Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesLatin technique du XIIe au XVIIIe...

Résumés des conférences

Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle

Jean-Marc Mandosio
p. 217-219

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Le traité Contre les nigromanciens de Nicolas Eymerich (1395). — II. Textes latins de Paracelse (1527). — III. Travaux pratiques : lecture de manuscrits latins médiévaux et modernes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’Annuaire 2021-2022, p. 232. Voir également : Nicholas Eymerich, Two Treatises Against Astrol (...)

1I. La lecture du traité Contra astrologos imperitos atque contra nigromanticos de occultis perperam judicantes de Nicolas Eymerich (1395) a été poursuivie1. L’examen a porté sur l’argumentation et les sources de la seconde partie, « Contre les nigromanciens jugeant vicieusement des choses cachées ».

  • 2 Directorium inquisitorum fratri Nicolai Eymerici ordinis prædicatorum, éd. Francisco Peña, Venise, (...)
  • 3 Corpus juris canonici, éd. Emil Friedberg, t. I : Decretum magistri Gratiani, Leipzig, Tauchnitz, 1 (...)
  • 4 Raban Maur, De magicis artibus (Patrologiæ latinæ cursus completus : series latina, Paris, Jean-Pau (...)
  • 5 Isidore de Séville, Etymologiarum libri XX, éd. Wallace Lindsay, Oxford, Oxford University Press, 1 (...)
  • 6 Augustin d’Hippone, De divinatione dæmonum / De la divination des démons, trad. Gustave Bardy (Œuvr (...)

2Eymerich avait déjà abordé ce sujet dans trois chapitres de son célèbre manuel de procédure inquisitoriale, le Directorium inquisitorum (1376) : De sortilegis et divinatoribus (« Sur les tireurs de sorts et les devins »), De invocantibus dæmones (« Sur ceux qui invoquent les démons »), et Signa exteriora per quæ necromantici hæretici dignoscuntur (« Signes extérieurs auxquels on reconnaît les nécromanciens hérétiques »)2. De nombreuses sources y sont mentionnées, que l’auteur réemploiera dans le traité contre les nigromanciens. La principale d’entre elles est la Concordantia discordantium canonum (« Concordance des canons discordants »), somme de droit ecclésiastique compilée par le moine italien Gratien vers 1140, plus communément appelée Decretum, dont plusieurs chapitres portent sur la divination, avec en ligne de mire les tireurs de sorts (sortilegi), les astrologues (planetarii) et les démonolâtres qui cherchent à connaître l’avenir en interrogeant les démons3. Il y est fait référence à un traité pseudo-augustinien, De magicis artibus, qui est en réalité une compilation, due à Raban Maur (mort en 856)4, d’extraits plus ou moins arrangés des Étymologies d’Isidore de Séville (mort en 636)5 et d’authentiques passages des écrits d’Augustin, en particulier le De divinatione dæmonum6, où l’évêque d’Hippone répondait à une question qui lui avait été posée sur la capacité des démons à connaître l’avenir. Divers autres textes d’Augustin et de Lactance portant sur le même sujet ont été passés en revue.

  • 7 Sur la période bâloise de Paracelse, voir l’Annuaire 2021-2022, p. 231.

3II. En prélude à la lecture du traité sur « la vie longue » (De vita longa), ouvrage particulièrement ardu qui fut rédigé ou achevé par Paracelse durant son séjour à Bâle (1527-1528)7, nous avons examiné les deux préfaces écrites en 1560 et 1562 par le médecin et alchimiste Adam de Bodenstein (1528-1577), ardent propagateur du paracelsisme, en vue de faire connaître le traité et son auteur au public cultivé européen.

