Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire et archéologie de la Gau...

Résumés des conférences

Histoire et archéologie de la Gaule romaine

William Van Andringa
p. 203-212

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Archéologie de la ville en Gaule romaine.

Haut de page

Texte intégral

Archéologie urbaine en Gaule romaine : la ville vécue

  • 1 M. Agier, Anthropologie de la ville, Paris, 2015.

1Le séminaire 2022-2023 a concerné l’archéologie de l’espace urbain : on s’est attaché en particulier à l’explication et la compréhension de ce qui « fait ville » pour reprendre l’expression de Michel Agier, en s’interrogeant sur la façon dont les citadins des villes de Gaule se sont adaptés au nouveau schéma urbain proposé, comment ils ont forcément bricolé et inventé leur ville, leur « localité »1. Il s’agissait ainsi moins de réfléchir à un modèle urbain déjà bien connu et étudié (le forum, les temples, les domus pour reprendre la nomenclature tacitéenne, Tac., Agr. 21) ou à la symbolique des grands édifices qui incarnent la ville romaine, que de travailler sur la pratique de la ville, de voir comment les sociabilités et les communautés de voisinage qui la composent s’organisent ou comment l’urbanisme crée un environnement commun, fait le lien entre les individus ou les groupes socio-économiques. L’archéologie est en effet parfaitement capable d’identifier la ville telle qu’elle est vécue, la ville en chantier et en mouvement.

La ville vécue : autopsie d’un quartier urbain de Burdigala / Bordeaux

  • 2 C. Sireix (dir.), La Cité Judiciaire. Un quartier suburbain de Bordeaux antique, Bordeaux, 2008 (Aq (...)
  • 3 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes. L’urbanisation selon ses fondements artistiques, Vienne, (...)

2Il s’agissait dans un premier temps de juger du potentiel d’une fouille urbaine grâce au dossier très complet fourni par la publication du quartier d’époque romaine de la Cité Judiciaire à Bordeaux2. De quelle manière les traces enregistrées sur le terrain permettent-elles de questionner une communauté urbaine et son évolution, comment elles permettent d’envisager les pratiques propres à un espace urbain ; il s’agissait de voir concrètement comment une communauté humaine investit un espace urbain, comment elle le modèle en fonction de ses besoins. Bref, l’objectif était de comprendre de quelle manière l’archéologie révèle « les principes de compositions propres à une ville » selon les termes employés par Camillo Sitte3. Se pose également la question fondamentale des modalités de la programmation d’un espace urbain ou celle de l’influence d’un pouvoir urbain sur la façon dont les habitants font la ville ou l’occupent : le quartier étudié de la Cité Judiciaire montre par exemple que la ville organisatrice est surtout prégnante à partir de Domitien, pas avant et que ce changement de statut doit sans doute beaucoup à l’existence de véritables services municipaux progressivement mis en place dans les villes de Gaule.

3À la Cité Judiciaire, à l’emplacement de l’ancienne vallée du Peugue, les premiers aménagements interviennent au début du ier siècle apr. J.-C., sous la forme de structures de combustion situées sur le versant du cours d’eau. Cette irruption de sidérurgistes dans un milieu inhospitalier ne tient pas au hasard, il faut construire une ville. L’établissement des premiers artisans est lié à l’installation d’un axe de circulation permettant la conquête d’un nouveau territoire situé en marge de la nouvelle ville : formée d’un épandage de graviers et creusée d’un fossé central, il s’agit alors d’une simple route qui témoigne de la multiplication des réseaux viaires qui caractérise une fondation urbaine. L’activité métallurgique nécessitant un accès à l’eau permanent, un puits est aménagé, qui a livré un certain nombre de vestiges dans son comblement daté des années 30/40 apr. J.-C. : parmi le mobilier en bois, on trouve un encrier et des tablettes à écrire qui attestent de la diffusion de l’écrit dans la communauté urbaine : Jack Goody a montré que lorsque l’écriture est introduite dans une société, elle ouvre de nouvelles sphères de communication qui remplacent parfois les anciennes. À Bordeaux comme ailleurs, l’écrit a certainement joué un rôle dans l’apprentissage des modes de vie urbain : on vend, on achète, on loue, on administre, on invoque les dieux et pour cela il faut savoir écrire. En même temps nous dit Jack Goody, il est inévitable que les formes indigènes de socialisation en souffrent. L’écriture a sans doute participé à la codification du vivre en ville, la formulation de règles, d’amendes, de contrats, de serments qui jouent un rôle central dans la nouvelle organisation urbaine. Les fonds de tonneaux découverts nous renseignent eux sur une production bordelaise en frêne bien attestée par l’épigraphie : deux propriétaires de fabrique sont connus par l’épigraphie. Le développement de la tonnellerie va de pair avec le transport du vin dès l’époque augustéenne et l’expansion de la viticulture, également bien attestée à Bordeaux. D’autres objets en bois confirment par ailleurs que l’espace marécageux situé au sud de la ville a été progressivement investi par une communauté artisanale et économique plus large que celle des forgerons, témoignant ainsi d’un développement urbain.

