Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Résumés des conférencesSources et méthodes de l’histoire...

Résumés des conférences

Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle

Astrid Castres
p. 354-356

Résumé

Programme de l’année 2022-2023 : La production de broderies à Paris au XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces séances s’inscrivaient dans le cadre de la préparation d’un livre intitulé La main et l’aiguill (...)
  • 2 Par exemple : « Ouvroir : m. A worke-house, or shop to worke in » (Randle Cotgrave, A Dictionarie o (...)
  • 3 Notamment Franco Franceschi, « La bottega come spazio di sociabilità », dans Franco Franceschi et G (...)

1La conférence de l’année 2022-2023 a été consacrée à l’étude de la production de broderies à Paris au xvie siècle1. Les séances du premier semestre ont été dédiées à la question de l’atelier, désigné par les termes d’ouvroir ou de boutique dans les archives et dictionnaires de l’époque2. Ces dernières années, ces lieux de création et de commerce ont fait l’objet d’un intérêt renouvelé des chercheurs (Franco Franceschi, Clare Crowston, Catherine Lanoë, Paula Hohti, etc.), qui les ont définis comme des espaces d’apprentissage, de sociabilité, de rencontre et de collaborations artistiques3. Leurs travaux nous ont accompagnés au fil des séances et sont venus nourrir notre réflexion.

  • 4 Nous nous sommes notamment appuyés sur le matériel archéologique étudié dans Vincent Legros, Archéo (...)

2Dans le cadre de cette enquête, la typologie habituelle de sources, – objets, images et textes –, a été sollicitée. Des outils trouvés en contexte de fouilles, des broderies subsistantes ainsi qu’un ensemble de représentations de brodeurs et de brodeuses au travail ont été confrontés aux informations relevées dans les archives4. Parmi elles, soixante-dix inventaires après décès conservés aux Archives nationales dans le fonds du Minutier central des notaires ont été étudiés. Datés entre 1535 et 1608, vingt concernent de simples compagnons, dix des brodeurs des princes, les autres étant ceux de maîtres parisiens et des faubourgs (ou ceux de leurs épouses).

  • 5 Paris, Arch. nat., Min. cent., III, 120, 1555, 4 avril (n. st.) : inventaire de Pierre Vallet, part (...)
  • 6 Paris, Arch. nat., Min. cent., III, 216, 1550, 6 mai, édité par François Lesure, « Blaise de Vigen (...)

3À partir de l’analyse de ces documents, nous nous sommes attachés à mieux comprendre l’agencement du logis de ces artisans et la manière dont le travail y était organisé. Au sein du corpus restreint aux seuls maîtres, quatre configurations ont été distinguées. La première correspond à des unités de production modestes dans lesquelles le brodeur et son épouse ne disposaient que d’une chambre – à laquelle était éventuellement associée une petite pièce appelée « bouge » – où ils vivaient et travaillaient. Au deuxième niveau, on trouve ceux qui avaient une pièce supplémentaire appelée « boutique » tandis qu’un troisième groupe rassemble des maîtres brodeurs-marchands chasubliers dont les ouvroirs, situés au rez-de-chaussée, donnaient sur la rue pour attirer la clientèle. L’organisation était un peu différente chez les brodeurs au service de la cour. N’ayant pas les mêmes impératifs de publicité, ces derniers investissaient les étages supérieurs. La structure de ce type la plus aboutie est sans nul doute celle qu’avait mise en place Pierre Vallet, le brodeur du duc de Nevers5. Quatre pièces de l’hôtel où il habitait rue de la Vieille-Monnaie étaient dévolues à son activité professionnelle, parmi lesquelles un vaste grenier lumineux où étaient entreposés des « ustancilles et oustilz », aménagé au-dessus d’une bibliothèque à usage professionnel richement fournie. Il y créait avec son équipe des broderies destinées à une clientèle essentiellement aristocratique, une production documentée par le marché, bien connu, pour une chambre à décor de grotesques conçue pour Marguerite de Bourbon, dont les patrons avaient été commandés au peintre parisien Jean Cousin le 6 mai 15506.

  • 7 À ce sujet, lire Linda Baumgarten, What Clothes Reveal. The Language of Clothing in Colonial and Fe (...)
  • 8 Ces réflexions ont donné lieu à la rédaction de deux articles parus en 2023 : Astrid Castres, « Dan (...)

