Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesHistoire de la guerre (XIXe-XXe s...

Résumés des conférences

Histoire de la guerre (XIXe-XXe siècles)

Pensée stratégique et cultures militaires
Martin Motte
p. 382-385

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : Nouvelles recherches sur l’histoire des stratégies navales et amphibies (suite et fin).

Haut de page

Texte intégral

1La majeure partie de la conférence a été consacrée à l’étude du conflit ukrainien et de ses antécédents sous l’angle naval et amphibie, très largement négligé par la couverture médiatique dont cette guerre a fait l’objet dans les premiers mois. Or, cet aspect est capital dans une région où terre et eau s’interpénètrent via le tracé très sinueux du littoral mais aussi les grands fleuves ; mieux encore, il fournit une des principales clés de compréhension des événements en cours. En effet, l’Ukraine est le débouché maritime méridional de l’isthme Baltique-mer Noire, dont l’étagement en latitude offre une large palette de ressources halieutiques et agricoles, sans parler de la richesse du sous-sol ukrainien, des gisements d’hydrocarbures en mer d’Azov et en mer Noire et de la relative proximité du pétrole caucasien. Contrôler l’isthme permet donc de dominer de denses flux commerciaux, mais encore faut-il pouvoir les connecter via la mer Noire à ceux de Méditerranée. De même, la Russie ne peut projeter des forces en Méditerranée que si elle contrôle tout ou partie du littoral ukrainien.

2Quatre grands outils s’offraient pour investiguer le sujet. Tout d’abord l’histoire de longue durée ou si l’on veut la géohistoire de l’isthme, qui atteste la récurrence des projets visant son contrôle total : son unification fut réalisée pour la première fois par la Rous’ de Kiev aux xie-xiiie siècles, puis par l’État polono-lituanien des Jagellon aux xve-xvie siècles et enfin par les Russes de la fin du xviiie à la fin du xxe. Postulant hâtivement que Moscou était la seule héritière légitime de la Rous’, Braudel en concluait dans sa Grammaire des civilisations (1963) qu’« il n’y a de Russie véritable que barrant l’isthme en son entier » ; ce n’est évidemment pas l’avis des Ukrainiens. Mais la longue durée rappelle aussi que la région n’est pas seulement disputée entre Russes et Ukrainiens : la Pologne et l’empire ottoman y ont longtemps été parties prenantes et le restent, comme l’indiquent aujourd’hui le soutien des Polonais à l’Ukraine et celui des Turcs aux revendications des Tatars de Crimée.

3S’imposait en deuxième lieu l’étude des campagnes militaires qui permirent les unifications de l’isthme : elles reposèrent sur des stratégies amphibies associant des forces terrestres et des forces fluviales capables le cas échéant d’opérer en mer d’Azov et en mer Noire. On est frappé à cet égard par l’air de parenté qui relie les opérations des flottilles cosaques décrites par Guillaume Levasseur de Beauplan dans sa Description d’Ukranie (1650), celles de la conquête russe des années 1770 et celles des flottilles soviétiques de la guerre civile puis de la Seconde Guerre mondiale. Les unes et les autres suggèrent que le contrôle de la mer d’Azov est aussi essentiel au contrôle de la Crimée (et vice-versa) que ce dernier l’est au contrôle de la mer Noire. L’intérêt stratégique de la mer d’Azov a été encore renforcé par l’ouverture en 1952 du canal Don-Volga, qui parachève le « système des cinq mers » ou interconnexion de la mer Blanche, de la Baltique, de la Caspienne, de la mer d’Azov et de la mer Noire par des canaux assez profonds pour donner passage à des navires de guerre. En tant que débouché sur la mer Noire, la mer d’Azov constitue le maillon central du système, dont le capitaine de frégate Rialland a montré en 2016 qu’il transformait la Russie en « puissance navale continentale ». On comprend, dès lors, que cet espace maritime en apparence insignifiant ait été l’un des épicentres de la rivalité russo-ukrainienne bien avant 2022, comme l’ont illustré la construction du pont de Kertch par les Russes à partir de 2015 et l’ouverture d’une base navale ukrainienne à Berdiansk en 2018. On comprend aussi que la conquête du littoral nord de la mer d’Azov ait été une priorité de l’offensive russe en 2022 : contrairement à ce qu’ont affirmé à l’époque la plupart des commentateurs, il ne s’agissait pas seulement d’établir une continuité territoriale entre le Donbass et la Crimée, mais aussi de contrôler la mer d’Azov elle-même.

