Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesArchives orales et histoire des o...

Résumés des conférences

Archives orales et histoire des organisations

Florence Descamps
p. 357-360

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : I. Des archives de la parole au patrimoine immatériel. — II. Mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire institutionnelle, à travers la source orale.

Haut de page

Texte intégral

1Le séminaire est divisé en deux parties, un premier semestre historiographique et méthodologique, un second semestre consacré aux sources orales et à l’histoire des institutions.

I. Des archives de la Parole au patrimoine immatériel

2La première partie du séminaire vise à initier les étudiants et les auditeurs à l’histoire orale et à ses pratiques dans les SHS.

3Les liens entre oralité, histoire, mémoire et patrimoine ont fait en France dès le début du xxe siècle l’objet de questionnements précoces de la part des sciences humaines et sociales ; ils ont donné lieu à l’invention de pratiques de collecte et d’enquête, appuyées sur des innovations technologiques en matière d’enregistrement sonore et de captation d’images. Le premier axe d’étude consiste donc à établir la généalogie et l’histoire de ces pratiques, depuis les premières fixations scientifiques de la parole du début du xxe siècle jusqu’aux actuelles enquêtes de mémoire orale filmées. Une attention particulière est portée à la terminologie utilisée, de façon à la contextualiser et à l’historiciser : archives de la parole, traditions orales, archives sonores, enquêtes orales, histoire orale, archives orales, témoignages oraux, corpus oraux, mémoire orale, histoire visuelle, etc. Enfin, nous commenterons l’acclimatation du témoignage dans la discipline historique comme un des marqueurs de l’émergence en France de l’histoire contemporaine et plus particulièrement de l’histoire du temps présent.

4Le deuxième axe consiste à étudier comment ces pratiques d’enquête se sont doublées – ou non – de pratiques de patrimonialisation. Depuis les Archives de la parole créées en 1911 au sein de la Sorbonne jusqu’à la notion de « patrimoine culturel immatériel », élaborée par l’Unesco en 2003, le séminaire s’interroge sur la manière dont la parole enregistrée se trouve prise dans la « fabrique » du patrimoine. Peut-on parler de patrimoine oral ? De patrimoine mémoriel ? Les témoignages oraux peuvent-ils être partie prenante du patrimoine culturel immatériel ? Et si oui, à quelles conditions ?

5Le troisième axe est résolument méthodologique et pratique. Il s’inscrit dans une démarche d’ingénierie historique et souhaite offrir aux auditeurs, étudiants, chercheurs et professionnels des archives ou de la documentation les outils nécessaires pour mener des campagnes de recueil de témoignages oraux et constituer des corpus de données réutilisables par la recherche en SHS (problématisation, définition du corpus des témoins et des méthodes d’entretien, mise en série, contextualisation, documentation, citabilité, accessibilité). La question du filmage des entretiens est systématiquement discutée.

  • 1 Florence Descamps, « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance » et « La parole et le (...)

6Enfin, la problématique juridique et éthique s’impose désormais pour l’exploitations des données de la recherche en SHS. Prolongeant la réflexion amorcée par l’ouvrage de Véronique Ginouvès et Isabelle Gras en 20181, le dernier numéro de Sonorités. Bulletin de l’AFAS, dirigé par Véronique Ginouvès et Véronique Traverso, auquel nous avons été étroitement associée en tant que responsable du comité de rédaction, permet de réfléchir à la progression de la préoccupation éthique et juridique et à sa transcription dans les enquêtes de terrain des SHS (« Le droit et l’éthique : qu’est-ce qui change dans les pratiques de terrain ? », Sonorités, n° 48 [2023], publié en ligne, https://journals.openedition.org/afas/7314).

II. Mémoire individuelle, mémoire collective, mémoire institutionnelle, à travers la source orale

  • 2 Florence Descamps, Archiver la mémoire, Paris, Éditions de l’EHESS, Paris, 2019.
  • 3 Sur la construction du concept de « régime de mémorialité », Johann Michel, Gouverner les mémoires, (...)
  • 4 Le terme « régime » qui vient du droit suggère l’existence d’éléments articulés, de facteurs, de pr (...)

