier à la somme de 40 988 drachmes et deux oboles ; le second comporte deux sous-totaux, l’un de 21 767 dr. et quatre oboles et demie, l’autre de 21 228 dr. et deux oboles et demie. La somme totale est considérable puisqu’elle atteint quelque 84 000 dr., soit presque 14 talents.

8Les iaromnamones sont les plus hautes autorités religieuses, qui avaient la charge de toute affaire de cet ordre, incluant du reste confiscation et consécration de propriétés de citoyens bannis, comme cela arrivait dans toute cité. La question de l’identification de la ligne budgétaire est centrale : elle est définie dès la première ligne, directement à la suite de la mention de l’autorité décisionnaire, par ce qui prend l’apparence d’un neutre en -ικόν, si l’on suit l’éditeur : le terme hαγεμαστικόν est un hapax absolu, qui ne se retrouve dans aucune autre tablette argienne. Comment l’interpréter ? L’aspiration initiale orienterait plutôt vers le substantif connu sous la forme ionienne-attique ἥγημα, épigraphiquement au sens de « guide » et dans la Septante, au sens de « vue, projet, but », un nom déverbal de ἡγέομαι « conduire ». On sait combien ce verbe a tendu à se confondre avec ἄγω de sens comparable, les deux étant employés pour dénoter le procès qui consiste à « conduire, mener », en tant que chef. Or, il existe un neutre comparable au précédent, ἄγημα, indiqué par le dictionnaire de LSJ comme l’équivalent dorien du précédent, qui désigne une division ou un corps d’armée, du reste aussi en pays béotien (ἄγειμα). C’est très vraisemblablement avec ce même sens qu’a été ici employée la base à aspirée initiale sur laquelle repose notre adjectif en -ικόν ; le /e/ est long, sans aucun doute. Nous aurions ainsi une présentation de l’encaisse du budget militaire, qui aurait émané des iaromnamones en tant que hauts responsables des trésors déposés dans le sanctuaire de Pallas Athèna. L’importance de la somme s’expliquerait d’autant mieux.

9Concernant la forme de cet adjectif : la formation d’un adj. en -ικός sur un nom en -μα, -ματος est bien attestée, cf. ἀκουσματικός, nom d’un fervent disciple chez les Pythagoriciens, πνευματικός adj. qui caractérise le vent, etc. (Arist.+), διηγηματικός « qui concerne le récit, l’explication » (Arist.+), ὀνομαστικός (Pl.+), en lien avec ὀνομάζω. Dans le cas présent, le /s/ est plus difficile à expliquer puisqu’il n’est jamais présent dans la conjugaison de ἡγέομαι ni dans les substantifs et adjectifs corrélés, sauf à supposer une analogie du type ὀνομάζω, ὀνομαστικός : comme c’est souvent attesté en onomastique anthroponymique, la consonne aurait-elle été alors ajoutée pour avoir une syllabe longue, et éviter ainsi la séquence de trois brèves qu’aurait donné, sans le /s/ -ματικός? Ou pourrait-on poser plutôt hάγε̄μα στίχο̄ν et y voir un accusatif de relation : « concernant (le poste budgétaire) du corps des rangs (de soldats) », i. e. « du corps des soldats du rang », avec στίξ, -ιχός « ligne, rangée, rang » ? Il ne s’agirait alors pas d’un corps d’élite, d’après la dénomination, assez dévalorisante puisqu’elle renverrait à de simples lignes, c’est-à-dire à la formation en alignement, mais non au statut des soldats ainsi alignés ; la mention au pluriel est déjà homérique, pour désigner les hommes les moins bien équipés, les simples soldats. Le problème est cependant que nous n’avons pas d’autre exemple de ce formulaire, un accusatif de relation suivi de son complément au génitif, parmi les quinze autres tablettes publiées. Il est vrai que celle-ci est par sa forme même atypique ; dans les autres, la destination des sommes est indiquée soit au datif, soit par la préposition ποί + acc. « pour, en vue de ». Mais un accusatif de rubrique, comme sont attestés aussi des nominatifs de rubrique serait aussi possible, dans ce style assez télégraphique. Il faudrait en ce cas comprendre : les iaromnamones, budget du corps de simples soldats, de Phillis, total de, etc. Deux autres objections, cependant, à cette reconstruction : la ponctuation, employée le plus souvent comme séparateur de mots (sauf dans le syntagme prépositionnel des l. 5 et 6), ne segmente pas la séquence dans laquelle nous nous proposerions de reconnaître ce syntagme nominal ; et, pour le fond, comment admettre qu’une somme aussi importante ait été dévolue à l’entretien de simples soldats ? En définitive, il est sans doute préférable d’admettre la proposition de l’éditeur, avec un adjectif muni de cette sifflante d’apparence un peu superfétatoire, référant au poste budgétaire des corps d’armée en général. Les quatorze talents refléteraient donc le budget militaire. Il n’est pas sans intérêt de rappeler ici que Diodore de Sicile (12.79) mentionne un corps d’élite argien de mille hoplites, qu’il présente comme particulièrement bien entraîné, ce dont on peut déduire qu’il était professionnel et par conséquent entretenu par la cité ; et Thucydide (5.67.2 et 72.3 et 4) les mentionne avant cela sous le nom de λόγαδες « hommes sélectionnés ». À titre indicatif, un clérouque athénien touchait 200 dr. par an, à la même période, cf. M. Piérart, G. Touchais, Argos. Une ville grecque de 6 000 ans, Paris, CNRS, 2000, p. 43 : 84 drachmes par hoplite professionnel à Argos serait, certes, de moitié inférieur, mais n’en resterait pas moins vraisemblable.

No 2 (sans ponctuation, cette fois)

1. Ἀ̣λιαίαι ἔδοξε τελείαι hελέσθαι τ ἀργυρίο̄ πὰρ Παλλάδος τ τᾶς Hέ̄ρας
2. τὸνς Ὀγδοέ̄κοντα, hοῖς ἔγραφε Κλεόδαμος καὶ Ἀριστέας. Ἀϝρέ̄τευε Νῖκις βο̄λᾶς Λέσϝα.
3. Ηέ̄λοντο τοὶ Ὀγδοέ̄κοντα {h}ἐκ τ πέτρο̄
4. καὶ ταὶ ἄλλαι ἀρτῦναι ποὶ τὸν πόλεμον.
5. Ἀϝρέ̄τευον τοίδε·
6. Ὀγδοέ̄κοντα· Λεπτίνας Σ̣ευτέρας,    Κ ΧΧΧ
7. Fεξακατίο̄ν· Ἀλκίο̄ν Δαϊφοντεύς,      ΧΧΧ
8 σπονδοδικᾶν· Θιοφείδε̄ς Σφυρε̄ΐδας,
9. πολεμάρχο̄ν, δαμιοργν
10. βο̄λᾶς· Μελίσσιχος Λυκοφρονίδας,
11. ἰαρομναμόνο̄ν· Ηαγίας Ἑρϝαhίδας.

10Datation de l’inscription. Elle se distingue de la précédente par l’absence de qoppa. La forme des caractères y a évolué : delta est de forme à présent anguleuse, thêta, présente dorénavant, plutôt qu’un trait horizontal, un point en son centre, kappa, a ses hastes diagonales plus développées, upsilon, présente à présent la forme en fourche Y, dont j’ai montré dans Diffusion de l’attique et expansion des koinai, loc. cit., qu’elle commençait à être employé au plus tôt ca 450-425, au même moment que le phi en forme de cercle, à haste médiane orthogonale à présent dépassante. La comparaison externe, avec les inscriptions éléennes sur bronze (on peut se reporter au tableau paléographique synthétique, IED, I, 276), n’est guère éclairante : upsilon y reste longtemps sous sa forme archaïque V, le phi récent apparaissant, cependant, à la même période qu’à Argos, ca 450-425. Par conséquent, une datation de notre texte argien au troisième quart du 5a serait plausible.

11Le premier mot du texte est dat. sg. ἀλιαίαι : ce mot a donné à Athènes le nom de l’Héliée, sous la forme ἡλιαία, dont la voyelle longue ἡ- est analogique, peut-être du nom du soleil, ἥλιος, car l’étymon des mots bâtis sur ce radical est *sa-wel-, avec une préfixation en ἁ- bref dit copulatif, et *wel- à rapprocher de εἰλέω « presser » : c’est, au total, l’idée de presser en un même lieu, donc de rassembler, un sens proche de celui de ἀγείρω. Ce qui est étonnant, c’est de trouver ἀλιαίαι psilotique : cependant, les dictionnaires étymologiques font remarquer que le dorien emploie ce mot sans l’aspiration initiale que présente, en revanche, dans toute la tradition, l’adjectif sigmatique de même étymologie, ἁλής. C’est la raison pour laquelle E. Nieto n’en parle pas dans sa Gramática (2008), considérant que le trait est plus largement dorien que strictement argien. Cependant, comment l’expliquer dans ces dialectes ? Il a déjà été observé dans ce séminaire une distribution complémentaire dans les dialectes entre *w et /h/ initiaux, les uns conservant l’aspiration initiale mais jamais le *w, comme l’ionien-attique ; les autres conservant le *w mais non l’aspiration, comme l’éléen psilotique, d’autres encore conservant les deux à l’époque la plus ancienne, comme à l’initiale des lexies faites sur le radical de ὁράω ou pour le pronom réfléchi ἑ : se rencontrent ainsi ϝε, hε et ϝhε. Signalons aussi que l’aspiration est, comme *w, une spirante d’articulation continue, toutes deux partageant un lieu d’articulation proche : vélaire pour [w] vs pharingué pour [h]. Dans ces conditions, dans un dialecte non psilotique comme l’argien, n’aurions-nous pas eu dans ce mot une dissimilation opérée, non entre deux phonèmes identiques, mais entre deux phonèmes d’articulations proches, un peu comparable, mutatis mutandis à la loi de Grassmann qui a promu τίθημι <*dhidheh1mi, avec ici : *sawel- > hawel- > awel- > a:l- ? Quant à l’adjectif ἁλής, il pourrait s’être formé en domaine littéraire ionien (Hdt.+), où l’absence de *w dès les premiers témoignages alphabétiques expliquerait l’absence d’une telle dissimilation. On peut à l’inverse rapprocher de ce dossier le nom de l’épreuve, ἄεθλος, et au neutre, le prix remporté à cette épreuve, ἄεθλον, pour lequel l’argien présente cette fois une aspiration initiale non étymologique : hάϝεθλον (E. Nieto Izquierdo, Gramática, 234, etc.), par le phénomène inverse de (et bien postérieur à) la loi de Grassman, d’assimilation d’aspiration, attesté dans nombre de dialectes, cf. e. g. Buck, GD § 65 (crét. θιθέμενος, thess. Φερσεφόνα, etc.). Ajouter une aspiration superfétatoire contredit le principe d’économie de la langue, et de sa phonétique en particulier, qui est notamment responsable de l’évolution des voyelles en hiatus, à l’intérieur du mot et en sandhi (avec le plus souvent remédiation par élision, hyphérèse, contraction ou synizèse), mais il est vrai que la diérèse de l’hiatus avec yodisation à l’intervocalique (voir la suffixation anthroponymique en -είας au lieu de -έας, SAGA, 691) contredit sporadiquement, de son côté, ce principe.