4Quant aux éléments d’architecture tels que palissade, batardeau, canalisations en bois conservés par la nature marécageuse des lieux, ceux-ci sont de sûrs indices quant aux efforts d’aménagement et de l’investissement des habitants pour rendre ce quartier marécageux salubre. Tous ces objets témoignent d’un approvisionnement en bois organisé pour beaucoup à partir de zones proches, les frênes et les fruitiers faisant partie des « séries de proximité » et donnant une idée de l’ampleur des défrichements occasionnés par l’installation d’une ville, d’ailleurs confirmés par les spectres polliniques typiques d’un milieu ouvert mis en culture. Le quartier en question est un front pionnier, le milieu subissant de profondes modifications en peu de temps ; la vallée est drainée et un chenal est creusé comme l’indiquent un barrage daté de 20 apr. J.-C. par la dendrochronologie et une palissade de bois de la même époque conservée sur 18 mètres. La phase suivante (30 apr. à 100 apr. J.-C.) montre une structuration générale de l’espace avec un empierrement des voies et l’apparition des premières habitations dans un espace progressivement urbanisé et reconnu comme un quartier de métallurgistes : l’un des évènements centraux nous parait être la construction d’une rue rechargée tout au long du ier siècle qui franchit le canal du Peugue grâce à un pont couvert de planches. La rue est bordée de fossés latéraux destinés à l’écoulement des eaux pluviales et des eaux usées. On remarque en particulier que l’aménagement de la rue est strictement contemporain d’une occupation structurée des abords, composée essentiellement d’installations artisanales plutôt spécialisées dans le bandage des roues, une activité qui fait évidemment sens dans le contexte des aménagements urbains qui transforment la ville de Bordeaux au ier siècle apr. J.-C. Le pic de l’activité des métallurgistes, entre 40/50 et 60/70 apr. J.-C. est un sûr témoin du développement urbain. Quant au déclin du quartier artisanal dans la période suivante, il peut renvoyer selon nous à un redéploiement de l’activité en question dans un espace urbain désormais maîtrisé et contrôlé par les pouvoirs publics en place. Notons que d’autres activités artisanales sont répertoriées (textile, tabletterie), qui témoignent à coup sûr de la diversité économique permise justement par la ville.

  • 4 C. Sireix, La Cité Judiciaire, note 2, p. 77.

5La fin du ier siècle montre une rupture avec une réorganisation de l’espace qui nous parait décisive dans l’appréciation de la ville elle-même. Dans cette évolution, la rue est une nouvelle fois un sûr témoignage du changement : intégralement reconstruite et équipée d’un trottoir et d’un réseau d’évacuation des eaux usées auquel on associe vers le milieu du iie siècle une conduite d’eau potable en bois, celle-ci commande la construction sur ses abords d’un grand bâtiment à étage, identifié à une auberge, s’insérant dans un îlot urbain. On remarque que le passage du pisé à la maçonnerie n’a rien à voir avec la romanisation, mais qu’il intervient plutôt dans le cadre d’une requalification de l’espace par un pouvoir municipal, à un moment où le savoir-faire de la construction est bien en place. Car la mutation du quartier signe un contrôle accru des autorités urbaines sur un quartier suburbain progressivement intégré dans la ville ; l’ancien chenal du Peugue est désormais comblé, la rue organisant de manière définitive le quartier et favorisant l’établissement humain, grâce à des équipements qui garantissent l’assainissement et l’alimentation en eau potable. Il y a évidemment une grande différence avec les aménagements antérieurs dans le sens où les nouveaux équipements de la rue (trottoir et caniveaux) renvoyaient à un entretien désormais régulier du quartier par les autorités publiques, d’ailleurs mentionnées sous la forme r(es)p(ublica) B(iturigum) V(iviscorum) sur le tuyau d’alimentation en eau potable en bois installé sous le trottoir. La zone était désormais investie par des équipements publics. Comme le note Christophe Sireix, « cette profonde mutation (…) est le reflet direct du contrôle qu’exerce sur les espaces urbains l’autorité municipale. Elle intervient durant l’une des périodes les plus fastes de la ville, celle du grand mouvement d’équipement et d’embellissement… »4.

