Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesLangue et sources documentaires c...

Résumés des conférences

Langue et sources documentaires coptes

Alain Delattre
p. 156-158

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Documents économiques de l’Égypte byzantine et arabe. — II. Nouveaux regards sur la documentation de la région thébaine (suite).

Haut de page

Texte intégral

1La première partie de la conférence a été consacrée à l’étude de documents économiques coptes, en particulier des textes comptables et des ordres de paiement, autant de papyrus qui semblent au premier regard peu intéressants, mais qui recèlent des pépites lexicographiques et des informations précieuses pour l’histoire économique de l’Égypte durant l’Antiquité tardive et le début de la période médiévale.

2Nous avons ainsi abordé dans le détail deux papyrus de la Beinecke Libray (université Yale), à savoir P. Yale Copt. 4 et P. Yale Copt. 5, qui proviennent tous deux, selon toute probabilité, du monastère de Baouît en Moyenne-Égypte. Sur le premier, on lit un compte, dont plusieurs entrées ont été mal comprises dans l’editio princeps : il faut notamment reconnaître un administrateur de la ville de Kôs (l. 2) ou un soldat du Duc (l. 7). Sur le recto du second, on lit un inventaire, dont le titre précise : « Liste des objets que Sarapammôn a apportés et qui appartiennent à la diaconie ». Une vingtaine d’ustensiles et de vêtements sont énumérés ; plusieurs mots rares sont attestés et le contexte ou le matériau permet parfois de préciser la signification de ces termes. Au verso, un compte en argent mentionne les sommes versées par divers personnages : des gardiens, un berger et un fonctionnaire villageois (hiereus).

  • 1 Cette révision du papyrus a été publiée dans Alain Delattre, « Papyrologica. XIII. 140. P. Mich. In (...)

3Un compte conservé à l’université du Michigan (P. Mich. Inv. 523 = SB Kopt. II 1035) a fait l’objet d’une révision d’ensemble, qui a permis de corriger quelque peu le texte et de préciser la datation (viie siècle plutôt que ive), mais aussi de mieux comprendre le document. Comme l’indique le titre de la l. 1, le compte énumère ce que l’auteur a donnés à Trache, sa sœur. Aux l. 2-7 sont détaillées les diverses sommes d’argent que la sœur a reçues ou gardées (l. 2-3, « pour l’année où mon père a séjourné à Nemhate, c’est-à-dire la quinzième indiction, 8 nomismata » ; l. 4-6, « pour la première (?) indiction, pour les pains et le vin qu’elle a vendus pendant que j’étais à Nemhate, elle a gardé pour elle, à savoir, 6 nomismata » ; l. 7, « pour le cochon qu’elle a vendu, ½ nomisma »). Ensuite, aux l. 8-13, l’auteur énumère « les objets qu’elle a pris chez mon père », c’est-à-dire quelques objets de valeur (instruments en métal ou vêtements). Un tel document pourrait avoir été écrit dans le cadre d’un partage d’héritage. Le père de Trache et de l’auteur du papyrus serait mort et ce dernier aurait établi la liste de ce que sa sœur avait déjà reçu, de manière à faire valoir ses propres droits – et probablement négocier une part plus importante pour lui-même – lors de la division de l’héritage paternel1.

4D’autres documents comptables ont été abordés ensuite, dont CPR XII 11, où nous avons pu éliminer deux hapax lexicographiques. À la l. 6 de l’édition, ⲛⲉⲥⲁⲛⲟⲣⲛⲉ, « Die Hühnerhändler », doit se lire ⲛⲉⲥⲁ ⲛⲟⲣⲃⲉ, « les vendeurs de légumineuses », une profession bien attestée par ailleurs ; de même dans P. Mich. Copt. 16, 14, un examen de la photographie permet de lire sans difficulté ⲡⲥⲁ ⲛⲟⲣⲃⲉ (et non ⲡⲥⲏ ⲛⲟⲣⲃⲉ, que l’éditeur ne comprenait pas). À la l. 11, il n’est pas question de vendeurs de lampes, ⲛⲉⲥⲁⲛⲗⲩⲭ(ⲛⲟⲥ), mais de vendeurs de légumes, ⲛⲉⲥⲁ ⲛⲗ(ⲁ)ⲭ(ⲁⲛⲟⲛ).

5D’autres documents économiques ont été passés en revue, notamment trois ordres de paiement de produits alimentaires inédits, qui proviennent du monastère de Baouît et datent du viiie siècle. Ces documents appartiennent au fonds de la Wissenschaftliche Gesellschaft de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et portent les numéros d’inventaire : P. Stras. copte Inv. WG 37, 48 v. et 53. Ils doivent probablement s’interpréter comme des « bons au porteur », grâce auxquels le ou les bénéficiaires pouvaient recevoir les produits auprès d’un magasin du monastère. Le responsable mentionné systématiquement dans les documents de ce type n’est d’ailleurs pas forcément celui qui décide de l’octroi des produits au(x) bénéficiaire(s), mais peut-être simplement le responsable qui donnait effectivement la marchandise concernée (en l’occurrence de l’huile, du sel ou des légumes) et conservait ensuite les documents.

  • 2 Cette réinterprétation du texte a été proposée dans Alain Delattre et Naïm Vanthieghem, « Papyrolog (...)