12Qu’est-ce qu’une aliaia teleia ? En pays dorien, teleia est l’équivalent usuel de ce qui est exprimé en domaine ionien-attique, à partir de l’époque hellénistique, par l’adjectif κύριος « qui fait autorité », et ce mot renvoie ici à la notion d’« exécutoire » : l’assemblée est ainsi définie comme exécutive, i. e. dont les décisions ont force de loi, à la différence d’un organe simplement délibératif, comme le Conseil. L’emploi de ἔδοξε pour indiquer la décision entérinée par le vote sera la règle ensuite aussi en domaine ionien-attique à l’époque hellénistique, et on peut se demander si l’influence attique à Argos, depuis le séjour en exil de Thémistocle ca 470, ne serait pas responsable de cet élément de formulaire législatif, souvent différent suivant les cités, puisque dans les textes crétois anciens, par exemple, c’est ἔϝαδε, de ἁνδάνω « plaire » qui est employé, usage cependant aussi attesté en prose ionienne, par exemple chez Hérodote, comme l’écrit G. Genevrois, Vocabulaire institutionnel crétois, p. 148. En éléen, c’est dit encore différemment, à l’aide du substantif ἀ ϝράτρα « dit, édit ». Le verbe ἔδοξε est construit avec une proposition infinitive complément, dont le sujet est τὸνς Ὀγδοέ̄κοντα ; l’aspiration initiale est notée de façon attendue dans l’infinitif hελέσθαι, où le groupe *sth n’avait pas à la dissimiler. Noter le signe de l’aspiration fermée + E à l’initiale du nom de la déesse, dont la première attestation ainsi notée se rencontre au 6a (Nieto Izquierdo, Gramática, p. 130, etc.).

13L. 2 : ἀ̄ϝρέ̄τευε suivi du nom Nikis du président du Conseil, du gén. βο̄λᾶς et du nom Λέσϝα de sa kôma ou village. Comme cela a été élucidé par Laurent Dubois (RPh, 60, 1986, p. 99-105), ce verbe procède de l’évolution phonétique de ἀναϝρητεύω, avec apocope et simplification du groupe consonantique en ἀρητ-, et une telle perte du sentiment de composition que le /a/ a pu être augmenté, de sorte qu’à l’imparfait, il est de quantité longue, comme c’est le cas ici. Le radical est *wer-h1-, celui de lat. uerbum, que l’on rencontre en grec avec une autre syllabation (<*wr-eh1- > ϝρε̄-) dans ῥητώρ ou ῥῆσις, en argien même, dans le participe parfait très ancien employé pour désigner ce qui a été voté : τὰ ϝεϝρε̄μένα, ou encore en éléen, avec cette particularité phonétique de l’ouverture de /e:/ hérité en [ä:], dans ϝρά̄τρα. La formation verbale est secondaire puisqu’elle est bâtie sur la base -ρητ- qui est celle de l’adj. verbal en *-tos ou des noms tout juste mentionnés à suffixe de nom d’agent ou d’instrument, avec adjonction du suffixe -εύω formateur lui-même de dénominatifs de noms d’agent en -εύς. J’ai repris ce dossier récemment ds les actes du colloque de Dialectologie de Chypre (2017), à propos du nom de phratrie argien Ἀμφιαρητίδας, dont j’ai montré qu’il était bâti sur cette base verbale et à comprendre donc comme ἀμφι-α(να)-ρητ-ίδας. L’emploi de ce verbe est exclusivement argien : comme souvent, les termes techniques, appartenant ici au vocabulaire des institutions, sont proprement locaux. Ce vocabulaire reflète des institutions reposant à l’origine sur l’oralité, comme en témoigne, de son côté, la fonction même de ἰαρομνάμων « (agent de la) mémoire du sacré ». Il n’est pas surprenant que celui qui « proclame haut et fort » et éventuellement, avec une valeur spatiale de ἀνα-, « de bas en haut », depuis la tribune située en bas jusqu’en haut du lieu de réunion, à la configuration probable de theatron, soit une dénomination possible de président ; l’emploi, en revanche, du génitif βο̄λᾶς en rection verbale, constant dans nos tablettes, surprend davantage. C’est ἀνά qui l’appelle, préposition qui ne se rencontre, cependant, que fort peu avec ce cas – exceptionnellement chez Homère avec ναῦς, pour indiquer que l’on monte à bord d’un navire (Od. 2.416, etc.) –, mais les dialectes autres que l’ionien-attique ont des emplois parfois diatopiques des cas prépositionnels, voir Nieto Izquierdo, Syntaxe des inscriptions dialectales d’Argolide (2021), chap. 2, p. 159-252.

14La kôma du président du Conseil est Λέσϝα. Elle est indiquée au nominatif de rubrique, dans ce style télégraphique, à la syntaxe sommaire. C. Kritzas, dans les actes du colloque de dialectologie organisé à Athènes en 2006 (Mélétèmata 52, Athènes, 2007), met ce mot en relation avec le nom de kôma argienne connu par Pausanias (2.25.6-26.1), sous la forme Λῆσσα ; c’est Curbera qui l’a invité à rapprocher cette graphie de celle de l’ethnique Ἑλισϝάσιοι de la petite cité connue aussi par le Périégète (8.3.3) sous le nom de Ἑλισσών, mais Ἑλισσοῦς chez Diodore de Sicile (16.39.5), ethnique transmis par l’épigraphie non arcadienne (notamment à Épidaure, IG IV2 1, 42, ca 300a) sous la forme Ἑλισφάσιοι, adaptation de l’ancien digamma sous la forme de la lettre phi, qui atteste une spirantisation des deux phonèmes : *w comme *ph, ayant convergé de façon conditionnée vers le son sourd [f]. Le sens progressif de l’assimilation est toujours plus difficile à justifier : peut-être qu’une fois *w spirantisé en [v] et assourdi au contact de *s en [f], ce dernier son, proche de l’autre, a pu s’y assimiler pour la raison que [s] était le plus solide des deux, notamment en position appuyante ; ce n’est en effet pas seulement le sens de l’assimilation qui est important, mais les forces respectives des phonèmes en présence : or, entre une spirante sourde comme /s/ et une sonante comme l’ancien *w, c’est /s/ qui est de toute façon le plus fort. Le dénommé Nikis est le seul personnage officiel pour lequel soit mentionnée sa kôma, alors que pour les autres, c’est la phratrie qui est indiqué par le biais du phratronyme, et sans que leur patronyme soit indiqué. Non qu’à l’époque, on n’ait utilisé le patronyme au génitif, mais probablement parce que, dans ce cadre institutionnel, il importait de certifier la validité des décisions en montrant que conformément à la constitution, les différents collèges de magistrats étaient constitués par répartition de leurs membres de façon à ce qu’aucune phratrie ne fût désavantagée en étant moins représentée qu’une autre, mode de fonctionnement témoignant d’institutions saines. Nikis est une forme raccourcie de composé : il n’y a pas d’autre attestation de ce nom à Argos, mais il se rencontre au 4a en Argolide orientale, sur la péninsule de l’Aktè ; en revanche, Νίκιππος se rencontre à Argos, y compris pour une femme, Νικίππα, la plus ancienne attestation s’en rencontrant ca 300a.

15Curieusement, à nos yeux du moins, si le vote concernait le retrait à opérer par les Quatre-vingts, la réalisation fait en réalité état, non seulement de ce collège mais des autres : καὶ ταὶ ἄλλαι ἀρτῦναι. C. Kritzas, dans son article des CRAI (2006), a montré que l’article au féminin est parfaitement justifié et doit par conséquent être restitué chez Thucydide (5.47.9), où des modernes avaient été tentés de corriger : οἱ ἀρτῦναι. Il ne s’agit pas de magistrats, donc de noms d’agent masculins, mais bien de collèges, et de substantifs féminins. L’erreur traîne encore dans le DGEsp, qui pose un masc. ἀρτύνας, qui n’a pas lieu d’être. Le mot est intéressant en lui-même puisque c’est l’un de ces assez rares noms d’action du grec en -τύς (avec généralisation du ton sur le suffixe), ce en quoi le grec se distingue bien du latin, qui présente cette formation en abondance, cf. virtus, fait sur uir. Voir Chantraine, Formation, p. 290-292 : ἀγορητύς « don de la parole » en lien avec le verbe ἀγοράομαι ; βοητύς, « fait de crier », βρωτύς « fait de manger », τανυστύς « tension », sur τανύω, etc. Il existe de même ἀρτύς, ύος, mot rarissime pour désigner l’articulation, l’accord, la relation : ἀρτύς· σύνταξις et ἀρτύν· φιλίαν καὶ σύμβασιν, ἢ κρίσιν (Hsch.). Ce mot ancien a été refait en -σις réfection typique de la koinè, d’où ἄρτυ-σις « condiment, assaisonnement en cuisine » (Phil.+). Mais le plus ancien est le verbe ἀρτύνω « ajuster, adapter, organiser » (Hom.+), qui renouvelle le vieux verbe ἀραρίσκω de même étymologie (< *H2er-), qui exprime la même notion d’ajustement et d’adaptation. Dans ce nom de collège de magistrats propre à Argos, le substantif en *-tus a été dérivé en *-nos, d’où -τύνα, de sorte que la forme apparaît morphologiquement comme adjectivale, même s’il est vrai que le grec connaît des substantifs formés de ce suffixe dérivationnel, comme les noms d’instruments κορύνη « houlette » (Hom.+), τορύνη « cuillère » (Sophr.+). La question se pose de la quantité du /u/, que Chantraine, Formation, invite à considérer comme long. Le seul parallèle à invoquer serait le couple formé par δίκτυς, qui paraît cependant accentué sur le radical (Hdt.+), et qui serait la désignation laconienne d’un poisson (Hsch.), et Δίκτυννα, qui est une épithète d’Artémis (Hdt.+), mais mise plutôt en relation avec le nom de la montagne Δίκτα ou Δίκτη en Crète (Chantraine, Formation, p. 208). C’est quoi qu’il en soit un unicum, mais bien étayé par la famille qui l’entoure. Le mot pourrait être traduit par « commission » mieux que « collège » qui présuppose élection plutôt que mission comme dans le cas présent. La différence entre ἀρτύς et ἀρτύνα est celle qui existe entre le nom d’action et le nom d’instrument de l’action : c’est ici l’instrument d’organisation ou d’ajustement que peut représenter une commission.

