Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesPapyrologie grecque

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Initiation à l’édition et à la critique textuelle des papyrus. — II. Étude de papyrus inédits.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le travail présenté aux auditeurs a fait depuis lors l’objet d’une publication : C.-L. Raschel, « R (...)
  • 2 M. Hombert, « Un nouveau document d’Aphrodito », Aegyptus, 4 (1923), p. 43-48.

1I. L’activité de critique textuelle exercée sur les éditions des prédécesseurs, au cœur du métier de papyrologue, a été illustrée lors de deux séances par la révision du papyrus SB III 6704 (Aphrodité, 538), proposée aux auditeurs par Carl-Loris Raschel, à qui l’on doit une récente thèse sur les associations professionnelles et corps de métier en Égypte de l’époque romaine à l’époque byzantine (soutenue en 2021)1. Édité en 1923, ce document était présenté par son éditeur comme « un engagement pris par la corporation des chasseurs (sous ce nom doivent vraisemblablement être compris aussi les pêcheurs) de quelque grande maison noble »2. Il s’agit d’un papyrus sans équivalent et essentiel pour notre connaissance des corps de métier d’époque byzantine, notamment dans leur rapport aux grands domaines qui sont à l’origine d’une part de plus en plus importante de la documentation papyrologique au fil des siècles. Il a résulté de la révision du papyrus différentes corrections. Certaines n’apportent qu’une modification marginale au sens général du texte, mais ont donné l’occasion de s’interroger sur la structure du texte et ses conditions de rédaction (en réfléchissant aux parties disparues du texte, comme la croix au commencement, aux mots oubliés par un scribe qui s’est manifestement hâté d’écrire, aux formules juridiques tout à fait classiques, ainsi qu’aux signes diacritiques en vigueur). D’autres ont permis la discussion du sens de certains mots rares, ou dont la définition méritait d’être affinée (le rapport entre koinotês et koinon, mot employé habituellement pour le corps de métier ; heortikai et les autres contributions exigées des chasseurs dont il est question dans le document).

2L’intérêt principal de la révision proposée lors de ces séances a résidé cependant dans les réflexions qu’elle a suscitées sur la nature de l’activité de ces « chasseurs » investis dans le commerce de bateaux. C.-L. Raschel a proposé d’y voir des fabricants de bateaux légers (paktônopoioi) passés au service d’un grand propriétaire, pour le compte duquel ils éloignent la faune susceptible d’abîmer les récoltes. Cette hypothèse a pris en compte le reste de la documentation en provenance du village d’Aphrodité, et notamment un contrat entre le village et ses bergers au titre duquel ces derniers remplissent le rôle de gardes champêtres. Une discussion a été ouverte sur la possibilité d’une situation semblable pour ces fabricants de bateaux profitant de leur proximité avec l’eau où les animaux ne pouvaient manquer de s’abreuver pour devenir gardes-chasse.

3II. Le reste de l’année a été consacré au déchiffrement et à l’étude d’une tablette inédite du musée Égyptien du Caire (JE 36058). Légèrement déformée par un tuilage dans le sens de la longueur et percée de deux trous dans la partie supérieure, par lesquels passait une cordelette, cette tablette de grandes dimensions (H 9 × L 54 cm) proviendrait d’après l’inventaire – sans qu’on sache si elle y a été achetée ou si elle y a été découverte lors de fouilles – de Qarâra, l’ancienne Ἱππώνων proche d’Oxyrhynchos, mais faisant partie du nome Héracléopolite. Elle est écrite des deux côtés. L’un des côtés comporte quatre lignes écrites en grec (dont l’état de conservation et la présence de nombreuses abréviations n’ont pas permis de déterminer la nature) ainsi qu’une série de psaumes écrits tête-bêche en copte : l’intégralité du Psaume 49 avec son titre, le titre du Psaume 50 et le début du Psaume 3 – ce dernier est incomplet, le texte s’interrompant à la fin du verset 6, sans doute car le scribe a rencontré le texte grec écrit dans l’autre sens, ce qui l’a empêché de continuer. C’est l’autre face qui nous a occupés toute cette année.