6Un dernier ordre de paiement a été analysé ensuite, P. Mich. Inv. 4927 = SB Kopt. II 1038, qui avait été interprété comme une liste. Le document, envoyé par un certain Biktôr au moine Geôrge, contient pourtant bien l’ordre de donner les produits mentionnés au porteur du billet. Il est écrit au verso d’une lettre de chancellerie en arabe et peut être daté du viiie siècle2.

  • 3 Anne Boud’hors, « L’apport de papyrus postérieurs à la conquête arabe pour la datation des ostraca (...)

7Pour la troisième et dernière année, la seconde partie de la conférence a été consacrée à la riche documentation de la région thébaine. Nous avons cette année repris le dossier des laissez-passer thébains de la tombe thébaine 29, déjà abordé en 2015-2016, mais qui s’est vu complété par de nouvelles pièces et de nouveaux raccords. Il s’agit d’un dossier qui compte désormais une cinquantaine de pièces, dont seules quelques-unes ont été brièvement décrites3. Un examen minutieux des textes permet de mieux cerner l’identité des personnes impliquées dans ces textes. Les expéditeurs étaient de hauts fonctionnaires de villages du nome Coptite, probablement des lachanes. Ils s’adressaient à un responsable du nome voisin pour lui demander de laisser passer le bénéficiaire du document, de manière à lui permettre de faire du commerce pour qu’il puisse payer les taxes dont il était redevable. Il apparaît ainsi que la circulation des personnes dans cette région faisait l’objet de restrictions temporaires, qu’évoque aussi une lettre copte inédite découverte à proximité de la TT 29. La missive émane des lachanes de la ville de Djeme et prévient un moine que désormais « aucun homme n’empêche un autre homme » et que tout le monde peut entrer dans la ville. On notera enfin que plusieurs de ces laissez-passer sont munis de sceaux en argiles, sur lesquelles figurent des estampilles, souvent difficiles à déchiffrer. On reconnaît ainsi un saint cavalier et une Annonciation ; Mme Apolline Gay, doctorante à l’EPHE-PSL et à l’ULB et auditrice de la conférence, a pu identifier une représentation des femmes au tombeau du Christ et montrer des parallèles iconographiques probants. Divers indices permettent de dater les documents, selon toute vraisemblance, du deuxième quart du viiie siècle.

8Dans le cadre de la conférence, deux collègues extérieurs sont venus animer des séances et présenter aux auditrices et auditeurs les résultats de leurs recherches en cours. Le 13 janvier 2023, Mme Valérie Schram a fait une présentation de la base de données Ergaleion qu’elle a mise sur pied et qui se veut un outil de lexicographie papyrologique de la vie matérielle. Il vise à réconcilier les mots et les réalités qu’ils désignent et adopte une approche résolument multilingue. L’exposé théorique a été suivi d’un atelier pratique.

9Le 17 mars 2023, M. Korshi Dosoo est venu présenter le texte magique copte P. Morgan. Lib. et le directeur a poursuivi la séance sur le compte de vin au verso duquel la prière magique a été rédigée. Plusieurs termes rares qui désignent des contenants y figurent et des progrès importants dans l’’interprétation du compte ont pu être réalisés.

10La dernière séance a été consacrée à la présentation d’un fragment hagiographique découvert sur le site d’Antinoupolis, en Moyenne-Égypte. Le morceau de papyrus appartient à un codex mutilé qui contenait la version copte de la Vie de Pantaléon. Le texte est connu par trois autres témoins coptes, conservés à Turin et à Utrecht (le troisième est aujourd’hui perdu), ainsi que par un grand nombre de versions grecques. Les rapports entre les différentes versions coptes ont été analysés en détail, ainsi que les liens entre les textes coptes et grecs. Le document fera l’objet d’une publication détaillée dans la revue Aegyptus, par les soins du directeur d’étude et de Mme Francesca Potenza, qui a consacré sa thèse de doctorat aux manuscrits grecs de la vie du saint.

Haut de page

Notes

1 Cette révision du papyrus a été publiée dans Alain Delattre, « Papyrologica. XIII. 140. P. Mich. Inv. 523 = SB Kopt. II 1035 », Chronique d’Égypte, 97 (2022), p. 299-300.

2 Cette réinterprétation du texte a été proposée dans Alain Delattre et Naïm Vanthieghem, « Papyrologica. XIII. 141. P. Mich. Inv. 4927 = SB Kopt. II 1038 », Chronique d’Égypte, 97 (2022), p. 301-302.

3 Anne Boud’hors, « L’apport de papyrus postérieurs à la conquête arabe pour la datation des ostraca coptes de la tombe TT29 », From al-Andalus to Khurasan. Documents from the Medieval Muslim World, Leyde, 2007, p. 115-129 ; Alain Delattre, « Checkpoints, sauf-conduits et contrôle de la population en Égypte au début du viiie siècle », dans Authority and Control in the Countryside. From Antiquity to Islam in the Mediterranean and Near East (Sixth-Tenth Century), Leyde, 2019, p. 531-546.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Delattre, « Langue et sources documentaires coptes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 156-158.

Référence électronique

Alain Delattre, « Langue et sources documentaires coptes »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3i

Haut de page

Auteur

Alain Delattre

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search