16L. 4 : ποὶ τὸν πόλεμον : voici le motif du retrait, avec l’emploi de la préposition ποί équivalent argien de πρός ionien-attique, qui évolue phonétiquement ainsi : pace E. Nieto Izquierdo, Gramática, 533, qui pose ποτὶ τὸν > ποὶ τὸν, par dissimilation de dentale, hypothèse qui paraît phonétiquement injustifiable, il est préférable de s’inspirer de L. Dubois, RDA I, 135, qui pose le couple arcadien πός/πο(ί), en invoquant des particules alternantes, en supposant la rémanence en argien de myc. po-si, avec l’évolution de la sifflante intervocalique bien connue de l’argien, l’absence de conservation de l’aspiration pouvant s’expliquer par l’usure phonétique caractéristique des mots grammaticaux ; l’argien aurait donc employé concurremment ποί et la forme proprement dorienne ποτ(ί). La forme argienne assibilée dat. Ποσειδᾶνι (cf. myc. po-si-da-o) du nom de Poséïdon est une autre illustration de la même rémanence.

17Le texte présente une vue comme en coupe des institutions majeures de la cité d’Argos, dont les Quatre-vingts viennent en premier et les iaromnamones en dernier, seule fonction religieuse du lot. L’élément troublant est l’occurrence, distincte de celle du Conseil (l. 10) et de celle des Quatre-vingts (l. 2 et 6), de la mention d’une instance de 600 (l. 7). C’est le Conseil que nous aurions plutôt évalué à ce nombre de membres, conformément aux institutions athéniennes ou éléennes, dont les Conseils en comportent 500 : l’éditeur fait alors l’hypothèse d’une assemblée réduite, du fait qu’en temps de guerre, les citoyens étaient sous les armes. Les présidents des différentes instances dont les signatures valident le retrait pratiqué ont cette fois leurs noms accompagnés de leurs phratronymes, tous en -ίδας (cf. mon étude des modalités morphonologiques du rattachement de ce suffixe aux différents types de bases, dans les actes du congrès de dialectologie de Nicosie édités en 2017 par A. Panayotou et G. Galdi, p. 187-201), à savoir de forme similaire à celle des anthroponymes ou héronymes éponymes des phratries. L’étude de ces noms n’est par conséquent pas différente de celle des anthroponymes. Un seul fait cependant exception : Σ̣ευτέρας, l. 6, précédé du nom du président des Quatre-Vingts qu’est Λεπτίνας. Cette seule phratrie aurait pu être désignée comme la « Deuxième », le suffixe *tero- invitant à considérer une totalité qui aurait pu être à l’origine réduite à deux. La même forme se retrouve, dans le même environnement phonétique, dans un arbitrage des Argiens entre Mélos et Kimolos (IG XII 3 1259 ca 338) : Ἀρήτευε Λέων [β]ωλ[ᾶ]ς Σευτέρας. Il faut en effet comprendre Δευτέρας, avec la notation par <Σ> de la spirantisation précoce de *d, voir déjà E. Nieto Izquierdo, Gramática, 283-284. Indices en ce sens : à Argos, à la fois, l’évolution de /s/ secondaire vers [h] et le caractère interchangeable de <F> et de <B>, qui parle en faveur d’une convergence des sons correspondants, sans doute vers la spirante [v]/[f] sonore ou sourde suivant le contexte immédiat ; en laconien, *th > [θ] noté <Σ>, et en éléen, emploi alternant de <Z> et de <Δ>, autre indice possible d’une spirantisation ancienne de *d. Nous aurions de même, en argien, *d > [z], voisin de /s/. De sorte que la graphie serait ici phonétique, et l’évolution, à poser comme suit : [s#d] > [s#z], avec <Σ> comme notation de la sonore aussi, dans un dialecte où <Z> note encore une articulation complexe (Nieto Izquierdo, Gramática, 290), ce qui empêchait de se servir de ce signe pour noter le son [z]. Il ne s’agirait pas d’une évolution seulement phonétiquement conditionnée, cf. no 9, 7 ; Hαγε̄hίο̄ν Σευτέρας ; la graphie aurait pu rester d’usage pour ce vieux nom de phratrie en face, par exemple, en 9, 4, de Δυμμάδας avec <Δ> initial, dans la formule onomastique Πεισῖνος Δ., où le /s/ qui précédait aurait pourtant laissé attendre le même traitement, et de même l. 10, dans ἰαρομνάμο̄ν Δο̄ριάδας.

18Un autre phratronyme est d’étymologie intrigante, l. 11 : Ερϝαhίδας, également attesté sous les formes Hερβαhίδας, no 6, 10, et Ερβαhίδας, no 15, 6. Kritzas renvoie à la glose ἔρβως· εὔρως (Hsch.), et rappelle que εὐρώς, εὐρῶτος signifie « la fange, le moisi, ce qui est gâté » : il serait possible que le fleuve de Laconie du nom d’Eurôtas soit bâti sur ce radical, à moins qu’il soit plutôt fait sur l’adj. εὐρύς, et suffixé en -ώτας. Mais la glose d’Hsch ne présente pas la même accentuation que ce mot déjà homérique. Puis, nous avons besoin ici d’un verbe en -άω, comme l’on a, mutatis mutandis Ἐρασι- formé à partir de ἔραμαι. Il faut alors probablement se tourner en premier lieu vers le lemme ἔρᾱ du DELG 2. Le mot est attesté tel quel chez le grammairien Erotien et également chez Strabon, au sens de « terre ». Dans la langue homérique, la forme adverbialisée ἔραζε « à terre », avec la particule lative -δε, qui appelle l’accusatif (ici pluriel) est seule employée, et Hésychius confirme le sens, en la glosant χαμᾶζε. Le lexicographe présente une autre glose, où le substantif apparaît au génitif : ἔρας· γῆς. La Chronique d’étymologie grecque 7 de la Revue de philologie, reversée dans le DELG2, Suppl. s. v. ἔρα, rapporte une proposition d’étymologie de G.-J. Pinault (Festschrift Meid 1999, p. 315-324, cf. Hackstein, HS 115, 2002, 3), qui a tenté de rapprocher ce mot de la forme hittite arh « frontière, bord » < *h1erh2-. Cependant, d’autres rapprochements étymologiques pourraient être aussi pertinents comme gall. erw « champ », v. h. a. ero « terre ». L’autre mot à rattacher à cet appellatif est le verbe dénominatif ἐξεράω « verser, déverser à terre » et même « vomir » (DELG2, s. v.) Le simple est attesté chez Hésychius seulement : ἐρᾶσαι· κενῶσαι. L’idée de « vider », une forme de débordement, pourrait mener davantage du côté de la frontière ou du bord que du côté de la terre. Ce qui pourrait permettre de préciser éventuellement le sens de ἔρα en « limite de terre ». Il n’est peut-être pas sans intérêt non plus que des formes soient attestées avec d’autres préverbes comme le neutre διέραμα « entonnoir, passoire » (Plut.), que μετεράω soit employé au sens de « transvaser », etc. Mais rien sous les lemmes invoqués ne permet d’expliquer le digamma. En revanche, est bien attesté en grec le mot ὀρϝός (Corcyre, myc. wowo) « délimitation, borne frontière » : la forme pourrait procéder d’un plus ancien *worwo-, et une dissimilation régressive de [w] initial, d’autant plus explicable devant voyelle vélaire, expliquerait la forme corcyréenne. L’étymologie proposée pour ce mot le met en relation avec Lat. uruāre « délimiter avec une charrue, scil. par un sillon », et peut être aussi évoqué osque uruuú, de *urvā, au sens de « sillon, limite ». Nous pourrions alors avoir, à travers notre phratronyme, la trace de *erwā, en face de *worwo-. Le degré /e/ serait un degré verbal, à mettre en relation avec celui du verbe ἐρύω « tirer, tracer », comme on peut « tracer un sillon » : on pose étymologiquement pour ce verbe *werw- ; le conflit avec ἔρυμαι « protéger, sauver », à la base d’apparence synchroniquement homonymique, écrit Chantraine, aujourd’hui postulée comme étant plutôt à rapprocher de celle de ὁράω, en posant *swerh3- à la place de *werw- (Hackstein, Die Sprachform der homerischen Epen, 2002, p. 123-131), a été responsable du déclin de la première de ces deux familles, qui a survécu surtout dans des formes en (ϝ)ρῡ-, avec l’autre syllabation de la racine, comme ῥύ̄τωρ « archer », ῥῡτά les « rênes », etc. Du degré e verbal procéderait celui de ἔρ(ϝ)α « marquage, traçage, sillon de terre qui délimite » : il serait alors vraisemblable que le sens originel du substantif féminin soit celui du nom d’action que nous venons d’expliciter, et que la notion de terre n’y ait été adjointe qu’en second, comme issue du contexte d’emploi le plus fréquent : la délimitation de terres. Parmi les dénominatifs construits sur ce nom d’action, nous aurions ici la trace de la base sigmatique aoristique du simple. Ἐρϝαh-ίδας devrait ainsi son nom d’éponyme de la phratrie à ses fonctions ou son intervention dans le tracé fondateur des frontières, qui aurait assuré l’installation des familles sur un espace suffisamment grand pour les nourrir toutes. L’aspiration initiale de l’une des variantes du phratronyme pourrait s’expliquer elle aussi par la proximité en synchronie entre les deux bases verbales, quand bien même étymologiquement, c’est bien en partant de ἐρύω « tracer, délimiter » que s’expliquerait notre nom d’action. La proximité entre la base lexicale du phratronyme et le verbe latin seruāre « conserver, protéger », de même étymologie que gr. ὁράω, est en même temps remarquable. L’absence de la variante *ϝερϝ/βαhίδας s’explique par la dissimilation du premier *w, d’ordre régressif attendu, rendue nécessaire par l’articulation peu économique du phonème /w/, à la fois labial et vélaire. En revanche, une assimilation régressive d’aspiration était moins coûteuse en énergie, de sorte que l’évolution vers Hερβαhίδας pourrait avoir été phonétiquement conditionnée autant qu’analogique ; cela rappelle dans une certaine mesure l’hypothèse formulée supra pour justifier les nombreuses occurrences argiennes de Hάϝεθλον : celle d’une aspiration phonétique produite par une assimilation régressive partielle de /w/, dont le lieu d’articulation, notamment vélaire, était proche de celui de [h], à la différence près, cependant, que l’aspiration devant -ίδας rendait ici un tel processus encore plus prévisible.

