Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire de la guerre dans l’Occi...

Résumés des conférences

Histoire de la guerre dans l’Occident médiéval

Xavier Hélary
p. 277-281

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. La croisade d’Égypte de Saint Louis. — II. Obligation militaire et service des armes au Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Courtrai. 11 juillet 1302, Paris, 2012 ; L’Armée du roi de France, Paris, 2012 ; La Dernière croisa (...)
  • 2 La quasi-totalité des documents sont traduits en anglais et présentés par Peter Jackson, The Sevent (...)
  • 3 Jean Richard, Saint Louis. Roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, Fayard, 198 (...)

1Après la séance d’ouverture, consacrée à un bilan de l’historiographie de la guerre au Moyen Âge, en France et à l’étranger, le thème principal pour l’année 2022-2023 a été la croisade d’Égypte, connue aussi comme la Septième croisade. Il s’agit, pour le directeur d’études, de poursuivre l’effort entrepris dans sa thèse, soutenue en 2004, qui portait sur les armées des rois de France, de la fin du règne de Saint Louis à la fin du règne de Philippe le Bel, et parue en trois livres distincts1. L’objectif est de publier, le moment venu, une monographie sur le sujet ; si le déroulement de la croisade est bien connu dans ses grandes lignes, grâce notamment aux travaux de l’historien français Jean Richard et de l’historien américain Joseph Strayer, la profusion des documents est telle qu’un livre ressaisissant les divers aspects de la croisade d’Égypte serait bienvenu2 ; il est prévu d’y comprendre le séjour du roi en Terre sainte, entre 1250 et 12543.

  • 4 William Chester Jordan, Louis IX and the challenge of the crusade. A study in rulership, Princeton, (...)
  • 5 Jacques Monfrin, « Joinville et la prise de Damiette (1249) », Comptes rendus de l’Académie des ins (...)

2Saint Louis (1214-1226-1270) prend la croix pendant l’hiver 1244-1245 ; il a alors 30 ans. Les années suivantes sont consacrées à la préparation de la croisade, magistralement étudiée par William Chester Jordan4. La création d’Aigues-Mortes, premier port capétien sur la Méditerranée, les négociations avec les Génois pour la mise à disposition d’une flotte, la constitution de réserves de nourritures, la mobilisation, bien entendu, des combattants : tout cela coûte beaucoup d’argent, et la royauté, dont l’administration est encore embryonnaire, multiplie les expédients. Le 25 août 1248, la flotte quitte Aigues-Mortes ; le 17 septembre, elle arrive à Chypre, où Saint Louis passe l’hiver. En mai, la flotte appareille de nouveau, en direction de l’Égypte, alors la principale puissance du monde arabo-musulman. Le 5 juin, le débarquement est un succès, suivi, dès le lendemain, de la prise de Damiette, abandonnée par ses défenseurs5. Pendant l’automne, l’armée est établie dans le camp qui jouxte la ville ; fin novembre, les croisés s’ébranlent en direction du Caire, le long du Nil. La bataille de Mansourah, au début du mois de février 1250, est une victoire tactique, chèrement payée par la destruction de l’avant-garde. Pendant plusieurs semaines, frappée par l’épidémie, l’armée cesse d’avancer. Début avril, le roi ordonne la retraite, qui se mue en déroute ; le 6 avril, le roi lui-même est fait prisonnier. Libéré quelques semaines plus tard, avec les barons, moyennant une lourde rançon, Louis quitte l’Égypte pour Acre ; entre l’été 1250 et le printemps 1254, il séjourne dans ce qui reste du royaume de Jérusalem, alors privé de roi, et depuis longtemps réduit à une mince bande côtière à la merci de l’adversaire.

