Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire monétaire du monde romain

Résumés des conférences

Histoire monétaire du monde romain

Antony Hostein
p. 178-184

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. La province d’Asie sous les Antonins et les Sévères : approche numismatique. L’Ionie (suite) et les Cyclades (4). — II. Monnaie et société dans l’Afrique romaine. — III. Actualité de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1Deux thèmes nous ont occupé au cours de l’année académique 2022-2023. Le premier, inscrit dans la continuité des conférences des années précédentes, a porté sur l’histoire monétaire de la province d’Asie sous les Antonins et les Sévères. Une attention particulière a été portée aux émissions des cités de l’antique région de l’Ionie ainsi que des Cyclades. Le second thème a été consacré à l’histoire de l’Afrique romaine à travers la monnaie. Comme chaque année, ces deux thèmes ont été complétés par des séances d’actualité de la recherche en numismatique durant lesquelles ont été présentées de nouvelles publications et découvertes archéologiques.

I. La province d’Asie sous les Antonins et les Sévères : approche numismatique. L’Ionie et les Cyclades

2Ce volet traité au premier semestre s’inscrit dans le cadre de réflexions sur les bronzes civiques de la province d’Asie, à l’occasion de nos recherches consacrées au volume V.2 du Roman Provincial Coinage (les ateliers des provinces du Pont-Bithynie et d’Asie, entre 193 et 218 apr. J.-C., codirigé avec Jérôme Mairat). Depuis 2019, la conférence nous a permis d’avancer dans le catalogage et l’analyse des données, en commençant par la Troade, la Mysie, l’Éolide et l’Ionie. En 2022-2023, l’examen des cités ioniennes a été complété et accompagné de celui des ateliers cycladiques.

3Dans la continuité des années précédentes, le travail a été inauguré par la présentation du projet et du site internet du Roman Provincial Coinage (https://rpc.ashmus.ox.ac.uk/​). Dans un second temps, un panorama complet des émissions de des ateliers de Phocée et de Smyrne, puis de Minoa et d’Aegialé (Amorgos) a été entrepris. Selon le même schéma et la même méthode, les principaux traits de la géographie régionale ont été passés en revue, ainsi que le cadre événementiel et institutionnel de la province d’Asie entre les derniers Antonins et le milieu du iiie s. p.C. Pour chaque communauté civique, l’analyse a porté systématiquement sur le site et l’histoire de la cité, sur l’historiographie des travaux en archéologie, histoire, épigraphie et numismatique, et enfin sur l’examen des séries monétaires depuis l’époque julio-claudienne. L’effort a porté d’une part sur l’analyse de l’iconographie et des légendes des droits et revers, et d’autre part sur leur portée historique et économique en fondant le raisonnement sur la métrologie et la circulation monétaire locale. Trois ouvrages ont bénéficié d’un commentaire approfondi : ceux de D. A. O. Klose, Die Münzprägung von Smyrna in der römischen Kaiserzeit, Berlin, 1987, de L. Robert, Le martyre de Pionios, prêtre de Smyrne, Washington, 1994, et de M. Hallmannsecker, Roman Ionia: Construction of Cultural Identity in Western Asia Minor, Cambridge, 2022. L’inventaire systématique qui a été réalisé va permettre de nourrir le nouveau classement chronologique et typologique des émissions qui sera édité dans le RPC V.2. La publication du volume n’étant cependant pas envisagée à très court terme, le présent rapport contient un exemple d’inventaire et d’analyse centré sur deux cas d’étude.

4Minoa et Aegialé sont les deux « petites cités » – pour reprendre une expression chère à Philippe Gauthier – de l’île d’Amorgos à avoir émis du monnayage de bronze à l’époque impériale. Cette production a fait l’objet de plusieurs travaux récents, au premier rang desquels on citera l’article de K. Liampi, « The Coinage of Amorgos: Aigiale, Arkesine, Minoa and the koinon of the Amorgians », Revue numismatique, 160 (2004), p. 66-69 [désormais Liampi, Amorgos] et la monographie de É. Le Quéré, Les Cyclades sous l'Empire romain. Histoire d’une renaissance, Rennes, PUR, 2015, en part. p. 51-52 [désormais Le Quéré]. Les autorités des deux cités ont battu monnaie de manière irrégulière et sporadique, dans des volumes très faibles, entre les années 140 et 220 p.C.

