Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesÉtudes turques et ottomanes, XVe-...

Résumés des conférences

Études turques et ottomanes, XVe-XVIIIe siècles

Alexandre Papas
p. 85-89

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Lecture croisée de deux sources turques islamiques (Tezkiretü-l-müte’âhhirîn et Thabāt al-‘ājizīn).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Durant l’année 2022-2023, ont assisté régulièrement au séminaire les personnes suivantes : Mme Makb (...)

1La première année de mon enseignement à la IVe section de l’École pratique des hautes études a été consacrée à l’étude inaugurale de deux sources turques islamiques1. Parallèlement, j’ai donné un cours d’initiation au turc ottoman. Le séminaire a consisté à lire, traduire et commenter ces deux textes, rédigés respectivement en turc ottoman et en turc chaghatay, appartenant à des genres classiques distincts, la biographie pour l’un et la poésie didactique pour l’autre.

2Le premier écrit, achevé en 1723 par le soufi Enfî Ḥasan Hulûs (m. 1136/1724), membre de la confrérie Halvetiyye, s’intitule Tezkiretü-l-müte’âhhirîn [Le mémorial des maîtres récents]. Il s’agit d’un addendum (zeyl) au fameux recueil hagiographique de Nażmî Efendi (m. 1701), le Hediyyetü-l-ihvân [Le présent aux frères]. Cette source méconnue fournit 56 biographies de savants soufis qui ont vécu au xviie et au début du xviiie siècle à Istanbul surtout mais aussi à Bursa, Edirne et dans certaines villes de Roumélie. À travers cette galerie de portraits, dont beaucoup étaient des proches de l’auteur – lui-même était hagiographe, poète et compositeur – l’historien peut reconstituer un milieu de derviches urbains dans toute sa diversité. Loin de l’image parfois trop homogène de ce milieu, réduit à un conflit au cours du xviie siècle entre oulémas rigoristes Kadizadelis et derviches tourneurs institutionnalisés, Enfî Ḥasan retrace des itinéraires intellectuels voire existentiels dont beaucoup tranchent avec le curriculum classique du lettré ottoman. Enfî Ḥasan lui-même, bien qu’issu du sérail scolaire ottoman (ladite « École intérieure », Enderûn Mektebi), se dit attiré par la société extérieure au palais, qu’il associe souvent au monde de la nuit, non pas festive mais dévotionnelle, dans tel ou tel quartier d’Istanbul. Parmi ces personnalités hors du commun, citons Cihângîrî Ḥasan (m. 1663), originaire de Malatya, qui organisait lectures et veillées à Tophane ; Ṭoġanî Muṣṭafà (m. après 1716), qui quitta le corps des officiers janissaires pour prêcher au Hedjaz puis au Caire avant de s’installer à Edirne ; ou encore Ḳâẓî Süleymân (m. 1714), ancien juge en Roumélie, devenu mendiant possédé (meczûb) à Üsküdar. Lu dans son intégralité, le Tezkiretü-l-müte’âhhirîn offre l’occasion rare d’approcher la micro-histoire des mystiques ottomans à rebours des généralités. La langue du texte ne pose pas de difficultés majeures – à quelques passages près et à condition de savoir décoder la rhétorique soufie – mais seule une lecture attentive permet de repérer les nuances du propos et d’identifier de qui on parle exactement.

  • 2 Enfî Hasan Hulûs Halvetî, XVI. ve XVIII. asırlarda yaşayan velîler ve deliler. Tezkiretü’l-müteahhi (...)

3Après avoir brièvement présenté les quatre copies manuscrites identifiées à ce jour, nous avons étudié les folios 23v-26v. J’utilise la seule copie complète (MS Ankara, Milli Kütüphane 3481/3, 58 folios), en graphie naskh. Les trois autres portent les cotes et références suivantes : MS Istanbul Belediye Kütüphanesi OE. Bl. Nu: 2639/2 ; MS Istanbul, Millet Kütüphanesi Ali Emiri Şeriyye 1064 ; Aḥmed Tevfîḳ eş-Şemsî el-Halvetî, Enfî Ḥasan Âġânuñ Tezkiretü-l-müte’âhhirîn muhtaṣarı ve zeyli, MS Istanbul, Türk Tasavvuf Mûsikîsi ve Folklorunu Araştırma Vakfı Kütüphanesi. L’édition en caractères latins publiée en 2007 par Mustafa Tatcı et Musa Yıldız est utile mais hélas régulièrement fautive2.