4Une fois la structure de ces ateliers mieux comprise, il s’est agi d’identifier les savoir-faire qui y étaient pratiqués et transmis. Les prisées de l’outillage par les notaires (rouets, métiers de différentes tailles, broches, tatignons, pâtés, etc.) contiennent de précieuses informations pour appréhender de précieux indices pour appréhender la chaîne de la fabrication d’une broderie, depuis la préparation des fils et des fournitures (cordons, canetilles, etc.) jusqu’à l’exécution de l’ouvrage. Les textiles subsistants étant les témoins irremplaçables de la culture technique des artisans qui les ont fabriqués7, les pièces que l’on peut assurément attribuer aux ateliers de la capitale (textiles de la chapelle de l’ordre du Saint-Esprit au musée du Louvre, médaillons brodés par Robert Mestays au musée des Tissus de Lyon) ont été étudiées dans cette perspective. Sur ce point, nous avons amorcé avec les étudiants et les auditrices une réflexion sur les gestes qui avaient été nécessaires à leur création, dont le trou d’aiguille est l’empreinte, et sur les précautions méthodologiques à mettre en œuvre lors de l’analyse de sources matérielles8.

  • 9 Steven Kaplan, « Les corporations, les “faux ouvriers” et le faubourg Saint-Antoine au xviiie siècl (...)
  • 10 Voir également à ce sujet les mises en garde dans Marie-Françoise Tilliet-Haulot, « La collaboratio (...)

5Au terme de ce travail, il est bien vite apparu que l’atelier offrait un cadre trop restreint pour cette enquête, les brodeurs parisiens ayant massivement recours à la sous-traitance lors des préparatifs des grandes commandes royales (mariages, fêtes, ambassades) tandis qu’il arrivait que des ateliers éphémères fussent montés à ces occasions. Afin d’élargir notre perspective et compléter les informations recueillies, les séances du second semestre ont été dédiées à l’étude de quatre grands chantiers textiles : ceux des broderies de l’entrevue de François Ier et de Henry VIII d’Angleterre à Boulogne-sur-Mer (1532), de l’entrée de Charles IX et d’Élisabeth d’Autriche à Paris (1571), des noces du duc de Joyeuse (1581) et de la chapelle de l’ordre du Saint-Esprit (1585-1587). Au fil de l’analyse, la lecture des travaux de Steven Kaplan sur les « faux ouvriers » et celle de l’ouvrage de Michaël Sonenscher, Work and Wages. Natural Law, Politics and the Eighteenth Century French Trades ont alimenté nos discussions9. L’examen approfondi d’archives comptables, notariales et judiciaires a révélé la manière dont les brodeurs répartissaient l’exécution de leurs commandes (moitié de corps de robe, fragments de harnois, etc.) entre plusieurs ateliers tandis que des compagnons installés dans les enclos et les faubourgs, voire des artisans d’autres villes, y prenaient leur part. Des hiérarchies complexes, parfois mouvantes, ont pu être mises en évidence, à rebours de l’image véhiculée dans les statuts d’une autorité strictement verticale, exercée par le maître sur le compagnon. Ces quatre études de cas ont également conduit à nuancer une certaine vision du créateur de broderies, diffusée dans une bibliographie aujourd’hui un peu datée, et à s’armer de prudence lors de l’attribution d’une œuvre à un atelier ou à un centre de production précis10. Plus encore, elles sont venues éclairer la manière dont ces chantiers, concentrés sur quelques jours ou semaines, ont été des moments d’accélération de circulation de savoir-faire et de modèles au début de l’époque moderne.

Haut de page

Notes

1 Ces séances s’inscrivaient dans le cadre de la préparation d’un livre intitulé La main et l’aiguille. La broderie et ses artisans à Paris au XVIe siècle, version remaniée d’une thèse soutenue en 2016, à paraître aux Presses universitaires de Rennes (manuscrit remis à l’éditeur).

2 Par exemple : « Ouvroir : m. A worke-house, or shop to worke in » (Randle Cotgrave, A Dictionarie of the French and English Tongues, Londres, Adam Islip, 1611) et « Ouvroir. subst. masc. Vieux mot qui signifoit autrefois boutique » (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts, divisé en trois tomes […], La Haye, Rotterdam, chez Arnout & Reinier Leers, 1690, t. 2, p. 828).