3Pour reprendre le fil des événements à l’intention des auditeurs, le premier texte étudié est la lettre adressée par Saint Louis à ses sujets, à l’été 1250. Le texte est célèbre, surtout parce que sa traduction figure dans l’ouvrage de David O’Connell et en annexe du Saint Louis de Jacques Le Goff. Rédigée sur l’ordre du roi et en son nom, la lettre fournit quantité d’informations sur le déroulement de la croisade à partir de novembre 1249. L’examen attentif du texte latin a permis de remarquer deux points importants : 1) globalement très bonne, la traduction n’est pas complète ni exempte de choix contestables ; 2) la tradition du document était, jusqu’ici, inconnue. Le texte traduit repose en effet sur l’édition donnée par François Du Chesne, continuateur de l’œuvre de son père André (Historiae Francorum Scriptores, Paris, Cramoisy, 1649, t. 5, p. 428-432). Or F. Du Chesne ne donne aucune indication de source, probablement parce qu’il a repris une édition antérieure, celle de Jacques Bongars, Gesta Dei per Francos sive orientalium expeditionum et regni Francorum Hierosolomitani historia a variis, sed illius avi scriptoribus litteris commendata nunc primum aut editis aut ad libros veteres emendatis, t. I, Hanau, Typis Wechelianis, apud heredes Joan. Aubrii, 1611, p. 1196-1200, où la lettre est indiquée par ces mots : Agmen claudit ex nostra bibliotheca beati Ludovici regis ad subditos suos in regno Francie constitutos epistola ; scripta in Acon, anno MCCL (« Ferme la marche, (tirée) de notre bibliothèque, une lettre du bienheureux roi Louis à ses sujets établis dans le royaume de France ; écrite à Acre, en l’an 1250 »). Un entretien avec Mme Cecilia Gaposchkin, professeure à Dartmouth College (États-Unis) et spécialiste reconnue de Saint Louis, a permis une avancée importante : avertie du problème dans la tradition du texte, Mme Gaposchkin a pu identifier deux témoins manuscrits et continue, à l’heure actuelle, de travailler sur le sujet. Un temps envisagée par le directeur d’étude, la possibilité d’une forgerie peut être abandonnée. Dans la déposition qu’il fait au cours du procès en canonisation de son frère, Charles d’Anjou déclare en effet :

  • 6 Paul-Édouard Riant, « Déposition de Charles d’Anjou pour la canonisation de Saint Louis », dans Not (...)

Rex igitur, remanens in Syria, misit in Franciam fratres suos, scribens per eos litteras, novo sigillo suo munitas, continentes omnia bona et mala que sibi et suis acciderant, mandans omnibus de regno suo, magnis, mediocribus et parvis, quod ferrent subsidium Terre sancte, qui in periculo magno erat6.

4Autre indice en faveur de l’authenticité du document, un passage des annales du monastère de Burton, signalé par Peter Jackson :

  • 7 Annales monasterii de Burton (1004-1263), dans Henry Richard Luard (éd.), Annales Monastici, Londre (...)

Rex Francie cum regina uxore suo et duobus filiis suis parvulis et modico exercitu suo sibi adhuc relicto, moram faciens in Terram sanctam apud Acconiam et Caeseream et in partibus illis, destinavit litteras suas Summo pontifici et cardinalibus et universi orbis regibus et principus Christianis, continentes casuum suum et infortunium sibi et exercitu suo inter paganos contigisse ; implorando humiliter et devote, ad injurias Jesu Christi vindicandas, suffragia sibi per cruce signatos exhiberi tempestiva7 …

5Enfin, la lettre a été abondamment mise à contribution par le dominicain Vincent de Beauvais, qui en a extrait la substance dans son Speculum Historiale. La lettre peut donc être considérée comme authentique, même si la dernière partie, adoptant brusquement un ton très exalté, semble mal articulée au récit qui précède, presque détaché des malheurs de l’expédition. Du fait de la collaboration entamée avec Cecilia Gaposchkin, le dossier n’est pas clos, et connaîtra certainement à l’avenir de nouveaux développements.

6Évoquées dans sa lettre à ses sujets, la capture et la captivité de Saint Louis ont été au cœur du deuxième dossier présenté aux auditeurs, formé par plusieurs textes : le célèbre Jean, seigneur de Joinville (Vie de Saint Louis, § 306-343) ; le moine anglais Mathieu Paris ; Ibn Wâsil ; Al-Makîn ibn al-‘Amîd ; Ahmad al-Maqrîzî ; ces trois derniers auteurs écrivant en arabe, les traductions disponibles ont été mobilisées pour apporter un contrepoint aux sources occidentales. Le récit fait par Joinville, qui participait à la croisade, est bien sûr le plus intéressant, pour son intérêt historique comme pour ses qualités littéraires. Les extraits des auteurs arabes sont remplis quant à eux de la joie mêlée de fierté d’avoir vaincu le Rayd Ifrans malik al-Farang.