7Le second semestre est consacré à l’exploitation des corpus de témoignages oraux. Nous distinguons habituellement six grands répertoires d’analyse qui permettent de distinguer plusieurs types d’usages scientifiques en histoire contemporaine2 : le répertoire réaliste (positiviste) qui s’intéresse aux faits rapportés par le témoin (c’est le registre d’analyse privilégié par les historiens, doublé d’un rigoureux recoupement avec les sources écrites) ; le répertoire discursif ou narratif qui s’intéresse au récit mis en œuvre par le témoin, ainsi qu’à l’oralité (façons de dire, façon de parler, schémas discursifs) ; le répertoire documentaire qui s’intéresse au traitement des entretiens, à leur structuration et à la production des connaissances qui en découle; le répertoire acoustique peu familier des historiens mais qui se développe, qui s’attache à ce que l’on entend (le son, le timbre de la voix, la diction, les silences, etc.) ; dans le cas d’entretiens filmés, le répertoire visuel qui s’attache à ce qui se voit (les gestes, les expressions non verbales, le langage du corps, les décors, etc.) ; enfin le répertoire mémoriel qui s’intéresse aux formes de la ressouvenance chez le témoin : qui se souvient ? Quand se souvient-on ? Comment se souvient-on ? Pourquoi se souvient-on ? En vue de quoi se souvent-on ? Au nom de quoi se souvient-on ? Dans quels mots se souvient-on ? Devant qui se souvient-on ? À qui s’adresse-t-on quand on se souvient ? De quoi se souvient-on ? Et le même questionnement, verso du recto, avec l’oubli : qui oublie ? Quand oublie-t-on ? Comment oublie-t-on ? Pourquoi oublie-t-on ? En vue de quoi oublie-t-on ? Au nom de quoi ou de qui oublie-t-on ? Qu’oublie-t-on ? Ces questions permettent de contextualiser et de qualifier le processus de remémoration à l’œuvre dans les témoignages oraux. Elles permettent aussi de proposer et de discuter le concept de « régime de mémorialité »3 et d’en poser une définition : configuration mémorielle ou ensemble d’éléments contextuels et de règles qui composent un dispositif collectif de remémoration stabilisé et durable dans le temps4, pour un groupe social, une collectivité, une communauté, une société et sous l’influence duquel un individu se souvient.

8Empiriquement, il est possible de lister pour le second xxe siècle les éléments susceptibles d’entrer dans la composition ou la structuration d’un régime de mémorialité. On peut identifier une douzaine de critères qui peuvent former une grille d’analyse : 1. la question démographique, l’état de la transmission intergénérationnelle au sein de la société ; 2. le contexte historique national et la conjoncture politique, économique et sociale au moment de la sollicitation de la mémoire (l’avènement d’un président socialiste, les alternances politiques, le retour du libéralisme, les réformes territoriales, la construction européenne, la paix, la guerre, etc.) ; 3. L’effet de génération ; 4. l’état de la société française et le « moral » de la nation (identité douloureuse, identité heureuse, sentiment de progrès ou de déclin, d’ouverture ou de blocage) ; 5. le poids des instances politiques, culturelles, religieuses et leur capacité à produire du sens (passé, présent, avenir) ; 6. la conjoncture historique internationale et ses fractures (avant ou après la chute du Mur en 1989, qui fait rejouer 1945, mais aussi 1917 et 1918, la guerre en ex-Yougoslavie ou la guerre en Ukraine ; le génocide rwandais, le Brexit, les attentats islamistes de 2015, etc.), l’état des relations diplomatiques avec tel ou tel pays (par exemple l’Algérie) ; 7. les grandes commémorations et l’actualité des politiques publiques de mémoire en France et à l’étranger ; 8. l’actualité judiciaire des procès historiques en France ou à l’étranger (les attentats et le procès des djihadistes, les commissions Vérités et Réconciliation ; 9. la politique des pouvoirs publics en matière d’archives (délais d’ouverture, protection, valorisation, restrictions) ; 10. l’état et l’avancée des connaissances dans les sciences sociales et plus particulièrement en histoire ; 11. le rôle des médias et de la presse dans les émotions mémorielles et patrimoniales (depuis le journalisme d’investigation jusqu’à la série télévisuelle grand public) ; 12. les représentations artistiques du passé (littérature, cinéma, arts plastiques, expositions, etc.) ; 13. le rôle des entrepreneurs de mémoire à l’échelle nationale (ceux qui organisent ou conçoivent les dispositifs ou des politiques de mémoire) ; 14. les porteurs de mémoire à l’échelle du groupe social se livrant à la ressouvenance… Tous ces éléments interagissent dans une circularité qu’il convient d’étudier finement dès lors que l’on procède à des enquêtes orales ou que l’on analyse des archives orales déjà sédimentées dans des institutions patrimoniales. Cette liste de critères n’est ni exhaustive ni définitive, elle ne s’impose pas dans son entièreté. L’effort consiste à identifier les éléments contextuels historiques et sociologiques, plus ou moins stables et plus ou moins durables, permettant de caractériser et de qualifier le régime de mémorialité dans lequel le témoin est pris et se souvient.