L’intelligence de la rue

  • 5 D. Tartakowsky (dir.), J. Cornette, E. Fureix, C. Gauvard, C. Saliou, Histoire de la rue de l’Antiq (...)

6Nous avons vu avec l’exemple de la Cité Judiciaire à Bordeaux qu’une séquence fondamentale de la vie urbaine est donnée par la fouille des rues. La rue est en effet un espace public qui structure et organise la ville5 : son installation précède en effet toujours l’occupation des quartiers, constituant de fait la structure élémentaire de la conquête d’un espace urbain. Ce caractère stratégique des axes viaires explique pourquoi la rue est entretenue et réaménagée de manière très régulière et que la régularité des aménagements constatés nous renseigne sur les modalités de l’intervention des pouvoirs publics. La rue est-elle d’ailleurs un espace réglementée ? Pas toujours de manière claire : à la Cité Judiciaire, la rue du ier siècle n’est pas la rue du iie siècle. Au ier siècle, la rue est entretenue, rechargée, mais pas nettoyée, non plus reconstruite. En revanche, la rue du iie siècle est construite dans le cadre de l’aménagement concerté d’un quartier ; elle est aussi nettoyée, recevant de véritables égouts collecteurs et des adductions d’eau potable. La rue est alors un précieux témoignage de la ville réglementée, de la ville soumise à des règlements, un pouvoir municipal fort qui limite d’ailleurs les mutations morphologiques urbaines, puisqu’à la Cité Judiciaire, le quartier ne bouge plus pendant un siècle. Il y a là un élément intéressant de réflexion entre la ville qui se développe de manière aléatoire à partir d’infrastructures directrices et la ville ordonnée, contrôlée, réglementée, beaucoup plus figée finalement.

  • 6 J. Lefebvre, Du rural à l’urbain, Paris, 2001, p. 93-94.
  • 7 H. Noizet, A.-S. Clémençon, Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des forme (...)

7Mais la rue ne nous renseigne pas seulement sur l’espace public et la politique municipale, elle nous donne de précieuses indications sur la relation au privé, aux habitants des quartiers : le trottoir était sans doute aussi aménagé par les pouvoirs publics (dans la phase municipale du moins), mais l’entretien était dévolu aux particuliers, aux propriétaires des maisons et immeubles qui bordaient la rue. En ce sens, la rue représente la vie quotidienne, nous dit Henri Lefebvre6. Une rue fixe l’habitat, le favorise, augmente la valeur foncière d’un terrain. On a ainsi beaucoup à tirer des observations faites sur les trottoirs et les aménagements de façade dont l’évolution témoigne de ce que nous avons appelé après Hélène Noizet et Anne-Sophie Clémençon le degré de planification7. Le premier degré de planification est le tracé des rues qui vise à délimiter des îlots à conquérir : les rues créent en effet des damiers propices à l’appropriation du sol ; mais l’aménagement des rues peut aussi conduire le découpage parcellaire interne aux îlots. Un troisième degré est celui de l’intervention des pouvoirs publics qui concerne la disposition et l’affectation du bâti. A contrario, le réseau viaire peut être touché par de nombreuses modifications très locales qui sont en interaction forte avec le bâti. Des portions de voies peuvent être créées, réorientées, élargies ou au contraire fermées en fonction de nouvelles constructions.

  • 8 R. Sennett, Bâtir et habiter. Pour une éthique de la ville, Paris, 2018, p. 228-239.