5Aegialé fait partie de ces rares communautés qui, à l’image d’Eiocharax (Siocharax) en Phrygie, n’ont produit du monnayage qu’à une seule occasion durant tout le Haut-Empire – en l’occurrence, dans ces deux cas précis, sous Septime Sévère (193-211 p.C.). L’émission amorgienne se répartit en trois types, qui correspondent chacun à une dénomination différente. Ces types ne sont connus que par 16 pièces et il ne serait pas étonnant que ce nombre s’accroisse quand le catalogue du RPC V.2 sera mis en ligne et que de nouveaux exemplaires pourront ainsi être identifiés et signalés. La grande dénomination, unique, est un bronze frappé pour Caracalla avec au revers une représentation de la statue de culte d’Apollon de Didyme et d’Artémis de Milet (fig. 1).

Fig. 1. — dr. ΑΥ Κ Μ ΑΥΡ ΑΝΤΩΝƐΙΝΟϹ ; buste lauré, drapé et cuirassé de Caracalla, à dr., vu de trois-quart en arrière ; rev. ƐΠΙ ΑΡΧΠΡΥΤΑΝƐΙ ƐΠΙΚΡΑΤΟΥ Β, ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; représentation côte à côte des statues de culte d’Apollon Didymeus et d’Artémis Milesia ; entre eux, un autel ou un omphalos.
Références : Liampi, Amorgos 24 ; Le Quéré 7.
Exemplaire : Paris BNF 18 (34,5 mm, 24, 13 g, 12 h).

6L’émission est signée par un notable local, un certain Ἐπικράτης β´ (Epikratès le second du nom), archiprytane. Tant le type que la charge mentionnée témoignent de liens étroits entre Aegialé et Milet : Artémis est la divinité civique majeure de la ville ionienne et la fonction d’archiprytane une charge locale typique (Liampi, Amorgos, p. 69). Ce lien étroit entre Aegialé et Milet semble découler des relations commerciales établies dès l’époque hellénistique entre les deux cités en raison de l’installation de marchands milésiens sur l’île (ibid.). Les deux autres types montrent, pour le premier, émis au nom de Julia Domna (avec un buste gravé avec soin, qui rappelle le style des émissions produites dans la province d’Asie), Déméter dans son quadrige (fig. 2), et pour le second frappé pour Caracalla, Dionysos (fig. 3).

Fig. 2. — dr. ΑΥ Κ Μ Α ΑΝΤΩΝƐΙΝΟϹ ; buste lauré, drape et cuirassé de Caracalla, à dr., vu de trois-quart en arrière ; rev. ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; Dionysos debout, de face, tourné à gauche, tenant le canthare et le thyrse.
Références : Liampi, Amorgos 23 ; Le Quéré 5.
Exemplaires : Paris BNF : 12 (20,7 mm, 4,13 g, 6 h) ; Paris BNF : 15 = coll. Waddington 2345 (20 mm, 3,95 g, 5 h) ; B I-B 1900 (20 mm, 4,09 g, 6 h) ; B a.B. (19 mm, 3,44 g, 6 h) ; Athènes : Aπ 500 (20 mm, 4,14 g, 5 h) ; Stockholm = SNG Sweden II, 1787 (18 mm, 4,19 g, 12 h) ; coll. D. Artemis (19 mm, 3,65 g, 5 h).

Fig. 3. — dr. ΙΟΥΛ ΔΟΜΝΑ ϹƐΒ ; buste drapé de Julia Domna, à dr. ; rev. ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; Déméter dans un quadrige, à dr., tenant une torche dans chaque main.
Références : Liampi, Amorgos 25 ; Le Quéré 6.
Exemplaires : Londres, BM = BMC 7 (22,9 mm, 5,4 g, 6 h) ; Paris BNF : 14 = coll. Waddington 7217 (22,6 mm, 5,99 g, 6 h) ; Paris BNF : 13 (23,3 mm, 4,45 g, 6 h) ; Berlin : v.Knobelsdorff 1822 (24 mm, 6,68 g, 5 h) ; Berlin : B-I 1928 (26 mm, 6,47 g, 5 h) ; Vienne : 13279 ; Numismatik Naumann 131, 6 août 2023, lot 432 = CNG MBS 60, 22 mai 2002, lot 1224 = Peus 366, 29 octobre 2000, lot 465 [coll. Lindgren II, 1783] (23 mm, 6,45 g).