  • 8 Generosi omnique in scientiarum genere expertissimi viri Theophrasti Paracelsi ab Hohenheim, philos (...)
  • 9 « In omni disciplinarum genere miranda et stupenda scripsit » (ibid., épître dédicatoire, non pagin (...)
  • 10 « Attamen plerique judicarunt ipsum hominem indoctum » (ibid.).
  • 11 « Novis principiis est usus » (ibid.).
  • 12 « Occultissima scrutando, mira adinvenit quæ maximi viri non sunt adsecuti » (ibid.).

4Dédiée au sénat et aux doges de Venise, la première préface figure dans l’editio princeps du De vita longa8. Paracelse (mort en 1541) y est présenté comme un génie qui « écrivit des choses admirables et étonnantes dans tous les genres de disciplines »9. Et pourtant, « beaucoup ont jugé cet homme ignorant »10 et ne l’ont pas compris, parce qu’« il a utilisé des principes nouveaux »11 grâce auxquels, « en scrutant les choses les plus cachées, il fit des découvertes admirables que les plus grands hommes n’atteignirent pas »12. Cette préface est une ode au progrès, où la révolution paracelsienne est mise en parallèle avec l’invention des horloges, de la boussole, de l’imprimerie et des armes à feu.

  • 13 Medicorum ac philosophorum facile principis Theophrasti Paracelsi Eremitæ libri quinque de vita lon (...)
  • 14 « Asserunt Theophrastum nova principia, ipsaque falsa, statuere » (ibid., épître dédicatoire, non p (...)
  • 15 « [Natura] cunctis diligentius eam considerantibus demonstrat principia Theophrasti esse certissima (...)

5Dans la préface de la deuxième édition, « où le singulier et excellent savoir de Théophraste [Paracelse] est recommandé »13, Adam de Bodenstein insiste sur le fait que Paracelse est le premier médecin véritablement chrétien qui ait jamais vécu, étant donné que tous ses prédécesseurs, comme ses contemporains, ont été des disciples des philosophes païens. C’est pourquoi la plupart des gens « proclament que Théophraste a instauré des principes nouveaux et qu’ils sont faux »14, alors qu’ils sont en accord avec la Nature elle-même, « qui démontre à tous ceux qui l’examinent très attentivement que les principes de Théophraste sont très certains », tandis que « ceux d’Aristote ne se fondent que sur les conventions des hommes et ne sont prouvés que par un jugement superficiel »15. Les trois principes de la philosophie naturelle paracelsienne – sel, soufre et mercure – sont beaucoup plus concrets (du moins en apparence) que les trois principes aristotéliciens – matière, forme et privation – qu’Adam considère comme des abstractions sans lien avec la réalité. L’attitude d’Adam de Bodenstein à l’égard des philosophes en général, et des aristotéliciens en particulier, est fortement imprégnée du scepticisme chrétien de Jean-François Pic de la Mirandole (1469-1533), développé en 1520 dans son Examen vanitatis doctrinæ gentium et veritatis christianæ disciplinæ (« Examen de la vanité de la doctrine des païens et de la vérité de la discipline chrétienne »).

  • 16 Voir l’Annuaire 2020-2021, p. 234, où il fallait évidemment lire « février 2021 » et non « février (...)
  • 17 Consultable sur le site <digital.bodleian.ox.ac.uk>.

6III. À partir du mois de février 2023, nous avons repris les séances de travaux pratiques consacrées à la lecture de manuscrits, qui avaient fait l’objet d’un premier essai au sortir du second confinement, de février à avril 202116. Elles s’adressent principalement aux étudiants de master. La richesse du contenu de l’encyclopédie – en grande partie inédite – de Domenico Bandini (mort en 1418), Fons memorabilium universi (« la Fontaine des choses mémorables de l’univers »), a permis de picorer au gré des curiosités à l’intérieur du ms. 238A-E d’Oxford, Balliol College (milieu du xve siècle)17. L’introduction et le premier chapitre du livre XVIII, consacré aux « provinces et régions » de la terre (De provinciis et regionibus), le chapitre sur la Corse dans le livre XIX portant sur les îles (De insulis), et celui sur les Centaures dans le livre XXII, qui traite des peuples et de leurs mœurs (De populis et eorum moribus), ont ainsi été lus et commentés.