  • 8 Jean Richard, « La fondation d’une église latine en Orient par Saint Louis : Damiette », Bibliothèq (...)

7Le troisième dossier concerne un acte fameux, le diplôme par lequel Saint Louis, en novembre 1249, constitue le patrimoine de l’église cathédrale de Damiette. Publié par Jean Richard8, l’acte, présenté sous la forme la plus solennelle utilisée par la chancellerie capétienne, n’est conservé que par une copie faite en tête du manuscrit BNF, lat. 9778 (f. 1). Ce manuscrit est le registre F de la chancellerie, selon le classement établi par Léopold Delisle, emporté avec lui outremer par Saint Louis. Le texte, en latin, a été traduit en français à l’intention des auditeurs, pour que ceux-ci aient à disposition les deux versions. Après la prise de la ville, en juin 1249 la grande mosquée est transformée en église et consacrée par le légat, Eudes de Châteauroux, en l’honneur de la Vierge Marie ; en une occasion, Joinville évoque une procession qui va de la maison du légat à l’église Notre-Dame, laquelle est établie « en la mahommerie des Sarrazins » (Vie de Saint Louis, § 180-181). En novembre, dans les jours qui précèdent le départ de l’armée en direction du Caire, le roi dote l’église d’un patrimoine qui se trouve détaillé de façon précise : à l’intention de l’archevêque, deux tours de l’enceinte, avec les maisons adjacentes, et la maison qui est dite « mahomerie » (machomeria, le terme ayant ici un sens différent du passage de Joinville relevé plus haut) ; pour les chanoines, est défini un claustrum, un espace réservé, dont les limites sont fixées par rapport aux bâtiments attribués au patriarche de Jérusalem et à l’ordre de Saint-Lazare. Des revenus sont concédés à l’archevêque et aux chanoines, à raison des deux-tiers pour l’archevêque, et d’un tiers pour les chanoines : une décime sur toutes les transactions passées dans la ville et dans le diocèse, y compris la frappe de la monnaie, mais à l’exception des amendes imposées par les seigneurs justiciers ; l’archevêque et les chanoines auront le passage libre dans la cité et dans le port, pour eux-mêmes et pour leurs marchandises. Est également prévu le versement de deux rentes, chacune de 5 000 besants, à l’archevêque et aux chanoines. En outre, l’archevêque recevra, quand son diocèse aura été constitué, dix fiefs de chevaliers : ceux-ci lui prêteront un hommage lige et lui devront le service militaire ; l’archevêque devra le service à Saint Louis, ou à celui qui sera à sa place. C’est sur ce dernier point qu’on peut insister : à plusieurs reprises au fil du texte, sont évoquées les conquêtes à venir, présentées comme une libération (« après que cette terre aura été libérée des mains des infidèles »). Le diplôme laisse donc penser que Saint Louis prévoyait une installation durable, laquelle pouvait d’ailleurs se passer de lui ; est prévue, en effet, la possibilité que le roi quitte la région, et qu’un autre prenne sa place (« quiconque aura la seigneurie de la terre »). La forme politique envisagée n’est pas précisée : Saint Louis a-t-il envisagé la création d’un royaume ? Faute d’éléments, il est impossible de le dire ; dans les chroniques, notamment chez le bénédictin anglais Matthieu Paris, on trouve quelques indices allant dans le sens d’un établissement pérenne, mais la question reste à traiter de façon exhaustive.

  • 9 Alfred L. Foulet, Lettres françaises du XIIIe siècle. Jean Sarrasin. Lettre à Nicolas Arrode (1249)(...)