7Ces deux types s’insèrent dans un répertoire bien établi, qui combine des types cycladiques caractéristiques (Dionysos) avec ceux empruntés aux cités ioniennes (voir Liampi, Amorgos, p. 75-77).

8Le monnayage de sa voisine Minoa se répartit sur trois principats : celui d’Antonin (une émission, un type), celui de Septime Sévère (une émission, un type), et enfin celui d’Élagabal (deux émissions, quatre types). Nous renvoyons ici le lecteur au catalogue en ligne de ces frappes étudiées par mes collègues du projet du Roman Provincial Coinage (RPC), Volker Heuchert pour le RPC IV, Andrew Burnett et Dario Calomino pour le RPC VI. Le seul type attesté sous Caracalla (211-217 p.C.), au nom de Julia Domna est l’image de la déesse Héra de Samos – puisque les deux types catalogués par K. Liampi (Liampi, Amorgos 42 et 43), traditionnellement attribués à Caracalla, sont des monnaies à l’effigie d’Élagabal (fig. 4).

Fig. 4. — dr. ΙΟΥΛΙΑ ΔΟΜΝΑ ϹƐ ; buste drapé de Julia Domna, à dr. ; rev. ΜΙΝΟΗΤΩΝ ; statue de culte de Héra Samienne, de face, accompagnée à ses côtés de deux paons.
Références : Liampi, Amorgos 44 ; Le Quéré 12.
Exemplaire : Londres, BM : 1901,0602.13 (22 mm, 5,78 g, 6 h).

9À nouveau, on décèle une influence ionienne exercée par des cités comme Éphèse, Milet ou Samos sur les types d’Amorgos et plusieurs cités cycladiques tournées vers l’Asie Mineure. Le phénomène est visible à travers la titulature de la légende du droit et le portrait de Julia Domna – en particulier dans le style de la coiffure avec le chignon descendant dans la nuque, propre au principat de Caracalla, et dans la manière de figurer le drapé à la base du buste. La seule dénomination attestée correspond probablement à une pièce d’un assarion (Liampi, Amorgos, p. 87-89).

10Dans le cadre du séminaire, un type particulier a retenu notre attention. Nous livrons ici de manière simplifiée les résultats de l’enquête, en attendant une publication plus complète et davantage argumentée. La monnaie en question, émise sous Élagabal, porte au droit l’effigie de sa grand-mère Julia Maesa, impératrice de 218 à 222 p.C. Elle peut être décrite comme suit (fig. 5) :

Fig. 5. — dr. ΙΟΥΛΙΑ ΜΑΙϹΑ ϹƐΒΑ ; buste drapé de Julia Maesa, à dr. ; rev. ƐΠΙ Τ ΦΔ (sic) ΤƐΡΠΝΟΥ ΜΙΝΟΗΤΩΝ ΑΡΧ ; Apollon citharède, lourdement drapé, debout à dr., tenant un plectre et sa lyre.
Références : Liampi, Amorgos 45 corr. ; Le Quéré 14 corr. [T. Fl. Erginus, suivant l’avis de R. Münsterberg].
Exemplaires : Paris BNF : 22 (30 mm, 11,19 g, 6 h) ; Londres, BM = BMC 9 (31 mm, 11,80 g, 6 h) ; Cambridge coll. Leake 2044 (31 mm) ; Munich 35 = SNG 629 (30 mm, 9,70 g) ; coll. privée, Kelly Ramage (28,5 mm, 10,83 g, 6 h).

  • 1 « Mémoires et dissertations. Un voyage en Asie-Mineure au point de vue numismatique. 8 », RN, 1853 (...)
  • 2 Νομίσματα τῆς νήσου Ἁμοργοῦ καὶ τῶν τριῶν αὐτῆς πόλεων Αἰγιάλης, Μινώας καὶ Ἀρκεσίνης, AE, 14 (1870 (...)
  • 3 Voir R. Münsterberg, Die Beamtennamen auf den griechischen Münzen, geographisch und alphabetisch ge (...)
  • 4 W. H. Waddington, « Mémoires et dissertations », p. 250.
  • 5 Πολίτευμα και κοινωνία των πόλεων των Κυκλάδων κατά την ελληνιστική και αυτοκρατορική εποχή, Thessa (...)