8La rue nous renseigne également sur le fonctionnement social : à la Cité Judiciaire (Bordeaux), les épandages de résidus ferreux et charbons sur la rue renvoient à l’occupation du quartier par des métallurgistes. À Meaux (Iatinum), la fouille de la rue Farron a révélé des épandages d’amphores se rapportant à l’activité des boutiques du carrefour : on vendait de la sauce de poisson et du vin entre Claude et les Flaviens. Au fond, on peut dire qu’une rue développe une intelligence comme nous l’enseigne Richard Sennett8. Dans le sens où c’est là principalement que s’acquiert le savoir local puisque les gens y habitent, y vivent quotidiennement ; c’est là que l’on apprend, que l’on va chercher de l’eau, que l’on sacrifie aux dieux du quartier, c’est là que l’on noue des relations de voisinage, d’entr’aide ; c’est aussi là que l’on commerce, que l’on vend, que l’on échange. Et changer de quartier implique de recommencer cet apprentissage qui emprunte toujours des voies très variées tenant au lieu et à ses habitants. Et en effet l’archéologie de la rue nous donne des situations chaque fois différentes qui renvoient certainement et pour partie à cette intelligence de la rue : ici des boutiques, là des artisans, là des maisons modestes ou riches, une fontaine, un autel, des déchets sur la chaussée. La rue est un lieu qui peut être analysé et dont l’analyse nous permet de savoir ce qui s’est passé, dans une moindre mesure bien entendu. Alors qu’un texte de Martial ou Libanios est toujours fictif, intemporel, l’archéologie de la rue donne des indices sur la vie d’un quartier, sur comment s’y organise la vie, sur les interconnexions socio-économiques qui innervent la communauté vicinale. On le voit, les questionnements permis par l’archéologie sont multiples et d’une richesse extraordinaire, nous plongeant dans l’histoire urbaine, dans l’anthropologie de la ville, la ville telle qu’elle est aménagée et vécue.

Expression de la collectivité : le forum des villes de Gaule

  • 9 A. Bouet (éd.), Le forum en Gaule et dans les régions voisines, Bordeaux, 2012.

9Un autre espace fondamental de la ville romaine est le forum qui n’est pas un édifice nous dit Pierre Gros, mais au mieux un groupe d’édifices. On doit convenir que l’on a surtout cherché à décrire l’architecture de ces complexes plutôt que d’essayer de définir ce que l’on y faisait vraiment9. Manifestation monumentale de la cité politique, c’est là que s’exprimaient les grands cultes communautaires, la mémoire civique et impériale et la justice des citoyens, c’est là également que se réunissait le sénat local conçu comme une émanation de l’autonomie, c’est là que l’on entassait tout un peuple de statues qui rendaient compte de l’histoire ou de la mémoire collective. Mais le forum était-il un espace de réunion des citoyens comme on le voit souvent, ou comme le prétend Festus (84 L) dans quelle mesure était-il « un lieu où se rend la justice, où l’on discute avec le peuple, où se tiennent habituellement les assemblées publiques » ?

  • 10 J. Zask, Se réunir. Du rôle des places dans la cité, Paris, éd. Premier Parallèle, 2022, p. 11.
  • 11 V. Azoulay, « L’espace public et la cité grecque : d’un malentendu structurel à une clarification c (...)
  • 12 Dans A. Bouet, Le forum, note 9, p. 10.

10Se réunir suppose en premier lieu un lieu physique approprié10. Les vastes esplanades sans reliefs, exposées aux intempéries, les espaces étriqués ne sont pas adaptées. On s’y entasse, on les sillonne ou on les fuit, mais on ne s’y réunit pas nous enseigne Joëlle Zask. Les places des villes romaines étaient plutôt des lieux de représentation du pouvoir impérial et de l’autonomie des cités dans lesquelles « les générations successives acquièrent et entretiennent la conscience d’appartenir à une communauté » : c’est notamment sur le forum que s’exprimait le lien fondamental des cités avec le pouvoir romain. Le lieu de l’assemblée complète des citoyens serait alors plutôt le théâtre et l’amphithéâtre où justement tout le monde peut prendre place, mais pour regarder un spectacle. Vincent Azoulay explique ainsi comment dans la cité grecque, « dans un étrange jeu de vases communicants, les lieux politiques se dépolitisèrent au fur et à mesure qu’ils se monumentalisaient »11. C’est ainsi que les places se couvrirent progressivement « d’un peuple de statues de marbre et de bronze, symbole de la nouvelle domination des puissants sur l’espace public, au fur et à mesure qu’elles se vidaient du peuple de chair et de sang qui autrefois délibérait sur les affaires de la cité. » De la même façon, le public des villes romaines est au fond un public spectateur plus qu’un public acteur et le forum est avant tout l’expression forcément monumentale d’une communauté civique qui l’emportait sur l’expression du citoyen. D’où finalement l’importance dans l’urbanisme impérial des monuments qui fabriquent la collectivité (théâtre, amphithéâtre, thermes, etc.). Comme l’a écrit Robert Sablayrolles, le forum est bien l’expression architecturale d’une collectivité gérée par un système aristocratique12 ; on pourrait rajouter qu’il est tout autant le lieu d’expression de la respublica, autrement dit d’une collectivité conçue comme une entité ontologique.