  • 3 CPR XVIIB 3 (Panopolis, 180/192) ; P.Flor. I 47 en deux exemplaires = M.Chr. 146 = SB I 5671 (Hermo (...)

4Elle est couverte par un document unique écrit dans une cursive quadrilinéaire droite qui est datable du deuxième quart ou tiers du viie siècle et qui témoigne d’une bonne maîtrise de l’écriture. Le texte est une antikatallagê, autrement dit un acte de permutation de propriétés par lequel Aurelius Phib fils d’Ioânnês et Sophia, d’un côté, et Aurelius Iôsêph fils de Geôrgios et d’Eudoxia, de l’autre, tous deux originaires du village d’Episêmou du nome Oxyrhynchite, s’échangent un terrain d’une aroure qu’ils possèdent, l’un, dans le terroir du village de Leukiou, l’autre, dans celui du village de Tampemou (tous les deux très proches). Ce type de transaction permettait à des individus de regrouper leurs parcelles de terre, particulièrement à la suite d’un héritage (ce qui n’est pas le cas ici). C’est un type documentaire peu fréquent (on n’en connaît qu’une douzaine d’exemples allant du iie s. au viie s.)3 : nous avons là un des plus récents témoins conservés avec le SB VI 9590 (Héracléopolis, viie s.) et le seul censé provenir du nome Oxyrhynchite – qui a pourtant livré tant de papyrus !

5On peut s’étonner de prime abord de la présence d’un document sur une tablette de bois. Par ailleurs, si son écriture peut fort bien correspondre à celle attendue de la part d’un notaire professionnel, on est confondu par le nombre anormalement élevé de fautes pour un acte notarié – même si ceux-ci ne sont pas toujours irréprochables pour la correction de la langue. Outre les multiples phonétismes, brachygraphies ou omissions, on relève une création verbale suspecte et surtout d’innombrables erreurs de syntaxe. Aurait-on affaire à un notaire dyslexique ? Il y a plus grave : on constate des erreurs semblant résulter d’une mauvaise interprétation d’une lettre qui aurait été mal recopiée : ainsi un δ confondu avec un α (l. 14 : ινα pour ινδ) ; γ avec un τ (l. 5 et 8 : τῆς pour γῆς) ; et probablement μ avec deux λ (l. 10 : κολλης pour κώμης ?). Ce sont là des erreurs de débutants. À cela s’ajoute un usage intempestif du tréma qui, loin de se cantonner aux ι et υ initiaux, est employé à l’intérieur des mots. Toutes ces caractéristiques rappellent les documents scolaires.

  • 4 Cf. Rapport des conférences en papyrologie grecque dans l’Annuaire. Résumé des conférences et trava (...)

6Qu’il s’agisse d’exercices et non de documents réels est définitivement prouvé par un indice qui se niche au beau milieu de l’antikatallagê : il y est question, à la l. 14, de τοῦ εἰσιόντως ἔτους πο(ίου) / πο(ίου) τῆς σὺν Θ(εῷ) εἰσιούσης δ ινα « la prochaine année x/x de la future – si Dieu le veut – 4e indiction ». La double année caractéristique de ce qu’on appelle l’« ère d’Oxyrhynchos » (années régnales de Constance II et de Julien données côte à côte) a été remplacée par πο(ίου) / πο(ίου), litt. « tant / tant ». Cet indice participe de l’anonymisation que l’on observe par ailleurs dans d’autres tablettes contenant des exercices de copies ou de compositions d’actes juridiques comme celles de la British Library que nous avions étudiées en 2019-2021 dans cette même conférence4. Comme ces dernières, notre tablette du musée Égyptien est aussi dépourvue des éléments qui valident un instrument juridique, à savoir la complétion notariale et surtout les souscriptions des parties et des témoins.