8Un quatrième dossier a été l’occasion de revenir sur le moment du débarquement de l’armée croisée sur le rivage égyptien, le 5 juin 1249. Trois témoignages ont été ici mobilisés : celui de Joinville (Vie de Saint Louis, § 146-166) ; la lettre écrite par Jean Sarrasin, chambellan du roi, à Nicolas Arrode, le 23 juin 1249, connue par la copie qui en a été insérée dans la chronique9 ; et, en contrepoint, le récit donné par Ibn Wâsil. La lecture des deux premiers documents permet d’insister sur la préparation logistique. Les gros bateaux utilisés pour traverser la Méditerranée ne pouvaient pas, en effet, s’approcher trop près de la côte ; les hommes et les chevaux durent donc passer dans des barques d’un moindre tirant d’eau. Une telle opération ne peut être improvisée ; il a certainement fallu la répéter au cours du long séjour à Chypre (septembre 1248-mai 1249). En outre, les deux récits insistent sur la dramatisation voulue par Saint Louis. Non seulement, en effet, le roi lui-même se jette à l’eau, une fois que les premiers croisés ont pris pied sur le rivage ; mais surtout, il donne à l’oriflamme, placée sur une embarcation (galère ou barge, nos deux sources divergent) en première ligne, un rôle tactique évident, en en faisant le point de mire de toute l’armée ; à l’arrière, le légat est chargé de bénir les croisés en brandissant un reliquaire de la Vraie Croix, qu’on imagine tout d’or et de pierres précieuses, resplendissant au soleil levant. L’oriflamme devant, la Vraie Croix derrière, le roi au combat : comment ne pas admirer la mise en scène voulue par Saint Louis ? À cet égard, on peut noter le nom du bateau sur lequel Louis avait traversé la Méditerranée : la Montjoie. Entre autres éléments de grand intérêt, la lettre de Jean Sarrasin fournit également de précieuses données chiffrées, qu’on peut juger fiables : « 2 500 chevaliers et 5 000 arbalétriers, et un grand nombre d’autres gens à pied et à cheval ».

9Le nom de Jean, seigneur de Joinville, est déjà revenu à plusieurs reprises, et le cinquième dossier a été l’occasion d’analyser un thème précis au fil de la Vie de Saint Louis : le rôle militaire des Templiers dans le déroulement de la croisade. La mise au point définitive de la Vie de Saint Louis date de 1309, très peu de temps, en conséquence, après l’arrestation des Templiers sur l’ordre de Philippe le Bel ; Joinville n’en fait pas état. Chez lui, les frères sont présentés de façon sobrement positive. S’ils ne sont pas mentionnés pour le débarquement du 5 juin 1249, ils sont souvent cités dans la campagne qui commence à la fin du mois de novembre suivant ; comme c’est la coutume depuis la Seconde croisade, les Templiers sont en effet chargés de l’avant-garde, sous le commandement du comte d’Artois, l’aîné des frères du roi. Au début du mois de février 1250, leur contingent est pratiquement anéanti dans Mansourah, où Robert d’Artois s’est jeté de façon imprudente. Le dossier a également permis d’envisager un épisode difficile des relations entre Saint Louis et le Temple au cours du séjour de Terre sainte : le maître, frère Renaud de Vichiers, ayant conclu, sans l’avertir, un accord avec un émir, le roi le contraint, avec les autres dignitaires de l’ordre, à une humiliante pénitence publique ; l’intermédiaire auquel le maître avait recouru, le maréchal, frère Hugues de Jouy, est même banni de Terre sainte.

  • 10 Claude Cahen et Ibrahim Chabboux, « Le testament d’Al-Malik As-Sālih Ayyūb », Bulletin d’études ori (...)

10La lecture du testament du sultan d’Égypte, d’Al-Malik As-Sālih, publié et traduit de l’arabe en français par Claude Cahen et Ibrahim Chabboux, a constitué le sixième temps du séminaire10. Le testament fournit quantité d’informations permettant de mieux appréhender les flottements qui se manifestent dans la stratégie égyptienne ; le sultan, gravement malade, s’efforce de donner à son fils et héritier, Tûrân Shâh, exilé en Syrie, les meilleurs conseils pour mettre les croisés en échec après la catastrophique perte de Damiette.

  • 11 T. Saint-Bris, « Lettre adressée en Égypte à Alphonse, comte de Poitiers, frère de Saint Louis », B (...)