  • 5 Pour un exemple d’étude fine des régimes de mémorialité à l’échelle d’un ministère, Bénédicte Girau (...)
  • 6 Florence Descamps, « Implanter une fonction Histoire dans une grande institution. Le cas du Comité (...)
  • 7 Dominique Hervier et Eva Renzulli, André Chastel. Portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De (...)
  • 8 Michel Mangenot et Sylvain Schirmann (dir.), Les institutions européennes font leur histoire Regard (...)
  • 9 « Précieuses sources orales », dans Marc Olivier Baruch et Edenz Maurice (dir.), Les préfets dans l (...)

9Après cette tentative de définition, le séminaire a porté sur l’application du concept de « régime de mémorialité » à l’étude des institutions. Reprenant les travaux de l’anthropologue Mary Douglas et son ouvrage Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 2004, la réflexion a porté sur l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective, et plus particulièrement sur les interactions entre mémoire individuelle et mémoire institutionnelle. Peut-on parler d’une mémoire des institutions ? D’une mémoire institutionnelle ? Comment les institutions se souviennent-elles ? De quoi se souviennent-elles ? Qu’oublient-elles ? Les souvenirs des membres de l’institution constituent-elles une mémoire institutionnelle ? Plusieurs cas empiriques ont été analysés : le ministère de l’Éducation nationale5, le ministère de l’Économie et des finances et plus particulièrement le cas de deux directions centrales de ce ministère (Budget, Comptabilité publique)6, la création du service de l’Inventaire au ministère de la Culture7, les différentes institutions européennes8 ou encore, à une échelle plus fine, le corps préfectoral9.

Haut de page

Notes

1 Florence Descamps, « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance » et « La parole et le droit. Recommandations pour la collecte, le traitement et l’exploitation des témoignages oraux », avec Raphaëlle Branche, Frédéric Saffroy et Maurice Vaïsse, dans Véronique Ginouves et Isabelle Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2018, p. 89-101 et p. 102-127.

2 Florence Descamps, Archiver la mémoire, Paris, Éditions de l’EHESS, Paris, 2019.

3 Sur la construction du concept de « régime de mémorialité », Johann Michel, Gouverner les mémoires, Les politiques mémorielles en France, Paris, PUF, 2010 ; D. Peschanski, Les années noires : 1938-1944, Paris, Herman, 2012; S. Ledoux, « Le temps du « devoir de mémoire des années 1970 à nos jours », thèse d’histoire, sous la direction de D. Peschanski, université Paris I, 2014, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01895897/document ; H. Rousso, Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Paris, Humensis, 2017 ; Johann Michel, Le devoir de mémoire, Paris, PUF, 2018 ; F. Descamps, « Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de régime de mémorialité », colloque international Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, juin 2019 et Archiver la mémoire, p. 148-154. On se reportera également au concept de « régime d’historicité (François Hartog), ainsi qu’aux Cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs (1925).

4 Le terme « régime » qui vient du droit suggère l’existence d’éléments articulés, de facteurs, de pratiques et d’usages stabilisés, de principes organisés et hiérarchisés : cf. la notion de régime politique ou de régime matrimonial, etc.

5 Pour un exemple d’étude fine des régimes de mémorialité à l’échelle d’un ministère, Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c. 1950-c. 2010), thèse de doctorat, université de Cergy-Pontoise, 2018.

6 Florence Descamps, « Implanter une fonction Histoire dans une grande institution. Le cas du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (1991-1992) », dans Hubert Bonin et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Explorer les archives et écrire l’Histoire. Mélanges en l’honneur de Roger Nougaret, Genève, Droz, 2022.

7 Dominique Hervier et Eva Renzulli, André Chastel. Portrait d’un historien de l’art (1912-1990). De sources en témoignages, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 2020.

8 Michel Mangenot et Sylvain Schirmann (dir.), Les institutions européennes font leur histoire Regards croisés soixante ans après le traité de Paris, Lausanne, PIE Peter Lang, 2012.

9 « Précieuses sources orales », dans Marc Olivier Baruch et Edenz Maurice (dir.), Les préfets dans la modernisation de la France 1953-1972, Paris, Mission pour l’histoire du corps préfectoral, La Documentation française, 2020, p. 29-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Descamps, « Archives orales et histoire des organisations »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 357-360.

Référence électronique

Florence Descamps, « Archives orales et histoire des organisations »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t4d

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Maître de conférences, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search