Haut de page

Notes

1 Voir l’Annuaire 2021-2022, p. 232. Voir également : Nicholas Eymerich, Two Treatises Against Astrologers, Nigromancers and Alchemists / Contra astrologos imperitos atque contra nigromanticos de occultis perperam iudicantes & Contra alchimistas, éd. et trad. Sylvain Matton, Milan, Archè, 2023. Il y aurait des réserves à exprimer au sujet de la manière dont cette édition a été réalisée.

2 Directorium inquisitorum fratri Nicolai Eymerici ordinis prædicatorum, éd. Francisco Peña, Venise, Simone Vasalini, 1595 (deuxième partie, questions 42-43, p. 335-343 ; troisième partie, chapitre 115, p. 443).

3 Corpus juris canonici, éd. Emil Friedberg, t. I : Decretum magistri Gratiani, Leipzig, Tauchnitz, 1879 (en ligne : <geschichte.digitale-sammlungen.de/decretum-gratiani>), deuxième partie, cause 26.

4 Raban Maur, De magicis artibus (Patrologiæ latinæ cursus completus : series latina, Paris, Jean-Paul Migne, t. CX, 1864, col. 1095-1110).

5 Isidore de Séville, Etymologiarum libri XX, éd. Wallace Lindsay, Oxford, Oxford University Press, 1911, VIII, 9 (De magis) ; 11 (De diis gentium).

6 Augustin d’Hippone, De divinatione dæmonum / De la divination des démons, trad. Gustave Bardy (Œuvres de saint Augustin, vol. 10 : Mélanges doctrinaux, Paris, Desclée de Brouwer, 1952, p. 654-693).

7 Sur la période bâloise de Paracelse, voir l’Annuaire 2021-2022, p. 231.

8 Generosi omnique in scientiarum genere expertissimi viri Theophrasti Paracelsi ab Hohenheim, philosophiæ et utriusque medicinæ doctoris clarissimi, libri quatuor de vita longa, diligentia et opera Adami a Bodenstein recogniti, nuncque primum in lucem editi, Bâle, Petrus Perna, 1560. Le texte du De vita longa est tronqué dans cette édition en quatre livres ; celle de 1562, établie sur un meilleur manuscrit, contient les cinq livres dans leur intégralité.

9 « In omni disciplinarum genere miranda et stupenda scripsit » (ibid., épître dédicatoire, non paginée).

10 « Attamen plerique judicarunt ipsum hominem indoctum » (ibid.).

11 « Novis principiis est usus » (ibid.).

12 « Occultissima scrutando, mira adinvenit quæ maximi viri non sunt adsecuti » (ibid.).

13 Medicorum ac philosophorum facile principis Theophrasti Paracelsi Eremitæ libri quinque de vita longa, incognitarum rerum et hucusque a nemine tractatarum refertissimi, una cum commendatoria Valentii de Retiis et Adami a Bodenstein dedicatoria epistola, quibus Theophrasti singularis et excellens eruditio commendatur, Bâle, Petrus Perna, 1562.

14 « Asserunt Theophrastum nova principia, ipsaque falsa, statuere » (ibid., épître dédicatoire, non paginée).

15 « [Natura] cunctis diligentius eam considerantibus demonstrat principia Theophrasti esse certissima, et Aristotelis hominum arbitrio constituta et levi judicio probata constat » (ibid.).

16 Voir l’Annuaire 2020-2021, p. 234, où il fallait évidemment lire « février 2021 » et non « février 2022 ».

17 Consultable sur le site <digital.bodleian.ox.ac.uk>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 217-219.

Référence électronique

Jean-Marc Mandosio, « Latin technique du XIIe au XVIIIe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3n

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Mandosio

Maître de conférences, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search