4Les folios 23v-26v correspondent au début du recueil biographique. L’auteur ne s’embarrasse pas d’incipit et commence ainsi :

Hazâ kitâbü Tezkireti-l-müte’âhhirîn
Ḳuddise sırruhu
Der beyân-ı aḥvâl-i Cihângîrî Ḥasan Efendi

Voici le livre du Mémorial des maîtres récents
Que leur tombe soit sanctifiée
Au sujet des états spirituels de Cihângîrî Ḥasan Efendi

5Jusqu’au f. 27v, l’auteur raconte la vie de Cihângîrî Ḥasan et celle de certains de ses califes ou représentants. Afin de donner une idée du contenu comme du style, je présente la translitération et la traduction d’un extrait (f. 23v-24r) :

6Eş-Şeyh Cihângîrî Ḥasan Efendi ḳaddesa-llâhu te‘âlà sırrahu Ḥaẓretlerinüñ künyeleri Burhâneddîn-dür velâdetleri Malatyaya on iki sâ‘at mesâfede Harput nâm ḳaṣaba ḳurâlarından Perçenç nâm ḳaryede ṭoḳuz yetmiş içinde vâḳi‘ olub ba‘dehu Brusaya gelüb anda Şeyh Ya‘ḳûb Fânî Ḥaẓretlerinden on sekiz yaşında bey‘at édüb ba‘dehu şeyhi-ile bile Islâmbola gelüb şeyhinüñ şeyhinüñ şeyhi Ramaẓân Efendi ḳuddise sırruhu Ḥaẓretleri ḥayâtda olmaġla Ramaẓân Efendiden sekiz sene sa‘î ve sülûk édüb biñ yigirmi târîhinde ilbâs-ı hırḳa ve tâc ve seccâde ile Ṭophanede vâḳi‘ Cihângîr Câmi‘ine hilâfet ile irsâl ve siyâh-ı şerif ile mu‘ammem édüb biz bu maḳâmı burc-ı evliyâ eyledük déyü himmet buyurmuşlar ve nefsü-l-emr Ḥasan Efendi zamânında ve kendü halîfeleri Fetḥî-i Cihângîrî zamânında burc-ı evliyâ idi ve merḥûm Ḥasan Efendi tamâm elli dört sene seccâde-i irşâdda câlis olub târîh-i hicretüñ biñ yetmiş dördinde rebî‘ü-l-âhır yigirmi üçinci cum‘a értesi ba‘de-l-‘aṣr vefât édüb yine Cihângîrde kendüleri ‘imâret ve iḥyâ buyurduḳları hâneḳâhuñ dâhilinde medfûnlar-dur raḥmetu-llâhi ‘aleyhi

  • 3 De l’arménien Parchanj ; actuelle Akçakiraz, dans la province d’Elazığ.
  • 4 Bout du turban de couleur noire.

7Le surnom de sa sainteté Maître Cihângîrî Ḥasan Efendi – que Dieu le très-haut sanctifie sa tombe – est Burhâneddîn. Il naquit en 970 [1562], au village du nom de Perçenç3, (faisant partie) de l’agglomération de la cité du nom de Harput, (situé) à une distance de douze heures de Malatya. Ensuite, il se rendit à Bursa ; là, à l’âge de dix-huit ans, il fut initié par sa sainteté Maître Ya‘ḳûb Fânî ; puis il alla à Islambol avec son maître ; du fait que le maître du maître de son maître, sa sainteté Ramaẓân Efendi – que sa tombe soit sanctifiée –, était (alors encore) vivant, il suivit avec Ramaẓân Efendi la voie spirituelle durant huit années. En 1020 [1611], il fut couronné de la vêture de la bure, du couvre-chef et du tapis, ainsi que du califat pour la Mosquée Cihângîr située à Tophane, et du pendant de noble couleur noire4. « Nous avons fait de ce lieu la tour des saints », a-t-il [Ḥasan Efendi] décrété. Et la réalité (de ce lieu) fut bien d’être la tour des saints à l’époque de Ḥasan Efendi et à l’époque de son calife Fetḥî-i Cihângîrî. Feu Ḥasan Efendi a siégé sur le tapis de la direction spirituelle durant 54 ans en tout. Il mourut après la prière de l’après-midi, le samedi 23 du mois de rebî‘ü-l-âhır en l’an de l’hégire 1074 [24 novembre 1663]. Il est enterré dans la loge dont il a dirigé lui-même la construction et l’animation, (située) aussi à Cihângîr – la miséricorde de Dieu sur lui.