Texte no 3

19Il est à nouveau question d’un retrait, et sa destination est énoncée cette fois à l’aide du datif à valeur finale : pour la campagne de Corinthe ou l’armée à Corinthe. Toute l’interprétation de C. Kritzas et sa proposition de datation de l’ensemble des textes du Trésor de Pallas repose sur cette mention dans ce texte, et la conviction que la guerre de Corinthe ne peut être que celle qui a laissé des traces chez les auteurs, celle des années 394-386, qui s’achève sur la Paix du roi ou d’Antalkidas. Cependant, on l’a dit, nos textes ne présentent ni H ni Ω, alors qu’on attendrait leur introduction assez tôt au ive siècle. Et le texte 3 est d’allure plus ancienne que le texte 2 : en effet, les A ont encore leur barre médiane légèrement inclinée, les K ont leur allure inégale des temps les plus anciens, le phi du nom Ἐμφάνε̄ς, l. 6, est de forme circulaire avec haste verticale médiane incluse, le nu est encore penché, avec ses hastes de droite en appendice, le rho est de forme ancienne, les omicron sont petits, suspendus au milieu de la ligne. La ponctuation réapparaît comme en 1, alors qu’elle était absente du texte précédent. Le texte paraît plus proche de 1 que de 2, de sorte que nous ne pouvons guère songer, en fait, à le dater plus tard que 420. Nous serions par conséquent plutôt dans le cadre de la Guerre du Péloponnèse, voire à ses débuts, qui mettent en effet Corinthe aux premières loges. On songe aux années 435 et aux affaires de Corcyre, puis de Potidée. À cette époque Argos ne fait pas partie de la Confédération péloponnésienne, et nous avons déjà parlé de son tropisme athénien. Or Athènes s’oppose à Corinthe, dont la puissance devient menaçante ; et ce d’autant que les Corcyréens sont venus demander l’aide d’Athènes contre leur métropole. Et l’affaire de Potidée, alliée de Corinthe représente une menace pour la domination athénienne en Chalcidique. On peut concevoir qu’en tant qu’alliée d’Athènes, Argos ait pu être partie prenante dans une guerre contre Corinthe, très précisément à cette période, i. e. peu avant le début de la guerre du Péloponnèse.

20La ponctuation, d’une rigueur systématique, sépare chaque syntagme, et le nom, de son phratronyme, sauf quand il est séparé de celui-ci du fait du changement de ligne : cela prouve que sa fonction est ici surtout syntaxique, et non décorative, comme elle peut l’être sur des objets de prix offerts en consécration. Il est particulièrement remarquable qu’elle soit même employée à l’intérieur de la formule onomastique, en l’absence pourtant d’ambiguïté, puisque tout Argien connaissait le nom des quelque 48 phratries, et n’avait donc aucune difficulté à délimiter le nom qui précédait. Cela témoigne probablement d’une volonté légaliste : il s’agit d’authentifier tout retrait en le munissant de toutes les validations nécessaires (en l’occurrence, les signatures de toutes les autorités en charge, il s’agit chaque fois des présidents), et la clarté de la signature, l’insistance que lui apporte la ponctuation, est là pour donner le plus de validité à l’acte. La ponctuation a donc aussi une fonction sémantico-pragmatique, et très exactement ici performative ; et l’énumération des présidents des différents corps, qui est en même temps une forme de datation, contribue encore à la validité de l’acte. La mention des phratronymes, absente du texte no 1, a aussi pour motivation d’attester que les différents présidents appartiennent à des phratries distinctes, comme on l’a déjà expliqué. Il est remarquable qu’aucune phratrie ne soit représentée deux fois en même temps, comme s’il y avait non seulement rotation de la présidence au sein d’un même corps, mais comme si l’on veillait à ce que cette présidence ne soit pas exercée simultanément dans des corps différents par la même phratrie. Il faudra vérifier si cette pratique est corroborée par les textes suivants. D’un point de vue sémantico-pragmatique à nouveau, l’unique redondance que constitue la répétition du mot κάρα, à la fois gravé in extenso, puis sous la forme acronymique K, devant les montants eux-mêmes, est remarquable et en dit long sur l’importance accordée à ces totaux (ici deux sous-totaux correspondant au contenu probable de deux contenants). C’est à nouveau une somme importante (18 660 dr.), que l’on ne s’étonne pas de voir dévolue à la guerre. Ce budget a chance d’avoir été le plus élevé pour les cités à l’époque des grandes guerres, comme celle du Péloponnèse. L’autre budget important, en période de paix, devait être celui des grands travaux, le plus souvent ceux de construction de temples et d’embellissement des sanctuaires ; non tant à cause des salaires à verser, vu notamment l’importance en nombre des esclaves, que pour l’achat des matériaux de construction.

21Revenons à présent à la ligne 1 : elle donne à penser que les 80 n’ont pas le statut de ἀρτύνα. Il est remarquable que ces artynai soient renouvelées chaque semestre (noter la forme à digamma initial conservé du nom du semestre, gén. ϝεξαμέ̄νο̄, ailleurs attesté avec son aspiration initiale, la trace d’un étymon *suek-s ; absence cependant de la conservation des deux phonèmes initiaux, alors que ca 550a, Buck, Greek Dialects, n° 83, le nom du simple particulier ϝhεδιέστας, ion.-att. ἰδιώτης, conserve la double notation étymologique) ; noter l’expression ταὶ ἀρτῦναι ταὶ ϝεξαμέ̄νο̄, sans enclave mais avec reprise de l’article : on aurait pu avoir syntaxiquement aussi bien: ταὶ το̄ ϝεξαμέ̄νο̄ ἀρτῦναι avec enclave ; il est vrai que la langue littéraire répugne à la cacophonie produite par la succession de deux articles, mais nous ne sommes ici que dans un procès-verbal de retrait, et la cacophonie n’a pas été évitée, l. 2, ἀργύριον πὰρ Πάλλαδος τὸ τᾶς Ηέρας : éditer l’article ainsi, qui ne peut être syntaxiquement au génitif, dans ce texte-ci, à la différence du n° 2, où était employé le génitif partitif ; l’emploi de l’accusatif inviterait-il à comprendre qu’il s’agissait non d’un prélèvement mais du retrait de la totalité de ce qui se trouvait alors dans ce Trésor ? Aurait-ce été la guerre qui aurait été responsable du fait que l’on vidait toutes les caisses pour y faire face ?). Il est par conséquent probable que l’effet soit d’insistance et vise à la clarté : à nos yeux, un tel luxe de détails pourrait paraître d’autant plus étrange que tout Argien savait nécessairement que les commissions étaient mandatées pour le semestre ; ou bien, c’est l’indice que cette durée était, en période de guerre, susceptible de changer. Mais dans tous les cas, c’est encore une fois l’indice d’une forme de légalisme traduisant soit la fierté des institutions locales, soit la volonté de les rendre manifestes aux yeux de ceux qui auraient pu vouloir les contester : on sait comme souvent les cités étaient divisées entre les tenants de la démocratie, dont semblent témoigner de telles institutions, dans lesquelles la rotation des charges paraît destinée à éviter toute tentation tyrannique, et le parti oligarchique, visant au contraire à davantage de concentration du pouvoir.

22Κορίνθι est dans sa forme intrigant. Le nominatif du nom de la cité est Κόρινθος comme on sait, et l’on attend Κορίνθο̄ι en alphabet épichorique : omicron aurait-il été oublié ? Rappelons qu’il est quelques formes suffixées à génitif en -νθος, comme le nom argien de Tirynthe, petite agglomération toute proche d’Argos, au nominatif athématique Τίρυνς < -*υνθς, avec génitif en -νθος. Aurait-on ici une trace de la forme plus ancienne non encore thématisée du nom de la cité de Corinthe, un ancien : **Κόρινς, -νθος, dont le datif serait alors régulièrement Κόρινθι ? Le nom de Tirynthe lui-même a tendu vers la thématisation : il est par exemple un nom de montagne connu sous la forme Τίρυνθος (Souda), et l’allatif Τιρυνθόνδε fait sur le nom de la cité, chez Étienne de Byzance, parle en faveur de même de la thématisation de la forme, qui est une forme de régularisation, pour des paradigmes résiduels semblant anomaux aux locuteurs. Considérations étymologiques à la fois sur la forme du suffixe et sur la base lexicale, susceptible d’être celle du nom d’une variété de poisson (Hsch.) plus vraisemblablement, sur le golfe de Corinthe, que celui de la « punaise » ou « mite », κόρις, -ιος, voire -ιδος, ou d’être celle de κόρυς, -υθος « casque », avec une nasale en position implosive susceptible d’être notée ou non (même principe dans l’épiclèse d’Apollon Κόρυ[ν]θος). Le mycénien a le toponyme kor-i-to attesté à Pylos (DMic, s. v.), postulé comme pouvant correspondre au nom de la cité du millénaire suivant ; il n’y a pas en revanche de toponyme **ko-ru-to. Signalons que, pour Jean Haudry, DELG2, Supplément, s. v. κόρυς, l’étymon serait*korudh- et que le germanique témoignerait de la même alternance entre *harud- et *harid- (à la base de l’anthroponyme anglais Hoered) que le grec entre le nom du casque et notre toponyme. Il est frappant cependant que κόρυνθος soit attesté aussi : à la fois par une glose d’Hésychius : κόρυνθος· μάζης ψωμός « morceau de gâteau », et à travers l’épiclèse d’Apollon Κόρυνθος attestée dans des inscriptions d’Asiné, dont on sera tenté de rapprocher aussi une autre glose : κορυνθεύς· κόφινος, κάλαθος, ἀλεκτρύων. Le mot est ancré aréalement, et l’on pourrait se demander si les deux suffixes ne seraient pas interchangeables ou s’il ne faudrait pas considérer que Κόρυνθος aurait pu être dissimilé en Κόρινθος.