3 Notamment Franco Franceschi, « La bottega come spazio di sociabilità », dans Franco Franceschi et Gloria Fossi (dir.), La grande storia dell’artigianato, t. 2. Il Quattrocento, Florence, Giunti, 1999, p. 65-83 ; Clare H. Crowston, Fabricating Women. The Seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, Londres, Duke University Press, 2001, spéc. p. 113-170 ; Catherine Lanoë et Patrice Bret, « La formation d’un espace de travail entre sciences et arts et métiers : le laboratoire du chimiste et le laboratoire du parfumeur au xviiie siècle », Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, 127-7 (2006), p. 139-154 ; David Saunders, Marika Spring et Andrew Meek (dir.), The Renaissance Workshop, Londres, Archetype Publications, British Museum, 2013 ; Tiphaine Gaumy, « L’habitation du chapelier parisien dans la première moitié de l’époque moderne », Livraisons d’histoire de l’architecture, 27 (2014), p. 33-50 ainsi que les recherches menées sur ces questions dans le cadre du programme ERC Refashioning the Renaissance, porté par Paula Hohti Erichsen, dont les résultats seront publiés dans un volume à paraître en 2024. Pour une mise au point historiographique, voir Sophie Cassagne-Brouquet, « Les ateliers d’artistes au Moyen Âge : entre théorie et pratiques », Perspective, 1 (2014), p. 83-98.

4 Nous nous sommes notamment appuyés sur le matériel archéologique étudié dans Vincent Legros, Archéologie de l’objet métallique aux époques médiévale et moderne en Picardie. Approches typologique et fonctionnelle, numéro spécial de la Revue archéologique de Picardie, 1, 2 (2015), spéc. p. 214-216.

5 Paris, Arch. nat., Min. cent., III, 120, 1555, 4 avril (n. st.) : inventaire de Pierre Vallet, partiellement édité dans Astrid Castres, « Pierre Vallet, brodeur du duc de Nevers, et l’art de Fontainebleau », Documents d’histoire parisienne, 16 (2014), p. 5-11.

6 Paris, Arch. nat., Min. cent., III, 216, 1550, 6 mai, édité par François Lesure, « Blaise de Vigenère et Jean Cousin (1550) », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 9 (1947), p. 109-113 et par Catherine Grodecki, Histoire de l’art au XVIe siècle, t. 2. Sculpture, peinture, broderie, émail et faïence, orfèvrerie, armures, Paris, Archives nationales, 1986, no 756, p. 169-170.

7 À ce sujet, lire Linda Baumgarten, What Clothes Reveal. The Language of Clothing in Colonial and Federal America: the Colonial Williamsburg Collection, Williamsburg, New Haven, Colonial Williamsburg foundation, Yale university Press, 2002.

8 Ces réflexions ont donné lieu à la rédaction de deux articles parus en 2023 : Astrid Castres, « Dans l’atelier d’un brodeur parisien du xvie siècle », Culture[s] de Mode, 2. Savoir-faire et patrimoine de la broderie, entre tradition et innovation (2023), p. 107-115 et « Étudier les savoir-faire des brodeurs parisiens du xvie siècle : sources et méthode », dans Émilie Hammen (dir.), Les Savoir-faire de la mode, t. 1. Sources, Montreuil, Éditions B42, 2023, p. 30-41 ; « The Study of Embroidery Techniques in Sixteenth-Century Paris: Sources and Method », dans Émilie Hammen (dir.), Crafts of Fashion, t. 1. Sources, Montreuil, Éditions B42, p. 30-41.

9 Steven Kaplan, « Les corporations, les “faux ouvriers” et le faubourg Saint-Antoine au xviiie siècle », Annales, 43-2 (1988), p. 353-378 ; Michael Sonenscher, Work and Wages. Natural law, politics and the eighteenth-century French trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, spéc. p. 99, 140-173.

10 Voir également à ce sujet les mises en garde dans Marie-Françoise Tilliet-Haulot, « La collaboration pour l’exécution des broderies liturgiques à la fin du Moyen Âge », dans Roger Van Schoute et Dominique Hollanders-Favart (dir.), Le dessin sous-jacent dans la peinture. Le problème de l’auteur de l’œuvre de peinture, Louvain-la-Neuve, Collège Érasme, 1982, p. 56-65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Astrid Castres, « Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 155 | 2024, 354-356.

Référence électronique

Astrid Castres, « Sources et méthodes de l’histoire des modes vestimentaires du Moyen Âge au XIXe siècle »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques [En ligne], 155 | 2024, mis en ligne le 13 juin 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ashp/7372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11t4q

Haut de page

Auteur

Astrid Castres

Maîtresse de conférences, École pratique des hautes études-PSL — section des Sciences historiques et philologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search