11L’année s’est terminée par un dernier document, qui a permis, cette fois, d’envisager les répercussions des événements de la croisade dans le royaume de France : en avril 1250, depuis Corbeil, Philippe, trésorier de Saint-Hilaire de Poitiers, écrit une longue lettre à Alphonse, comte de Poitiers, frère du roi, pour lui apprendre les nouvelles de France et le tenir au courant de l’administration de ses domaines ; il est aussi question du pape Innocent IV, qui réside encore à Lyon. C’est le début de la lettre qui est le plus important, car Philippe fait état de ses sentiments, la tristesse qu’il avait ressentie en voyant s’éloigner le navire du comte, la joie d’apprendre, plusieurs mois plus tard, l’arrivée de celui-ci à Damiette et le succès remporté, quelques semaines plus tôt, par le roi, avec la prise de la ville : « et moult en fu esjoie toute France et meesment a Paris et es leus voisins, en firent la gent grant joie et processions, et oreisons et aumosnes, et en loerent Nostre Seigneur humblement et devotemant ». D’autres indices montrent que l’écho de la prise de Damiette fut de première importance en France et plus largement en Occident11.

12Au cours de l’année, deux auditeurs, M. Antoine Altieri, étudiant en master à l’École pratique des hautes études-PSL, et M. Nathan Ponsot, étudiant en master 2 à l’université Panthéon-Sorbonne, ont exposé leurs recherches.

Haut de page

Notes

1 Courtrai. 11 juillet 1302, Paris, 2012 ; L’Armée du roi de France, Paris, 2012 ; La Dernière croisade. Saint Louis à Tunis, Paris, 2016.

2 La quasi-totalité des documents sont traduits en anglais et présentés par Peter Jackson, The Seventh Crusade, 1244-1254. Sources and documents, Aldershot, 2007 (Crusade texts in translation).

3 Jean Richard, Saint Louis. Roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, Fayard, 1983 ; Joseph Reese Strayer, « The crusades of Louis IX », dans Kenneth M. Setton (dir.), History of the Crusades, Robert Lee Wolff et Harry Hazard, t. II. The Later Crusades, Philadelphie, Madison, 1962, p. 487-518.

4 William Chester Jordan, Louis IX and the challenge of the crusade. A study in rulership, Princeton, 1979.

5 Jacques Monfrin, « Joinville et la prise de Damiette (1249) », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 120 (1976), p. 268-285 ; Xavier Hélary, « La prise de Damiette (juin 1249) : Saint Louis prend pied en Égypte », Revue historique des Armées. Revue d’histoire militaire, 305 (2022), p. 5-18.

6 Paul-Édouard Riant, « Déposition de Charles d’Anjou pour la canonisation de Saint Louis », dans Notices et documents publiés pour la Société de l’histoire de France à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa fondation, Paris, 1884, p. 154-176, à la p. 175.

7 Annales monasterii de Burton (1004-1263), dans Henry Richard Luard (éd.), Annales Monastici, Londres, 1864, t. 1, p. 293.

8 Jean Richard, « La fondation d’une église latine en Orient par Saint Louis : Damiette », Bibliothèque de l’École des chartes, 120 (1962), p. 39-54.

9 Alfred L. Foulet, Lettres françaises du XIIIe siècle. Jean Sarrasin. Lettre à Nicolas Arrode (1249), Paris, 1921, p. 1-9.

10 Claude Cahen et Ibrahim Chabboux, « Le testament d’Al-Malik As-Sālih Ayyūb », Bulletin d’études orientales, 29 (1977), Mélanges offerts à Henri Laoust, vol. 1, p. 97-114.

11 T. Saint-Bris, « Lettre adressée en Égypte à Alphonse, comte de Poitiers, frère de Saint Louis », Bibliothèque de l’École des chartes, 1 (1840), p. 389-403 ; la citation se trouve à la p. 395.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Hélary, « Histoire de la guerre dans l’Occident médiéval »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 277-281.

Référence électronique

Xavier Hélary, « Histoire de la guerre dans l’Occident médiéval »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7008 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3x

Haut de page

Auteur

Xavier Hélary

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search