  • 5 T.Varie 1-3, 8, 10, 11.
  • 6 R. Pintaudi, P. J. Sijpesteijn et al., Tavolette lignee e cerate da varie collezioni, Florence, 198 (...)

7C’est aussi le cas d’un ensemble de tablettes aujourd’hui au Vatican, datant du viie s. et de dimensions très similaires à celles de la nôtre, qui contiennent des textes juridiques (dont un en copte) relatifs à des personnes habitant principalement dans l’Oxyrhynchite5. Les éditeurs ont eux-mêmes hésité sur la nature de ces textes : exercices scolaires ou extraits d’actes réels consignés sur tablette à des fins privées6 ? Nos deux tablettes, au faciès identique, ne laissent pas de doute sur le fait que seule la première solution est à retenir.

  • 7 Tavolette lignee e cerate da varie collezioni, p. 8 : « Non si può quindi escludere che anche quei (...)
  • 8 Writing, Teachers, and Students in Graeco-Roman Egypt, Atlanta, 1996, à combiner avec la monographi (...)
  • 9 R. S. Bagnall et A. Jones, Mathematics, Metrology, and Model Contracts. A Codex From Late Antique B (...)

8Mais encore faut-il s’entendre sur le terme de « scolaire ». Quand les éditeurs des tablettes du Vatican parlent de « provenienza scolastica », ils semblent n’envisager que la possibilité d’exercices de copie qu’un maître d’école aurait proposés à des élèves en remplaçant des textes littéraires par « des formules et situations plus proches de la réalité »7. Comme si l’enseignement se limitait à l’école primaire ou secondaire ! On a trop tendance à oublier que les notaires et les fonctionnaires se formaient aussi dans des filières d’enseignement que l’on qualifierait aujourd’hui de professionnel ou professionnalisant. De fait, si l’école a suscité l’intérêt des papyrologues et si les textes qui y ont été produits en abondance ont fait l’objet de plusieurs corpus dont, en dernier lieu, celui de la regrettée Raffaella Cribiore, accompagné d’une remarquable synthèse8, il n’y a encore aujourd’hui aucun travail équivalent sur les documents produits dans le cadre de l’enseignement professionnel. Et pourtant de nouvelles pièces à conviction n’ont cessé d’être mises au jour ces dernières décennies. Outre les tablettes du Vatican ou celles de la British Library que nous venons de citer, on peut mentionner l’édition toute récente de P.Math., un codex de papyrus du ive s. contenant des exercices mathématiques et métrologiques ainsi que des modèles de contrats relevant, pour reprendre le titre de l’édition, de la « business education »9. Plus récemment encore ont été publiées des tablettes du viie s. contenant un modèle de reçu d’annone, de prêt et des formules de documents juridiques grecs et de lettres coptes (P.Yale IV 184-191).

9La question qui se pose en dernier lieu est de savoir si l’on a affaire à des contrats que des apprentis-notaires ont recopiés sur des modèles pour s’initier au formulaire ou à des compositions personnelles qu’ils auraient exécutées. Les trois erreurs relevées plus haut (ινα pour ινδ ; τῆς pour γῆς et κολλης pour κώμης ?) semblent favoriser l’hypothèse d’une copie à partir d’un modèle que l’apprenti n’a pas toujours bien déchiffré. Mais le nombre très élevé d’erreurs de cas et – pire – de formulaire semble plutôt aller dans le sens de compositions que des apprentis-notaires encore trop peu aguerris auraient réalisées sans avoir encore assez d’expérience. Certaines erreurs sont en effet inconcevables dans des textes qui auraient servi de modèle : pour n’en citer qu’une, le rédacteur de l’antikatallagê commet un gros lapsus à la l. 7 en parlant d’une des parties comme d’un acheteur (πριαμένου) alors qu’il s’agit d’un échange de propriétés. Il est probable que le maître leur donnait un canevas et / ou une situation à partir desquels ils étaient censés composer des actes selon la diplomatique et le formulaire propres à chaque genre.