4En troisième lieu, il convenait de prendre en compte l’histoire des rapports entre le Sud de l’isthme et l’Occident. La première puissance ouest-européenne à se soucier de l’Ukraine fut la France qui, dès le xviie siècle, redoutait la Russie en tant que menace pour ses alliés de revers contre les Habsbourg – la Suède, la Pologne et l’empire ottoman –, puis, aux xviiie et xixe siècles, comme une possible concurrente en Méditerranée orientale en un temps où Marseille dominait le commerce européen avec le Levant. D’où l’option, envisagée des Bourbons à Napoléon, d’un soutien français aux Cosaques : en 1812 notamment, la diplomatie napoléonienne étudia un projet de protectorat français en Ukraine dont la fonction principale eût été de couper la Russie de la mer Noire. D’où, la même année, la publication en France du fameux « testament de Pierre le Grand ». Il s’agissait d’une forgerie d’origine vraisemblablement polonaise, mais dont certains aspects décrivaient adéquatement l’ambition russe de percée en Méditerranée et de pénétration en Syrie, où Saint-Pétersbourg prétendait exercer un devoir de protection sur les chrétiens orthodoxes. C’est précisément cette prétention qui, 41 ans plus tard, amena la guerre de Crimée ; Paris et Londres, les deux puissances méditerranéennes du moment, y unirent leurs efforts pour arrêter la poussée russe vers le sud. Les années 1900 virent au contraire l’alliance des Français, des Russes et des Britanniques contre l’Allemagne, mais elle disparut avec la menace qui l’avait fait naître : les corps expéditionnaires que Paris et Londres envoyèrent dans la région en 1918-1920 pour y sécuriser leurs avoirs (placements français dans les mines de charbon du Donbass et britanniques dans les pétroles du Caucase) ne purent s’y maintenir face à l’Armée rouge. Puis, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Américains succédèrent aux Franco-Britanniques comme gardiens de la Méditerranée face à des ambitions soviétiques réaffirmées par Staline dès 1945 : en 1952, Washington fit entrer la Grèce et la Turquie dans l’Otan pour verrouiller l’issue méridionale de la mer Noire ; suivirent en 2004 la Roumanie et de la Bulgarie. Il ne manquait plus que l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie pour faire de la mer Noire un lac presque entièrement otanien : cette perspective fut évoquée en 2008 par le Président G. W. Bush, mais refusée par la France et l’Allemagne, qui y voyaient une provocation envers Moscou. De fait, les tensions Est-Ouest recommençaient à monter ; la suite est connue.