11Mais le forum n’était pas qu’un espace d’exposition. L’alignement des boutiques et les longs portiques indiquent que le complexe monumental était d’abord un lieu où s’organisaient un certain nombre d’activités qui animaient la vie publique, qui renforçaient la vie sociale drainée par les rencontres, qui permettaient la diversité des manières d’être d’une communauté urbaine. La vie des places publiques des villes romaines résidait sans doute moins dans l’utopie des assemblées du peuple que dans la rencontre entre les citadins, le marchand et le client, le voisin et la voisine, le magistrat et ses administrés. Les boutiques du forum montrent que la place romaine n’est pas seulement un lieu froid d’exposition du pouvoir, au même titre que la place Tien Amen ou la place Rouge. Le forum monumental serait donc d’abord un assemblage d’espaces spécifiques (les sociologues parlent de micro-places) articulés par de vastes portiques où pouvaient se dérouler des activités diverses, décrites sur la peinture de Iulia Felix à Pompéi : ici des vendeurs de chaussures ou de textile, là un châtiment, là encore une école ou bien un lieu d’affichage des décrets publics. C’est en effet sur le forum et dans les bâtiments associés que se définissaient les règles communes. D’une certaine façon, le forum rendait possible la vie publique parce qu’il organisait une pluralité d’activités : comme l’indique Joëlle Zask, « les places vouées à une fonction unique ne sont ni agréables ni animées. »

Monuments publics et définition urbaine : thermes et communautés vicinales

  • 13 J.-P. Petit (dir.), Le complexe des thermes de Bliesbruck (Moselle). Un quartier public au cœur d’u (...)

12Tout comme dans le chef-lieu, une place publique et des espaces collectifs (théâtre) structuraient les agglomérations secondaires qui avaient le statut de vicus, défini juridiquement comme un quartier détaché du chef-lieu. Ainsi, dans la petite ville de Bliesbruck chez les Médiomatriques, l’espace central est-il occupé par un complexe monumental tout à fait intéressant car il fait écho à la réflexion développée sur le forum13. Trois bâtiments empruntés à l’architecture monumentale des chefs-lieux structurent en effet une sorte de place publique : une basilique, une fontaine monumentale et des thermes publics. L’espace public a évolué en plusieurs temps avec une première phase datée de la deuxième moitié du ier siècle, donc légèrement postérieure à l’établissement de la rue et des premières maisons. Les vestiges sont très arasées si bien qu’il est difficile d’identifier l’organisation d’une place publique dès la fondation de l’agglomération, mais l’absence de structures antérieures semble bien indiquer que le tracé du premier urbanisme a mis en réserve un espace central destiné à la place publique et à ses monuments représentatifs.

  • 14 Sur les boutiques publiques associées aux monuments publics, voir désormais A. Durand, Pratiques re (...)
  • 15 « S’il est un édifice caractéristique de l’urbanisme romain, c’est bien la fontaine publique » nous (...)