11Connu depuis longtemps, le type a été commenté par W. H. Waddington1 et P. Lambros2, qui ont l’un et l’autre attribué à tort la pièce à Julia Mamaea. L’enquête est partie du constat suivant : pourquoi faire représenter à Amorgos un type inhabituel et unique (Apollon citharède), pour ce qui doit être considéré comme la dernière émission monétaire antique de l’île ? Le premier problème a consisté à identifier convenablement le nom du magistrat à partir de la légende de revers. Ce travail de lecture a été facilité par l’apparition, depuis les années 1920, de nouveaux exemplaires en bon état de conservation. R. Münsterberg lisait la légende au génitif : Τ ΦΑ ƐΡΓΙΝΟΥ (T. Pha. Erginou)3, alors que W. H. Waddington en avait fait une lecture « presque » correcte pour les premières lettres (Τ ΦΛΑ)4. Cette lecture fut redécouverte par P. M. Nigdelis5, puis reprise par K. Liampi et E. Le Quéré, ces auteurs observant à juste titre que la lettre lambda est gravée comme un alpha, avec une barre horizontale à sa base. Au sujet du troisième terme de cette séquence onomastique, une lecture attentive rend impossible la proposition ƐΡΓΙΝΟΥ, et c’est bien du cognomen ΤƐΡΠΝΟΥ / ΤƐΡΠΝΟC dont il est question sur cette légende de revers. Quant au titre associé et abrégé ΑΡΧ, il renvoie à deux fonctions possibles, celle d’archonte ou d’archiereus, la première hypothèse étant la plus probable dans le contexte des émissions cycladiques.

  • 6 À titre indicatif, le Lexicon of Greek Personal Names-LGPN en ligne (consulté le 7 février 2024) do (...)

12Le cognomen Τέρπνος, bien que peu fréquent, n’est cependant pas isolé dans les Cyclades et les régions voisines comme on peut en prendre la mesure à la lecture des index des différents volumes du Lexicon of Greek Personal Name6. Plus rare en revanche est la présence d’un individu dont la famille bénéficie de la citoyenneté romaine depuis l’époque de Vespasien et de ses fils si l’on en juge par son praenomen et nomen. Or, précisément, on connaît un Grec célèbre qui porte ce nom dans les années 60-70 p.C. : je veux parler de Terpnos, le citharède le plus fameux de son temps, d’une renommée telle qu’il enseigna l’instrument d’Apollon à l’empereur Néron en personne puis gagna des concours en Orient et en Italie sous les Flaviens (Suétone, Néron, 20 ; Suétone, Vespasien, 19 ; Dion Cassius, LXIII, 8 ; Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, V, 7, 2).

13Pour résumer notre propos, en attendant la parution d’un article plus détaillé, nous pensons que le T. Fl. Terpnos dont le nom et la fonction apparaissent sur la légende du revers de Minoa est probablement un descendant du musicien. Ce dernier, ami et protégé de Néron, couvert d’honneurs par ce dernier, aurait réussi à garder la faveur des princes de la nouvelle dynastie fondée après la crise de 68-69 p.C. Cette faveur se serait concrètement traduite par une attribution viritane de la citoyenneté romaine, par l’empereur Vespasien en personne, dans la foulée d’honneurs reçus à la suite d’une victoire lors de concours organisés à Rome. En plus de l’indice onomastique, l’image du revers adoptée à Minoa d’un Apollon citharède debout, lourdement drapé, tourné vers la droite, tenant le plectre dans une main et sa cithare dans l’autre, conforte cette hypothèse. Elle renvoie très exactement à une iconographie augustéenne (Apollon du Palatin) et surtout néronienne. On renverra à ce sujet à la consultation des notices du RPC I, en particulier pour les émissions de Patras, du koinon de Thessalie, de Thessalonique, Périnthe, Apollonoshiéron et Blaundos (avec des types similaires sous Hadrien, ainsi à Delphes, Argos, Hiérapolis, Blaundos, Philadelphie, etc.). Frappé sous Néron à l’atelier de Rome, ce type a été rendu célèbre par le commentaire qu’en fit Suétone, rare attestation dans les sources du choix par un prince d’un type monétaire (Suétone, Néron, 25 ; fig. 6).