Onomastique, phratronymes et anthroponymes

23Πάγκο̄ν Δαρμεύς : l’éditeur rapproche le phratronyme de δέρμα « peau », certes connu en mycénien avec ce vocalisme /e/, mais l’ouverture en /a/ étant courante devant /r/ ; et de δαρμός, DGEsp., qui renvoie au « fouet » des châtiments corporels. Cependant, il n’est pas de *δερμεύς attesté, qui renverrait au métier de tanneur ou autre peaussier. Il est en revanche un ver à bois et à cuir qui est dit : δερμητής. Quant au nom d’homme lui-même, l’éditeur le rapproche de Παγκᾶς et Πάγκις. Le premier de ces noms est souvent considéré comme une forme tronquée de παγκρατής « tout-puissant », qui est notamment une épithète de Zeus chez Eschyle ; mais dans l’anthroponymie, nous pourrions avoir aussi bien une troncation de πάγκαλος (Ar.+) ou même πάγκακος (Hés.+), avec une valeur apotropaïque, destinée à faire que le mauvais œil se détourne de l’enfant pour qu’il ne meure pas d’une maladie enfantine. Et d’autres épithètes sont possibles, comme πάγκαρπος « couvert de fruits » (Pi.+), peut-être pour souhaiter que la descendance ne s’arrête pas à cette génération. Pour celui à suffixe en /i/, il n’y a pas d’autre candidat dans le lexique que κίς, κιός « ver » (Pi.+). Or nous avons ici : -κων. Comme l’avait montré L. Dubois (Revue germanique internationale, 19, 2003, p. 7-11), à propos de Λαοκόων, attesté aussi sous la forme Λαϝοκόϝων, transmise par Priscien, la littérature atteste les Λαοκωντίδαι, ce qui laisse supposer une forme de participe en -ων, ωντος. L’hypothèse de Dubois est que l’on ait eu interférence entre le suffixe individualisant banal -ων, ωνος et le suffixe de participe attendu pour le verbe κοέω, soit, en faisant aussi l’hypothèse d’une hyphérèse : κό(ϝ)ων, κό(ϝ)ωντος, et, avec contraction, -κῶν, κῶντος. Autrement dit, la question qui se pose ici est de savoir si l’on a la forme contracte : Παγκῶν. Le sens de κοέω est « entendre, prêter attention à », sens que l’on met souvent en relation avec celui de lat. caueo « prendre garde ». Ce serait alors celui qui est sur ses gardes, la prudence incarnée, celui qui contrôle tout. C’est à l’époque hellénistique à Thespies que l’on rencontre la forme non contracte dans le nom Λακόων. Ailleurs, c’est -κῶν qui est attesté. Qu’en est-il en Argolide ? Il n’y a pas d’autre attestation de cette base 2, mais elle se rencontre régulièrement contractée, y compris dès le 5a en Attique, et dès le 4a en Béotie. Cependant, en argien, l’hiatus demeure en principe : par conséquent, devrait être supposée une troncation, et la substitution au radical de la base *κο(ϝ)ων, de κ- + suffixe dit « individualisant » -ων, d’où -κων, -κωνος. Le nom de phratrie suivant est Ἀραχνάδας, en rapport probable avec le nom de montagne Ἀραχναῖον, qui fait la frontière entre l’Argolide orientale, du côté de l’Aktè, et Corinthe (Paus. 2.15.10). L’un et l’autre sont bâtis sur la base dérivationnelle du nom de l’araignée, ἀράχνη.

24Ζο̄τας Κερκάδας. Le nom d’homme n’est attesté ailleurs que de l’époque hellénistique à l’époque impériale, et accentué avec constance par les éditeurs périspomène : Ζωτᾶς. Il s’agit donc de l’un de ces sobriquets sur lesquel a écrit L. Dubois, dans La suffixation des anthroponymes grecs antiques et dans les Mélanges offerts à F. Skoda. Cela ressemble à une forme tronquée de l’adjectif du lexique ζωτικός « vivant, viable, vital » (Pl.+). Mais Hésychius mentionne une épithète d’Apollon à Argos, dit Ζωτεάτας, formation elle-même remarquable : Ζωτεάτας· Ἀπόλλων ἐν Ἄργει, ἀπὸ τόπου. Il semble en effet que son suffixe soit en -εάτας, séquence que l’on retrouve dans le nom des Éléates d’Élée en Italie du Sud, dite Véléa. Une telle suffixation ethnique ferait plutôt partir d’un thème en -έα, soit le nom d’homme à suffixe agentif -έας, Ζωτέας, avec évolution phonétique subsidiaire en -ᾶς. Cependant, un doute subsiste à une époque plus haute et en pays dorien, où l’on attend le maintien du suffixe non contracté : de sorte que l’on préférera y voir un dérivé en -ας, Ζό̄τας, du nom abondamment attesté Ζῶτος.

25Κερκάδας : il est une cité de Béotie près d’Aulis, du nom de Κερκάς, άδος. Hsch. pose l’équivalence avec κρέξ· ὄρνεον, On a aussi κέρκα, glosé ἀκρίς, i. e. la sauterelle, et κέρκαξ· ἱέραξ, le faucon. Il semble que la queue, fém. κέρκος, -ου, puisse être chaque fois à l’arrière-plan. Dans tous les cas, la référence est ici animalière, et peut-être d’origine toponymique. C’est ici l’adjectif phratronymique en -ά-δ-ᾱς accordé avec le nom d’homme.

26Il est intéressant de voir la mention, l. 7, des συνδεκαδέες, nom. pl. de συνδεκαδεύς : la présidence des 80 est assurée ici à la fois par Zôtas et par ses collègues de la même décade ; autrement dit il est pris la peine d’indiquer que la présidence est d’une certaine manière collégiale au sein de la décade à laquelle appartient Zôtas. Cela signifie que les 80 étaient divisés en 8 décades, soit deux par tribus. Il est assez étonnant de voir apparaître cette présidence collégiale, alors que dans le texte précédent le président exerçait sa présidence seul. La question qui se pose pour la forme flexionnelle est celle de la quantité du premier /e/ : si les deux étaient brefs, n’aurions-nous pas attendu une contraction en -ε̄ς ? Nieto Izquierdo, Gramática p. 441, fait remarquer, concernant la flexion en -εύς, que la contraction a été pratiquée dès le 6a, mais qu’au 4a notamment, réapparaissent les formes sans contraction, qu’il dit analogiques. Comme souvent, ailleurs qu’en domaine dialectal ionien-attique, le paradigme des sigmatiques et celui des noms en -εύς convergent en effet, et comme les formes non contractes se maintiennent pour les sigmatiques, avec donc deux voyelles brèves successives, cette analogie a pu jouer pour les noms en -εύς. Ιl ne semble pas cependant que le premier /e/ ait été yodisé, car sinon, il aurait pu être noté par iota, comme on l’observe pour les noms en Θιο-, et en crétois pour les thèmes sigmatiques, mais non en argien, où l’on a συνγενέες, τειχέων, etc.

27L. 8 : hισχέμαχος Ἀρκεhίδας. Le phratronyme est fait sur un nom de héros à la forme de composé raccourci à premier élément verbal : c’est le verbe ἀρκέω, employé au sens de « secourir » ; sont attestés des composés anthroponymiques en ἀρκέ, type Ἀρκέ-δημος « qui secourt le peuple », comme aussi le thème sigmatique, d’où Ἀρκεσί-λεως. La question qui se pose est toujours de savoir si le thème verbal qui figure au premier élément est employé avec sa valeur aspectuelle, à savoir s’il y a une différence de sens entre le premier et le second nom : le premier aurait-il été à comprendre « Qui secourt le peuple », un nom programmatique, i. e. donné à la naissance de façon à ce que l’individu devienne éponyme de son nom ? Et l’emploi du thème aoristique aurait-il signalé un nom commémoratif, qui aurait gardé le souvenir d’un acte héroïque d’un ancêtre qui serait « Venu au secours du peuple » ; le surnom aurait ensuite été donné aux fils nés dans la famille : cela permettrait d’expliquer comment, à l’intérieur d’une famille, des noms nouveaux ont pu être introduits, en dehors de ceux qui s’y introduisaient par suite des alliances, qui avaient pour effet d’y doubler le stock de noms. Il est aussi intéressant de noter que dans la forme raccourcie de ce nom éponyme d’une phratrie, la notion de secours a pu se donner seule, tant le complément était secondaire. C’est ce qui explique le caractère innombrable des noms raccourcis formés sur une base 1 verbale : celle-ci se suffisait à elle-même ; elle caractérisait surtout l’individu masculin comme agent.

28hισχέμαχος : c’est celui « Qui (re)tient le combat », i. e. qui retient notamment ses soldats pour empêcher que le combat ne tourne au massacre. Autrement dit, comme on l’avait vu pour le nom thasien Παιέστρατος, voici encore un nom de chef militaire exemplaire. L’aspiration initiale pourrait donner un instant à penser que la loi de Grassmann n’aurait pas joué, mais il est préférable de considérer qu’il y a eu surenchère et assimilation régressive d’aspiration.

29L. 8-9 : Θιόκριτος Fανίδας : le premier nom est banal, le sens en étant en quelque sorte « Tri, choix du dieu ». Le radical du phratronyme, en revanche, est très rarement représenté. Dans l’onomastique anthroponymique, seul peut être cité le nom d’un Thessalien du 4a, Ἄνειος (LGPN 3b). Le radical est celui de αἵνω « battre, vanner », terme très rare, à rapprocher peut-être de lat. uannus « van », connu en grec surtout par des gloses, dont l’une γᾶναι· περιπτίσαι (Hsch.), atteste l’existence de *w initial rendu, comme souvent dans la tradition littéraire, par β, γ. C’est la phratrie des vanneurs. Il est des dialectes où l’initiale devait comporter une aspiration, d’autres, où elle comportait un digamma. Il pouvait y avoir aussi les deux, mais nous n’en avons pas d’exemple.

30Λύκος Παλίνστροφος ne doit pas forcément son nom à une geste familiale qui aurait mis un ancêtre aux prises avec le loup : c’est en particulier l’épiclèse d’Apollon, qui renvoie plutôt à la lumière qu’à l’animal, de la racine *lewk- à l’origine de λεύσσω « disposer de la lumière pour voir », de la famille de λευκός « blanc, lumineux, brillant », lat. lux. Homère a cette jolie épithète de la nuit, ἀμφιλύκη « entre chien et loup », i. e. de part et d’autre de la lumière (cf. E. Nieto Ballester, A. Striano, dans Philos hetairos, Homenaje al profesor Luis M. Macía, Madrid [2018], p. 75-86), et ce nom s’est donné comme anthroponyme pour désigner un enfant né au point du jour, « à l’heure où blanchit la campagne ». Il est une autre épithète d’Apollon qui est Λυκηγενής, qui pourrait être en lien avec cette signification aussi ; Λύκιος en est une autre, et les anciens l’envisageaient plutôt comme signifiant « protecteur des troupeaux ». De sorte qu’il semble que dès l’antiquité, les deux significations aient été mêlées. Le nom de la phratrie est amusant : Παλίνστροφος « Qui fait demi-tour », nom de type assurément commémoratif, qui renvoie à la geste du héros éponyme.