10On peut malgré tout s’étonner que l’apprenti-notaire ait copié sur l’autre face des psaumes en copte. Les Psaumes n’étaient pourtant pas absents de l’enseignement professionnel comme le montre une anecdote rapportée par Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, IV, 17, 12-18, 3 : on y apprend qu’un certain Protogène (originaire d’Édesse) fonda en 372 à Antinoopolis une école (didaskaleion) où il enseignait la tachygraphie en même temps qu’il inculquait la parole de Dieu à partir des Psaumes et du Nouveau Testament – c’est-à-dire les textes bibliques les plus lus d’après les statistiques papyrologiques. Cette histoire est certes à remettre dans le contexte du ive s. où le paganisme était encore très vif au point que Protogène, sous couvert d’un enseignement technique, cherche à faire du prosélytisme antipaïen. Mais elle montre qu’un enseignement professionnel, en l’occurrence à destination de futurs fonctionnaires, n’excluait pas nécessairement le recours aux textes chrétiens.

Haut de page

Notes

1 Le travail présenté aux auditeurs a fait depuis lors l’objet d’une publication : C.-L. Raschel, « Retour sur les chasseurs d’Aphrodité : réédition du SB 3.6704 », Bulletin of the American Society of Papyrologists, 60 (2023), p. 319-340.

2 M. Hombert, « Un nouveau document d’Aphrodito », Aegyptus, 4 (1923), p. 43-48.

3 CPR XVIIB 3 (Panopolis, 180/192) ; P.Flor. I 47 en deux exemplaires = M.Chr. 146 = SB I 5671 (Hermopolis, 213-217) ; P.Wisc. 15 (Boubastis ou Oxyrhynchos, 236) ; P.Coles 27 (?, début ive s.) ; P.Kell. I 30 (Kellis, 363) ; P.Stras. VI 556 (Hermopolis, 389) ; PSI XIII 1341 (Antinoopolis, ve s.) ; SB XXVI 16532 (Lycopolis, 535) ; P.Cair.Masp. II 67243 (vie s.) ; P.Thomas 28 (= P.Michael. 51 + P.Col. inv. 1376) [Aphrodité, c. 514-547] ; CPR XIV 13 (Arsinoïte, vie/viie s.) ; SB VI 9590 (Héracléopolis, viie s.).

4 Cf. Rapport des conférences en papyrologie grecque dans l’Annuaire. Résumé des conférences et travaux, 152e année, 2019-2020, Paris, EPHE-PSL, SHP, 2021, p. 144 et 153e année, Paris, EPHE-PSL, SHP, 2022, p. 152-155.

5 T.Varie 1-3, 8, 10, 11.

6 R. Pintaudi, P. J. Sijpesteijn et al., Tavolette lignee e cerate da varie collezioni, Florence, 1989 (Pap. Flor. XVIII), p. 8.

7 Tavolette lignee e cerate da varie collezioni, p. 8 : « Non si può quindi escludere che anche quei testi più manifestamente documentari siano di provenienza scolastica, cioè scritti dal maestro perché gli studenti li potessero copiare ed aquisire confidenza con formule e situazioni quanto più vicine alla realtà ».

8 Writing, Teachers, and Students in Graeco-Roman Egypt, Atlanta, 1996, à combiner avec la monographie Gymnastics of the Mind. Greek Education in Hellenistic and Roman Egypt, Princeton, 2001 (American Studies in Papyrology 36).

9 R. S. Bagnall et A. Jones, Mathematics, Metrology, and Model Contracts. A Codex From Late Antique Business Education (P.Math.), New York, 2019 (ISAW Monographs 9).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 152-155.

Référence électronique

Jean-Luc Fournet, « Papyrologie grecque »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3h

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Fournet

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 154 | 2023
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 153 | 2022
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 152 | 2021
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 151 | 2020
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 150 | 2019
  • Papyrologie grecque [Texte intégral]
    Conférences de l’année 2014-2015
    Paru dans Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 147 | 2016
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search