Fig. 6. — As de Néron, Rome (vers 64 p.C.) – dr. NERO CLAVDIVS CAESAR AVG GERMANIC ; tête radiée de Néron, à dr. ; rev. PONTIF MAX – TR POT IMP PP / S – C ; Apollon citharère (ou Néron en Apollon citharère si l’on suit le RIC I2), à dr., jouant de son instrument à l’aide d’un plectre.
Exemplaire : Naville Ltd. 84, 8 octobre 2023, lot 415 (24 mm, 6,64 g).
Référence : RIC I2, 211.

  • 7 On signalera cependant l’épitaphe romaine du citharède homonyme mais « égyptien », T. Fl. Terpnos ((...)

14Cette image de l’Apollon citharède lourdement drapé – qui exclut la représentation plus commune du dieu nu ou demi-nu – est peu courante sur les revers monétaires des cités cycladiques et micrasiatique de l’époque antonino-sévérienne : elle apparaît sur des revers émis sous Septime Sévère à Argos, Sicyon, Cios, Tomara, Bagis, Blaundos, Halicarnasse, Magnésie du Méandre, Alinda, Hierapolis, Hydrela, Philomelium, Otros, sous Caracalla à Magnésie du Méandre et Bagis, et sous Élagabal à Magnésie du Méandre, Blaundos, Hiérapolis, Claudioséleucie. Si notre raisonnement est juste, la monnaie de Minoa constituerait un bel exemple d’acte d’autocélébration d’un individu proclamant sa supériorité sociale à travers des légendes et images monétaires. Affichée aux yeux de ses concitoyens et des usagers de la monnaie, cette supériorité repose d’abord sur une continuité familiale et gentilice (dont les jalons intermédiaires entre les Flaviens et les Sévères nous échappent)7, ensuite sur un lien ancré dans une relation ancienne et directe avec le pouvoir impérial, et enfin sur une intégration précoce dans la citoyenneté romaine alors que le privilège s’est universalisé et banalisé suite à l’édit promulgué par Caracalla en 212 p.C.

II. Monnaie et société dans l’Afrique romaine

  • 8 Notre propos s’est appuyé sur le Roman Provincial Coinage ainsi que sur des articles plus récents, (...)
  • 9 C’est la situation constatée dans l’ouvrage de J. Alexandropoulos, Les monnaies de l’Afrique antiqu (...)

15Un nouveau thème de recherche a été inauguré en 2022-2023, lié à nos activités déployées en Tunisie depuis 2018. Il est consacré à l’étude des monnaies produites dans le Maghreb, conservées dans des musées tunisiens et / ou bien mises au jour sur place dans des contextes archéologiques. Deux dossiers ont été retenus. Le premier a porté sur l’apport des monnaies de fouilles à notre connaissance de l’Afrique romaine. Des développements importants ont été présentés sur le site de l’antique ville de Thaenae (auj. Thyna), située aujourd’hui dans la grande banlieue de Sfax. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la livraison 2023 de la revue Antiquités africaines (N. Belmabrouk, M. Bonifay, S. de Larminat, A. Hostein, S. Mokni, M. Sebaï et al., « Évolution du paysage urbain de Thaenae à la fin de l’Antiquité : nouvelles données sur le rempart », Antiquités africaines, 59 [2023], p. 157-190). La parution d’un ouvrage entièrement consacré aux monnaies d’un site tunisien (A. Ben Abed-Ben Khader, M. Fixot, L. Helfert-Lebert éd., Sidi Jdidi III. Des monnaies à l’archéologie, Rome, 2023 [CÉFR 610]), événement éditorial hélas beaucoup trop rare, a permis de compléter nos observations sur la circulation monétaire tardoantique de la région. Le second dossier traité a été consacré aux émissions des cités de l’Afrique proconsulaire sous les premiers Julio-Claudiens. Après avoir dressé une liste et brossé un panorama général de ces émissions interrompues vers 30 p.C.8, nos réflexions ont porté sur le rôle de cette documentation pour définir la limite entre la Byzacène et la Syrtique (à partir des émissions de Thaenae), sur l’iconographie de ces séries (Thaenae, Hadrumète, Acholla, Cercenna), dont l’interprétation mériterait d’être « désafricanisée » puisque beaucoup de types systématiquement assignés à une divinité locale telle que Melqart ou Astarté9 reprennent en réalité des types de circulation courante en Afrique, à savoir des bronzes ou des deniers émis à Rome entre la fin de la République et le début du Principat.