31L. 10 : Αἰνέας Φολυγάδας. Le phratronyme est difficile, même s’il trouve une forme de confirmation dans un anthroponyme attique du 5a, Φόλυγος. L. 11 : Λάτιμος « L’honneur du peuple », Δαμοιτάδας. Soit métamorphisme flexionnel de οἶτος « destin », donc « le destin du peuple », soit nom d’agent en -tās, fait sur le radical οἰ- de οἴσω de la conjugaison supplétive de φέρω, et c’est celui « Qui porte le peuple », ce qui revient à dire à peu près la même chose…

Intermède sur les noms apotropaïques, à partir de l’article de O. Masson, « Nouvelles notes d’anthroponymie grecque. XIV. De Κοπρεύς à Κοπρία et St Coprès : noms copronymes », ZPE 112, 1996, p. 143-150 (= OGS III, p. 260-263)

Texte no 4

32Ce texte, d’apparence paléographique plus récente que le n° 2, probablement à dater par conséquent du dernier quart du 5a, rend compte d’un retrait à destination, cette fois, civile et non plus militaire : pour des travaux destinés au sanctuaire d’Héra. Est mentionné pour la première fois un corps de bâtisseurs, δο̄ματο-ποιϝοί, un composé régulièrement construit, avec le premier élément δωματο-, que l’on trouve aussi attesté dans le composé δωματοφθορέω chez Eschyle, pour référer au fait de ruiner un palais ou même ceux qui l’habitent, à savoir la famille. La conservation de *w intervocalique est remarquable (un autre exemple s’en rencontre de façon exceptionnelle au 5a, en Élide (opt. ποιϝέοι), et le contexte vocalique pléthorique le rendait quasi nécessaire phonétiquement, de sorte que la consonne est, certes, étymologique, mais maintenue à titre de glide. La somme est de 6 300 dr., soit environ un talent. C’est moins important que pour l’effort de guerre (18 660 dr.). Elle est retirée au mois Aguièos, adj. thématique dérivé de l’épithète Ἀγυιεύς d’Apollon : probablement un Apollon des rues, comme l’Hécate des carrefours, avec laquelle il lui arrive d’être apparié, cf. son épiclèse ἑκηβόλος, ἑκατηβόλος, ἕκατος. L’étymologie même de ce vieux nom de la rue, ἄγυια, cf. Hom. εὐρυάγυια, épithète de villes et de la terre elle-même, est difficile. On a postulé un rapport avec un vieux participe parfait féminin de ἄγω, ἀγυῖα, sans redoublement à la différence de l’aoriste ἤγαγον, pour lequel des parallèles pourraient être cités, comme ἰδυῖα ou le nom de la Harpie homérique Ἅρπυια, cf. Chantraine, Formation, § 361. Des gloses d’Hésychius posent l’équivalence avec le neutre ἄμφοδον « rue de part et d’autre » et avec γειτονία « voisinage », qui désignent l’un et l’autre un îlot d’habitations faisant bloc non segmenté par ni rue, ni venelle. Par conséquent, on pourrait se demander aussi si l’étymologie ne serait pas celle-là : « sans membre, non démembré » (cf. τὰ γυῖα « les membres », avec ἀ- privatif) ou « d’un seul et même membre » (avec ἁ- copulatif), soit que cela renvoie à un quartier sans autre ruelle pour y circuler, soit que cela renvoie à la venelle elle-même. Il est vrai que l’interprétation précédente pourrait être sémantiquement tout aussi valide en faisant l’hypothèse que le participe féminin initialement employé comme épithète du nom ὁδός ait pu être lexicalisé pour la désigner à lui seul en tant que puissance dynamique i. e. « conductrice » ou plutôt « conduite », au sens actif que prend ce participe substantivé, par exemple dans « conduit(e) d’eau ». Il est remarquable, en tout état de cause, que le nom de mois soit affecté ici d’une aspiration initiale, en principe non étymologique (à moins qu’une étymologie populaire ne l’ait fait comprendre ici comme muni du [h]α- copulatif), qui pourrait s’expliquer par la propagation par anticipation de l’aspiration suivante, celle qui figure étymologiquement à l’initiale de hέλοντο dans l’hypothèse où le texte aurait été dicté. On en a d’autres exemples à Argos, comme on l’a vu plus haut. Tout cela parle en faveur soit de la conservation de l’articulation de ce souffle, soit au contraire de sa fragilisation : c’est souvent dans ce type de contexte qu’on observe une surenchère, avant le moment où l’aspiration tombera complètement en désuétude. Vous noterez à ce titre qu’elle n’a pas été gravée à l’initiale du nom d’Héra, l. 2, alors qu’elle l’était dans les deux textes précédents. Il est vrai que le souffle de l’aspiration a pu se dissoudre dans l’articulation de la spirante /s/ qui précède, encore une fois dans l’hypothèse d’une mise par écrit d’un discours oral. Au sujet de la préposition, il est intéressant de noter la présence du /s/, qui distingue ainsi la préposition employée avec l’accusatif de ἐν + dat. Tous les dialectes n’ont pas introduit cette innovation, et certains ont continué à employer ἐν avec les deux valeurs, locative et allative. On peut penser que les relations nouées entre Argos et Athènes, ont entraîné ce type d’emprunt, à une époque antérieure à la réforme euclidienne, celle où l’on avait encore ἐς à Athènes, mais ἐνς ici en domaine dorien. Il nous reste à étudier la série de phratronymes et de noms des présidents. Nous ne reviendrons pas sur ceux qui ont déjà été expliqués. Le phratronyme Δυμμάδας : déjà connu à Argos avant nos tablettes, peut être rapproché du nom de tribu dorienne des Δυμᾶνες, comme aussi du nom de Δύ̄μη d’Achaïe, la plus à l’ouest des cités du Péloponnèse. Le substantif δυσμή, désignation du couchant, est certainement à poser à l’origine de Δύμη avec son /u/ long, comme de notre phratronyme à géminée nasale : L. Dubois me signale le parallèle fourni par la forme δυμενέ̄ς de l’adjectif δυσμενής dans l’inscription arcadienne de Phénéos, no 1, ca 500 (Dubois, RDA II, p. 199, et I, § 35), pour l’interprétation de laquelle on peut hésiter entre simplification graphique de *δυμ(μ)ενέ̄ς et simplification de *-sm- avec allongement compensatoire de /u/. Il faut avoir conscience du fait que voyelle longue ou consonne longue sont deux résultats complémentaires de l’évolution d’une séquence consonantique instable : Lejeune avait attribué chacun des traitements à des dialectes distincts, par exemple le traitement à géminée sonantique au lesbien, mais en fait il y a continuum entre les deux traitements, qui sont susceptibles de se produire chez les mêmes locuteurs suivant la façon dont ils syllabent et le lieu où ils ménagent la pause. De sorte que je ne pense pas qu’il faille ici invoquer un traitement de type éolien pour rendre compte de Δυμμάδας, mais plutôt une différence de syllabation ; ensuite, l’orthographe se fige dans le phratronyme, et il y a donc fort peu de chance que l’on observe des variations orthographiques dans ce type de nom ; on pourrait les observer plus facilement dans les mots du lexique. Ἰσχύπας est un nom unique. Il n’y a pas d’anthroponyme formé avec l’adj. πᾶς en base 2. Par conséquent, il est probable que -πας reflète une troncation (à accentuer -ᾶς ?). Soit nous avons affaire au radical tronqué de πέπαμαι, πᾶσθαι, πᾶμα, l’équivalent en domaine ionien-attique de κτάομαι « acquérir », κτῆμα « bien possédé », et c’est celui qui possède la force, mais on s’attend peu à trouver un abstrait comme complément de ce type de verbe, qui renvoie à la propriété terrienne ; soit on songe plutôt à la racine homonyme qui a donné lieu au nom du pastor en latin, du πάστας en grec crétois, et qui signifie « avoir l’œil, veiller sur, protéger », cf. G. Genevrois, Vocabulaire institutionnel crétois, p. 276-277, et L. Dubois, dans C. Dobias-Lalou, Des dialectes grecs aux Lois de Gortyne, Nancy, 1999, p. 59-61 : ce serait alors celui qui protège ses forces, à savoir ses troupes de soldats.

33L. 6 : Σαϝό-τιμος est l’un de ces composés de sens de lecture sinistroverse, Adj.N. YX, qui pourrait être traduit « À l’honneur sauf » ; nous avons bien en effet au premier élément, la forme archaïque de l’adjectif classique, σῶς, f. σῶς ou σᾶ (< σάϝα), neutre σῶν, forme thématisée de l’adjectif en -ύς, ταΰς, cf. C. de Lamberterie, Adjectifs en -υς, ͅ 80, qui mentionne la glose d’H́ésychius ταΰς· μέγας, πολύς, à mettre en relation, selon lui, avec la racine indienne tav- « être fort ». Le phratronyme paraît fait sur un nom composé de Ὀφελλο° et °κλῆς, à premier élément verbal : ὀφέλλω (Hom.+) « augmenter, accroître, faire prospérer » indique un composé de sémantisme héroïque. Pourquoi /o/ à la finale du premier élément verbal ? Il semblerait qu’ait été ici exploité le thème de présent, avec sa géminée liquide qui procède de l’adjonction au radical ὀφελ- du suffixe formateur de présents *ye/o ; la même géminée se retrouve à l’aoriste de type éolien employé dans l’épopée. Il est cependant quelques exemples d’emploi du thème d’aoriste, sans la géminée, comme en béotien, où est attesté Ὀφέλ-ανδρος, 4a. Il existe par ailleurs un substantif neutre sigmatique, τὸ ὄφελος « avantage, utilité, secours », qui est à l’origine aussi de composés à second élément sigmatique °ωφελής, comme l’adjectif ἀν-ωφελής « inutile » ; de même dans l’anthroponymie, où l’inverse formel de Ὀφέλανδρος (cf. myc. o-pe-ra-no) est attesté sous la forme Ἀνδρ-ωφέλης, dès ca 300a, en Eubée. Nous pourrions par ailleurs avoir sur l’une des difficiles lamelles de Styra, le nom Ὀφελό-στρατος, proposition de lecture de Denis Knoepfler, si le nom n’est pas à corriger plutôt en : <Φι>λόστρατος. Si le nom était exact, la voyelle serait caractéristique de l’aoriste thématique, comme dans le composé adjectival poétique λιπότεκνος « qui abandonne ses enfants » (Pi., Parth. 1.16). Et l’on pourrait faire l’hypothèse qu’elle ait été analogiquement employée au présent, à moins que la géminée n’ait été expressive (HPN 354) et que le point de départ de ce phratronyme ait été Ὀφελοκλείδας. Cependant, ladite gémination ne se rencontre en principe que dans les formes tronquées de composés, dont elle souligne la troncation, le type Ἐχέμμας, en face de la forme primaire qu’est Ἐχεμένης, ou dans les sobriquets, comme béot. Ἀγαθθώ. Et pour un verbe comme βάλλω présentant la même géminée d’origine morpho-phonétique, nous avons des anthroponymes en -βάλλων, présentant la forme du participe, avec la géminée du thème de présent. Mais il est vrai que nous ne rencontrons guère de composés à premier élément verbal présentant la trace du yod suffixal caractéristique de ces présents. Nous avons cependant fait l’hypothèse à Thasos que le nom Παιέστρατος en aurait été un, fait sur παίω qui serait la forme ancienne de présent correspondant à l’aoriste ἔπαυσα, forme de présent secondairement refaite en παύω par analogie de l’aoriste, cf. REG, 135 (2022), p. 361-384. Une autre explication pourrait alors être celle d’une géminée d’ordre prosodique : elle aurait évité la succession d’un trop grand nombre de brèves, cf. G. Liberman Les préliminaires de la guerre. Prolégomènes à la lecture du premier livre de Thucydide, 2017, p. 145 et n. 14, où l’auteur renvoie notamment à Meillet, « Sur le rythme quantitatif de la langue védique », Mélanges de la société de linguistique, 21 (1920), p. 194 : « ni en indo-iranien ni en grec, la consécution de deux longues ne semble être évitée. Ce qui paraît recherché, c’est que, en védique, une syllabe au moins sur deux, en grec, une syllabe au moins sur trois, soit longue ». On voit assez souvent cette loi mise en œuvre dans les anthroponymes composés, ce qui s’explique notamment sous l’influence des noms de l’épopée, qui doivent entrer dans le cadre de l’hexamètre dactylique. L. 7 : Ἄθανβος Κλεοδαΐδας : Ἄθανβος plusieurs fois attesté représente la conversion de l’adjectif connu depuis Démocrite au sens d’« imperturbable » ; le phratronyme est plus intéressant, car il peut être mis formellement en relation avec le nom Κλεοδαΐς, d’une Théréenne connue entre 400 et 300. On tendra cependant à écarter le rapprochement le plus évident, avec δαΐς, -ίδος « torche » pour privilégier celui avec le datif δαΐ, désignation homérique de la mêlée guerrière, du combat. Il se trouve qu’est plusieurs fois attesté le nom de forme inverse, Δαικλῆς, notamment à Argos, 5a. Il est très vraisemblable que ce soit là l’origine de la formation, à savoir une structure YX « À la gloire au combat » ; on attend moins un élément au datif lexicalisé comme base 2, mais l’inversion de la structure d’origine a pu y donner lieu.