13C’est vers la fin du ier siècle ou au début du second qu’un évergète (on pense évidemment au propriétaire de la grande villa de Reinheim toute proche datée justement de la fin du ier siècle) intervient en faisant construire un ensemble thermal qui ajoute aux pièces principales des latrines publiques. Au même moment, on reconstruit les maisons alignées le long de la route ; l’habitat est normalisé, permettant de caractériser un vrai programme d’urbanisation, à une époque où la cité des Médiomatriques est devenue une véritable res publica dotée de règlements et de pouvoirs publics entreprenants. La nécessité d’un entretien permanent de l’édifice thermal (alimentation en bois, entretien du chauffage, etc.) impliquait par ailleurs un pouvoir collectif et la présence probable de magistri vici, en tout cas d’un personnel chargé de la maintenance. Quant aux multiples réaménagements de l’édifice, ceux-ci indiquent tout autant une attention permanente des pouvoirs publics comme ils suggèrent l’importance de l’édifice pour les habitants du lieu et la sociabilité locale. On se baignait, on faisait de l’exercice, on discutait, tout en jouant comme l’attestent les jetons trouvés en nombre dans l’établissement. Sur l’activité thermale elle-même, on trouve des instruments de toilette, des spatules, des « cure-oreilles », des pincettes, peut-être un miroir, des plaquettes à fard, également des balsamaires contenant des onguents. On mangeait également sur place comme semblent le montrer la vaisselle, les vases de cuisine et les cuillères. Six étiquettes en plomb inscrites donnent des indications sur les aliments ou biens livrés dans les thermes (l’une mentionne des lentilles). On trouve également de nombreux stylets à écrire et une boite à sceller témoignant de l’usage de l’écriture dans le complexe ou les boutiques attenantes. De nombreux éléments de décoration des harnais renvoient, eux, à l’animation constante du lieu sillonné par les transports et l’activité commerciale déployée autour. Il y a également les bijoux et effets personnels qui sont un sûr indice de la fréquentation du lieu : 23 perles, 34 bagues, 13 bracelets, 190 fibules et 250 épingles à cheveux. La plupart de ces objets proviennent des remblais qui ont servi à remonter les sols. Les fibules permettent d’identifier autant d’hommes que de femmes. Bref, les thermes de Bliesbruck sont un endroit fréquenté de l’agglomération, sans doute même l’espace de sociabilité par excellence de la communauté urbaine. On n’oublie pas que les thermes sont complétés dès le projet initial par des boutiques, sous la forme de deux ailes, nord et sud. Le caractère simultané de la construction de l’édifice thermal et des boutiques invite à suggérer que ces boutiques étaient publiques, comme dans les espaces communautaires du chef-lieu14. Les finances des cités étaient alimentées par les revenus tirés de patrimoines immobiliers : la construction d’un édifice public était ainsi l’occasion d’aménager des boutiques à louer dans lesquelles on reconnait à Bliesbruck des tavernes et des commerces de bouche. On en déduit que l’agglomération disposait d’une caisse publique, gérée par des magistri, et qu’elle avait bien entendu le statut de vicus. Ce qui explique en passant que le centre de la place fut agrémenté d’une fontaine monumentale entre le milieu et la fin du IIe siècle. Il s’agit d’un équipement urbain par définition, d’un élément incontournable de la dignitas d’une ville15. La fontaine symbolise cet heureux mélange de l’utilité et de l’agrément – utilitas et amoenitas – qui fabriquent le collectif dans la ville romaine. On peut mettre cet acte évergétique en regard avec la donation des sévirs augustaux qui font installer à Metz / Divodurum, autrement dit dans le chef-lieu, un nymphée avec sa décoration et un portique (CIL XIII, 4325). On aimerait évidemment savoir si cet équipement était destiné à un quartier ou s’il fut installé sur le forum.

14La place publique de Bliesbruck fut complétée sur le côté nord par un bâtiment à trois nefs, identifié à une basilique. Le bâtiment est construit en maçonnerie avec des joins soignés. Huit soubassements de pilier constitués de blocs massifs en grès rythment de manière régulière l’espace intérieur. Dans le cours du iiie siècle, on construit dans un angle une pièce carrée avec un foyer (une cuisine ?) qui a fourni du mobilier se rapportant au domaine commercial (des poids et balances). Dans le bâtiment, il n’y a pas de tribunal visible, non plus d’aménagement particulier, mais il n’est pas interdit de penser que les duumvirs qui faisaient des tournées régulières sur le territoire de la cité (voir par ex. le règlement d’Irni, Rub. 76 et 91), pouvaient tenir des tribunaux ou des assemblées dans la basilique de Bliesbruck. Sachant que la basilique est avant tout un forum couvert, polyfonctionnel, susceptible d’abriter tout type d’activité faisant collectivité. Un tel édifice se retrouve d’ailleurs régulièrement dans les vici, comme à Lousonna / Lausanne, à Annecy, à Alésia ou à Argenton. Une basilique est mentionnée sur une inscription de Vendeuvre-en Brenne chez les Pictons (CIL XIII, 11151), visiblement associée à un forum qui a fait débat, mais qui est tout simplement, à la lecture du dossier de Bliesbruck, la place publique du vicus. Cette inscription me semble ainsi confirmer la présence de fora dans les vici du territoire des cités, également la présence de basiliques sur le modèle de la basilica forensis du chef-lieu. Ce type d’équipement permettait des activités collectives et caractérisait le statut de vicus dans le sens de quartier urbain détaché du chef-lieu. La place publique du chef-lieu étant à 80 km de Bliesbruck, il était normal d’organiser le vicus autour d’un centre monumental qui concentrait l’essentiel, une place publique et des boutiques, un édifice thermal, une basilique pour les activités publiques par tout temps et un ornement public, en l’occurrence une fontaine monumentale. Qu’y faisait-on ? Le conseil municipal de la cité ne s’y réunissait pas, mais le duumvir y passait, en tournée, et des appariteurs ou des magistri devaient s’y occuper des affaires courantes.

Faire société : l’eau dans la ville

  • 16 L. Borau, « Topographie, urbanisme et gestion des réseaux d’eau à Autun / Augustodunum : une nouvel (...)
  • 17 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, texte établi et traduit par P. Grimal, Les Belles Lettre (...)
  • 18 M. Vannesse, « Les usages de l’eau courante dans les villes romaines : le témoignage de l’épigraphi (...)
  • 19 I. Illich, H2O. Les eaux de l’oubli, Saint-Mandé, éditions Terre Urbaine, 2020.