16En plus de ces séances ordinaires, des visites au cabinet des Médailles de la BNF les 23 février et le 1er juin 2023 ont permis d’examiner des monnaies dans les plateaux des collections, grâce au bon accueil de Julien Olivier, conservateur des monnaies grecques. Plusieurs thèmes d’actualité ont été abordés au fil des séances, ainsi que de nouvelles parutions, expositions et découvertes archéologiques.

Haut de page

Notes

1 « Mémoires et dissertations. Un voyage en Asie-Mineure au point de vue numismatique. 8 », RN, 1853, p. 245-254, part. p. 250-251 (Minoa Amorgi).

2 Νομίσματα τῆς νήσου Ἁμοργοῦ καὶ τῶν τριῶν αὐτῆς πόλεων Αἰγιάλης, Μινώας καὶ Ἀρκεσίνης, AE, 14 (1870), no 26.

3 Voir R. Münsterberg, Die Beamtennamen auf den griechischen Münzen, geographisch und alphabetisch geordnet, Hildesheim, Zürich, New York, 1973 (réimpr. en un seul volume des articles de R. Münsterberg parus dans le Numismatische Zeitschrift, 1911, p. 69-132 ; 1912, p. 1-111 ; 1914, p. 1-98 et 1927, p. 42-64). Pour Erginos devenu Terpnos, on lira la page 58 de l’édition de 1973.

4 W. H. Waddington, « Mémoires et dissertations », p. 250.

5 Πολίτευμα και κοινωνία των πόλεων των Κυκλάδων κατά την ελληνιστική και αυτοκρατορική εποχή, Thessalonique, 1990, p. 59 et 69.

6 À titre indicatif, le Lexicon of Greek Personal Names-LGPN en ligne (consulté le 7 février 2024) donne 34 résultats, avec 22 attestations uniques réparties entre l’Italie et la Cilicie, dont une à Amorgos (SEG XXVI, 1023). Le nom signifie en grec « celui qui plaît, est charmant, agréable ».

7 On signalera cependant l’épitaphe romaine du citharède homonyme mais « égyptien », T. Fl. Terpnos (IGUR II, 1034, L. Moretti). Sur le personnage voir C. Ricci, « Egiziani a Roma nelle fonti epigrafiche di età imperiale », Aegyptus, 73 (1993), p. 71-91, part. p. 80.

8 Notre propos s’est appuyé sur le Roman Provincial Coinage ainsi que sur des articles plus récents, ainsi ceux de M. Amandry, « Le monnayage de Thaena/Thena », dans S. Lancel (éd.), Numismatique, langues, écritures et arts du livre, spécificité des arts figurés, Paris, 1999, p. 53-65, et P. Villemur, « Persée : un type monétaire intriguant à Cercina (Afrique Proconsulaire). La récupération d’un mythe ? », BSFN, 78-2 (2023), p. 34‑39.