34L. 8, Fαριάδας : ce phratronyme a été mis à juste titre en relation par Ch. Kritzas avec la glose d’Hésychius : βάριον· πρόβατον et le nom ϝαρήν de l’agneau. C’est vraisemblablement le nom de l’éponyme de la phratrie. Le suffixe filiatif le plus commun, -ίδας, est ici relayé par sa variante -ιάδας, qui invite à partir d’un radical au suffixe -ιος ou -ιον. De sorte que c’est bien du neutre connu par la glose qu’il faut partir, avec son suffixe -ιον à valeur diminutive. L. 9 : le président des damiurges, Πόλλις, a son nom formé sur le radical de πολύς, et le raccourcissement du composé sous-jacent, du type Πολύ-ανδρος explique la gémination : elle donne plus de corps au nom raccourci, en faisant de sa première syllabe une longue par position. Le dernier phratronyme enfin a chance d’être fait sur le nom de l’ours ou de la constellation de la Grande Ourse, ἄρκτος, connu en plusieurs dialectes sous la forme ἄρκος. Il n’y a aucune nécessité de considérer le /o/ comme long. Un nom arcadien du 5a est comparable à notre phratronyme : Ἀρκοΐας, suffixé en -ίας, quand celui-ci est suffixé en -ίδας.

Madalina Dana, La correspondance grecque privée sur plomb et sur tesson, 2021 (Vestigia 73)

35Magnifique ouvrage sur un sujet novateur, sur lequel l’auteur a réuni la documentation de façon exhaustive pour la première fois, en mettant la main notamment sur des sources venues de la mer Noire, auxquelles elle a accès grâce au réseau de collègues roumains, bulgares, ukrainiens ou russes qu’elle s’est constituée. Nous avions ainsi accueilli au séminaire avec elle, et à son initiative, en 2018, Natalija Pavličenko, de l’Institut d’histoire de l’Académie russe des sciences de Saint-Pétersbourg, qui nous avait présenté entre autres documents inédits de ce type, en avant-première, une lettre sur plomb d’Hermonassa. Le livre a fait l’objet d’une riche notice de Patrice Hamon dans le Bulletin épigraphique 2022 de la Revue des Études grecques, 135 (2022), no 4. Le titre, en explicitant les matériaux qui servent de supports aux inscriptions, rend compte du fait, comme en creux, qu’il nous manque crucialement tout un pan de cette documentation privée, qui n’est si clairsemée qu’à nos yeux, parce qu’un autre support d’écriture a été tôt employé, le papyrus, qui ne s’est jamais conservé ailleurs que dans les déserts en particulier égyptiens. Autrement dit les 72 inscriptions ici publiées correspondent certainement à un très faible pourcentage de la documentation qui a existé. Les textes sont organisés en trois sections : Espace égéen, Nord de la mer Noire et Occident méditerranéen. Le commentaire exhaustif de M. Dana et la qualité remarquable des éditions nous dispenseront d’être trop longue.

Texte no 5 : envoyée à Gnathios, trouvée sur la Pnyx à Athènes, 325a au plus tard

36Mise en perspective à partir du site du LGPN d’Oxford du nom Γνάθ-ιος du destinataire au datif de la lettre, avec l’ensemble des noms de cette famille, tous des simples, formés à partir de différents suffixes : sobriquets référant à la « mâchoire » (γνάθος), mais aussi par métaphore à la voracité, signe pour un bébé de son appétit de vivre, mais stigmatisation possible de l’adulte parasite (Plut., Longus : Γνάθων [4.10.1], féminisé péjorativement en Γναθων-άριον [4.16.4], à corriger dans LGPN 1, où il est interprété par erreur comme un nom de femme). Γνάθ-ων et Γνάθ-ιος sont les mieux attestés et se sont plus donnés à Athènes qu’ailleurs. Rien dans le lexique ne correspond au dérivé en -ιος, qui n’est donc pas directement converti du lexique. Cependant, on peut considérer que cette dérivation est attendue pour bâtir un adjectif à partir de ce substantif thématique, de sorte que ce pourrait être traduit par « machelu » (nom de fiction au moins dans le roman Les mendiants de Paris, de C. Robert, 1872). Sur les l. 4 sqq. : il est impossible, comme l’a vu P. Hamon dans la notice du BE 2022, que ἤν vaille ἐάν, puisque le verbe κατέθετο qui vient ensuite est à l’indicatif ; il faut donc analyser ce monosyllabe initial comme le pronom relatif féminin ἣν à l’accusatif, avec une forme de prolepse (le substantif féminin en question devait prendre place dans la lacune de la fin de cette même ligne avant κατέθετο). Il est donc ici question de ce qu’Arignotos a déposé. L’individu porte un nom rare, converti de l’adjectif épique correspondant, tout aussi rare.

Texte no 6, Athènes, 5a : alphabet de transition, avec H et Ω, mais non encore les « fausses diphtongues » EI et OY

37Recto. Remarques sur les noms, notamment Μνησίεργος, en face de béot. Μνασίοργος, forme et sémantisme. Sur l’énonciation (discours à la 3e personne pour l’adresse au destinataire, relayé par une forme de dialogue dans le contenu du billet). ἐπέστελε : plus probable imparfait épistolaire (sans notation de la géminée, comme dans κατύματα, l. 8), cf. Ε. Mayser, Grammatik der gr. Papyri, I. 1, 138 sq. (avec quelques exemples papyrologiques), qu’aoriste ἐπέστε̄λε. Noter en particulier, l. 3-4 : χαίρε̄ν καὶ ὑγιαίνε̄ν uac. suivi, l. 4, du maladroit : καὶ αὐτὸς οὕτως ἔφασ[κ]ε [ἔχε̄ν] lui aussi a dit qu’il en était ainsi (pour lui). On aurait au discours direct, en latin : ego ualeo ; en grec : Ἐγὼ ὑγιαίνω, que l’on rencontrera du reste dans la correspondance littéraire. L. 5 : στέγασμα, déverbal de στεγάζω « couvrir » (X.+) est classique mais assez rare (X.+), pour désigner la couverture, sans qu’il puisse être ici question du toit (Pl.+). Étonnant <ΣΤ> au lieu de <ΣΘ>, graphie phonétique, certes, rencontrée notamment en dorien du Nord-Ouest, et non spécifiquement dialectale puisqu’en tant que phonétique, elle est a priori susceptible de se rencontrer dans n’importe quel dialecte dont la norme ne soit pas trop contrainte : dans un environnement très normé, comme à Athènes, une trace sporadique comme celle-ci devient particulièrement signifiante. Remarques sur ὤα, διφθέρα et σισυρωτός, hapax à rapprocher de σισύρα « peau de chèvre » : à Eleuthernes, en Attique aussi, un σισυρο-ποιός « fabricant de couvertures » permet de déduire que notre dérivé en -ωτος a chance d’être l’adj. verbal du verbe non attesté σισυρόω « transformer en couverture ». On comprend par conséquent, que Mnèsiclès demande à ce que les peaux lui parviennent non transformées, à l’état brut. L. 8, κατύματα, substantif neutre à mettre en relation avec le verbe κασσύω, att. καττύω « assembler les peaux » comme un fabricant de chaussures (Pl.+), attesté depuis la coll. hippocratique, sous la forme κάσσῡμα. τυχόν ἀποδώσω : « je le rendrai, quand cela se trouvera, à l’occasion » avec ce participe au neutre en emploi absolu, à valeur adverbiale. Εmploi de verbes préverbés en ἀπό, alors que le seul vraiment indispensable pour le sens est l. 8, ἀποδώσω : la langue n’est pas aussi simple qu’on pourrait s’y attendre dans ce type de billet, le registre linguistique, au moins standard, chez ce négociant.

38Verso (adresse extérieure) : à l’usage de la famille, à charge pour elle de porter les objets demandés aux seconds destinataires de la lettre. Littéralement : À porter à la céramique, le matériau désigne par synecdoque le métier, comme nous parlons aujourd’hui à Athènes, du Céramique, Κεραμεῖς/-ῆς, ancien dème des potiers (κεραμεύς). Τὸν χυτρικόν est l’adjectif dérivé de χύτρα « pot en terre, marmite pour la cuisson » ; il est indispensable que, dans le quartier de l’artisanat de la poterie, Mnèsiclès indique que ses contacts pourront être trouvés dans la section où c’est la vaisselle de cuisine qui est fabriquée. Le fils a chance, vu l’ordre des mots, d’être celui de Θρασυκλῆς. Ce sont donc des noms de type plutôt socialement connotés comme relevant de l’élite.

39Commentaire : M. Dana mentionne les rapprochements prosopographiques ont été proposés par Kirchner, qui mènent vers une famille du dème de Thria. Le savant a reconstitué le stemma sur 3 générations : le père, Ναυσικράτης a trois fils, Ναυσίας, Θρασυκλῆς, Ἀγασικλῆς, avec deux des mêmes noms qu’ici. Et Θρασυκλῆς a un fils du nom de Καλλίδημος. En outre, dans la Prosopographia Attica, un certain Μνησίεργος Ἀθμονεύς, γραμματεύς ταμιῶν τῆς θεοῦ attesté par une inscription de 398/397, pourrait être notre homme. M. Dana conteste une telle identification en invoquant l’inadéquation sociale, le fait que Mnèsiergos paraît trop modeste dans ses activités pour être susceptible d’avoir exercé des responsabilités publiques, comme celle de secrétaire des trésoriers. En vérité, il ne me semble pas impossible que ce négociant puisse avoir appartenu à une classe moyenne susceptible d’exercer des fonctions dans la vie publique, et le nom composé qu’il porte comme l’usage signalé de la préverbation nous mènent peut-être dans cette direction. Il est difficile de savoir où se trouvait Mnèsiclès, mais il pouvait être en déplacement au loin et demander à ce que ses contacts, peut-être sur le point de s’embarquer pour le rejoindre, lui apportent les produits demandés.