15La fontaine de Bliesbruck a montré que les aménagements hydrauliques étaient des équipements essentiels de la ville romaine, alimentés par des aqueducs parfois mis en œuvre dès la fondation urbaine comme à Cahors ou à Autun16. Ceux-ci étaient donc prolongés dans l’espace urbain par toute une série d’infrastructures, fontaines, thermes, caniveaux, égouts, latrines, qui faisaient des villes romaines des villes d’eau où régnait la salubritas, ce qui promeut la santé ou le bien-être et qui relevait du domaine public17. L’eau faisait donc la ville, participait à la pratique urbaine, mais pourquoi ? Comment comprendre cette relation privilégiée de la ville et de l’eau à une époque où l’hygiène au sens moderne du terme n’existe pas. La fontaine monumentale de Bliesbruck donne, je crois, la solution : l’eau participait à la fabrication du collectif, ce qui est tout simplement la première fonction de la ville romaine qui est un espace civique par définition. Dans les villes romaines de Gaule et d’ailleurs, l’eau fabriquait du social, dans les thermes ou aux fontaines des quartiers situées aux carrefours qui étaient en l’occurrence des endroits stratégiques de l’espace urbain. L’eau courante favorisait l’organisation des solidarités urbaines nouées autour de l’usage du bien public qui, à l’époque romaine, se confond avec le bien-être des individus composant la communauté urbaine : l’enjeu réel de ces monuments des eaux extrêmement dispendieux et de ces infrastructures sophistiquées était par conséquent de créer dans les villes des liens communautaires forts qui participaient à la municipalisation, au bien public et à son entretien. Le sens était celui d’une construction d’un collectif spécifique, urbain, de pratiques destinées à fédérer des communautés de voisinage. La salubritas instaurait un rapport étroit entre ce qui est sain et des rapports sociaux qui fonctionnent en utilisant à cet effet le pouvoir intrinsèque de l’eau dont on était à l’époque romaine particulièrement conscient18. Bref, comme l’a bien vu Ivan Illich, il y a un rapport étroit entre l’eau qui purifie et qui réunit et les valeurs civiques ; l’eau joue ainsi un rôle fondamental dans la pratique de la ville à l’époque romaine19.

16Sont intervenus dans le débat sur la ville : le 11 janvier 2023, Jean-Patrick Duchemin (Numéarc, UMR 8164 du CNRS, Lille) a donné une conférence intitulée « Vers une nouvelle méthode d’investigation du fait urbain par l’approche archéo-numismatique ». Le 18 janvier 2023, Ricardo Gonzales Villaescusa (université Paris-Nanterre) a donné une conférence intitulée « Le rôle des communautés de voisinage dans la fabrique urbaine : les notions de quartier et d’unité de regroupement intermédiaire des cités gallo-romaines ». Le 25 janvier 2023, Achille Bertrand (EPHE-PSL) a donné une conférence intitulée « Écrire et faire ville ». Le 8 février 2023, François Quantin (EPHE-PSL) a donné une conférence intitulée « La ville d’Apollonia d’Illyrie, de l’archaïsme à l’époque impériale ». Le 22 février 2023, Matthieu Le Bailly (université de Franche-Comté) a donné une conférence intitulée « Parasitoses digestives et salubritas : la question de l’hygiène dans les villes romaines ». Le 8 mars 2023, Olivier de Cazanove (Panthéon Sorbonne) a donné une conférence intitulée « Loin des Gaules ? La ville italique, une ville introuvable ? ». Le 22 mars 2023, Felipe Ferreira (Pôle archéologique de Paris) a donné une conférence intitulée « Repenser la ville : l’apport des fouilles récentes à la connaissance du Paris antique ». Le 24 mars 2023, une journée d’étude a été organisée à Chartres (auditorium de la médiathèque) en collaboration avec la direction de l’archéologie de Chartres et le Pôle d’archéologie de la ville d’Orléans, sur le thème : « La continuité de la ville : les faubourgs de Chartres et Orléans à l’époque romaine et au haut Moyen Âge ». Le 29 mars 2023, Daniel Kaniewski (université de Toulouse) et Christophe Morhange (EPHE-PSL) ont donné une conférence intitulée « Archéo-palynologie en Méditerranée ». Le 5 avril 2023, Raphaël Golosetti (Sorbonne Université) a donné une conférence intitulée « Des Ancêtres dans les maisons ? Les statues de la Gallia Comata à l’âge du fer : apport d’une approche contextuelle ».

