Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire de la culture technique ...

Résumés des conférences

Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles)

Jean-François Belhoste
p. 373-374

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Les Arts et les techniques.

Haut de page

Texte intégral

1Les conférences de début d’année ont été consacrées aux grands parents de Boris Vian dont les carrières s’avèrent être très représentatives de la Belle Époque. Henri Vian, dont les ateliers étaient installés dans l’ancien hôtel Salé dans le Marais, fut l’un des principaux fabricants de bronze de son temps et Louis-Paul-Woldemar Ravenez, l’autre grand père, qui, quant à lui, fut un pionnier de l’industrie automobile, constructeur notamment de voiturettes. Louis Brousse, enfin, l’épouse d’Henri Vian, était la fille d’un négociant en papier à cigarettes, ce qui donna l’occasion d’évoquer, plus généralement, avec Paul Smith, la fabrication de ce type de papier particulier qui fit l’objet de publicités particulièrement créatives. Pour rester dans la Belle Epoque et dans l’attente des futurs Jeux Olympiques de Paris, une séance a porté sur l’équipement et l’habillement sportifs d’avant 1914, reprise de travaux antérieurs. Plusieurs séances ont été consacrées, ensuite, comme lors des années précédentes, aux matériaux, plus précisément à leur fabrication et à leur mise en œuvre. Le zinc a ainsi fait l’objet de deux séances, l’une sur sa production, effectuée notamment dans de petits laminoirs installés depuis les années 1830 le long de la vallée de l’Epte, près de Gisors, et l’autre sur les systèmes de pose et d’entretien de ces couvertures, animée par Élise Ostarena, architecte du patrimoine à Paris qui s’est spécialisée dans ce genre de restauration. Sandra Bazin est aussi venue parler des miroirs à propos de la récente parution de son livre, issu de sa thèse, Miroirs dans le grand décor en Europe (XVIIe-XVIIIe siècles). Dans la suite des années précédentes, plusieurs séances ont également été consacrées à la production des meubles, principalement celle des sièges, dont les fabricants étaient installés en majorité à Paris, rue de Cléry, devenue, dès le début du xviiie siècle, le véritable centre de cette production spécifique. Éric Detoisien et Elvina Gilles-Guéry y ont présenté des travaux particulièrement novateurs.

2Le 4 avril, Paul Harper biographe du peintre Géricault, qui réside au Japon, a profité d’un passage à Paris pour exposer ses travaux sur l’Hôtel de Longueville, entre Louvre et Tuileries, où fut installée une manufacture de tabac dans laquelle les parents du peintre, les Robillard, avaient des intérêts sous la Révolution et l’Empire. Le sujet a été complété par Paul Smith et a été étendu, lors d’une séance suivante, aux activités existantes au même moment aux abords de cet Hôtel, c'est-à-dire tout près du Louvre. L’exceptionnelle exposition Vermeer, tenu à Amsterdam au Rijksmuseum, a aussi fait l’objet d’un compte rendu, principalement axé sur ce que l’on sait désormais des matériaux utilisés par le peintre, en particulier les pigments. L’existence du programme de recherche « Quartier Richelieu » auxquels sont associés notamment la Banque de France et l’INHA a offert l’occasion d’inviter Charlotte Duvette et Justine Gain à venir en parler, l’une pour en résumer les grandes lignes, l’autre pour évoquer plus spécifiquement des galeries du Palais Royal. L’existence de ce programme nous a incité à démarrer une recherche sur l’histoire de la galerie Vivienne, plus précisément sur sa construction, entre 1823 et 1825, et sur l’activité des premiers occupants de ses 70 boutiques, recherche qu’il est prévu de prolonger l’année suivante.

3La célébration du centenaire de la disparition de Gustave Eiffel, à laquelle se trouvait associé Centrale Histoire au titre de l’Association des anciens élèves de CentraleSupélec, a permis de consacrer plusieurs séances à divers aspects plus ou moins inédits de la biographie de ce célèbre ingénieur, documentés grâce à la consultation des très riches archives conservées dans le cabinet des Arts graphiques du musée d’Orsay. On s’est d’abord intéressé à ses débuts auprès de l’ingénieur Charles Nepveu, et à son activité au sein d’une usine de construction métallique et mécanique située au 30, rue de la Bienfaisance, endroit que l’habitude des recherches de topographie parisienne a permis de parfaitement localiser là où se trouve aujourd’hui l’église Saint-Augustin et là où se trouvaient auparavant les ateliers des serruriers Mignon, auteurs entre autres de la nouvelle charpente en fonte et fer installée sur la cathédrale de Chartres après l’incendie de 1836. Des séances ont été consacrées à la construction à Paris de la statue de la Liberté dont Gustave Eiffel et ses ingénieurs conçurent et construisirent le pylône intérieur, élevé entre 1881 et 1884 rue de Chazelles (Paris, XVIIe). D’autres encore ont porté sur la construction de la tour Eiffel, plus particulièrement sur la cinquantaine de fournisseurs et de sous- traitants qui y ont œuvré. Une séance enfin a traité d’un aspect méconnu de l’activité d’Eiffel, à savoir sa participation à partir de 1895 à la création de l’entreprise Gaumont et par conséquent à son rôle d’investisseur actif dans les débuts du cinéma.

4En juin Thomas Leroux nous a exposé ses recherches originales sur l’activité des nourrisseurs et la production du lait à Paris intra-muros au xixe siècle. L’année s’est conclue le 24 juin par la visite de la belle exposition Louis XVI, Marie-Antoinette et La Révolution. La famille royale aux Tuileries (1780-1792) sous la conduite éclairante de Christophe Barret qui en était l’un des commissaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Belhoste, « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 373-374.

Référence électronique

Jean-François Belhoste, « Histoire de la culture technique et scientifique en Europe (XVIe-XIXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t4f

Haut de page

Auteur

Jean-François Belhoste

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search