Texte no 7. Lettre de Lèsis à Xénoclès et à sa mère (SEG 50, 276)

40Tablette du début du ivs., conservée au musée de l’Agora. Alphabet en principe réformé, avec quelques rémanences de graphies anciennes, comme l. 1, dans le morphème d’infinitif de περι-ιδν, de même pour ἐλθν, l. 2. Sur le nom Λῆσις, M. Dana, suppose le radical du verbe « vouloir » employé en pays surtout dorien et correspondant à lat. uelle, volo.

41Extrait du lemme provisoire du volume 2 en préparation de Lexonyme :

λῶ v. « vouloir » (Épich.+), aor. *λῆσαι ? (cf. λῆσις· βούλησιςαἵρεσις Hsch.). Λησ(ι)- XY. B286.
Λησίας (1+) Arc. 2a. ? Λῆσις (1+) Dor. plutôt qu’attique ?, A.M. 4a-2p. Cf. M. Dana, La correspondance grecque sur plomb et sur tesson (2021) 41 (nom d’origine dorienne ou anatolienne ?).
Λε̄hίο̄ν (1) Dor. S. 5a [SEG 62, 239]. Cf. Lanérès, ZPE 195 (2015) 113.
? Λήσσης (ou Λησσῆς) (1) Ion. E. ? [Λήσσης  Λαμψακηνός (Schol. Lyc. 29)].

42Le nom d’homme Λήσσης, avec sa géminée, doit en fait sans doute recevoir une autre interprétation : sauf hyperionisme de la tradition de Lycophron, il doit être fait sur une base verbale, dont le plus vraisemblable serait qu’elle ait pour origine un *Λησ-έης susceptible de connaitre la même évolution qu’à Délos, pour Πασσῆς : -/sea:s/ > -/sjε:s/ > palatalisé en -/ssε:s/. Cet élément verbal pourrait être mis en relation avec le thème λησ- du verbe λανθάνω, λήθω ; du reste, la palatalisation de *Ληθέας pourrait aussi expliquer le résultat que nous observons. La valeur agentive de ce suffixe, comme -εύς, dont il peut dériver, -ίας ou -της, donne à penser que le nom pouvait signifier « Celui qui fait oublier » ou « Le dissimulateur » (actif causatif), ou encore « L’oublieux » (médio-passif). Une telle interprétation s’appuie sur l’adjectif composé λησί-μβροτος (H.  Hermès 339 : « qui se cache des mortels, fait oublier les mortels, les trompe », en référence aux voleurs et bandits de grands chemins). La référence pourrait être indirectement à l’eau de ληθή « l’oubli » (fille d’Eris, la discorde), mettant en relief la qualité qui consiste à être capable d’oublier, notamment ses griefs, puisque nous avons ici la base agentive correspondante), d’où : « Celui qui fait oublier, qui apporte l’oubli », d’un grief ou de tout autre événement traumatique familial. Tel pourrait en fait être le rapprochement étymologique à opérer pour le nom des deux individus Λῆσις, qu’il faudra à présent ajouter à notre lemme. Cependant, pour en revenir à Λησσης, un nom Πόσσης, deux fois attesté dans le Pont, et un Τρυσ(σ)ης en Carie ne permettent pas d’exclure totalement que notre homme de Lampsaque ait pu porter un nom anatolien : parlerait en ce sens la présence conjointe de la voyelle longue radicale et de la géminée, que l’on n’attend pas en grec, sauf lorsque la voyelle longue procède d’une contraction ; un sondage opéré parmi les anthroponymes montre du reste que la séquence en question n’est attestée que dans une poignée de noms (sur plus de 350 000 occurrences), et de façon récurrente seulement dans l’ethnique féminin Κρῆσσα. Il en va en revanche différemment des attestations doriennes, comme de l’attestation arcadienne. Λησίας est le fils et le père d’un Εὔδαμος, qu’il faut comprendre, avec /a:/, comme la variante dialectale d’ionien-attique Εὔδημος : nous avons ainsi la preuve que le H du nom arcadien masque un /e:/, et non un /a:/. Par conséquent, il ne semble pas y avoir d’autre solution que de lui donner comme radical celui du verbe λῶ « vouloir ». C’est à Mégalopolis, de sorte que l’influence de la Laconie voisine, où est précisément attesté Λε̄hίο̄ν, pourrait expliquer que ce radical dorien se soit introduit dans l’onomastique arcadienne. Remarques : sur les emplois du verbe ἐπιστέλλω, qui peut avoir, outre son sens premier d’« envoyer », le même sens que κελεύω, qu’il doit à sa préverbation en ἐπί ; le tour est connu avec ce sens depuis les historiens (Hdt., Thuc. et Xén.) ; sur la structuration du texte, la rare perfection de sa forme, et ce qu’elle peut apporter comme information sur l’identité du scripteur, distincte peut-être de celle de l’auteur ; sur le passage abrupt du discours indirect de la formule de prescription, au discours direct, et sur l’énonciation, qui laisse percer non seulement l’origine sociale de l’auteur mais la vive émotion qui motive sa prise de parole et l’envoi de cette lettre.

Texte no 8. Lettre de Pasiôn d’Athènes

43À propos de la première formule onomastique, dans laquelle les éditeurs s’accordent à reconnaître un Athénien : [Π]ασίων Νικαιάρχ, généralement corrigé en <Δ>ικαιάρχ, il faut probablement écarter d’emblée la proposition de J. Sosin, [Π]ασίνι Καιάρχ, à corriger en Κ<λ>ιάρχ, au motif que la notation par <I> de /e/ sonantisé en hiatus devant /a/ n’est pas attendue en attique (Threatte, p. 393, § 27.01), sauf si l’homme était d’origine étrangère, béotienne (Κλιάρχα est le nom d’une Béotienne) ou autre. Peut-on décider entre Νικαίαρχος et Δικαίαρχος ? À défaut d’exister dans le lexique, Δικαίαρχος est attesté comme anthroponyme, à plus de 50 exemplaires, pour des individus tous de sexe masculin, et deux Athéniens contemporains sont connus sous ce nom, cf. IG I3 1193, 77, 5a, et IG II2 280, 10 : Δικαία[ρχος]. N’est en revanche attesté aucun composé à 1er élément Νικαι-, et les seuls simples sont : Νίκαιος (100+), voire Νικαίας, et quelques occurrences du dérivé Νικαΐδας. Cependant, l’adjectif νικαῖος est attesté au sens de « vainqueur », et a été employé en particulier comme épiclèse de Zeus : les attestations en sont tardives (Flavius Josèphe, Nonnos, etc.). Le vieux dictionnaire de Pape-Benseler (1911), de peu antérieur aux HPN de Bechtel (1917), mentionne néanmoins un individu nommé Nikaiarchus, chez Pline l’Ancien (35.11.40). Par conséquent le nom s’est donné. Le féminin Νίκαια, quant à lui, est le nom de la cité de Bithynie bien connue pour son concile, et d’autres lieux homonymes sont connus en Grèce propre, notamment près de Leuctres ou des Thermopyles. De sorte qu’un nom formé d’un second élément -αρχος et précédé du nom de cité, ne paraît pas inenvisageable. Pour donner d’autres exemples de noms formés ainsi, on peut faire une recherche combinée sur le nouveau site du LGPN-Ling : on pose à la fois la base αρχο/α, en menu principal, et dans la barre latérale de gauche, on restreint à « Nom Propre ». S’affichent alors tous les noms (non les adjectifs) propres associés à αρχο/α, au nombre de dix-huit. Parmi ceux-ci, se rencontrent des toponymes, toujours au premier élément, comme Γέλαρχος, Ἀθήναρχος, Δάλαρχος, en Béotie ; de même, le Béotien Τύλαρχος doit être le « chef du village de Tylos », qui pourrait être une variante du nom connu en Laconie sous la forme Οἴτυλος (St. B.). En admettant que ce soit ici le toponyme Nikaia qui figure au premier élément du patronyme de Pasiôn, comment l’interpréter ? S’il était d’Athènes, comment aurait-il pu être dénommé « Chef de Nicée » ? Peut-être aurait-ce été plutôt : « Celui qui marche le premier contre Nicée », i. e. « Qui a été chef lors de l’expédition contre Nicée ». Par conséquent, en dépit des attestations de l’autre nom, je ne suis pas sûre qu’il faille exclure Νικαίαρχος. La restitution du premier nom comme [Π]ασίων peut, quant à elle, être en effet validée : les seuls autres candidats (Fασίων, Θασίων, Ἰασίων, Κασίων) sont aréaux et difficiles à postuler pour un Athénien, Πασίων ayant pour lui d’être panhellénique et le mieux représenté (120 occ.). Le nom du fils, Πασι-κλῆς, nous amène à retrouver le même élément dans le nom du père, qui doit être le raccourci du nom homonyme de son propre père, qui a été transmis sous sa forme pleine au petit-fils. Deux interprétations sont en théorie possibles, si l’on admet l’identification de Pasiôn comme cet esclave connu par nos sources comme banquier, qui pourrait alors être d’origine non athénienne : en dehors de l’ionien-attique, Πᾱσι-, pourrait être de même étymologie que πέπαμαι, etc., radical synonyme de celui d’ion.-att. κτάομαι. Une autre interprétation tout aussi valide consiste à voir dans Πᾱσι- le dat. pl. de πᾶς, comme sont par ailleurs attestés aux autres cas, Παντο-κλῆς, Παντι-κλῆς, et au neutre, Παγ-κλῆς et Παντα-κλῆς.

44Autres lettres étudiées : no 14, lettre sur plomb à Tégéas (Toronè) ; no 28, lettre sur tesson dite « du prêtre » (Olbia du Pont) ; no 38, lettre d’Apatorios à Néoménios trouvée à Kerkinitis (chôra de Chersonèse) ; nos 59 et 71. À propos du no 52, la lettre sur plomb de Klédikos à Aristokratès (Hermonassa) : à la suite de B. Bravo, nous préférons corriger, l. 4, κακῶν en κακῶς, adverbe modificateur du verbe διαιτᾶν, et comprendre les l. 2-4 : j’apprends (πυνθάνομαι, à traduire par un présent, en l’occurrence expressif) que Mandrocharis gère mal les affaires qu’il a là-même. Les λελιθμένα de col. II, 1, sont à corriger en λελιθ<ω>μένα, et à comprendre à la lumière de l’indication du lexicographe Pollux : λελιθωμένον· λιθόστρωτον « pavé » ; il doit s’agir de pavés déjà taillés qu’il est demandé de mettre à l’abri (ἐς μίαν στέγην) et sous scellés (κατασφρ<α>κίσατε).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6838/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 118-142.

Référence électronique

Sophie Minon, « Dialectologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3f

Haut de page

Auteur

Sophie Minon

Directrice d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search