5Tous ces événements gagnent à être replacés dans le cadre global des grandes théories géopolitiques, quatrième et dernier outil auquel nous avons recouru. Dans The Problem of Asia (1900), l’amiral américain Mahan a décrit la mer Noire comme une zone de tensions majeures entre la puissance continentale russe et les puissances maritimes d’Occident dans la mesure où elle constitue la voie la plus courte par laquelle la première peut percer en Méditerranée et les secondes se projeter en Ukraine. Le géographe britannique Mackinder a raffiné l’analyse dans sa célèbre conférence de 1904 à la Royal Geographical Society, « The Pivot of History » : l’Eurasie se compose d’un Heartland purement continental, car dépourvu de voies fluviales conduisant aux mers libres, autour duquel s’étire un croissant de terres dont le drainage se fait vers ces mers. Le contact est souvent rugueux entre les deux ensembles pour la raison indiquée par Mahan. Or, la frontière orientale de l’Ukraine se trouve justement sur la ligne qui les sépare ; elle est même l’endroit d’Europe où le Heartland russe s’approche le plus d’une mer navigable… L’amiral français Castex, de son côté, expliqua dans le tome V de ses Théories stratégiques (1935) pourquoi la mer d’Azov était essentielle aux yeux du pouvoir soviétique : alors qu’une offensive ennemie pénétrant en URSS sur 500 km depuis la Pologne n’atteindrait aucun organe vital du pays, une offensive de même rayon partant de la mer d’Azov mettrait la main sur son cœur agricole et industriel et intercepterait les communications entre Moscou et le pétrole du Caucase. Aujourd’hui, l’industrie du Donbass n’est plus que l’ombre d’elle-même mais les autres enjeux n’ont rien perdu de leur importance. En 1997 enfin, le politologue américain Zbigniew Brzezinski souligna dans Le grand échiquier que sans l’Ukraine, la Russie perdrait son statut d’empire eurasiatique, puisqu’elle ne pourrait plus faire sentir son influence en Méditerranée. La séquence qui va de l’annexion de la Crimée par les Russes en 2014 à leur intervention dans la guerre civile syrienne en 2015 en apporta la confirmation, puisqu’une grande partie du matériel envoyé au Levant transita par la mer d’Azov et Sébastopol.

6À l’occasion de cette enquête sur les aspects navals et amphibie de la guerre d’Ukraine, un certain nombre de séances ont été consacrées au livre stimulant d’Andrew Lambert Seapower States – Maritime Culture, Continental Empires and the Conflict that Made the Modern World (Yale University Press, 2018). L’auteur développe une analyse à première vue très convaincante sur l’histoire navale russe, montrant d’une part qu’elle représente une greffe tardive et artificielle sur un pays resté fondamentalement continental, d’autre part que la tradition russe est fluviale et amphibie beaucoup plus que navale. Il en donne notamment pour preuve que les escadres de combat développées par Pierre le Grand servirent plus à couvrir les actions menées par les galères russes sur le littoral, en liaison avec les forces terrestres, qu’à combattre au large. La remarque nous semble en grande partie juste, mais le propos occulte un certain nombre de réussites navales russes, ainsi le périple de l’escadre Orlov de Baltique en mer Égée, où elle accomplit pendant la guerre russo-turque de 1768-1774 une remarquable diversion qui facilita la conquête de la Crimée. On notera que l’invasion de l’Ukraine en 2022 a été précédée par une circumnavigation analogue ; là s’arrête toutefois la ressemblance, la perte du Moskva et d’autres unités montrant que la marine de Vladimir Poutine est très inférieure à celle de la Grande Catherine.

7Plus généralement, on s’est interrogé sur la distinction qu’introduit Andrew Lambert entre les Seapower States, c’est-à-dire les États dont la vie économique, politique et culturelle gravite tout entière autour de la mer, et les États recourant au Sea Power pour des raisons d’opportunité stratégique. Cette distinction est intéressante, mais nous a semblé revêtir un biais idéologique, Andrew Lambert ne décernant le titre de Seapower State qu’aux États conformes à la conception qu’il se fait du libéralisme (soit Athènes, Carthage, Venise, les Provinces-Unies et le Royaume-Uni à leurs apogées) ; les autres sont rejetés dans les ténèbres extérieures. La démonstration fonctionne bien avec la Russie, mais le lecteur est quelque peu interloqué d’apprendre que le Portugal n’a rien de vraiment maritime ! Bartolomeu Dias, Vasco de Gama, Cabral et Magellan auraient sans nul doute apprécié.

8La conférence de cette année a été suivie par deux étudiants de master et une quinzaine d’auditeurs libres. Une douzaine de stagiaires de l’École de guerre, où le directeur d’études assure la direction du cours de stratégie, étaient en outre inscrits en master à l’EPHE-PSL ; la plupart d’entre eux ont soutenu avec succès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Motte, « Histoire de la guerre (XIXe-XXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 382-385.

Référence électronique

Martin Motte, « Histoire de la guerre (XIXe-XXe siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7288 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t4i

Haut de page

Auteur

Martin Motte

Directeur d’études, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search