8La seconde source turque islamique à l’étude est un texte chaghatay en vers portant le titre de Thabāt al-‘ājizīn [La fermeté des faibles] et composé par Ṣūfī Allāhyār (m. 1133/1721). Cette poésie didactique (mathnavī) de 1 800 distiques expose une conception, parmi d’autres, de l’islam et du soufisme commune à l’Anatolie et à l’Asie centrale aux xviie et xviiie siècles. Commune parce qu’Allāhyār fait davantage œuvre de synthèse que d’originalité ; commune dans la mesure où le Thabāt s’est rapidement diffusé dans les madrasas, de Kashgar à Istanbul en passant par la Transoxiane, l’Afghanistan et les provinces musulmanes de Russie, faisant office de manuel incontournable pour les étudiants turcophones jusqu’à la fin du xixe siècle. Copies manuscrites, lithographies et commentaires (sharḥ) dessinent une vaste géographie de son usage et de son influence. Son auteur était un derviche de Boukhara, membre de la confrérie Naqshbandiyya, au sujet duquel on ne sait pratiquement rien sinon qu’il était autant versé dans le droit musulman que dans le dogme, ce qui expliquerait le caractère légaliste de ses arguments. Ses écrits, y compris le Thabāt, trahissent une vision conservatrice du culte, des mœurs et de l’organisation sociale en général. À travers des exposés (bayān) suivis d’apologues (ḥikāyat), le long poème passe en revue différents thèmes : la relation entre maître et disciple ; la juste mesure entre aspiration religieuse (himmat) et obligation morale (minnat) ; le mariage et le célibat ; l’abandon confiant en Dieu ; le problème de la convoitise, etc. Des derviches historiques sont cités, soit en exemple soit en contre-exemple. Nous avons affaire à un texte clé de l’histoire intellectuelle turco-islamique, souvent signalé, parfois cité, mais dont l’étude restait en suspens du fait de sa complexité.

9Dans la myriade de manuscrits et de lithographies existantes et accessibles, j’utilise l’une des copies les plus anciennes, remontant à la fin du xviiie siècle, bien qu’elle soit souvent fautive. Elle est conservée à la Bibliothèque nationale de France sous la cote MS Paris, BNF Suppl. turc 968, long de 84 folios, en graphie nasta‘līq. Je corrige le manuscrit à l’aide des outils suivants, là encore présentés succinctement aux étudiantes et étudiants : Anonyme, Risolai aziza – Sabotul ojiziyn sharhi, éd. Alibek Rustamov et Rahmatulla Qori Obidov, Tachkent, Abdulla Qodirii nomidagi halq merosi nashriyoti, 2000 ; Abid Nazar Mahdûm, Ṣûfî Allâhyâr ve Sebâtü’l-‘âcizîn’i, Yüksek Lisans Tezi, Istanbul, İstanbul Üniversitesi, 1993 ; Rashid Zohid, Sufi Olloyor « Sabotul ojizin » sharhi : ravoyihur rayhon, Tachkent, « Sharq » nashriyot-matbaa aktsiyadorlik kompaniyasi bosh tahririyati, 2018.

10Nous avons étudié les folios 1v-5v, ce qui correspond à cinq chapitres entiers et au début du chapitre 6 consacré aux attributs divins (intitulé Dar bayān-i ṣifāt-i wājib ta‘ālā « Au sujet des attributs de l’Être nécessaire, le très-haut »), complément du chapitre 5 (Dar bayān-i tawḥīd-i wājib ta‘ālā « Au sujet de l’unicité de l’Être nécessaire, le très-haut »). Le traité versifié débute par un récit cosmogonique aux f. 1v-3r, suivi d’une louange (na‘t) au Prophète (f. 3v-4r). La section suivante (Dar bayān-i sabab-i tā’līf « Au sujet des raisons de la composition [du livre] ») explique les motivations de l’auteur. Citons in extenso :

  • 5 Ms. BNF : birlä bu maktūb.
  • 6 Ms. BNF : muni kördilär türkī yārānlar.
  • 7 Ms. BNF : qïldïlar bir nechä.
  • 8 Ms. BNF : khudā bolsa.
  • 9 Ms. BNF : Tola yār.
  • 10 Ms. BNF : maghz yoq.
  • 11 Ms. BNF : qïldïlar bir nechä.
  • 12 Ms. BNF : Olarnïng.
  • 13 Ms. BNF : tashqa yamghur.