9 C’est la situation constatée dans l’ouvrage de J. Alexandropoulos, Les monnaies de l’Afrique antique, Toulouse, 2000, part. p. 439-483, ou encore dans les notices du premier volume du Roman Provincial Coinage (RPC I, 701-886).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — dr. ΑΥ Κ Μ ΑΥΡ ΑΝΤΩΝƐΙΝΟϹ ; buste lauré, drapé et cuirassé de Caracalla, à dr., vu de trois-quart en arrière ; rev. ƐΠΙ ΑΡΧΠΡΥΤΑΝƐΙ ƐΠΙΚΡΑΤΟΥ Β, ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; représentation côte à côte des statues de culte d’Apollon Didymeus et d’Artémis Milesia ; entre eux, un autel ou un omphalos.Références : Liampi, Amorgos 24 ; Le Quéré 7.Exemplaire : Paris BNF 18 (34,5 mm, 24, 13 g, 12 h).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-1.png
Fichier image/png, 88k
Légende Fig. 2. — dr. ΑΥ Κ Μ Α ΑΝΤΩΝƐΙΝΟϹ ; buste lauré, drape et cuirassé de Caracalla, à dr., vu de trois-quart en arrière ; rev. ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; Dionysos debout, de face, tourné à gauche, tenant le canthare et le thyrse.Références : Liampi, Amorgos 23 ; Le Quéré 5.Exemplaires : Paris BNF : 12 (20,7 mm, 4,13 g, 6 h) ; Paris BNF : 15 = coll. Waddington 2345 (20 mm, 3,95 g, 5 h) ; B I-B 1900 (20 mm, 4,09 g, 6 h) ; B a.B. (19 mm, 3,44 g, 6 h) ; Athènes : Aπ 500 (20 mm, 4,14 g, 5 h) ; Stockholm = SNG Sweden II, 1787 (18 mm, 4,19 g, 12 h) ; coll. D. Artemis (19 mm, 3,65 g, 5 h).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Légende Fig. 3. — dr. ΙΟΥΛ ΔΟΜΝΑ ϹƐΒ ; buste drapé de Julia Domna, à dr. ; rev. ƐΓΙΑΛƐΩΝ ; Déméter dans un quadrige, à dr., tenant une torche dans chaque main.Références : Liampi, Amorgos 25 ; Le Quéré 6.Exemplaires : Londres, BM = BMC 7 (22,9 mm, 5,4 g, 6 h) ; Paris BNF : 14 = coll. Waddington 7217 (22,6 mm, 5,99 g, 6 h) ; Paris BNF : 13 (23,3 mm, 4,45 g, 6 h) ; Berlin : v.Knobelsdorff 1822 (24 mm, 6,68 g, 5 h) ; Berlin : B-I 1928 (26 mm, 6,47 g, 5 h) ; Vienne : 13279 ; Numismatik Naumann 131, 6 août 2023, lot 432 = CNG MBS 60, 22 mai 2002, lot 1224 = Peus 366, 29 octobre 2000, lot 465 [coll. Lindgren II, 1783] (23 mm, 6,45 g).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Légende Fig. 4. — dr. ΙΟΥΛΙΑ ΔΟΜΝΑ ϹƐ ; buste drapé de Julia Domna, à dr. ; rev. ΜΙΝΟΗΤΩΝ ; statue de culte de Héra Samienne, de face, accompagnée à ses côtés de deux paons.Références : Liampi, Amorgos 44 ; Le Quéré 12.Exemplaire : Londres, BM : 1901,0602.13 (22 mm, 5,78 g, 6 h).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-4.png
Fichier image/png, 43k
Légende Fig. 5. — dr. ΙΟΥΛΙΑ ΜΑΙϹΑ ϹƐΒΑ ; buste drapé de Julia Maesa, à dr. ; rev. ƐΠΙ Τ ΦΔ (sic) ΤƐΡΠΝΟΥ ΜΙΝΟΗΤΩΝ ΑΡΧ ; Apollon citharède, lourdement drapé, debout à dr., tenant un plectre et sa lyre.Références : Liampi, Amorgos 45 corr. ; Le Quéré 14 corr. [T. Fl. Erginus, suivant l’avis de R. Münsterberg].Exemplaires : Paris BNF : 22 (30 mm, 11,19 g, 6 h) ; Londres, BM = BMC 9 (31 mm, 11,80 g, 6 h) ; Cambridge coll. Leake 2044 (31 mm) ; Munich 35 = SNG 629 (30 mm, 9,70 g) ; coll. privée, Kelly Ramage (28,5 mm, 10,83 g, 6 h).
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Légende Fig. 6. — As de Néron, Rome (vers 64 p.C.) – dr. NERO CLAVDIVS CAESAR AVG GERMANIC ; tête radiée de Néron, à dr. ; rev. PONTIF MAX – TR POT IMP PP / S – C ; Apollon citharère (ou Néron en Apollon citharère si l’on suit le RIC I2), à dr., jouant de son instrument à l’aide d’un plectre.Exemplaire : Naville Ltd. 84, 8 octobre 2023, lot 415 (24 mm, 6,64 g).Référence : RIC I2, 211.
URL http://journals.openedition.org/ashp/docannexe/image/6957/img-6.png
Fichier image/png, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antony Hostein, « Histoire monétaire du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 178-184.

Référence électronique

Antony Hostein, « Histoire monétaire du monde romain »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/6957 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3s

Haut de page

Auteur

Antony Hostein

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search