17Le séminaire s’est achevé sur le thème de la médiation de l’archéologie. Le 12 avril 2023, Isabelle De Miranda a donné une conférence intitulée « L’association ArkéoMédia, un projet éducatif au service de la société ». Du 19 au 22 avril 2023, Julie Quéré et William Van Andringa ont organisé un Atelier PSL sur la médiation de l’archéologie à Nîmes, Arles et Narbonne, qui a réuni une douzaine d’étudiants.

Haut de page

Notes

1 M. Agier, Anthropologie de la ville, Paris, 2015.

2 C. Sireix (dir.), La Cité Judiciaire. Un quartier suburbain de Bordeaux antique, Bordeaux, 2008 (Aquitania, Suppl. 15).

3 Camillo Sitte, L’art de bâtir les villes. L’urbanisation selon ses fondements artistiques, Vienne, 1889.

4 C. Sireix, La Cité Judiciaire, note 2, p. 77.

5 D. Tartakowsky (dir.), J. Cornette, E. Fureix, C. Gauvard, C. Saliou, Histoire de la rue de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2022.

6 J. Lefebvre, Du rural à l’urbain, Paris, 2001, p. 93-94.

7 H. Noizet, A.-S. Clémençon, Faire ville. Entre planifié et impensé, la fabrique ordinaire des formes urbaines, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2020.

8 R. Sennett, Bâtir et habiter. Pour une éthique de la ville, Paris, 2018, p. 228-239.

9 A. Bouet (éd.), Le forum en Gaule et dans les régions voisines, Bordeaux, 2012.

10 J. Zask, Se réunir. Du rôle des places dans la cité, Paris, éd. Premier Parallèle, 2022, p. 11.

11 V. Azoulay, « L’espace public et la cité grecque : d’un malentendu structurel à une clarification conceptuelle », dans P. Boucheron et N. Offenstadt (dir.), L’espace public au Moyen Âge, Paris, PUF, 2011, p. 74.

12 Dans A. Bouet, Le forum, note 9, p. 10.

13 J.-P. Petit (dir.), Le complexe des thermes de Bliesbruck (Moselle). Un quartier public au cœur d’une agglomération secondaire de la Gaule Belgique, Paris, 2000 (BLESA 3) ; J.-P. Petit, S. Santoro, « Le centre public d’une agglomération secondaire de la cité des Médiomatriques », Gallia, 73-2 (2016), p. 213-283.

14 Sur les boutiques publiques associées aux monuments publics, voir désormais A. Durand, Pratiques religieuses des gens de métier en Italie romaine ; miroir et vecteur d’une identité socio-professionnelle, Drémil-Lafage, éditions Mergoil, 2023, p. 151-182.

15 « S’il est un édifice caractéristique de l’urbanisme romain, c’est bien la fontaine publique » nous dit P. Gros, L’architecture romaine, vol. 1. Les monuments publics, Paris, 2011. « La ville résonne du doux murmure des eaux » chantait Properce, El. II, 32, v. 15.

16 L. Borau, « Topographie, urbanisme et gestion des réseaux d’eau à Autun / Augustodunum : une nouvelle image de la capitale de cité », Gallia, 2015, p. 143-203 ; L. Borau, A. Borlenghi (éd.), Aquae ductus. Actualité de la recherche en France et en Espagne, Bordeaux, 2015 (Suppl. Aquitania, 33) ; Alain Provost et al., L’aqueduc de Vorgium / Carhaix. Contribution à l’étude des aqueducs romains, Paris, 2013 (Gallia Suppl. 61).

17 Frontin, Les aqueducs de la ville de Rome, texte établi et traduit par P. Grimal, Les Belles Lettres, 2023. Voir également Pline, Ep. X, 90 et 98 à propos de Sinope et Amastris.

18 M. Vannesse, « Les usages de l’eau courante dans les villes romaines : le témoignage de l’épigraphie », Latomus, 71 (juin 2012), p. 469-493 ; également H. Dessales, Le partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, École française de Rome, 2013.

19 I. Illich, H2O. Les eaux de l’oubli, Saint-Mandé, éditions Terre Urbaine, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

William Van Andringa, « Histoire et archéologie de la Gaule romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 203-212.

Référence électronique

William Van Andringa, « Histoire et archéologie de la Gaule romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3m

Haut de page

Auteur

William Van Andringa

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search