Yazïldï fārsī til birlä maktūb5
‘Aqīdāt u furū‘ qurb-i maḥbūb
Anï kim kördilär türkī yārānlar
6
Dedilär gar du‘ā qïlsa eränlär
Bitilsä türkī til birlä ‘aqīda
Köngüllär bolsa andïn āramīda
Tamalluq qïldïlar chūn bir nechä yār
7
Qalam tartay khudā bolsun madadgār
8
Wa lekīn äyläyin sözlärni ijmāl
Manga yoqtur mufaṣṣal qïlghalï ḥāl
Man-i bīchāra chūnki ‘āmī durman
Giriftār-i malāmat dāmï durman
Erürmän bandalarnïng sar-nigūnnï
Tolay yār u barādarnïng zabūnï
9
Agar chandīki bölsäm maghzï yoq pūst
10
Ishārat qïldïlar chūn bir nechä dūst
11
Alarnïng sözlärin buzmay man-i zār
12
Sawād ettim nechä manẓūma nāchār
‘Aqīda sözlärini qïldïm ithbāt
Munga qoydum thabāt al-‘ajizīn at
Özüm dek khastalar bolghaymu dep shad
Naṣā’iḥdin ham andak äylädim yād
Naṣīḥat tinglämäs dil-sakht-i maḥjūb
Kökärmäs tasha yamghur yaghsa ham kub
13.

L’épître a été rédigée en langue persane
(Sur) la doctrine et ses branches (et) le rapprochement de l’Aimé
Les amis turcophones qui l’ont vue
Ont dit : « Si quelque grand homme invoquait Dieu (au moment d’écrire)
Et que la doctrine était écrite en langue turque
Les cœurs (des turcophones) en seraient soulagés »
Comme plusieurs amis (m’) ont ainsi flatté
Prenons la plume, que Dieu (me) vienne en aide
Cependant résumons le discours
Je ne suis pas en état d’expliquer (en détail)
Moi le misérable puisque je suis ignorant
Je suis prisonnier du piège du blâme
Je suis le plus abaissé des serviteurs
Le plus faible de tous les amis et frères
J’ai beau pelé (le fruit), la peau n’a pas de noyau
Ils m’ont donné des indications car ce sont quelques (bons) amis
Que le pauvre de moi n’altère pas leurs paroles
J’ai noirci quelque misérable poésie
J’ai mis en forme le discours de la doctrine
Je lui ai donné pour titre « la fermeté des faibles »
Les infirmes comme moi diront-ils qu’ils sont satisfaits ?
(Étant donné que) j’ai rappelé si peu de conseils
(Quoi qu’il en soit) l’aveugle cruel n’écoute pas les conseils
Même s’il pleut beaucoup sur une pierre, elle ne verdit pas.

Haut de page

Notes

1 Durant l’année 2022-2023, ont assisté régulièrement au séminaire les personnes suivantes : Mme Makbule Nur Ayan, Mme Olga Boiché, M. Baudoin de Cernon, Mme Camille Grandpierre, M. Thibaut Martin, Mme Aysu Saban, M. Raphaël Da Silva, Mme Albina Toumarkine, Mme Jinxian Wu ; et à l’un des deux semestres : Mme Clara Gautier, M. Sevan Hotier, Mme Farinaz Kavianifar, M. Ibrahim Köksal.

2 Enfî Hasan Hulûs Halvetî, XVI. ve XVIII. asırlarda yaşayan velîler ve deliler. Tezkiretü’l-müteahhirin, éd. Mustafa Tatcı et Musa Yıldız, Istanbul, Hamur, rééd. 2014.

3 De l’arménien Parchanj ; actuelle Akçakiraz, dans la province d’Elazığ.

4 Bout du turban de couleur noire.

5 Ms. BNF : birlä bu maktūb.

6 Ms. BNF : muni kördilär türkī yārānlar.

7 Ms. BNF : qïldïlar bir nechä.

8 Ms. BNF : khudā bolsa.

9 Ms. BNF : Tola yār.

10 Ms. BNF : maghz yoq.

11 Ms. BNF : qïldïlar bir nechä.

12 Ms. BNF : Olarnïng.

13 Ms. BNF : tashqa yamghur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Papas, « Études turques et ottomanes, XVe-XVIIIe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 85-89.

Référence électronique

Alexandre Papas, « Études turques et ottomanes, XVe-XVIIIe siècles »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7043 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t3z

Haut de page

Auteur

Alexandre Papas

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search